Cathédrale d'Autun

ÔĽŅ
Cathédrale d'Autun

Cathédrale Saint-Lazare d'Autun

Cathédrale
Saint-Lazare d'Autun
Vue générale de l'édifice
Vue générale de l'édifice

Latitude
Longitude
46¬į 56‚Ä≤ 42‚Ä≥ Nord
       4¬į 17‚Ä≤ 57‚Ä≥ Est
/ 46.945, 4.299167
 
Pays France France
Région Bourgogne
D√©partement Sa√īne-et-Loire
Ville Autun
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattaché à Diocèse d'Autun (siège)
Début de la construction 1120
Fin des travaux 1146
Modifications importantes aux XIIIe et XVe si√®cles
Style(s) dominant(s) Roman
Gothique
Classé(e) Monument historique (1840)

La cath√©drale Saint-Lazare d'Autun fut construite au XIIe si√®cle, et consacr√©e comme cath√©drale √† la fin de ce si√®cle, en remplacement de la cath√©drale Saint-Nazaire.

Sommaire

Historique

Plan de la cathédrale d'Autun

Une premi√®re cath√©drale a √©t√© construite √† Autun √† partir du Ve si√®cle, consacr√©e plus tardivement √† saint Nazaire (il en reste une chapelle du XIVe si√®cle). La cath√©drale Saint-Lazare fut projet√©e par √Čtienne de Bag√© afin de conserver les reliques du-dit saint, jusqu'alors situ√©es dans le premier √©difice.

Commenc√©e vers 1120, elle fut achev√©e en 1146, le porche √©tant achev√© quelques ann√©es plus tard. Elle est b√Ętie sur le mod√®le de l'abbatiale de Paray-le-Monial. Elle poss√®de, tout comme √† Cluny et √† Paray, une vo√Ľte en berceau bris√©, construite peu de temps apr√®s sa cons√©cration comme cath√©drale, puisqu'on ajouta des arcs-boutants √† cette √©poque. Une fl√®che fut construite en 1469 par le cardinal Rolin (le fils du chancelier Rolin, au-dessus de la crois√©e du transept, √† la place d'un clocher roman d√©truit par la foudre. Elle atteint 80 m de haut. Le portail lat√©ral et son tympan furent d√©truit en 1766 et les pierres furent remploy√©es pour la construction des maisons voisines. La fameuse √ąve fut donc incluse dans un mur avant d'√™tre red√©couverte. La m√™me ann√©e, le fameux tympan du Jugement Dernier a √©t√© recouvert de pl√Ętre, les chanoines d'alors le jugeant de mauvais go√Ľt. Il n'a √©t√© red√©couvert qu'en 1837 et restaur√©. La t√™te du Christ, ayant √©t√© sectionn√©e au cours du premier pl√Ętrage et conserv√©e au mus√©e Rolin √† c√īt√©, n'a √©t√© remise en place qu'en 1948.

La cathédrale et le quartier (ville haute ou Hauts-quartiers) ainsi que la ville moyenne, sont intégrés dans un secteur sauvegardé de 74 ha depuis 1973.Ce secteur compte nombres de lieux remarquables.

Description

Le tympan

Tympan Le Jugement dernier

Il s'agit de l'√©l√©ment le plus remarquable de la cath√©drale. Exceptionnellement, on conna√ģt le nom du sculpteur qui fut l'auteur au moins du Jugement dernier : il s'agit de Gislebert, qui signe de son nom aux pieds du Christ (Gyslebertus hoc fecit).

On peut le décomposer en une scène centrale représentant le Christ en Majesté, surmontant un linteau et entourée de deux arcades, l'externe comprenant de nombreux médaillons figuratifs comportant des représentations des signes zodiacaux, et des travaux aux différents mois de l'année. Le tout repose sur des colonnes à chapiteaux historiés.

La sc√®ne centrale repr√©sente un Jugement dernier, avec le Christ en mandorle. Il poss√®de plusieurs √©l√©ments classiques de ce sujet :

  • r√©surrection des morts, dont certains se cachent d√©j√† le visage, d'autres portent les embl√®mes du p√®lerin (coquille Saint-Jacques) ;
  • la vierge folle aux seins mordus par les serpents, repr√©sentant la Luxure ;
  • un Christ immense dominant la sc√®ne ;
  • √† sa droite, Saint Pierre fait entrer les justes au Paradis ; au-dessus, une grande place est faite √† la Vierge Marie interc√©dant ;
  • √† la gauche du Christ, a lieu la pes√©e des √Ęmes ; comme d'habitude dans ce genre de sc√®nes, le Diable triche en appuyant sur la balance, mais exceptionnellement l'archange Saint-Michel triche lui aussi en faveur des humains. L'enfer occupe une place r√©duite.

On a donc une représentation optimiste du Jugement dernier, en cohérence avec l'époque prospère de sa réalisation.

Le trumeau est bien post√©rieur puisqu'il date du XIXe si√®cle et repr√©sente Saint Lazare et ses deux sŇďurs.Jug√© barbare par les chanoines le tympan fut pl√Ętr√© par ceux ci en 1766. Peu apr√®s le passage de Stendhal √† Autun, d'autres chanoines le d√©gag√©rent, sans la t√™te qui manquait au Christ. Ce n'est qu'apr√©s la seconde guerre mondiale que le chanoine Denis Grivot la remit √† sa place. Et√© 2009, le tympan en cours de restauration est recouvert d'une b√Ęche avec sa reproduction en trompe-l'Ňďil et en grandeur nature.

L'intérieur

Piliers de la nef

Les nefs centrales et lat√©rales sont en vo√Ľte bris√©e, non contre-balanc√©es, √† l'origine par des arcs-boutants, rendant l'ensemble assez instable. Ces derniers ont √©t√© rajout√©s au XIIIe si√®cle.

Le chŇďur a √©t√© refait au XVe si√®cle en style gothique et les vitraux datent du XIXe et XXe si√®cle.

Des chapiteaux historiés ornent les colonnes de la nef centrale. Bien que remarquables, ils sont assez peu visibles du fait de leur éloignement et de la relative pénombre.

La cathédrale possède un grand tableau de Dominique Ingres représentant le martyre de Saint Symphorien, situé à l'entrée de la sacristie.

Peu avant l'entrée de la salle capitulaire se trouvent les statues funéraires de Pierre Jeannin et d'Anne Guéniot qui sauvèrent de nombreuses vies lors du massacre de la Saint-Barthélemy.

La salle capitulaire

Elle rassemble une série de chapiteaux extraits lors de la rénovation des piliers soutenant le clocher, faite par Eugène Viollet-le-Duc.

La salle capitulaire à la cathédrale Saint-Lazare d'Autun

Comme fréquemment en Bourgogne, les toits sont couverts de tuiles vernissées aux couleurs variées, formant des motifs géométriques.

Le musée Rolin

Situ√© √† proximit√© imm√©diat de la cath√©drale, le mus√©e Rolin expose des pi√®ces issues des diff√©rentes r√©novations de cette derni√®re. On y trouve, en particulier le premier (ou l'un des premiers) nu de l'histoire de la sculpture romane, repr√©sentant La tentation d'√ąve ou √ąve couch√©e, attribu√© √† Gislebert. La cath√©drale √©tant orient√©e nord sud le haut-relief ornait le linteau du portail est, les p√®lerins sortaient par ce portail pour se rendre en face dans l'ancienne cath√©drale Saint Nazaire qui, elle, √©tait orient√©e est ouest. Il fut d√©mont√© en 1766, les chanoines du XVIIIe si√®cle √©tant probablement moins ouverts √† la nudit√© que ceux du Moyen √āge. Il repr√©sente √ąve couch√©e, le corps ondulant dans une posture sensuelle, juste au moment qui suit la consommation du p√©ch√©, et qui pr√©c√®de la punition divine. Elle tend la main dans son dos, tenant la pomme repr√©sentant le p√©ch√© originel. √Ä droite, se trouve l'arbre de la connaissance, le serpent encore pr√©sent et le diable qui fuit, repr√©sentant la force qui pousse l'humanit√© au mal. Le visage d'√ąve est trait√© en deux √†-plats √† angle quasi-droit sur l'ar√™te du nez, dans un style proche du cubisme, et refl√®te l'expression d'une femme qui vient de consommer le p√©ch√©.

Voir aussi

Liens externes

Commons-logo.svg

Bibliographie

  • Collombet, Fran√ßois Les plus belles cath√©drales de France, S√©lection du Readers Digest, Paris (France), ISBN 2-7098-0888-9, 1997; pp. 142‚Äď145.
  • Denizeau, G√©rard Histoire visuelle des Monuments de France, Larousse, Paris (France), ISBN 2-03-505201-7, 2003; pp. 60‚Äď61.
  • Oursel, Raymond : Bourgogne romane (7e √©dition), √Čdition Zodiaque, La Pierre-qui-Vire (France), 1979.
  • Portail de l‚Äôarchitecture chr√©tienne Portail de l‚Äôarchitecture chr√©tienne
  • Portail de la Sa√īne-et-Loire Portail de la Sa√īne-et-Loire
Ce document provient de ¬ę Cath%C3%A9drale Saint-Lazare d%27Autun ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cathédrale d'Autun de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cath√©drale Saint-Lazare d'Autun ‚ÄĒ Pr√©sentation Culte Catholique romain Type Cath√©drale Rattach√© √† ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Cathedrale Saint-Lazare d'Autun ‚ÄĒ Cath√©drale Saint Lazare d Autun Cath√©drale Saint Lazare d Autun Vue g√©n√©rale de l √©difice Latitude Longitude ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Autun Cathedral ‚ÄĒ ( Cath√©drale Saint Lazare d Autun ) is a Roman Catholic cathedral, and a national monument of France, in Autun. Famous for its Cluniac inspiration and its Romanesque sculptures by Gislebertus, it is the seat of the Bishop of Autun.t. Nazarius… ‚Ķ   Wikipedia

  • Autun ‚ÄĒ 46¬į 57‚Ä≤ 06‚Ä≥ N 4¬į 17‚Ä≤ 58‚Ä≥ E / 46.9516666667, 4.29944444444 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Cath√©drale Saint-Vincent de Chalon-sur-Sa√īne ‚ÄĒ Cath√©drale Saint Vincent de Chalon Pr√©sentation Culte Catholique romain Type Cath√©drale ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Cath√©drale Vieux-Saint-Vincent de M√Ęcon ‚ÄĒ Cath√©drale Saint Vincent de M√Ęcon Pr√©sentation Culte aucun Type Cath√©drale Rattac ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Cath√©drale Saint Nazaire d'Autun ‚ÄĒ La cath√©drale Saint Nazaire d Auntun est l ancienne cath√©drale de la ville d Autun, son existence est attest√©e au moins depuis 532, elle ne fut jamais achev√©e. Un manuscrit de Rouen dat√© de 1795, soit douze ans apr√®s sa d√©molition, la d√©signait… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Cath√©drale Saint-B√©nigne de Dijon ‚ÄĒ Pr√©sentation Culte Catholique romain Type Cath√©drale Rattach√© √† ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Cath√©drale Saint-Caprais d'Agen ‚ÄĒ Pr√©sentation Culte Catholique romain Type Cath√©dr ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Cath√©drale Saint-Corentin de Quimper ‚ÄĒ Pr√©sentation Nom local Iliz Veur Kemper Culte Catholique romain Typ ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.