Comenius

ÔĽŅ
Comenius
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Comenius (homonymie).
Image de Comenius.
Provient de Reinecke, Pedagogikens historia, 1895.

Comenius (n√© Jan Amos Komensk√Ĺ le 28 mars 1592 √† Uhersk√Ĺ Brod, Moravie, R√©publique tch√®que - mort le 15 novembre 1670 √† Amsterdam) fut un philosophe, grammairien et p√©dagogue tch√®que.

Membre du mouvement protestant des Frères Moraves, il s'occupa toute sa vie de perfectionner les méthodes d'instruction.

Sa date de naissance est commémorée en République tchèque et en Slovaquie par la Journée des professeurs.

Sommaire

Biographie

Jan Amos Komensk√Ĺ

Son p√®re √©tait un ma√ģtre-meunier extr√™mement religieux, suivant les doctrines de Jean Hus. Devenu orphelin √† douze ans, il int√®gre √† seize ans l'√©cole latine de PŇôerov o√Ļ ses professeurs remarquent des aptitudes prometteuses et le prot√®gent. Il s'inscrit en 1611 √† l'Universit√© calviniste de Herborn en Allemagne o√Ļ, sous l'influence des th√©ologiens Johann Piscator et Johann Heinrich Alsted, il s'initie au mill√©narisme (attente d'un royaume mill√©naire parfait sur terre). Sa formation philosophique est en effet bien plus marqu√©e par l'√©tude de la Bible que par l'√©tude de penseurs ath√©es. En 1613, il s'inscrit √† la Facult√© de th√©ologie de l'Universit√© d'Heidelberg.

En 1614, il retourne en Moravie o√Ļ l'Unit√© des fr√®res de Boh√®me (hussites) lui confie la direction de l'√©cole de PŇôerov. En 1616 il devient pasteur et en 1618 on lui confie la tr√®s importante paroisse de Fulnek. Cette m√™me ann√©e, il √©pouse Madeleine Vizovk√°, de qui il aura deux enfants. En 1621, au d√©but de la Guerre de Trente Ans, les troupes espagnoles prennent la ville de Fulnek et mettent √† prix la vie de son pasteur, Comenius. Celui-ci s'enfuit dans les for√™ts avoisinantes, abandonnant son √©pouse alors enceinte et son fils. Il √©crit pour sa femme un trait√© de consolation intitul√© R√©flexions sur la perfection chr√©tienne. Madeleine et ses deux enfants meurent de la peste sans que Comenius les revoie.

Il a perdu en quelques mois son pays, sa paroisse, ses travaux et sa famille. D√®s lors, il est condamn√© √† l‚Äô√©ternel exil ‚Äď c‚Äôest pour cela qu‚Äôon a vu en lui un pr√©curseur de l‚Äôunit√© europ√©enne. Toute sa vie, Comenius esp√©rera une d√©faite des forces catholiques et un retour de la foi biblique et de sa patrie. Cela le poussera √† croire les proph√©ties du tanneur Christophe Kotter ou de la jeune Christine Poniatowska, une hallucin√©e de 16 ans qu'il consid√©rera comme sa propre fille , et √† s'int√©resser aux id√©es utopiques et √©sot√©riques des manifestes Rose-Croix. Il sera d'ailleurs en correspondance avec leur auteur pr√©sum√© Johann Valentin Andreae, dont il reprendra les id√©es de Soci√©t√©s chr√©tiennes.

Orbis Pictus

En 1624, il se remarie avec la fille du pasteur Cyrille, Doroth√©e. En 1628, il s'√©tablit √† Leszno en Pologne. √Ä partir de 1630, il commence √† s'int√©resser √† la p√©dagogie et devient un personnage extr√™mement en vue, √©cout√© par les catholiques comme par les protestants. De 1651 √† 1654, invit√© par le prince hongrois Sigismund Rakoczi, il r√©side √† S√°rospatak, o√Ļ il tente de mettre en place ses id√©es p√©dagogiques. Le Cardinal de Richelieu l'invite - sans succ√®s - en France. Il s'√©tablira un temps en Angleterre, puis en Su√®de dont il r√©formera les √©coles, sur l'invitation de Louis de Geer. On lui fait m√™me la proposition d'aller diriger au Nouveau-monde l'√©cole de Harvard, dans la colonie puritaine du Massachusetts.

Il perd sa deuxi√®me √©pouse et se marie une troisi√®me fois. √Ä Leszno, en Pologne, √† la suite d'une attaque des catholiques polonais, Comenius perd sa biblioth√®que et tous ses travaux des vingt ann√©es pr√©c√©dentes. En 1656, la Hollande, si g√©n√©reuse envers les r√©fugi√©s de l'√©poque, l'accueille et la ville d'Amsterdam, o√Ļ il mourra quatre ans plus tard, lui verse une pension de 800 florins. Comenius est enterr√© √† Naarden.

[Observation: § à revoir car erreur manifeste de date: 4 ans + tard = 1600 (1656+4), or en tête d'article, il est indiqué que Comenius est mort en 1671...]

Analyse littéraire

Comenius est avant tout un th√©ologien. Les philosophes des Lumi√®res consid√®rent Comenius comme un m√©taphysicien d‚Äôarri√®re-garde (un ¬ę faux proph√®te ¬Ľ, un ¬ę moraliste √† l'esprit √©troit ¬Ľ √©crira Diderot). Pourtant, par sa pens√©e utopique et atypique, Comenius aura pr√©par√© le monde protestant √† accepter le rationalisme plut√īt antichr√©tien des Lumi√®res. Son Ňďuvre le fait actuellement consid√©rer comme le p√®re de l'√©ducation moderne ; Jules Michelet l'appellera Le Galil√©e de l'√©ducation. Il est aussi consid√©r√© comme l'inspirateur de la franc-ma√ßonnerie. En 1642, Comenius rencontre Ren√© Descartes et les deux hommes, malgr√© des divergences apparemment irr√©conciliables, ont bien le m√™me but d'une science rationnelle universelle.

Le père de la pédagogie moderne

Pour Comenius, la r√©forme de l‚Äô√©ducation est l‚Äôunique rem√®de √† la profonde crise culturelle que traverse l‚ÄôEurope √† l‚Äô√©poque de la Guerre de Trente Ans. Cette r√©flexion a des racines religieuses. En plaidant pour une d√©mocratisation de l‚Äô√©ducation, Comenius se fait l‚Äôh√©ritier du message √©galitaire du christianisme : puisque chaque √™tre humain est une image de Dieu, chaque √™tre humain m√©rite d‚Äô√™tre √©duqu√©. De plus ‚Äď et c‚Äôest l√† l‚Äôune des revendications de la R√©forme tch√®que ‚Äď une population qui re√ßoit une √©ducation peut acc√©der directement aux textes sacr√©s et se rapproche ainsi de Dieu.

Ainsi, ¬ę tout doit √™tre enseign√© √† tout le monde, sans distinction de richesse, de religion ou de sexe ¬Ľ. Cette dimension universaliste de la pens√©e de Comenius, contenue dans le concept de pansophia, ou sagesse universelle, est son aspect le plus ambitieux. √Ä une √©poque o√Ļ l‚Äôinf√©riorit√© des femmes est commun√©ment admise, Comenius affirme que les filles ont les m√™mes capacit√©s intellectuelles que les gar√ßons ; il plaide aussi pour une meilleure prise en charge des √©l√®ves en difficult√©. Du reste, la pens√©e de Comenius d√©coule pour partie de sa propre enfance : orphelin, il doit son ascension non pas √† sa situation sociale, mais √† l‚Äô√©ducation.

Affirmer que ¬ę tout doit √™tre enseign√© ¬Ľ ne signifie toutefois pas que les √©l√®ves doivent tout apprendre. Dans Prodromus pansophiae, Comenius raille les efforts des encyclop√©distes, dont il juge absurde la fa√ßon de pr√©senter les connaissances comme une cha√ģne d‚Äô√©l√©ments juxtapos√©s plut√īt que comme un tout. Il s‚Äôagit plut√īt d‚Äôapprendre √† bien penser ; les √©l√®ves doivent ainsi m√©moriser le moins possible.

Pour Comenius, le syst√®me √©ducatif devrait non seulement s‚Äôattacher aux activit√©s de la pens√©e et de la raison (ratio), mais aussi au travail manuel (operatio), dont il affirme qu‚Äôil n‚Äôest en aucun cas honteux. Il consid√®re que les √©coles devraient montrer moins d‚Äôint√©r√™t pour l‚Äôenseignement du latin, et bien plus d‚Äôint√©r√™t pour des mati√®res comme la g√©ographie, l‚Äôhistoire ou la biologie. Il insiste particuli√®rement beaucoup sur l‚Äôimportance de l‚Äô√©ducation artistique ; il juge que l‚Äôart doit √™tre rendu accessible √† tous. C‚Äôest ainsi qu‚Äôen musicologue avis√©, il plaide pour la g√©n√©ralisation de l‚Äôenseignement de la musique √† tous les niveaux scolaires.

Pour concr√©tiser la ¬ę sagesse universelle ¬Ľ, Comenius con√ßoit un syst√®me d‚Äô√©ducation rationalis√©, unique pour tous les gens des deux sexes, et compos√© de quatre degr√©s : l‚Äô√©cole maternelle pour les plus petits (une id√©e qu‚Äôil d√©veloppe tout particuli√®rement), l‚Äô√©cole publique pour les enfants, l‚Äô√©cole secondaire pour les adolescents et les acad√©mies pour les plus √Ęg√©s. Cependant, Comenius consid√®re que l‚Äô√©ducation est un processus qui doit durer toute la vie et que le monde entier est une √©cole.

Mais ce qui fait de Comenius un des pionniers de la p√©dagogie moderne, c‚Äôest sa r√©flexion sur la mani√®re d‚Äôenseigner, et en particulier l‚Äôid√©e que l‚Äôenseignant se doit d‚Äô√©veiller l‚Äôint√©r√™t de l‚Äô√©l√®ve. Pour ce faire, Comenius pr√©conise l‚Äôutilisation d‚Äôimages. C‚Äôest ainsi que son manuel Orbis sensualium Pictus a pour ambition d‚Äôapprendre le latin aux enfants par association d‚Äôun mot √† une image. Comenius d√©fend aussi le r√īle des jeux, en particulier des jeux de groupe ; selon lui, il n‚Äôexiste rien de tel qu‚Äôapprendre en s‚Äôamusant. L‚Äôenseignant doit aussi encourager la participation des √©l√®ves. Parall√®lement, la pratique de la punition corporelle est vigoureusement d√©conseill√©e. Selon Comenius, la contrainte n‚Äôest pas n√©cessaire √† l‚Äô√©l√®ve pour apprendre ; il le d√©sire naturellement.

Publications

Comenius est surtout connu par le petit ouvrage intitul√© Janua linguarum reserata ou la Cl√© des langues (Lesna, 1631) : il y a rassembl√© en 1000 phrases tous les mots usuels, de mani√®re √† donner √† la fois, en un temps tr√®s court, la connaissance des mots et celle des choses. Cet ouvrage eut un succ√®s prodigieux ; il fut souvent r√©imprim√© et fut traduit dans presque toutes les langues.

Comenius a compl√©t√© cet ouvrage en donnant Orbis sensualium pictus, Nuremberg, sorte d'encyclop√©die o√Ļ les mots sont accompagn√©s d'images qui les expliquent ; Grammatica janualis ; lexicon januale, recueil o√Ļ tous les radicaux sont r√©unis en phrases suivies.

On a réuni ses traités les plus importants sous le titre d'Opera didactica, Amsterdam, 1657. Il a en outre écrit sur l'histoire, la religion, la philosophie. Quelques-uns de ses ouvrages furent écrits en langue tchèque.

Ci-dessous, une liste quasi-exhaustive de ses Ňďuvres :

  • Problemata miscellanea, 1612 - un trait√© philosophique
  • Grammaticae facilioris praecepta (Pr√©ceptes d'une Grammaire plus facile), 1616 - manuel de grammaire, aujourd‚Äôhui perdu
  • Divadlo veŇ°kerenstva vńõc√≠ (Th√©√Ętre de l'universalit√© des choses), 1616 - un projet incomplet en vue de la premi√®re encyclop√©die tch√®que
  • RetuŇąk proti Antikristu a svodŇĮm jeho, 1617-18 - un manifeste contre le pape
  • Listov√© do nebe, 1619 - une critique de l‚Äôinjustice sociale
  • O poezii ńćesk√© (De la po√©sie tch√®que), 1620 - manuel de po√©sie tch√®que
  • PŇôemyŇ°lov√°n√≠ o dokonalosti (R√©flexions sur la perfection), 1622 - une Ňďuvre d√©di√©e √† sa femme
  • Nedobyteln√Ĺ hrad jm√©no Hospodinovo, 1622
  • Truchliv√Ĺ (Triste), 1622-1651
  • Labyrint svńõta a r√°j srdce (Le labyrinthe du monde et le paradis du coeur), 1623-1631
  • O sirobńõ, 1624
  • PŇôes boŇĺ√≠, 1624
  • Centrum securitatis ńćili hlubina bezpeńćnosti, 1625
  • Carte de Moravie, 1627, Amsterdam
  • ńĆesk√° didaktika (Didactique tch√®que), 1627-1632 - Ňďuvre p√©dagogique fondatrice
  • Informatorium Ň°koly matersk√©, 1630 - sur l‚Äô√©ducation des jeunes enfants dans des √©coles maternelles
  • Ianua linguarum reserata (La porte ouverte sur les langues), 1631 - manuel de latin
  • NavrŇĺen√≠ kr√°tk√© o obnovńõ Ň°kol v kr√°lovstv√≠ ńćesk√©m (Br√®ves propositions pour la r√©forme des √©coles du Royaume de Boh√™me), 1632 - proposition de r√©forme du syst√®me scolaire de Boh√™me
  • Haggaeus redivivus, 1632 - critique de l'oppression de la soci√©t√© et des Habsburg
  • Pozoun milostiv√©ho l√©ta, 1632 - exprime l'espoir d'un retour prochain en Boh√®me
  • Vestibulum, 1633 - manuel de latin, plus accessible que Ianua linguarum reserata
  • Physicae synopsis, 1633, Leipzig - manuel de physique
  • Conatuum Comenianorum praeludia, 1637, Oxford
  • Prodromus pansophiae (Pr√©lude √† la sagesse universelle), 1639, London
  • Via lucis (La voie de la lumi√®re), 1642 et 1668 - opinions sur l'√©ducation et le syst√®me scolaire
  • Pansophiae diatyposis, 1643, Danzig
  • Methodus linguarum novissima, 1649 - manuel de langues
  • Historia persecutionum Ecclesiae Slavonicae, 1647 - demande aux Protestants europ√©ens d‚Äôaider les Tch√®ques
  • KŇ°aft um√≠raj√≠c√≠ matky, Jednoty bratrsk√©, 1650 - d√©ception du fait de la paix de Westphalie
  • Rebita Laucus, 1650
  • Independentia aeternarum confusionum origo, 1650
  • Schola pansophica (L'√©cole pansophique), 1651
  • Sermo secretus Nathanis ad Davidem, 1651 - demande au prince hongrois Sigismund R√°k√≥czi de combattre les Habsburg
  • Gentis felicitas, 1659, Amsterdam - exhortation √† combattre les Habsburg
  • Schola ludus, 1654
  • Panegyricus Carolo Gustavo (Pan√©gyrique de Charles Gustave), 1655 - demande au roi de Su√®de de r√©former la Pologne
  • Opera didactica omnia (Oeuvres didactiques compl√®tes) (1657) - un recueil de ses √©crits p√©dagogiques
  • Lux in tenebris (La lumi√®re dans les t√©n√®bres), 1657
  • Orbis sensualium pictus, 1658, Nuremberg - imagier pour l'apprentissage du latin
  • Kancion√°l, 1659 - un recueil de chants religieux
  • Ecclesiae Slavonicae brevis historiola, 1660, Amsterdam - une histoire de l'Eglise slave
  • De rerum humanarum emendatione consultatio catholica, 1662 - son Ňďuvre la plus imposante, une Ňďuvre philosophique divis√©e en 7 parties, dont 4 inachev√©es
  • Lux e tenebris, 1665 - compl√®te Lux in tenebris
  • Clamores Eliae, 1665-1670 - id√©es sur l'am√©lioration du monde et la coop√©ration internationale
  • Angelus pacis (L'ange de la paix), 1667 - exhortation √† la paix
  • Unum necessarium, 1668 - une sorte de testament philosophique
  • Continuatio admonitionis fraternae, 1669 - pol√©mique

Citations

  • ¬ę Lorsque l'√©ducation g√©n√©rale de la jeunesse commencera par la bonne m√©thode, il ne manquera plus √† personne ce qui lui est n√©cessaire pour bien penser et bien agir. ¬Ľ
  • ¬ę Plus nombreux sont les probl√®mes auxquels on r√©fl√©chit, plus on risque de n'en comprendre aucun. ¬Ľ

Bibliographie

Ňíuvres de Comenius

  • La Grande didactique ou l'art universel de tout enseigner √† tous (1627-1632), trad. de Marie-Fran√ßoise Bosquet-Frigout, Dominique Saget, Bernard Jolibert. 2 e √©d. revue et corrig√©e. Paris, Klincksieck, 2002. (Philosophie de l'√©ducation ; 9). ISBN 2-252-03407-6.
  • Novissima linguarum methodus. La toute nouvelle m√©thode des langues, √©d. et trad. par Honor√© Jean, sous la dir. De Gilles Bibeau, Jean Caravolas et Claire Le Brun-Gouanvic. Gen√®ve, Droz, 2005. (Langue et cultures ; 37). ISBN 2-600-00979-5.
  • Art et enseignement de la pr√©dication. Manuel d'homil√©tique de l'Unit√© des Fr√®res tch√®ques et moraves, √©d. et trad. par Daniel S. Larang√©. Paris, L'Harmattan, 2006. ISBN 2-296-00513-6.
  • Le Labyrinthe du monde et le paradis du coeur, trad. par Xavier Galmiche. Paris, Descl√©e, 1991. ISBN 2-7189-0560-3.
  • Le Labyrinthe du monde et le paradis du cŇďur, √©d. et trad. par Christian Fleischl. Ottawa, eBooksLib, 2005. ISBN 1-4121-0472-6.
  • L'Unique N√©cessaire, √©d. et trad. par Christian Fleischl. Paris, L'Harmattan, 2009. ISBN 978-2-296-09544-1.

Romans, études critiques, commentaires

  • Jean Ch√Ęteau (dir.), Les grands p√©dagogues, PUF, 1956, p. 109-124 (par J.-B. Piobetta).
  • Jacques Pr√©vot, L'utopie √©ducative. Com√©nius. Paris, Belin, 1981. ISBN 2-7011-0357-6.
  • Marcelle Denis, Comenius. Paris, PUF, 1994. (P√©dadogues. P√©dagogies). ISBN 2-13-045819-X.
  • Olivier Cauly, Comenius. Paris, √©ditions du F√©lin, 1995. ISBN 978-2-86645-207-0
  • Jean B√©dard, Philosophe, Comenius ou l'art sacr√© de l'√©ducation roman, JC Lattes, France, 2002. www.jeanbedard.com
  • Jean Houssaye (dir.), Premiers p√©dagogues. De l'Antiquit√© √† la Renaissance, Issy-les-Moulineaux, 2002, p. 366-394 (par Helmut Heiland).
  • Daniel S. Larang√©, La Parole de Dieu en Boh√™me et Moravie. La tradition de la pr√©dication de Jan Hus √† Jan Amos Comenius. Paris, L'Harmattan, 2008. (Religions & spiritualit√©). ISBN 978-2-296-06087-6.
  • Marie Chatardov√°, "Comenius : le 'Galil√©e de l'√©ducation'", Soleo : magazine de l'Agence Europe-Education-Formation France n¬į 27 (juin 2011) - pp. 16-17

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Source partielle

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), ¬ę Comenius ¬Ľ dans Dictionnaire universel d‚Äôhistoire et de g√©ographie, 1878  (Wikisource)


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Comenius de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Comenius ‚ÄĒ Comenius, ¬† Johann Amos, eigentlich Jan Amos Komensk√Ĺ [ k…Ēm…õnskiňź], tschechischer Theologe und P√§dagoge, * Nivnice (bei Uhersk√Ĺ Brod, S√ľdm√§hrisches Gebiet) 28. 3. 1592, ‚úĚ Amsterdam 15. 11. 1670; wurde 1618 Gemeindepfarrer und Schulleiter in… ‚Ķ   Universal-Lexikon

  • Comenń≠us ‚ÄĒ (tschech. Komensk√Ĺ), Johann Amos, Theolog und Begr√ľnder der neuern P√§dagogik, geb. 28. M√§rz 1592 in Ungarisch Brod (M√§hren) oder dem benachbarten Dorfe Nivnitz, gest. 15. Nov. 1670 in Amsterdam, entstammte der Gemeinde der B√∂hmisch M√§hrischen… ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • COMENIUS ‚ÄĒ Jan Amos Komensk√Ĺ, ordinairement d√©sign√© sous son nom latin Comenius, est, apr√®s Jan Hus, la personnalit√© la plus marquante et la plus noble de la culture tch√®que: il en incarne les traits essentiels et permanents, les √©levant √† la qualit√© de… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Comenń≠us ‚ÄĒ (eigentlich Komensky). Johann Amos, geb. 1592 bei Ungarisch Brod in M√§hren, studirte seit 1612‚Äď14 zu Herborn u. Heidelberg; wurde 1614 Rector zu Prerau u. sp√§ter zu Fulneck in M√§hren; 1622 durch den Drei√üigj√§hrigen Krieg vertrieben, lebte er in… ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • Comenius ‚ÄĒ Comenń≠us, (Joh.) Amos, eigentlich Komensk√Ĺ, P√§dagog, geb. 28. M√§rz 1592 zu Nivnitz bei Ungar. Brod in M√§hren, studierte in Heidelberg Theologie, 1618 24 Prediger und Leiter der Br√ľderschule zu Fulnek, dann in B√∂hmen, Polen, England, Sch ‚Ķ   Kleines Konversations-Lexikon

  • Comenius ‚ÄĒ (Komensky), Joh. Amos, geb. 1592 zu Komna bei Br√ľnn, Mitglied und th√§tiger Vorstand der m√§hrischen Br√ľdergemeinden, mu√üte bei den Ereignissen von 1620 und 21 in seinem Vaterlande fliehen, hielt sich nach einander in Schlesien, Polen, England,… ‚Ķ   Herders Conversations-Lexikon

  • Comenius ‚ÄĒ [kŇć mńď‚Ä≤nńď …ôs] John Amos (born Jan Amos Komensky) 1592 1670; Moravian educational reformer & theologian ‚Ķ   English World dictionary

  • Comenius ‚ÄĒ Dieser Artikel beschreibt den Philosophen Comenius, f√ľr weitere Bedeutungen, siehe Comenius (Begriffskl√§rung). Johann Amos Comenius Johann Amos Comenius, manchmal auch Komenius, eigentlich tschechisch Jan √Āmos Komensk√Ĺ (* 28. M√§rz 1592 in… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • COMENIUS ‚ÄĒ Das Comenius Programm ist ein Programm der Europ√§ischen Union mit dem Ziel, die Zusammenarbeit von Schulen aller Schulstufen und Schulformen innerhalb der Europ√§ischen Union sowie die Mobilit√§t von Sch√ľlern und Lehrern zu f√∂rdern. Es ist Teil des ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Comenius ‚ÄĒ n. Jan Amos Komensky, John Amos Comenius (1592 1670), Moravian religious leader and teacher ‚Ķ   English contemporary dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.