Decharge (dechet)

ÔĽŅ
Decharge (dechet)

Décharge (déchet)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Décharge.

Une d√©charge ou d√©charge publique ou encore terrain de d√©charge (au Qu√©bec, on dit plut√īt un site d'enfouissement), est un lieu public ou priv√© o√Ļ l'on d√©verse d√©bris et d√©chets divers, situ√© le plus souvent en-dehors des grandes villes.

Les décharges publiques ou privées posent de sérieux problèmes d'environnement dans les pays en développement, et les pays riches doivent suivre ou gérer des centaines de milliers de décharges, parfois anciennes et oubliées
Décharge de Yoff à Dakar (Sénégal). Les animaux mangent une grande part de la matière organique consommable, mais les déchets contiennent de plus en plus de matières non biodégradables et/ou toxiques

Il existe aussi des d√©charges priv√©es, industrielles notamment, parfois dites "d√©charges internes". Certains sites de d√©charge (industriels, militaires) √©taient sous-marins ou immerg√©s dans des lacs, des galeries de mines, ou d'autres sites peu accessibles et aujourd'hui oubli√©s ou difficiles √† contr√īler.

Dans les pays occidentaux, la r√©glementation sur la r√©cup√©ration des d√©chets interdit depuis la fin du XXe si√®cle les d√©charges sauvages au profit des centres d'enfouissement techniques (CET) ou de l'incin√©ration. Dans certains pays, comme en France, en th√©orie, seuls des d√©chets ultimes devraient √™tre mis en d√©charges contr√īl√©es comme installations class√©es au regard de l'Environnement. En r√©alit√©, de nombreux retards d'application de la loi sont constat√©s.[r√©f. n√©cessaire]

Les réglementations pour la protection de l'environnement imposent d'éliminer certains risques de pollution, par exemple en imperméabilisant le site vis-à-vis d'une nappe phréatique et/ou en le couvrant d'une couche étanche, avec récupération du méthane le cas échéant.

Sommaire

Classement

D√©tail de la d√©charge de la Ville de Marseille, Mai 2005

En France, il existe trois types de d√©charges :

Il existe d'autres modes de stockage des déchets: l'utilisation en remblaiement ou en sous-couche routière de certains déchets du BTP, l'enfouissement de déchets dangereux dans d'anciennes mines, les centres de stockage de déchets nucléaires à durée de vie courte ou longue.

Les d√©charges sont nomm√©es diff√©remment en fonction des d√©chets collect√©s :

  • CET : Centre d'Enfouissement Technique
  • CSDU : Centre de Stockage des D√©chets Ultimes
  • CSDD : Centre de Stockage des D√©chets Dangereux

Structure

Une d√©charge con√ßue pour limiter les transferts de pollution est g√©n√©ralement compos√©e de la mani√®re suivante :

  • barri√®res passives : couche d'argile, b√Ęches imperm√©ables (g√©omembranes)
  • barri√®res actives : sable, r√©seau de drains qui r√©cup√®re les r√©sidus liquides (lixiviats) avant leur traitement.
  • d√©chets
  • une couche de terre, puis une nouvelle v√©g√©tation est mise en place.

Ce type de décharge est habituellement surveillé 30 ans. Les émissions de biogaz doivent également être collectées pour maintenir le massif de déchets en dépression.

Devenir du biogaz :

  • Destruction, g√©n√©ralement le m√©thane est br√Ľl√© sur place en torch√®re.
  • Valorisation, thermique ou √©lectrique.

On distingue deux types d'installations, celles qui utilisent le gaz pour produire de la chaleur dans des installations de chauffage collectif, des serres, des briqueteries... et celles qui utilisent le gaz pour produire de l'électricité.

Impacts environnementaux

Les impacts et nuisances environnementales concernent surtout les anciennes d√©charges non √©tanches et non contr√īl√©es.

  • Il s'agit √©ventuellement d'odeurs, mais plus souvent de pollution de l'air, de l'eau et des sols.
  • De tr√®s nombreuses d√©charges industrielles et urbaines ont √©t√© oubli√©es (Il en existait au moins une par commune, soit - √† titre d'exemple- un minimum de 36 000 en France m√©tropolitaine, rien que pour les d√©chets m√©nagers).
  • En zone rouge et lors de la reconstruction apr√®s les guerres mondiales, de nombreuses d√©charges ont pu recevoir des gravats mal tri√©s pouvant contenir des munitions non explos√©es.
  • Les d√©charges √©mettent du m√©thane puissant Gaz √† effet de serre, et elles peuvent br√Ľler, voire exploser.
    Il faut dans ce cadre diff√©rencier d√©charges compact√©es, inond√©es, ou couvertes d'une couche d'argile et celles qui ne sont pas compact√©es ; ces derni√®res, en raison du taux d'oxyg√®ne de l'air qui y circulent permettent une d√©gradation a√©robie qui ne produit que tr√®s peu de m√©thane, √† la diff√©rence des d√©charges compact√©es (En France selon l'ADEME, 40 % du tonnage enfoui de 1980 √† 1985, 55 % entre 1985 et 1990, 72 % entre 1990 et 1993, et 87 % apr√®s 1993 ont √©t√© compact√©, pour atteindre presque 100 % en 1999). En France, la loi encourage les d√©charges contr√īl√©es (circulaire de mars 1987) √† r√©cup√©rer le m√©thane (biogaz) ou au moins √† le br√Ľler en torch√®re. Toujours selon l'Ademe en France, (10 % des d√©charges √©taient ainsi √©quip√©es en 1993, 25 % en 1996 et 57 % en 1997), avec des rendements d'environ 60 % en 1999 qui pouvaient dans les ann√©es 2000 atteindre 80 %. Dans quelques cas le biogaz est r√©cup√©r√© en amont, par exemple par fermentation de boues d'√©puration (ex : Alimentation des bus de la Communaut√© urbaine de Lille).
    La Mission interminist√©rielle de l'effet de serre a en France estim√© qu'un bon r√©seau de captage du gaz de d√©charge permettait d'en diminuer les √©missions de pr√®s de 100 %. Le probl√®me est qu'en raison du bas co√Ľt de rachat de ce gaz, ces op√©rations sont peu rentables. De plus nombre de d√©charges anciennes (il y en a au moins une par commune) ne sont pas suivies. Ce gaz est souvent gaspill√© en France, mais le Canada, l'Angleterre ou l'Italie valorisent depuis longtemps une partie de leur gaz de d√©charge[2]. La nature des d√©chets joue aussi un r√īle. Une √©tude australienne a montr√© par exemple que les poutres enfouies dans d'anciennes d'√©charges n'ont perdu que peu de carbone. Au contraire les ¬ę d√©chets verts ¬Ľ (feuilles, petites branches) fermentent tr√®s rapidement.
  • Les feux accidentels ou criminels de d√©charges sont saisonniers et courants dans les zones s√®ches et chaudes. Ils √©mettent des polluants mal connus et g√©n√©ralement non comptabilis√©s (comme ceux de feux de for√™ts) par les cadastres et inventaires de pollutions. Les d√©chets m√©nagers sont assez riches en produits contenant du chlore (PVC notamment) pour √©mettre en br√Ľlant des dioxines et furanes en quantit√© importantes (environ 10 fois plus qu'un feu de broussaille ou de sous-bois forestier de bord de mer[3]).

Le cas des décharges sous-marines

Ce sont par exemple :

  • des fosses marines ou lacs utilis√©s pour √©liminer des d√©chets dangereux (munitions et d√©chets radioactifs civils et/ou militaires, par exemple le Lac Quinghai en chine, ou la Fosse des Casquets au large de la Normandie)
  • des d√©charges de munitions immerg√©es, s√©quelles de guerres (au nombre d'une centaine au moins sur la fa√ßade littorale atlantique de l'Europe), et susceptibles de g√©n√©rer des impacts diff√©r√©s dans l'espace et dans le temps, mais importants .
  • des d√©charges de boues de curage de fleuves, estuaires et/ou ports. Ces boues sont g√©n√©ralement tr√®s pollu√©es et leur volume augmente avec la d√©gradation des bassins versants qui se traduit par une √©rosion accrue. Au-dessus d'un certain volume, les op√©rations doivent maintenant en France faire l'objet d'une √©tude d'impact et d'une enqu√™te publique. Pour l'Atlantique Nord-ouest elles sont suivies par la Commission Ospar[4].

Stockage de déchets radioactifs

Les centres d'évacuation définitive des déchets radioactifs sont appelés des centres de stockage définitif.

Références

  1. ‚ÜĎ http://www.environnement.gouv.fr/IMG/pdf/Liste_CSDD_200702.pdf
  2. ‚ÜĎ Source ADEME (√©valutions portant de 1979 √† 1997, sur la base des d√©chets d√©clar√©s enfouis depuis 1980), cit√©e par Rapport OPECST n¬į 224 (2001-2002) de Marcel DENEUX/ S√©nat fran√ßais
  3. ‚ÜĎ source : Facteurs d‚Äô√©mission de polluants de feux simul√©s de for√™t et de d√©charge, √©tude Ineris/Ademe 2003, 17 p
  4. ‚ÜĎ Rapport OSPAR 2004 sur les immersion en mer de d√©chets, dont boues de dragage

Voir aussi

  • Portail de l‚Äôenvironnement et du d√©veloppement durable Portail de l‚Äôenvironnement et du d√©veloppement durable
  • Portail de l‚Äô√©cologie Portail de l‚Äô√©cologie
Ce document provient de ¬ę D%C3%A9charge (d%C3%A9chet) ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Decharge (dechet) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • D√©charge (D√©chet) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir D√©charge. Une d√©charge ou d√©charge publique ou encore terrain de d√©charge (au Qu√©bec, on dit plut√īt un site d enfouissement), est un lieu public ou priv√© o√Ļ l on d√©verse d√©bris et d√©chets divers, situ√© le plus… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • D√©charge (d√©chet) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir D√©charge. Le plus souvent situ√© en dehors des grandes villes, une d√©charge ou d√©charge publique ou encore terrain de d√©charge (au Qu√©bec, on dit plut√īt un site d enfouissement), est un lieu dans lequel on… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • D√©charge publique ‚ÄĒ D√©charge (d√©chet) Pour les articles homonymes, voir D√©charge. Une d√©charge ou d√©charge publique ou encore terrain de d√©charge (au Qu√©bec, on dit plut√īt un site d enfouissement), est un lieu public ou priv√© o√Ļ l on d√©verse d√©bris et d√©chets divers ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Dechet dangereux ‚ÄĒ D√©chet dangereux Les d√©chets sont consid√©r√©s comme dangereux s ils pr√©sentent une ou plusieurs des propri√©t√©s suivantes : explosif, comburant, inflammable, irritant, nocif, toxique, canc√©rog√®ne, corrosif, infectieux, toxique pour la… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • D√©chet Dangereux ‚ÄĒ Les d√©chets sont consid√©r√©s comme dangereux s ils pr√©sentent une ou plusieurs des propri√©t√©s suivantes : explosif, comburant, inflammable, irritant, nocif, toxique, canc√©rog√®ne, corrosif, infectieux, toxique pour la reproduction, mutag√®ne,… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • D√©chet m√©nager et assimil√© ‚ÄĒ Ordures m√©nag√®res Les ordures m√©nag√®res (OM), ou d√©chets m√©nagers sont les d√©chets issus de l activit√© quotidienne des m√©nages. Elles incluent √©galement, en g√©n√©ral, les d√©chets des commer√ßants et artisans, qui suivent les m√™mes circuits de… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • D√©chet dangereux ‚ÄĒ Les d√©chets dangereux sont une des cat√©gories de d√©chets pour la l√©gislation (qui varie selon les pays). En raison de leur dangerosit√© pour l environnement ou la sant√© (√† court, moyen ou long terme, via leurs effets directs ou indirects), ils… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Dechet ‚ÄĒ D√©chet Dans la plupart des pays, les d√©chets font l objet d une collecte organis√©e, et de plus en plus souvent apr√®s un pr√© tri par l √©metteur ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Dechet nucleaire ‚ÄĒ D√©chet radioactif Production de d√©chets de la fili√®re √©lectronucl√©aire Un d√©chet radioactif est une mati√®re radioactive dont aucun usage n est pr√©vu et dont la dispersion dans l environnement n est pas autoris√©e. Les d√©chets radioactifs couvrent… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Dechet radioactif ‚ÄĒ D√©chet radioactif Production de d√©chets de la fili√®re √©lectronucl√©aire Un d√©chet radioactif est une mati√®re radioactive dont aucun usage n est pr√©vu et dont la dispersion dans l environnement n est pas autoris√©e. Les d√©chets radioactifs couvrent… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.