Don De Sang

ÔĽŅ
Don De Sang

Don de sang

Don de sang

Un don de sang est un processus par lequel un donneur de sang est volontaire pour se voir prélever du sang qui sera stocké dans une banque du sang puis servira lors d'une transfusion sanguine.

En France, en Belgique et au Canada c'est un don véritable, les donneurs ne sont pas rémunérés, contrairement à d'autres pays.

Sommaire

Conditions préalables au don

Lorsqu'un donneur arrive √† un centre de don de sang, celui-ci remplit typiquement un formulaire de consentement et r√©pond √† un petit questionnaire m√©dical pour voir si c'est un donneur ad√©quat. Les questions peuvent impliquer son √Ęge, son poids, son dernier don de sang, son √©tat actuel de sant√©, et divers facteurs de risque comme les tatouages, l'usage de stup√©fiants (usage r√©cr√©atif ou dopant), les derniers voyages internationaux, et l'anamn√®se sexuelle. Les r√©ponses sont associ√©es au sang donn√©, mais l'anonymat reste garanti. Il est √† noter que les conditions varient selon les pays: si la contamination par une MST, l'appartenance √† une population √† risque (par exemple les hommes homosexuels), un √©tat √©vident d'√©bri√©t√© ou un long s√©jour en Afrique noire interdisent un don du sang quel que soit le pays, les √Čtats-Unis interdisent √©galement le don du sang aux personnes ayant r√©sid√© plus de cinq ans en Europe depuis 1980. En France, cet interrogatoire est men√© par un m√©decin. Depuis 2008, sauf pour les donneurs r√©guliers, un contr√īle du taux d'h√©moglobine est effectu√© avant le don. Il est fortement conseill√© de bien manger et d'√™tre bien en forme avant d'effectuer un don de sang. Dans le cas contraire, il est possible de souffrir d'un choc vagal ou d'une baisse de tension. Cela est d'autant plus vrai lorsqu'un donneur donne pour la premi√®re fois et est stress√©.

En France et au Québec

Depuis 2000, suite au scandale du d√©but des ann√©es 1990 du sang contamin√©, seuls l'√Čtablissement fran√ßais du sang et le Centre de transfusion sanguine des arm√©es sont habilit√©s √† recueillir du sang en France. Au Qu√©bec, H√©ma-Qu√©bec est le seul lieu o√Ļ l'on peut donner du sang, au moyen d'une collecte mobile ou √† un centre Globule.

L'√Ęge

En vertu de l‚Äôarticle L. 1221-5 du Code de la sant√© publique, aucun pr√©l√®vement de sang ne peut avoir lieu sur une personne mineure, hormis √† titre exceptionnel, en cas d‚Äôurgence th√©rapeutique et avec le consentement des parents. L‚Äô√Ęge minimum pour pouvoir faire don de son sang est donc l‚Äô√Ęge l√©gal de la majorit√©, √† savoir 18 ans en France.

En France, le donneur doit √™tre √Ęg√© [1]:

  • de 18 √† 70 ans pour un don de sang total (les dons de personnes de plus de 65 ans sont soumis √† l'appr√©ciation d'un m√©decin d'√©tablissement pour chaque don)
  • de 18 √† 65 ans (66e ann√©e exclu) pour un don de plasma,
  • de 18 √† 65 ans (66e ann√©e exclu) pour un don de plaquettes,
  • de 18 √† 50 ans pour un don de globules blancs.

Concernant la limite haute, le don de sang est possible jusqu‚Äô√† l‚Äô√Ęge de 70 ans r√©volus, et ce malgr√© l‚Äôallongement de l‚Äôesp√©rance de vie de personnes en excellente sant√©.

On a donc d‚Äôun c√īt√© une limitation juridique, r√©sultant de la n√©cessit√© d'un consentement libre et √©clair√© √† l'acte de pr√©l√®vement (on consid√®re que le mineur n'est pas suffisamment √©clair√© par principe), et d‚Äôun autre, une limitation plut√īt m√©dicale.

Le poids

La limite basse, qui était de 47 kilogrammes auparavant, est aujourd'hui de 50 kilogrammes. La Loi interdit en effet de prélever plus de 8 ml par kilogramme, or le volume minimal d'un don est de 400 ml (8 (ml) × 50 (kg) = 400).

Les populations à risque exclues

Les m√©decins n'ont que 3 √† 5 minutes d'entretien pour cat√©goriser les personnes entre populations √† risque, qui sont automatiquement exclues afin de limiter au maximum tout risque, et populations pouvant donner leur sang. Sont ainsi exclues : les homosexuels hommes ou les personnes ayant eu des rapports sexuels entre hommes, quelle que soit leur anciennet√©. Cette exclusion est appliqu√© dans divers pays, dont la France, le Canada et le Royaume-Uni. En Australie ou aux √Čtats-Unis,ce crit√®re est moins strict puisque le don est autoris√© si le dernier rapport date de plus d'un an, et n'est pas appliqu√© en Isra√ęl, en Russie[2], au Portugal, en Espagne ainsi que dans plusieurs pays europ√©ens[3],[4]. Elle est actuellement remise en cause en France suite √† la plainte d'Alexandre Marcel un homosexuel de 28 ans d√©fenseurs des droits de l'homme [5],[6].

La partenaire féminine d'un homme bisexuel se trouve aussi, de fait, exclue du don, alors même qu'il ne s'agit pas d'une disposition réglementaire.

  1. les personnes pratiquant le multipartenariat sexuel au cours des 4 mois précédant le don.
  2. les personnes dont le partenaire sexuel est atteint d'une maladie grave.
  • Les personnes prenant certains m√©dicaments.
  • Les personnes ayant subi une op√©ration, un tatouage ou un piercing dans les quatre mois pr√©c√©dant le don du sang.
  • Les personnes ayant subi, m√™me depuis longtemps, une ou plusieurs transfusions ou une greffe d'organe
  • Les personnes revenant depuis moins de quatre mois de certaines zones o√Ļ s√©vissent des maladies transmissibles par le sang : la d√©finition de ces zones est r√©guli√®rement actualis√©e (zones o√Ļ s√©vit le paludisme, la maladie de Chagas, le West-Nile...)
  • Les personnes ayant s√©journ√© au moins un an dans les √ģles britanniques entre 1980 et 1996 (maladie de Creutzfeldt-Jakob, dite de la ¬ę vache folle ¬Ľ, due √† des prot√©ines de type Prion) (aux √Čtats-Unis, ce crit√®re est √©largi √† toute personne ayant r√©sid√© 5 ans en Europe depuis 1980).
  • Les femmes enceintes ou ayant accouch√© depuis moins de 6 mois.

Le don

En 2008, l’EFS a recueilli environ 2,36 millions de dons de sang, 350 000 dons de plasma et 180 000 dons de plaquettes.

Devant l'augmentation constante des besoins en produits sanguins, ces dons ne suffisent plus √† couvrir les demandes. Apr√®s une longue p√©riode de diminution des besoins en produits sanguins labiles, la situation s‚Äôest invers√©e depuis 2001. Les besoins augmentent de mani√®re constante, sur un rythme de 2 √† 3 % par an, avec une acc√©l√©ration ces derni√®res ann√©es (+ 5 % en 2007).

Les raisons d'une augmentation des besoins

Plusieurs facteurs expliquent ce revirement de situation observ√© depuis 2001 :

  • l‚Äôallongement de l‚Äôesp√©rance de vie entra√ģne une augmentation du nombre de maladies n√©cessitant l‚Äôutilisation d‚Äôune th√©rapeutique transfusionnelle. Aujourd‚Äôhui, on transfuse de plus en plus √† des √Ęges avanc√©s de la vie (2/3 des personnes transfus√©es ont plus de 60 ans). Cette tendance risque de s'accentuer encore √† l'avenir compte tenu du vieillissement de la population ;
  • les progr√®s de la m√©decine permettent le traitement de patients par chimioth√©rapie lourde pour leuc√©mie et/ou cancer √† des √Ęges de plus en plus avanc√©s. Ces traitements n√©cessitent une grande quantit√© de produits sanguins ;
  • les professionnels de la sant√© reprennent confiance dans les produits sanguins puisque les risques li√©s aux transfusions ne cessent de diminuer (ils ont √©t√© divis√©s par deux en cinq ans).La transfusion est donc utilis√©e de fa√ßon plus syst√©matique pour assurer aux personnes √† risque un plus grand confort de vie.[r√©f. n√©cessaire]

Une stabilisation des dons

Parall√®lement √† cette augmentation de la demande, les pr√©l√®vements de sang, tout comme le nombre de donneurs, ont tendance √† se stabiliser (autour de 1,6 don par an). L‚Äôapprovisionnement des √©tablissements de sant√© a n√©anmoins pu √™tre maintenu gr√Ęce √† une gestion rigoureuse des produits pr√©lev√©s. Le taux de p√©remption des produits ou de non-utilisation est ainsi pass√© de 1,49 % en 2003 √† 0,63 % fin 2006 : la gestion du processus de fabrication est donc totalement ma√ģtris√©e et optimis√©e.

Des stocks en diminution

Pendant les vacances, durant les √©pid√©mies de gastroent√©rite ou de grippe, les donneurs sont en effet moins nombreux, ce qui entra√ģne une nette diminution des stocks puisque les besoins en produits sanguins sont quant √† eux constants. Auparavant √©pisodiques, ces p√©riodes de tension sont devenues r√©currentes. Aujourd'hui le risque de p√©nurie est devenu permanent.

Des objectifs accessibles

Pour assurer une parfaite autosuffisance, il faudrait √™tre en permanence √† 14 jours de stock. Rappelons que les globules rouges ne se conservent que 42 jours : d‚Äôo√Ļ l‚Äôimportance de donner r√©guli√®rement son sang. Pour r√©pondre √† l‚Äôaugmentation de la demande de produits sanguins avec les m√™mes exigences de qualit√© et de gestion, il faudrait ainsi recueillir 135 000 dons suppl√©mentaires par an. Pour cela, il faut donc conqu√©rir de nouveaux donneurs et √©galement augmenter le nombre de dons par donneur.

Les différents types de don

Le donneur peut choisir, en l'absence de contre-indication sp√©cifique, le type du don qu'il souhaite faire : don de sang total, don de plaquettes (thrombocytaph√©r√®se) ou de plasma (plasmaph√©r√®se). Les √©quipes de l'EFS peuvent toutefois l'orienter vers un don en particulier en fonction de son groupe sanguin, de son taux d'h√©moglobine, de son taux de plaquettes, de la qualit√© de ses veines, etc.

Le don de sang total

Une poche de sang est prélevée au donneur. Elle est traitée par la suite afin de séparer le sang en ses différents composants. La durée du prélèvement est habituellement entre 5 et 15 minutes.

Une poche de 450 ml environ est pr√©lev√©e ainsi que des tubes √©chantillons sur lesquels seront effectu√©s les contr√īles et tests, le don pouvant aller jusqu'√† 480 ml.

La quantit√© de sang pr√©lev√©e est prescrite par le m√©decin-pr√©leveur et est adapt√©e aux poids, sexe et √Ęge du donneur. Elle est abaiss√©e √† 420 ml chez un adulte de plus faible constitution. Mais la quantit√© de sang pr√©levable doit √™tre au moins √©gale √† environ 400 ml, sinon le co√Ľt de l'op√©ration devient trop important, autant d'un point de vue mat√©riel (seringue et poche √† usage unique, co√Ľt des examens comme √©tude de la formule sanguine, tests de d√©pistage divers et vari√©s, collation offerte), que du personnel (entretien avec un m√©decin, soins infirmiers). Cela ne permet pas non plus d'avoir un produit fini qui corresponde √† une unit√© th√©rapeutique, l'int√©r√™t du malade √©tant au centre des pr√©occupations avant tout. Si jamais le donneur ne peut fournir suffisamment de sang (veines trop fines, par exemple), le don peut √™tre interrompu. N√©anmoins, le sang donn√© n'est pas perdu et peut servir √† la recherche et tout autre application non th√©rapeutique. Le don non th√©rapeutique est tr√®s important car il permet de produire notamment des r√©actifs indispensables pour r√©aliser les tests sur les tubes √©chantillon.

Don par aphérèse

On appelle don par aph√©r√®se le don d'une partie seule du sang, celui-ci √©tant partiellement trait√© durant le don par centrifugation. cela permet de s√©parer le plasma ou les plaquettes puis de restituer au donneur le reste du sang. Ce type de don ne se fait que sur rendez-vous. Il n√©cessite une mise en Ňďuvre plus importante due au fait qu'une partie du sang pr√©lev√© est trait√©e imm√©diatement.

Le don de plasma
Article d√©taill√© : plasmaph√©r√®se.

La plasmaph√©r√®se est le pr√©l√®vement du plasma sanguin. On utilise ce plasma comme th√©rapie de maladies particuli√®res, et c'est toujours par ce moyen que le donneur de sang donne du plasma seul, en gardant ses globules rouges et ses thrombocytes qui sont remis dans son appareil circulatoire (jusqu'√† deux fois par mois). Le plasma est surtout utilis√© pour soigner les grands br√Ľl√©s.

Une utilisation importante de la plasmaph√©r√®se est la th√©rapie des maladies auto-immunes, dans lesquelles les sympt√īmes sont si catastrophiques que la th√©rapie m√©dicale est insuffisante pour contr√īler les sympt√īmes. La plasmaph√©r√®se d√©barrasse la circulation de ses anticorps.

D'autres utilisations sont l'élimination des protéines sanguines lorsqu'elles sont trop abondantes et causent un syndrome d'hyperviscosité.

Le don de plaquettes

Selon l'association ¬ę don de soi - don de vie ¬Ľ, il est important de ne pas prendre d'ibuprof√®ne ou d'aspirine dans les jours pr√©c√©dent le don de plaquettes car ces m√©dicaments rendent le sang plus fluide en emp√™chant la production de plaquettes.[7]

Pour les dons de plaquettes, la quantité prélevée tourne aux alentours de 300 ml.

Déroulement du don

Une premi√®re prise de sang est faite sur le bras oppos√© au don complet. L'√©prouvette de sang ainsi r√©colt√©e est ensuite analys√©e sur le champ afin de d√©terminer la teneur en plaquettes du sang du donneur (pour un don de plaquettes, pas pour un don de plasma). Ce dernier a ensuite le choix de faire un don simple ou double (le double n'est pas offert dans tous les centres de dons). Pour un don simple, la dur√©e de pr√©l√®vement varie de 40 √† 100 minutes. Lors d'un don double, le donneur peut s'attendre √† passer un minimum de 70 minutes sur la chaise de pr√©l√®vement. Il est possible que, la teneur en plaquettes du sang du donneur √©tant trop faible, celui-ci n'ait que la possibilit√© de faire un don simple. Lorsque le donneur a fait son choix, le sang est pr√©lev√© et partiellement trait√© imm√©diatement par une machine qui va le centrifuger afin de s√©parer le plasma ou les plaquettes. Lors du processus, un anticoagulant est ajout√© au sang afin que celui ci ne coagule pas[r√©f. n√©cessaire]. In√©vitablement, une petite partie de cet anticoagulant est repass√©e au donneur lors du retour des composantes du sang non-utilis√©es. Il est possible de faire une r√©action allergique √† cet anticoagulant : elle consiste g√©n√©ralement en de l√©gers picotements et en une sensation de froid. Dans le cas o√Ļ le donneur pr√©sente ces sympt√īmes, le don s'arr√™te et ce dernier ne peut plus donner de plaquettes.

Le don autologue ou autotransfusion

Il ne s'agit pas √† proprement parler d'un don mais d'une m√©thode de pr√©l√®vement du sang avant que celui-ci ne soit rendu au patient, g√©n√©ralement en pr√©vision d'une intervention chirurgicale.On parle aussi de don de sang autologue programm√© (DSAP). La transfusion autologue programm√©e est une intervention qui consiste √† transfuser au patient le sang qu‚Äôon lui a pr√©lev√© auparavant lorsqu‚Äôil doit subir une chirurgie √©lective. On √©vite ainsi les risques d‚Äôinfections transmissibles pouvant √™tre associ√©s au sang provenant d‚Äôautres donneurs. Cette m√©thode de transfusion sanguine avait √©t√© encourag√©e √† la suite du scandale du sang contamin√© au d√©but des ann√©es 1990. Toutefois, l‚Äôam√©lioration importante de la qualit√© des services de prise en charge des dons de sang en g√©n√©ral a grandement contribu√© √† accro√ģtre et √† assurer leur s√©curit√©. En cons√©quence, le recours au don de sang autologue programm√© (DSAP) a fortement diminu√©.

Rythme des dons

Le rythme des dons d√©pend de la volont√© du donneur et du type du don. √Čvidemment, il n'est pas possible de donner √† chaque jour, et une certaine p√©riode de temps minimale est fix√©e entre les dons. Cette p√©riode diff√®re de pays en pays selon la r√©glementation en vigueur.

En ce qui concerne la province de Québec, il faut attendre 56 jours entre deux dons de sang entiers et 14 entre deux dons de plaquettes (deux semaines, soit, par exemple, du lundi le 14 au lundi le 28, du vendredi le 7 au vendredi le 21, etc.).

En France, il faut attendre 8 semaines entre deux dons de sang total avec un maximum de 6 dons par an pour un homme et 4 pour une femme ; pour les dons de plaquettes, le d√©lai est de 4 semaines avec un maximum de 12 dons par an. Pour les dons de plasma, il est possible d'effectuer jusqu'√† 24 dons dans l'ann√©e, √† deux semaines d'intervalle minimum. Pour les hommes de plus de 60 ans, un intervalle de 8 semaines minimum est exig√© entre les dons, quel que soit le type.

Il faut noter également que l'ensemble des pays européens applique en matière de délais entre chaque don la directive européenne. Si tous appliquent les mêmes délais en ce qui concerne les dons de sang, il n'en est pas de même en ce qui concerne les dons de plaquettes. Sans en arriver à ce qui se passe au Canada, certains pays européens, comme la Suisse, l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, appliquent la directive européenne qui prévoit que l'on doit respecter un délai de 4 semaines entre deux dons de plaquettes, avec un maximum de dons par an et cela depuis plusieurs années. En France le nombre de dons tout type confondu doit être < ou = à 24 par an.

Statistiques

Dans le monde, plus de 80 millions d'unit√©s sont collect√©s annuellement, dont seulement 45% dans les pays en voie de d√©veloppement[8]. En moyenne, en France, 500 000 personnes re√ßoivent chaque ann√©e une transfusion sanguine. L'√Čtablissement fran√ßais du sang pr√©l√®ve et distribue 2,2 millions de poches par an[9] et accueille 1,5 million de donneurs soit 4 % de la population en √Ęge de donner. Le nombre moyen de dons par an et par donneur est de 1,6, il en faudrait 2[9]. Sur ce total de dons annuels, 90 % sont des dons de sang et 10 % sont des pr√©l√®vements de plaquettes ou de plasma par aph√©r√®se. En 2002, le taux de nouveaux donneurs √©tait de 24 %. Les jeunes de 18 √† 30 ans repr√©sentent 31 % des donneurs. Environ 2,3 million de dons par an sont n√©cessaires en France[9].

Suites du don

Recommandations après le don

  • Pour √©viter tout h√©matome, il est imp√©ratif d‚Äôappuyer √† l‚Äôendroit de la piq√Ľre environ 5 minutes car la coagulation sanguine demande entre 5 et 10 minutes. En effet si le caillot n‚Äôest pas bien form√©, un h√©matome plus ou moins important risque de se produire en cours de journ√©e. √Ä ce titre un bandage l√©g√®rement compressif est fait sur le point de ponction. Il est pr√©f√©rable de le garder au moins deux heures apr√®s le don pour √©viter la formation d‚Äôun h√©matome.
  • Collation et boissons sont offertes apr√®s le don pour pr√©venir un √©ventuel malaise. Appel√© malaise vagal, ce malaise sans gravit√© peut survenir il est li√© √† une baisse passag√®re de la tension art√©rielle. Bien boire apr√®s un don permet √©galement de bien se r√©hydrater et donc de remplacer plus rapidement le volume sanguin pr√©lev√©.
  • √Čviter de pratiquer un sport de fa√ßon intense apr√®s le don (d√©lai 48 heures apr√®s le don pour la plong√©e sous-marine, l‚Äôescalade et toute comp√©tition).

Devenir des produits recueillis

Une fois les produits sanguins recueillis, ceux-ci sont pr√©par√©s (filtr√©s et s√©par√©s en diff√©rents composants sanguins). Les tubes √©chantillons sont analys√©s afin de v√©rifier qu'il n'y a aucun risque (notamment par le d√©pistage d'infections sexuellement transmissibles. Si les tests ne r√©v√®lent aucun probl√®me les produits sanguins (globules rouges, plasma et plaquettes) sont pr√™ts √† √™tre distribu√©s aux h√īpitaux et cliniques qui les d√©livreront aux malades qui en ont besoin. Particularit√© du plasma, celui-ci sert √† fabriquer des m√©dicaments. Ce plasma est enti√®rement c√©d√© par l'√Čtablissement fran√ßais du sang (EFS) au Laboratoire fran√ßais du fractionnement et des biotechnologies (LFB). Ces m√©dicaments (immunoglobulines, gammablobulines, etc.) sont indispensables √† de nombreux malades souffrant de d√©ficit immunitaire plus ou moins s√©rieux. La forme la plus connue de cette maladie sont les b√©b√©s bulles qui n'ont aucun syst√®me immunitaire.

L'information subséquente du donneur

Le donneur est averti des éventuels problèmes que le dépistage aurait relevés, que le problème soit en apparence mineur (petite anémie...) ou plus sérieux (signe d'hépatite, VIH...).

Cependant les r√©actifs utilis√©s sont tr√®s sensibles et peuvent parfois r√©agir avec certains composants du sang, sans m√™me qu'il y ait maladie (on parle alors de faux positifs). Il convient de contacter le centre de transfusion qui a signal√© le probl√®me pour effectuer un contr√īle.

Aspects culturels

Certaines croyances interdisent le don du sang ; c'est le cas chez les T√©moins de J√©hovah[10].

Une ¬ę Journ√©e mondiale du don du sang ¬Ľ est organis√©e mi-juin chaque ann√©e depuis 2005 sous l'√©gide de l'Organisation mondiale de la sant√©[11].

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

  • Le Sang et les hommes, Jacques-Louis Binet, Gallimard, coll. D√©couvertes Gallimard, 2001
  • La Transfusion sanguine, Philippe Rouger, 2e √©d. mise √† jour, PUF, coll. Que sais-je ?, 2001
  • La Transfusion sanguine, Jacques Ruffi√© et Jean-Charles Sournia, Fayard, coll. Le Temps des sciences, 1996

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Arr√™t√© minist√©riel du 12 janvier 2009, entre en vigueur le 19 avril 2009) fixant les crit√®res de s√©lection des donneurs de sang, Journal officiel du 18 janvier 2009 NOR: SJSP0901086A
  2. ‚ÜĎ
  3. ‚ÜĎ Phillips K, Does blood discriminate?, Lancet, 2008; 371:1983-1984
  4. ‚ÜĎ Australian Red Cross Blood Service, Frequently asked questions, 2006
  5. ‚ÜĎ Roselyne Bachelot, ministre fran√ßaise de la Sant√© a d√©clar√© souhaiter que la population homosexuelle puisse acc√©der au don du sang. Voir le Journal de Tetu.com du 27 novembre 2007 site consult√© le 18 d√©cembre 2007.
  6. ‚ÜĎ Le 7 d√©cembre 2007, Jacques Hardy, pr√©sident de l'EFS a approuv√© cette ouverture, m√™me s'il pense qu'il faut tenir compte du fort taux de pr√©valence des IST chez les personnes homosexuelles.Article sur la d√©claration du pr√©sident de l'EFS sur espaceinfirmier.com Consult√© le 1e ao√Ľt 2008.
  7. ‚ÜĎ http://www.dondesoidondevie.org/Plaquettes
  8. ‚ÜĎ OMS, S√©curit√© transfusionnelle et donc de sang, 2008:
  9. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ et c‚ÄČ √Čtablissement fran√ßais du sang
  10. ‚ÜĎ transfusion sanguine, r√©ponse d'un docteur aux questions des t√©moins de J√©hovah
  11. ‚ÜĎ World blood donor day sur le site de l'OMS
  • Portail de la m√©decine Portail de la m√©decine
Ce document provient de ¬ę Don de sang ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Don De Sang de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Don de sang ‚ÄĒ Pictogramme ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Don du sang ‚ÄĒ Don de sang Don de sang Un don de sang est un processus par lequel un donneur de sang est volontaire pour se voir pr√©lever du sang qui sera stock√© dans une banque du sang puis servira lors d une transfusion sanguine. En France, en Belgique et au… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Don du sang ‚ÄĒ ‚óŹ Don du sang action d offrir son sang en vue d une utilisation m√©dicale ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • DON ‚ÄĒ Donner est une op√©ration des plus famili√®res qui ne semble pas appeler de d√©finition sociologique particuli√®rement pr√©cise: un bien change d‚Äôattributaire par la d√©cision de son propri√©taire qui manifeste √† un tiers une disposition bienveillante… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Don D'organe ‚ÄĒ Le don d organe est la premi√®re √©tape avant la r√©alisation d une transplantation chez un receveur. Un grand nombre d‚Äôorganes peuvent √™tre donn√©s et permettre ainsi de sauver des vies humaines, ou en am√©liorer grandement la qualit√©. La majorit√©… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Don d'organe ‚ÄĒ Le don d organe est la premi√®re √©tape avant la r√©alisation d une transplantation chez un receveur. Un grand nombre d‚Äôorganes peuvent √™tre donn√©s et permettre ainsi de sauver des vies humaines, ou en am√©liorer grandement la qualit√©. La majorit√©… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Don de moelle osseuse ‚ÄĒ Transplantation de moelle La transplantation de moelle est une greffe consistant √† transf√©rer de la moelle osseuse d un individu √† un autre souffrant d une pathologie de sa moelle. Elle peut √™tre la seule voie de gu√©rison. Elle permet l… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Don d'organes ‚ÄĒ Le don d organes est le pr√©l√®vement d organes et de tissus (on parle dans ce cas de don de tissus) d un corps humain (appel√© donneur) pour traiter des patients (appel√©s receveurs) dont les organes essentiels sont gravement atteints. Le… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sang ‚ÄĒ Au contact du dioxyg√®ne, le sang doit sa couleur rouge √† l‚Äôh√©moglobine ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sang de cordon ‚ÄĒ Le sang de cordon (ou sang placentaire) est le sang contenu dans le placenta et le cordon ombilical des mammif√®res. Autrefois consid√©r√© comme un d√©chet op√©ratoire, il pr√©sente aujourd hui un int√©r√™t en m√©decine r√©g√©n√©rative. Le sang de cordon… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.