Dalmatie


Dalmatie

La section "La Dalmatie dans la République de Croatie" est caractérisée par un langage qui n'est pas suffisamment neutre et prends une position trop favorable à une des parties intéressée par le conflit, par ailleurs sans citer suffisamment ses sources. 43° 48′ 46″ N 16° 13′ 08″ E / 43.8128, 16.2188

Blason de la Dalmatie
La Dalmatie

La Dalmatie (en croate et serbe latin Dalmacija, en latin Dalmatia) est une région littorale de la Croatie le long de la mer Adriatique, qui va de l'île de Pag, au nord-ouest, à Dubrovnik et la baie de Kotor (Monténégro) au sud-est.

Sommaire

Géographie

La Dalmatie est une région littorale de la Croatie, le long de la mer Adriatique, qui va de l'île de Pag, au nord-ouest, à Dubrovnik et la baie de Kotor (Monténégro) au sud-est. Dubrovnik et l'ancien territoire de la République de Raguse ne font pas partie de la Dalmatie. Elle s'étend sur 350 km sur la côte est de la mer Adriatique sur environ 60 km de large, couvre 12 100 km² pour 897 000 habitants (2001). Elle est traversée par les Alpes dinariques et comporte en outre de nombreuses îles (Voir Îles de Croatie).

La Dalmatie s'étend sur tout ou partie de quatre comitats : Le comitat de Zadar, le comitat de Å ibenik-Knin, le comitat de Split-Dalmatie et le comitat de Dubrovnik-Neretva.

Étymologie et linguistique

Les premiers habitants de la Dalmatie étaient les Illyriens, de langue indo-européenne, et leurs plus proches parents sont les Albanais d'aujourd'hui. Selon une interprétation propre à des linguistes albanais, « Dalmatie Â» signifierait « pays de bergers Â» en langue illyrienne, berger se disant delmë en ancien albanais, bari delësh en albanais contemporain.

La langue illyrienne ancienne parlée en Dalmatie disparaît avec l'occupation romaine de la région. Le dalmate qui y était parlé suite à la chute de l'Empire romain d'Occident était une langue romane, possiblement à substrat illyrien. Le regroupement linguistique de l'illyrien ancien et de l'albanais moderne dans un vaste ensemble thraco-illyrien est généralement accepté aujourd'hui par les linguistes[1].

Histoire

L'Antiquité

La période des royaumes illyriens et dalmates

Au VIe siècle av. J.‑C., les Grecs fondent des colonies dans le royaume d'Illyrie, dont la Dalmatie faisait alors partie.

En -229 et -228, la flotte romaine combat les pirates illyriens qui s’abritent dans les multiples îles de cette région, et à partir de -219, les Romains prennent le contrôle de la côte de Dalmatie pour garantir la sécurité de la mer Adriatique.

En -168, le consul romain Paul Émile le Macédonien bat le royaume de Macédoine et son allié le royaume d’Illyrie. Les Romains prennent le contrôle de la Dalmatie, pour s’assurer une route terrestre permanente vers la Macédoine et la Grèce. En revanche, ils n’allèrent pas plus profondément dans le territoire illyrien, et Jules César, proconsul des Gaules et de l’Illyrie à partir de -58, dirige ses légions vers la Gaule.

La période romaine

Entre -9 et -6, les Romains commandés par Tibère font la conquête de l'Illyrie. Tibère doit intervenir à nouveau entre les années 6 et 9 pour réduire une révolte de l’Illyrie au cours d’une guerre difficile, engageant pas moins de 15 légions et autant d’auxiliaires, soit un effectif considérable compris entre 150 000 et 180 000 soldats. Après sa victoire, l’Illyrie est divisée en provinces de Dalmatie et de Pannonie.

La Dalmatie dans l'Empire romain, vers 120

En raison de la présence de deux légions, l'ancienne province sénatoriale de Dalmatie est réorganisée en l’an 10 en une province impériale, avec comme capitale Salonae (Salone, aux importants vestiges archéologiques romains : puissants remparts, thermes, basilique). D'autres villes romaines furent prospères : ‘’Tarsatica’’ (Trsat, au sud de Rijeka) ‘’Iader’’ (Zadar, où sont encore visibles les vestiges du forum romain), ‘’Narona’’, ‘’Burnum’’. Les mines d’or et d’argent contribuent à la prospérité de la Dalmatie.

Même après le départ des légions vers les provinces frontières du Danube, Pannonie et Mésie, la Dalmatie conserva son statut de province impériale confiée à un ancien consul. Par exemple, Lucius Plotius Pegasus est gouverneur de la province sous Vespasien. La Dalmatie conserve une garnison auxiliaire qui renforcée durant le règne de Marc Aurèle. Celle-ci semble avoir été touchée à cette époque par des phénomènes de brigandages. Didius Julianus, futur empereur, et alors gouverneur aurait mené des opérations contre les brigands vers 175-178. Son importance stratégique s'était aussi réaffirmée puisque les Barbares avaient traversé les provinces frontières pour parvenir en Italie. À partir du IIe siècle, l'urbanisation, la romanisation puis la christianisation des Illyres progressent, et la région devient une place importante de l'empire, constituant, avec la Rhétie et le Norique la liaison incontournable entre l'Italie et les frontières danubiennes.

Durant le IIIe siècle, la Dalmatie semble être le cœur de l'Illyricum, ensemble s'étendant des Balkans au Danube, concentrant d'importantes armées. De nombreux officiers originaires de ces régions jouèrent un rôle incontournable dans la défense de l'empire lors de la crise du IIIe siècle : l'importance politique de la Dalmatie grandissait. Sont originaires de Dalmatie: l’empereur romain Carus (282-283), né à Narona selon certains auteurs, ses fils et successeurs Carin (283-285) et Numérien (283-284), et l’illustre Dioclétien, empereur de 284 à 305. Dioclétien se fit construire près de Salone un vaste palais fortifié sur la côte Dalmate, où il se retira en 305 après son abdication. Ce palais fut à l'origine de la ville de Split. Jérôme de Stridon, traducteur de la Vulgate, était également d'origine dalmate.

Le remodelage des provinces sous la tétrarchie conserva la Dalmatie en une seule province. Son contrôle est fréquemment disputé entre les empereurs régnant sur les parties occidentale et orientale de l’Empire Romain. Lors de l’ultime division de l’Empire romain en 395, la Dalmatie est rattachée à l’Empire romain d'Occident.

Lors des invasions germaniques du IVe siècle, la Dalmatie devient le refuge de ce qui reste de l’armée romaine d’Illyrie et le dernier lien terrestre entre l’empire d’Occident et l’empire romain d’Orient. Elle voit le passage des candidats à l’empire d’Occident soutenus par Constantinople (Valentinien III, Anthémius, Julius Nepos), puis passe vers 490 sous la domination des Ostrogoths.

Le Moyen Âge

La période byzantine

En 535, l’empereur d’Orient Justinien Ier envoie le général Bélisaire contre le royaume Ostrogoth d’Italie. Au passage, Bélisaire ramène la Dalmatie dans l’Empire Romain, pour quelques années.

Les Avars et les premiers Slaves, qui conquirent la plupart des villes de Dalmatie au VIe siècle, poussèrent vers 614 les populations romanes de l'intérieur vers le littoral, entraînant la fondation de Spalato (Split) sur l'emplacement du palais romain construit par Dioclétien. D'autres réfugiés romans s'installèrent sur un îlot facile à défendre et fondèrent Raguse (Dubrovnik). Quelques villes côtières comme Zara (Zadar) ou Traù (Trogir), ainsi que la plupart des îles, demeurèrent territoires de l'Empire romain d'orient.

L'installation des Croates

Dans les années 600, d'autres Slaves, les Hrobates de Galicie se séparent en Bjalohrobates (qui restent sur place et participent à l'ethnogénèse des Polonais et des Ruthènes) et Černohrobates qui descendent vers le sud-ouest et en 640 apparaissent en Pannonie sous le nom de Croates. Vainqueurs des Avars ils fondent des principautés, bientôt fédérées en un duché, puis royaume de Croatie, incluant la Dalmatie continentale, qui eut plusieurs capitales successives : Biaći, Nin, Biograd, Å ibenik, Knin, Split, OmiÅ¡, Klis et Solin.

Lors du schisme entre chrétiens, les Croates choisissent le catholicisme et y sont demeurés fidèles depuis, au point que cette appartenance fait partie de leur identité.

En 1102, la Croatie, incluant la Dalmatie, s'unit à la Hongrie. De 1115 à 1420, la Dalmatie fut le théâtre de nombreuses confrontations entre le Royaume hongro-croate et la République de Venise, qui avait hérité les îles dalmates de l'Empire byzantin. À la longue, par la guerre, la négociation ou l'achat, Venise finit par étendre son domaine en Dalmatie continentale, à l'exclusion de la République de Raguse (aujourd'hui Dubrovnik), restée autonome, mais également romane.

La période moderne

La période vénitienne

En 1403, Ladislas de Durazzo, roi angevin de Naples et prétendant au trône de Hongrie-Croatie, renonce à ses droits sur la Dalmatie continentale en échange de 100 000 ducats, et Venise s'installe pour près de quatre siècles sur cette côte de l'Adriatique, sans jamais parvenir à conquérir ni éliminer sa rivale Raguse. La Dalmatie est gouverné par un provéditeur-général. De nombreux Vénitiens s'installent durant cette période dans les ports et les îles de la Dalmatie. Venise ne perd définitivement la Dalmatie qu'avec sa propre indépendance, lors de sa conquête par Bonaparte en 1797. Toutefois, sous le régime vénitien, la langue croate a pu se développer en Dalmatie (y compris dans les îles) au même titre que l'italien, et des écoles, des publications y ont vu le jour.

La période austro-hongroise

Après la chute de la République vénitienne en 1797, pendant la Révolution française, la Dalmatie devint possession de l'Empire d'Autriche par le traité de Campo-Formio. Elle fut unie au Royaume d'Italie créé par Napoléon I et apres française sous le Premier Empire, au sein des « Provinces illyriennes Â». Le maréchal Soult est titré duc de Dalmatie en 1808. La Dalmatie est de nouveau rattachée à l'Autriche au traité de Vienne en 1815 qui devient alors le Royaume de Dalmatie. L'Autriche, plus encore que Venise, y favorise le développement de la culture croate, d'autant qu'elle y voit un moyen de contrer l'irrédentisme des Italiens de la côte. En 1816 la présence italienne dans la région était estimée à 20%, en 1865 elle n’était désormais que de 12,5%[2].

La période yougoslave

Par le traité de Rapallo en 1920, suite à la défaite des puissances centrales dans la Première Guerre mondiale, la Dalmatie, à l'exception de la ville de Zadar (Zara) et de l'île de Lastovo (Lagosta), cédées à l'Italie, fut incluse avec le reste de la Croatie dans le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, rebaptisé un peu plus tard Royaume de Yougoslavie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Italiens ont annexé de 1941 à 1943 certaines autres îles et une partie de la Dalmatie continentale, tandis que l'État indépendant de Croatie d'Ante Pavelić gardait le reste (puis la totalité après octobre 1943). En 1944 les partisans yougoslaves reprennent la Dalmatie aux Oustachis d'Ante Pavelić. Entre 1944 et 1950, la minorité italienne est expulsée vers l'Italie (environ 30 000 personnes dont 20 000 de la ville de Zadar). En moins de dix ans la présence italienne en Dalmatie est pratiquement epurée. Aujourd'hui il ne reste dans toute la Dalmatie que quelques centaines d'italiens, derniers temoins d'une présence millenaire[3].

En 1991, après que la Croatie eut déclaré son indépendance vis-à-vis de la République fédérale socialiste de Yougoslavie, la région redevint un champ de bataille entre indépendantistes croates et pro-yougoslaves serbes.

La Dalmatie dans la République de Croatie

Le 17 août 1990 à Knin, sous l'impulsion du colonel Ratko Mladić nommé dans ce but dans cette ville, les Serbes, majoritaires en Dalmatie du nord, déclarent vouloir rester Yougoslaves et combattre la République de Croatie. Ils barrent les routes, coupant la liaison terrestre entre la Croatie du nord et le reste de la Dalmatie : c'est la « Révolution des Rondins Â». Lorsque la nouvelle police croate tente de dégager les routes, l'armée yougoslave (JNA) ouvre le feu contre elle. En 1991, les dirigeants serbes, alors dirigés par Milan Babić, expulsent les habitants croates (non sans morts)[réf. nécessaire] du nord de la Dalmatie, et le rattachent à la République serbe de Krajina autoproclamée, dont ils font de Knin la capitale. Ils légitiment cette proclamation par l'appartenance de la Krajina, à l'époque autrichienne, aux confins militaires des Habsbourg, a majorité Serbes bien que la Dalmatie du nord n'en ait jamais fait partie[réf. nécessaire]. Encerclée par l'Armée de la République de Croatie et par les troupes du Conseil croate de défense de Bosnie-Herzégovine (HVO), la "République serbe de Krajina" tombe au cours d'une manoeuvre menée en 1994-1995. Knin tombera [1] le 5 août 1995 aux mains de l'armée et de la police croates lors de l'Opération Tempête (en croate, Oluja. Les habitants croates peuvent regagner leurs foyers, tandis que ce sont cette fois les Serbes qui s'en vont et se replient en République serbe de Bosnie.

Économie

Les ressources de la Dalmatie sont l'industrie (constructions navales, métallurgie), ainsi que l'agriculture et la pêche, en déclin, tandis que dans les îles et sur la côte, le tourisme prend au contraire une très grande ampleur, avec un rythme de construction très rapide et des prix qui ne cessent de grimper.

Culture et patrimoine

Notes et références

  1. ↑ Voir les articles illyrien et langues thraco-illyriennes pour plus de détails.
  2. ↑ Dictionnaire Encyclopédique Italien (Vol. III, page 729), Rome, Edition de l'Institut de l'Encyclopédie Italienne, fondé par Giovanni Treccani, 1970
  3. ↑ (en anglais)

Voir aussi

Bibliographie

  • (it) Luigi Tomaz, Il confine d'Italia in Istria e Dalmazia. Duemila anni di storia, Presentazione di Arnaldo Mauri, Think ADV, Conselve 2008.

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dalmatie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • DALMATIE — Région littorale de la Croatie l’une des six républiques socialistes fédératives de Yougoslavie, qui a proclamé son indépendance en 1991 , entre le golfe de Kvarner au nord et le littoral monténégrin au sud. Étroite frange littorale et insulaire… …   Encyclopédie Universelle

  • Dalmatie (province) — Dalmatie 1809 – 1814 Informations générales Statut Subdivision des Provinces illyriennes Chef lieu Zara Histoire et évènements 14 octobre 1809 Annexion …   Wikipédia en Français

  • Dalmatie (thème) — Le thème de Dalmatie est une province de l Empire byzantin correspondant en grande partie à la province romaine et romaine tardive homonyme, sur la côte Adriatique, centrée autour des villes principales de Split et Dubrovnik. L organisation de la …   Wikipédia en Français

  • Campagne de Dalmatie — Quatrième coalition Informations générales Date janvier 1806 juillet 1809 Lieu Europe centrale Croatie Issue Victoire française Traité de Tilsit Belligérants …   Wikipédia en Français

  • Nicolas-Jean-de-Dieu Soult, Duc de Dalmatie — Nicolas Jean de Dieu Soult Jean de Dieu Soult 13e, 20e et 22e président du …   Wikipédia en Français

  • Nicolas-Jean-de-Dieu Soult, duc de Dalmatie — Nicolas Jean de Dieu Soult Jean de Dieu Soult 13e, 20e et 22e président du …   Wikipédia en Français

  • Split-Dalmatie — Comitat de Split Dalmatie Comitat de Split Dalmatie Splitsko Dalmatinska Županija Localisation en Croatie …   Wikipédia en Français

  • Royaume Triunitaire de Croatie-Slavonie-Dalmatie — Le royaume triunitaire avec le Royaume de Croatie Slavonie en rose et le Royaume de Dalmatie en rouge …   Wikipédia en Français

  • Royaume triunitaire de Croatie-Dalmatie-Slavonie — Royaume triunitaire de Croatie Slavonie Dalmatie Le royaume triunitaire avec le Royaume de Croatie Slavonie en rose et le Royaume de Dalmatie en rouge …   Wikipédia en Français

  • Stari Grad (Dalmatie) — Stari Grad (Split Dalmatie) Pour les articles homonymes, voir Stari Grad. Stari Grad Le port de Stari Grad …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.