Claude LELOUCH


Claude LELOUCH

Claude Lelouch

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lelouch.
Claude Lelouch
Claude Lelouch dans les années 1970
Claude Lelouch dans les années 1970

Surnom Coco
Naissance 30 octobre 1937 (71 ans)
Paris, France
Nationalité(s) Française France
Profession(s) réalisateur, producteur, scénariste, acteur
Film(s) notable(s) Un homme et une femme, Le Courage d'aimer, Les Parisiens, Les Misérables, 13 jours en France, ...
Site officiel http://www.lesfilms13.fr lesfilms13.fr
Distinction(s) Oscar du meilleur scénariste,
Palme d'Or,
petit Lion d'Or, ...

Claude Lelouch, né le 30 octobre 1937 à Paris dans le 9e arrondissement[1], est un réalisateur, producteur, scénariste et acteur français. Surtout connu en tant que réalisateur, sa filmographie compte une cinquantaine de films dont Un homme et une femme et Tout ça... pour ça !, grands succès au box-office avec respectivement 4 269 209 et 1 887 398 entrées en salle.

Cependant, la critique et le public semblent moins s'intéresser au réalisateur depuis le début des années 2000. Le Genre humain, sa trilogie inachevée[2] composée des Parisiens et du Courage d'aimer, a été rejetée par le public bien que Lelouch soit allé jusqu'à offrir pendant une journée aux spectateurs français une entrée pour le film Les Parisiens[3], opération qui lui coûtera plus d'un million d'euros. En 2007, il retrouve grâce auprès des critiques avec Roman de gare et remporte un joli succès estival en révèlant la comédienne Audrey Dana.

Père de sept enfants. Il a été marié trois fois : Evelyne Bouix en 1980 ; Marie Sophie L en 1986 et Alessandra MARTINES en 1993. Il divorcera de cette dernière en 2009

Sommaire

Biographie[4]

Claude Lelouch lors du tournage du film Un homme et une femme

Débuts dans le journalisme

Claude Lelouch[5] est issu d'une famille juive originaire d'Algérie[6]. À la suite de son échec au baccalauréat, son père lui offre une caméra pour lui redonner une chance[7]. Il débute sa carrière en tournant des reportages journalistiques. Il est notamment l'un des premiers à filmer la vie quotidienne en URSS, la caméra cachée sous son trench-coat au cours d'un voyage personnel. Quand le rideau se lève puis USA en vrac lui permettent de gagner de quoi continuer à exercer sa passion. Il filme aussi beaucoup de manifestations sportives comme le Tour de France ou les 24 heures du Mans.

Il acquiert ainsi cette capacité de saisir l'image instantanée et surtout à faire ressentir une atmosphère en quelques plans brefs.[réf. nécessaire] C'est également ce que les critiques dénonceront en assimilant son cinéma à un roman-photo grossier.

Production de films

Pendant le tournage du long métrage And now... Ladies and Gentlemen

En 1960, il fonde sa société de production Les Films 13 et réalise un très grand nombre de scopitones (ancêtre du clip vidéo). Claude Lelouch est sans doute le réalisateur le plus prolifique dans ce registre si l'on excepte Andrée Davis-Boyer, dite « mamie Scopitone ». Il acquiert par ce biais un réseau relationnel important qui lui permettra très tôt de mettre en scène des acteurs célèbres ainsi que d'obtenir des participations amicales de certaines vedettes dans ses films : Johnny Halliday dans L'aventure c'est l'aventure ou encore Mireille Mathieu dans La Bonne Année. À l'époque, il fréquente aussi Jean Yanne et Jacques Martin que l'on voit apparaître dans La Femme spectacle.

C'est pendant cette période qu'il se forme sur le terrain car il n'a en effet jamais fait d'école de cinéma. Il teste in vivo des méthodes le plus souvent audacieuses pour l'époque[8]. On remarque par exemple la fameuse caméra cachée sous le trench-coat. Ce fonctionnement sera d'ailleurs le fondement de sa perpétuelle évolution : alors qu'il se sent plafonner après La Vie, l'Amour, la Mort en 1967, il produit un court métrage sur les Jeux Olympiques de Grenoble en 1968 dans lequel il essaie des techniques encore peu utilisées comme l'eastmancolor. Un an plus tard sort Le Voyou, fruit de cette mutation. Il en va de même avec le film à petit budget Smic, Smac, Smoc, sorte de pilote de L'aventure c'est l'aventure ou de La Bonne Année.

Le 28 février 2007 sort le film Entre adultes qu'il coproduit avec son fils Simon Lelouch. On remarque aussi Roman de gare, qu'il réalise, mais incognito, en faisant croire que c'est Hervé Picard qui le réalise. Claude Lelouch a utilisé ce procédé à la suite de l'échec de son dernier film. Pendant le tournage, il se fait passer pour le producteur, simplement.

Réalisateur

En 1960, son premier film en tant que réalisateur, Le Propre de l'homme, est sifflé par le public, décrié par la critique (« Claude Lelouch, retenez bien ce nom, vous n'en n'entendrez plus jamais parler[9] ») et ne reste pas plus d'une semaine à l'affiche. Il détruira les négatifs à la hache[10]. S'ajoute à cet échec le décès de son père. En 1962, L'Amour avec des si, film enlevé et très imaginatif[11], retient l'attention de la critique suédoise. L'année suivante, Une fille et des fusils remporte un peu de succès (déjà tenté par l'utilisation des bons filons et des recettes commerciales, il tournera une suite qui ne trouvera cependant pas de distributeur). En 1964, La Femme spectacle, censuré pour ses jugements profondément misogynes (pour « cerner » maladroitement la « nature féminine », il suit des prostituées, filme les femmes faisant leurs courses ou allant se faire refaire le nez) et remonté de fond en comble, (avec en voix off la voix de Gérard Sire, célèbre animateur de radio, que Claude Lelouch utilisera jusque dans les années 1970), est une sorte de film-reportage inabouti. L'auteur se cherche alors entre la succession de saynètes anecdotiques et l'histoire morcelée en séquences éparses.

Claude Lelouch derrière la caméra pour Le Courage d'aimer

Cependant, cette période est aussi celle de son entrée dans le milieu du cinéma et il y lie ses premières amitiés avec Jacques Martin et Amidou et se rapproche d'une certaine critique[12] même si la diversité de ses activités le rend difficilement cernable. Cependant, Lelouch ne prêtera pas attention à la critique et, continuant de tourner avec les moyens du bord, on retrouvera la bande dessinée, le court métrage, etc ce qui vaudra d'ailleurs le succès d'Un homme et une femme, de bonnes critiques à son auteur et, selon Claude Lelouch, ce même au sein du cénacle des Cahiers du cinéma et de l'« intelligentsia » qui l'auraient pris un court instant pour un des leurs avant de le rejeter parce qu'il ne « rentrait pas dans leur moule »[13].

La légende raconte qu'il se retrouve un matin près d'une plage à Deauville où il entrevoit une jeune femme et son enfant sur la grève. Il réfléchit à son histoire, tente de la reconstituer et de savoir comment elle en est arrivée là. Le scénario d'Un homme et une femme est ainsi né[14]. Le film est un miracle technique avec la Mustang de Jean-Louis Trintignant et un style nouveau d'utilisation de la caméra. Le budget a été réuni par Lelouch auprès de trois producteurs pas forcément toujours au courant de ses intentions réelles[15]. Jean-Louis Trintignant est confiant en ce jeune homme dynamique dont il connaît un peu le travail et dont Alexandre Mnouchkine, producteur en vue de l'époque, répond entièrement. Lelouch met en place ses « techniques » de tournage qu'il utilisera tout au long de sa carrière notamment cette capacité à faire feu de tout bois au point de vue financier : utiliser les locaux de l'équipe comme décors (ici, le Grand hôtel de Deauville), recycler de vieilles images filmées par lui plusieurs années auparavant pour d'autres raisons (ici, les 24 heures du Mans) ou utiliser le placement de produit comme moyen de financement du tournage (Jean-Louis Trintignant à bord d'une Ford Mustang ; dans La Bonne Année, ce sera Van Cleef & Arpels). Un homme et une femme est monté en deux fois, la première ne satisfaisant pas son auteur. En 1966, il est intégré in extremis à la sélection cannoise alors que la liste était close. Son film reçoit la Palme d'or (décernée ex aequo), marquant le début d'une remarquable ascension dans le monde du cinéma pour ce jeune homme de vingt-neuf ans qui pourtant n'avait pas une grande filmographie et n'était pas très apprécié par le public.

D'après un sondage effectué en 1989, Claude Lelouch était le réalisateur le plus connu des français[16].

Un cas à part

Claude Lelouch reste un cas à part dans le monde du cinéma français. Il jouit d'une certaine célébrité[17] avant même d'avoir eu une « œuvre » digne de ce nom. Il va tirer une partie de sa force et de sa créativité osée ou commerciale de cette perpétuelle compétition avec le public et la critique pour justifier cette renommée. Si cela est pour lui synonyme de succès, d'argent et surtout un moyen de propulser sa carrière en lui ouvrant un chemin réservé aux plus grands réalisateurs, notamment en donnant de lui l'image d'un réalisateur que les producteurs réclament, c'est également un de ses défauts qui le classera définitivement aux yeux de l'« intelligentsia », au pire comme un parvenu prétentieux ne méritant pas son succès, au mieux comme un réalisateur commercial dont le cinéma ne mérite pas d'être étudié comme une œuvre artistique.

Cette dernière critique ne manquerait toutefois pas de fondement : son film suivant, Vivre pour vivre, est en effet un produit de l'accumulation des « formules » qui ont fait un an plus tôt le succès d'Un homme et une femme (musique entêtante, acteur jouant « vrai », succession en roman-photo de plans immobiles saccadés, utilisation d'une actrice américaine pour mieux vendre le film aux États-Unis). Si c'était à refaire, Un homme et une femme : vingt ans déjà ou encore plus tardivement And now... Ladies and Gentlemen sont des films à intérêt cinématographique relatif[18]. Cela initiera ce qu'on peut appeler un « lynchage médiatique » pouvant frôler certaines fois le mauvais goût[19]. Ce lynchage médiatique est également utilisé par Lelouch lui-même pour se dénigrer. Il est ainsi très friand de tout ce qui pourrait faire parler de lui[20],[21].

Claude Lelouch et Thierry Lhermitte

Ceci révèle surtout l'ambiguïté profonde du cinéma de Lelouch qui se laisse rarement surprendre par son irréductibilité. Il est capable de scènes jugées merveilleuses et parfois même très fines, il dirige les acteurs de manière exceptionnelle et très personnelle.[réf. nécessaire] Enfin, il évolue en révélant plusieurs facettes de son œuvre au fil du temps mais il ne peut s'empêcher dans le même temps de retomber dans ses propres clichés, rendant ses films parfois lourds et souvent redondants[22], tantôt d'une certaine complexité pouvant se révéler déroutante (il est un adepte et précurseur de la superposition à l'infini d'histoires dans l'histoire en film-choral) ou à l'inverse d'une simplicité effarante. À ce titre, Toute une vie est représentatif de l'extrême ambiguïté du personnage et de sa méthode tortueuse et « décentrante ».

Parfois, l'alchimie prend et la méthode se révèle payante.[réf. nécessaire] Ainsi Un homme qui me plaît ou Le Bon et les Méchants, présentant pourtant des scénarios plutôt pauvres, se révèlent être pour ses inconditionnels des bijoux ciselés[réf. nécessaire], jouissifs de par leur extrême limpidité et où le spectateur est pris à son insu par des scènes enlevées dans ce monde factice où tout semble simple et romantique. Parfois, au contraire, cette méthode le mène à l'échec lorsqu'il en fait trop (La Vie, l'Amour, la Mort) ou pas assez (À nous deux)[23]. À ce titre, ses films relèvent très tôt d'un équilibre fragile ce qui explique tout d'abord la polarisation qu'ils suscitent le plus souvent entre ceux qui l'adulent et ont été pris et ceux qui le vouent aux gémonies et sont restés à côté. Ensuite, cela permet également de percevoir pourquoi ils ont parfois mal vieilli tant ils reposent souvent sur quelques instants d'une frugalité vite évaporée.

En outre, Lelouch peut être classé comme un éternel précurseur faisant parfois tenir la qualité de ses films aux avancées techniques mises en œuvre ou à l'audace dans la mise en scène dont ils sont le fruit.[réf. nécessaire] La Bonne Année est un des premiers films français à utiliser des microphones en extérieur[réf. nécessaire] (les films étaient jusqu'ici postsynchronisés ensuite en studio), il se sert de cette avancée pour innover dans le jeu des acteurs ce qui lui permet de restituer toute leur fraîcheur aux dialogues entre Lino Ventura et Françoise Fabian, fraîcheur un peu passée en fin de carrière ou moins spectaculaire. De même, c'est un de ceux qui ont utilisé et popularisé le tournage caméra à l'épaule, pensant par là qu'elle devait être un acteur de plus au sein du film en étant la plus active possible. Jean-Louis Trintignant, interrogé sur le succès d'Un homme et une femme, dira que ce film relevait d'une véritable audace et d'une grande originalité techniques mais que malheureusement, comme il fut un des premiers à utiliser l'Eastmancolor depuis popularisé par la publicité, le film paraîtra plus commercialisé.

Lors du tournage du film Les Misérables

Lelouch tirera de cette pratique de la technique cinématographique, solitaire et autodidacte une bonne partie de ses trouvailles et de la qualité de ses films. S'ils sont parfois ratés, ils manquent rarement de révéler quelques beaux plans[24]. Il a appris son métier sur le tas — il le dit et le répète — et c'est de là, beaucoup plus que d'un scénario prédéfini, que proviennent ses films. Une image peut engendrer un film tout entier de même qu'il semble évident que le tournage en lui-même est primordial à l'élaboration du film, c'est-à-dire la manière de faire parler les acteurs, de placer la caméra ou encore de comprendre, sur le moment, de quel point de vue la scène sera le mieux rendue. De là cette impression de spontanéité ou ce mythe de l'improvisation chez Lelouch. Ses films semblent pourtant très contrôlés jusque dans l'écriture du scénario mais il paraît attendre le moment précis du tournage pour que tout se mette en place de manière parfois imprévue, laissant, comme il le dit[25], place aux hasards qu'il tente de provoquer. Voilà pourquoi il avoue « parfois découvrir ses films une fois terminés »[26].

De manière plus générale, sa manière de filmer, car il semble plus pertinent de parler de manière de filmer que de réaliser, est tributaire de la technique pour le meilleur et pour le pire. Ainsi, une bonne partie de son style découle naturellement de ses envies de caméraman mais également des problèmes qu'il a rencontrés pour y parvenir ainsi que des trouvailles qu'il a su extraire de ce genre de désagrément. Son cinéma peut ainsi apparaître extrêmement empirique ou amateur.

Cependant, un film de Lelouch se reconnaît généralement facilement, certains parlant d'un « style Lelouch » souvent pour le ridiculiser[27]. Cela sous-entend qu'il existe une manière de faire particulière à son auteur. Celui-ci se cherche tout au long de sa carrière mais aboutit à un résultat de plus en plus fini. Dès le début des années 1980, ses scénarios sont plus étoffés, ses histoires se densifient et les flashbacks, jusqu'ici proposés sur le mode presque exclusif de l'aller-retour dans le temps, se mêlent et s'enchaînent de manière plus complexe. Les Uns et les Autres semble être le véritable coup d'envoi de ce nouveau type de cinéma que Lelouch pratiquera par la suite. Partir, revenir, Itinéraire d'un enfant gâté ou Les Misérables en sont de parfaits exemples. Il ne s'agit plus d'improvisation érigée au rang de technique de tournage.

Du Lelouch grand public

Claude Lelouch, par la production "Les Films 13"

Lelouch donne désormais naissance à des films plus entiers et plus « populaires », au sens noble du terme. Du cinéma pour grand public, c'est-à-dire pour le public qui « voit grand », comme le dit Philippe Labro[28]. Ce type de film est d'ailleurs bientôt copié dans sa manière, donnant naissance aux films familiaux des années 1990-2000.[réf. nécessaire]

Il est possible que Lelouch ait compris que la nature du cinéma a changé.[réf. nécessaire] Jusqu'ici, il se contentait d'appliquer les recettes habituelles qui finirent par s'épuiser à la fin de la décennie 1970. Par exemple, un film comme Robert et Robert repose sur un scénario attrayant et distrayant mais la réalisation technique, si elle ne dépareille pas des productions de cette époque, brille aujourd'hui par son obsolescence[réf. nécessaire]. Tout semble se passer comme si Lelouch comprenait l'importance des nouvelles techniques cinématographiques et le potentiel qu'elles offrent à son talent. Comme d'habitude, son style suit de près la technique du cinéma. Avec des appareils plus lourds, ses plans se densifient et laissent voir des images plus construites : fini le temps de l'exclusive caméra à l'épaule, les mouvements procédant de cette méthode seront désormais moins nombreux, moins extravagants mais également plus travaillés. Peut-être le signe que Lelouch, cependant grand sportif, se fatigue également. Ainsi, au plan qui suivait, de manière brouillonne, les acteurs comme dans Le Chat et la Souris, L'aventure c'est l'aventure ou Le Bon et les Méchants, Lelouch préfère utiliser la caméra pour donner l'impression du mouvement, impression parfois écrasante comme dans Les Uns et les autres où les élucubrations d'un Jacques Villeret se sont matérialisés par les mouvements lancinants de la caméra qui font bouger le spectateur et lui font sentir l'imprévisibilité de l'acteur. Il a de plus en plus recours à la scène-tableau, laissant plus de place au jeu des acteurs. Sa direction devient plus radicale et probablement plus osée. Il semble les mener toujours plus dans la direction souhaitée qui semble être celle de l'efficacité maximale. Lelouch, ayant braqué deux caméras sur les têtes des acteurs en tête-à-tête, s'assoit à leur côté et leur souffle alors leur texte, parfois dans la plus grande surprise. Cela lui permet de vérifier chaque expression sur chaque mot. Cela donne aussi lieu à des échanges de plus en plus hachés, réduits à un squelette de dialogue tournant autour de mots-clés. Là encore, cela prend ou non mais il faut remarquer que Lelouch semble aller de plus en plus radicalement dans cette voie-là, son film Les Parisiens se réduisant presque entièrement à une succession de plans centrés sur la tête des comédiens. Mais cette technique, reposant plus que jamais sur la qualité des dialogues, met également en avant la fragilité de ces derniers lorsque Lelouch n'est pas inspiré.

Il faut en retenir sa capacité à évoluer au sein même de son genre qui se révèle beaucoup moins figé qu'il n'y paraît. Il arrive même à faire émerger un « genre Lelouch », procédant d'une logique entamée depuis longtemps et qu'il semble résolu à pousser radicalement au bout. Ce style semble radicalement éloigné des « chabadabada » auxquels on le réduit caricaturalement. Le sens du terme "chabadabada" a depuis cette époque évolué sous l'impulsion de Caroline P., puisqu'il désigne à présent une idylle naissante et improbable (souvent érronée) entre ses collègues.

Claude Lelouch et Arielle Dombasle sur le plateau du long métrage Le Courage d'aimer
« Le genre humain, c'est l'alternance des bons et des mauvais moments. Il faut accepter de prendre des risques pour être heureux. Le bonheur, c'est quand les ennuis se reposent. Et si on cherche à éviter les ennuis, on n'aura pas droit au bonheur. »

[29]

Claude Lelouch révèle le 25 janvier 2007 qu'il tournera une "suite" au film L'aventure c'est l'aventure qui portera le titre L'aventure sera toujours l'aventure avec une sortie prévue en 2009 ou 2010.

Hommages

Par ses nombreuses réalisations, Claude Lelouch a été plusieurs fois mis à l'honneur.
Il existe depuis quelques années, à Deauville, une place Lelouch.
Au Festival Jules Verne Aventures, il a eu l'honneur de présider le jury.
Et en 2007, le Festival International de Cannes lui rend hommage en sélectionnant son dernier film, Roman de gare, hors compétition.
Au Festival Chacun son cinéma, il aura l'honneur de présenter Cinéma de Boulevard qu'il a co-réalisé avec Theo Angelopoulos, Olivier Assayas, Jane Campion, Joel Coen, ...[30]

Voici ce qu'il a d'ailleurs annoncé lors de la sélection de Roman de gare :

« Je voulais pouvoir refaire un film en m'amusant, en allant à l'essentiel, sans subir la pression du marché ou les contraintes marketing du métier. Demander à Hervé Picard (qui existe bien) d'être mon prête-nom m'a permis d'avoir la paix pendant l'année qu'a duré l'écriture et la réalisation… A partir du moment où le festival me rend un hommage, j'étais obligé bien sûr de rendre public mon petit secret. C'est un honneur que le festival me fasse un clin d'oeil l'année où je fête mes 50 ans de cinéma et mon quarantième film »

Anecdotes

Claude Lelouch en tournage
  • Un critique déclara a son sujet : "Claude Lelouch : souvenez vous de ce nom, vous n'en entendrez jamais plus parler !". Les Cahiers du cinéma - 1960
  • On le surnomme « Coco »[31].
  • En 1960, à son retour du service militaire effectué à l'ECPA, il fonde à 23 ans sa société de production nommée Les Films 13 qu'il aurait appelée ainsi à cause des 13 lettres composant son nom et son prénom[32]. On retrouve ce chiffre également dans Le Club 13 (voir ci-dessous).
  • Ses enfants s'appellent Sarah, Salomé, Sashka, Seb, Simon, Sabaya et Stella Lelouch. En hommage au père de Claude, prénommé Simon[34]
  • Pour la 7e édition du Prix Ciné Roman Carte Noire, Claude Lelouch, accompagné de Catherine Jacob, a présidé le jury qui devait élire le livre le plus adaptable au cinéma.
Claude Lelouch sur le tournage du film Roman de gare

Filmographie

Filmographie
Année Film Rôle
1957 USA en vrac réalisateur
1957 Une ville pas comme les autres réalisateur
1957 Quand le rideau se lève réalisateur
1957 La Guerre du silence réalisateur
1961 La Vie de château (1961) (inachevé) réalisateur
1961 Le Propre de l'homme réalisateur, scénariste, acteur
1962 L'Amour avec des si réalisateur, scénariste, Directeur de la photographie
1964 Une fille et des fusils réalisateur, scénariste, producteur
1964 La Femme spectacle réalisateur, producteur
1965 Les Grands Moments réalisateur, scénariste
1965 ... pour un maillot jaune réalisateur, Directeur de la photographie
1966 Un homme et une femme réalisateur, scénariste, producteur, directeur de la photographie
1967 Loin du Viêt Nam réalisateur
1967 Vivre pour vivre réalisateur, scénariste
1968 13 jours en France réalisateur
1968 L'Indiscret producteur
1968 Les Gauloises bleues producteur
1968 Benito Cereno producteur
1968 Les Pâtres du désordres distributeur
1969 Un homme qui me plaît réalisateur
1969 J'ai même rencontré des tziganes heureux distributeur
1969 Un homme qui me plaît réalisateur
1969 Sept jours ailleurs producteur
1969 Clair de Terre producteur
1969 La Vie, l'Amour, la Mort réalisateur, scénariste
1970 L'Américain producteur
1970 Macunaïma distributeur
1970 Le Voyou réalisateur, scénariste, Directeur de la photographie
1970 Le Maître du temps producteur
1970 Camarades producteur
1970 Ça n'arrive qu'aux autres producteur
1971 Far West producteur
1971 Smic, Smac, Smoc réalisateur, scénariste
1971 Bonaparte et la révolution distributeur
1972 Une journée bien remplie distributeur
1972 L'aventure, c'est l'aventure réalisateur, scénariste, opérateur
1972 Un homme et un bateau réalisateur, scénariste
1972 Comme dans la vie producteur
1973 Türkiye producteur
1973 La Bonne Année réalisateur, scénariste, Directeur de la photographie
1973 Visions of Eight (un segment) réalisateur
1974 Toute une vie réalisateur, scénariste
1974 Mariage réalisateur, scénariste
1975 Les Ordres distributeur
1975 Le Chat et la Souris réalisateur, scénariste
1976 C'était un rendez-vous réalisateur, acteur
1976 Le Bon et les Méchants réalisateur, scénariste
1976 Si c'était à refaire réalisateur, scénariste, producteur
1977 Un autre homme, une autre chance réalisateur, scénariste
1978 Molière producteur
1978 Robert et Robert réalisateur, scénariste, producteur
1979 À nous deux réalisateur, scénariste, producteur
1980 Alors heureux ? producteur
1981 Les Uns et les autres réalisateur, scénariste, producteur
1983 Édith et Marcel réalisateur, scénariste, producteur
1984 Viva la vie! réalisateur, scénariste
1985 Partir, revenir réalisateur
1986 Attention bandits ! réalisateur, scénariste, producteur
1986 Un homme et une femme : vingt ans déjà réalisateur, scénariste, producteur
1988 Itinéraire d'un enfant gâté réalisateur, scénariste, producteur
1990 Il y a des jours... et des lunes réalisateur, scénariste
1992 La Belle Histoire réalisateur, scénariste
1993 Tout ça... pour ça ! réalisateur, scénariste, producteur
1994 Ni avec toi, ni avec moi producteur
1994 Le Voleur et la Menteuse producteur
1995 Les Misérables réalisateur, scénariste, producteur, Directeur de la photographie
1995 Lumière et Compagnie réalisateur, acteur
1996 Hommes, femmes, mode d'emploi réalisateur, scénariste, producteur, Directeur de la photographie
1998 Hasards ou coïncidences réalisateur, scénariste
1999 Une pour toutes réalisateur, scénariste, acteur, producteur
2002 And now... Ladies and Gentlemen réalisateur, scénariste, producteur
2002 11'09"01 (un segment) réalisateur, scénariste
2004 Les Parisiens réalisateur, scénariste, producteur
2005 Le Courage d'aimer réalisateur, scénariste, producteur
2006 Nos amis les Terriens producteur
2007 Chacun son cinéma (un segment) réalisateur
2007 Entre adultes producteur
2007 Roman de gare réalisateur
2010 Ces amours là réalisateur

Box-office

Pays Film Nombre d'entrées Date
Box-office France France Un homme et une femme 4 269 209 1966
Box-office France France Vivre pour vivre 2 936 000 1967
Box-office France France La Vie, l'Amour, la Mort 1 312 000 1969
Box-office France France Un homme qui me plaît 1 391 524 1969
Box-office France France Le Voyou 2 431 300 1970
Box-office France France L'aventure c'est l'aventure 3 815 486 1972
Box-office France France La Bonne Année 1 373 322 1973
Box-office France France Le Chat et la Souris 1 810 812 1975
Box-office France France Le Bon et les Méchants 1 090 678 1976
Box-office France France Si c'était à refaire 1 312 598 1976
Box-office France France Robert et Robert 1 020 933 1978
Box-office France France Les Uns et les autres 1 453 707 1981
Box-office France France Viva la vie 3 234 586 1984
Box-office France France Itinéraire d'un enfant gâté 3 254 529 1988
Box-office France France Il y a des jours... et des lunes 1 481 621 1990
Box-office France France Tout ça... pour ça ! 1 887 398 1993
Box-office France France Les Misérables 990 239 1995
Box-office France France Hommes, femmes, mode d'emploi 1 464 736 1996
Box-office France France Une pour toutes 472 828 1999
Box-office France France And now... Ladies and Gentlemen 476 728 2002
Box-office France France Les Parisiens 300 051 2004
Box-office France France Le Courage d'aimer 70 043 2005
Box-office France France Roman de gare 302 833 2007

Dix-huit films de Lelouch ont dépassé le million d'entrées[37], Un homme et une femme en tête, ce qui en fait l'un des plus prestigieux réalisateur français[38].

Distinctions

L'inauguration de la Place Claude Lelouch à Deauville, avec Claude Lelouch, Francis Lai, Anouk Aimée, Jean-Louis Trintignant, le maire de Deauville en 1999 ...

Par la réalisation de ses longs métrages, Claude Lelouch a été récompensé à de nombreuses reprises en remportant des prix internationaux tels qu'un Oscar, un Lion d'Or et une Palme d'or.

Il a été membre du jury du Festival de Cannes 1967[39].

Au Festival du cinéma américain de Deauville, il est désormais possible de se balader sur la place Claude Lelouch[40]. Cette dernière a été nommée ainsi en l'honneur des quarante ans du film Un homme et une femme, l'un de ses plus célèbres longs métrages. Le réalisateur a ajouté : « Un homme et une femme est un film culte, mythique pour le monde entier et surtout pour Deauville. Quand on présente Deauville à l'étranger, on nous parle d'Un homme et une femme ».

Récompenses

Nominations

Le film Roman de gare sélectionné officiellement à Cannes en 2006

Collaboration avec Francis Lai

Article détaillé : Francis Lai.
Le film Un homme et une femme (Palme d'or, Oscar du meilleur scénario original entre autres) réunissant Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant sur une composition de Francis Lai, avec le mémorable Chabadabada

Grâce à un ami, Pierre Barouh, il rencontra Claude Lelouch qui était alors jeune réalisateur. Ensemble, ils concluront Un homme et une femme en 1966 avec le morceau Chabadabada interprété par Nicole Croisille et Barouh lui-même. Ce titre sera un succès unique dans le cinéma français avec 300 versions différentes chantées dans le monde entier. Ils enchaîneront ensuite Vivre pour vivre en 1967, Le Voyou en 1970 ou encore L'Aventure, c'est l'aventure.

Claude Lelouch lui a demandé pas moins de 28 compositions. C'est donc un homme qui a joué un rôle important dans la vie de ce compositeur[41].

Voici une interview réalisée au festival Musique et Cinéma d’Auxerre 2005 :

  • Quelle est l’évolution dans la manière de travailler une musique de film entre les années 1960 et aujourd’hui ?
« Je crois que l’évolution est venue uniquement par la technique. Car les compositeurs travaillent toujours de la même façon : ils cherchent des thèmes, les orchestrent ou les font orchestrer, écrivent la musique après ou avant le film, comme je le fais avec Lelouch (la musique est enregistrée avant le tournage : c’est d’ailleurs un des rares qui fait ça)... Mais sinon, c’est seulement la technique qui a évoluée. Je pense que chaque compositeur qui a une écriture personnelle met son talent au service du cinéaste, de sa vision. Il ne faut pas se leurrer : nous sommes entièrement au service du réalisateur et du film. »
  • Et avec Claude Lelouch, comment ça se passe ? Quelles indications vous donne-t-il pour vous décrire l’univers du film ?
« Il raconte son histoire. Mais il la raconte tellement bien qu’on a l’impression de voir déjà les images ! Et il sait absolument ce qu’il veut. Il y a quelques points à capter quand il raconte, notamment quand il évoque une séquence où la musique peut être importante. Et quand il a fini, il me dit : « C’est à toi, tu me la racontes en musique, maintenant » ! »
  • Comme Luc Besson, Claude Lelouch a été l’objet de vives critiques, en avez-vous fait les frais ?
« J’ai été très malheureux de tout cela. C’était injuste, il y a eu un acharnement presque malsain contre Lelouch, une espèce de jalousie incroyable que je ne comprends toujours pas. Je trouvais Les Parisiens très beau, même si je connais le cinéma de Claude par cœur. J’aime comme il filme la vie, les émotions, c’est dommage qu’il n’ait pas pu finir sa trilogie. Je n’ai pas trouvé cela très bien de la part de certains qui l’ont descendu. D’ailleurs, il y a une chose qui m’étonne toujours : comment est-ce possible qu’un cinéaste français aussi populaire dans le monde entier (c’est un des rares à sortir ses films au Japon, aux Etats-Unis… il a des récompenses de tous les pays du monde) n’ait jamais eu de César ? Je trouve ça anormal. Itinéraire d’un enfant gâté, L’Aventure c’est l’aventure, Un homme et une femme, Vivre pour vivre ou Les Uns et les Autres, sont quand même des films qui font partie du patrimoine cinématographique français ! Je trouve qu’il y a une injustice… »


Voir quelques bandes originales de Francis Lai pour Lelouch : composition détaillée

Voir aussi

Articles connexes

acteurs et actrices

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

  
réalisateurs et réalisatrices

par récompense ou nationalité

  
Scénaristes

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Lien externe

Commons-logo.svg

Bibliographie[42]

  • John Wakeman, World Film Directors. Biographie
  • Claude Lelouch, Itinéraire d'un enfant gâté, Robert Laffont, 2000. Lelouch raconte son ascension dans le monde du cinéma et les artistes avec lesquels il a travaillé.
  • Claude Lelouch, Toute une vie, Soleil, 2004. Lelouch raconte les horreurs que l'homme a pu réaliser durant les deux guerres mondiales.
  • Claude Lelouch, Toute une vie - Tome 2, Soleil, 2005. Suite du précédent
  • Claude Lelouch, Claude Lelouch : Mode d'emploi, Calmann-Lévy, 2005. Il s'agit d'une mise au point sur ses films : ceux que le public a aimés et ceux qu'il n'a pas aimés.

Sources

Site officiel
Filmographie

(fr+en) Claude Lelouch sur l’Internet Movie Database.


Biographie
Box office
Récompenses
  
Bandes-Annonces
Vidéos de l'INA

Notes et références

  1. Naissance détaillée sur Chronobio.com
  2. En avril 2007, Le Genre humain reste inachevée, le troisième film n'ayant pu être réalisé faute de moyens
  3. allociné
  4. Biographie extraite de John Wakeman, World Film Directors et des sites Internet cités dans la Biographie
  5. "De l'arabe allûsh, subst, «  agneau ». Précédé de l'article, a donnée al-allûsh et par contraction lellûsh d'ou les transcriptions Lellouch et Lellouche.", Paul Sebag, Les noms des Juifs de Tunisie, L'Harmattan, 2002, p.96
  6. Joseph Tolédano, Les Juifs maghrébins, Brepols, 1989, p.287
  7. D'après Stars.Célébrités
  8. Mini-biographie retrouvée dans le magazine Ciné Live, de Laurent Cotillon en 2004
  9. Critique parue dans Les Cahiers du cinéma que l'on peut lire sur ce site
  10. Informations tirées du site DVD Toile, de l'article Le Propre de l'homme et du site cinéma français
  11. Analyse du film par Ghislain Louslatot dans le magazine Première
  12. On lui donne un style Lelouch pour le critiquer, informations tirées du site du Festival de Cannes
  13. D'après le livre de Claude Lelouch : Claude Lelouch : Mode d'emploi
  14. Cette version à plusieurs fois été accréditée par lui-même mais elle semble être un peu trop idyllique pour ne pas être mise en doute
  15. Anouk Aimée racontera ensuite que le plus dur pour elle fut d'avoir à porter le matériel durant le tournage
  16. D'après les chiffres de l'INSEE, sur allocine et sur orange
  17. On remarque celle de HPG sur le site des Cahiers du cinéma, mot clé : Lelouch, article : Débat du 24 mai
  18. Relevé dans le magazine Première n°331, en Avril 2002
  19. la critique qu'en fait le Dictionnaire des réalisateurs, dirigé par Jean Tulard, aux éditions Bouquins, frôle le racisme en parlant comme d'un « Pied-Noir qui a réussi ».
  20. Voici un exemple, cité sur Biosstars
  21. Un autre est disponible sur Le site des 30 ans de deauville
  22. D'après le site CulturesFrance
  23. Échec au box-office, chiffres disponibles sur Claude Lelouch : Mode d'emploi, voir aussi le chapitre destiné au box-office
  24. Informations tirées sur Caradisiac (site consacré aux automobiles) mais le quotidien du cinéma contre-dit à propos du film Les Parisiens
  25. Tirée du livre de Claude Lelouch, Itinéraire d'un enfant gâté, aux Éditions Robert Laffont, 2000
  26. D'après le livre Claude Lelouch : Mode d'emploi
  27. En référence à la baisse de fréquentation du public dans les cinémas
  28. Interview donné dans l'L’Express en 1997
  29. Citations tirées du site Evene
  30. Informations disponibles sur le site officiel de Claude Lelouch
  31. (fr+en)D'après sa fiche IMDB
  32. D'après le webmaster du site Les Films 13
  33. (fr+en)D'après sa fiche IMDB
  34. (fr+en)Informations trouvées sur sa fiche IMDB
  35. Information tirée du site allocine dans la rubrique activités annexes du réalisateur
  36. D'après le site allocine
  37. Chiffres disponibles à la fin du livre Claude Lelouch : mode d'emploi
  38. D'après le site cbo box office
  39. (fr+en) Claude Lelouch, Internet Movie Database
  40. Allocine
  41. D'après le site de l'encyclopédie du cinéma
  42. Informations tirées du site internet Evene
Bon article
La version du 25 avril 2007 de cet article a été reconnue comme « bon article » (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l’ayant promu.
  • Portail du cinéma français Portail du cinéma français
  • Portail du cinéma Portail du cinéma
  • Portail de la réalisation audiovisuelle Portail de la réalisation audiovisuelle
Ce document provient de « Claude Lelouch ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Claude LELOUCH de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Claude Lelouch — Lelouch redirects here. For the fictional character, see Lelouch Lamperouge. Claude Lelouch Claude Lelouch in the 1970s Born Claude Barruck Joseph Lelouch 30 October 1937 (1937 10 30) (age 74) Paris, Fran …   Wikipedia

  • Claude Lelouch — durante el rodaje de Un hombre y una mujer (1966). Claude Lelouch (París, 30 de octubre de 1937) es un cineasta, productor, guionista y actor francés. Filmó su primer largometraje, Le Propre de l homme, en 1960. Su primer gran éxito lo consiguió… …   Wikipedia Español

  • Claude Lelouch — (2006) Claude Lelouch [ˈklod ləˈluʃ] (* 30. Oktober 1937 in Paris) ist ein französischer Filmregisseur, Kameramann, Drehbuchautor, Produzent und Schauspieler. Sein Markenzeichen sind betont ästhetische Kam …   Deutsch Wikipedia

  • Claude Lelouch — Pour les articles homonymes, voir Lelouch. Claude Lelouch …   Wikipédia en Français

  • Claude Lelouch/BO — Liste des bandes originales des films de Claude Lelouch Article principal : Francis Lai. Voici une sélection de bandes originales de Francis Lai pour les films de Claude Lelouch[1] : Film Bandes originales Un homme et une femme, vingt… …   Wikipédia en Français

  • Claude Lelouch — …   Википедия

  • Claude Lelouch/Partenaires — Liste des partenaires de Claude Lelouch Cette page est une annexe de : Claude Lelouch Liste des partenaires de Claude Lelouch Annexe de : Claude Lelouch Voici une liste de compositeurs, et d acteurs (actrices) ayant travaillé aux côtés… …   Wikipédia en Français

  • Liste de collaborateurs de Claude Lelouch — Liste des partenaires de Claude Lelouch Cette page est une annexe de : Claude Lelouch Liste des partenaires de Claude Lelouch Annexe de : Claude Lelouch Voici une liste de compositeurs, et d acteurs (actrices) ayant travaillé aux côtés… …   Wikipédia en Français

  • Liste des partenaires de Claude Lelouch — Cette page est une annexe de : Claude Lelouch Liste des partenaires de Claude Lelouch Annexe de : Claude Lelouch Voici une liste de compositeurs, et d acteurs (actrices) ayant travaillé aux côtés de …   Wikipédia en Français

  • La Bonne année de Claude Lelouch — La Bonne Année La Bonne Année est un film réalisé par Claude Lelouch. Sommaire 1 Synopsis 2 Affiche du film 3 Fiche technique 4 Distribution …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.