Colonisation De Vénus

ÔĽŅ
Colonisation De Vénus

Colonisation de Vénus

La colonisation de V√©nus, la plus proche plan√®te de la Terre, a √©t√© sugg√©r√©e dans beaucoup de travaux de science-fiction. Apr√®s la d√©couverte de la surface tr√®s peu accueillante de V√©nus, l'attention a √©t√© d√©port√©e sur la colonisation de la Lune et sur la colonisation de Mars. Toutefois r√©cemment, des papiers ont fait surface sur la possibilit√© d'une colonisation de V√©nus, en commen√ßant par la zone des nuages les plus √©lev√©s o√Ļ le milieu est moins hostile, repoussant l'exploration de la surface dans une seconde √©tape. Cette approche en deux parties de l'exploration et de la colonisation de V√©nus a relanc√© l'int√©r√™t port√© √† celle-ci.

Sommaire

Raisons de colonisation

Vénus

La colonisation de corps c√©lestes est un pas vers la conqu√™te de l'espace, et implique une implantation permanente ou √† long terme de l'Homme dans un environnement ext√©rieur √† la Terre. Stephen Hawking a √©mis l'id√©e que la colonisation de l'espace serait le meilleur moyen d'assurer la survie de l'homme. [1] Les autres raisons de colonisation spatiale incluent des int√©r√™ts √©conomiques, des recherches scientifiques √† long terme, etc... Avec les technologies actuelles, la seule zone de l'espace r√©aliste en vue d'une colonisation est l'environnement direct de la Terre, c'est-√†-dire la Lune, les ast√©ro√Įdes g√©ocroiseurs, Mars, et V√©nus.

Avantages

Cette représentation à l'échelle de la Terre et de Vénus montre leur similitude. Vénus est seulement un peu plus petite.
Pression atmosphérique sur Vénus, commençant à la surface par une pression 90 fois plus importante, l'équivalent terrestre est atteint à 50 km de hauteur.

V√©nus a certaines similarit√©s avec la Terre ce qui rendrait la colonisation plus facile sur certains aspects . Ces similarit√©s, et sa proximit√©, ont fait que V√©nus est dor√©navant surnomm√©e la "sŇďur jumelle de la Terre".

  • Actuellement on n'a pas √©tabli si la pesanteur sur Mars, environ un tiers de celle de la terre, serait suffisante afin d'√©viter la d√©calcification des os et la perte de tonicit√© des muscles √©prouv√©es par les astronautes vivants dans un environnement de microgravit√© (la sonde Mars Gravity Biosatellite sera la premi√®re √† l'√©tudier). Inversement, V√©nus est proche en taille et en masse de la Terre, il en r√©sulte une quasi identit√© de la gravit√© √† la surface (0,904 g).La plupart des autres soucis des plans d'exploration et de colonisation de l'espace concernent l'effet pr√©judiciable de l'exposition √† long terme d'une microgravit√© ou d'une gravit√© nulle sur l'appareil locomoteur humain. Les humains n√©s sur V√©nus n'auraient presque aucune difficult√© √† s'adapter √† la pesanteur de la terre, ce qui devrait √™tre une bonne raison de faire des visites et d'y retourner.
  • Dans la haute atmosph√®re de V√©nus, √† une altitude de 50 km, la pression et la temp√©rature sont similaires √† la Terre (1 bar et 0-50 degr√©s Celsius). De plus, dans ces r√©gions, l'√©nergie solaire est abondante. La constante solaire en haut de l'atmosph√®re v√©nusienne est de 2610 watts par m¬≤, 1,9 fois celle de la Terre, et les nuages sont assez r√©fl√©chissant pour que des panneaux solaires tourn√©es vers eux re√ßoivent autant de lumi√®re que s'ils √©taient tourn√©es vers le Soleil lui-m√™me. Les vents de cette altitude feraient faire √† une station flottante le tour de la plan√®te en 100 h environ. √Ä des altitudes plus √©lev√©s cela prendrait encore moins de temps, ayant pour r√©sultat une "journ√©e" plus proche de la journ√©e terrestre de 24 heures alors que sur la surface de V√©nus une journ√©e prendrait 243 jours terrestres.
  • V√©nus est √©galement le corps le plus proche de la Terre en dehors de la Lune, facilitant le transport et les communications contrairement aux autres endroits du syst√®me solaire. Avec les syst√®mes actuels de propulsion, les fen√™tres de lancement vers V√©nus se produisent tous les 584 jours, compar√©s aux 780 jours n√©cessaires vers Mars. Le temps de parcours est √©galement l√©g√®rement plus court; la sonde Venus Express qui est r√©cemment arriv√© sur V√©nus a fait l√©g√®rement plus de cinq mois de trajet, compar√© √† presque six mois pour Mars Express. √Ä son point le plus proche, V√©nus est √† 45 millions de km de la Terre compar√© √† 56 millions de km pour aller sur Mars.

Obstacles

Vénus présente aussi de nombreux défis pour la colonisation humaine:

  • Les conditions hostiles de la surface: la surface est extr√™mement chaude, avec des temp√©ratures √† l'√©quateur de 500 ¬įC, plus √©lev√©e que la temp√©rature de fusion du plomb. La pression atmosph√©rique √† la surface est environ 90 fois celle de la Terre, soit, sur Terre, environ 1 km au dessous du niveau de la mer. Ces conditions font que les missions √† la surface devraient √™tre extr√™mement br√®ves: les sondes Venera 5 et Venera 6 par exemple ont √©t√© √©cras√©es par la pression √† 18 kilom√®tres au-dessus de la surface. Les sondes suivantes, Venera 7 ete Venera 8 r√©ussirent √† transmettre apr√®s avoir atteint la surface, mais ces transmissions √©taient tr√®s br√®ves, ne fonctionnant pas plus d'une heure dans l'atmosph√®re corrosive. L'obtention des mat√©riaux de la surface √† l'usage d'une colonie de la haute atmosph√®re serait un probl√®me.
  • L'eau est, sous toutes ses formes, presque enti√®rement absente. L'atmosph√®re est exempte de dioxyg√®ne et est constitu√©e d'une concentration toxique et tr√®s √©lev√©e de dioxyde de carbone. De plus, les nuages contiennent de l'acide sulfurique et de l'anhydride sulfureux sous forme de vapeur.

Méthodes de colonisation et d'exploration

√Čtant donn√© les conditions hostiles pr√©sentes √† la surface de V√©nus actuellement, une colonisation du sol de celle-ci est au del√† de nos capacit√©s actuelles. Certains auteurs sugg√®rent de rem√©dier √† cela en terraformant V√©nus - rendant la plan√®te tr√®s semblable √† la Terre. Les besoins en √©nergie pour tous les plans de terraformation propos√©s sont gigantesques en comparaison de nos technologies actuelles, et le temps requis pourrait probablement d√©passer des dizaines de milliers d'ann√©es, si ce n'est des millions. Malgr√© le pessimisme que fait germer ce laps de temps, la terraformation offrirait un potentiel permettant de r√©pondre √† la croissance exponentielle de l'esp√®ce humaine qui devrait prendre plus de place dans l'espace. Si une grande partie ou la plan√®te enti√®re pouvait √™tre ombrag√©e, V√©nus se refroidirait √† une temp√©rature plus cl√©mente en seulement quelques d√©cennies. Des m√©thodes pourraient consister √† placer une voile entre V√©nus et le Soleil au point de Lagrange, ou des nuages de poussi√®re command√©s dans l'espace, et un grand nombre d'autres id√©es. D'autres sugg√®rent une approche diff√©rente, plaidant pour la colonisation non pas de la surface de la plan√®te mais de son atmosph√®re sup√©rieure, la partie la plus habitable de n'importe laquelle des plan√®tes except√© la Terre.

Explorations et recherches avant la colonisation

Puisque Vénus n'a pas autant été étudiée que des astres tels que la lune ou Mars, d'autres recherches doivent être conduites avant que des missions habitées soient approuvées. La sonde Venus Express est actuellement en orbite autour de la planète, mais d'autres missions à bas prix ont été proposées pour approfondir l'exploration de l'atmosphère de la planète, comme la zone des 50 kilomètres au dessus de la surface ou la pression atmosphérique est la même que celle de la Terre au niveau de la mer.

Une telle sonde devrait utiliser l'√©nergie solaire. Cependant la vitesse des vents dans l'atmosph√®re sup√©rieure de V√©nus peut atteindre jusqu'√† 95 m/s au niveau sup√©rieur des nuages, la pesanteur l√©g√®rement inf√©rieure (8,87 m/s¬≤) et la pression atmosph√©rique plus √©lev√©e all√®gent ceci l√©g√®rement, et le vol d'un avion sur V√©nus serait plus facile que sur Mars avec sa pression extr√™mement basse. La sonde devrait se "stationner" √† 72km d'altitude o√Ļ la pression est suffisamment basse et o√Ļ l'√©nergie solaire est abondante pour qu'elle puisse se recharger elle-m√™me pour des excursions temporaires plus bas dans l'atmosph√®re pendant quelques heures. Comme une journ√©e sur V√©nus dure pr√®s de 100 jours terrestres √† cause de sa tr√®s faible vitesse de rotation, la sonde devrait rester continuellement du c√īt√© √©clair√©, et devrait seulement se d√©placer √† une vitesse de 13,4 km/h √† l'√©quateur pour conserver la m√™me vitesse de rotation que la plan√®te. Explorer l'autre face de la plan√®te ne devrait pas √™tre possible jusqu'√† ce que la lumi√®re du soleil atteigne la zone, puisque une sonde √† √©nergie solaire n'aurait pas la puissance n√©cessaire pour traverser la face non-√©clair√©e enti√®rement sans se recharger.[2]

Habitats aérostats et cités flottantes

Geoffrey A. Landis a r√©capitul√© les difficult√©s de la colonisation de V√©nus √† l'√©tat de la simple pr√©tention de croire qu'une colonie doit √™tre bas√©e seulement sur la surface d'une plan√®te :

Traduction libre :
" Cependant, vu d'une manière différente, le problème avec Vénus est simplement que le niveau du sol est situé trop loin au-dessous de celui de l'atmosphère. Au niveau des hauts nuages (50km), Vénus est une planète paradisiaque."[3]

Il a propos√© des habitats a√©rostats suivis par des cit√©s flottantes, fond√©s sur le concept que l'air respirable (m√©lange d'environ 21% d'oxyg√®ne et de 79% d'azote) est un gaz surnageant dans la dense atmosph√®re v√©nusienne, avec environ la moiti√© de la puissance d'√©l√©vation de l'h√©lium sur terre.[4] Ceci permettrait aux d√īmes d'air respirable de soulever une colonie en plus de leur propre poids. Parall√®lement, les d√īmes pourraient, s'ils √©taient divis√©s en deux parties, contenir un gaz plus l√©ger comme l'hydrog√®ne ou l'h√©lium (qui peuvent √™tre extraits de l'atmosph√®re) pour augmenter l'√©l√©vation des colonies.[5]

Terraformation

Article d√©taill√© : Terraformation de V√©nus.

La terraformation est le processus th√©orique de modification de l'environnement d'un corps c√©leste (plan√®te, satellite, ..) pour le rendre plus habitable en termes d'atmosph√®re, de temp√©rature ou d'√©cologie. V√©nus a √©t√© le sujet de plusieurs propositions de terraformation Parmi celles-ci, on peut retenir les suivantes :

Carl Sagan en 1961[6] suggéra de terraformer Vénus en envoyant dans son atmosphère des algues dans le but de changer le dioxyde de carbone de cette planète en oxygène. Cependant, il est actuellement connu que l'eau est tellement rare sur Vénus que même les meilleurs efforts de photosynthèse ajouteraient une quantité négligeable d'oxygène tout en consommant le peu de vapeur d'eau qu'il y a.

Robert Zubrin, suivant des √©tudes datant de 1991 study[5] par Paul Birch, a propos√©[7] un grand √©cran solaire, con√ßu pour prot√©ger V√©nus contre le soleil et pour la refroidir suffisamment afin de liqu√©fier les gaz, d'une temp√©rature de moins de 304,18 K et d'une pression partielle du CO2 de 73,8 bars (le point critique du dioxyde de carbone) et puis une baisse √† 5,185 bars et √† une temp√©rature de 216,85 K (Le point triple du dioxyde de carbone.) La sublimation du dioxyde de carbone atmosph√©rique en glace s√®che fera accro√ģtre celle-ci sous forme de d√©p√īt √† la surface, apr√®s quoi elle serait d'une fa√ßon ou d'une autre enterr√©e ou √™tre emmen√©e sur Mars, qui a l'oppos√© du probl√®me de V√©nus -- a une pression atmosph√©rique insuffisante et a peu de gaz √† effet de serre. Avec la protection solaire et le d√©placement des gaz √† effet de serre, le probl√®me de la pression atmosph√©rique et de la chaleur seraient r√©solus. Cependant, Zubrin conc√®de que le manque de l'eau demeurerait un probl√®me s√©rieux, et m√™me le bombardement de la surface avec des com√®tes ou des ast√©ro√Įdes contenant de la glace prendrait longtemps et ne suffirait pas √† r√©soudre le probl√®me. Birch sugg√®re de d√©placer une des lunes glac√©es de Saturne et de bombarder V√©nus avec ses fragments pour peut-√™tre fournir 100 km¬≥ d'eau. Ainsi V√©nus terraform√© aurait des mers tr√®s peu profondes et sal√©es, utiles dans la r√©duction de l'effet de serre chaude du √† vapeur d'eau. L'acc√©l√©ration de la rotation plan√©taire semblerait √™tre un projet d'un avenir lointain, n√©gligeant la croissance exponentielle. G. David Nordley a sugg√©r√©, en fiction[8], que la dur√©e d'un jour v√©nusien pourrait √™tre baiss√© √† 30 jours terrestres en exportant l'atmosph√®re de V√©nus dans l'espace par l'interm√©diaire de catapultes √©lectromagn√©tiques[9].

Landis a suggéré que dès que les villes flottantes auraient été construites, elles pourraient former un bouclier solaire autour de la planète, et pourraient simultanément être employées pour transformer l'atmosphère la rendant plus favorable, de ce fait il combine la théorie du bouclier solaire et la théorie de traitement atmosphérique qui fournirait immédiatement l'espace habitable de l'atmosphère Vénusienne. Faits à partir de nanotube de carbone, récemment fabriqués en forme de feuille, alors les matériaux structuraux principaux peuvent être produits en utilisant du dioxyde de carbone recueilli dans l'atmosphère. Récemment synthétisé le a-CO2 pourrait prouver son utilité comme matériau de structure s'il peut être éteint aux états de STP, peut-être dans un mélange avec du silice. Selon l'analyse de Birch de telles colonies et matériaux provoqueraient une retombée économique immédiate de la colonisation de Vénus, plaçant les efforts de terraformation plus loin.

Colonies en orbite autour de Vénus

Une autre voie prometteuse pour la colonisation est l'utilisation de l'espace proche de V√©nus pour la capture orbitale et le d√©veloppement de la pr√©sence de com√®tes et d'ast√©ro√Įdes

Bien que V√©nus n'ait pas de lunes, dans un proche avenir il pourrait √™tre pratique de pousser de plus petits corps dans les orbites des plan√®tes int√©rieures. V√©nus est particuli√®rement bonne pour ceci car l'a√©rofreinage dans son √©paisse atmosph√®re peut √™tre employ√© pour ralentir ces corps vers la surface. √Ä la diff√©rence de l'espace proche de la Terre o√Ļ le danger de heurter la terre aurait des effets graves sur la civilisation, l'espace proche de V√©nus ne souffre pas de ce probl√®me. La quantit√© d'√©nergie utilisable du Soleil fait de V√©nus un lieu tr√®s attractif pour le d√©veloppement industriel.

C'est également un précurseur probable à n'importe quelle tentative sérieuse de développer l'activité économique dans la pesanteur de Vénus. Des ressources dans l'orbite de Vénus seraient employées pour prolonger l'activité dans le bas, peut-être sous forme d'ascenseur spatial.

Exploration actuelle de Vénus

La sonde Venus Express de l'ESA s'est mise en orbite autour de la planète en mai 2006 et est actuellement en mission pendant approximativement 500 jours pour étudier l'atmosphère et les nuages en détail.

De futures missions incluent la sonde japonaise PLANET-C de JAXA. La mission MESSENGER vers Mercure fera des passages près de Vénus en octobre 2006 et en juin 2007, et la mission BepiColombo qui projette également un survol de la planète.

Références

  1. ‚ÜĎ Hawking dit que les Hommes doivent aller dans l'espace pour survivre. Consult√© le 20 mars 2007
  2. ‚ÜĎ Geoffrey A., Christopher, Anthony Landis, LaMarre, Colozza, ¬ę Atmospheric Flight on Venus ¬Ľ, dans 40th Aerospace Sciences Meeting & Exhibit, Reno NV, Jan. 14-17 2002 [texte int√©gral] 
  3. ‚ÜĎ "However, viewed in a different way, the problem with Venus is merely that the ground level is too far below the one atmosphere level. At cloud-top level, Venus is the paradise planet."
  4. ‚ÜĎ Geoffrey A. Landis, ¬ę Colonization of Venus ¬Ľ, dans Conference on Human Space Exploration, Space Technology & Applications International Forum, Albuquerque NM, Feb. 2-6 2003 [texte int√©gral] 
  5. ‚ÜĎ a‚ÄČ et b‚ÄČ Paul Birch, ¬ę Terraforming Venus Quickly ¬Ľ, dans Journal of the British Interplanetary Society, 1991 
  6. ‚ÜĎ Carl Sagan, ¬ę The Planet Venus ¬Ľ, dans Science, 1961 
  7. ‚ÜĎ (en) Robert Zubrin, Entering Space: Creating a Spacefaring Civilization, 1999 
  8. ‚ÜĎ Gerald Nordley, ¬ę The Snows of Venus ¬Ľ, dans Analog Science Fiction and Science Fact, May 1991 
  9. ‚ÜĎ Paul Birch, ¬ę How to Spin a Planet ¬Ľ, dans Journal of the British Interplanetary Society, 1993 
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalit√© issu d‚Äôune traduction de l‚Äôarticle de Wikip√©dia en anglais intitul√© ¬ę Colonization of Venus ¬Ľ.

Voir aussi

Liens externes

  • Portail de l‚Äôastronautique Portail de l‚Äôastronautique
Ce document provient de ¬ę Colonisation de V%C3%A9nus ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Colonisation De Vénus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Colonisation de Venus ‚ÄĒ Colonisation de V√©nus La colonisation de V√©nus, la plus proche plan√®te de la Terre, a √©t√© sugg√©r√©e dans beaucoup de travaux de science fiction. Apr√®s la d√©couverte de la surface tr√®s peu accueillante de V√©nus, l attention a √©t√© d√©port√©e sur la… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Colonisation de v√©nus ‚ÄĒ La colonisation de V√©nus, la plus proche plan√®te de la Terre, a √©t√© sugg√©r√©e dans beaucoup de travaux de science fiction. Apr√®s la d√©couverte de la surface tr√®s peu accueillante de V√©nus, l attention a √©t√© d√©port√©e sur la colonisation de la Lune… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Colonisation de V√©nus ‚ÄĒ La colonisation de V√©nus, la plus proche plan√®te de la Terre, a √©t√© sugg√©r√©e dans beaucoup de travaux de science fiction. Apr√®s la d√©couverte de la surface tr√®s peu accueillante de V√©nus, l attention a √©t√© d√©port√©e sur la colonisation de la Lune… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Colonisation De L'espace ‚ÄĒ  Pour les autres significations, voir colonisation de l espace en fiction. Dessin d artiste d un habitat spatial ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Colonisation espace ‚ÄĒ Colonisation de l espace  Pour les autres significations, voir colonisation de l espace en fiction. Dessin d artiste d un habitat spatial ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Colonisation spatiale ‚ÄĒ Colonisation de l espace  Pour les autres significations, voir colonisation de l espace en fiction. Dessin d artiste d un habitat spatial ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Venus (planete) ‚ÄĒ V√©nus (plan√®te) Pour les articles homonymes, voir V√©nus. V√©nus ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • V√©nus Express ‚ÄĒ Venus Express Venus Express Vue d artiste de Venus Express orbitant autour de la plan√®te V√©nus Caract√©ristiques ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Venus Express ‚ÄĒ Vue d artiste de Venus Express orbitant autour de la plan√®te V√©nus Caract√©ristiques Organisation ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Venus Entry Probe ‚ÄĒ (VEP), est un projet de sonde spatiale de l Agence spatiale europ√©enne (ESA) qui a pour principale mission l √©tude de l atmosph√®re de V√©nus. VEP est compos√©e de deux satellites, dont l un larguera un ballon sonde, qui lui m√™me lors de son p√©riple ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.