Compagnon De La Libération

ÔĽŅ
Compagnon De La Libération

Compagnon de la Libération

Un Compagnon de la Lib√©ration est un membre de l'¬ę Ordre de la Lib√©ration ¬Ľ cr√©√© le 17 novembre 1940 par Charles de Gaulle en tant que ¬ę Chef des Fran√ßais libres ¬Ľ.

Sommaire

Qui sont les Compagnons

Ce titre fut d√©cern√© pour ¬ę r√©compenser les personnes ou les collectivit√©s militaires et civiles qui se seront signal√©es dans l'Ňďuvre de lib√©ration de la France et de son Empire ¬Ľ[1].

Ainsi, 1 038 personnes, cinq communes (Paris, L'√éle-de-Sein, Nantes, Grenoble et Vassieux-en-Vercors) mais aussi dix-huit unit√©s combattantes comptent au nombre des Compagnons de la Lib√©ration lors de la signature du d√©cret de forclusion de l'Ordre de la Lib√©ration soit le 23 janvier 1946. Parmi les 1 038 Compagnons, 260 ont √©t√© nomm√©s √† titre posthume.

44 √©trangers, de 18 nationalit√©s diff√©rentes, ont √©t√© fait Compagnons ; parmi les plus c√©l√®bres, on peut citer Winston Churchill, Dwight Eisenhower, le roi du Maroc Mohammed V, le roi du Royaume-Uni George VI.

Au 16 aout 2009, après la mort de Nicolas Wyrouboff [2], 49 Compagnons de la Libération étaient encore en vie. Le dernier Compagnon sera inhumé dans la crypte du Mont Valérien, dans la 9e tombe laissée vide pour l’accueillir.

Disparités d'attribution

Si l'ensemble des histoires des Compagnons repr√©sente assez bien l'histoire de la France libre, de la r√©sistance int√©rieure fran√ßaise et de l'arm√©e fran√ßaise de la Lib√©ration, on constate toutefois que les diff√©rentes cat√©gories ne sont pas repr√©sent√©es dans des proportions conformes √† leur participation r√©elle. Les circonstances, les difficult√©s de l'√©poque pour conna√ģtre l'action r√©elle de la r√©sistance, les crit√®res du g√©n√©ral de Gaulle et son d√©part rapide du pouvoir en 1946, expliquent probablement ce fait.

Ainsi sur les 1 038 Compagnons, on ne compte que six femmes et douze communistes, ce qui est tr√®s en de√ß√† de la proportion de ces deux cat√©gories de population dans les rangs de la R√©sistance. La R√©sistance int√©rieure est de m√™me sous-repr√©sent√©e par rapport √† la France libre qui repr√©sente les trois quarts des d√©cor√©s[r√©f. n√©cessaire]. Le g√©n√©ral de Gaulle a en effet d'abord commenc√© par d√©corer des combattants et des agents que lui ou ses proches connaissaient ; ses contacts avec les autres composantes de la R√©sistance int√©rieure fran√ßaise ne se sont vraiment nou√©s que vers 1942, p√©riode qui vit l'unification de celle-ci sous l'√©gide de Londres par Jean Moulin. De surcro√ģt, dans l'opacit√© de la lutte clandestine, les chefs des mouvements avaient plus de difficult√©s √† rep√©rer des militants m√©ritants pour les proposer pour des d√©corations, alors que les combattants FFL se battaient g√©n√©ralement au grand jour. En principe, chaque mouvement de la R√©sistance int√©rieure disposait de deux Croix. Mais un certain nombre de chefs ou de hautes figures des mouvements de R√©sistance n'ont jamais re√ßu celle-ci, par exemple les √©poux Aubrac ou les fondateurs de D√©fense de la France. M√™me d'ind√©fectibles soutiens du g√©n√©ral de Gaulle tels Philippe Peschaud ou son propre fils Philippe de Gaulle, ou plus tardifs comme Michel Debr√©, n'ont pas √©t√© faits Compagnons.

On peut également remarquer que les Compagnons ont été choisis parmi ceux qui, à un moment ou à un autre, ont pris le risque de s'opposer à Vichy comme l'avaient fait les Français libres. Ainsi, par exemple, le maréchal de Lattre est Compagnon alors que le maréchal Juin ne l'est pas.

Références

  1. ‚ÜĎ Ordonnance n¬į7 cr√©ant l'ordre de la Lib√©ration, publi√©e dans le n¬į 2 du journal officiel de la France libre - 10 f√©vrier 1941
  2. ‚ÜĎ D√©c√®s de Nicolas Wyrouboff, un des compagnons russes de de Gaulle

Voir aussi

Liens externes


  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de la R√©sistance fran√ßaise Portail de la R√©sistance fran√ßaise
Ce document provient de ¬ę Compagnon de la Lib%C3%A9ration ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Compagnon De La Libération de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Compagnon de la Liberation ‚ÄĒ Compagnon de la Lib√©ration M√©daille de l ordre de la lib√©ration Un Compagnon de la Lib√©ration est un membre de l ¬ę Ordre de la Lib√©ration ¬Ľ cr√©√© le 17 novembre 1940 par Charles de ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Compagnon de la lib√©ration ‚ÄĒ M√©daille de l ordre de la lib√©ration Un Compagnon de la Lib√©ration est un membre de l ¬ę Ordre de la Lib√©ration ¬Ľ cr√©√© le 17 novembre 1940 par Charles de ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Compagnon de la Lib√©ration ‚ÄĒ ist der Titel von Personen, Ortschaften und milit√§rischen Einrichtungen, die sich um die Befreiung Frankreichs w√§hrend des Zweiten Weltkriegs verdient gemacht hatten und denen der durch Charles de Gaulle gestiftete Ordre de la Lib√©ration… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Compagnon de la Lib√©ration ‚ÄĒ ‚óŹ Compagnon de la Lib√©ration membre de l ordre de la Lib√©ration ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Compagnon de la Lib√©ration ‚ÄĒ Croix de l ordre de la lib√©ration avec le 2e mod√®le de ruban Un Compagnon de la Lib√©ration est un membre de l ¬ę Ordre de la Lib√©ration ¬Ľ cr√©√© le 17 novembre 1940 par ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Andr√© Jacob (compagnon de la Lib√©ration) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Andr√© Jacob. Pour les autres personnes homonymes, voir Jacob. Andr√© Jacob Naissance 14 avril 1909 Corenc, Is√®re D√©c√®s 9  ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Henri Bourgeois compagnon de la Lib√©ration ‚ÄĒ Henri Bourgeois (militaire) Henri Bourgeois (n√© le 5 novembre 1900 √† Port Louis, Morbihan mort le 1er septembre 1948 √† Paris) √©tait un militaire fran√ßais, Fran√ßais libre, Compagnon de la Lib√©ration. Biographie Saint Cyrien (promotion de la… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ren√© G√©nin, Compagnon de la Lib√©ration ‚ÄĒ Ren√© G√©nin (militaire) Ren√© G√©nin est un officier fran√ßais, n√© √† Toul le 4 mars 1900, mort pour la France en Syrie le 17 juin 1941. Sommaire 1 Biographie 2 Publications ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Jean Poirel (compagnon de la lib√©ration) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Jean Poirel (homonymie). Jean Poirel est n√© le 3 ao√Ľt 1910 √† Magenta dans la Marne, mort en 1975 en Gironde. Le 19 juin 1940, il apprend par la presse anglaise que le g√©n√©ral de Gaulle a prononc√© la veille sur la ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • compagnon ‚ÄĒ [ k…ĒŐÉpa…≤…ĒŐÉ ] n. m. ‚ÄĘ cumpainz 1080; lat. pop. ¬įcompanio, onis ¬ę qui mange son pain avec ¬Ľ ‚Üí copain 1 ‚ô¶ Vieilli ou litt√©r. Personne (souvent, homme) qui partage habituellement ou occasionnellement la vie, les occupations d autres personnes (par… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.