Christine De Suède


Christine De Suède

Christine de Suède

Portrait de Christine de Suède
Médaille à l'effigie de Christine de Suède vers 1680, bronze, 61mm
Christine de Suède en conversation avec René Descartes,
peinture de Pierre Louis Dumesnil.
Sa sépulture de la basilique Saint-Pierre de Rome
Plaque commémorative dans l'église d'Avon

Christine de Suède (Kristina Vasa), née le 18 décembre 1626 à Stockholm, morte le 19 avril 1689 à Rome, reine de Suède de 1632 à 1654. Connue également comme la Reine Christine.

Sommaire

Biographie

Enfant unique de Gustave II Adolphe et de Marie-Éléonore (fille de l'Électeur de Brandebourg Jean III Sigismond de Hohenzollern), elle est élevée comme un garçon. Son père trouve la mort à la bataille de Lützen en 1632, alors qu'elle n'a que six ans. Elle monte alors sur le trône, sous la tutelle du chancelier Axel Oxenstierna, le très compétent « Richelieu » suédois.

Majeure en 1644, la reine Christine s'oppose rapidement au chancelier. Elle met fin à certains conflits armés. La paix de Westphalie, signée en 1648, fait de la Suède, par la possession des deux rives de la Baltique la première puissance nordique. Couronnée en 1650, elle renonce volontairement à son trône en 1654 et abdique en faveur de son cousin le 6 juin  1654. La couronne de Suède quitte alors la Dynastie de Vasa, qui s'éteint avec elle (elle mourut sans enfants).

Après son abdication, elle voyage dans diverses parties de l'Europe, en particulier en Italie. Son séjour en Belgique lui vaudra une réputation de lesbienne.

Cette fille d'un des champions protestants de la guerre de Trente Ans se convertit au catholicisme peu après son abdication, en 1654.

Au noël 1655, elle va à Saint-Pierre de Rome pour sa première communion qu'elle reçoit du pape lui-même. Plus tard il prend du recul vis-à-vis de Christine qui refuse les mœurs d'une catholique dévote.

Elle passe quelque temps en France où elle est soupçonnée du meurtre de Monaldeschi, son écuyer et favori (1657) qui l’aurait trahie en prévenant les Espagnols de sa volonté de prendre le trône de Naples grâce à une alliance avec les Français. Ce qui lui vaudra le surnom de Sémiramis suédoise[1].

Puis elle se fixe à Rome où, en 1674, elle crée l'Accademia reale, équivalente de l'Académie française.

Convertie au catholicisme en 1654 elle se montre cependant émue en 1686 du sort des protestants de France, qui doivent subir la politique des conversions forcées menées par le pouvoir royal. Elle critique plus particulièrement les dragonnades (persécutions diverses, par exemple viols des paysannes protestantes pour faire abjurer les familles). D'esprit très ouvert, féministe avant l'heure, c'est une femme très cultivée et très sportive pour l'époque. Elle écrit des livres et discute avec de nombreux savants dont Blaise Pascal et René Descartes. Elle parle plusieurs langues dont le français, langue de l'élite européenne. Elle fait venir en Suède nombre de personnalités étrangères, ce qui finit par lui attirer les foudres des Suédois.

Tourmentée par le besoin de Dieu, elle devient très croyante et ascète comme Pascal. Elle meurt à Rome en 1689) et son corps repose au Vatican dans les grottes de la basilique Saint-Pierre.

Écrits

Elle a laissé quelques écrits qui ont été pour la plupart recueillis dans les Mémoires de Johann Archenholz, Amsterdam, 1751-1759, 4 volumes in-4.

La Reine Christine de Suède et son chancelier Axel Oxenstierna lancèrent en 1645 le journal Post- och Inrikes Tidningar ou PoITen destiné à permettre aux dirigeants de justifier les levées de fonds alloués au financement de la guerre de 30 ans contre la maison catholique d'Habsbourg et ses alliés. Il était en décembre 2006 le plus ancien journal ayant une édition papier.

Généalogie

Ascendance de Christine de Suède sur trois générations
Christine
de Suède
Père :
Gustave II Adolphe de Suède
Grand-père paternel :
Charles IX de Suède
Père du grand-père paternel :
Gustave Ier Vasa
Mère du grand-père paternel :
Marguerite Lejonhufvud
Grand-mère paternelle :
Christine de Holstein-Gottorp
Père de la grand-mère paternelle :
Adolphe de Holstein-Gottorp
Mère de la grand-mère paternelle :
Christine de Hesse
Mère :
Marie-Éléonore de Brandebourg
Grand-père maternel :
Jean III Sigismond de Brandebourg
Père du grand-père maternel :
Joachim III Frédéric de Brandebourg
Mère du grand-père maternel :
Catherine de Brandebourg-Küstrin
Grand-mère maternelle :
Anne de Prusse
Père de la grand-mère maternelle :
Albert Frédéric de Prusse
Mère de la grand-mère maternelle :
Marie-Éléonore de Clèves

Liens internes


Précédée par Christine de Suède Suivie par
Gustave II Adolphe Reine de Suède
16321654
Armoiries rois Vasa de Suède.svg
Charles X


Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Lucien Bély, « L'éclatant incognito de Christine de Suède », La Société des princes, Fayard, 1999 (ISBN 2213599734)
  • Bernard Quilliet, Christine de Suède, Fayard, 2003 (ISBN 221361542X)
  • Daniel des Brosses, Christine de Suède : La fascinante et scandaleuse reine du Nord, AKR, 2006 (ISBN 978-2913451353)
  • (en) Susanna Akerman, Queen Christina of Sweden and her Circle. The Transformation of a Seventeenth-Century Philosophical Libertine, Brill Academic, Leyde, 1991 ;

Note et référence

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail du XVIIe siècle Portail du XVIIe siècle
  • Portail de la Suède Portail de la Suède
Ce document provient de « Christine de Su%C3%A8de ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Christine De Suède de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Christine de Suede — Christine de Suède Portrait de Christine de Suède …   Wikipédia en Français

  • Christine de suède — Portrait de Christine de Suède …   Wikipédia en Français

  • Christine de Suède — (1626 1689) reine de Suède (1632 1654), fille de Gustave Adolphe. Elle agrandit ses états. Cultivée, éprise d idées nouvelles, elle attira Descartes en Suède (où il mourut). La liberté de ses moeurs fit scandale et elle abdiqua (1654) …   Encyclopédie Universelle

  • Christine de Suède — Portrait de Christine de Suède …   Wikipédia en Français

  • Christine (Schweden) — Christina von Schweden (eigentlich Kristina, nach ihrem Übertritt zum Katholizismus Maria Alexandra) (* 18. Dezember 1626 in Stockholm; † 19. April 1689 in Rom), zweite Tochter des schwedischen Königs Gustav II. Adolf (1594–1632) und dessen… …   Deutsch Wikipedia

  • Christine von Schweden — Christina von Schweden (eigentlich Kristina, nach ihrem Übertritt zum Katholizismus Maria Alexandra) (* 18. Dezember 1626 in Stockholm; † 19. April 1689 in Rom), zweite Tochter des schwedischen Königs Gustav II. Adolf (1594–1632) und dessen… …   Deutsch Wikipedia

  • Christine (prénom) — Pour les articles homonymes, voir Christine. Sommaire 1 Sens et origine du nom 2 Variantes 3 Popularité du nom …   Wikipédia en Français

  • SUÈDE — La Suède est restée plus longtemps que les autres pays scandinaves dépourvue d’histoire écrite. Les temps archaïques, sur lesquels la documentation se limite aux données de l’archéologie, de l’épigraphie runique et de quelques traditions plus ou… …   Encyclopédie Universelle

  • Christine Ohuruogu — Christine Ohuruogu …   Wikipédia en Français

  • Christine Gyllenstierna — Christine Gyllenstierna …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.