Charles Ferdinand Ramuz

ÔĽŅ
Charles Ferdinand Ramuz

Charles Ferdinand Ramuz

Charles Ferdinand Ramuz
Ramuz.png
Activité(s) écrivain, poète
Naissance 24 septembre 1878
Lausanne, Suisse Suisse
D√©c√®s 23 mai 1947
Lausanne, Suisse Suisse
Langue d'écriture française
Genre(s) roman, poésie

Charles Ferdinand Ramuz (24 septembre 1878 - 23 mai 1947), √©crivain et po√®te suisse n√© et mort √† Lausanne, dans le canton de Vaud, en Suisse.

Sommaire

Biographie

Les années de jeunesse

Né le 24 septembre 1878, Ramuz effectue toutes ses études dans le Canton de Vaud. Il obtient son baccalauréat en 1895 et entreprend une licence en lettres classiques, qu'il obtient en 1901. Immédiatement après, il enseigne au collège d'Aubonne, localité située dans une région viticole de son canton. En 1902, il se rend à Paris afin de préparer, à la Sorbonne, une thèse de doctorat (sur Maurice de Guérin) qu'il abandonne bien vite pour se consacrer à l'écriture.

Les années parisiennes

Durant plus de dix ans, Ramuz partage alors son temps entre la Suisse romande et Paris o√Ļ il est introduit dans le salon d'Edouard Rod. C'est du reste par l'interm√©diaire de ce dernier que l'√©crivain parvient √† publier son premier roman, Aline (1905), √† Paris, aux √©ditions Perrin. Il avait pr√©c√©demment publi√© chez Eggimann, √† Gen√®ve, un recueil de po√©sie √† compte d'auteur intitul√© Le Petit Village (1903). Durant ses ann√©es ¬ę parisiennes ¬Ľ, Ramuz a publi√© cinq romans, chez diff√©rents √©diteurs de la capitale (Perrin, Fayard, Ollendorff). Peu apr√®s la naissance de sa fille, et quelques semaines √† peine avant le d√©but de la Premi√®re Guerre mondiale, il d√©cide de rentrer en Suisse, o√Ļ il reste jusqu'√† sa mort.

Paris offre l'occasion √† Ramuz de fr√©quenter de nombreux √©crivains et artistes, suisses ou fran√ßais : il partage un temps un logement avec Charles-Albert Cingria, rencontre le peintre Ren√© Auberjonois avec qui il se lie d'amiti√© ; il y retrouve Henry Spiess et Adrien Bovy, et il y fait √©galement la connaissance des fr√®res Tharaud et d'Andr√© Gide.

Le temps des Cahiers vaudois

À son retour en Suisse, il devient le fer de lance des Cahiers vaudois que viennent de fonder à Lausanne ses amis Edmond Gilliard et Paul Budry sur le modèle des Cahiers de la quinzaine de Charles Péguy. Ramuz en signe la manifeste, Raison d'être (1914), et y publie de nombreux volumes, dont Adieu à beaucoup de personnages et autres morceaux (1914), Les Signes parmi nous (1919) et le texte de l'Histoire du soldat dont Igor Stravinski a composé la musique et qui n'a connu jusqu'alors qu'une seule représentation, à Lausanne, en 1918. Le contexte de l'immédiat après-guerre, le renchérissement, auront raison des Cahiers vaudois, et Ramuz, qui y publie alors tous ses livres, se retrouve sans structure éditoriale.

Grasset

Apr√®s une p√©riode difficile, aussi bien sur le plan financier que sur le plan artistique, qui voit notamment Ramuz ¬ę fabriquer ¬Ľ ses livres lui-m√™me, comme il le dit, il signe en 1924 un contrat aux √©ditions Grasset, o√Ļ il est en contact avec l'√©crivain Henry Poulaille. Il publie alors la plupart de ses livres en deux temps, √† Lausanne d'abord, chez Mermod, √©diteur et m√©c√®ne, puis √† Paris, chez Grasset. C'est alors le temps de la cons√©cration. Si ses livres ne sont pas √† proprement parler des succ√®s de librairie, il obtient la reconnaissance de ses pairs, mais son style fait pol√©mique. En effet, il n'h√©site pas √† malmener la syntaxe pour trouver une langue expressive, qu'il oppose √† la langue morte des grammairiens. On lui reproche de ¬ę mal √©crire ¬Ľ, et de mal √©crire ¬ę expr√®s ¬Ľ. La pol√©mique est engag√©e. Partisans et d√©tracteurs de l'√©crivain s'expriment notamment dans un ouvrage collectif dirig√© par Henry Poulaille et portant le titre explicite de : Pour ou contre C. F. Ramuz (1926). L'√©crivain r√©agit √† son tour en publiant en 1929 son fameux plaidoyer intitul√© Lettre √† Bernard Grasset. Courtis√© par Jean Paulhan qui souhaite le voir int√©grer la maison Gallimard, Ramuz reste fid√®le √† Grasset, mais donne toutefois quelques textes √† la Nouvelle Revue fran√ßaise. La Deuxi√®me Guerre mondiale coupe un peu plus Ramuz de Paris, et √† la fin de la guerre, l'√©crivain, souffrant, ne parvient pas √† revenir sur le devant de la sc√®ne, notamment occup√© par une nouvelle g√©n√©ration d'√©crivains issus de la R√©sistance.

Repères chronologiques

  • 1878 Naissance √† Lausanne, le 24 septembre
  • 1895 Examen de maturit√©. S√©jour de six mois √† Karlsruhe
  • 1901 Obtient sa licence √®s lettres √† l'Universit√© de Lausanne
  • 1903 Publication de son premier recueil de po√®mes : Le Petit Village
  • 1903-1904 Pr√©cepteur √† Weimar, chez le comte russe Maurice Prozor
  • 1904-1914 Partage son temps entre la Suisse romande et Paris
  • 1905 Publication de son premier roman : Aline
  • 1913 Mariage avec C√©cile Cellier, peintre
  • 1913 Naissance de sa fille unique, Marianne
  • 1914 Retour d√©finitif en Suisse
  • 1914 Publication de Raison d'√™tre, num√©ro inaugural des Cahiers Vaudois
  • 1915 Se lie d'amiti√© avec Igor Stravinski par l'entremise d'Ernest Ansermet.
  • 1918 Premi√®re repr√©sentation de l'Histoire du soldat, dont la musique est compos√©e par Igor Stravinski
  • 1924 Entr√©e aux √©ditions Grasset, avec la r√©√©dition du roman La Gu√©rison des maladies
  • 1925/1926 Publication du roman La grande peur dans la montagne
  • 1929 Pour r√©pondre aux critiques puristes que soul√®ve sa mani√®re d'√©crire, il r√©dige un important plaidoyer pro domo qui, sous le titre de "Lettre √† Bernard Grasset", para√ģt dans la r√©√©dition du recueil Salutation paysanne et autres morceaux (1re √©d. 1921)
  • 1929 Fonde √† Lausanne, avec l'aide de Gustave Roud et d' Henry-Louis Mermod l'hebdomadaire Aujourd'hui
  • 1934 Publication du roman Derborence
  • 1937 En Suisse, vaste pol√©mique autour de la "Lettre" √† la revue Esprit dans laquelle l'√©crivain nie l'existence d'une "entit√© spirituelle suisse"
  • 1940-1941 A l'initiative d'Henry-Louis Mermod, son √©diteur lausannois, Ramuz reprend une √† une toutes ses Ňďuvres, les relit, les modifie, en vue de la publication de ses Ňíuvres compl√®tes en 20 volumes. 3 volumes s'y ajouteront apr√®s sa mort.
  • 1947 Mort de C. F. Ramuz, le 23 mai, √† Pully

Ňíuvres

Flirtant au d√©but de sa carri√®re avec le mouvement r√©gionaliste, qui fleurit alors aussi bien en France qu'en Suisse romande, Ramuz prend ses distance en 1914, avec la publication de Raison d'√™tre. S'il continue √† prendre ses sujets dans un monde paysan √† bien des √©gards archa√Įque, et fid√®le √† son principe selon lequel on peut atteindre √† l'universel par le biais de l'extr√™mement particulier, il d√©veloppe alors une langue expressive et novatrice, salu√©e notamment par Paul Claudel et Louis-Ferdinand C√©line. Par ailleurs, 1914 marque aussi la fin des romans organis√©s autour d'un personnage, Ramuz leur pr√©f√©rant dor√©navant des communaut√©s. Son Ňďuvre, travaill√©e par le souci constant d'atteindre au g√©n√©ral par la description du particulier, essentiellement tragique, questionne les genres. Ramuz remet notamment en question le cadre traditionnel du roman en le rapprochant de la po√©sie, participe √† la r√©√©mergence de l'essai dans l'entre-deux-guerres, et √©crit aussi bien des nouvelles que des "morceaux" lyriques ou m√©tapo√©tiques.

Son Ňďuvre comprend vingt-deux romans, parmi lesquels La Grande Peur dans la montagne (1925/1926), La Beaut√© sur la terre (1927) et Derborence (1934), plusieurs recueils de proses br√®ves (notamment Adieu √† beaucoup de personnages et autres morceaux (1914), Salutation paysanne et autres morceaux (1921) et Nouvelles (1946)), des essais (on retiendra notamment, outre les manifestes esth√©tiques que sont Raison d'√™tre (1914) et la "Lettre √† Bernard Grasset" (1929), ses trois essais politiques : Taille de l'homme (1932), Question (1935) et Besoin de grandeur (1937)), de la po√©sie, des textes autobiographiques (Paris, notes d'un vaudois (1937) et D√©couverte du monde (1939)), un important journal, ainsi que l'inclassable Histoire du soldat (1920).

En 2005, La Pléiade a publié les romans de Ramuz en deux volumes. Cette même année, les éditions Slatkine, à Genève, entreprennent une publication critique des Oeuvres complètes de l'écrivain. L'ensemble devrait comprendre une trentaine de volumes.

Le rapport à la langue française

Dans sa Lettre √† Bernard Grasset de 1929, Ramuz pr√©cise son rapport avec la Suisse romande : ‚Äú Mon pays a toujours parl√© fran√ßais, et, si on veut, ce n‚Äôest que ‚Äúson‚ÄĚ fran√ßais, mais il le parle de plein droit (...) parce c‚Äôest sa langue maternelle, qu‚Äôil n‚Äôa pas besoin de l‚Äôapprendre, qu‚Äôil le tire d‚Äôune chair vivante dans chacun de ceux qui y naissent √† chaque heure, chaque jour.(...) Mais en m√™me temps, √©tant s√©par√© de la France politique par une fronti√®re, il s‚Äôest trouv√© demeurer √©tranger √† un certain fran√ßais commun qui s‚Äôy √©tait constitu√© au cours du temps. Et mon pays a eu deux langues: une qu‚Äôil lui fallait apprendre, l‚Äôautre dont il se servait par droit de naissance; il a continu√© √† parler sa langue en m√™me temps qu‚Äôil s‚Äôeffor√ßait d‚Äô√©crire ce qu‚Äôon appelle chez nous, √† l‚Äô√©cole, le ‚Äú bon fran√ßais ‚ÄĚ, et ce qui est en effet le bon fran√ßais pour elle, comme une marchandise dont elle a le monopole. ‚ÄĚ. Ramuz √©carte l‚Äôid√©e que son pays soit une province de France et dit le sens de son Ňďuvre en fran√ßais: ‚Äú Je me rappelle l‚Äôinqui√©tude qui s‚Äô√©tait empar√©e de moi en voyant combien ce fameux ‚Äú bon fran√ßais ‚ÄĚ, qui √©tait notre langue √©crite, √©tait incapable de nous exprimer et de m‚Äôexprimer. Je voyais partout autour de moi que, parce qu‚Äôil √©tait pour nous une langue apprise (et en d√©finitive une langue morte), il y avait en lui comme un principe d‚Äôinterruption, qui faisait que l‚Äôimpression, au lieu de se transmettre telle quelle fid√®lement jusqu‚Äô√† sa forme ext√©rieure, allait se d√©perdant en route, comme par manque de courant, finissant par se nier elle-m√™me (...) Je me souviens que je m‚Äô√©tais dit timidement: peut-√™tre qu‚Äôon pourrait essayer de ne plus traduire. L‚Äôhomme qui s‚Äôexprime vraiment ne traduit pas. Il laisse le mouvement se faire en lui jusqu‚Äô√† son terme, laissant ce m√™me mouvement grouper les mots √† sa fa√ßon. L‚Äôhomme qui parle n‚Äôa pas le temps de traduire (...) Nous avions deux langues: une qui passait pour ‚Äú la bonne ‚ÄĚ, mais dont nous nous servions mal parce qu‚Äôelle n‚Äô√©tait pas √† nous, l‚Äôautre qui √©tait soi-disant pleine de fautes, mais dont nous nous servions bien parce qu‚Äôelle √©tait √† nous. Or, l‚Äô√©motion que je ressens, je la dois aux choses d‚Äôici... ‚Äú Si j‚Äô√©crivais ce langage parl√©, si j‚Äô√©crivais notre langage...‚ÄĚ C‚Äôest ce que j‚Äôai essay√© de faire...‚ÄĚ (Lettre √† Bernard Grasset (cit√©e dans sa version pr√©originale parue en 1928 sous le titre Lettre √† un √©diteur ) in Six Cahiers, n¬į2, Lausanne, novembre 1928).

Bibliographie

  • 1903 Le Petit Village (po√®mes), Gen√®ve, Ch. Eggimann & Cie.
  • 1904 ¬ę Cinq po√®mes en prose ¬Ľ et ¬ę Le Lac ¬Ľ, dans le recueil collectif Les P√©nates d'argile, Gen√®ve, Ch. Eggimann & Cie.
  • 1905 Aline, Paris : Librairie Acad√©mique Didier, Perrin & Cie; Lausanne : Payot & Cie.
  • 1906 La Grande Guerre du Sondrebond, Gen√®ve : A. Jullien.
  • 1907 Les Circonstances de la vie, Paris : Librairie Acad√©mique Perrin & Cie; Lausanne : Payot & Cie.
  • 1908 Le Village dans la montagne, Lausanne : Payot & Cie.
  • 1908 Jean-Luc pers√©cut√©, Paris : Librairie Acad√©mique Perrin & Cie; Lausanne : Payot & Cie.
  • 1910 Nouvelles et Morceaux, Lausanne : Payot & Cie.
  • 1911 Aim√© Pache, peintre vaudois, Paris : Arth√®me Fayard; Lausanne : Payot &Cie.
  • 1913 Vie de Samuel Belet, Paris : Librairie Ollendorf; Lausanne : Payot & Cie.
  • 1914 :
    • Raison d‚Äô√™tre, Lausanne : C. Tarin (Cahiers vaudois).
    • Adieu √† beaucoup de personnages et autres morceaux, Lausanne : Editions des Cahiers vaudois.
    • ¬ę L‚ÄôExemple de C√©zanne ¬Ľ, dans le Cahier vaudois intitul√© Par le pays
    • Chansons, Lausanne : C. Tarin (Cahiers vaudois).
  • 1915 La Guerre dans le Haut-Pays, Lausanne : C. Tarin (Cahiers vaudois).
  • 1917 :
    • Le R√®gne de l'esprit malin, Lausanne : Les Cahiers vaudois.
    • Le Grand Printemps, Lausanne : Les Cahiers vaudois.
    • La Gu√©rison des maladies Lausanne : Editions des Cahiers vaudois.
  • 1919 Les Signes parmi nous, Lausanne : Editions des Cahiers vaudois.
  • 1920 :
    • Histoire du soldat, (th√©√Ętre musical, musique Igor Stravinski), Lausanne : Editions des Cahiers vaudois.
    • Chant de notre Rh√īne, Gen√®ve : Georg & Cie.
  • 1921 :
    • Salutation paysanne et autres morceaux, Gen√®ve : Georg & Cie.
    • Terre du ciel, √©dit√© par les soins de l'auteur; Gen√®ve : Georg & Cie; Paris : G.Cr√®s & Cie.
  • 1922 :
    • Pr√©sence de la mort, Gen√®ve : Georg & Cie.
    • La S√©paration des races, Paris : Editions du Monde nouveau.
  • 1923 Passage du po√®te, √©dit√© par les soins de l'auteur; Gen√®ve : Georg & Cie; Paris : Editions du Si√®cle. Remani√© et renomm√© en F√™te des Vignerons, √©dit√© en 1929, Horizons de France.
  • 1925 :
    • L'Amour du monde, Paris : Plon.
    • Le Cirque, Paris : Georg & Cie.
  • 1925/1926
    • La Grande Peur dans la montagne, en revue en 1925, en volume en janvier 1926(Paris, Bernard Grasset)[1]
  • 1927 :
    • La Beaut√© sur la terre, Lausanne : Mermod.
    • Vendanges, Lausanne : Editions du Verseau.
  • 1928 :
    • Forains, Lausanne : Mermod.
    • Six cahiers (contenant notamment : Remarques, Souvenirs sur Igor Strawinsky, Lettre √† un √©diteur, Seconde lettre), Lausanne : Mermod, octobre 1928 - mars 1929.
  • 1932 :
    • Farinet ou la fausse monnaie, Lausanne : Mermod (Aujourd'hui).
    • Hommage au Major, dans Thomas de Quincey, Jeanne d'Arc, Lausanne : Mermod (Aujourd'hui)
    • Portes du lac, Gen√®ve : Editions du Portique.
    • Adam et Eve, Lausanne : Mermod (Aujourd'hui).
  • 1933 :
    • Une main, Paris : Bernard Grasset.
    • Taille de l‚Äôhomme, Lausanne : Editions d'Aujourd'hui.
  • 1934 Derborence, Lausanne : Editions d'Aujourd'hui.
  • 1935 Questions, Lausanne : Editions d'Aujourd'hui.
  • 1936 :
    • La Suisse romande, Grenoble : B. Arthaud.
    • Le Gar√ßon savoyard, Lausanne : Mermod.
  • 1937 :
    • Besoin de grandeur, Lausanne : Mermod.
    • Si le soleil ne revenait pas, Lausanne : Mermod.
  • 1938 :
    • Paris, notes d'un Vaudois, Lausanne : Mermod.
    • Une province qui n'en est pas une, Paris : Bernard Grasset.
  • 1939 D√©couverte du monde, Lausanne : Mermod.
  • 1940 L'Ann√©e vigneronne, Gen√®ve : H. Sack.
  • 1940-1941 Ňíuvres compl√®tes en 20 volumes, Lausanne, Mermod.
  • 1942 La Guerre aux papiers, Lausanne : Mermod.
  • 1943 :
    • avec Igor Strawinski : Noces et autres histoires russes, Neuch√Ętel : Ides et Calendes. r√©√©d. : PUF, coll Sources, 2007, (ISBN 213056478X)[2]
    • Pays de Vaud, Lausanne : Jean Marguerat.
    • Vues sur le Valais (illustr√© de photographies), B√Ęle et Olten : Editions Urs Graf.
    • Ren√© Auberjonois, Lausanne : Mermod.
  • 1944 Nouvelles, Lausanne : Mermod.
  • 1946 Les Servants et autres Nouvelles, Lausanne : Mermod.

Posthumes

  • 1947 Carnet de C.F. Ramuz. Phrases not√©es au hasard des lectures, Lausanne: Mermod.
  • 1948 Les grands moments du XXe si√®cle fran√ßais, Lausanne: Mermod.
  • 1949 Fin de vie, Lausanne; Paris; Bruxelles; Milan; New York: La Guilde du livre.
  • 1949 Journal. Derni√®res pages 1942-1947, Lausanne: Mermod.
  • 1951 L'exemple de C√©zanne, suivi de Pages sur C√©zanne, Lausanne: Mermod.
  • 1951 Chant de P√Ęques, Lausanne: La Guilde du livre.
  • 1951 Le village br√Ľl√©, Lausanne: La Guilde du livre.
  • 1956 Lettres 1900-1918, Lausanne: La Guilde du livre; √©ditions Clairefontaine.
  • 1959 Lettres 1919-1947, √Čtoy, Vaud; Paris; Lausanne: Les Chantres; Grasset; La Guilde du livre.
  • 1967 C.F. Ramuz, ses amis et son temps, Lausanne, Paris: Biblioth√®que des Arts, 1967-1970.
  • 1975 La vie meilleure / Les √Ęmes dans le glacier, Lausanne: Ed. Couleurs Eug√®ne Cordey.
  • 1982 Nouvelles, croquis, morceaux, Gen√®ve: Slatkine, 1982-1983. 3 vol.
  • 1984 Aujourd'hui: revue litt√©raire dirig√©e par C.F. Ramuz et Gustave Roud, Gen√®ve: Slatkine.
  • 1984 Critiques d'art, Gen√®ve: Slatkine.
  • 1986 A propos de tout, Gen√®ve: Slatkine.
  • 1987 Critiques litt√©raires, Gen√®ve: Slatkine.
  • 1989 Correspondance Ansermet / Ramuz (1906-1941), Gen√®ve: Georg; Paris: Eshel.
  • 1990 Mont√©e au Grand Saint-Bernard, Rez√©: √Čd. S√©quences.
  • 1992 Le gros poisson du lac, (texte de 1914), Rez√©: √Čd. S√©quences.
  • 1999 Notes du Louvres 1902-1903, Cossonay-Ville, Plaisir de Lire.

Films tir√©s de ses Ňďuvres

Interprétations

Honneurs

  • 1912 Prix Rambert pour Aim√© Pache, peintre Vaudois, Paris; Lausanne: Arth√®me Fayard; Payot &Cie.
  • 1923 Prix Rambert pour Passage du po√®te, Cour p/Lausanne; Gen√®ve: L'Acacia; √©ditions du Si√®cle / Georg & Cie.
  • Il est repr√©sent√© sur le billet de 200 francs de la banque nationale suisse.
  • De nombreux lieux portent son nom, par exemple : une rue √† Pully, un coll√®ge √† Lausanne, la nouvelle m√©diath√®que de la ville d'√Čvian.

Famille

  • son p√®re (10 f√©vrier 1847-15 f√©vrier 1910), marchand de marchandises coloniales puis marchand de vin
  • sa m√®re (23 mars 1852-21 juin 1925)
  • sa femme C√©cile Cellier, artiste peintre, n√©e en 1872, originaire de Neuch√Ętel, d√©c√®de en 1956
  • sa fille Marianne (1913-)
  • sa sŇďur Berthe Buchet, n√©e Ramuz
  • ses deux fr√®res morts en bas √Ęge, de qui vient son double pr√©nom: Charles Isaac Emmanuel (13 juillet 1874-14 mai 1876) et Ferdinand Louis (27 octobre 1875-18 juin 1878)

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Le 27 juin 1925, d√©but de la publication, dans La Revue hebdomadaire; elle se poursuivra jusqu‚Äôau 1er ao√Ľt. Mi-janvier 1926 : parution en volume chez Grasset. http://www.fondation-ramuz.ch/index.php?page=chronologie_1920_1939
  2. ‚ÜĎ Il s'agit de textes de chansons et de contes traduits ant√©rieurement par Ramuz pour Stravinski, √† partir de 1913, et d√©j√† √©dit√©s √† l'√©poque, en particulier par Henn √† Gen√®ve et Chester √† Londres.

Voir aussi

Wikisource-logo.svg

Wikisource propose un ou plusieurs textes écrits par Charles Ferdinand Ramuz.

Liens externes

Association

Les Amis de Ramuz, Université François-Rabelais, Secrétariat de littérature comparée, 3, rue des Tanneurs, 37000 Tours, France. Contact: Jean-Louis Pierre (président), 10, mail de la Poterie, 37600 Loches, France (amiramuz@wanadoo.fr). L'association publie chaque année sur papier un bulletin de plusieurs dizaines de pages (ISSN 0293-0773), et d'autre part édite ou réédite des textes de l'auteur ou des études qui lui sont consacrées (en particulier Ramuz chez Rey-Millet, par Stéphane Rochette, ISBN 2-9511682-5-X).

  • Portail de la Suisse Portail de la Suisse
  • Portail de la litt√©rature Portail de la litt√©rature
Ce document provient de ¬ę Charles Ferdinand Ramuz ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Charles Ferdinand Ramuz de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Charles-Ferdinand Ramuz ‚ÄĒ C. F. Ramuz Activit√©s √©crivain, po√®te Naissance 24 septembre 1878 Lausann ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Charles Ferdinand Ramuz ‚ÄĒ auf der 200 Franken Note Charles Ferdinand Ramuz (* 24. September 1878 in Cully sur Lausanne; ‚Ć 23. Mai 1947 in Pully) war ein Schweizer Schriftsteller, Lyriker, Essayist und ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Charles-Ferdinand Ramuz ‚ÄĒ auf der 200 Franken Note Charles Ferdinand Ramuz (* 24. September 1878 in Lausanne; ‚Ć 23. Mai ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Charles-Ferdinand Ramuz ‚ÄĒ Ramuz redirects here. For the city in Iran, see Ramhormoz. Charles Ferdinand Ramuz Ramuz on 200 CHF note Born September 24, 1878(1878 09 24) Lausanne, Switzerland Died May 23, 1947 ‚Ķ   Wikipedia

  • Charles Ferdinand Ramuz ‚ÄĒ (Lausana 24 de septiembre de 1878 Pully 24 de mayo de 1947) fue el escritor m√°s c√©lebre suizo de lengua francesa de su tiempo. Contenido 1 Trayectoria 2 Obra 2.1 Publicada en vida ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Charles Ferdinand Ramuz ‚ÄĒ (September 24, 1878 ndash; May 23, 1947) was a French speaking Swiss writer.He was born in Lausanne in the canton of Vaud and educated at the University of Lausanne. He taught briefly in nearby Aubonne, and then in Weimar, Germany. In 1903, he… ‚Ķ   Wikipedia

  • Ramuz, Charles-Ferdinand ‚ÄĒ ‚Ė™ Swiss author born Sept. 24, 1878, Cully, Switz. died May 23, 1947, Pully, near Lausanne ¬†¬†¬†¬†¬†¬†Swiss novelist whose realistic, poetic, and somewhat allegorical stories of man against nature made him one of the most prominent French Swiss writers ‚Ķ   Universalium

  • Ramuz ‚ÄĒ Charles Ferdinand Ramuz Charles Ferdinand Ramuz Activit√©(s) √©crivain, po√®te Naissance 24 septembre 1878 Lausanne ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ramuz ‚ÄĒ Charles Ferdinand Ramuz auf der 200 Franken Note Charles Ferdinand Ramuz (* 24. September 1878 in Cully sur Lausanne; ‚Ć 23. Mai 1947 in Pully) war ein Schweizer Schriftsteller, Lyriker, Essayist und ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • RAMUZ (C. F.) ‚ÄĒ Peu d‚Äô√©crivains, romanciers ou po√®tes, ont √©t√© moins secrets que Ramuz. Et pourtant, que d‚Äôerreurs de jugement, que de fausses interpr√©tations de son √©criture, de l‚Äôesprit de ses r√©cits, de l‚Äô√Ęme de ses personnages! Des personnages dont il… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.