Dux


Dux

Duc

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le titre de noblesse. Pour les autres significations, voir Duc (homonymie).
représentation héraldique de la couronne ducale.

Duc — du latin dux, ducis, « meneur, chef Â». Au pluriel latin duces.

Sommaire

Origine, Empire romain

L'origine de ce titre remonte à l'Empire romain. On voit sous l'empereur Probus, en 276, le titre de dux porté non-seulement par les généraux d'armée, mais aussi par les proconsuls et les préteurs. C'est surtout à partir de Dioclétien et de Constantin que ce titre devint officiel.

Avant de devenir un titre de noblesse, la qualité de dux est un titre militaire de l'armée romaine du Bas-Empire. Il s'agit du commandement de région frontalières, on trouve ainsi au IV siècle en Gaule :

  • le dux provinciae Sequanici : « duc de la province séquanaise Â» (autour de Besançon) ;
  • le dux tractus Armoricani : « duc du territoire armoricain Â» pour les côtes du nord de la Gaule ;
  • le dux Belgicae Secundae : « duc de Belgique Seconde Â» ;
  • le dux Germaniae Primae : « duc de Germanie Première Â» ;
  • le dux Mogontiacensis : « duc de Mayence Â» ;

Les duces étaient alors chefs de l'administration et de la justice aussi bien que du commandement militaire dans les provinces qui leur étaient confiées. Ils étaient, ainsi que les comes (comtes), subordonnés au magister militum (chef de la milice). On comptait 13 duces dans l'Empire romain d'Occident, et 12 dans celui Orient. L'invasion des Barbares permit à la plupart des duces de se rendre indépendants dans leurs gouvernements : des chefs barbares reçurent ce titre des autorités romaines, et se le transmirent après la dissolution de l'Empire en Occident. Tels furent les duchés des Bavarois et des Alamans.

Moyen Âge

À l'époque franque, sont constitués des grands commandements qualifiés de duché :

Le duc est assimilable à une sorte de gouverneur général. Il exerce, au nom du souverain, des pouvoirs de nature militaire et judiciaire sur un ensemble de comtés. Ainsi, le « duché du Mans Â» (Ducatus Cenomannicus ou Cenomannensis) couvre 12 comtés situés entre la Seine et la Loire.

En Allemagne, à l'époque carolingienne, sont constitués les duchés dits nationaux : Thuringe, Bavière, Bourgogne

En France, dès le VIe siècle, Eudes, duc d'Aquitaine, transmit le premier son duché à ses descendants, et au Xe siècle, sous les derniers Carolingiens, tous les ducs avaient érigé en principautés héréditaires les gouvernements qui leur étaient confiés. Au Moyen-Âge, les duchés sont les plus grandes principautés après les royaumes.

Dans l'empire byzantin, le titre de duc est réactivé dans la seconde moitié du Xe siècle pour désigner les commandants militaires de grandes régions, parfois appelées duchés (doukaton).

En Europe centrale et orientale de la même époque, le duc est appelé voïvode, mot d'origine slave bâti sur la même racine vod- (conduire). Le voïvode est à l'origine un chef militaire, qui assoit son autorité sur un voïvodat.

France

Duchés médiévaux

À la fin du Moyen Âge et à l'époque moderne, le duché et la pairie seront attribués à des ensembles féodaux moins importants, principalement d’anciens comtés.

Duchés modernes

Sous les Capétiens la puissance territoriale des ducs diminua à mesure que grandit le pouvoir royal, et le titre de duc finit par n'être plus qu'une dignité.

Le système des duchés de l’Ancien Régime est beaucoup plus complexe que celui de l’époque médiévale. La différence fondamentale est que les nouveaux duchés sont généralement beaucoup moins importants que les duchés médiévaux - ils ne constituent pas de vraies principautés. De plus le statut ducal n’est pas attaché de manière définitive aux fiefs érigés en duchés. Les lettres patentes de création contiennent des clauses de succession qui règlent le devenir des duchés. Dans la plupart des cas, la règle choisie est celle de la succession par les mâles : à l’extinction de la descendance masculine du bénéficiaire de l’érection en duché, le duché revient à son "état antérieur" - seigneurie, comté ou autre.

On distinguait les ducs et pairs, qui siégeaient au parlement; les ducs héréditaires, et les ducs à brevet, dont le titre n'était point transmissible.

En outre les nouveaux duchés sont hiérarchisés :

  1. les duchés-pairies : ils donnent à leur titulaire les privilèges des pairs de France, dont le droit de séance au parlement de Paris. Les lettres patentes de création de ces duchés-pairies doivent être enregistrées au Parlement. Si cette formalité n'est pas accomplie, le duché n’est pas héréditaire. Les ducs et pairs avaient comme possibilité de démissionner de leur pairie en faveur d’un de leurs héritiers qui recevait alors un autre titre ducal, le pair démissionnaire gardant le sien. Ainsi, nombre de titre ducaux sont "dédoublés" entre le père et le fils.
  2. les duchés non pairies : le titre ducal est héréditaire selon les lettres patentes d’érection, mais le titulaire n’est pas pair et ne peut donc siéger au Parlement. Comme les duchés-pairies, les duchés "simples" devaient être enregistrés au Parlement. (Chevreuse, Broglie, Polignac...),
  3. les ducs à brevets d'honneur : il ne s’agit pas à proprement parler de duchés, mais de titre ducaux accordés par le souverain à des individus - et non à des fiefs. Ce titre n'est pas héréditaire, il n’y a donc pas à l’enregistrer au Parlement. Les ducs à brevet d’honneur jouissent de tous les privilèges des ducs non pairs. Les brevets d’honneur ont principalement été utilisés au XVIIIe siècle.

Une ordonnance de Charles IX, rendue en 1566, établit que les duchés héréditaires seraient réversibles à la couronne à défaut des mâles.

Tous les ducs portaient le titre de "cousins du roi", partagé avec les grands officiers de la couronne. Leurs femmes avaient le droit de s’asseoir en présence de la reine - ce que l’on nomme le "tabouret de duchesse". Depuis 1704, les grands d’Espagne jouissent en France des privilèges des ducs. Un certain nombre de nobles, grands d‘Espagne sans être ducs, avaient donc un rang équivalent à la cour à celui des ducs.

Certains duchés ont changé de nom pendant leur histoire : le duché de Thouars est par exemple souvent dénommé duché de la Trémoïlle. De plus il n’était pas rare que certains fiefs soient érigés en duchés sous un autre nom. Ainsi le duché de Montmorency fut re-érigé en 1633 sous le nom d’Enghien, qui resta attaché à un lac de la région de Montmorency, lac qui donna son nom à la ville d’Enghien-les-Bains.

Le titre de duc, aboli à la Révolution française, fut rétabli en 1806. Plusieurs ducs furent créés sous l'Empire et sous les gouvernements qui suivirent. Sous l'ancien régime, on désigna, à partir du XVIe siècle, sous le titre de Monsieur le Duc, le fils aîné du prince de Condé. On connaît particulièrement dans l'histoire sous ce nom le duc Henri de Bourbon, qui fut ministre en 1723.

XVe siècle

XVIe siècle

XVIIe siècle

  • Aiguillon : duché-pairie en 1600
  • Rohan : duché-pairie en 1603
  • Sully : duché-pairie en 1606
  • Fronsac : duché-pairie en 1608
  • Damville : duché-pairie en 1610
  • Lesdiguières : duché-pairie en 1611
  • Hallwin/Candale : duché-pairie en 1611
  • Grancey : duché en 1611
  • Châteauroux : duché-pairie en 1616
  • Luynes : duché-pairie en 1619
  • Bellegarde : duché-pairie en 1620
  • Brissac : duché-pairie en 1620
  • La Rocheguyon : duché en 1621
  • Hallwin : duché-pairie en 1621
  • Candale : duché-pairie en 1621
  • Chaulnes : duché-pairie en 1621
  • Pont-de-Vaux: duché en 1623
  • Frontenay : duché en 1626
  • Villars : duché en 1627
  • Chevreuse : duché-pairie en 1627
  • Richelieu : duché-pairie en 1629
  • La Valette : duché-pairie en 1631
  • La Rochefoucauld : duché-pairie en 1631
  • Enghien : duché-pairie en 1633
  • Retz : duché-pairie en 1634
  • Fronsac : duché-pairie en 1634
  • Aiguillon : duché-pairie en 1634
  • Saint-Simon : duché-pairie en 1635
  • La Force : duché-pairie en 1637
  • Aiguillon : duché-pairie en 1638
  • Valentinois : duché-pairie en 1642
  • Coligny : duché en 1643
  • Gramont : duché en 1643
  • Damville : duché en 1648
  • Noirmoutiers : duché en 1650
  • Lavedan : duché en 1650
  • Vitry : duché en 1650
  • Tonnay-Charente : duché en 1650
  • Arpajon : duché en 1650
  • Rosnay : duché en 1651
  • La Vieuvilee : duché en 1651
  • Villemor : duché en 1651
  • Cardona : duché en 1651 (duché sis en Catalogne, donc hors du royaume de France)
  • Béthune-Orval : duché en 1651
  • Bournonville : duché en 1652
  • Roquelaure : duché en 1653
  • Fayel : duché en 1653
  • Coulommiers : duché en 1654
  • Montmirail ; duché en 1657
  • Montaut/La Valette : duché en 1660
  • Randan : duché-pairie en 1661
  • Carignan : duché en 1662
  • Verneuil : duché-pairie en 1663
  • Estrées : duché-pairie en 1663
  • Gramont : duché-pairie en 1663
  • La Meilleraie : duché-pairie en 1663
  • Rethel-Mazarin : duché-pairie en 1663
  • Villeroy : duché-pairie en 1663
  • Mortemart : duché-pairie en 1663
  • Poix-Créquy : duché-pairie en 1663
  • Saint-Aignan : duché-pairie en 1663
  • Randan/Foix : duché-pairie en 1663
  • La Rocheguyon : duché-pairie en 1663
  • Tresmes/Gesvres : duché-pairie en 1663
  • Noailles : duché-pairie en 1663
  • Coislin : duché-pairie en 1663
  • Choiseul : duché-pairie en 1665
  • Aumont : duché-pairie en 1665
  • La Ferté-Senneterre (Saint-Nectaire) : duché-pairie en 1665
  • Montausier : duché-pairie en 1665
  • La Vallière : duché-pairie en 1667
  • Duras ; duché en 1668
  • Nemours : duché-pairie en 1672
  • Le Lude : duché en 1675
  • Béthune-Charost : duché-pairie en 1690
  • Humières : duché en 1690
  • Quintin/Lorges: duché en 1691
  • Boufflers : duché en 1695
  • Châtillon : duché en 1696

XVIIIe siècle

  • Harcourt : duché en 1700
  • Châteauvillain : duché-pairie en 1703
  • Villars : duché en 1705
  • Royan-Noirmoutiers : duché en 1707
  • Boufflers : duché-pairie en 1708
  • Villars : duché-pairie en 1709
  • Harcourt : duché-pairie en 1709
  • Fitz-James : duché-pairie en 1710
  • Antin : duché-pairie en 1711
  • Rambouillet : duché-pairie en 1711
  • Rohan-Rohan (Frontenay) : duché-pairie en 1714
  • Hostun : duché-pairie en 1715
  • Villars-Brancas : duché-pairie en 1716
  • Roannais / La Feuillade : duché-pairie en 1716
  • Lévis : duché-pairie en 1723
  • Rochefort : duché en 1728
  • Lauragais : duché en 1731
  • Enville : duché en 1732
  • Châtillon : duché-pairie en 1736
  • Fleury : duché-pairie en 1736
  • Estissac : duché en 1737
  • Ayen : duché en 1737
  • Lesparre : duché en 1739
  • Gisors : 1742
  • Broglie : duché en 1742
  • Châteauroux : duché en 1744
  • Coigny : duché en 1747
  • Gisors/Belle-Isle : duché-pairie en 1748
  • Taillebourg : duché en 1749
  • Mirepoix : duché en 1751
  • Clermont-Tonnerre : duché en 1755
  • Duras : duché-pairie en 1756
  • Laval : duché en 1758
  • Stainville (Choiseul) : duché-pairie en 1758
  • La Vauguyon : duché-pairie en 1758
  • Picquigny : duché en 1761
  • Praslin : duché-pairie en 1762
  • Choiseul d'Amboise : duché-pairie en 1764
  • Beaumont : duché en 1765
  • Liancourt : duché en 1765
  • Poix : duché en 1767
  • Croÿ d'Havré : duché en 1773
  • Civrac : duché en 1774
  • Villequier : duché en 1774
  • Clermont-Tonnerre : duché-pairie en 1775
  • Châteauroux : duché-pairie en 1776
  • Gisors : duché-pairie en 1776
  • Guines : duché en 1776
  • Châtelet : duché en 1777
  • Brunoy : duché-pairie en 1777
  • Louvois : duché-pairie en 1777
  • Guiche : duché en 1780
  • Polignac : duché en 1780
  • Maillé : duché en 1784
  • Saulx-Tavannes : duché en 1786
  • Bauffremont : duché en 1787
  • Amboise : duché-pairie en 1787
  • Coigny : duché-pairie en 1787

De nombreuses seigneuries furent d'abord érigées en duché et en un second temps élevées à la pairie, ce qui explique qu'elles apparaissent deux fois dans cette liste.

XIXe siècle

Comme les privilèges, les titres nobiliaires seront abolis à la Révolution, puis rétablis du Premier Empire au Second Empire.

Duchés du Premier Empire

Duchés de la Restauration

Duchés du Second Empire

Désormais les titres de duc sont seulement maintenus en France, ils ne sont plus créés.

Royaume-Uni

Le titre de duc est le plus élevé de la hiérarchie nobiliaire britannique. Les Britanniques font toutefois la différence entre le duché (duchy), correspondant à un territoire féodal, et la dignité ducale (dukedom). S'il n'existe aujourd'hui que deux duchés, celui de Cornouailles (Cornwall) et celui de Lancastre, tous deux sous le contrôle de la couronne, il existe vingt-sept titres de duc dans les différentes pairies britanniques. Les ducs ont droit aux prédicats de Grace et de Très-Noble, leur fils aîné au titre « de courtoisie Â» (le deuxième titre de leur père), et leurs autres fils à celui de lord.

Pairie d'Angleterre

Pairie d'Écosse

Pairie d'Irlande

Pairie de Grande-Bretagne

Pairie du Royaume-Uni

Belgique

Le titre de duc est le deuxième plus élevé de la hiérarchie nobiliaire belge.

Le titre de duc, à l'instar de celui de marquis ou de prince, n'est généralement pas octroyé par le Roi des Belges à un roturier, mais seulement aux aristocrates dont la famille a déjà porté un tel titre avant l'indépendance de la Belgique (1830).

  • Duc d'Arenberg créé en 1612 ; l'aîné est également duc d'Aarschot
  • Duc de Beaufort-Spontin créé en 1782
  • Duc de Croÿ créé en 1528 ; créé prince de Solre en 1677 et prince du Saint-Empire en 1742
  • Duc de Looz-Corswarem créé en 1734
  • Duc d'Ursel titre créé aux Pays-Bas catholiques en 1716, autorisé en Belgique en 1884
  • le titre de Duc de Brabant est octroyé, depuis 2001, au fils aîné ou à la fille aînée du souverain de Belgique, ou à son défaut, au fils aîné ou à la fille aînée du fils aîné ou de la fille aînée du souverain. Jusqu'à cette date, le duc de Brabant ne pouvait être que le fils aîné du Roi ou, à sa défaut, le fils aîné du fils aîné du Roi. Cette modification a été rendue nécessaire par l'abrogation de la loi salique en 1991. Le titre de "duc de Brabant" ou de "duchesse de Brabant" précède le titre de "prince de Belgique" ou de "princesse de Belgique".

Les autres titres comprenant le terme duc ne sont portés que par des membres de familles régnantes :

  • grand-duc, porté par exemple par les membres de la famille impériale de Russie et par le souverain du Grand-Duché de Luxembourg
  • archiduc, porté par les membres de la famille impériale d'Autriche

Notes et références

  1. ↑ a , b , c  et d  ces ducs sont également princes de la maison royale.

Voir aussi

Liens internes

Source partielle

« Duc Â», dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang [sous la dir. de], Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions]  (Wikisource)

Ce document provient de « Duc ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • DUX — olim nomen officiale, deine honorarium, mox feudale et hereditarium. Consularibus saeculis Imperator dictus est, sed arrogato hoc titulo primum triumphantibus, dein Caesaribus; exercituum Praefecti rarius Impp. Duces communiter appellati sunt.… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • DUX — bezeichnet: den deutschen Name der tschechischen Stadt Duchcov in Nordböhmen die Einführung des Themas einer Fuge, siehe Dux und Comes (Musik) Dux (Titel), ein römischer Militärrang aus dem sich die lateinische Bezeichnung des Adelstitels Herzog… …   Deutsch Wikipedia

  • Dux — bezeichnet: den deutschen Namen der tschechischen Stadt Duchcov in Nordböhmen die Einführung des Themas einer Fuge, siehe Dux und Comes Dux (Titel), einen römischen Militärrang, aus dem sich die lateinische Bezeichnung des Adelstitels Herzog… …   Deutsch Wikipedia

  • Dux — Dụx 〈m.; , Dụ|ces; Mus.〉 Grundgestalt des Fugenthemas; →a. Comes [lat., „Führer“] * * * DuÌ£x, der; , Duces [ du:tÌ®se:s] [lat. dux = Führer, zu: ducere = ziehen, führen] (Musik): meist einstimmiges Fugenthema in der Haupttonart, das im ↑ Comes (2) …   Universal-Lexikon

  • dux — dux; re·dux; dux·elles; …   English syllables

  • Dux — Dux, n. [L., leader.] (Mus.) The scholastic name for the theme or subject of a fugue, the answer being called the comes, or companion. [1913 Webster] || …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Dux [3] — Dux, Georg, Landsknechthauptmann des 16. Jahrh., s. Hegnenberg Dux …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • dux — ● dux, duces nom masculin (latin dux, ducis, chef) Jusqu au IIIe s., officier romain chargé d un commandement extraordinaire. (Au IVe s., les duces commandent régulièrement les forces armées de chaque province.) …   Encyclopédie Universelle

  • Dux — der; , Duces [ du:tse:s] <aus lat. dux »Führer« zu ducere »ziehen, führen«>: 1. a) Führer einer Heeresabteilung im Röm. Reich; b) im Mittelalter königlicher Amtsträger mit vorwiegend militärischen Aufgaben; Herzog. 2. meist einstimmiges… …   Das große Fremdwörterbuch

  • dux — ‘Príncipe o magistrado supremo de las repúblicas de Venecia y Génova’. En la norma culta está asentado su empleo como invariable en plural (→ plural, 1f): «Llegamos así [...] a la fachada lateral de San Marcos, vecina de la Puerta de la Carta del …   Diccionario panhispánico de dudas

  • dux — (plural dux) sustantivo masculino 1. Área: historia Título del magistrado supremo de algunas repúblicas antiguas italianas como Venecia o Génova. Sinónimo: dogo …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.