Caribert Ier

ÔĽŅ
Caribert Ier
Caribert Ier
Tiers de sou de Caribert Ier frappé à Aire.png
Tiers de sou de Caribert Ier frappé à Aire (561-567). BNF, monnaies, médailles et antiques.

Titre
Roi de Paris
561 ‚Äď 567
Prédécesseur Clotaire Ier
Successeur Chilpéric Ier
Gontran
Sigebert Ier
Biographie
Dynastie Mérovingiens
Date de naissance Vers 521
Date de décès 567
Lieu de décès Chelles (France)
Père Clotaire Ier
Conjoint Ingeberge
Méroflède
Marcovèfe
Enfants Berthe
Clothilde la superbe (nonne)

Caribert Ier (nomm√© Charibert par Gr√©goire de Tours - signifie ¬ę Brillant dans l'arm√©e[1] ¬Ľ, hari (troupe, bande arm√©e)[2] et bert (brillant[1], bonheur[3]) en vieux francique) (v. 521 - pr√®s de Bordeaux, 567), roi de Paris de 561 √† 567. Il est le fils de Clotaire Ier et de sa premi√®re √©pouse Ingonde.

Sommaire

Biographie

Le conflit pour la succession : l'exp√©dition contre Chramn (558)

En 558, Caribert et Gontran furent envoy√©s par Clotaire pour reprendre le Limousin √† leur fr√®re Chramn, qui s‚Äôen √©tait empar√©. Leurs arm√©es se firent face au pied de la montagne noire o√Ļ ils incit√®rent Chramn √† rendre les terres appartenant √† leur p√®re. Il refusa et une temp√™te emp√™cha la bataille. Chramn en profita pour duper ses fr√®res en envoyant un messager les informant de la mort de Clotaire, qui se battait contre les saxons. Caribert et Gontran se rendirent aussit√īt en Burgondie[4].

Clotaire Ier avait réunifié le royaume franc de Clovis Ier avec peine mais n'avait pas partagé le royaume avant sa mort[5].

Le second partage du regnum francorum (561)

Partage du royaume à la mort de Clotaire. Grandes Chroniques de France, XIVe siècle, Castres, musée Goya.

√Ä la mort de leur p√®re en 561, les fils de Clotaire all√®rent enterrer leur p√®re √† Soissons dans la basilique qu'il avait commenc√© √† faire construire sur le tombeau de saint-M√©dard[6]. Il se ligua avec ses fr√®res Gontran et Sigebert contre Chilp√©ric, son demi-fr√®re, qui avait pris possession du ch√Ęteau de leur oncle Childebert avec la portion du royaume qui allait avec, pour le forcer √† repartager le royaume. Le royaume fut donc √† nouveau divis√© en quatre et le sort lui attribua le royaume de Paris[7]. Les rapports de forces d√©termin√®rent en r√©alit√© les attributions, la mise √† l'√©cart des plus faibles faisait partie des usages de la succession royale franque et il se peut que les trois fils d'Ingonde √©prouv√®rent de la d√©fiance envers leur demi-fr√®re[8]. De plus, dans la tradition germanique, le mode de succession des rois sur le tr√īne, la tanistry (nom celtique d√©signant la succession par le cadet et non par le fils), se faisait entre fr√®re, de l'a√ģn√© au benjamin, puis aux oncles et aux neveux[9].

Le royaume des Francs en 561 après sa division en sous-royaumes.

Caribert reçut l'ancien royaume de Childebert Ier, situé entre la Somme et les Pyrénées[10], ayant Paris pour capitale et comprenant le bassin parisien, l'Aquitaine et la Provence. Ce teilreich était la portion du regnum francorum la plus riche en fisc (terre, forêt ou mine appartenant à la couronne[11]) et la plus facile à défendre.

En recevant le royaume de Childebert, il devint le gardien du tombeau de Clovis. Son royaume fut cependant menac√© par des autonomistes dans les possessions m√©ridionales, notamment en Aquitaine. Parmi les fid√®les de sa cour, apparaissait le jeune Gondovald, pr√©tendument fils de Clotaire et donc fr√®re putatif de Caribert[12]. En mati√®re fiscale, il voulut imposer la ville de Tours, qui depuis le r√®gne de Clotaire ne payait plus par hommage √† saint Martin, en tentant de reconstituer les registres de l'imp√īt qui avaient √©t√© br√Ľl√©s. Mais l'√©v√™que Eufronius obtint de lui une nouvelle suppression d'imp√īt[13].

A la suite du mariage de Sigebert et de Brunehilde, il invita le po√®te Venance Fortunat pour qu'il r√©dige un √©loge pan√©gyrique. Fortunat loua sa culture en lettre et en droit. Il c√©l√©bra en Caribert le plus grand des rois francs, le seul v√©ritable h√©ritier de son oncle Childebert Ier autant par ses qualit√©s que par son royaume, en appelant au t√©moignage d'Ultrogothe, veuve de Childebert, que Caribert avait honor√©e. Fortunat rappelait qu'il √©tait l'a√ģn√© de ses fr√®res et qu'en lui seul renaissait l'intelligence politique de leur p√®re qui d'ailleurs, le consid√©rait comme son fils pr√©f√©r√©[14]. En outre, il regorgeait de vertus imp√©riales et chr√©tiennes : aussi bon que Trajan, aussi juste que Salomon, aussi cl√©ment que David. Il c√©l√©bra son caract√®re pacifique en argumentant sur la prosp√©rit√© engendr√©e par son r√®gne : ¬ę Vos devanciers ont agrandi la patrie par les armes, mais en versant le sang ; vous, en r√©gnant sans infliger la d√©faite, vous conqu√©rez davantage.[15] ¬Ľ. De plus, il affirma que Caribert parlait mieux latin que bien des Romains et c√©l√©bra sa beaut√©, reflet de sa bont√©[16].

Les d√©boires matrimoniaux : le probl√®me de la succession

Il pratiqua la ¬ę monogamie s√©rielle[17]¬Ľ, m√©lange de mariage et de concubinage[18]. Il √©pousa Ingeberge, femme probablement de sang royal, dont il eut quatre enfants. Un d'eux mourut en bas √Ęge, les trois autres furent des filles devenues religieuses. Exc√©d√©e par la d√©bauche de son mari qui poss√©da plusieurs ma√ģtresses, et peut-√™tre pour l'assagir, Ingeberge fit introduire √† la cour un artisan de lainerie pour l'atelier royal, p√®re de deux de ses ma√ģtresses. Il la d√©laissa pour √©pouser les deux filles de l'artisan : M√©rofl√®de et Marcov√®fe. Il √©pousa d'abord M√©rofl√®de. Avant sa mort, Clotaire Ier avait d√©sign√© un clerc courtisan nomm√© Emery (Emeritus) √† l'√©v√™ch√© de Saintes. Cette nomination √©tant contraire au droit canon, il craignit que l'archev√™que de Bordeaux ne donna pas son approbation. Aussi, il autorisa Emery √† se faire ordonner par l'√©v√™que de son choix, ce que fit Emery. Apr√®s la mort de Clotaire Ier, Caribert dut faire accepter √† l'√©v√™que de Bordeaux le principe des nominations royales sur les si√®ges √©piscopaux[17]. Mais L√©once, l'archev√™que de Bordeaux, convoqua un synode √† Saintes pour traiter l'affaire. Un vote des pr√©lats d√©clara illicite la nomination et le sacre, un pr√™tre bordelais nomm√© H√©raclius fut √©lu √† la place d'Emery. L√©once envoya un pr√™tre nomm√© Noncupat (Nuncupatus)[19] informer Caribert des r√©sultats du synode. La nouvelle d√©plut au roi et le pr√™tre fut jet√© sur un chariot d'√©pines avant d'√™tre expuls√©[17]. M√©rofl√®de mourut, il √©pousa alors Marcov√®fe[20]. En choisissant la moniale Marcov√®fe comme femme, il choisit d'√©pouser une proche parente d'une pr√©c√©dente √©pouse, ce qui √©tait consid√©r√© comme un inceste par le droit canon. Une √©pid√©mie se mit √† ravager les Gaules, dont le royaume de Paris, ce qui fut per√ßu comme une punition d'une faute en mati√®re matrimoniale. Les √©v√™ques demand√®rent aux fid√®les de reporter les mariages pour obtenir la fin de l'√©pid√©mie[21]. Depuis de nombreuses ann√©es, les √©v√™ques r√©clamaient la tenue d'un concile, Caribert en donna l'autorisation. Sa tenue se fit √† Tours, le 18 novembre 567[22]. Venus de tout le royaume, les pr√©lats √©mirent deux canons. Le premier rappelait que les lois romaines et le droit eccl√©siastique interdisaient √† une moniale de se marier, les √©v√™ques ajout√®rent que Caribert avait r√©cemment √©mis une loi renfor√ßant cette disposition[23]. Le second √©voquait la question de l'inceste, r√©sum√© par les textes des conciles gaulois qui interdisaient √† un homme d'√©pouser sa belle-sŇďur[24]. Dans les deux dispositions du concile, la peine prescrite pour le contrevenant √©tait l'excommunication. Dans l'assembl√©e se trouvait Pr√©textat de Rouen qui condamna le roi de Paris pour les faits qui lui furent reproch√©s[25]. Caribert fut excommuni√© par l'√©v√™que Germain de Paris[17] pour inceste et sacril√®ge. Caribert abandonna ses √©pouses face √† l'hostilit√© du clerg√©. Il √©pousa lors d'un quatri√®me mariage une religieuse nomm√©e Th√©odechilde.

Le royaume des Francs en 567 après la division du royaume de Paris.

Sa vie conjugale doit √™tre per√ßue comme la n√©cessit√© pour le souverain d'engendrer une descendance masculine. Caribert √©tait d√©j√† √Ęg√© et se devait d'avoir un h√©ritier qui le succ√©derait sur le tr√īne tandis que ses cadets, Gontran et Chilp√©ric, en √©taient d√©j√† pourvu. De plus, il avait besoin de l'appui de fid√®les qui pouvaient l'abandonner si son royaume disparaissait avec lui[18].

En 566, il nomma son neveu par alliance Bertrand √©v√™que de Bordeaux[r√©f. n√©cessaire] et maria sa fille Berthe au roi Aethelberth[26] de Kent, le plus m√©ridionale des √©tat anglo-saxons[17],[27].

Il mourut le 5 mars 567 pr√®s de Bordeaux, alors qu'il visitait ses possessions m√©ridionales[28]. √Ä sa mort, malgr√© quatre √©pouses, il ne laissa que des filles. Ses trois fr√®res se disput√®rent √Ęprement son h√©ritage. Un partage de son royaume se fit en 568[29] o√Ļ Paris fut maintenu dans l'indivision. Les revenus fiscaux de la ville furent partag√©s en trois et chaque roi jura de ne pas entrer dans la ville sans le consentement des deux autres[30]. Senlis fut √©galement indivis√©e[31].

¬ę Caribert, roi franc de Paris et de l'ouest de Gaule (mort en 567) ¬Ľ selon Jean-Joseph Dassy (1796-1865). Peinture r√©alis√©e en 1837 conserv√©e √† Versailles, mus√©e national du ch√Ęteau et des Trianons.

Epouses et enfants

  • M√©rofl√®de, fille d'un cartier, elle fut la servante de la premi√®re √©pouse. Elle est la sŇďur de Marcov√®fe la 3e √©pouse.
    • Berthefl√®de, religieuse √† Tours puis au Mans.
  • Marcoveifa (Marcova) (?-567), sŇďur de M√©rofl√®de, la deuxi√®me √©pouse.
  • En 566, Th√©odechilde, religieuse, fille d'un berger, elle donna √† Caribert un fils mort jeune qui n'aurait pas r√©gn√©. Veuve, elle tenta de sauver le royaume de Paris en prenant le contr√īle du tr√©sor royal puis s'offrit au roi Gontran qui l'enferma dans un couvent, d'elle, il eut :

Notes et références

  1. ‚ÜĎ a et b Les reines pourpres Tome 1 : Les voiles de Fr√©d√©gonde, de Jean-Louis Fetjaine, √©ditions Belfond, 2006, p. 14.
  2. ‚ÜĎ Ivan Gobry, Clotaire II, collection ¬ę Histoire des rois de France ¬Ľ, √©ditions Pygmalion, p. 11.
  3. ‚ÜĎ Maurice Bouvier-Ajam, Dagobert Roi des Francs. ¬ę Figures de proue ¬Ľ, √©ditions Tallandier, 2000, p. 39.
  4. ‚ÜĎ Gr√©goire de Tours, Histoire des Francs, livre IV, 16.
  5. ‚ÜĎ Ivan Gobry, op. cit., collection ¬ę Histoire des rois de France ¬Ľ, √©ditions Pygmalion, p. 12.
  6. ‚ÜĎ Gr√©goire de Tours, op. cit., livre IV, 19, 21, 54.
  7. ‚ÜĎ Id., op. cit., livre IV, 22.
  8. ‚ÜĎ Dum√©zil (2008), pp. 108-109.
  9. ‚ÜĎ Michel Rouche, Clovis, √Čditions Fayard, 1996 (ISBN 2-213-59632-8), p. 233 .
  10. ‚ÜĎ Ivan Gobry, op. cit., collection ¬ę Histoire des rois de France ¬Ľ, √©ditions Pygmalion, p. 13.
  11. ‚ÜĎ Dum√©zil (2008), p. 93.
  12. ‚ÜĎ Id. (2008), p. 259.
  13. ‚ÜĎ Id. (2008), p. 301.
  14. ‚ÜĎ Id. (2008), p. 199.
  15. ‚ÜĎ Venance Fortunat, Carmina. VI, 2 v.37-38.
  16. ‚ÜĎ Dum√©zil (2008), pp. 142-143.
  17. ‚ÜĎ a, b, c, d et e Gr√©goire de Tours, op. cit., livre IV, 26.
  18. ‚ÜĎ a et b Dum√©zil (2008), p. 143.
  19. ‚ÜĎ Gr√©goire de Tours confond l'homme avec sa fonction, car le terme signifie d√©sign√©, nomm√©. Ivan Gobry, Clotaire II, collection ¬ę Histoire des rois de France ¬Ľ, √©ditions Pygmalion, p. 16.
  20. ‚ÜĎ Ivan Gobry, op. cit., collection ¬ę Histoire des rois de France ¬Ľ, √©ditions Pygmalion, p. 17.
  21. ‚ÜĎ Concile de Tours II, Lettre des √©v√™ques de la province de Tours au peuple. ¬ę La col√®re du Seigneur pourra √™tre apais√©e par la chastet√© des corps ¬Ľ. (ed. cit. p. 395).
  22. ‚ÜĎ Tours II c.1.
  23. ‚ÜĎ Tours II c.21.
  24. ‚ÜĎ Tours II c.22. Ce texte rappelle des prescriptions des conciles d'Orl√©ans I et d'Epaone.
  25. ‚ÜĎ Le nom de Pr√©textat, agissant en tant qu'√©v√™que de Rouen, se situe en t√™te de la liste des souscriptions du concile de Tours II.
  26. ‚ÜĎ Gr√©goire le Grand, Ep. XI, 35 ; R.A. Markus, ¬ę The Chronology of Gregorian Mission to England : Bede's Narrative and Gregory's Correspondence ¬Ľ, in id., From Augustine to Gregory the Great. History of Christianity in the Late Antiquity, Londres, 1983, pp. 16-30.
  27. ‚ÜĎ Gr√©goire de Tours, op. cit., livre IX, 26.
  28. ‚ÜĎ Ivan Gobry, op. cit., collection ¬ę Histoire des rois de France ¬Ľ, √©ditions Pygmalion, p. 24.
  29. ‚ÜĎ Le texte du partage est √©voqu√© par le Pacte d'Andelot (Gr√©goire de Tours, op. cit., livre IX, 20).
  30. ‚ÜĎ Gr√©goire de Tours, op. cit., livre VI, 27 ; VII, 6.
  31. ‚ÜĎ Pacte d'Andelot, Gr√©goire de Tours, op. cit., livre IX, 20.

Bibliographie

Articles connexes

Précédé par Roi de Paris Suivi par
Clotaire Ier
Caribert Ier
561-567
Chilpéric Ier
Gontran
Sigebert Ier

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Caribert Ier de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Berthe, fille de Caribert Ier ‚ÄĒ Berthe de Kent Berthe de Kent Reine de Kent Naissance v. 539 Neustrie (nord de la France actuelle) D√©c√®s v. 61 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Caribert II d'Aquitaine ‚ÄĒ Caribert II Caribert II Roi d Aquitaine ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Caribert ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Plusieurs souverains m√©rovingiens et seigneurs se pr√©nomm√®rent Caribert : Caribert Ier,(520 567), roi de Paris jusqu en 567. Caribert II, (629 632),… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Caribert II ‚ÄĒ t√™te diad√©m√©e √† droite. Tiers de sou d or (tr√©missis) frapp√© √† Banassac. Cabinet des m√©dailles, Biblioth√®que nationale de France. Titre ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chilp√©ric, fils de Caribert II ‚ÄĒ Caribert II Caribert II Roi d Aquitaine ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chilp√©ric Ier (roi des Francs) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Chilp√©ric Ier (homonymie). Chilp√©ric Ier ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chilperic Ier (Neustrie) ‚ÄĒ Chilp√©ric Ier (roi des Francs) Pour les articles homonymes, voir Chilp√©ric Ier (homonymie). Chilp√©ric I ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chilperic Ier (roi des Francs) ‚ÄĒ Chilp√©ric Ier (roi des Francs) Pour les articles homonymes, voir Chilp√©ric Ier (homonymie). Chilp√©ric I ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chilp√©ric Ier (Neustrie) ‚ÄĒ Chilp√©ric Ier (roi des Francs) Pour les articles homonymes, voir Chilp√©ric Ier (homonymie). Chilp√©ric I ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chilp√©ric Ier (Roi Des Francs) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Chilp√©ric Ier (homonymie). Chilp√©ric I ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.