Claude Bernard


Claude Bernard
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard.
Claude Bernard
Claude Bernard 5.jpg

Naissance 12 juillet 1813
Saint-Julien (Rhône)
Décès 10 février 1878 (à 64 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de France France
Profession médecin et physiologiste
Autres activités philosophie de la biologie
Compléments
Précurseur de la médecine expérimentale

Claude Bernard, né le 12 juillet 1813 à Saint-Julien (Rhône) et mort le 10 février 1878 à Paris, est un médecin et physiologiste français.

Considéré comme le fondateur de la médecine expérimentale, il a en particulier laissé son nom au syndrome de Claude Bernard-Horner. On lui doit les importantes notions biologiques de milieu intérieur et d’homéostasie.

Sommaire

Biographie

Claude Bernard naquit en 1813 dans le petit village de Saint-Julien en Beaujolais où son père était vigneron. Le curé du village, puis les prêtres du collège Notre-Dame de Mongré de Villefranche-sur-Saône apprirent au jeune Claude Bernard les rudiments du latin et des humanités classiques dont l’étude s’acheva au collège de Thoissey.

À 19 ans, il arriva à Lyon et se plaça comme préparateur chez un pharmacien. Après des études en pharmacie, il tenta une carrière de dramaturge, mais se réorienta vers des études de médecine dont il fut diplômé en 1843 mais où il échoua à l’agrégation l’année suivante. Il a été professeur au Collège de France, à la Sorbonne et enfin au Muséum national d'histoire naturelle. Son grand ami Balzac admirait ses travaux et les suivait avec attention[1]. Il se considérait comme agnostique[2]. Il a consacré sa carrière à la physiologie.

Il confia la garde de son laboratoire au Collège de France à Auguste Tripier, puis plus tard à Paul Bert. Auguste Tripier devint son préparateur dès 1854 et ils publieront ensemble le résultat de leurs travaux.

En 1863, il emménage au 14 rue Saint-Honoré.

Médecine

Il découvrit le rôle de la sécrétion pancréatique dans la digestion des graisses (1848), le rôle du foie dans la sécrétion interne du glucose dans le sang (1848), l’induction du diabète par piqûre au niveau du plancher du 4e ventricule (1849), l’augmentation de la température cutanée après section du nerf sympathique cervical (1851), la libération de sucre par le foie lavé après excision (1855) et l’isolation du glycogène (1857), la spécificité du curare dans la paralysie de jonction neuro-musculaire (1856). Il démontra également que le monoxyde de carbone bloque la respiration dans les érythrocytes (1857).

Concernant l’induction du diabète par piqûre au travers du crâne du plancher du 4e ventricule, sa découverte était l’aboutissement de recherches liées à son hypothèse quant à une origine nerveuse du diabète. Il s’avéra par la suite que l’hyperglycémie provoquée n’était pas durable, et qu’elle était la conséquence de la libération d’adrénaline liée à la stimulation du système sympathique.

Il a créé, à partir de 1850, le concept de milieu intérieur, en faisant de sa constance (homéostasie) la condition de l’affranchissement des organismes évolués par rapport au milieu extérieur.

La Leçon de Claude Bernard (1889) par Léon Lhermitte.

Dans un mémoire posthume sur la fermentation alcoolique, qui sera à l’origine d’une polémique entre Pasteur et Berthelot, il défendit (contre Pasteur) la thèse du « ferment soluble Â», qui sera consacrée par la théorie des enzymes, mais va jusqu’à soutenir que la levure (vivante) est produite par le « ferment soluble Â» (non vivant), ce que les historiens des sciences considèrent comme une régression vers la génération spontanée[3],[4].

Claude Bernard est considéré comme l’un des principaux initiateurs de la démarche expérimentale hypothético-déductive, formalisée souvent (et parfois rigidifiée) dans l’enseignement par « OHERIC Â» pour : Observation - Hypothèse - Expérience - Résultat - Interprétation - Conclusion. C’est d’ailleurs une démarche tronquée par rapport à celle présentée dans la Médecine Expérimentale. Il y manque deux étapes fondamentales :

  • On ne peut pas donner d’hypothèse sans avoir posé le problème à résoudre, puisqu’une hypothèse est une réponse possible à une question suscitée par une observation.
  • L’expérience teste la conséquence vérifiable de l’hypothèse.

Titres et distinctions

Il a été élevé au rang de sénateur du Second Empire en 1869, élu à l’Académie française en 1868 et a reçu la Médaille Copley en 1876. Il était membre étranger de la Royal Society depuis 1864.

L’Université de Lyon I a choisi de porter son nom ainsi qu’un lycée-collège à Villefranche-sur-Saône et un à Paris, un collège à Rouen et deux écoles (à Paris et Casablanca). Les facultés de médecine de Lyon Grange Blanche, Lyon RTH Laënnec et Lyon Nord forment désormais une seule et même faculté: Lyon Est Claude Bernard. Il existe un musée "Claude Bernard" à Chatenay, Saint-Julien-en-Beaujolais, et une clinique Claude Bernard située à Metz, à la rue... Claude Bernard

Citations

  • « Le microbe n’est rien, c’est le terrain qui est tout. Â»
  • « J’ai connu la douleur du savant qui, faute de moyens matériels, ne peut entreprendre de réaliser des expériences qu’il conçoit et est obligé de renoncer à certaines recherches, ou de laisser sa découverte à l’état d’ébauche. Â»
  • « La théorie est l’hypothèse vérifiée après qu’elle a été soumise au contrôle du raisonnement et de la critique. Une théorie, pour rester bonne, doit toujours se modifier avec le progrès de la science et demeurer constamment soumise à la vérification et la critique des faits nouveaux qui apparaissent. Si l’on considérait une théorie comme parfaite, et si on cessait de la vérifier par l’expérience scientifique, elle deviendrait une doctrine. Â»
  • « La vie c’est la mort. L’art est vie, donc mortel. Â»
  • « La fixité du milieu intérieur est la condition d’une vie libre et indépendante. Â»
  • « C’est ce que nous pensons déjà connaître qui nous empêche souvent d’apprendre. Â»
  • « Quand le fait que l’on rencontre ne s’accorde pas avec une théorie régnante, il faut accepter le fait et abandonner la théorie. Â»
  • « Je ne soigne pas l’homme en général, je soigne l’individu en particulier. Â»
  • « L’admission d’un fait sans cause, c’est-à-dire indéterminé dans ses conditions d’existence, n’est ni plus ni moins que la négation de la science. Â»
  • « Le physiologiste n’est pas un homme du monde, c’est un savant, c’est un homme qui est saisi et absorbé par une idée scientifique qu’il poursuit : il n’entend plus les cris des animaux, il ne voit plus le sang qui coule, il ne voit que son idée, et n’aperçoit que des organismes qui lui cachent des phénomènes qu’il veut découvrir. Â»
  • « Je dis au contraire et je le répète à satiété depuis dix ans: la médecine, comme toutes sciences, procède nécessairement par empirisme avant de procéder scientifiquement. Â»
  • « Il serait bien étrange qu’on reconnût que l’homme a le droit de se servir des animaux pour tous les usages de la vie, (...), et qu’on lui défendit de s’en servir pour s’instruire dans une des sciences les plus utiles à l’humanité (...) Je n’admets pas qu’il soit moral d’essayer sur les malades dans les hôpitaux des remèdes plus ou moins dangereux ou actifs sans qu’on les ait préalablement essayé sur des animaux. Â»

Bibliographie

Œuvres de Claude Bernard

  • Œuvres de Claude Bernard sur le projet Gutenberg
  • Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, 1865. (Rééd. Champs, Flammarion, ISBN 2080811371 ) [1]
  • Principes de médecine expérimentale, éd. PUF, 1947
  • Recherches sur une nouvelle fonction du foie considéré comme organe producteur de matière sucré chez l’homme et les animaux, Paris, Martinet, 1853 [2]

Il a donné les résultats de son enseignement dans une suite de publications :

  • Leçons de physiologie expérimentale appliquée à la médecine, 2 tomes, 1855/56 [3]
  • Leçons sur les effets des puissances toxiques et médicamenteuses, 1857
  • Leçons sur la physiologie et la pathologie du système nerveux, 1858
  • Leçons sur les propriétés physiologiques et les altérations pathologiques des différents liquides de l’organisme, 1859
  • Leçons et expériences physiologiques sur la nutrition et le développement, 1860
  • Leçon sur les propriétés des tissus vivants, 1866 [4]
  • Leçons de pathologie expérimentale et lecons sur les propriétés de la moelle épinière, 1872 [5]
  • Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux, 2 tomes, 1878/79 [6]

Il a en outre publié dans la Gazette médicale, dans les Comptes rendus de la Société de biologie et de l’Académie des sciences, dans la Revue des Deux Mondes, des mémoires ou articles sur les usages du pancréas, sur la fonction glycogénique du foie, sur le grand sympathique, sur la chaleur animale sur le cœur, sur la vie, etc. On lui doit aussi un Rapport sur les progrès et la marche de physiologie générale en France (1867).


Études sur Claude Bernard

  • Robert Clarke, Claude Bernard et la médecine expérimentale, Seghers, Paris, 1961
  • Alain Prochiantz, Claude Bernard : la révolution physiologique, PUF, Paris, 1990(ISBN 2130429092)
  • Pierre Lamy, L’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, le naturalisme et le positivisme, F. Alcan, Paris, 1928.
  • Pierre Debray-Ritzen (1992). Claude Bernard ou un nouvel état de l’humaine raison. Albin Michel, Paris, 235 p. (ISBN 2-226-05896-6).
  • Mirko Grmek, "Le Legs de Claude Bernard", Fayard, Paris, 1997.
  • Georges Canguilhem, « Claude Bernard Â», "Études d’histoire et de philosophie des sciences" (1968) 7e rééd. Vrin, Paris, 1990.


Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. ↑ Charles van Deventer, Claude Bernard, ami de Balzac, 1896, Revue Hebdomadaire, 6 septembre 1921.
  2. ↑ Georges Minois, ‘‘L’Église et la science. Histoire d’un malentendu. t. 1, p. 299
  3. ↑ Jean Rostand, La genèse de la vie, Histoire des idées sur la génération des idées spontanées, 1943, tirage de 1946, pp. 171-174
  4. ↑ Patrice Pinet, Pasteur et la philosophie, Paris, 2005, p. 83.

Source partielle

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Claude Bernard Â» dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878  (Wikisource)



Précédé par
Pierre Flourens
Fauteuil 29 de l’Académie française
1868-1878
Suivi par
Ernest Renan

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Claude Bernard de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Claude Bernard — Nacimiento 12 de julio de 1813 Saint Julien …   Wikipedia Español

  • Claude Bernard —     Claude Bernard     † Catholic Encyclopedia ► Claude Bernard     A French ecclesiastic known as the poor priest (le pauvre prêtre), b. at Dijon 23 December, 1588; d. in Paris, 23 March, 1641. His father was a distinguished lawyer, and filled… …   Catholic encyclopedia

  • Claude Bernard — ist der Name folgender Personen: Claude Bernard (Missionar) (1588–1641), französischer Volksmissionar, genannt „Der arme Priester“ Claude Bernard (Physiologe) (1813–1878), französischer Physiologe Claude Bernard (Dichter) (* 1935), französischer… …   Deutsch Wikipedia

  • Claude Bernard — Bernard, Claude Médico francés nacido en 1813. Es considerado el fundador de la medicina experimental y a lo largo de su carrera demostró la participación del páncreas en la digestión de los lípidos y la función glicogénica del hígado,… …   Diccionario médico

  • Claude Bernard — fue un fisiólogo francés, nacido en Saint Julien, 1813 falleció en París, en 1878. Es el máximo representante de la fisiología francesa del s. XIX. Con él, la fisiología pasó de ser una colección de hechos, tal como la interpretara Magendie, a… …   Enciclopedia Universal

  • Claude Bernard — For the 17th century Roman Catholic priest who popularized the Memorare, see Father Claude Bernard. Claude Bernard Claude Bernard …   Wikipedia

  • Claude Bernard — noun French physiologist noted for research on secretions of the alimentary canal and the glycogenic function of the liver (1813 1878) • Syn: ↑Bernard • Instance Hypernyms: ↑physiologist …   Useful english dictionary

  • Claude Bernard — Idea Nunca debemos obsesionarnos excesivamente con la idea que perseguimos …   Diccionario de citas

  • Claude Bernard (Physiologe) — Claude Bernard Claude Bernard (* 12. Juli 1813 in Saint Julien im Département Rhône; † 10. Februar 1878 in Paris) war ein französischer Physiologe. Er entdeckte die Funktion von Bauchspeicheldrüse und Leber bei Verdauungsvorgängen. Als erster… …   Deutsch Wikipedia

  • Claude Bernard, French physiologist —     Claude Bernard     † Catholic Encyclopedia ► Claude Bernard     French physiologist, b. 12 July, 1813 at Saint Julien near Villefranche, France; d. at Paris, 10 February, 1878. His father was the proprietor of a vineyard and his early… …   Catholic encyclopedia


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.