Carassius auratus auratus


Carassius auratus auratus

Poisson rouge

Comment lire une taxobox
Poisson rouge
 Poisson rouge commun
Poisson rouge commun
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Actinopterygii
Ordre Cypriniformes
Famille Cyprinidae
Genre Carassius
Espèce Carassius auratus
Sous-espèce
Carassius auratus auratus
(Linnaeus, 1758)
Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Le poisson rouge ou carassin[1] (Carassius auratus auratus) est un poisson d'eau douce domestique commun dans les bassins et les aquariums du monde entier.

Il est issu d'un cyprin ou carrassin asiatique, le cyprin doré (Carassius auratus)[2] et il est donc proche du Carrassin commun, un poisson qui vit dans les eaux douces, calmes et tempérées d'Europe et de Chine. Des élevages sélectifs ont permis d'obtenir des variétés dont la morphologie a peu de point communs à présent avec le cyprin doré.

Des recherches sont en cours afin de déterminer si Carassius auratus a évolué pour donner des sous-espèces, et combien[3]. De plus, relâchés dans la nature, les poissons rouges s'hybrident facilement avec d'autres Cyprinidés.

Pour le poisson rouge pêché dans le Canada atlantique, voir le Sébaste atlantique.

Sommaire

Description de l'espèce

poisson de couleur gris doré
Carassius auratus sauvage

Le Carassius auratus sauvage, ou cyprin doré, est un poisson de couleur gris doré de forme simple.

L'espèce a considérablement évoluée au cours des siècles dans les élevages.

Le poisson rouge commun est la variété la plus connue. Il diffère peu de la forme sauvage si ce n'est par sa couleur plus vive, et peut atteindre des tailles impressionnantes (30 à 45 cm). Le corps est allongé, la queue et les nageoires petites par rapport au corps. Il était au départ doré, mais avec l'apparition de l'élevage en Chine il est devenu rouge, calico, blanc ou noir.

Chaque variété de poissons rouge a ses propres caractéristiques : le télescope, d'origine japonaise, a les yeux proéminents ; ceux de la lorgnette de ciel sont retournés vers le haut, etc.

Évolution de l'espèce

un gros poisson brun doré et deux plus petits rouges et blanc
Premières mutations du Carassin doré

Origine et histoire du poisson rouge

Les poissons rouges sont originaires des rivières, lacs et étangs de Chine où leur domestication est déjà mentionnée en 970 avant Jésus Christ. Avant le XVIe siècle, seuls les nobles les élevaient. Les poissons rouges étaient particulièrement vénérés sous la dynastie Song (960-1279). Ils ont tout d'abord été conservés dans de riches bocaux de porcelaine puis dans des sphères de cristal[4].

Mutations

Toutes sortes de variétés colorées sont apparues, de même que des mutations plus importantes au niveau de la forme du corps, très recherchées chez ces poissons ornementaux.

Après plusieurs croisements et sélections, de nouvelles variétés ont été créées, comme l'oranda, le comète, le télescope, le tête de lion, l'uranoscope… Dans ces cas, les couleurs mais aussi la morphologie des poissons ont été considérablement modifiées par mutations progressives. Les poissons peuvent avoir un corps plus rond, une queue double voire triple, des excroissances sur la tête, une nageoire dorsale plus haute, voire absente…

Quelques mutations morphologiques du poisson rouge :

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Variétés

Il existe de nombreuses variétés dites de « poissons rouges », en voici quelques-unes :

  • Le Shubunkin: ce poisson à queue simple possède une couleur bigarrée, rouge, noire, blanche et bleutée.
  • Le comète : il s'agit d'un poisson rouge commun à longue queue simple.
  • Le Voile de Chine ou Ryukin : reconnaissable par son long voile double sur sa nageoire caudale. Le ryukin a un corps particulièrement étiré en hauteur, avec une cassure entre la tête et le corps. Le voile de chine a un corps plus fin.
  • Le Tête de Lion ou Ranchu : il ne possède pas de nageoire dorsale et il a la particularité d'avoir une excroissance sur toute la tête, pouvant faire penser à une crinière de lion. Le Ranchu, lui, a une excroissance moins développée, une tête plus triangulaire, et possède un dos plus voûté que le tête de lion. Sa nageoire caudale est située plus basse. Il est parfois appelé "poisson-œuf".
  • L'Oranda à tête rouge : il a une nageoire dorsale et possède une excroissance sur le dessus de la tête. Lorsque cette excroissance recouvre aussi les opercules brachiaux, le poisson est appelé « oranda hollandais » ou « tête de lion hollandais ».
  • Le Bubble Eyes : il possède deux poches semi-translucides sous les yeux. Si ces poches se crèvent, elles ne peuvent pas se régénérer (ou rarement). Il s'agit donc d'une espèce très fragile.
  • Le Télescope : ses yeux sont hypertrophiés et peuvent parfois être asymétriques.

et la Lorgnette de ciel, dont les yeux sont retournées vers le haut.

Les poissons rouges et japonais sont considérés en France comme domestiques.

Maintenance en captivité

Crystal Clear app babelfish.png Maintenance en aquarium
Note : Les informations figurant dans cet encadré sont données seulement à titre indicatif. Lire attentivement le texte.
Origine Chine Eau eau douce
Dureté de l'eau 5 à 15 °GH pH 7 à 8
Température 1 à 30 °C Volume mini. 250 l
Alimentation Omnivore Taille adulte 10 à 30 cm
Reproduction Ovipare Zone occupée pleine eau
Sociabilité Vit en groupe Difficulté Facile

Ce sont des poissons d'eau froide, mais ils peuvent être maintenus à des températures allant de 1 °C à 27 °C pour les poissons rouges communs (22 °C pour la reproduction). Pour les variétés dérivées comme les queue de voile, télescopes, oranda, tête de lion, bubble eyes... qui sont plus délicates, la température doit être comprise entre 10 °C et 26 °C [réf. souhaitée].

L'eau doit avoir un pH plutôt neutre à alcalin (basique) compris entre 7 à 8.0, et une dureté de 5 °d GH à 15 °d GH[réf. souhaitée].

Banc de poissons rouges de variétés diverses dans un bassin

De par leur taille, au moins 20 cm pour les variétés sélectionnées et jusqu'à 50 cm pour le poisson rouge classique, ces animaux ont énormément besoin d'espace de nage. Les poissons rouges classiques sont adaptés aux grandes pièces d'eau mais, avec des soins et un équipement appropriés, ils peuvent vivre en petit bassin, en aquarium ou en vivier.

En aquarium les bacs de gros volume sont donc obligatoires, il faut un minimum de 50 l par poisson rouge et comme ce sont des poissons grégaires, qui vivent en banc, il doivent être maintenu au minimum par 2 de la même espèce, il faut donc prévoir 100 l au strict minimum. L'aquarium doit alors être équipé d'une filtration puissante (environ 4/5 fois le volume total par heure)[réf. souhaitée].

Aquarium pollué et surpeuplé
Petit bac pollué et surpeuplé dans une école.

Une "boule" ou un petit bac sont donc totalement inadaptés. L'espérance de vie normale d'un poisson rouge est d'une trentaine d'années[5] et il grandit considérablement... Ceux qui sont conservés dans de petits volumes sont atteints de nanisme et, très souvent, décèdent prématurément. En effet le nettoyage complet d'un bocal, d'un petit aquarium ou d'un vivier, s'il n'a ni filtre ni sable, détruit complètement les bactéries participant à la dénitrification du milieu et recommence ce qui se nomme Le cycle de l'azote, période où l'eau devient nocive pour l'animal en se chargeant en matières nocives sur un laps de temps d'un mois pour ensuite devenir "vivable" pour les poissons[réf. souhaitée].

Alimentation

Variétés de nourriture pour poisson rouge disponibles dans le commerce

Ce poisson est omnivore. Dans les étangs, les mares et les bassins mixtes (eau et plantes) pas trop peuplés, il trouve en principe de la nourriture vivante et végétale en quantité suffisante. En bassin surpeuplé, en vivier et en aquarium, on lui donnera en complément ou en menu principal, de la nourriture du commerce adaptée.

Le poisson rouge est dit « glouton » puisqu'il peut, lorsqu'il est nourrit par l'homme, manger bien plus qu'il ne lui est nécessaire, au risque d'être malade. Pour savoir quelle quantité leur donner, il faut respecter la règle « la bonne quantité est ce qui peut être mangé en une à trois minutes ». On peut adapter ainsi la ration en fonction des poissons, de leur taille, leur nombre, leur appétit, la température, etc.[réf. nécessaire]

Choisir de préférence les granulés car ils coulent et ne polluent pas l'eau. Éviter les daphnies séchées, elles n'ont aucun intérêt nutritif, et le pain, qui gonfle dans leur intestin et peut leur provoquer de graves problèmes de digestion. [réf. nécessaire]

Si leur espace n'est pas suffisamment planté, il est conseillé de compléter le menu par de la verdure (salade pochée, épinard, courgette...) et, s'il n'est pas situé à l'extérieur, par de la nourriture vivante et/ou congelée (artemias, vers de vase rouges, larves de moustiques...)

Reproduction

Au printemps, quand l’eau atteint 14 ° à 16 °C, les poissons rouges s’apprêtent à se reproduire. En aquarium il est d’ailleurs nécessaire de baisser la température durant l’hiver si on souhaite tenter une reproduction car le cycle de maturation doit passer par une phase de dormance.

Le mâle atteint sa maturité sexuelle à 2 ans et la femelle à 3 ans. Les femelles sont plus rondes et plus pleines que les mâles quand arrive la période de frai. On reconnaît qu’elles sont prêtes à pondre car le ventre devient mou et l'orifice génital paraît proéminent. À cette périodes les mâles libèrent facilement de la laitance lorsqu'ils sont manipulés. Ils portent des « boutons de noce » blancs et rugueux sur les opercules ainsi que sur le premier rayon des nageoires pectorales qui sont souvent plus développées que chez les femelles.

La reproduction est appelée « le frai ». La femelle accompagnée de plusieurs mâles prend appui sur les supports (frayères) disponibles pour pondre. Les ovules et la laitance sont libérés en pleine eau et c'est à ce moment que doit avoir lieu la fécondation. Au contact de l'eau, les protéines qui couvrent l'œuf commencent à devenir adhésives, l'œuf s'hydrate et se gonfle, et le micropyle se referme. Les ovules qui n'ont pas été fécondés à ce stade sont perdus. Les œufs adhèrent alors aux végétaux et aux surfaces environnantes. L'incubation peut commencer. (Les œufs qui sont trop agglomérés les uns aux autres, tombés au sol ou dans un réduit mal oxygéné risquent fort d'être perdus par manque d'oxygène ou contact pathogène..).

La durée de l'embryogénèse est proportionnelle à la température et peut demander de 6 à 3 jours dans une eau respectivement de 16 à 24 °C. À l'éclosion, les extrémités de l'appareil digestif (bouche et anus) de la larve ne sont pas encore ouvert, mais celle-ci dispose d'une réserve vitelline qui lui apporte l'énergie et les nutriments nécessaires pour achever sa formation. Cependant, n'ayant pas encore de vessie natatoire, la larve coule et ne peut tenir en eau sans fournir un effort considérable. Elle cherche donc a s'accrocher aux supports qu'elle trouve. Cette période dite de résorption de la vésicule peut demander 2 à 4 jours (toujours selon la température). Dès qu'elle en est capable, la larve vient à la surface capter une bulle d'air qui vient gonfler sa vessie natatoire et lui permet ainsi de nager normalement. À partir de ce moment, elle doit commencer à se nourrir (infusoires, rotifères, débris végétaux..)

Santé

poisson rouge en surface aux nageoires repliées
Poisson rouge affaibli : proche de la surface et nageoires repliées.

Les poissons rouges sont vendus en animalerie sous leur forme juvénile, maintenus dans de bonnes conditions ils arrivent à leur taille adulte qui se situe aux alentours de 20 cm. La majorité de ces animaux sont placés dans des bocaux ou des aquariums d'un très faible litrage et développent alors une forme de nanisme, ce qui entraine des malformations des organes et raccourcit considérablement leur durée de vie. De plus, les bocaux réduisent la surface d'échange entre l'eau et l'air, ce qui appauvrit le milieu en oxygène. Enfin, ce sont de gros pollueurs, et leurs déchets sont dégradés par des bactéries et se transforment en poison ( cf: cycle de l'azote ). Des poissons élevés dans de telles conditions n'atteignent évidemment jamais leur maturité sexuelle. Certains considèrent d'ailleurs le maintient de poissons rouges dans des bocaux ronds comme de la maltraitance, la ville de Rome a même interdit leur utilisation. [6]

Commercialisation et utilisation

Statut de protection

Marronnage

Le marronnage est fréquent. Les poissons rouges relâchés dans la nature se croisent facilement avec d'autres Cyprinidés. Une étude génétique a montré qu'en Angleterre la plupart des carassins communs (Carassius carassius) capturés s'étaient en fait hybridés avec le poisson rouge (Carassius carassius x Carassius auratus) ce qui pourrait poser des problèmes à long terme pour la survie de l'espèce[7].

Idée reçue

En France, les animaleries et Jean-Marie Bigard, à travers l'un des sketches de son spectacle Des animaux et des hommes, ont largement participé à répandre cette idée reçue que les poissons rouges n'auraient que 3 secondes de mémoire et qu'ainsi ils ne seraient pas tristes dans leur bocal. Mais ceci a été démontré comme faux[8]

Le poisson rouge aurait une mémoire d'approximativement 3 mois, serait sensible aux couleurs et aux sons[9].

En tous cas le poisson rouge aurait la mémoire de la douleur pendant au moins 24h et peut être entrainé à garder la mémoire d'un évènement jusqu'à 3 mois, d'après une étude réalisée par l'Université de Plymouth. Un étude réalisée ultérieurement à l'université de la Reine de Belfast a confirmé qu'il ressent la douleur et peut apprendre à l'éviter dans un aquarium où il reçoit des décharges électriques dans certains secteurs[10]

Notes et références

  1. Référence ITIS : Carassius auratus (Linnaeus, 1758) (fr) (+version (en))
  2. Terra nova : Le Poisson Rouge
  3. (en) J. Luo et al. Genetic Diversity in Crucian Carp (Carassius auratus), dans Biochemical Genetics, Volume 37, n° 9-10, 1 Octobre 1999 , pp. 267-279(13), Ed. Springer Lire le résumé en ligne
  4. Axelrod H.R., Emmens C.W., Sculthorpe D., Vorderwinkler W., Pronek N. & Burgess W.E. (1977) Poissons exotiques d'aquarium d'eau douce, Imp. O. Van de Putte, Belgique.
  5. La Page du Poisson rouge : questions et réponses
  6. Le poisson rouge interdit de bocal à Rome article sur le site de TF1
  7. (en) B. Hänfling et al., 2004, A molecular approach to detect hybridisation between crucian carp (Carassius carassius) and non-indigenous carp species (Carassius spp. and Cyprinus carpio).
  8. http://galliform.bhs.mq.edu.au/~cisab/Macquarie%20University%20News%20-%20Brown.pdf
  9. Emission de TF1, "On nous dit"
  10. La légende des 3 secondes de mémoires sur le site de l'Association Française du Poisson Rouge, traduit de l'anglais d'après telegraph.co.uk

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Taxinomie

Taxinomie sous-espèce:

Taxinomie espèce:

Autres liens externes

Bibliographie

  • Marcel Bourgeois, Poissons rouges - élevage et reproduction. Éditions Bornemann. 1976. 39 pages. Collection : aquariophilie & terrariophilie - ISBN : 2-85182-556-9
  • C. Peres, 1983. Le carassin doré. Introduction à l'élevage. Monographie de ses principales variétés ornementales. Éd. Centre d'Étude du Machinisme Agricole du Génie Rural des Eaux et des Forêts CEMAGREF Montpellier (FRA) 32p.
  • Portail de l’aquariophilie Portail de l’aquariophilie
  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie
Ce document provient de « Poisson rouge ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Carassius auratus auratus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Carassius auratus buergeri — Scientific classification Kingdom: Animalia Phylum: Chordata Class: Actinopterygii …   Wikipedia

  • Carassius auratus — Carassius auratus. См. серебряный карась. (Источник: «Англо русский толковый словарь генетических терминов». Арефьев В.А., Лисовенко Л.А., Москва: Изд во ВНИРО, 1995 г.) …   Молекулярная биология и генетика. Толковый словарь.

  • Carassius auratus — Poisson rouge Poisson rouge …   Wikipédia en Français

  • Carassius auratus —   Carpín …   Wikipedia Español

  • Carassius auratus auratus — Der Titel dieses Artikels ist mehrdeutig. Goldfisch war auch der frühere Name des heutigen Sternbildes Schwertfisch.. Goldfisch Goldfische Systematik Überklasse …   Deutsch Wikipedia

  • Carassius auratus gibelio — Giebel Giebel Systematik Überordnung: Ostariophysi Ordnung: Karpfenartige (Cyp …   Deutsch Wikipedia

  • Carassius auratus — Goldfish Gold fish , n. (Zo[ o]l.) (a) A small domesticated cyprinoid fish ({Carassius auratus}); so named from its color. It is a native of China, and is said to have been introduced into Europe in 1691. It is often kept as an ornament, in small …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Carassius auratus — sidabrinis karosas statusas T sritis zoologija | vardynas taksono rangas rūšis atitikmenys: lot. Carassius auratus angl. Chinese carp; golden carp; goldfish rus. золотая рыбка; серебрянный карась ryšiai: platesnis terminas – paprastieji karosai …   Žuvų pavadinimų žodynas

  • Carassius auratus — noun small golden or orange red freshwater fishes of Eurasia used as pond or aquarium fishes • Syn: ↑goldfish • Hypernyms: ↑cyprinid, ↑cyprinid fish • Hyponyms: ↑silverfish • Member Holonyms: ↑ …   Useful english dictionary

  • Carassius auratus auratus — …   Википедия


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.