Chiffres Arabes


Chiffres Arabes

Chiffres arabes

Numérations selon les cultures
Numération arabo-indienne
arabe
khmer
indienne
mongole
thaï
Numérations à l’origine chinoise
chinoise
japonaise
à bâtons
suzhou
Numérations alphabétiques
arménienne
cyrillique
d'Âryabhata
éthiopienne
hébraïque
grecque
tchouvache
Autres systèmes
attique
brahmi
champs d'urnes
colombienne
égyptienne
étrusque
forestière
inuite
maya
mésopotamienne
romaine
Notations positionnelles par base
Décimal (10)
2, 4, 8, 16, 32, 64
1, 3, 6, 9, 12, 20, 24, 30, 36, 60, plus…


Les chiffres arabes sont les dix chiffres (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 0) et le système d'écriture décimale positionnelle qui les accompagne. Ils sont empruntés par l’Occident médiéval à la civilisation arabo-musulmane, au moment où les mathématiques arabes connaissent leur apogée. Les chiffres arabes ont progressivement remplacé les chiffres romains et se sont graduellement imposés dans le monde entier parce qu’ils permettent une notation très aisée dans le système décimal utilisé en Occident et facilitent les opérations simples sur les grands nombres et les opérations complexes. Ces chiffres ont été inventés par les Indiens puis transmis aux Arabes.

Sommaire

Historique

Deux clercs en compétition pour un calcul, l'un avec une abaque traditionnelle, l'autre avec un algorithme basé sur l'usage des chiffres arabes.

La diffusion des chiffres arabes en Occident est le fait de Gerbert d'Aurillac (940–1003), le futur pape Sylvestre II, qui a étudié au monastère de Vich, en Catalogne, s'initiant aux sciences et techniques islamiques, étudiant les mathématiques et l'astronomie. Il écrit un ouvrage sur la division, Libellus de numerorum divisione, Regulae de divisionibus, où Gerbert invente une méthode de division euclidienne qui sera rapportée par Bernelin de Paris, un de ses élèves ; et un traité concernant les multiplications, Libellus multiplicationum, qui prescrit l'antique multiplication par les doigts (calcul digital). Il est aussi à l'origine d'un abaque, l’abaque de Gerbert où les jetons multiples sont remplacés par un jeton unique portant comme étiquette un chiffre arabe : les sept jetons de la colonne unité sont remplacés par un jeton portant le numéro 7, les trois jetons de la colonne dizaine par un jeton portant le chiffre 3, etc.

Leonardo Pisano, plus connu sous le nom de Fibonacci, fortement influencé par sa vie dans les pays arabes, publie, en 1202, le Liber Abaci (Le Livres des calculs), un traité sur les calculs et la comptabilité fondée sur le calcul décimal. Après Gerbert d’Aurillac, c’est le second ouvrage important de vulgarisation des chiffres arabes en Occident.

Comme beaucoup de solutions simples, utiles et ingénieuses, la diffusion des chiffres arabes se heurte à l'obscurantisme. À Florence (Italie), il est interdit aux marchands d'y avoir recours dans les contrats et les documents officiels[1] puis, en 1299, ils sont partout interdit, y compris dans la comptabilité privée des banquiers et marchands florentins[2]. Tant que les opérations restent simples, l'abaque pour le calcul et les chiffres romains pour la représentations graphique suffisent. À partir de la Renaissance, avec le développement exponentiel du commerce et celui des sciences, en particulier de l'astronomie mais aussi de la balistique, la nécessité d'un système de calcul puissant et rapide s'impose : les chiffres arabes écartent définitivement leurs prédécesseurs romains et leur tracé définitif est attesté dès le XVe siècle.

Étymologie

Le mot chiffre, utilisé d'abord pour signifier le zéro, vient de l'arabe صفر (ṣifr), signifiant « vide » ; 0 vient de la premiere lettre de ce mot arabe. Le mot zéro a le même étymon arabe, mais sous la forme que lui donnaient les Italiens au XVe siècle, soit zefiro puis zero.

Graphies d'origine commune

La graphie des chiffres arabes « occidentaux » diffère de leurs ainés arabes proprement dits et des originaux indiens.

Voici une comparaison rapide entre les tracés actuels des chiffres arabes par rapport aux chiffres que certains pays arabes utilisent aujourd'hui (chiffres hindî) et les chiffres tels que tracés dans plusieurs écritures indiennes.

Comparaison des notations
Comparaison des notations

Les pays du Maghreb utilisent uniquement les tracés modernes, contrairement au pays du Machreq (ou Moyen-Orient) qui utilisent les deux. Ce type de tracé européen a d’ailleurs été probablement inventé au Maghreb, probablement dans al-Andalus.

Le développement des chiffres décimaux dans l'Europe jusqu'au XVIIIe siècle est montré dans l'illustration ci-dessous de J. E. Montucla, qui fut publiée 1758 dans son Histoire de la mathématique :

Comparaison des notations. Pour des explications cliquer sur le document.

Variantes graphiques en écriture manuscrite

  • Les informaticiens représentent parfois le chiffre zéro, « 0 », en le traversant d'une barre oblique, pour éviter la confusion avec la lettre « O », ce qui le rapproche de la lettre danoise « Ø ».
  • Les francophones écrivent très souvent le chiffre « 1 » muni d'une barre courte oblique descendant vers la gauche à partir du sommet. Les anglophones et les francophones d'Amérique du Nord se contentent d'une barre verticale.
  • Les francophones écrivent souvent le chiffre « 7 » muni d'une barre horizontale médiane qui évite la confusion avec leur chiffre « 1 ». Cette barre n'est que très rarement utilisée par les anglophones ou par les francophones d'Amérique du Nord, pour qui ce risque de confusion n'existe pas.

Apices du moyen-âge.PNG

Voir aussi

Notes et références

  1. Sans doute parce qu'il est très facile de rajouter un zéro et faire, par exemple, passer une somme de cent à mille. D’où l’obligation, encore actuelle, d’écrire une somme en chiffres arabes en toutes lettres dans les contrats.
  2. John D. Barrow, Pi in the sky.

Liens externes

Exemples de numérotation « bilingue » selon HR 4 Europe :

Série Alphabet arabe

Phonologie de l'arabe · Histoire de l'alphabet arabe
Écriture de la hamza · Diacritiques de l'alphabet arabe
Adaptations · Numération arabe · Chiffres arabes

  • Portail des mathématiques Portail des mathématiques
Ce document provient de « Chiffres arabes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Chiffres Arabes de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chiffres arabes — ● Chiffres arabes les dix signes de numération décimale : 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 …   Encyclopédie Universelle

  • Chiffres arabes — Article principal : Chiffre. Les chiffres arabes sont les dix chiffres (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 0) et le système d écriture décimale positionnelle qui les accompagne. Ils ont été inventés en Inde, puis empruntés par la civilisation… …   Wikipédia en Français

  • Notation musicale en chiffres arabes — La notation musicale en chiffres arabes (NMCA) est une notation musicale apparue en Europe au XVIe siècle. Système d écriture La NMCA se note de gauche à droite sur une ligne. Les chiffres 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 correspondent respectivement… …   Wikipédia en Français

  • Chiffres — Chiffre Pour les articles homonymes, voir Chiffre (homonymie). Les dix chiffres en écriture décimale positionnelle Un chiffre est un symbole employé pour …   Wikipédia en Français

  • Chiffres grecs — Numération grecque Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Arabes — Pour les articles homonymes, voir Arabe (homonymie). Arabes …   Wikipédia en Français

  • Symbolique des chiffres — Symbolisme des chiffres Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Symbolisme des chiffres — Le symbolisme des chiffres concerne les signes écrits des nombres, en tant que symboles, dans leur capacité à représenter analogiquement, à être interprétés, à porter sens et valeurs (en plus de l aspect pratique ou matériel). On entre dans l… …   Wikipédia en Français

  • Notation musicale avec les chiffres — Notation musicale en chiffres arabes La notation musicale en chiffres arabes (NMCA) est une notation musicale apparue en Europe au XVIe siècle. Système d écriture La NMCA se note de gauche à droite sur une ligne. Les chiffres 1, 2, 3, 4, 5,… …   Wikipédia en Français

  • Dirham Des Émirats Arabes Unis — Unité monétaire moderne actuelle dirham émirati Pays officiellement utilisateur(s) …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.