Cathédrale de Clermont

ÔĽŅ
Cathédrale de Clermont

Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption de Clermont

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre-Dame, Notre-Dame et Notre-Dame-de-l'Assomption.
Cathédrale Notre-Dame
de l'Assomption de Clermont
Vue générale de l'édifice
Vue générale de l'édifice

Latitude
Longitude
45¬į 46‚Ä≤ 43‚Ä≥ Nord
       3¬į 05‚Ä≤ 09‚Ä≥ Est
/ 45.778727, 3.085766
 
Pays France France
Région Auvergne
D√©partement Puy-de-D√īme
Ville Clermont-Ferrand
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattaché à Archidiocèse de Clermont (siège)
Début de la construction 1248
Fin des travaux 1884
Style(s) dominant(s) Roman (crypte)
Gothique (reste de l'édifice)
Classé(e) Monument historique (1862)

La cath√©drale gothique Notre-Dame de l‚ÄôAssomption √† Clermont-Ferrand fut pr√©c√©d√©e, au m√™me emplacement, de trois sanctuaires chr√©tiens. La majeure partie de sa construction actuelle date du XIIIe si√®cle.

Elle se trouve au sommet de la butte centrale qui forme le centre ancien de Clermont-Ferrand, sur la place de la victoire, juste √† c√īt√© de la statue du Pape Urbain II, qui a lanc√© la premi√®re croisade au cours du concile de 1095.

Sommaire

√Čtapes de la construction

Représentation moderne de Saint-Namacius (Namace) portant la première cathédrale (église Saint-Eutrope à Clermont-Ferrand).

Au Ve si√®cle, Saint Namace, un √©v√™que de la cit√© des Arvernes, fit b√Ętir une premi√®re cath√©drale obtenant ainsi que le culte chr√©tien sorte de ce qui √©tait appel√© par Gr√©goire de Tours le ¬ę vicus christianorum ¬Ľ. Il d√©dia cet √©difice aux saints Vital et Agricol dont on fit venir les reliques de Ravenne. L'aspect de plan basilical nous est connu par la description qu'en fit Gr√©goire de Tours. Longue de 43 m√®tres, elle √©tait orn√©e de marbre, poss√©dait une nef et deux collat√©raux plafonn√©s, un transept et soixante-dix colonnes. Elle fut d√©truite en 760 par P√©pin le Bref.

Celui-ci, se repentant de son acte, donna une somme importante à l’évêque Haddebert pour financer sa reconstruction qui dura de 764 à 768. Ce second édifice fut à nouveau détruit par les Normands en 915.

L‚Äô√©v√™que √Čtienne II fit b√Ętir une troisi√®me cath√©drale romane, qui fut consacr√©e en 946. Elle passa pour un mod√®le in√©gal√© et servit probablement de prototype √† de nombreuses √©glises en Auvergne.

La crypte date du Xe si√®cle ; elle comprend un d√©ambulatoire et des chapelles rayonnantes. Elle poss√®de un sarcophage du IVe si√®cle en marbre blanc.

En 1248, l'évêque Hugues de la Tour décida de lancer le chantier d'une nouvelle cathédrale, s'inspirant de la Sainte-Chapelle qui avait fait son émerveillement lors d'un passage à Paris. Construire une église dans le prestigieux style gothique du Nord lui permettrait ainsi d'affirmer sa suprématie sur une ville qui avait été remise au pouvoir épiscopal juste quelques décennies auparavant. Notre-Dame-du-Port, inspirée de la cathédrale d'Etienne II serait alors de nouveau surpassée.

Façade

Le chantier fut confi√© √† Jean Deschamps a qui l'on doit aussi les cath√©drales de Narbonne et de Limoges. Inspir√© par Beauvais et Amiens, il r√©alisa des plans originaux o√Ļ les fen√™tres n'occupent pas tout l'espace disponible entre les supports et ne poss√®dent pas d'arcs formerets, o√Ļ les ogives sont √† p√©n√©tration directe sous la vo√Ľte, o√Ļ le plan elliptique des piliers du rond-point du chŇďur laisse toute la lumi√®re des fen√™tres absidiales p√©n√©trer dans le sanctuaire et o√Ļ d'ing√©nieux d√©bords de la terrasse permettent de faire le tour des arcs-boutants.

La principale originalit√© de l'√©difice est le mat√©riau utilis√© : la pierre de Volvic (de type trachy-and√©sitique) qui donne une couleur sombre et dont la r√©sistance permit d'√©lever des piliers d'une grande sveltesse.

Jean Deschamps travailla de 1248 √† 1287 sur le chŇďur, dans lequel Saint-Louis vint marier son fils, le futur Philippe le Hardi, avec Isabelle d'Aragon. Le roi finan√ßa peut-√™tre pour cette occasion, une partie des vitraux qui paraissent sortir du m√™me atelier que ceux de la Sainte-Chapelle. Le chŇďur, le transept et le d√©but de la nef sont achev√©s vers 1295.

Pierre Deschamps prit la succession de son p√®re jusqu'en 1325, poussant les travaux au-del√† de la crois√©e de transept. De 1325 √† 1340, les tours des bras de transept furent √©lev√©es par un ma√ģtre d'Ňďuvre inconnu. L'une d'entre elles nous est famili√®re : la tour de la Bayette, la plus haute, qui doit son nom au guetteur que l'on postait √† son sommet (bayer voulait dire guetter).

De 1340 √† 1355, Pierre de C√©bazat, connu pour avoir travaill√© √† la Chaise-Dieu, acheva les trois trav√©es de la nef, qui permettaient de rejoindre les tours romanes de l'√©glise d'√Čtienne II. Les troubles de la guerre de Cent ans ne lui laiss√®rent pas le temps d'achever son Ňďuvre. Durant les ann√©es qui suivirent, le chapitre se contenta de faire sculpter un nouveau chambranle pour la porte de sa sacristie.

Vue de la place de la Victoire

La rose √† dominante bleue plac√©e au dessus du portail nord date du XIVe si√®cle ainsi que celle √† tonalit√© orang√©e qui surplombe le portail sud. Toutes les deux s‚Äôinscrivent dans un carr√© de 8,50 m√®tres de c√īt√©.

Entre 1444 √† 1474, fut plac√© au-dessus du chŇďur le clocher dit ¬ę du retour ¬Ľ, v√©ritable dentelle de pierre ajour√©e. Il fut abattu apr√®s 1741.

Entre 1507 et 1512 fut √©lev√©e une haute toiture couverte de plomb, en remplacement du toit d'origine. Un projet de fa√ßade gothique flamboyant fut refus√© par le chapitre car son co√Ľt √©tait trop √©lev√©.

Durant la R√©volution, les r√©volutionnaires voulurent abattre l'√©glise, mais le b√©n√©dictin Verdier-Latour r√©ussit √† les persuader qu'elle constituerait un excellent lieu de rassemblement populaire. Seuls jub√©, stalles, autel, statues et mobilier, √† l'exception du chandelier pascal de Philippe Caffieri, furent d√©truits et trois des tours des transepts furent ras√©es. La Bayette ne dut sa survie qu'√† son utilit√© pratique : elle donnait l'heure !

La fa√ßade romane de la cath√©drale d'√Čtienne II fut abattue en 1851.

Il fallut attendre 1866 pour que d√©marrent les travaux d'ach√®vement, r√©alis√©s d'apr√®s les plans de Viollet-le-Duc par son √©l√®ve Anatole de Baudot. En 1884, la fa√ßade occidentale avec ses fl√®ches et la derni√®re trav√©e de la nef √©taient enfin achev√©es dans le respect complet des m√©thodes de construction du Moyen √āge. Seule la taille un peu plus s√®che des pierres marque la diff√©rence. D√©tail peu remarqu√©, l'int√©rieur de l'√©difice fut enti√®rement peint en faux appareil. L'emmarchement d'acc√®s sur la rue des Gras ne fut r√©alis√©, quant √† lui, qu'au tout d√©but de notre si√®cle. D√©tail curieux, lors de ces travaux la maison natale de Blaise Pascal fut d√©truite.

Dimensions

Plan de la cathédrale de Clermont

Photos complémentaires

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens externes

Commons-logo.svg

Bibliographie

  • Dictionnaire des √©glises de France, Belgique, Luxembourg, Suisse (Tome II-B), Robert Laffont, Paris (France) ; pp. 45‚Äď46.
  • Collombet, Fran√ßois Les plus belles cath√©drales de France, S√©lection du Readers Digest, Paris (France) , ISBN 2-7098-0888-9, 1997; pp. 74‚Äď77.
  • Courtill√©, Anne Auvergne, Bourbonnais, Velay gothiques, Editions A. et J. Picard, Paris (France) , ISBN 2-7084-0683-3, 2002; pp. 184‚Äď205.
  • Pierre Balme, Visite descriptive et historique de la cath√©drale Notre Dame de Clermont-Ferrand, 1947.
  • Anne Courtill√©, La cath√©drale de Clermont, Nonette, √Čditions Cr√©er, 1999. ISBN 2-902894-94-5
  • Bernard Craplet, La cath√©drale de Clermont, Lyon, 1976.
  • Bernard Craplet, Cath√©drale de Clermont : Dossier du visiteur, Lyon, 1976 (compl√©ment du pr√©c√©dent ouvrage).
  • Henri Du Ranquet, La cath√©drale de Clermont-Ferrand, Paris, 1928.
  • Portail de l‚Äôarchitecture chr√©tienne Portail de l‚Äôarchitecture chr√©tienne
  • Portail de l‚ÄôAuvergne Portail de l‚ÄôAuvergne
Ce document provient de ¬ę Cath%C3%A9drale Notre-Dame-de-l%27Assomption de Clermont ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cathédrale de Clermont de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cath√©drale de Clermont-Ferrand ‚ÄĒ Cath√©drale Notre Dame de l Assomption de Clermont Pour les articles homonymes, voir Cath√©drale Notre Dame, Notre Dame et Notre Dame de l Assomption. Cath√©drale Notre Dame de l Assomption de Clermont ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Clermont-Auvergne ‚ÄĒ Clermont Ferrand Clermont Ferrand La ville vue depuis le parc Montjuzet ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Clermont-Fd ‚ÄĒ Clermont Ferrand Clermont Ferrand La ville vue depuis le parc Montjuzet ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Clermont-ferand ‚ÄĒ Clermont Ferrand Clermont Ferrand La ville vue depuis le parc Montjuzet ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Clermont-ferrand ‚ÄĒ La ville vue depuis le parc Montjuzet ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Clermont-ferrant ‚ÄĒ Clermont Ferrand Clermont Ferrand La ville vue depuis le parc Montjuzet ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Clermont (Auvergne) ‚ÄĒ Clermont Ferrand Clermont Ferrand La ville vue depuis le parc Montjuzet ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Clermont (Puy-de-Dome) ‚ÄĒ Clermont Ferrand Clermont Ferrand La ville vue depuis le parc Montjuzet ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Clermont (Puy-de-D√īme) ‚ÄĒ Clermont Ferrand Clermont Ferrand La ville vue depuis le parc Montjuzet ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Clermont (puy de dome) ‚ÄĒ Clermont Ferrand Clermont Ferrand La ville vue depuis le parc Montjuzet ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.