Deiste


Deiste

Déisme

Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre déisme et théisme.

Le déisme, du latin deus (dieu) est une croyance ou une doctrine qui affirme l'existence d'un Dieu[note 1] et son influence dans l'univers, tant dans la création que dans le fonctionnement de ce dernier. Pour la pensée déiste, certaines caractéristiques de Dieu peuvent être comprises par les facultés intellectuelles de l'homme. La relation de l'homme avec Dieu est directe (notamment par la prière spontanée ou la réflexion). Le Déisme prône une « religion naturelle Â» qui se vit par l'expérience individuelle et qui ne repose pas sur une tradition particulière.

Typiquement, les déistes rejettent la plupart des événements surnaturels (prophétie, miracles) et affirment en général que Dieu (ou « l'Architecte suprême Â») a un plan pour l'Univers que Dieu n'altère ni en intervenant dans les affaires humaines, ni en suspendant les lois naturelles qui régissent l'Univers. Ce que les religions structurées voient comme révélation divine et livres saints, la plupart des déistes le voient comme des interprétations faites par l'homme, plutôt que par une source faisant autorité.

Sommaire

Principaux points de la doctrine déiste

Le déisme affirme que :

  • Tout ce qui n’est pas l’œuvre de l’homme est produit par une source originelle universelle et intelligente (nommée Dieu).
  • Il n'est pas concevable que rien soit à l'origine de tout.
  • Dieu n’est pas d’essence matérielle (Dieu est esprit[note 2]).
  • Pour certains, Dieu a une action permanente dans l'univers, pour d'autres il n'interagit pas avec le monde.
  • Dieu se manifeste par ses œuvres (la nature, la vie, le cosmos, la conscience humaine …)
  • Le sentiment de l’action de Dieu vient de l’étude de la création (en contemplant le tableau on peut comprendre le peintre)
  • Pour lui, la religion est souvent ramenée à la morale.
  • Pour certains déistes, la relation de l’homme à Dieu est directe (par la pensée) et sans intermédiaires, pour d'autres il n'interagit pas avec le monde et n'intervient pas dans la destinée des hommes.

Voltaire[note 3] et Jean-Jacques Rousseau se sont affirmés comme déistes. La plupart des philosophes du siècle des lumières étaient déistes, ils ont été qualifiés d'athées pour des raisons polémiques. Diderot, Helvetius, Jean le Rond D'Alembert, etc. étaient déistes.

Historique

C'est dès le XVIe siècle qu'est reconnue cette notion intermédiaire entre le théisme chrétien et l'athéisme. Il ne s'agit plus ici de transcendance divine mais d'immanence. Dans une optique chrétienne, l'authenticité historique de la Révélation et des Écritures est contestée : l'Être suprême devient directement perceptible aux facultés de l'Homme.

Parce que le déisme se passe des dogmes révélés de la religion, et les conteste, il fut, dès le XVIIe siècle, l'une des cibles privilégiées du catholicisme, au même titre que l'athéisme.

Depuis Kant (XVIIIe siècle), il est d'usage de distinguer déisme et théisme. En effet, ce dernier entend se conformer à "la volonté de Dieu", alors que le déisme estime que tout se déroule déjà en accord avec la volonté de Dieu, puisque rien n'échappe aux lois divines de la création.

Voltaire se déclarait déiste, notamment dans son article intitulé « Prière à Dieu Â». Le Dieu déiste est universel, il n'y a pas d'intermédiaire entre les êtres et Dieu, ce Dieu est bien supérieur à la « petitesse humaine Â» (il assimilera d'ailleurs les hommes à des « atomes Â» : on ne peut plus petit que l'homme), et ne s'occupe donc pas de ses affaires, ses cultes, ses rites et autres superstitions. Cette conception d'un Dieu distant se résume dans ces deux alexandrins du Français : « L'univers m'embarrasse, et je ne puis songer / Que cette horloge existe et n'ait point d'horloger Â».

Dans l'entourage de Newton et alimenté par la nouvelle compréhension de l'Univers que font entrevoir ses théories, le déisme donna naissance à l'idée d'une religion naturelle dont font écho les premières Constitutions d'Anderson qui fondent la franc-maçonnerie moderne en 1723.

Le déisme inspira de nombreuses déclarations d'hommes politiques américains à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle (Thomas Jefferson, Benjamin Franklin et Thomas Paine). La notion de créateur apparaît dans la Déclaration d'indépendance américaine de 1776.

Deux conceptions de l'Être suprême et du déisme au XVIIIe siècle

L'Abbé Mallet dans l’article « déistes Â» de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers cite longuement M. l’abbé de la Chambre, docteur de Sorbonne, qui, dans un traité de la véritable religion imprimé à Paris en 1737 distingue deux types de déistes[note 4] :

  • « La première espèce de Déistes avance et soutient ces propositions : il faut admettre l’existence d’un être suprême, éternel, infini, intelligent, créateur, conservateur et souverain maître de l’univers qui préside à tous les mouvements et à tous les événements qui en résultent... Â». Il semble être fait référence ici à Newton et aux déistes anglais, car au début de son article, l'Abbé Mallet fait référence aux Unitariens et à de prétendus esprits forts anglais ;
  • « La seconde espèce de Déistes raisonne tout autrement. L’être suprême, disent-ils, est un être éternel, infini, intelligent, qui gouverne le monde avec ordre et avec sagesse ; il suit dans sa conduite les règles immuables du vrai, de l’ordre et du bien moral, parce qu’elle est la sagesse, la vérité, et la sainteté par essence. Les règles éternelles du bon ordre sont obligatoires pour tous les êtres raisonnables… Â». Cette conception s'inscrit dans la tradition de Malebranche et de Leibniz.

Notes

  1. ↑ Le déisme ne parle jamais des dieux, mais de Dieu
  2. ↑ Idée commune avec le théisme
  3. ↑ selon les sources et les encyclopédies, Voltaire est à la fois présenté parfois comme déiste et parfois comme théiste. Son Traité sur la tolérance est un essai philosophique où il développe ses idées contre le fanatisme et la persécution. Le texte a l'apparence d'une prière, mais en réalité le contenu de la demande du texte est adressé aux hommes. Le but de Voltaire est d'amener les hommes à une tolérance mutuelle sur le plan religieux et social. C'est un appel à la fraternité entre les hommes. C'est un texte qui développe également le déisme de Voltaire : condamnation de la hiérarchie et des pratiques religieuses qui divisent les hommes. Ce texte fait partie du combat qu'ont mené au XVIIIe siècle, dit siècle des lumières, les philosophes pour la tolérance et le respect entre les hommes.
  4. ↑ cette différence entre ces deux formes de déisme est essentielle pour comprendre la controverse Newton Leibniz du début du XVIIIe siècle et celle sur le système de l’optimisme vers 1750. Elle n’est pas sans influence sur la façon d’interpréter la main invisible dans l’œuvre d’Adam Smith et peut-être sur l'évolution des relations entre Diderot et d'Alembert

Références


Voir aussi

Bibliographie

  • Mallet, 1988, [1751-1780], Déistes in Diderot & D'Alembert, L'Encyclopédie, volume 4, Friedrich Frommann Verlag, p. 774
  • Voltaire, 1763, Traité sur la Tolérance, Prière à Dieu.
  • Jean-Marc Rouvière, Brèves méditations sur la création du monde, L'Harmattan, Paris (2006), (ISBN 2-7475-9922-1).
  • John Locke le caractère raisonnable de la chrétienté.

Liens internes

  • Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances
  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
Ce document provient de « D%C3%A9isme ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Deiste de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • déiste — [ deist ] n. • 1564; du lat. deus → dieu ♦ Personne qui professe le déisme. Adj. Certains philosophes français du XVIII e siècle étaient déistes. ⇒ théiste. ● déiste adjectif et nom Qui professe le déisme. déiste n. et adj. Personne qui fait… …   Encyclopédie Universelle

  • déiste — DÉISTE. s. des 2 g. Celui ou celle qui reconnoît un Dieu, mais qui ne reconnoît aucune Religion révélée. C est un Déiste …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • deiste — Deiste. adj. de tout genre. Qui reconnoist un Dieu, mais sans s attacher à aucune Religion. On s en sert plus ordinairement dans le subst. C est un Deiste …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Déiste — Déisme  Ne pas confondre déisme et théisme. Le déisme, du latin deus (dieu) est une croyance ou une doctrine qui affirme l existence d un Dieu[note 1] et son influence dans l univers, tant dans la création que dans le fonctionnement de ce… …   Wikipédia en Français

  • déiste — (dé i st ) s. m. et f. Celui, celle qui, reconnaissant un Dieu, rejette toute religion révélée. •   Ce ne fut plus partout que fous anabaptistes, Qu orgueilleux puritains, exécrables déistes, BOILEAU Sat XII. •   [Middleton] C était un athée de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉISTE — s. des deux genres Celui ou celle qui reconnaît un Dieu, mais qui rejette toute religion révélée. C est un déiste. Adjective., Les philosophes déistes …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DÉISTE — n. des deux genres Celui, celle qui professe le déisme. Adjectivement, Les philosophes déistes …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • deistė — dei̇̀stas, dei̇̀stė dkt. Dei̇̀stai tei̇̃gia, kad nórs Diẽvas ir egzistúoja, rei̇̃kia pasikliáuti sàvo protù ir asmeninè patirtimi̇̀ …   Bendrinės lietuvių kalbos žodyno antraÅ¡tynas

  • Charles Blount (Déiste) — Pour les articles homonymes, voir Blount. Charles Blount (27 avril 1654 août 1693) est un déiste anglais. Ses principaux écrits qui firent scandale sont : Anima mundi ou Exposé des opinions des anciens sur l âme humaine après la mort,… …   Wikipédia en Français

  • Charles Blount (deiste) — Charles Blount (déiste) Pour les articles homonymes, voir Blount. Charles Blount (27 avril 1654 août 1693) est un déiste anglais. Ses principaux écrits qui firent scandale sont : Anima mundi ou Exposé des opinions des anciens sur l âme… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.