Charles Tillon


Charles Tillon
Charles Tillon

Parlementaire français
Date de naissance 3 juillet 1897
Date de décès 13 janvier 1993
Mandat Député 1936-1940
puis 1945-1955
Circonscription Seine
Groupe parlementaire PCF
IIIe république-IVe république

Charles Tillon (3 juillet 1897 à Rennes en France - 13 janvier 1993 à Marseille en France) était un député, un membre du comité central et un membre du bureau politique du parti communiste français.

Il prit part à la Résistance pendant la guerre, en tant que fondateur et commandant en chef des FTPF.

Sommaire

Biographie

Ajusteur à l'arsenal de Brest avant la Première Guerre mondiale, il s'engage dans la marine en 1916 et embarque comme matelot mécanicien sur le croiseur Guichen. En février 1919, le croiseur était mouillé en rade d'Itéa (Grèce). Il n'a donc pas pu être impliqué directement dans les mutineries de la mer Noire, où il n'a d'ailleurs jamais « mis les pieds... Â» . Le 25 mai, pour des raisons liées à la dureté du commandant du Guichen, le capitaine de frégate Sémichon, alors que le croiseur est de retour à Itéa après avoir transporté des tirailleurs sénégalais depuis Tarente, il se rebelle et entraîne avec lui l'équipage qui refuse d'obéir à ses officiers. La mutinerie est rapidement matée et il est condamné à cinq ans de bagne. Envoyé au Maroc, il est assez rapidement rapatrié pour raisons sanitaires (asthme) et peu après amnistié suite à la campagne menée en faveur des mutins de la mer Noire. Il faut noter qu'il ne faisait partie à ce moment d'aucun mouvement révolutionnaire ou de sympathie pour le bolchevisme et que c'est de sa propre initiative qu'il avait provoqué une mutinerie à bord du Guichen.

Il travaille comme ajusteur dans un atelier à Nantes, adhère au Parti communiste français en 1921. Adhérent de la CGT, il soutient en 1923 la scission de la CGTU, dont il devient un permanent dès 1924 (il sera élu au bureau confédéral en 1931). En 1925, il est très actif lors de la grève des pêcheurs et des sardinières de Douarnenez, les « Penn-Sardins Â». Entre 1924 et 1935, il est condamné à plusieurs peines de prison (grèves, outrages à commissaires).

Sa carrière politique commence en 1932, quand il entre au Comité central du PCF et est désigné comme suppléant au Bureau politique ; en 1936, il est élu député d'Aubervilliers.

  • 1939 : en mission politico-humanitaire à Alicante et Valence en avril, pour tenter de rapatrier les derniers combattants républicains. À l’exception d'un vieux cargo : Le Lezardrieux, les navires promis par France-Navigation, propriété du PCF, sont absents. Il reste auprès de ses compagnons et se trouve placé aux arrêts au Consulat de France avec le Consul. Il obtiendra un sauf-conduit en qualité de député.
  • 1940 : 17 juin - Il est condamné par contumace à cinq ans de prison, pour «  reconstitution de ligue dissoute Â». Alors que l'URSS est liée à l'Allemagne par le pacte germano-soviétique, Tillon, après avoir entendu à la radio le discours de Pétain demandant de « cesser le combat Â», rédige à Bordeaux un tract qu'il signe au nom du "Parti communiste" et qui, après la guerre, a pu être présenté, sous le nom d'appel du 17 juin 1940, comme un véritable " Appel" à la résistance au fascisme hitlérien, mais qui, selon Yves Santamaria, n'est que « modérément décalé par rapport aux analyses kominterniennes Â», dénonce la guerre comme impérialiste et rejette l'alliance avec l'Angleterre[1]. Pour leur part, Jean-Pierre Besse et Claude Pennetier sont sensibles à la différence de ton entre ce tract, offensif envers l'hitlérisme, et les comportements plus ambigus à la même période d'autres membres de la direction du parti (dont Jacques Duclos). Le tract de Charles Tillon leur semble symptomatique de la pensée d'un dirigeant proche des milieux syndicalistes, davantage en prise avec la classe ouvrière, et qui ne s'est rendu qu'une fois (en 1931) en Union soviétique[2]. Il y affirme avec conviction que « le peuple français ne veut pas de l'esclavage, de la misère, du fascisme, pas plus qu'il n'a voulu de la guerre des capitalistes. Il est le nombre. Uni, il sera la force Â». « Peuple des usines, des champs, des magasins et des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins, aviateurs encore sous les armes, unissez-vous dans l'action Â». Il publiera un second texte le 18 juillet, invitant « Ã  l'union pour chasser à la fois les capitalistes, leur tourbe de valets et de traîtes, et les envahisseurs. Â»

En octobre, il reprend contact avec Benoît Frachon et il est question qu'il entre à la direction du Parti. En décembre, il participe aux règles de sécurité de la clandestinité.

  • 1941 : il crée le journal France d'abord (dont la première édition paraitra en septembre). Il crée et prend la direction du Comité militaire national, (CMN), au mois d'octobre, État-major point de départ à la naissance des Francs Tireurs et Partisans (FTP), constitué pour une grande partie de "MOI", (Main d'Oeuvre Immigrée), ainsi que des " Bataillons de la jeunesse " et de l'OS. Il intègre avec Jacques Duclos et Benoît Frachon le secrétariat clandestin du PCF.
  • 1944 : 10 août - Le CMN des FTP lance un appel au soulèvement de Paris.
  • 1944-1947 : réélu député d'Aubervilliers - Maire d'Aubervilliers[3] - Après la libération de Paris il est successivement Ministre de l'air, de l'armement et de la reconstruction. Au ministère de l'Air il a dans son cabinet Marcel Valtat qu'il envoie en Allemagne pour essayer de faire venir Werner von Braun, en France.
  • 1968 : Les Printemps de Paris et de Prague l'obligent à retourner au combat avec d'importantes personnalités.
  • 1993 : Décès, Charles Tillon est inhumé à Rennes.

Fonctions gouvernementales

Bibliographie

  • Tillon Charles, La révolte vient de loin, Paris,1969
  • Tillon Charles, Un « procès de Moscou Â» à Paris, Seuil, Paris, 1971, 198 p.
  • Tillon Charles, On chantait rouge, Robert Laffont, Paris, 1977, 581 p.
  • Tillon Charles, Le laboureur et la République, Fayard, Paris, 1983
  • Tillon Charles, Les FTP soldats sans uniforme, Ouest France, 1991
  • "Désenchaîner l'espérance", interview de Charles Tillon, in revue "Bretagnes" n° 8, p. 7-19, Morlaix, 1978.

Notes et références

  1. ↑ Yves Santamaria, « L'appel du 17 juin de Charles Tillon Â», dans Max Lagarrigue (dir.), 1940, La France du repli. L'Europe de la défaite, Toulouse, Privat, 2001, p. 331. Cité par Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, L'affaire Guy Môquet. Enquête sur une mystification officielle, Larousse, 2009, p. 76.
  2. ↑ Jean-Pierre Besse et Claude Pennetier, Juin 40, la négociation secrète, éd. de l'Atelier, 2006, p. 157-159
  3. ↑ Sur l'arrivée à la mairie d'Aubervilliers, lire : Aubervilliers, 27 août 1944 - Parti Communiste - Section d'Aubervilliers

Voir aussi

Lien externe

Liens internes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Charles Tillon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Charles Tillon — (3 July 1897, Rennes 13 January 1993, Marseilles) was a French politician. Biography Charles Tillon in 1951. Tillon was born in Rennes in the Ille et Vilaine département. When he was mobilized in 1916 with the French navy, he was one of the… …   Wikipedia

  • TILLON (C.) — Charles TILLON 1897 1993 “Un homme libre, un grand et beau caractère”: en saluant par ces mots, en Conseil des ministres, le 13 janvier 1993, la mémoire de Charles Tillon, disparu quelques heures auparavant, le président de la République… …   Encyclopédie Universelle

  • Charles de Gaulle — This article is about the French statesman. For other uses, see Charles de Gaulle (disambiguation). Charles De Gaulle President of the French Republic Co Prince of Andorra In office 8 January 195 …   Wikipedia

  • Tillon, Charles — (1897 1993)    political figure    Born in Rennes, Charles Tillon was the organizer with André marty of the mutiny in 1919 of the French fleet in the Black Sea. Amnestied in 1922, he joined the French communist party the same year and later… …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Tillon —   [ti jɔ̃], Charles, französischer Politiker, * Rennes 3. 7. 1897, ✝ Marseille 13. 1. 1993; Metallarbeiter, dann Seemann, führte die Meuterei der 1919 im Schwarzen Meer gegen das bolschewistische Russland eingesetzten französischen Kriegsflotte… …   Universal-Lexikon

  • Gouvernement charles de gaulle (2) — Régime Gouvernement provisoire de la République française Président du Conseil Charles de Gaulle Début 21 novembre  …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Charles de Gaulle (2) — Régime Gouvernement provisoire de la République française Président du Conseil Charles de Gaulle Début 21 novembre 1945 Fin 20 janvier 1946 Durée …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement Charles de Gaulle (1) — Régime Gouvernement provisoire de la République française Président du Conseil Charles de Gaulle Début 10 septembre 1944 Fin 2 novembre 1945 Duré …   Wikipédia en Français

  • Gouvernement charles de gaulle (1) — Régime Gouvernement provisoire de la République française Président du Conseil Charles de Gaulle Début 10 septembre  …   Wikipédia en Français

  • Histoire Du Parti Communiste Français — Fondé en 1920 d une scission de la SFIO au Congrès de Tours, le Parti communiste français, appelé à ses débuts SFIC (Section française de l Internationale communiste), puis PCF à partir de la Libération, connaît son maximum d influence au… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.