Coalition Militaire En Irak


Coalition Militaire En Irak

Coalition militaire en Irak

Blason de la Multi-National Force-Iraq
Insigne distinctif d'unité des élements de l'US Army de la MNF-I
Nations supportant la Coalition en 2003.
Situation des effectifs en 2006.
Zone d'occupation fin 2003.

La coalition militaire en Irak désigne la force armée multinationale conduite par les États-Unis pour attaquer l'Irak en 2003 et stationnée dans le pays pour former et soutenir ses nouvelles forces de sécurité (Multi-National Force - Iraq , MNF-I selon l'acronyme américain).

Sa présence a été légalisée par la résolution 1483 du Conseil de sécurité des Nations unies jusqu'a fin 2008. Dans sa résolution 1859, le Conseil a « donné acte de l'expiration du mandat » de cette force au 31 décembre 2008[1].

Sommaire

Historique

En 2003/2004, près d'une cinquantaine de pays de quatre continents ont participé à cette coalition. À son niveau le plus haut, la coalition comptait quelque 330 000 soldats originaires de 38 pays – 250 000 Américains, quelque 40 000 Britanniques, le reste allant de 2 000 hommes pour l'Australie à 70 du côté albanais. Ces forces dépendent sur le plan opérationnel du United States Central Command. En plus des activités militaires, la coalition mène des actions civilo-militaires dans le pays.

En juillet 2008, 22 États y ont participé à divers degrés. Le mandat de l'ONU a expiré le 31 décembre 2008 et le gouvernement irakien a demandé à ce qu'il ne soit pas renouvelé [2]. Bagdad doit donc négocier de manière bilatérale avec les autres capitales les conditions de la poursuite de leur engagement. Les seules forces armées autorisées à rester en Irak après l'expiration du mandat de l'ONU sont celles des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Australie, du Salvador, de l'Estonie et de la Roumanie[3].

En janvier 2009, le contingent américain compte 141 000 personnes,128 000 en juillet 2009.

Selon le Status of Forces Agreement (SOFA) signé avec le gouvernement irakien, les forces de combat comptant 55 000 personnes se sont retiré à la fin juin 2009 des villes et l'ensemble des forces, sauf des conseillers et des unités spécialisé, doivent quitter l'Irak le 31 décembre 2011 [4][5]

Pertes de la Coalition

Selon les sites Internet indépendants icasualties.org[6] et antiwar.com[7] le bilan des pertes de la Coalition, du 20 mars 2003 au 20 janvier 2009 sont  :

  • de 4 546 morts dont 4 229 soldats américains [8] (3 406 morts au combat), 178 soldats britanniques et 139 soldats d'autres pays alliés (805 par accidents ou maladies).
  • Plus de 36 000 blessés dans la coalition dont 30 960 américains [8].

Le bilan annuel pour les américains se décompose ainsi :

  • En 2003 : 486 morts et 2 416 blessés
  • En 2004 : 849 morts et 8 002 blessés
  • En 2005 : 846 morts et 5 947 blessés
  • En 2006 : 822 morts et 6 400 blessés
  • En 2007 : 904 morts et 6 103 blessés
  • En 2008 : 314 morts et 2 052 blessés
  • En 2009 : 8 morts et 40 blessés au 20 janvier

Commandant

Nom Prise de commandement Fin de commandement
1 Général Ricardo S. Sánchez (USA) Ricardo Sanchez2.jpg 15 mai 2004 4 juillet 2004
2 Général George W. Casey, Jr. (USA) George W. Casey 2007.jpg 4 juillet 2004 10 février 2007
3 Général David H. Petraeus (USA) David H. Petraeus 2008 portrait.jpg 10 février 2007 16 septembre 2008
4 Général Raymond T. Odierno (USA) Raymond T. Odierno portrait 2006.jpg 16 septembre 2008 ---

Composition par nationalité (février 2007)

  • Royaume-Uni Royaume-Uni: 7 100 soldats britanniques déployés principalement dans le sud. Le Premier ministre britannique Tony Blair a annoncé le 21 février 2007 une réduction des troupes de 7 100 à 5 500 soldats, mais n'a pas donné de calendrier précis. En décembre 2008, il y a environ 4 000 militaires britanniques en Irak, le retrait devrait avoir lieu en juin 2009. Il resterait 300 officiers et instructeurs pour encadrer l'armée irakienne [9]. Retrait en juillet 2009.
  • Corée du Sud Corée du Sud: 2 300 hommes. Séoul a ramené son contingent à 1 200 en octobre 2007. Retrait en décembre 2008.
  • Australie Australie: 1 400 dont 550 d'une unité combattante. Retrait en juillet 2009.
  • Pologne Pologne: 900. Retrait en octobre 2008.
  • Roumanie Roumanie: 605. Retrait en juillet 2009.
  • Danemark Danemark: 460. Copenhague a retiré en août 2007 ses troupes terrestres déployées dans le Sud de l'Irak (430 hommes) et les a remplacé par une unité d'hélicoptères, composée de 55 militaires qui ont quitté le pays en décembre 2007 [10].
  • Salvador Salvador: 379. Retrait en janvier 2009.
  • Albanie Albanie: 120. Retrait en décembre 2008.
  • Lettonie Lettonie: 120. Retrait en novembre 2008.
  • Mongolie Mongolie: 100. Retrait en septembre 2008.
  • Arménie Arménie: 46. Retrait en octobre 2008.
  • Flag of Tonga.svg Tonga: 45. Arrivée en juin 2004, retrait en décembre 2008[12].

Situation en juillet 2009

Au mois de juillet 2009, une nation ont des forces en Irak au sein de la coalition :

Effectif total : approximativement 142 000 militaires.

États et organisations ayant des forces en Irak hors Coalition

  • Flag of the United Nations.svg Organisation des nations unies : Dans le cadre de la United Nations Assistance Mission in Iraq [14], 219 militaires fidjiens assurent la sécurité de la mission sous casque bleu et d'autres militaires de plusieurs nationalités ont le statut d'observateurs.
  • OTAN : Dans le cadre de la NATO Training Mission - Iraq, elle assure une formation pour les forces armées et de police irakienne. La Jordanie, non-membre de l'alliance, assurant la formation de 50 000 policiers en 2007 [15].
  • Flag of Europe.svg Union européenne : Dans le cadre de la mission EUJUST LEX, [16], mise en place en juillet 2005 dans le cadre de la PESC, une centaine de fonctionnaires forment les personnels, judiciaires et pénitentiaires. Un bilan de 2007 indique 1 572 personnes formées [17]. Cette mission a été reconduite en avril 2009 jusqu'en juin 2010 [18]
  • Japon Japon: 600, le Japanese Iraq Reconstruction and Support Group servit uniquement à l'action civilo-militaire et la logistique et ne pas dépendait du commandement de la Coalition. Déployé en 2004, retrait en décembre 2008 [19]
  • Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande: Bien qu'opposée à l'invasion de 2003, elle a envoyé après celle-ci dans le cadre de la résolution 1483 du conseil de sécurité une petite force de génie militaire et de logistique de 61 membres pour la reconstruction et l'aide humanitaire qui restée jusqu'en octobre 2004. Retrait en septembre 2004.

Galerie photographique

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références

  1. (fr) « Irak: l'ONU entérine la fin du mandat de la Force multinationale » ladepeche.fr, 22 décembre 2008.
  2. (fr) Irak: l'ONU entérine la fin du mandat de la Force multinational, AFP, 22 décembre 2008
  3. (fr) Fin de la mission sud-coréenne en Irak, Le Nouvel Obs, 1er décembre 2008
  4. (fr) L'angoisse des généraux, 21 janvier 2009, Le Monde
  5. (en)[pdf] Agreement Between the United States of America and the Republic of Iraq On the Withdrawal of United States Forces from Iraq and the Organization of Their Activities during Their Temporary Presence in Iraq, 17 novembre 2008
  6. Site icasualties.org
  7. Site antiwar.com
  8. a  et b Rapport du site officiel du département de la défense u.s
  9. (en) UK Troops to Withdraw from Iraq by June- Paper, Iraq Updates, 12 décembre 2009
  10. (en) Denmark to pull air force out of Iraq, 19 décembre 2007
  11. (fr) Fin de mission en Irak pour les soldats bulgares, Bruxelles 2, 1er décembre 2008,
  12. (en) Royal Tongan Marine contingency ends operations in Iraq, 5 décembre 2008, MNF
  13. (en) No more Estonian troop units in Iraq, AFP; 22 janvier 2009
  14. Site de l'UNIRAQ
  15. (fr) Post-War Iraq: Foreign Contributions to Training, Peacekeeping, and Reconstruction , Centre de recherche du Congrès, 25 septembre 2007
  16. (en) Site de l'EUJUST
  17. (fr) S. White, il faut soutenir l'état de droit, Bruxelles2, 21 janvier 2009
  18. (fr) Prolongation de la mission, Bruxelles2, 30 mars 2009
  19. (fr) Les troupes japonaises quittent l'Irak, Aujourd'hui le Japon, 8 décembre 2008

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de l’Irak Portail de l’Irak
  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Coalition militaire en Irak ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Coalition Militaire En Irak de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Coalition militaire en irak — Blason de la Multi National Force Iraq …   Wikipédia en Français

  • Coalition militaire en Irak — Nations supportant la Coalition en 2003 …   Wikipédia en Français

  • Coalition de classes — Coalition Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Coalition — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Coalition », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) D une manière générale, une coalition… …   Wikipédia en Français

  • IRAK — Les structures géologiques qui, d’une certaine manière, dessinent d’avance la biographie des peuples révèlent qu’entre l’Europe et l’Extrême Orient les liaisons n’ont pu se faire aisément que dans la direction sud est nord ouest (et… …   Encyclopédie Universelle

  • IRAK - Actualité (1990-1996) — P align=center République d’Irak Politique intérieure Le 2 mars 1991, un soulèvement chiite débute à Bassorah et s’étend rapidement dans le sud est de l’Irak. L’Assemblée suprême de la révolution islamique en Irak, mouvement d’opposition en exil… …   Encyclopédie Universelle

  • IRAK - Après la guerre du Golfe — Irak: après la guerre du Golfe Après l’invasion du Koweït en l’espace de quelques heures par les troupes irakiennes le 2 août 1990, le Conseil de sécurité de l’O.N.U. adopta, le 29 novembre 1990, la résolution 678, qui permettait aux États… …   Encyclopédie Universelle

  • Irak — جمهورية العراق (ar) Jumhūrīyatu l Irāk (ar) كۆماری عێراق …   Wikipédia en Français

  • Force multinationale en Irak — Coalition militaire en Irak Blason de la Multi National Force Iraq …   Wikipédia en Français

  • Deuxième guerre d'Irak — Guerre d Irak Guerre d Irak Dans le sens des aiguilles d une montre en commençant en haut à gauche : Une patrouille à Samarra; Le renversement de la statue de Saddam Hussein au square Firdos; Un soldat irakien pendant un assaut; un engin… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.