Département de la Sarthe

Sarthe (département)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sarthe.
Sarthe
Logo 72 Sarthe.jpg
Localisation de la Sarthe en France
Administration
Région Pays de la Loire
Préfecture Le Mans
Préfet de département Emmanuel Berthier
Président du
conseil général
Roland du Luart
Sous-préfecture(s) La Flèche
Mamers
Statistiques
Population totale 529 851 hab. (1999)
Densité 85 hab./km2
Superficie 6 206 km2
Subdivisions
Arrondissements 3
Cantons 40
Intercommunalités 33
Communes 375
Carte de la Sarthe

Le département de la Sarthe est un département français situé dans l’ouest de la France dans la région des Pays de la Loire et traversé par la rivière éponyme. L'Insee et la Poste lui attribuent le code 72.

Le département de la Sarthe est à dominante rurale ; il crée une véritable antinomie avec son chef-lieu : la ville du Mans. Ce département est vaste et relativement peu peuplé puisque l'aire urbaine du Mans comprend presque la moitié de la population totale du département.

Le nord de la Sarthe s'articule avec les Alpes mancelles au niveau de Fresnay-sur-Sarthe. Un peu plus au nord, de nombreuses vallées longeant la Sarthe offrent un paysage de bocage. Le département possède beaucoup de forêts notamment celles de Perseigne, de Bercé ou le Bois de Changé.

On peut considérer le département sous deux faces : l'une urbaine ou extra-urbaine avec l'agglomération de Le Mans Métropole ainsi que son aire urbaine s'étendant sur 90 communes et regroupant quelques 300 000 habitants. À noter que démographiquement, c'est plus de la moitié de la population totale du département qui est ainsi comprise dans Le Mans et sa grande couronne. Le reste du département reste à dominante agricole et est peuplé de manière peu dense et inégale.

Les habitants de la Sarthe sont appelés les Sarthois.


Sommaire

Histoire

Toponymie

Le nom du département provient de la rivière du même nom, qui aurait pour origine le mot Sar(cours d'eau).

Occupation celtique

Vers le IVe siècle au plus tôt, les Aulerques Cénomans, peuplade celte, se fixèrent sur le territoire actuel de la Sarthe. On retrouve aujourd'hui des traces de leurs cités au Mans et à Allonnes. Tacite les comptait parmi ceux qui envahirent avant cela l'Italie sous la conduite de Bellovèse et qui s'installèrent dans le nord de la péninsule italienne. Lorsque, en 58 avant J.-C., Jules César entreprit la conquête de la Gaule, un de ses lieutenants, Crassus, soumit cette tribu, qui, plus tard, se joignit à l'insurrection menée par Vercingétorix.

Période gallo-romaine

Les sept voies romaines qui partaient du Mans se dirigeaient vers Angers, Chartres, Jublains, Orléans, Sées et Vendôme. Les restes d'un amphithéâtre de 100 m de diamètre, découvert au Mans en 1791, les ruines de plusieurs aqueducs qui alimentaient les thermes de cette cité, et les restes de ses remparts, démontrent que le Mans, anciennement Suindinum ou Vindinum, était dès lors considérable. Les conquérants avaient fait du Mans une des stations les plus fortes, d'où ils pouvaient, en peu de temps, se porter sur le centre ou vers l'ouest de la Gaule.

La période mérovingienne

Si la domination romaine s'était vigoureusement affirmée dans le premier siècle qui suivit la conquête, bientôt elle s'affaiblit graduellement, si bien que sous les derniers Césars, le territoire des Cénomans, qui faisait partie de la 3e Lyonnaise, devint à peu près indépendant. Ces populations se réunirent à la République Armoricaine et conservèrent leur liberté jusqu'au milieu du Ve siècle, époque à laquelle elles furent soumises par un chef franc, Rignomer, parent de Clovis. Le roi des Francs le fit massacrer avec ses autres parents, parmi lesquels il craignait de trouver des rivaux.

Dès le IIIe siècle, le christianisme, prêché par saint Julien, avait fait de grands progrès dans ces contrées. Les évêques du Mans, qui succédèrent à cet apôtre, édifièrent plus tard la basilique qui porte son nom, sur le soi-disant lieu où il fit entendre ses premières prédications. Peu à peu ces prélats acquirent un pouvoir incontesté, devant lequel durent souvent s'incliner les comtes, révocables et viagers, nommés par le roi, qui gouvernèrent depuis l'époque de la conquête jusqu'à l'avènement d'Hugues Capet.

En 515, l'évêque saint Innocent fonda au Mans le monastère de Notre-Dame-de-Gourdaine. L'abbaye de Saint Vincent et le monastère de Saint-Pavin furent édifiés par saint Domnole en 560. L'hôpital de Pontlieue et le monastère de la Couture eurent pour fondateur saint Bertrand.

Mais l'évêque resté le plus célèbre est saint Aldric, car il fut le fondateur des hospices de l'Hôpiteau et des Ardents, ainsi que d'autres fondations charitables.

La période carolingienne

Lorsque, en 778, Charlemagne traversa le Mans pour aller en Espagne, cette ville était l'une des villes les plus importantes et des plus industrieuses de France. Mais à la mort de Louis le Débonnaire, Lothaire ayant envahi le Maine qui était échu à Charles le Chauve, et s'en étant emparé, sa décadence fut aussi rapide qu'elle devait être longue[évasif]. Cette province, que se disputaient plusieurs souverains, est à dater de cette époque, périodiquement ravagée par les Normands.

Ces pirates surprennent le Mans, qu'ils pillent et dont ils massacrent les habitants ; ils entrent dans Sablé, d'où le pape Urbain II, en 1096, devait venir prêcher la première croisade. Ils s'emparent d'autres villes et ne se retirèrent que chargés de butin.

La période capétienne

Les comtes du Maine, auxquels Hugues Capet avait rendu la puissance héréditaire en la personne de Hugues Ier, ne parvinrent pas à repousser complètement ces obstinés envahisseurs, et l'un d'eux, Herbert, connu sous le nom d'Éveille-chien, reconnut pour son souverain Guillaume le Bâtard, lorsque le duc de Normandie, sous prétexte d'appuyer les droits de son fils Robert, qui avait été fiancé à la fille d'Herbert II, entra dans le Maine et soumit la province à son autorité.

La période de liaison avec l'Angleterre

Pour consolider la conquête du comté, qu'il ajoutait à son duché héréditaire de Normandie, Guillaume fit démanteler une partie de la muraille du Mans et construisit un château fort. Mais, pour éviter un éventuel mécontentement de la population, il accorda des franchises municipales. Toutefois cet effort fut insuffisant. Lorsque Guillaume accéda au trône d'Angleterre, les Manceaux se soulevèrent (en l'an 1066). Guillaume réprima ce premier soulèvement, ainsi que les trois autres qui suivirent. Il y eut dans le même temps que ces révoltes une terrible famine en 1085. Alors que des divisions naissaient entre les ducs Robert et Guillaume le Roux, fils et successeurs de leur père Guillaume, les Manceaux prirent une nouvelle fois les armes, aidés par Hélie de la Flèche, représentant héréditaire des comtes du Maine, et dont le père, Jeans de la Flèche, toute sa vie durant a lutté contre le comte d'Anjou Foulques le Réchin. Hélie finit par reconquérir le comté du Maine. Hélie de la Flèche maria sa fille Éremburge à Foulques V, et le comté du Maine fut réuni au comté d'Anjou. Le fils de Foulques, Geoffroi le Bel, surnommé Plantagenêt, ayant épousé Mathilde, fille du roi d'Angleterre Henri Ier, il naquit au Mans de cette union un fils, le futur roi d'Angleterre Henri II.

Louis le Jeune avait reçu à Montmirail (1168) l'hommage d'Henri II d'Angleterre pour le duché de Normandie, et ceux de ses fils, Henri au Court-Martel et Richard Cœur-de-Lion, pour l'Anjou, le Maine et la Bretagne. Dans la ville de la Ferté-Bernard eurent lieu ensuite des conférences destinées à rapprocher Philippe Auguste et Henri II, et qui n'aboutirent pas, comme à Montmirail, à cimenter la paix entre les royaumes de France et d'Angleterre. Philippe Auguste se jeta sur le Maine et l'Anjou et en chassa les Anglais; mais ces deux provinces ne furent définitivement acquises que lorsque Jean Sans-Terre (1203) fut condamné à perdre tous les biens qu'il possédait en France pour avoir fait assassiner son neveu Arthur de Bretagne. Philippe Auguste qui s'était fait l'exécuteur de la sentence rendue contre son vassal, tint cependant compte des droits de la reine Bérangère, veuve de Richard Cœur-de-Lion. Il lui céda la ville du Mans, qu'elle habita jusqu'à sa mort (1230) et où elle fut inhumée en l'abbaye de l'Épau, qu'elle avait récemment fondée. Louis IX, à la mort de Bérangère, assigna, comme douaire, à sa femme Marguerite de Provence le comté du Maine et le donna, en 1246, à son frère Charles, comte de Provence et roi de Naples.

La guerre de Cent Ans

Lorsque, en 1328, le comte du Maine, Philippe de Valois, parvint au trône, il habitait, avec Jeanne de Bourgogne sa femme, le château du Gué de Maulny. C'est là que naquit le roi Jean, surnommé le Bon, qui allait soutenir une terrible guerre contre Édouard III, le roi d'Angleterre prétendant à la couronne.

Édouard débarqua en France à la tête d'une grande armée. Vainqueur sur mer à la bataille de l'Écluse (1340), et sur terre, à la bataille de Crécy (1346), il porta le théâtre de la guerre dans le Maine. Après la sanglante défaite du roi Jean à Poitiers (1356), les Anglais restèrent maîtres de cette partie de la France ; mais battus par le connétable du Guesclin et Olivier de Clisson à Pontvallain, entre Mayet et la Flèche (1370), et défaits à plusieurs autres rencontres, ils durent se retirer. Mais vint la folie du roi Charles VI, dans la forêt de Bercé, alors qu'il marchait contre le duc de Bretagne. Il présenta alors les symptômes de ce qui serait un trouble bipolaire.

Cette folie permit aux Anglais de s'emparer de Mamers, Beaumont-sur-Sarthe et Ballon. La Ferté-Bernard, qui soutint un siège de quatre mois, fut prise par Salisbury qui, après la bataille de Verneuil, assiégea le Mans et s'en empara.

Ambroise de Loré reprit petit à petit les places fortes où les Anglais s'étaient fortifiés. Les Manceaux, soulevé contre l'étranger, furent vite de nouveau obligés de leur ouvrir les portes de la ville et Talbot fit mettre à mort les meneurs de la révolte.

Salisbury fit raser les fortifications de Mamers. Le comte d'Arundel (en) s'empara de Sillé-le-Guillaume, qui lui fut enlevé un instant par Gilles de Laval, puis plus tard définitivement par Ambroise de Loré. Enfin, Dunois rentre dans le Mans (1447) et les troupes anglaises quittent le Maine pour ne plus y revenir. La province ne fit son retour à la couronne en 1481, sous Louis XI.

Il accorda des privilèges à la ville du Mans, et cinq ans plus tard, à Sablé, où, après la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, fut enfermé le duc d'Orléans et fut signé un traité de paix entre Charles VIII et le duc de Bretagne.

Les guerres de religion

Révolution et premier Empire

Les hommes:

1795, guerre dite des vendéens,

"Stofflet recommence les hostilités, le 18 mars, en attaquant un bivouac de huit cents hommes établi sur les hauteurs de Chalonnes , et cette petite ville en même temps ; les grenadiers de la Sarthe et de Chartres s'y battirent en désespérés, écrit le conventionnel Bézard au comité de Salut-Public. Ces grenadiers de la Sarthe appartenaient aux bataillons de réquisitionnaires de ce département , réorganisés après l'évacuation du Mans , qu'on dirigea vers la Vendée , et qui , plus tard , firent la campagne contre l'Espagne , incorporés dans d'autres corps. On a vu que ce n'était pas la première circonstance , et ce ne sera pas la dernière , où les Sarthois seront cités pour leur valeur." Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe de Julien Rémi Pesche - 1829

Le 4 nivôse an 9, Le général Suehet, dans son rapport historique des opérations de l'armée d'Italie en l'an 9, cite le capitaine Guillaume-Charles Rousseau comme ayant tenu une conduite héroïque au passage du Miucio ... Il s'était déjà distingué au combat de Altenheim, en avant de Kehl, en Hollande, contre les Anglo-Russes, et à Marengo.

Les origines du département

Carte de l'ancienne province de l'Anjou.

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d’une partie de la province du Maine, connu sous le nom de haut Maine ou Maine blanc.

On lui adjoignit au sud une bande de territoire, appelée le Maine angevin, pris sur la province d’Anjou autour des villes de La Flèche, du Lude et de Château-du-Loir. Une petite partie du Perche lui fut adjointe (3 communes). Pour l’Anjou, ce sont 29 paroisses qui ont été implantées, afin de former 27 communes.

Communes de l’ancienne province d’Anjou situées dans le département de la Sarthe :

Sa préfecture, Le Mans, était le chef-lieu de l’ancienne province du Maine. L’autre partie de cette province du Maine, se partage le département de la Mayenne avec l’ancienne province d’Anjou. Les anciennes parties de la province du Maine ont été séparées. Laval, autrefois deuxième ville du Maine, sous direction du Mans, est aujourd’hui chef-lieu du département de Mayenne.

Géographie

La Sarthe fait partie de la région Pays de la Loire. Elle est limitrophe des départements de l'Orne, d'Eure-et-Loir, de Loir-et-Cher, d'Indre-et-Loire, de Maine-et-Loire et de la Mayenne.

La Sarthe est structurée autour de trois cours d'eau : la Sarthe (Le Mans, Sablé-sur-Sarthe), l'Huisne (La Ferté-Bernard, Le Mans) et le Loir (La Flèche).

Au nord du département, le paysage est plus proche de celui de la Normandie. Sur une trentaine de kilomètres, une partie nord du département est appelée Maine normand. Il contient les paysages dits des Alpes-mancelles.

Au sud-est, le climat est approchant de celui du centre et tout particulièrement de la Touraine. Tout l'ouest du département va de pair avec les espaces de la Mayenne et de l'ancienne province de l'Anjou, avec des terres agricoles et des exploitations fermières de taille moyenne.

Langue

Article détaillé : Parler sarthois.

Le patois sarthois est un dialecte du département de la Sarthe. Il n'est toutefois plus utilisé aujourd'hui comme patois local. Il n'a plus cours et n'est plus appris comme le serait le breton, le corse ou l'alsacien. L'accent demeure uniquement dans la partie nord du département, la partie sud dépendant plus du district d'Angers. L'accent est proche de celui des Sud-Normands, comme à Alençon ou à L'Aigle.

Le dialecte manceau s'est longtemps trouvé aux confluences de la langue vernaculaire parisienne et du breton. Cependant l'activité commerciale parisienne a rapidement pris le dessus et le français de Paris a été pleinement adopté au début du XVIe siècle. L'exemple en est le comte de Belin, ou encore Jean Mairet, personnalités parisiennes de ce siècle, relatant la vie du Mans et du sud du bocage manceau à l'époque. Le parler Sarthois n'a jamais été considéré comme une langue à part, mais bien un dialecte local. Il hérite grossièrement de traits très divers. Proche du Gallo, il a également emprunté au Normand, il est cependant classé par les spécialistes parmi les dialectes parisiens.

Structure départementale

La Sarthe est un département dont la forme est proche de celle d'un disque. On pourrait quasiment dire que sa forme est idéale vu que la préfecture estsituée en plein centre du département. Cependant, cela semble avoir pour influence de concentrer la majorité des activités et des populations à cet endroit précis. Il en résulte un manque d'activité et de concentration d'habitants sur l'ensemble du reste du département. Pour preuve, seules les villes de Sablé-sur-Sarthe et de La Flêche dépassent les 10 000 habitants dans toute la préfecture. Demographiqement, la disproportion a cependant tendance à se rétablir lentement car les petites communes gagnent des habitants alors que la ville-centre en a perdu 1000 en 10 ans. Ce département est traversé du nord au sud-ouest par la Sarthe, du nord-est au centre par l'Huisne (qui rejoint la Sarthe au Mans) et du sud-est au sud-ouest par le Loir (qui rejoint la Sarthe dans le département de Maine-et-Loire.

Au centre de la Sarthe, à la confluence de la Sarthe et de l'Huisne se trouve Le Mans. Cette ville fut créée par les Gaulois du peuple des Cénomans. Le Mans s'entoura d'une enceinte gallo-romaine au IVe siècle après J.-C.. La ville fut construite sur une colline surplombant la Sarthe, non loin de la confluence des deux rivières. L'agglomération 'Le Mans Métropole' compte aujourd'hui environ 200 000 habitants, son aire urbaine contient plus de la moitié des Sarthois avec environ 300 000 habitants, alors que son bassin d'emploi en atteint plus de 315 000.

Au nord de la Sarthe se trouve la ville de Mamers, d'environ 6000 habitants. Cette ville est une sous-préfecture, elle est située à la limite avec le département de l'Orne.

Au nord-est se trouve la ville de La Ferté-Bernard, environ 9000 habitants. Cette ville est traversée par l'Huisne, elle est située sur l'A11 (Paris-Nantes) à la limite avec le département d'Eure-et-Loir.

Au sud-est se trouve la ville de Château-du-Loir, environ 5000 habitants. Cette ville est traversée par le Loir et se situe sur la N138 (Le Mans-Tours), l'A28 (Rouen-Tours) ainsi que la ligne RFF Le Mans-Tours. Elle est à la limite avec le département d'Indre-et-Loire.

Au sud se trouve la ville de La Flèche, environ 17 000 habitants. Cette ville est une sous-préfecture traversée par le Loir à la limite avec le département de Maine-et-Loire.

Au sud-ouest se trouve Sablé-sur-Sarthe, environ 13 500 habitants. Cette ville est traversée par la Sarthe et se situe sur la ligne RFF Le Mans-Angers ainsi que sur l'A11 (Paris-Nantes). Elle est à la limite avec les départements de Maine-et-Loire et de la Mayenne.

Au sud-est se trouve Saint-Calais, environ 4000 habitants. Cette ville est traversée par l'Anille et se situe sur la RN 157 qui relie Orléans à Rennes via Le Mans et Laval. Elle est à la limite du département de Loir-et-Cher.

Climat

Le climat est celui d'un territoire du centre-ouest de la France. Moins pluvieux que la Normandie ou que la Bretagne, les précipitations sont de l'ordre de 140 jours par an. Le brouillard lui, est plus fréquent en hiver, plus que la neige. Ce sont à peu près 180 jours de brouillard par an qui surviennent. La grêle, l'orage ou la neige, sont plus rares et ne sont pas spécifiques au département. Les vents dominants sont ceux de l'ouest. Ceux du nord sont moins fréquents. La pluie et la neige arrivent sur le département par ces deux courants. Le climat varie du Nord au Sud. Brumeux et plus froid de quelques degrés au nord, les cultures de vignes, sont elles, avantagées au sud. Un service de météorologie est installé au Mans depuis 1877.

Économie

L'économie sarthoise est marquée entre autres par les MMA (Mutuelles du Mans Assurances), les poulets de Loué (Label Rouge), les usines de fabrication de Yoplait, Bel (fromage), Christ (conserves) et Bahier (rillettes), l'usine Renault (automobile) et les 24h du Mans... Aujourd'hui se développe les centres d'appels et les plateformes logistiques.

La situation géographique de la Sarthe, qui se trouve aux portes de l'ouest, a permis effectivement au Mans de se développer grâce, notamment, à l'arrivée du train en 1854 et à l’arrivée du TGV en 1989.

Démographie

La Sarthe comptait au 1er janvier 2005 551 971 habitants, soit une augmentation de 0,70% par rapport au 1er janvier 2000. La densité de population y est relativement faible à 89 habitants/km², comparé à la moyenne nationale de 112 habitants/km². Elle est également plus faible que la moyenne régionale de 106 habitants/km² des Pays de la Loire et s’accroît moins vite (+0,93% depuis 2000). L’indice de vieillissement est de 72,2 en 2005, contre 66,3 pour la région et 65,9 pour l’ensemble du territoire et le taux de 65-74 ans y est de 9,1% contre 8,4% pour le reste du territoire.

Culture

Chaque année, diverses manifestations culturelles ont lieu au Mans :

En mars se tiennent les Carrefours de la Pensée, un forum de discussion sur des sujets de géopolitique organisé conjointement par la municipalité du Mans et le journal Le Monde diplomatique.

En mai a lieu le Festival de l'Épau dans le cadre de l'abbaye de l'Épau, propriété du conseil général de la Sarthe.

Chaque été la muraille gallo-romaine du Mans est illuminée par une manifestation nommée "La Nuit des Chimères".

En octobre, se tient au Mans la "25e heure du Livre".

En novembre a lieu le Forum Le Monde - Le Mans, moment d'exposé et de débats sur des thèmes philosophiques, organisé par la municipalité du Mans et le journal Le Monde.

À cela, il faut ajouter de nombreux cycles de conférence, parmi lesquels ceux des associations et institutions suivantes :

Liaison Université, Association des Étudiants en Histoire (Université du Maine), Société Historique et Archéologique du Maine (Printemps de l'Histoire), Conseil général de la Sarthe (La Voix au Chapitre), Délégation des Droits aux femmes (cours publics sur l'Histoire des femmes à l'abbaye Saint Vincent)


Le Château du Lude.

Le festival d'art de rue, "Les Affranchis", de La Flèche, 3e festival du genre en France, chaque année début juillet.

Infrastructure routière

Le département de la Sarthe, de par sa position géographique, est très bien pourvu par les infrastructures routières et autoroutières.

La Sarthe est traversée par 3 autoroutes : l'A11 (Paris Saint-Arnoult - Nantes via Chartres et Angers), l'A81 (Le Mans - Rennes via Laval) et l'A28 (Rouen - Tours via Alençon). Ces trois autoroutes forment autour du Mans une étoile autoroutière à 5 branches, permettant aux entreprises d'implanter des entrepôts et des sociétés de transports afin de livrer l'ouest de la France avec des temps de transport équivalents quelle que soit la direction.

La Sarthe est également dotée de routes principales : la RN 23 (Paris - Nantes) dont il existe un tronçon à 2 x 2 voies entre l'échangeur Le Mans-Auvours et Arnage, et la RD 338 (anciennement RN 138) (Rouen - Tours) dont il existe un tronçon à 2 x 2 voies entre Saint-Saturnin et Pontlieue, ce tronçon sert également de rocade Ouest à la ville du Mans. De plus, la Sarthe est bien dotée en voies départementales.

Gastronomie

  • Les rillettes dites « du Mans », réputées nationalement, bien que le berceau des rillettes soit en fait la commune de Connerré située à 25 kilomètres du Mans.
  • Les grattons et rillons.
  • Le poulet de Loué.
  • Le chapon du Mans.
  • La potée ou marmite sarthoise(les deux noms désignent le même plat).
  • Les sablés (biscuits).
  • Le jasnières (vin blanc) et le coteaux-du-Loir (vin blanc, rosé ou rouge).
  • La miotée, recette composée de pain associée à du lait (sucré), du vin ou du cidre.
  • Les « prytanéens », chocolats, nommés ainsi en référence au Prytanée national militaire.
  • Le « bourdon », pomme recouverte d'une pâte feuilletée.

Tourisme

Les événements majeurs du département sont organisés par la ville du Mans. Il s'agit bien souvent d'événements sportifs automobiles : les 24 heures du Mans auto, moto, camion (organisateur : ACO), le Grand Prix de France de Vitesse Moto (organisateur : Dorna). Mais la ville dispose également d'une équipe en Championnat de France de Football de Ligue 1 (Le Mans Union Club 72). De même, une équipe dispute le Championnat de France de basket-ball Pro A (Le Mans Sarthe Basket).

Les événements culturels ne sont pas en reste. La 25e heure du Livre (courant Octobre) comme La Nuit des Chimères (août) ou le Festival de l'Épau (Mai) et Europa Jazz Festival (mai) se déroulent dans l'ancienne capitale du Maine.

Le Festival Artec se déroule à la Ferté-Bernard, fin mai. Il réunit des challengers de toute la France pour organiser des tournois de créations robotiques. Elle est la plus prestigieuse compétition française en la matière. De nombreuses écoles d'ingénieurs font le déplacement chaque année.

Le Château du Lude est un lieu intéressant pour son architecture. Le Val de Loir est reconnu au niveau régional pour ses vins. Les faïenceries de Malicorne-sur-Sarthe sont parmi les plus belles de la région.

Le zoo de La Flèche est reconnu pour posséder quelques races d'animaux rares. Il est une attraction au niveau national, ( plus de 300 000 visiteurs par an ), tout comme le zoo de Doué en Maine-et-Loire. Le zoo de La Flèche est l'un des 5 plus grands parcs zoologiques français.

Deux petits territoires en limite du département allient les richesses d'un milieu naturel préservé et d'un patrimoine artistique culturel et architectural. Au Nord-ouest, Le canton de Saint-Léonard-des-Bois marque le début du massif Armoricain tandis qu'au sud-est Le Canton de La Chartre-sur-le-Loir en bordure de la forêt de Bercé offre un aperçu des vignobles du val de Loire avec le Jasnières et le Coteau-du-Loir.


Communes ayant plus de 10% de résidences secondaires

Selon le recensement général de la population du 8 mars 1999, 6.8 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes du département de la Sarthe dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10% des logements totaux.

Politique

Administration

Divers

  • Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe, suivi d'une biographie et d'une bibliographie. Julien Rémy Pesche. 1829.
  • Référence:Géographie de la Sarthe. Adolphe Joanne. 1889.Éditions Hachette et Cie

Liens externes


  • Portail de la Sarthe Portail de la Sarthe

48°00′N 0°19′E / 48, 0.317

Ce document provient de « Sarthe (d%C3%A9partement) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Département de la Sarthe de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Departement de la Sarthe — Admin ASC 2 Code Orig. name Département de la Sarthe Country and Admin Code FR.B5.72 FR …   World countries Adminstrative division ASC I-II

  • Sarthe (Département) — Sarthe (72) Region …   Deutsch Wikipedia

  • Sarthe (département) — Pour les articles homonymes, voir Sarthe. Sarthe …   Wikipédia en Français

  • Département Sarthe — Sarthe Region Pays de la Loire …   Deutsch Wikipedia

  • Departement — Département français Pour consulter un article plus général, voir : Administration territoriale de la France. Carte des 96 départements français de métropole …   Wikipédia en Français

  • Departement francais — Département français Pour consulter un article plus général, voir : Administration territoriale de la France. Carte des 96 départements français de métropole …   Wikipédia en Français

  • Département de France — Département français Pour consulter un article plus général, voir : Administration territoriale de la France. Carte des 96 départements français de métropole …   Wikipédia en Français

  • Sarthe (riviere) — Sarthe (rivière) Pour les articles homonymes, voir Sarthe. Sarthe La Sarthe à Fresnay sur Sarthe …   Wikipédia en Français

  • Sarthe (Fluss) — Sarthe alte Mühle bei Parcé sur SartheVorlage:Infobox Fluss/KARTE fehlt Daten …   Deutsch Wikipedia

  • Sarthe — Sarthe, 1) Fluß im nordwestlichen Frankreich; entspringt in der Nähe der alten Abtei Latrappe, nördlich von Mortagne, im Departement Orne, geht durch dieses, durch Sarthe u. Mayenne Loire, wird bei Malicorne schiffbar, nimmt mehre kleine Flüsse… …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.