Dorien

Page d'aide sur les redirections Cet article concerne un ancien dialecte grec. Pour le peuple grec du même nom, voir Doriens.
Distribution des dialectes du grec ancien durant la période classique[1].
Groupe occidental      Dorien      Grec nord-occidental Groupe central      Éolien      Arcado-cypriote Groupe oriental      Attique      Ionien
Isolé :      Achéen
Histoire de la
langue grecque

(voir aussi : alphabet grec)
Proto-grec (vers 2000 av. J.-C.)
Mycénien (vers 1600-1100 av. J.-C.)
Grec ancien (vers 800-300 av. J.-C.)
Dialectes :
éolien (en), arcado-cypriote (en), ionien-attique,
dorien, pamphylien (en) ; grec homérique.
Dialecte possible : ancien macédonien.

Koinè (dès 300 av. J.-C.)
Grec médiéval (vers 330-1453)
Grec moderne (dès 1453)
Dialectes :
cappadocien, crétois, chypriote,
démotique, griko, katharévousa,
pontique, tsakonien, yévanique

Le dorien (Δωρίδα (γλῶσσα) / Dorída (glỗssa) en grec ancien) est un dialecte du grec ancien. Ses variantes ont été parlées au sud et à l'est du Péloponnèse, en Crète, à Rhodes, dans quelques îles du sud de la mer Égée, ainsi que dans quelques villes côtières d'Asie Mineure, en Grande-Grèce, en Épire et en Macédoine.

Avec le grec nord-occidental, il constitue le « groupe occidental » des dialectes du grec ancien à l'époque classique. À l'époque hellénistique, l'influence de la ligue étolienne a donné naissance à une « koinè achéenne-dorienne », qui fait montre de nombreuses spécificités communes à tous les dialectes doriens, retardant ainsi la diffusion de la koinè attique dans le Péloponnèse jusqu'au IIe siècle av. J.‑C.[2]

Il est largement reconnu que le dorien est originaire des montagnes d'Épire, en Grèce nord-occidentale, région d'origine des Doriens. Il s'est répandu dans les autres régions lors de l'invasion dorienne, vers 1150 avant J.-C., et des colonisations qui ont succédé. L'existence d'un État dorien (Doride), situé au centre de la Grèce et au nord du golfe de Corinthe, a donné naissance à une théorie selon laquelle le dorien proviendrait du nord-est de la Grèce ou, peut-être, des Balkans. L'extension de ce dialecte vers le nord est inconnue en raison d'un manque de témoignages épigraphiques : les premiers témoignages retrouvés en Macédoine datent de l'époque hellénistique (voir la tablette de Pella).

Variantes

Dorien

L'emplacement du dialecte dorien dans la classification générale des dialectes du grec ancien dépend, dans une certaine mesure, de la classification choisie ; plusieurs points de vue sont listés dans l'article « Dialectes du grec ancien ».

L'idée qui y prévaut est que le dorien serait un sous-groupe du « grec occidental » — on utilise aussi les termes de « grec septentrional » ou « grec nord-occidental ». Ces distinctions géographiques existent uniquement à des fins de classification. Elles sont de plus clairement inadaptées : le dorien a été uniquement parlé dans le sud de la zone du « grec méridional » ou du « grec sud-oriental ».

Quoi qu'il en soit, l'idée d'un groupe de « grec septentrional » repose sur l'hypothèse que les Doriens sont venus du nord et sur le fait que le dorien est proche du « grec nord-occidental ». Toutefois, on ne sait pas à quelle époque la distinction entre les deux groupes commence à avoir un sens. Il est possible que les « nordiques » aient parlé un même dialecte au moment de l'invasion dorienne, et il est certain que le dorien n'a pu se différencier davantage dans sa forme classique qu'après que les Doriens s'étaient installés dans le sud. En conséquence, « grec occidental » est le nom le plus adapté pour désigner ce groupe de dialectes à l'époque classique.

Le tsakonien, un descendant du dorien laconien (parlé à Sparte), est toujours parlé sur la côte du Péloponnèse du sud de l'Argolide, dans les préfectures modernes d'Arcadie et de Laconie. À l'heure actuelle, il intéresse considérablement les linguistes. C'est aussi une langue en danger.

Ci-dessous se trouve une liste des différents dialectes du groupe dorien.

Dialecte laconien et héracléen

L'actuel nome de Laconie.

Le « laconien » est parlé par le peuple de Laconie dans le sud du Péloponnèse ainsi que par ses colonies, Tarente et Héraclée en Italie du Sud. Sparte est la plus importante cité de l'ancienne Laconie.

L'existence du laconien est attestée par des inscriptions sur des poteries et de la pierre datant du VIIe siècle av. J.‑C. : un hommage à Hélène date du deuxième quart du VIIe. Tarente a été fondée en -706, et ses fondateurs devaient déjà parler laconien.

De nombreux documents de l'État spartiate ont survécu : ses citoyens se nomment eux-mêmes Lacédémoniens, d'après le nom de la vallée dans laquelle ils vivent. Homère appelle Sparte « Lacédémone aux profondes vallées[3] », bien qu'il se réfère à la période pré-dorienne. Un poète spartiate du VIIe siècle av. J.‑C., Alcman utilise un dialecte considéré par certains comme principalement laconien. Philoxenus d'Alexandrie a écrit un traité Du dialecte laconien.

Dialecte argien

Le nome moderne d'Argolide.

L'« argien » a été parlé dans le nord-est du Péloponnèse, région largement habitée, comme par exemple à Argos, Mycènes, Hermione, Trézène, Épidaure, et jusqu'à Égine, pourtant proche d'Athènes. Comme le mycénien était parlé dans cette région pendant l'âge du bronze, il est clair que les Doriens l'ont envahie sans réussir à prendre l'Attique. D'Argos, les Doriens sont allés en Crète et à Rhodes.

De nombreuses inscriptions à caractère législatif, politique et religieux existent depuis au moins le VIe siècle av. J.‑C..

Dialecte corinthien

Le nome actuel de Corinthie.

Le « corinthien » a d'abord été parlé dans l'isthme de Corinthe, entre le Péloponnèse et la Grèce continentale. Le dialecte corinthien a été parlé dans les cités et États suivants : Corinthe, Sicyone, Cléones, Phlionte, les colonies de Corinthe en Grèce occidentale (Corcyre, Leucade, Anaktorio, Ambracie et d'autres), les colonies de Grande-Grèce (Syracuse et Ancône), et les colonies de Corcyre (Dyrrachium, Apollonie). Les inscriptions les plus anciennes de Corinthe datent du début du VIe ; elles utilisent un alphabet dit « épichorique », c'est-à-dire « local ».

L'exemple de Corinthe contredit le préjugé selon lequel les Doriens seraient des militaristes rustiques (pour certains[Qui ?] les locuteurs du laconien le seraient). Située sur une route commerciale internationale, Corinthe a joué un rôle majeur dans la « re-civilisation » de la Grèce antique après les siècles de désordre et d'isolement ayant suivi la chute de la civilisation mycénienne (époque dite des « siècles obscurs »). Archimède, qui était syracusain, écrivit en dialecte dorien.

Le grec nord-occidental

Caractéristiques

Le groupe du « grec nord-occidental » est étroitement lié au groupe dorien, si bien qu'il n'y a parfois pas de différence entre le dorien et le grec nord-occidental.

La question de savoir s'il doit être considéré comme un élément du groupe dorien, ou inversement que le dorien en est un élément, ou encore qu'il s'agit de deux sous-groupes du grec occidental, n'est qu'une distinction de vocabulaire : les dialectes et leurs regroupements restent identiques.

Le thessalien occidental et le béotien sont nés sous une forte influence du grec nord-occidental. Les dialectes du grec nord-occidental diffèrent des dialectes du groupe dorien par les caractéristiques suivantes[4] :

Dialectes

Phocidien et delphien

Plutarque note que les Delphiens prononcent [b] à la place de [p] (βικρὸν / bikró pour πικρὸν / pikrón)[5].

Locrien
Éléen

Le dialecte d'Élis, en Olympie, est l'un des plus difficiles pour les lecteurs modernes de textes épigraphiques, après les dialectes éoliens[7]. Les plus anciennes datent des années 600 avant notre ère.

Koinè du grec nord-occidental

C'est un dialecte hybride de l'attique et du grec nord-occidental, doté de caractéristiques doriennes.

Il est principalement associé à la confédération étolienne, et il date du IIIe et IIe siècle av. J.‑C. Le sanctuaire de Calydon date de 600-575 av. J.-C.[8]

Épirote
Macédonien

Il existe une école de pensée arguant que l'ancien macédonien a pu être un dialecte grec, appartenant peut-être au groupe nord-occidental pour être plus précis ; cette langue devrait toutefois être classée comme un élément séparé et marginal ou déviant[14].

Différences entre le dorien et la koinè attique

Vocalisme

Consonantisme

Morphologie

Glossaire

Commun

Argien

Crète

Grande-Grèce

Laconien

Nord-occidental

Étolien-Acarnanien

Delphien-Locrien

Éléen

Épirote

Voir aussi

Références

  1. (en) Roger D. Woodard, « Greek dialects », dans The Ancient Languages of Europe, éd. Cambridge University Press, Cambridge, 2008, p. 51.
  2. (en) Carl Darling Buck, « The Source of the So-Called Achaean-Doric κοινη », The American Journal of Philology, 1900, p. 193.
  3. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], II, 581.
  4. (en) J. Mendez Dosuna, « The Doric dialects », dans A.-F. Christidis (éd.), A History of Ancient Greek, éd. Cambridge University Press, Cambridge, 2007, p. 451 [lire en ligne].
  5. Plutarque, Questions grecques, n° 9 [lire en ligne].
  6. IG IX,1² 3:609.
  7. (en) Commentaire de Stephen Colvin sur Sophie Minon, Les inscriptions éléennes dialectale, 3 t., éd. Librairie Droz, Genève, 2007 [lire en ligne].
  8. IG IX, 1² 1:152, a.
  9. (en) John Potter, Archaeologia Graeca or the Antiquities of Greece, éd. Thomas Tegg, Londres, 1840, p. 258 [lire en ligne].
  10. Lamelles oraculaires 77.
  11. (en) Collectif, The Cambridge Ancient History, t. VI, éd. Cambridge University Press, Cambdrige, 2000, p. 434 [lire en ligne].
  12. (en) Sylvain Auroux, History of the Language Sciences, t. 1, éd. Walter de Gruyter, Berlin et New-York, 2000, p. 439 [lire en ligne].
  13. Pierre Cabanes, L'Épire de la mort de Pyrrhos à la conquête romaine, éd. Les Belles Lettres, Paris, 1976, p. 534 [PDF] [lire en ligne].
  14. Brian Joseph résume : ainsi « les maigres indices permettent plusieurs interprétations, ainsi aucune réponse définitive n'est réellement possible », mais avertit que « le plus probable est que le macédonien n'était pas simplement un dialecte du grec ancien comparable à l'attique ou à l'éolien » — (en) B. Joseph, « Ancient Greek », dans J. Garry et al. (éd.) Facts about the world's major languages: an encyclopedia of the world's major languages, past and present, éd. H.W. Wilson, New-York, 2001 [lire en ligne]). De ce point de vue, plusieurs auteurs l'appellent aussi « dialecte grec déviant ».
  15. Dictionnaire universel de matière médicale et de thérapeutique générale [1]
  16. Dionysism and Comedy by Xavier Riu
  17. Raphael Kühner, Friedrich Blass, Ausführliche Grammatik der Griechischen Sprache[2]
  18. Elis — Olympia — bef. ca. 500-450 BCIvO 7
  19. Epeiros — Dodone — VIe s. av. J.-C. SEG 15:397
  20. The Oracles of Zeus: Dodona, Olympia, Ammon - Page 261[3] de Herbert William Parke
  21. Epeiros — Dodone — ~340 av. J.-C. SEG 26.700 - Trans.
  22. Alexander the Great: A Reader [4] de Ian Worthing
  23. Greek Mythography in the Roman World[5] d'Alan Cameron (Aspetides)[6]
  24. (cf. secrétaire athénien : Aspétos, fils de Démostratos de Kytheros ~340 av. J.-C.)[7]
  25. Pokorny - aspetos
  26. Orion de Thèbes p.42.17

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dorien de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dorien — dorien, ienne [ dɔrjɛ̃, jɛn ] adj. et n. • 1550; du gr. Dôris ♦ De Doride, canton du sud ouest de l Asie Mineure, dans l Antiquité. N. Les Doriens. Mus. Le mode dorien : le mode le plus grave du plain chant. Ling. Le dialecte dorien : dialecte du …   Encyclopédie Universelle

  • dorien — dorien, ienne (do riin, riè n ) adj. 1°   Propre aux Doriens. Le dialecte dorien, et, substantivement, le dorien, le dialecte que parlaient les Doriens. Le dorien était parlé dans tout le Péloponnèse, dans la Sicile, dans la partie de l Italie… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • dorien — DORIEN. adj. m. Il se dit en parlant d Un des modes de la Musique des Anciens, et d un dialecte de la Langue Grecque …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • DORIEN — adj. m. Propre à la Doride, petite contrée de la Grèce ancienne. Il se dit D un des modes de la musique des anciens, et D un dialecte de la langue grecque ancienne. Le mode dorien était fort grave. Le dialecte dorien était parlé dans tout le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Dorien — Variante von → Dorian (Bedeutung: der Dorier) …   Deutsch namen

  • Dorien Bryant — No.       Free Agent Wide receiver Personal information Date of birth: March 19, 1985 (1985 03 19) (age 26) Place …   Wikipedia

  • Dorien DeTombe — Dorien J. DeTombe is the founder of the field of Methodology for Societal Complexity. She is an internationally recognized expert in the field of theory and practice in handling Complex Societal Problems and Issues. She developed the methodology… …   Wikipedia

  • Dorien Wilson — Born July 5, 1963 (1963 07 05) (age 48) Lompoc, California, US Occupation Actor Years active 1991 present Dorien Wilson (born July 5, 1963) is an American television actor …   Wikipedia

  • Dorien Grey — is the pseudonym of Roger Margason (born in Northern Illinois), an openly gaycite web |title=Dorien Grey: The Role Players |url=http://www.literaryworld.org/DorienGrey.html |work=The Literary World |accessdate=2007 07 05 |date=2005 01 06]… …   Wikipedia

  • Dorien Guilliams — Pas d image ? Cliquez ici. Situation actuelle Club actuel Standard Fémina de Liège …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.