Corvée


Corvée

Corvée seigneuriale

La corvée (du latin corrogare, « demander ») est un travail non rémunéré imposé par un seigneur/maître à ses dépendants, qu'ils soient de statut libre ou non. Elle est un rouage essentiel du système politico-économique médiéval et tire son existence de la rareté de la monnaie à cette époque.

On distingue corvée privée et corvée publique. La première consiste en journées de travail (nommées arban dans certaines provinces de France) consacrées à la pars dominica (terre réservée du seigneur). Concrètement, il s'agit d'assistance au moment des labours, des moissons ou de la vendange. Elle peut impliquer, pour le dépendant, l'utilisation de ses propres bêtes de somme.

Sommaire

Historique

En général,la corvée privée tombe en désuétude à partir du XIe siècle, lorsque la monnaie devient d'usage plus courant — du moins dans l'Europe du Sud. Dès lors, elle ne concerne plus qu'un ou deux jours par an, et devient facile à racheter. Seuls les serfs et les personnes libres mais trop pauvres restent « corvéables à merci ». En Europe du Nord et en Angleterre, la corvée privée reste importante tout au long du Moyen Âge.

France

En France, on distingue la corvée personnelle liée à la résidence, même si l'on n'a pas de bien et la corvée réelle due pour des terres redevables de cet impôt même si l'on ne réside pas dans la seigneurie. La corvée seigneuriale sera abolie le 4 août 1789.

La corvée royale est un travail imposé d'entretien des voies et ouvrages d'art publics : routes, ponts, fossés, palissades, etc. Grâce à la généralisation de la corvée royale amorcée en 1738 par les mesures du contrôleur général des finances Orry, on a pu agrandir et moderniser le réseau des routes en France. On pourrait voir une version moderne de la corvée dans la suppression du lundi de Pentecôte et son remplacement par un jour de travail non payé.

Russie

En Russie ce phénomène est très présent, véhiculé en grande partie par les boyards envers les serfs qui est connue comme la brachtchina.

Reliquats moderne

La corvée reste, dans l'imagination contemporaine, le symbole de la domination des seigneurs et de la monarchie, au même titre que la dîme ou la gabelle.

Dans plusieurs pays, on parle encore de corvée pour un travail accompli par les habitants d'un territoire de façon non rémunérée pour le bien commun : déneigement, construction de grange pour un voisin, etc.

Voir aussi

Bibliographie

  • Voir la partie consacrée aux "Corvées: valeur symbolique et poids économique" (5 articles sur la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et l'Angleterre), in: Bourin (Monique) dir., Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles): réalités et représentations paysannes, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 271-381.


  • Portail du droit Portail du droit
Ce document provient de « Corv%C3%A9e seigneuriale ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Corvée de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • corvée — [ kɔrve ] n. f. • 1160; lat. pop. corrogata (opera), de corrogare « convoquer ensemble » 1 ♦ Dr. anc. Travail gratuit que les serfs, les roturiers devaient au seigneur. Astreint à la corvée. ⇒ corvéable. 2 ♦ (v. 1460) Fig. Obligation ou travail… …   Encyclopédie Universelle

  • CORVÉE — CORVÉE, forced labor imposed by a conqueror on the conquered, or by a government on the citizens under its jurisdiction. Corvée labor is one of the most obvious features of the centralism in ancient Near Eastern states; it manifests itself in… …   Encyclopedia of Judaism

  • corvée — CORVÉE. sub. fém. Certain travail et service dû par le Paysan ou Tenancier à son Seigneur, soit en journées de corps, soit en journées de chevaux, de boeufs et de harnois. Corvée ordinaire. Grande corvée. Fâcheuse coryée. Il doit tant de corvées… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • corvée — CORVÉE. s. f. Il y en a qui prononcent Courvée. Certain travail & service, que le sujet ou tenancier doit à son Seigneur, soit en journée de corps, soit en journée de chevaux, de boeufs & de harnois. Corvée ordinaire. grande corvée. fascheuse… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • corvée — mid 14c., day s unpaid labor due to a lord by vassals under French feudal system (abolished 1776), from O.Fr. corvee (12c.), from L.L. corrogata (opera) requested work, from fem. pp. of L. corrogare, from com with (see COM (Cf. com )) + rogare to …   Etymology dictionary

  • corvée — /fr. kɔʀˈve/ [vc. fr., corvée «(opera) richiesta»] s. f. inv. 1. servizio 2. (fig.) fatica, ufficio, commissione, sfacchinata, faticata, strapazzo, sgobbata, tour de force (fr.) CONTR. riposo …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • Corvee — Cor vee (k?r v or v? ), n. [F. corv[ e]e, fr. LL. corvada, corrogata, fr. L. corrogare to entreat together; cor + rogare to ask.] (Feudal Law) An obligation to perform certain services, as the repair of roads, for the lord or sovereign. [1913… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Corvee — (fr., spr. Korweh), 1) Frohndienst; 2) Last, Beschwerde …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Corvée — (franz.), Frondienst; daher Corvéedienst in Österreich der Pikettdienst (gewisse Dienstverrichtungen, die der Wachtoffizier nicht übernehmen kann) an Bord …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • corvee — /kɔr ve/ s.f., fr. [lat. tardo corrogata (opera ) (opera) richiesta ], in ital. invar. 1. (milit.) [compito di fatica assegnato a soldati senz armi: essere di c. ] ▶◀ comandata, servizio. 2. (fig.) [qualunque lavoro pesante e ingrato] ▶◀ fatica,… …   Enciclopedia Italiana


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.