Cathédrale Saint-Pierre De Trèves

ÔĽŅ
Cathédrale Saint-Pierre De Trèves

Cathédrale Saint-Pierre de Trèves

Cathédrale de Trèves
Intérieur de la Cathédrale

La cathédrale Saint-Pierre de Trèves (en allemand Trierer Dom) est une église de Trèves, dans le Land de Rhénanie-Palatinat, la plus ancienne cathédrale d'Allemagne et le siège de l'archevêché de Trèves. L'édifice est remarquable par sa durée de vie extrêmement longue qui a permis une accumulation de multiples styles dans sa construction dont le centre de la chapelle principale de style roman faite en briques posées sous la direction de sainte Hélène. Au final, les différents éléments de la cathédrale se sont ajoutés graduellement au lieu d'être reconstruits à chaque époque.

Ces dimensions de 112 m par 41 m en font la construction religieuse la plus importante de Trèves. Depuis 1986, elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Sommaire

Histoire

Selon les sources remontant au Moyen Age H√©l√®ne, m√®re de l'empereur Constantin (la future sainte H√©l√®ne) aurait fait don de sa maison de la cit√© romaine Augusta Treverorum √† Agritius, l'√©v√™que de Tr√®ves. Des fouilles arch√©ologiques ont r√©v√©l√© la pr√©sence sous la cath√©drale de maisons d'habitation dont l'une avec un plafond peint qui a √©t√© restaur√© (la fresque se trouve aujourd'hui au mus√©e √©piscopal). En 310-329, l'√©v√™que Agritius fait construire une premi√®re basilique (dont les vestiges se trouvent sous les bureaux d'informations, Dom information, √† l'ext√©rieur de la cath√©drale). L'√©v√™que Maximin de Tr√®ves (329-346) coordonna l'agrandissement de cette basilique avec la construction de ce qui √©tait alors le plus grand b√Ętiment religieux de l'ouest de l'empire romain : sur une emprise au sol quatre fois plus grande que celle de l'actuelle cath√©drale, pas moins de quatre basiliques, un baptist√®re et de nombreuses d√©pendances furent construits. √Ä partir de 340 est construit le b√Ętiment carr√© dont les murs forment le noyau de l'actuelle cath√©drale.

Les b√Ętiments furent laiss√©s en ruines par les Francs dans la premi√®re moiti√© du Ve si√®cle. L'√©v√™que Nicetius (526-561) fait reconstruire le b√Ętiment carr√© et une partie de l'√©glise nord par des architectes italiens. Les Normands pillent et d√©gradent s√©rieusement l'√©difice en 882. Sous l'√©v√™que Egbert (977-993), la cath√©drale est restaur√©e. Il fait recouvrir les deux colonnes nord de crois√©e du transept par des piliers cruciformes.

Sous l'archev√™que Poppo von Badenberg et ses successeurs, l'√©glise √©piscopale, les cryptes et la fa√ßade ouest sont r√©nov√©es. Le chŇďur roman datant de 1196 et sa crypte sont accol√©s au mur est du b√Ętiment carr√©. La cath√©drale est dot√©e d'un ensemble de voutes.

Entre 1235 et 1270, l'église Notre-Dame est construite sur l'emplacement de l'ancienne basilique sud qui est rasée. Le cloitre date également de cette période.

L'archevêque Baudoin (1307-1354) fait surélever les deux tours est de la cathédrale.

En 1515, c'est la tour sud-ouest qui est surélevée.

√Ä la fin de la guerre de Trente Ans entre 1664 et 1668, l'archev√™que Caspar von der Leyen restaure l'int√©rieur du chŇďur ouest dans le style baroque. Entre 1687 et 1699 Johann Hugo von Orsbeck fait construire le devant de la chapelle de la Sainte-Tunique, relique pr√©cieuse de la cath√©drale. Entre 1702 et 1708, une chambre sacr√©e est ajout√©e en amont du chŇďur pour abriter la relique.

Les stalles, orn√©es de marqueterie, ont √©t√© apport√©es en 1781 de la chartreuse Saint-Michel de Mayence. Elles sont l'Ňďuvre de J.-J. Schacht de Hambourg, et de ses vingt et un compagnons.[1]

Au cours du XIXe si√®cle d'importants travaux de r√©novations sont men√©s ayant pour but de restituer son aspect m√©di√©val

Hiver 1944/1945, la cathédrale, comme le reste de la ville, est sérieusement abimée lors des combats pour la prise de la ville par les troupes Alliées.

Entre 1960 et 1974, les derniers travaux de rénovation sont menés avec le réaménagement de l'autel conformément à la liturgie du concile de Vatican II. Le 1er mai 1974, ce nouvel autel est consacré et la cathédrale remise en service.

Sainte tunique

La Sainte tunique d’après une image pieuse de 1933.

La l√©gende indique qu‚ÄôH√©l√®ne, m√®re de l'empereur Constantin rapporta la Sainte tunique √† Tr√®ves, un v√™tement sans couture qu'aurait port√© J√©sus. Son existence est √©voqu√©e pour la premi√®re fois au XIe si√®cle. Un si√®cle plus tard, le 1er mai 1196, elle est transf√©r√©e au nouvel autel du chŇďur orient√©.

En 1512 a lieu le premier p√®lerinage sous l'archev√™que Richard von Greiffenklau. L'empereur Maximilien assiste √† l'ouverture du ma√ģtre-autel. Les ann√©es qui suivent verront la tenue de plusieurs p√®lerinages autour de cette relique mais l'usage s'en perdra au milieu du XVIe si√®cle. Il sera relanc√© au d√©but du XIXe si√®cle avec depuis un p√®lerinage tous les 30 ou 40 ans, le dernier ayant eu lieu en 1996.

La Sainte-tunique est conservée dans un reliquaire en bois datant de 1891, l’ensemble étant placée dans une vitrine climatisée dans la chapelle de la Sainte-Tunique. Cette chapelle n'est accessible qu'une fois par an mais le vêtement sacré n'est pas exposé.

√Čv√™ques de Tr√®ves

Depuis le Moyen √āge, les tombeaux des √©v√™ques de Tr√®ves se trouvent dans la cath√©drale.

Celui de saint Paulin de Tr√®ves (mort le 31 ao√Ľt 358) est √† la crypte. Successeur de Maximin, il fut avec saint Athanase, un d√©fenseur du concile de Nic√©e, contre l'empereur romain Constance II.

Galerie

Source

  • Documentation dans la cath√©drale

Lien interne

Plan roman-rhénan

Lien externe

  1. ‚ÜĎ Les monuments romains de Tr√™ves et de Mayence, Congres arch√©ologique de France, Session tenue en Rh√©nanie en 1922 par la Soci√©t√© Fran√ßaise d'arch√©ologie
  • Portail de l‚Äôarchitecture chr√©tienne Portail de l‚Äôarchitecture chr√©tienne
  • Portail de l‚ÄôAllemagne Portail de l‚ÄôAllemagne
Ce document provient de ¬ę Cath%C3%A9drale Saint-Pierre de Tr%C3%A8ves ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cathédrale Saint-Pierre De Trèves de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.