Concentration d'insertion

Dhyāna

(bouddhistes)
Perfections
 
10 pāramī
dāna
sīla
nekkhamma
paññā
viriya
khanti
sacca
mettā
upekkhā
   
 6 pāramitā 
dāna
sīla
kṣānti
vīrya
dhyāna
prajñā
 
Les articles colorés sont dans les deux listes.

Dhyāna ( en sanskrit; en pali : jhāna) est le septième membre du Yoga dans les Yoga Sutras de Patanjali. Ce terme désigne des état de concentration cultivés dans l'hindouisme et le bouddhisme. Il est souvent traduit par « absorption », bien qu'étymologiquement il signifie simplement méditation ou contemplation.

Patañjali, le compilateur de la voie du Rāja yoga, en fait une étape préliminaire du « samādhi ». Les deux termes sont interchangés pour désigner ces états de conscience « transcendants ». Par exemple, les traductions Ch'an en chinois, Sŏn en coréeen et Zen en japonais sont des noms d'écoles de dhyāna bouddhistes, dérivées les unes des autres, où dhyāna prend ce sens fort de samādhi.

On rencontre plus souvent, en bouddhisme, le terme pali jhāna, parce que les enseignements qui y sont liés sont plutôt une préoccupation de l'école Theravāda.

Sommaire

Dans le yoga

Le mot dhyâna signifie, dans l'hindouisme :
1) méditation profonde ;
2) le septième membre du Râja-Yoga et du Hatha-Yoga ;
3) flux ininterrompu de conscience sur un objet particulier (chez shrî Aurobindo)[1].

Dhyâna est l'avant-dernière des huit directions, ou « membres », exposées dans le Yoga, plus particulièrement le Râja-Yoga décrit par Patañjali dans les Yoga-Sûtra (IIe s. av. J.-C. ?). Cette étape s'intègre à une pratique beaucoup plus vaste basée sur l'observance simultanée des huit directions appelées ashtânga-yoga, qui sont :

  • yama : code moral envers autrui,
  • niyama : les observances envers soi-même,
  • âsana : posture,
  • prânâyâma : contrôle de la respiration, discipline du souffle
  • pratyâhâra : retrait des sens, contrôle des sens
  • dhâranâ : concentration, "établir la fixation du mental sur un seul point, c'est la concentration."[2] (Yoga-Sûtra III-1).
  • Dhyâna : méditation profonde, "L'y maintenir dans un courant ininterrompu, c'est la méditation."[3] (Yoga-Sûtra III-2).
  • samâdhi : contemplation profonde, état de l'unité mystique, état d'union avec le Dieu personnel ou d'absorption dans l'Absolu.

La concentration est associée au mental, la méditation est associée à la conscience.

Dans le Bouddhisme

Therāvada

Atteindre les jhānas correspond au développement de la tranquillité : voir Samatha bhavana. On distingue cinq jhānas de la forme ou de la sphère physique pure. Anapanasati est la principale technique d'accès aux jhānas. Ces jhānas sont différenciés en fonction des "facteurs" qui les caractérisent ; ces facteurs sont des activités mentales, samkhāra, dont voici la liste :

  • Pensée conceptuelle, ou prise-ferme : vitakka ;
  • Réflexion décisive, ou application soutenue : vicara ;
  • Joie, ravissement : piti ;
  • Bonheur : sukha ;
  • Concentration : ekkagata ;
  • Équanimité : upekkha.

Pour être atteints, les jhānas nécessitent la suppression de cinq empêchements :

  • le désir des sens (kāmacchanda) ;
  • la colère ou l'animosité (byāpāda, vyāpāda) ;
  • la torpeur (thīna-middha) ;
  • l'agitation ou le souci (uddhacca-kukkucca) ;
  • le doute (vicikicchā).

Les cinq jhānas du monde de la forme comportent tous des facteurs différents ; leur nombre est souvent réduit à quatre :

  1. premier dhyâna : vitakka, vicara, piti, sukha et ekkagata (le monde des cinq sens est complètement transcendé) ;
  2. deuxième dhyâna : piti, sukha et ekkagata (il n'y a plus d'action, de mouvement du mental, sont seulement ressentis la joie et le bonheur).
  3. troisième dhyâna : sukha et ekkagata (seul le bonheur demeure).
  4. quatrième dhyâna : upekkha et ekkagata (pure équanimité, il y a arrêt temporaire de la respiration dans cet état).

Ces deux facteurs, équanimité et concentration, resteront présents dans les 4 jhānas du sans-forme ou non physiques,

Mahayana

Chan et Zen

Chan et Zen sont les transcriptions en chinois et en japonais du terme Dhyâna. Dans ces écoles, la pratique correspond au zazen tout en ne s'y limitant pas. Dhyâna y est traditionnellement présenté comme la triple pratique de Sila, Samadhi et Prajna.

Notes et références

  1. Jean Herbert et Jean Varenne, Vocabulaire de l'hindouisme, Dervy, 1985, p. 45.
  2. page 43 Jean Papin, La voie du yoga, Paris, Ed. Dervy, 1990, 280 p. ISBN : 2850761710
  3. page 43 Jean Papin, LA VOIE DU YOGA, Ed. Dervy, Paris, 1990, 280 p. ISBN : 2850761710

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

  • Portail du monde indien Portail du monde indien
  • Portail de la philosophie indienne Portail de la philosophie indienne
Ce document provient de « Dhy%C4%81na ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Concentration d'insertion de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Concentration De Proximité — La concentration de proximité est un concept bouddhique concernant le développement de la tranquillité voir : Samatha bhavana. Bien que des auteurs l emploient différemment, la notion s oppose à celle de concentration d insertion, c est à… …   Wikipédia en Français

  • Concentration de proximité — La concentration de proximité est un concept bouddhique concernant le développement de la tranquillité voir : Samatha bhavana. Bien que des auteurs l emploient différemment, la notion s oppose à celle de concentration d insertion, c est à… …   Wikipédia en Français

  • Sattavisuddhi — Sept puretés Dans le bouddhisme theravāda, sept puretés , ou sept stades de purification (pāli : sattavisuddhi ) , sont communément décrites : elles décrivent l avancement de la pratique, depuis la prise des préceptes jusqu à l atteinte …   Wikipédia en Français

  • Sept puretes — Sept puretés Dans le bouddhisme theravāda, sept puretés , ou sept stades de purification (pāli : sattavisuddhi ) , sont communément décrites : elles décrivent l avancement de la pratique, depuis la prise des préceptes jusqu à l atteinte …   Wikipédia en Français

  • Sept puretés — Dans le bouddhisme theravāda, sept puretés , ou sept stades de purification (pāli : sattavisuddhi) , sont communément décrites : elles décrivent l avancement de la pratique, depuis la prise des préceptes jusqu à l atteinte du Nirvana.… …   Wikipédia en Français

  • Vipassananupakkilesa — Sept puretés Dans le bouddhisme theravāda, sept puretés , ou sept stades de purification (pāli : sattavisuddhi ) , sont communément décrites : elles décrivent l avancement de la pratique, depuis la prise des préceptes jusqu à l atteinte …   Wikipédia en Français

  • Samadhi — Samādhi (समाधि en sanskrit devanāgarī)[1] est un terme sanskrit qui est lié à la philosophie indienne. Il correspond dans les Yoga Sūtra de Patañjali au huitième membre (aṅga) du Yoga. Il signifie complet (sam ) établissement, maintien,… …   Wikipédia en Français

  • Samādhi — Samadhi Samâdhi (sanskrit: समाधि) est un terme du yoga hindou et du bouddhisme. Il signifie complet (sam ) établissement, maintien, « reposition » ( ādhi) de la conscience, de l attention. Son usage généralisé a entraîné un important… …   Wikipédia en Français

  • Lambda phage — Taxobox color = violet name = Enterobacteria phage λ image width = 200px image caption = virus group = I ordo = Caudovirales familia = Siphoviridae subfamily = genus = λ like viruses species = λ Phage Enterobacteria phage λ (lambda phage) is a… …   Wikipedia

  • Epidural — This article is about the anaesthetic technique. For the anatomical site, see Epidural space. For other uses, see Epidural (disambiguation). Did you mean Epidural hematoma, a type of traumatic brain injury? Epidural Intervention …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.