Chevaliers porte-glaives


Chevaliers porte-glaives

Chevaliers Porte-Glaive

Les Chevaliers Porte-Glaive ou Frères de l'Épée (en latin : Fratres Militiae Christi, « frères de l'armée du Christ », en allemand : Schwertbrüder) sont un ordre militaire organisé en 1202 par Albert de Buxhoeveden, évêque de Livonie, et composé de « moines guerriers » germaniques dans le but de christianiser les populations baltes. Leur règle se fonde principalement sur celle des Templiers. Ils sont connus également sous le nom de Milice du Christ de Livonie ou simplement d'Ordre livonien. Les membres de cet ordre portaient une robe de serge blanche avec la chape noire, deux glaives rouges croisés de noir étaient brodés sur la poitrine, et un autre à l'épaule gauche.

Des Porte-Glaives.
La confédération de Livonie en 1260

Sommaire

Création

L'ordre, déjà maître d'une partie de la Livonie, entreprit en 1216 la conquête de l'Estonie, qu'il soumit entièrement en 1223.
Albert, évêque de Rīga (ou Prince-Évêque de Livonie), fonda cette confrérie pour l'aider à convertir les païens de Courlande, de Livonie, du Zemgale et de Latgalie le long du golfe de Rīga, mais bien vite l'ordre eut tendance à ignorer la suzeraineté toute théorique des évêques. Il s'appela d'abord Ordre des Frères de l'armée du Christ. Le premier grand-maître fut Winno de Rohrbach.

En 1218, Albert demanda son assistance au roi du Danemark Valdemar II, mais Valdemar au lieu de cela s'entendit avec la confrérie et conquit le Nord de l'Estonie.

Organisation

Les quartiers généraux de la confrérie étaient à Viljandi (Fellin) en Estonie, où les murs du château du Grand-Maître subsistent encore. D'autres places fortes se trouvaient à Cēsis (Wenden), Sigulda (Segewold) et Aizkraukle (Ascheraden). Les commandeurs de Viljandi, de Kuldīga (Goldingen), d’Alūksne (Marienburg), de Tallinn (Reval), et le bailli de Paide (Weissenstein) formaient un Conseil de cinq membres autour du maître de l'Ordre.

Intégration aux chevaliers Teutoniques

Les Frères furent pratiquement annihilés par les Lituaniens et les Semigalliens à la bataille de Šiauliai en 1236. En conséquence, la confrérie fut incorporée l'année suivante à l'ordre des Chevaliers teutoniques. À partir de ce moment, ils furent sur tous les points (règle, habillement et activité) une branche autonome de l'Ordre teutonique, avec leur propre Maître (qui était sujet de jure du Grand-Maître de l'Ordre teutonique). Entre 1237 et 1290, ils conquirent en totalité la Courlande, la Livonie et la Semigallie. En 1346, l'Ordre acheta le reste de l'Estonie au roi du Danemark Valdemar IV.

L'ordre teutonique sombra dans le déclin après sa défaite à la bataille de Grunwald en 1410 puis la sécularisation de ses territoires prussiens par Albert de Prusse en 1525, mais l'Ordre de Livonie parvint à maintenir une existence indépendante. Pendant la guerre de Livonie, cependant, ils souffrirent de la défaite décisive que leur infligèrent les troupes de la Russie moscovite à la bataille d'Ergeme en 1560. L'ordre de Livonie chercha alors une protection auprès du roi Sigismond II Auguste, qui était intervenu au cours d'une guerre entre l'évêque Guillaume de Rīga et les Frères en 1557.

Après être parvenu à un accord avec le roi polonais et ses représentants (particulièrement Mikołaj « Czarny » Radziwiłł), le cinquantième et dernier grand-maître, Gotthard Kettler, sécularisa l'ordre et se convertit au luthéranisme. Dans la partie méridionale des domaines appartenant aux Frères, il créa pour sa famille le duché de Courlande et de Semigallie. Cette création fut possible grâce au Pacte de Wilno, le 28 novembre 1561, qui décida aussi de la cession de territoires au royaume polono-lithuanien[réf. nécessaire] de Sigismond II Auguste, et du Nord de l'Estonie au Danemark et à la Suède.

Grands-maîtres de l'Ordre de Livonie

  • Wenno (von Rohrbach ?) 1204–1209
  • Volquin (von Naumburg ?) 1209–1236

Maître de Livonie (au sein de l'Ordre teutonique)

  • Hermann Balk 1237–1238
  • Dietrich von Grüningen 1238–1242
  • Dietrich von Grüningen 1244–1246
  • Andreas von Stierland 1248–1253
  • Anno von Sangershausen 1253–1256
  • Burchard von Hornhausen 1256–1260
  • Werner von Breithausen 1261–1263
  • Konrad von Mandern 1263–1266
  • Otto von Lutterberg 1266–1270
  • Walther von Nortecken 1270–1273
  • Ernst von Rassburg 1273–1279
  • Konrad von Feuchtwangen 1279–1281
  • Wilken von Endorp 1281–1287
  • Konrad von Herzogenstein 1288–1290
  • Halt von Hohembach –1293
  • Heinrich von Dinkelaghe 1295–1296
  • Bruno 1296–1298
  • Gottfried von Rogga 1298–1307
  • Conrad von Jocke 1309–1322
  • Johannes Ungenade 1322–1324
  • Reimar Hane 1324–1328
  • Everhard von Monheim 1328–1340
  • Burchard von Dreileben 1340–1345
  • Goswin von Hercke 1345–1359
  • Arnold von Vietinghof 1359–1364
  • Wilhelm von Vrymersheim 1364–1385
  • R. von Eltz 1385–1389
  • Wennemar Hasenkamp von Brüggeneye 1389–1401
  • Konrad von Vietinghof 1401–1413
  • Diderick Tork 1413–1415
  • Siegfried Lander von Spanheim 1415–1424
  • Zisse von Rutenberg 1424–1433
  • Franco Kerskorff 1433–1435
  • Heinrich von Bockenvorde 1435–1437
  • H. Vinke von Overbergen 1438–1450
  • Johann Osthoff von Mengede 1450–1469
  • Johann Wolthuss von Herse 1470–1471
  • Bernd von der Borch 1471–1483
  • Johann Fridach von Loringhofe 1483–1494
  • Walter de Plettenberg 1494–1495

Grand-maître des Chevaliers Porte-Glaive

Voir aussi

Commons-logo.svg

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail du Moyen Âge Portail du Moyen Âge
  • Portail du christianisme Portail du christianisme
  • Portail des croisades Portail des croisades(croisades baltes)
Ce document provient de « Chevaliers Porte-Glaive ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Chevaliers porte-glaives de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chevaliers porte-glaive — Les Chevaliers Porte Glaive ou Frères de l Épée (en latin : Fratres Militiae Christi, « frères de l armée du Christ », en allemand : Schwertbrüder) sont un ordre militaire organisé en 1202 par Albert de Buxhoeveden, évêque de… …   Wikipédia en Français

  • Chevaliers Porte-Glaive — Pour les articles homonymes, voir Ordre de l épée (homonymie). Les Chevaliers Porte Glaive ou Frères de l Épée (en latin : Fratres Militiae Christi, « frères de l armée du Christ », en allemand : Schwertbrüder) sont un ordre… …   Wikipédia en Français

  • porte-glaive — [ pɔrtəglɛv ] n. m. • 1740; de 1. porter et glaive 1 ♦ Rare Celui qui porte un glaive. Des porte glaives. Spécialt Chevaliers porte glaive : ordre militaire de chevaliers fondé en 1204. 2 ♦ Cour. Xiphophore, poisson d ornement. ● porte glaive,… …   Encyclopédie Universelle

  • porte-glaive — (por te glè v ) s. m. Membre d un ordre qui portait aussi le nom d ordre de chevaliers de Livonie. •   La croisade des religieux chevavaliers porte glaives doit aller à 100 000 morts, VOLT. Philos. Déf. de Bolingbr. XLII …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Histoire de la Lettonie — Peuples fenniques Peuples baltes Âge des Vikings Croisades baltes Chevaliers Porte Glaive Livonie Confédération livonienne Guerre de Livonie Duché de Courlande Empire colonial courlandais Gouvernement de Livonie Gouvernement de …   Wikipédia en Français

  • Histoire De La Courlande — Cet article résumé l histoire de la Courlande. La Courlande est une région de la Lettonie. Elle recouvrait le Zemgale et le Kurzeme actuels. C est sous la forme du duché de Courlande (1561–1795) que cette région est la plus connue, car elle était …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la Courlande — Cet article résumé l histoire de la Courlande. La Courlande est une région de la Lettonie. Elle recouvrait le Zemgale et le Kurzeme actuels. C est sous la forme du duché de Courlande (1561–1795) que cette région est la plus connue, car elle était …   Wikipédia en Français

  • Histoire de la Lituanie — La Lituanie de Mindaugas à nos jours. L histoire de la Lituanie commence véritablement avec l unification des tribus lituaniennes païennes par Mindaugas, au milieu du XIIIe siècle, en vue de lutter contre les chevaliers teutoniques et les… …   Wikipédia en Français

  • Ordre Teutonique — Demande de traduction Deutscher Orden → …   Wikipédia en Français

  • teutonique — [ tøtɔnik ] adj. • teuthonique 1489; n. 1512; lat. teutonicus ♦ Hist. Qui appartient au pays des anciens Teutons, à la Germanie. Ordre teutonique, des chevaliers teutoniques : ordre de chevalerie fondé en 1128, disparu au XVI e s. après sa… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.