Deconstruction

ÔĽŅ
Deconstruction

Déconstruction

Pour l'approche architecturale, voir Déconstructivisme

La déconstruction est une méthode, voire une école, de la philosophie contemporaine. Cette pratique d'analyse textuelle est employée pour décortiquer de nombreux écrits (philosophie, littérature, journaux), afin de révéler leurs décalages et confusions de sens, par le moyen d'une lecture se focalisant sur les postulats sous-entendus et les omissions dévoilées par le texte lui-même.

Ce concept, participant √† la fois de la philosophie et de la litt√©rature, obtint une grande notori√©t√© aux √Čtats-Unis, o√Ļ il est assimil√© √† la philosophie postmoderne, et plus globalement √† l'approche divergente de la philosophie continentale d'Europe. Si le terme ¬ę d√©construction ¬Ľ fut d'abord utilis√© par Heidegger, c'est l'Ňďuvre de Derrida qui en a syst√©matis√© l'usage et en a th√©oris√© la pratique.

Sommaire

Historique de la notion de déconstruction

La déconstruction chez Heidegger

Le terme de d√©construction appara√ģt chez Derrida pour la premi√®re fois dans De la grammatologie sans traduire explicitement des termes heideggeriens. Derrida expliqua qu'il souhaitait ¬ę entre autres choses ¬Ľ proposer une traduction pour les termes allemands de Destruktion et Abbau, que Heidegger emploie dans √ätre et Temps ; Derrida estime cette traduction plus pertinente que la traduction classique par destruction, dans la mesure o√Ļ il ne s'agit pas tant, dans la d√©construction de la m√©taphysique, de la r√©duire au n√©ant, que de montrer comment elle s'est b√Ętie.[1]

¬ę Tous les deux signifiaient dans ce contexte une op√©ration portant sur la structure ou l‚Äôarchitecture traditionnelle des concepts fondateurs de l‚Äôontologie ou de la m√©taphysique occidentale. Mais en fran√ßais le terme ¬ę destruction ¬Ľ impliquait trop visiblement une annihilation, une r√©duction n√©gative plus proche de la ¬ę d√©molition ¬Ľ nietzsch√©enne, peut-√™tre, que de l‚Äôinterpr√©tation heideggerienne ou du type de lecture que je proposais. Je l‚Äôai donc √©cart√©. Je me rappelle avoir cherch√© si ce mot ¬ę d√©construction ¬Ľ (venu √† moi de fa√ßon apparemment tr√®s spontan√©e) √©tait bien fran√ßais. ¬Ľ ‚ÄĒ Derrida, Psych√©, p.338

En réalité, le mot déconstruction est apparu dès 1955 dans le contexte de la philosophie française à l'occasion de la traduction du texte de Heidegger "Contributions à la question de l'être" (Zur Seinsfrage). Gérard Granel a choisi ce terme pour traduire le mot allemand Abbau qu'il voulait distinguer du mot "destruction" (traduction de Zerstreuung)[2].

Chez Heidegger, dans √ätre et temps (Sein und Zeit), la Destruktion porte sur le concept de temps ; elle doit r√©v√©ler par quelles √©tapes successives l'exp√©rience du temps a √©t√© recouverte par la m√©taphysique, faisant oublier le sens originaire de l'√™tre comme √™tre temporel. Les trois √©tapes de cette d√©construction se suivent √† rebours de l'histoire :

  1. ¬ę la doctrine kantienne du sch√©matisme et le temps comme √©tape pr√©alable d'une probl√©matique de la temporalit√© ¬Ľ ;
  2. ¬ę le fondement ontologique du cogito ergo sum de Descartes et la reprise de l'ontologie m√©di√©vale dans la probl√©matique de la res cogitans ¬Ľ ;
  3. ¬ę le trait√© d'Aristote sur le temps comme discrimen de la base ph√©nom√©nale et des limites de l'ontologie antique ¬Ľ.

Toutefois, si Heidegger annonce cette déconstruction à la fin de l'Introduction de Sein und Zeit (§ 8, p. 40 de l'édition de référence), cette partie, qui devait constituer, d'après le plan de 1927, le deuxième de l'ouvrage, n'a jamais été rédigée en tant que telle. Tout au plus peut-on considérer que d'autres ouvrages ou conférences la recoupent partiellement, à commencer par l'ouvrage Kant et le problème de la métaphysique, publié en 1929.

¬ę Cette t√Ęche, nous la comprenons comme la destruction, s‚Äôaccomplissant au fil conducteur de la question de l‚Äô√™tre, du fonds traditionnel de l‚Äôontologie antique, [qui reconduit celle-ci] aux exp√©riences originelles o√Ļ les premi√®res d√©terminations de l‚Äô√™tre, par la suite r√©gissantes, furent conquises. ¬Ľ ‚ÄĒ Heidegger, √ätre et Temps [3]

La déconstruction chez Derrida

En traduisant et r√©cup√©rant √† son compte la notion de d√©construction, Derrida entendait que la signification d'un texte donn√© (essai, roman, article de journal) est le r√©sultat de la diff√©rence entre les mots employ√©s, plut√īt que de la r√©f√©rence aux choses qu'ils repr√©sentent ; il s'agit d'une diff√©rence active, qui travaille en creux le sens de chacun des mots qu'elle oppose, d'une fa√ßon analogue √† la signification diff√©rentielle saussurienne en linguistique. Pour marquer le caract√®re actif de cette diff√©rence (au lieu du caract√®re passif de la diff√©rence relative √† un jugement contingent du sujet), Derrida sugg√®re le terme de diff√©rance, sorte de mot-valise combinant ¬ę diff√©rence ¬Ľ et le participe pr√©sent du verbe ¬ę diff√©rer ¬Ľ : ¬ę diff√©rant ¬Ľ. En d'autres termes, les diff√©rentes significations d'un texte peuvent √™tre d√©couvertes en d√©composant la structure du langage dans lequel il est r√©dig√©.

La d√©construction ne se veut ni une m√©thode, ni un syst√®me philosophique, mais plut√īt une pratique. Ses d√©tracteurs lui reprochent souvent son obscurit√© ou ses formules alambiqu√©es. Le jour de la mort de Derrida, le New York Times, sous la plume de Jonathan Kandell, titrait ainsi : ¬ę un th√©oricien abscons est mort ¬Ľ. Peu aim√©e et paradoxalement peu connue en France, o√Ļ elle reste attach√©e √† la figure de Derrida, elle a √©t√© l'objet de violentes attaques, principalement aux √Čtats-Unis o√Ļ elle fleurit dans les d√©partements de litt√©rature. Derrida a r√©pondu, de fa√ßon particuli√®rement agressive, aux critiques du philosophe am√©ricain John Searle dans son livre Limited Inc (le titre du livre est un jeu de mot sur le nom du philosophe : ¬ę Inc. ¬Ľ √©tant la traduction approximative de la SARL fran√ßaise).

Voir aussi

  • D√©constructivisme (architecture)
  • la d√©construction de l'espace romanesque dans le Nouveau Roman.

Penseurs influencés par la déconstruction

Jean-Luc Nancy, Philippe Lacoue-Labarthe, Bernard Stiegler, Julia Kristeva, Hélène Cixous, Avital Ronell, Richard Rorty, Luis de Miranda, Edward Said, Paul de Man, François Nault, George Steiner, Yves Citton, Jacques Ehrmann

Références

  1. ‚ÜĎ Laurent Carraz, Wittgenstein et la d√©construction, Antipodes, coll. √Čcrits philosophiques, 2000
  2. ‚ÜĎ Marc Goldschmidt, Jacques Derrida : une introduction, Pocket, 2003, p. 20. Martin Heidegger, Questions I, 1968, p. 240
  3. ‚ÜĎ Heidegger, √ätre et Temps, Paris : Authentica, 1985, p.39

Liens externes

  • Portail de la philosophie Portail de la philosophie
Ce document provient de ¬ę D%C3%A9construction ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Deconstruction de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Deconstruction ‚ÄĒ –Ė–į–Ĺ—Ä –ź–Ľ—Ć—ā–Ķ—Ä–Ĺ–į—ā–ł–≤–Ĺ—č–Ļ —Ä–ĺ–ļ –ď–ĺ–ī—č 1993 1994 –°—ā—Ä–į–Ĺ–į ‚Ķ   –í–ł–ļ–ł–Ņ–Ķ–ī–ł—Ź

  • Deconstruction ‚ÄĒ Studioalbum von Devin Townsend Project Ver√∂ffentlichung 30. Juni 2011 Label HevyDevy, InsideOut Music ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • d√©construction ‚ÄĒ [ dek…ĒŐÉstryksj…ĒŐÉ ] n. f. ‚ÄĘ v. 1965; de d√©construire ‚ô¶ Fait de d√©construire. La d√©construction d un syst√®me social, d une notion. ‚óŹ d√©construction nom f√©minin Fait de d√©construire quelque chose ; d√©structuration. En philosophie, analyse critique d ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • deconstruction ‚ÄĒ de con*struc tion (d[ e] k[u^]n*str[u^]k sh[u^]n), n. A philosophical theory of criticism (usually of literature or film) that seeks to expose deep seated contradictions in a work by delving below its surface meaning. This method questions the… ‚Ķ   The Collaborative International Dictionary of English

  • deconstruction ‚ÄĒ [dńďőĄk…ônstruk‚Ä≤sh…ôn] n. [Fr d√©construction] a method of literary analysis originated in France in the mid 20th cent. and based on a theory that, by the very nature of language and usage, no text can have a fixed, coherent meaning deconstructionist… ‚Ķ   English World dictionary

  • deconstruction ‚ÄĒ 1973, as a strategy of critical analysis, in translations from French of the works of philosopher Jacques Derrida (b.1930). The word was used in English in a literal sense from 1865 of building and architecture, and in late 1860s sometimes as an… ‚Ķ   Etymology dictionary

  • Deconstruction ‚ÄĒ For the approach to post modern architecture, see Deconstructivism; for other uses, see Deconstruction (disambiguation). Deconstruction is a term introduced by French philosopher Jacques Derrida in his 1967 book Of Grammatology. Although he… ‚Ķ   Wikipedia

  • deconstruction ‚ÄĒ deconstructionist, adj., n. deconstructive, adj. /dee keuhn struk sheuhn/, n. a philosophical and critical movement, starting in the 1960s and esp. applied to the study of literature, that questions all traditional assumptions about the ability… ‚Ķ   Universalium

  • D√©construction ‚ÄĒ Pour l approche architecturale, voir D√©constructivisme La d√©construction est une m√©thode, voire une √©cole, de la philosophie contemporaine. Cette pratique d analyse textuelle est employ√©e pour d√©cortiquer de nombreux √©crits (philosophie,… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • deconstruction ‚ÄĒ noun Etymology: French d√©construction, from d√© de + construction Date: 1973 1. a philosophical or critical method which asserts that meanings, metaphysical constructs, and hierarchical oppositions (as between key terms in a philosophical or… ‚Ķ   New Collegiate Dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.