Catoblepas


Catoblepas

Catoblépas

Gravure du catoblépas dans l'ouvrage de Jan Jonston, Historia naturalis de quadrupedibus, Amsterdam, 1614

Le catoblépas est une bête fabuleuse qui ressemble à un buffle noir dont la tête est très lourde, ce qui fait qu'elle est toujours inclinée vers le sol car son cou est trop faible pour la porter. C'est heureux car n'importe quel humain qui croise son regard meurt aussitôt[1]. Mentionnée pour la première fois par Pline l'Ancien, la description de cette bête a été reprise par Élien le sophiste et quelques érudit de la Renaissance, puis des œuvres modernes de la littérature, du jeu de rôle et du jeu vidéo à notre époque.

Sommaire

Étymologie

Catoblépas est issu du grec ancien Κατοβλεπας, qui signifie qui regarde vers le bas[1].

Mythe

Le catoblépas est décrit une première fois par Pline l'Ancien qui le situe aux confins de l'Éthiopie, non loin des sources du Nil :

« Bête de taille moyenne à la démarche paresseuse. La tête est remarquablement lourde et l'animal peine beaucoup à la porter; elle penche toujours vers la terre. N'était cette circonstance, le catoblépas en finirait avec le genre humain, car tout homme qui voit ses yeux, tombe mort »

— Pline l'Ancien, Histoire naturelle, (VIII, 32)[2]

Élien le sophiste est le second à évoquer cet animal dans son ouvrage, La nature des animaux : le catoblépas devient un herbivore de la taille d'un taureau domestique avec une crinière épaisse, des yeux bridés et injectés de sang, et de lourdes paupières. D'après cette description son regard n'est pas mortel, mais son souffle empoisonné intoxique les plantes qu'il mange et peut transformer les êtres vivants en pierre[3].

Il était censé vivre sur les flancs du mont Olympe où il se nourrissait de végétaux en déambulant de droite à gauche pour les mâles et de gauche à droite pour les femelles. L'animal présentait un cas typique d'adaptation à l'environnement car les mâles avaient leurs jambes droites plus courtes que les jambes gauches, à l'inverse des femelles chez lesquelles cette disymétrie était inversée. Cela favorisait les rencontres en vue de la procréation de nouveaux catoblépas. Comme les flancs du Mont Olympe sont assez régulièrement pentus, pour brouter, il leur suffisait de tourner leur tête à gauche ou à droite, suivant leur sexe. La lenteur des réactions de leur système nerveux faisait qu'ils ne se rendaient compte que trop tard quand ils mordaient leur propre queue. On pense que cela a provoqué l'extinction de l'espèce.[réf. nécessaire]

Léonard de Vinci en donne une description dans ses carnets, le décrivant comme un animal d'Éthiopie :

« On le trouve en Éthiopie, près de la source Nigricapo. Ce n'est pas un très gros animal, il est en flasque dans toutes ses parties, et sa tête est si grande qu'il la porte avec difficulté, de telle sorte qu'elle penche toujours vers le sol, sinon ce serait un grand fléau pour l'homme, quelqu'un sur qui il fixe son regard meurt immédiatement. »

— Léonard de Vinci[4]

Origine

Cuvier a émis l'hypothèse que le gnou aurait inspiré aux Anciens une telle bête, avec contamination du basilic et des gorgones[1].

Dans les œuvres de fiction

Littérature

  • Un catoblépas est mentionné dans The Countess of Pembroke's Arcadia par Philip Sidney[5]

« Le Catoblépas, buffle noir, avec une tête de porc tombant jusqu'à terre, et rattachée à ses épaules par un cou mince, long et flasque comme un boyau vidé. Il est vautré tout à plat ; et ses pieds disparaissent sous l'énorme crinière à poils durs qui lui couvre le visage. »

« Gras, mélancolique, farouche, je reste continuellement à sentir sous mon ventre la chaleur de la boue. Mon crâne est tellement lourd qu'il m'est impossible de le porter. Je le roule autour de moi, lentement ; et la mâchoire entr'ouverte, j'arrache avec ma langue les herbes vénéneuses arrosées de mon haleine. Une fois, je me suis dévoré les pattes sans m'en apercevoir. Personne, Antoine, n'a jamais vu mes yeux, ou ceux qui les ont vus sont morts. Si je relevais mes paupières, - mes paupières roses et gonflées, - tout de suite, tu mourrais. »

« Les Cynocéphales aboient, les Sciapodes se couchent, les Blemmyes travaillent, les Pygmées disputent, les Astomi sanglotent, la Licorne hennit, le Martichoras rugit, le Griffon piaffe, le Basilic siffle, le Phénix vole, le Sadhuzag pousse des sons, le Catoblépas soupire. »

  • Dans le roman de Lindsey Davis, Alexandria, qui se déroule en 77 av. J.C. en Égypte, « le catoblépas légendaire » est dans la liste des « personnages principaux qui ne figurent pas, mais qui méritent une mention »[7].

Jeux vidéo

  • Cette créature apparait dans plusieurs jeu de la série Castlevania, ainsi que dans Final Fantasy.
  • Dans le MMORPG Runescape, il existe un donjon avec un monstre nommé « Catablepon », dont l'apparence est clairement inspirée du catoblepas[8].

Donjons et dragons

Article connexe : Donjons et dragons.

Le catoblépas (pluriel : catoblepi) fait partie du bestiaire du jeu de rôle Donjons et dragons depuis la première édition de 1977. Il y est décrit comme un monstre de type aberration et son nom se prononce kuht-OH-bleh-puhs, ou kah-TA-ble-pus[9]. Sa figure est directement inspirés de la créature mentionnée par les auteurs greco-romains[10]. Dans le décor de campagne des Royaumes oubliés; les catoblepi sont parfois la possession de puissants mages démoniaques, des rois de Zakhara, et parfois d'autres personnes. Certaines de ces créatures sont élevées pour leur lait à partir duquel est produit une nourriture étrange et mortelle nommée le « fromage de la mort ». Dans un ouvrage consacré aux Royaumes oubliés publié dans les années 1990, Aurora's Whole Realms Catalouge[11], Marco Volo dcrit le fromage de la mort comme fabriqué à partir de lait de catoblépas qui vivent dans les marais du bord de Cormyr. Dans le manuel des monstres édition 3.5, le catoblépas est décrit dans le Monster Manual II comme :

une étrange créature qui habite les marécages et les marais lugubre ... est un herbivore habituellement ... mais une fois par mois, généralement sous la lumière d'une pleine lune, il chasse pour la viande, pour compléter son régime alimentaire de roseaux et de graminées[12].

Notes et références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Catoblepas ».
  1. a , b  et c Jorge Luis Borges, Le livre des êtres imaginaires, Gallimard, coll. L'imaginaire, Paris, juin 2009, 254 p. (ISBN 978-2-07-071102-4), p. 63-64 
  2. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, VIII, 32
  3. Élien le sophiste, La nature des animaux, p. 7.6 
  4. (es) Leonardo da Vinci, Cuaderno de notas, Edimat Libros (ISBN 84-9764-370-4) 
  5. (en) Philip Sydney Sydney, The Countess of Pembroke's Arcadia, 1590 
  6. Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, 1874
  7. (en) Lindsey Davis, Alexandria, Century, 2009 (ISBN 9781846052873), p. VII,194-5,198 
  8. RuneScape, « Pit of Pestilence » sur http://www.runescape.com/, Jagex Ltd. Consulté le 7 septembre 2009
  9. (en)Dungeons & Dragons FAQ, Wizards of the Coast. Consulté le 7 septembre 2009
  10. Aardy DeVarque, « Literary Sources of D&D ». Consulté le 7 septembre 2009
  11. (en)Tim Beach, Karen S. Boomgarden, Anne Brown, David Cook, Jeff Grubb, Julia Martin, Colin McComb, Thomas M. Reid, Steven E. Schend, Aurora's Whole Realms Catalouge, 1992
  12. (en) Monster Manual II par Ed Bonny, Jeff Grubb, Rich Redman, Skip Williams, Steve Winter, septembre 2002

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie


  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail des créatures imaginaires Portail des créatures imaginaires
  • Portail des Royaumes oubliés Portail des Royaumes oubliés
  • Portail de la fantasy et du fantastique Portail de la fantasy et du fantastique
Ce document provient de « Catobl%C3%A9pas ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Catoblepas de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • catoblépas — [ katɔblepas ] n. m. • 1552; gr. katoblepein « regarder par dessous » ♦ Littér. Animal légendaire à long cou grêle, dont la tête traîne à terre. ● catoblépas nom masculin (grec katoblepon, antilope d Afrique) Chez les Anciens, animal fantastique… …   Encyclopédie Universelle

  • Catoblepas — Saltar a navegación, búsqueda Jan Jonston, Historia naturalis de quadrupedibus, Amsterdam 1614 El catoblepas (del griego καταβλέπω, mirar hacia abajo ) es una criatura legendaria de Etiopía, descrita por primera vez por Plinio el Viejo y más… …   Wikipedia Español

  • catoblepas — CATOBLÉPAS, catoblepaşi s.m. 1. Animal fabulos despre a cărui privire se credea că omoară pe cei asupra cărora era aţintită. 2. Specie de peşte veninos. – Din fr. catoblépas. Trimis de valeriu, 10.12.2004. Sursa: DEX 98  catoblépas s. m. (sil.… …   Dicționar Român

  • Catoblĕpas — Catoblĕpas, bei Smith eine Abtheilung der Antilopen (s.d.), zu welcher das Gnu gehört …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Catoblepas — Catoblepas, das Gnu; s. Antilopen, S. 578 …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • catoblepas — (n.) late 14c., from L., from Gk. katobleps, from kato downward (related to KATA (Cf. kata )) + blepein to look. Name given by ancient authors to some African animal. A wylde beest that hyghte Catoblefas and hath a lytyll body and nyce in all… …   Etymology dictionary

  • Catoblepas — The catoblepas (from the Greek καταβλέ πω, (katablépō) to look downwards ) is a legendary creature from Ethiopia, described first by Pliny the Elder and later by Claudius Aelianus. It is said to have the body of a buffalo and the head of a hog.… …   Wikipedia

  • Catoblépas — Gravure du catoblépas dans l ouvrage de Jan Jonston, Historia naturalis de quadrupedibus, Amsterdam, 1614 Le catoblépas est une bête fabuleuse qui ressemble à un buffle noir dont la tête est très lourde, ce qui fait qu elle est toujours inclinée… …   Wikipédia en Français

  • Catoblepas — Jan Jonston, Historia naturalis de quadrupedibus, Amsterdam 1614 Streifengnu Der Katoblepas (griechisch καταβλέπω = der nach unten blickt ) ist ein …   Deutsch Wikipedia

  • catoblepas — …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.