Dorothee de Courlande

ï»ż
Dorothee de Courlande

Dorothée de Courlande

Duchesse de Dino, de Talleyrand et de Sagan
Portrait par François GĂ©rard ?
Portrait par François GĂ©rard ?

Nom de naissance Dorothée de Courlande
Naissance 21/08/1793
Berlin
DĂ©cĂšs 1862
Sagan
Ascendants Pierre Von Biron, duc souverain de Courlande et Anna Dorothea
Conjoint(s) Edmond de PĂ©rigord

Dorothée princesse de Courlande (1793 Berlin - 1862 Sagan), comtesse Edmond de Périgord (1809), puis duchesse de Dino (1817, titre sous lequel elle est passée à la postérité), puis duchesse de Talleyrand (1838) et duchesse de Sagan (1845).

QuatriĂšme fille de Pierre Von Biron, duc souverain de Courlande, DorothĂ©e de Courlande Ă©tait dotĂ©e tout Ă  la fois d'une beautĂ© fascinante, d'une intelligence remarquable, d'un tempĂ©rament ardent et d'une profonde culture. Sa mĂšre Anna Dorothea, duchesse de Courlande, sĂ©parĂ©e de son Ă©poux Pierre, avait un amant, Alexandre de Batowski, nonce Polonais qui fut sans doute le pĂšre de DorothĂ©e, nĂ©e Ă  Friedrichsfelde, prĂšs de Berlin, le 21 aoĂ»t 1793.

Sommaire

Son mariage

Talleyrand qui cherchait une riche héritiÚre pour son neveu, avait demandé à Alexandre, tsar de Russie, d'intervenir auprÚs de la duchesse pour favoriser le mariage.

Le mariage avec Edmond de Périgord, fut célébré, en pleine période des guerres napoléoniennes, le 21 et le 22 avril 1809 à Francfort-sur-le-Main par le prince Primat Dalberg, ami de Talleyrand, et Dorothée devint comtesse Edmond de Périgord et petite-niÚce de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, prince de Bénévent.

La chute de l’Empire et le congrĂšs de Vienne, oĂč Talleyrand est dĂ©signĂ© pour reprĂ©senter la France, favoriseront leur intimitĂ©. À son ambassade de Vienne, le palais Kaunitz, elle fera les honneurs de sa maison.

Le 31 aoĂ»t 1817, Talleyrand est dotĂ© par le roi du titre de duc et de pair. Le roi de Sicile le dote aussi, le 2 dĂ©cembre, du duchĂ© de Dino, une petite Ăźle au large de la Calabre (1500 x 1200 m.), parce qu’il lui est reconnaissant de ses services Ă  Vienne. Ce titre est immĂ©diatement transmissible Ă  ses neveux. C’est ainsi que DorothĂ©e devient duchesse de Dino.

La jeune fille, d'éducation allemande, se trouva plongée en milieu français, donc ennemi. Ses trois soeurs, également trÚs anti-françaises, n'assistÚrent pas au mariage.

Le mariage fut malheureux, Edmond étant plus occupé par le jeu, la guerre et les femmes que par son épouse. Malgré la naissance de trois enfants, le ménage se sépara aprÚs le congrÚs de Vienne. C'est à cette époque qu'elle occupe une grande place et joue un grand rÎle dans la vie de Charles-Maurice. Elle l'accompagne au congrÚs de Vienne. Elle devint probablement sa maßtresse aprÚs 1815.

Le 2 dĂ©cembre 1817, Talleyrand reçoit de Ferdinand Ier, roi des Deux Siciles, le titre de duc de Dino, nom d'une Ăźle de Calabre, transmissible immĂ©diatement au comte et Ă  la comtesse Edmond de PĂ©rigord, ses neveu et niĂšce. Le 24 mars 1818, les Ă©poux Dino se sĂ©parent; la sĂ©paration de corps n'Ă©tant prononcĂ©e que le 6 novembre 1824.


Sa vie avec Talleyrand

Le 3 juillet 1820, Talleyrand quitte Paris pour Valençay, accompagnĂ© de DorothĂ©e de Dino, qui est enceinte de son troisiĂšme enfant, Pauline, dont la paternitĂ© est parfois attribuĂ©e Ă  Talleyrand.

MalgrĂ© la compagnie de cet homme, de trente-neuf ans son aĂźnĂ©, elle a plusieurs amants, ce qui lui valut une rĂ©putation de redoutable sĂ©ductrice, et elle met au monde trois filles illĂ©gitimes. Une d'entre elles, nĂ©e en 1816, serait peut-ĂȘtre Bozena Nemcova, la grande Ă©crivain tchĂšque, qu'elle aurait eue de Clam Martinic, son amant du congrĂšs de Vienne. Les deux autres, Antonine et Julie ZulmĂ©, naquirent en 1825 et en 1827.

Elle devient duchesse de Talleyrand le 28 avril 1838. Le 6 janvier 1845, un diplĂŽme du roi de Prusse investit DorothĂ©e comme duchesse de Sagan, son fils Louis-NapolĂ©on, filleul de NapolĂ©on et le petit-fils de cette derniĂšre, Boson de Talleyrand-PĂ©rigord, prenant immĂ©diatement le titre de prince de Sagan. Ainsi, le titre de duc de Sagan prĂ©sente la particularitĂ© de pouvoir se transmettre en ligne fĂ©minine.

Ce nom appartient aussi Ă  l'histoire de la littĂ©rature française pour ĂȘtre devenu vers 1950 le "nom de plume" de la jeune Françoise Sagan, nĂ©e Quoirez (1935 - 2004), qui se cherchait un pseudonyme en lisant Marcel Proust; elle fut sĂ©duite par la sonoritĂ© du nom lu dans un passage Ă©voquant le duc de Sagan de l'Ă©poque.

Quand Talleyrand devient ambassadeur de France Ă  Londres en 1830, DorothĂ©e l'accompagne et se sent plus Ă  l'aise que dans Paris qu'elle dĂ©teste, oĂč tout le Faubourg Saint-Germain lui fait sentir qu'elle est Ă©trangĂšre. Ce fut le drame de toute sa vie : partout oĂč elle vĂ©cut, elle fut regardĂ©e comme une Ă©trangĂšre - Ă  la cour de Prusse elle Ă©tait la Française, Ă  Paris elle Ă©tait l'Allemande.

"Il me prend des profonds et mĂ©lancoliques regrets pour ce doux et tranquille Rochecotte..." (lettre de 1862).[rĂ©f. nĂ©cessaire]

AprĂšs la mort de Talleyrand (1838), elle donne en aoĂ»t 1847 son domaine tourangeau de Rochecotte Ă  sa fille Pauline de Castellane, aprĂšs avoir choisi dĂšs 1843 de rĂ©sider en souveraine dans le chĂąteau de Sagan, en SilĂ©sie, composĂ© de 130 piĂšces sur un domaine de 1 200 hectares, achetĂ© par son pĂšre et rachetĂ© par elle Ă  sa sƓur, Pauline de Hohenzollern[rĂ©f. nĂ©cessaire].

Elle régne sur ce duché immense, trÚs riche, mais seule avec ses souvenirs; elle a un "accident de voiture" en juin 1861 et meurt le 19 septembre 1862 à Sagan.

MalgrĂ© le souhait exprimĂ© Ă  son oncle - et trĂšs probable amant - dans une lettre d'avril 1838, et par testament, de faire mettre son coeur auprĂšs de sa tombe Ă  Valencay, elle fut inhumĂ©e dans la Kreuzkirche de Sagan, avec sa sƓur Wilhelmine et son fils Louis.

Ses rapports avec ses contemporains

Selon ses mĂ©moires[1], elle se serait trouvĂ©e dans l'obligation de garder HonorĂ© de Balzac Ă  dĂźner au chĂąteau de Rochecotte Ă  cause du mauvais temps alors qu'il cherchait une propriĂ©tĂ© dans la rĂ©gion de SachĂ© avec Monsieur de Margonne. Elle le dĂ©crit comme lourd, laid, et sans esprit [2]. Balzac ne l'a d'ailleurs pas Ă©pargnĂ©e. Il l'a reprĂ©sentĂ©e, dans La ComĂ©die humaine, sous les traits de la terrible Marquise d'Espard, en particulier dans Les Secrets de la princesse de Cadignan oĂč « Anne-Marie Meininger a analysĂ© de singuliĂšres ressemblances entre le personnage de la princesse de Cadignan et la comtesse CordĂ©lia de Castellane, (Ă©pouse de Boniface de Castellane). la duchesse de Dino lui tenant lieu de marquise d'Espard.[3]. Â»

"(...) de grands yeux bleu foncĂ©, trĂšs beaux, si ardents qu'ils en paraissaient noirs. Il y avait en elle quelque chose de hardi, de sauvage, d'indomptĂ© et de brĂ»lant qui retenait le regard". (Casimir CarrĂšre, "Talleyrand amoureux", Ă©dition France-Empire, 1975[prĂ©cision nĂ©cessaire].

Les jugements qu’elle inspira sont divers; ceux des hommes, admiratifs devant sa beautĂ© et son intelligence, sont Ă©logieux, ceux des femmes, jalouses de sa position et de sa richesse, sont plus venimeux. Il est Ă©tonnant qu’on ne lui ait pas connu d’amie proche [rĂ©f. nĂ©cessaire].

Elle fut assez seule, sinon solitaire, mais entretint une grande correspondance avec de nombreuses personnalitĂ©s de son Ă©poque. Elle fut une vraie EuropĂ©enne, Ă  une Ă©poque oĂč le mot Ă©tait inconnu. NĂ©e entre deux cultures, parlant trois langues, en contact avec toutes les personnalitĂ©s politiques d'Europe, elle aurait pu ĂȘtre, en d’autres temps, par son intelligence, une femme politique ou une savante. Mais en ce temps-lĂ , seuls les hommes faisant une carriĂšre, elle n’eut pas l’opportunitĂ© de rĂ©aliser ses nombreux talents. Comme le disait Guizot : "une personne rare et grande" [rĂ©f. nĂ©cessaire].

La duchesse de Dino compte encore une descendante en Touraine, "région paisible et humaine, d'une beauté pure, trÚs poétique" en la personne de Béatrice de Andia, une de ses arriÚres-arriÚres-petites-filles, présidente de l'association des "Amis du chùteau d'Azay-le-Rideau", propriétaire du chùteau de La ChatonniÚre (37).

Propriétés de la duchesse de Dino

MĂ©moires

  • DorothĂ©e, princesse de Courlande, duchesse de Dino, MĂ©moires . Tome I, 1794-1808 : souvenirs d'enfance de la princesse de Courlande (texte Ă©tabli par ClĂ©mence Muller). – Clermont-Ferrand : Paleo, coll. « Sources de l'histoire de France Â», 2003. – 173 p., 21 cm. – ISBN 2-84909-022-0.

Chronique:

    • MĂ©moires. Tome II, 1831-1834 (texte Ă©tabli par ClĂ©mence Muller). – Clermont-Ferrand : Paleo, coll. « Sources de l'histoire de France Â», 2003. – 258 p., 21 cm. – ISBN 2-84909-039-5.
    • MĂ©moires . Tome III, 1835-1837 (texte Ă©tabli par ClĂ©mence Muller). – Clermont-Ferrand : Paleo, coll. « Sources de l'histoire de France Â», 2004. – 228 p., 21 cm. – ISBN 2-84909-065-4.
    • MĂ©moires . Tome IV, 1838-1840 (texte Ă©tabli par ClĂ©mence Muller). – Clermont-Ferrand : Paleo, coll. « Sources de l'histoire de France Â», 2004. – 243 p., 21 cm. – ISBN 2-84909-071-9.
    • MĂ©moires . Tome V, 1840-1843 (texte Ă©tabli par ClĂ©mence Muller). – Clermont-Ferrand : Paleo, coll. « Sources de l'histoire de France Â», 2004. – 244 p., 21 cm. – ISBN 2-84909-092-1.
    • MĂ©moires . Tome VI, 1844-1853 (texte Ă©tabli par ClĂ©mence Muller). – Clermont-Ferrand : Paleo, coll. « Sources de l'histoire de France Â», 2004. – 220 p., 21 cm. – ISBN 2-84909-109-X.
    • MĂ©moires . Tome VII, 1854-1862 (texte Ă©tabli par ClĂ©mence Muller). – Clermont-Ferrand : Paleo, coll. « Sources de l'histoire de France Â», 2004. – 203 p., 21 cm. – ISBN 2-84909-112-X.

Notes et références

  1. ↑ "Chronique de 1831 à 1862", Plon 1909, pp. 108-109)
  2. ↑ Boni de Castellane, souvenir de la duchesse de Dino, MĂ©moires, Perrin, 1986, p. 21
  3. ↑ Anne-Marie Meininger, L'AnnĂ©e balzacienne, 1962, citĂ©e par Samuel Sylvestre de Sacy dans Les Secrets de la princesse de Cadignan, notice et notes, Folio classique 2003, p. 352, (ISBN 2070372502)

Liens internes

Commons-logo.svg

Liens externes

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de l’Allemagne Portail de l’Allemagne
Ce document provient de « Doroth%C3%A9e de Courlande ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dorothee de Courlande de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • DorothĂ©e De Courlande — Duchesse de Dino, de Talleyrand et de Sagan Portrait par François GĂ©rard ? 
   WikipĂ©dia en Français

  • DorothĂ©e de courlande — Duchesse de Dino, de Talleyrand et de Sagan Portrait par François GĂ©rard ? 
   WikipĂ©dia en Français

  • DorothĂ©e de Courlande — Duchesse de Dino, de Talleyrand et de Sagan Portrait par François GĂ©rard ? Nom de naissance 
   WikipĂ©dia en Français

  • Dorothee — DorothĂ©e Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. DorothĂ©e est un nom propre qui dĂ©signe : Sommaire 1 PrĂ©nom et origine 1.1 Variantes linguistiques 
   WikipĂ©dia en Français

  • Dorothee (homonymie) — DorothĂ©e Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. DorothĂ©e est un nom propre qui dĂ©signe : Sommaire 1 PrĂ©nom et origine 1.1 Variantes linguistiques 
   WikipĂ©dia en Français

  • Dorothee (prenom) — DorothĂ©e Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. DorothĂ©e est un nom propre qui dĂ©signe : Sommaire 1 PrĂ©nom et origine 1.1 Variantes linguistiques 
   WikipĂ©dia en Français

  • DorothĂ©e (Homonymie) — DorothĂ©e Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. DorothĂ©e est un nom propre qui dĂ©signe : Sommaire 1 PrĂ©nom et origine 1.1 Variantes linguistiques 
   WikipĂ©dia en Français

  • DorothĂ©e (PrĂ©nom) — DorothĂ©e Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. DorothĂ©e est un nom propre qui dĂ©signe : Sommaire 1 PrĂ©nom et origine 1.1 Variantes linguistiques 
   WikipĂ©dia en Français

  • DorothĂ©e (homonymie) — DorothĂ©e Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. DorothĂ©e est un nom propre qui dĂ©signe : Sommaire 1 PrĂ©nom et origine 1.1 Variantes linguistiques 
   WikipĂ©dia en Français

  • DorothĂ©e (prĂ©nom) — DorothĂ©e Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. DorothĂ©e est un nom propre qui dĂ©signe : Sommaire 1 PrĂ©nom et origine 1.1 Variantes linguistiques 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.