Colonisation ecossaise des Ameriques

ÔĽŅ
Colonisation ecossaise des Ameriques

Colonisation écossaise des Amériques

Histoire de l‚Äô√Čcosse
Périodes historiques
Pr√©histoire de l'√Čcosse
√Čcosse au Haut Moyen √āge
√Čcosse au Moyen √āge
Guerres d'ind√©pendance de l'√Čcosse
√Čcosse au Bas Moyen √āge
√Čcosse √† l'√©poque moderne
Lumières écossaises
√Čcosse √† l'√©poque contemporaine
Dynasties et régimes
Maison d'Alpin (843‚Äď878) & (889‚Äď1040)
Maison de Moray (1040‚Äď1058)
Maison de Dunkeld (1058‚Äď1286)
Maison de Balliol (1292‚Äď1296)
Maison de Bruce (1306‚Äď1371)
Maison de Stuart (1371‚Äď1707)
Acte d'Union (1707)
Thèmes
Histoire économique
Histoire militaire
Histoire coloniale
Histoire politique
Histoire artistique
Histoire littéraire
Culture écossaise
Chronologie de l'√Čcosse
Portail de l'√Čcosse
Colonisation européenne
des Amériques
Découverte et exploration
Colonisation anglaise
Colonisation courlandaise
Colonisation danoise
Colonisation néerlandaise
Colonisation française
Colonisation allemande
Colonisation portugaise
Colonisation russe
Colonisation écossaise
Colonisation espagnole
Colonisation suédoise
Colonisation viking
Colonisation galloise
Décolonisation
Histoire de l'Amérique

La colonisation écossaise des Amériques consista en un certain nombre d'installations écossaises en Amérique du Nord, d'une colonie à Darien au Panamá et de quelques implantations largement ou complètement écossaises établies après l'Acte d'Union de 1707.

Sommaire

Nouvelle-√Čcosse (1621)

Bien que l'on pr√©sume que Henry Sinclair, premier comte des Orcades, un noble √©cossais, ait explor√© l'Am√©rique du Nord au XVe si√®cle, le premier √©tablissement √©cossais document√© se trouve en Nouvelle-√Čcosse en 1621. Le 29 septembre 1621, la charte pour la fondation d'une colonie est donn√©e par Jacques VI d'√Čcosse √† Sir William Alexander et, en 1622, les premiers colons y partent. Cet √©tablissement √©choue et une colonie permanente ne s'√©tablit qu'en 1629. L√©galement, la charte de la colonie √©tablit que la Nouvelle-√Čcosse (d√©finie comme toutes les terres entre la Terre-Neuve et la Nouvelle-Angleterre), faisait partie de l'√Čcosse. Plus tard, ce fait est utilis√© pour contourner les Actes de Navigation anglais.

Ayant des difficult√©s √† trouver un nombre suffisant d'√©migrants qualifi√©s, Jacques VI cr√©a un nouvel ordre de baronnet en 1624 : l'admission √† cet ordre s'obtenait en envoyant 6 travailleurs manuels ou artisans suffisamment arm√©s, habill√©s et approvisionn√©s pour deux ans en Nouvelle-√Čcosse, ou en payant 3 000 merks √† William Alexander. Pendant six mois, personne ne profite de l'occasion, jusqu'√† ce que Jacques VI n‚Äôastreigne un homme √† le faire. En 1627, il y eut plus de titres de baronnet d√©livr√©s, et donc plus de colons pour la Nouvelle-√Čcosse.

Toutefois, en 1627 la guerre √©clata entre la France et l'Angleterre, et les Fran√ßais r√©tablirent leur pr√©sence au Port Royal, implant√©e pour la premi√®re fois en 1604. Plus tard dans la m√™me ann√©e, une force √©cossaise et anglaise d√©truisit la colonie et fit partir les Fran√ßais de force. Le premier √©tablissement √©cossais au Port Royal fut habit√© en 1629, mais ne dura pas longtemps. En 1631, sous Charles Ier d'Angleterre, le Trait√© de Suza fut sign√©, qui rendait la Nouvelle-√Čcosse aux Fran√ßais. Les √Čcossais sont donc forc√©s d‚Äôabandonner leur petite colonie.

Cap Breton (1625)

En 1625, Jacques VI r√©dige une charte pour l'√©tablissement d'une colonie au Cap Breton, Nouvelle Galloway, mais cette terre ne sera pas occup√©e par les √Čcossais, probablement d√Ľ aux probl√®mes avec la colonisation de la Nouvelle-√Čcosse.

East New Jersey (1683)

Le 23 novembre 1683, Charles II d'Angleterre accorde une charte pour la colonie de New Jersey √† 24 propri√©taires, dont 12 √Čcossais. La colonie devait se diviser entre un √©tablissement anglais au West Jersey et un autre, √©cossais, dans l'East Jersey. Le leader des √Čcossais √©tait Robert Barclay, un Quaker √©minent et le premier gouverneur de l'East Jersey.

Bien que les Quakers fussent une force importante, incluant tous les propri√©taires de l'East Jersey, la colonie fut promu en tant que projet national et non religieux, partiellement d√Ľ √† la pers√©cution des Quaker dans les ann√©es 1660 et 1670.

Environ 700 √Čcossais, pour l'essentiel d'Aberdeen et de Montrose, √©migr√®rent dans l'East Jersey dans les ann√©es 1680, dont la moiti√© en tant qu'engag√©s. Il y eut encore plus d'√©migration √† partir de 1685, forc√©e cette fois, avec l'arriv√©e des Covenanters. Ils √©taient originellement destin√©s √† devenir engag√©s, mais la cour les d√©clara hommes libres parce qu'ils ne se s'√©taient pas engag√©s volontairement. La vitesse de l'√©migration √©cossaise ralentit dans les ann√©es 1690 d√Ľ √† l'opposition de Guillaume II aux propri√©taires loyaux √† Jacques II; elle ne s'am√©liorera qu'aux ann√©es 1720.

Les premiers √©migrants √©taient quaker, √©piscopaux, et presbyt√©riens ; le Presbyt√©rianisme est devenu la religion dominante dans les ann√©es 1730.

Tous les gouverneurs de l'East Jersey, jusqu'en 1697, furent d'origine √©cossaise, et les √Čcossais ont conserv√© une tr√®s grande influence sur la politique et le commerce m√™me apr√®s 1702, quand les deux Jersey ont fusionn√© pour ne faire qu'une colonie royale.

Stuarts Town (1684)

Bien que la Province de Caroline √©tait une colonie anglaise dans les ann√©es 1680, Sir John Cochran d'Ochiltree et Sir George Campbell de Cessnock ont n√©goci√© l'achat de deux comt√©s afin de les faire coloniser par des √Čcossais. Avec le soutien du comte de Shaftesbury (le leader des propri√©taires de Caroline), ces comt√©s √©taient destin√©s √† √™tre un refuge pour les Covenanter, parce que ces √Čcossais avaient une garantie de libert√© de conscience et de contr√īle autonome sur leur colonie, qui s'√©tendait de Charles Town (aujourd'hui Charleston) jusqu'aux terres espagnoles.

En 1684, 148 colons écossais sont arrivés construire sur l'emplacement d'anciens établissements français et espagnols à Port Royal, renommé Stuarts Town.

Une fois install√©s, il y eut de fr√©quents conflits avec les Am√©rindiens alli√©s aux Espagnols et avec les Anglais √† Charles Town, qui essayaient de revendiquer leur autorit√© sur les √Čcossais, ainsi que sur les droits au commerce avec les Am√©rindiens. Les √Čcossais lanc√®rent de fr√©quents raids contre les Am√©rindiens alli√©s aux Espagnols et sur la mission espagnole de Santa Catalina, et armaient et encourageaient les Am√©rindiens avec lesquels ils commer√ßaient √† attaquer les Espagnols directement. En 1686, les Espagnols se veng√®rent en envoyant trois bateaux attaquer Stuarts Town avec 150 hommes et des alli√©s am√©rindiens. D√Ľ √† une maladie r√©cente, les √Čcossais n'avaient que 25 hommes en √©tat de d√©fendre, et la ville tomba. Il n'y eut aucune repr√©sailles par les Anglais; ils avaient √©t√© avertis par les Propri√©taires de ne pas interf√©rer.

Le projet Darién (1695)

Le projet Dari√©n est probablement la plus connue des tentatives coloniales √©cossaise, mais aussi la plus d√©sastreuse. En 1695, un acte du parlement √©cossais fonde la The Company of Scotland Trading to Africa and the Indie (Compagnie d'√Čcosse commer√ßant avec l'Afrique et les Indes); un acte recevant une sanction royale par le roi Guillaume II d'√Čcosse. Cet acte accorda √† la compagnie un monopole de 31 ans pour le commerce avec l'Afrique et l'Asie, l'autorisant √† armer et √©quiper des navires et d'√©tablir des colonies dans les zones inhabit√©es ou non revendiqu√©es d'Am√©rique, d'Asie, ou d'Afrique. Ces pouvoirs √©taient similaires √† ceux de la Compagnie anglaise des Indes orientales qui s'opposait √† la cr√©ation d'un rival √©cossais.
Un capital de 40 000 livres sterling (estim√©s entre un quart √† un tiers de la richesse fiduciaire de l'√Čcosse) fut lev√©, en √Čcosse seulement √† cause d'un complot des marchands anglais et du gouvernement anglais qui emp√™ch√®rent la vente de parts √† Amsterdam et Hambourg comme il √©tait pr√©vu initialement.

En 1696, 2 500 colons √©cossais, r√©partis en deux exp√©ditions, partirent fonder une colonie √† Dari√©n sur l'isthme de Panama. Ces colons √©taient d'anciens soldats, des marins, des marchands, et les plus jeunes fils de l'√©lite qui re√ßurent 50 √† 150 acres anglo-saxons.

La colonie était régie par un comité dont le président changeait toutes les deux semaines, empêchant ainsi toute réelle solution aux problèmes rencontrés par les colons.
Parmi ces probl√®mes, on peut noter un manque de provisions d√Ľ √† la famine s√©vissant en √Čcosse, le manque d'exp√©rience des √Čcossais en mati√®re de colonisation, les maladies telles que la malaria, le mauvais temps et la proximit√© des Espagnols qui revendiquaient les terres sur lesquelles les √Čcossais s'√©taient install√©s. Et pour une colonie install√©e dans le but de commercer avec des navires passant √† la fois dans l'Atlantique et le Pacifique, le choix des marchandises n'√©tait pas ad√©quat : perruques, chaussures, bibles, v√™tements de laine, pipes en terre.

La colonie ne re√ßut aucune aide de la couronne ou des colonies anglaises des Antilles ou de la Jama√Įque malgr√© la promesse faite dans l'acte de 1695 par Guillaume II d'√Čcosse (et III d'Angleterre). Les √Čcossais durent faire face aux assauts espagnols par eux-m√™mes. En 1699, ils recrut√®rent un capitaine Jama√Įquain afin d'attaquer les convois espagnols ; cependant cela eu peu d'effet. Peu de temps apr√®s, les Espagnols mont√®rent une exp√©dition de 500 hommes afin de chasser les √Čcossais. Cela fut efficace √©tant donn√© que beaucoup d'entre eux √©taient d√©j√† morts de maladie ou de famine.

Darien, Géorgie (1735)

Darien était une colonie écossaise dans la province britannique de Géorgie. Elle tire son nom de la tentative échouée de colonie sur l'isthme de Panama. Un autre nom de cette colonie fut New Inverness (Nouvelle Inverness).

Cette colonie fut fond√©e en janvier 1736 par 177 √Čcossais des Highlands (hommes, femmes et enfants) recrut√©s en tant que colons-soldats par le g√©n√©ral James Oglethorpe. Ils avaient un double r√īle: √©tablir une nouvelle colonie et servir de tampon, prot√©geant ainsi le reste de la G√©orgie des Espagnols install√©s au sud. Les √Čcossais √©tablirent rapidement un certain nombre de forts militaires dans la r√©gion et apr√®s quelques difficult√©s dans l'agriculture, ils se concentr√®rent sur l'√©levage et l'abattage des arbres pour survivre.

En 1739, 18 membres de la colonie furent signataire de la premi√®re p√©tition contre l'introduction de l'esclavage en G√©orgie en r√©ponse aux habitants de Savannah qui demand√®rent la lev√©e de l'interdiction de l'esclavage. La p√©tition des Highlanders eu quelque succ√®s pendant un certain temps ; l'esclavage ne fut introduit que dix ans plus tard, en 1749.

Malgr√© les conflits entre les jacobites et les partisans de la maison de Hanovre, la colonie eut un succ√®s relatif, avec l'arriv√©e des nouveaux colons en 1737 et 1741. Cependant, il y eut de nombreux conflits avec les Espagnols et leurs alli√©s Indiens. En octobre 1739, les √Čcossais captur√®rent cinq forts espagnols et tent√®rent d'assi√©ger St. Augustine. Cependant, ils furent d√©faits √† la bataille de Fort Mosa ce qui engendra la mort ou la capture de 51 d'entre eux. Malgr√© cela, la colonie √©cossaise de G√©orgie continua.

Articles connexes


  • Portail de l‚Äô√Čcosse Portail de l‚Äô√Čcosse
  • Portail de la Nouvelle-France Portail de la Nouvelle-France
Ce document provient de ¬ę Colonisation %C3%A9cossaise des Am%C3%A9riques ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Colonisation ecossaise des Ameriques de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.