62e regiment d'infanterie de ligne

ï»ż
62e regiment d'infanterie de ligne

62e régiment d'infanterie de ligne

62e RĂ©giment d'Infanterie
62e RI.jpg

Insigne régimentaire du 62e R.I
PĂ©riode 1667
Pays France France
Branche armée de Terre
infanterie
Type RĂ©giment d'infanterie
RĂŽle Infanterie
Devise Nec pluribus impar
Amor fonce Ă  mort
Inscriptions sur l’emblùme Valmy 1792
Wagram 1809
LĂŒtzen 1813
SĂ©bastopol 1855
Matehuala 1864
Champagne 1915
Verdun 1916
L'Avre 1918
Anniversaire Saint-Maurice
FĂȘte: le 17 mai (1864, Matehuala).
Guerres Expédition du Mexique
Guerre de 1870
PremiĂšre Guerre mondiale
Bataille de France
FourragĂšres Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
DĂ©corations Croix de guerre 1914-1918 deux palmes
une Ă©toile de vermeil

Le 62e rĂ©giment d'infanterie de ligne (62e R.I) est un rĂ©giment de l'armĂ©e de terre Française crĂ©Ă© en 1667 (Salm-Salm) Allemand. L’origine du rĂ©giment remonte Ă  1615 durant le rĂšgne de Louis XIII.

Sommaire

Création et différentes dénominations

  • 1667: RĂ©giment de Furstenberg.
  • 1686: RĂ©giment de Greder.
  • 1716: RĂ©giment de Sparte.
  • 1720: RĂ©giment de Saxe.
  • 1751: RĂ©giment de Bentheim.
  • 1759: RĂ©giment d'Anhalt.
  • 1783: RĂ©giment de Salm-Salm.
  • 1791: 62e RĂ©giment d'Infanterie.
  • 1796: 62e Demi-Brigade de Ligne.
  • 1803: 62e RĂ©giment d'Infanterie de Ligne.
  • 1815: Dissous.
  • 1823: 62e RĂ©giment d'Infanterie de Ligne.
  • 1882: 62e RĂ©giment d'Infanterie.
  • 1923: Dissous (traditions gardĂ©es par le 137e RI).
  • 1939: 62e RĂ©giment d'Infanterie.
  • 1940: Dissous le 23 mai par le bureau liquidateur de Clermont-Ferrand.

Colonels/Chef de brigade

Le Maréchal de Saxe a été colonel de 1720 à 1751.


Historique des garnisons, combats et batailles du 62e RI

Ancien RĂ©gime

Guerres de la RĂ©volution et de l'Empire

1815 Ă  1848

  • 1836-1841 : ConquĂȘte de l'AlgĂ©rie
insigne de béret d'infanterie

" La redoute d'Aïn-el-Turck portera désormais le nom de redoute du 62e." Maréchal Vallée,1839.


Second Empire

" Le 62e a tenu haut et ferme le drapeau de la France et dans le combat du 12 septembre,il s'est couvert d'une gloire impérissable." Maréchal Forey, 1866.


Pendant la guerre de 1870-71, le 62e faisait partie de l’armĂ©e du Rhin. Il fut Ă  Borny le 14 aoĂ»t, Ă  Gravelotte le 16 oĂč il perdit 12 officiers et 130 soldats et au trĂšs dur combat de Saint-Privat le 18 aoĂ»t. Plus tard, le rĂ©giment reconstituĂ© rejoint l’armĂ©e de la Loire et s’illustre au bataille du Mans et de Saint-Jean-sur-Erve.

1870 Ă  1914

PremiĂšre Guerre mondiale

A la 22e D.I d'Août 1914 à Novembre 1918, il est composé de 3 bataillons.
Chef de bataillons au 1° août 1914: commandant Félix de Vial

1914

1915

1916

1917

En octobre 1917, il se trouve dans le secteur du Chemin des Dames. Pendant l’hiver 1917, il occupe successivement les secteurs de la Malmaison, de la forĂȘt de Pinon et de l’Aisne. Le 62e se voit dĂ©cerner pour sa bravoure au feu le port de la fourragĂšre aux couleurs du ruban de la croix de guerre.

1918

  • Nesle,
  • Champlieu,
  • Roye,
  • Rollot
  • Chemin des Dames
  • Navarin,
  • Butte de Souain,
  • Somme-Py.

"Pendant quatre jours de durs combats, oĂč il a Ă©tĂ© toujours en avant, il s'est fait remarquer par son ardeur guerriĂšre." GĂ©nĂ©ral Gouraud, 1918.

Entre-deux-guerres

Le 20 juillet 1919, le 62e est de retour Ă  Lorient, aprĂšs avoir participĂ© au dĂ©filĂ© de la victoire Ă  Paris derriĂšre son glorieux drapeau cravatĂ© de la croix de guerre et de la fourragĂšre aux mĂȘmes couleurs. Devant la population en liesse le Maire de Lorient reprend les paroles qu’il avait prononcĂ©es le 7 aoĂ»t 1914 : « Le soldat breton au cƓur fort et gĂ©nĂ©reux ne demeura pas infĂ©rieur Ă  sa rĂ©putation Â». HĂ©las le bilan de cette premiĂšre guerre mondiale Ă©tait trĂšs lourd, le rĂ©giment accusant 2416 morts ou disparus. Peu aprĂšs le traitĂ© de Versailles, le rĂ©giment sera dissout.

Seconde Guerre mondiale

Le 62e R.I a été formé à Lorient le 15 septembre 1939.
Il est passé par Mihiel, puis s'est dirigé vers la frontiÚre luxembourgeoise.
En décembre 1939, il est sur le Stronverg, le 28 décembre, il est à Bouzanville.
En mars 1940, il est à Saint-Jean de Montmeillant et dans la réguion de Rethel; en avril, il se prepare à la manoeuvre de Belgique par Givet.
Le 12 mai 1940, il se porte sur la Meuse.
Le 18 mai, le drapeau est capturé par les allemands, le régiment est dissous le 23 mai 1940 par le Bureau Liquidateur de Clermont-Ferrand.


Le 62e RI de Lorient est formé avec une partie des cadres du 137e RI de Quimper.
Son commandant, le lieutenant-colonel LE BARILLEC est ainsi l’ancien chef du IIIe bataillon du 137e.
Le 62e fait partie de la 22e division d’infanterie du gĂ©nĂ©ral Joseph HASSLER (1881-1966).
La division n’est pas une unitĂ© d’active composĂ©e de professionnels mais, parmi les divisions de rĂ©serve elle est classĂ©e A, c’est-Ă -dire de la meilleure qualitĂ© avec un fort noyau d’active et un Ă©quipement comparable aux divisions d’active.
Le 19Ăšme rĂ©giment d’infanterie de Brest et le 116Ăšme de Vannes font aussi partie de la division qui est intĂ©grĂ©e au XIĂšme corps d’armĂ©es du gĂ©nĂ©ral Julien MARTIN (1881-1973) rattachĂ© lui-mĂȘme Ă  la IXĂšme armĂ©e du gĂ©nĂ©ral AndrĂ© Corap (1878-1953).
Le 62e RI est mis sur pied entre le 23 août et le 8 septembre 1939.
Du 8 au 16 septembre, il est transporté par trains vers Saint-Mihiel dans le département de la Meuse en Lorraine, puis est dirigé vers la frontiÚre luxembourgeoise.
En dĂ©cembre 1939 il est sur le Stromberg Ă  Sierck en Moselle, au pays des trois frontiĂšres oĂč la boucle de la Moselle rĂ©unit Ă  cet endroit la France, l'Allemagne et le Luxembourg.
Le 28 décembre 1939, il est à Bouzanville en Meurthe et Moselle.
En mars 1940, il est à Saint-Jean de Montmeillant et dans la région de Rethel dans les Ardennes.
En avril, il se prĂ©pare Ă  la manƓuvre de Belgique par Givet, c’est-Ă -dire qu’il fait partie des troupes qui doivent dĂ©fendre la Meuse, frontiĂšre naturelle avec la Belgique.

Le 10 mai 1940, les Allemands attaquent à l’ouest en envahissant le Luxembourg, la Hollande et la Belgique.
Le rĂ©giment ne dispose alors que de 60% de ses effectifs, soit moins de 2000 hommes, le reste Ă©tant pour la plupart en permission. A 7h02, le PC du rĂ©giment reçoit l’ordre d’alerte lui enjoignant d’exĂ©cuter la manƓuvre de Belgique Ă  laquelle il s’était entraĂźnĂ© en avril. La troupe se met en mouvement Ă  pieds, sous les attaques de l’aviation ennemie Ă  partir du 11.
Le dimanche 12 mai, jour de pentecÎte, par un soleil radieux, le gros de la 22Úme division, se porte comme prévu sur la Meuse, tenant le front entre HastiÚres et le sud de la boucle de Chooz. Le sud du dispositif est affecté au régiment, entre Ham et Vireux. Exténué aprÚs cette marche, le 62e atteint ses emplacements à 3h dans la nuit du 12 au 13.
Le PC est à Vaucelles. Le 116e RI est au nord et le 265e RI de la 61e DI au sud. Le 2Úme bataillon du Commandant DARDANT occupe le quartier nord avec son PC à Hierges. La 7Úme compagnie fait la liaison avec le 116Úme. Les ponts de Ham et Vireux sont détruits à 16h.
Le 13 les bombardements aĂ©riens s’intensifient. Les premiers contacts avec l’ennemi qui a atteint les rives du fleuve ont lieu dĂšs la fin de journĂ©e du 13. Le rĂ©giment reçoit alors dans la soirĂ©e un ordre de repli sur la ligne Vierves-Matignolles.
L’ennemi franchit la Meuse trĂšs tĂŽt dans la matinĂ©e du 14. Toute la division, qui est enfoncĂ©e par la 32Ăšme division d’infanterie allemande, doit refluer, le 2e bataillon vers MazĂ©e Ă  partir de 3h le 15. Le rĂ©giment subit des pertes. Ainsi le capitaine Yves QUEIGNEC, commandant de la 7e compagnie, instituteur Ă  ScaĂ«r, meurt au champ d’honneur, en Belgique le 14 mai en fin de journĂ©e (le 13 d’aprĂšs l’inscription sur sa tombe ?) Ă  l’ñge de 39 ans. Il est enterrĂ© Ă  Quimper, au cimetiĂšre Saint-Joseph.
A 7h30 le 15, les Allemands apparaissent dans la rĂ©gion de Matignolles oĂč le combat s’engage avec les unitĂ©s du 2Ăšme bataillon qui, vers 8h30, sont menacĂ©es d’encerclement. Elles Refluent et sont disloquĂ©es par des attaques de blindĂ©s lorsqu’elles arrivent Ă  Olloy vers 11h30. Le capitaine COLLIN, commandant le bataillon est blessĂ© et fait prisonnier. Dans ce chaos, tout ce qui reste de la division doit se diriger vers la forĂȘt de Saint-Michel.

Ce mĂȘme jour, face au dĂ©sastre, le gĂ©nĂ©ral CORAP est remplacĂ© par le gĂ©nĂ©ral GIRAUD Ă  la tĂȘte de la IXe armĂ©e. Mais c’est dĂ©jĂ  trop tard, les allemands exploitent leur percĂ©e qui les conduira jusqu’à la mer et Ă  Dunkerque. Leurs troupes qui ont franchi la Meuse Ă  Sedan le 13 arrivent maintenant de l’est et la 8Ăšme « panzer division Â» entre dans Hirson le 16.
Le 16 Ă  8h30, seuls environ 500 hommes de la 22e DI sont rassemblĂ©s Ă  Saint-Michel, les 19e RI et 62e RI Ă©tant les plus reprĂ©sentĂ©s. 6 chars R35 du 32e bataillon de chars de combat renforcent le dispositif qui s’appuie sur les blockhaus souvent inachevĂ©s dans la forĂȘt.

Vers 14h, le gĂ©nĂ©ral Beziers de Lafosse (1880-1964), commandant de l’infanterie divisionnaire et le colonel commandant le 18Ăšme rĂ©giment d’artillerie de la 22e DI quittent le PC de Saint-Michel pour rejoindre celui du 62e.

Le 17, en matinĂ©e une percĂ©e est envisagĂ©e vers Mondrepuis. Elle n’aura pas lieu.

Vers 15h, l’ennemi progresse de Saint-Michel vers le nord et arrive au contact de la ligne d’arrĂȘt. De nombreux soldats sont tuĂ©s, en particulier au carrefour de l’étoile oĂč a Ă©tĂ© Ă©rigĂ© un monument commĂ©moratif portant les noms de 24 militaires dont 3 du 62e, Sergent Mathurin Guehennec, soldat Henri Manceau, Sergent Jacques Salama. Les combats se calment Ă  l’arrivĂ©e de la nuit.

Le samedi 18 mai, l’attaque reprend dĂšs l’aube et, peu, Ă  peu, le dernier rĂ©duit constituĂ© par le PC du 62Ăšme est entourĂ© de toutes parts et va cesser le combat.

Selon le rapport du Colonel Le Barillec, aprĂšs des combats autour du Poste de commandement du 62e, le gĂ©nĂ©ral Beziers de Lafosse (1880-1964), commandant de l’infanterie de la division, « dĂ©clare, pour Ă©viter le massacre, qu'il vaut mieux se rendre. C'est fini du 62e RI, il est environ 11h30. A l'attitude de l'ennemi, le colonel se rend compte que tous les autres points d'appui ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©duits. La troupe Ă  laquelle ils ont eu affaire avait fait la Pologne. Le bataillon allemand, commandĂ© par le Capitaine Bauer (l'homme de l'Himalaya) Ă©tait composĂ© d’hommes de 20 Ă  22 ans. AprĂšs nous avoir offert Ă  dĂ©jeuner Ă  leur division, les officiers de cette unitĂ© prirent congĂ©s de nous en ces termes: "Bonne chance, nous avons eu affaire Ă  de braves combattants". Â»

Le Capitaine Paul Bauer, alpiniste qui s’est distinguĂ© avant guerre par ses expĂ©ditions dans l’Himalaya, appartenait au IIIĂšme bataillon du 99e rĂ©giment de chasseurs de montagne (III./GJR.99) de la 1Ăšre division de montagne, « 1. gebirgs-division Â» commandĂ©e par le gĂ©nĂ©ral Ludwig Kubler.

La division traverse la Meuse le 15 mai, Ă  Revin et Fumay Ă  une vingtaine de kilomĂštres Ă  l’est d’Hirson. Le 18 mai elle attaque la ligne de blockhaus Ă  Saint Michel. 4 chars (6 avaient Ă©tĂ© mis Ă  disposition du 62e RI), 4 voitures, 30 chevaux, un gĂ©nĂ©ral (probablement le gĂ©nĂ©ral Beziers de Lafosse), 19 officiers dont 4 colonels et 161 hommes sont capturĂ©s par le bataillon du Capitaine Bauer qui reçoit l’agrafe Ă  la croix de fer de IĂšre classe.

Le Lieutenant Munske, des sous-officiers et soldats de la 13e compagnie reçoivent la croix de fer de 2Ăšme classe. Ce rĂ©cit correspond Ă  celui fait du cĂŽtĂ© français de la fin du 62e RI. Pour les Français, la bataille est terminĂ©e. C’est alors le dĂ©part pour la captivitĂ©. Les prisonniers sont d’abord rassemblĂ©s dans une Ă©cole Ă  Saint-Michel, puis Ă  Hirson bombardĂ©e par l’aviation alliĂ©e (anglaise ?) dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20.

Drapeau

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes [1]:

FourragĂšre aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

62e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg


DĂ©corations

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 Photo Croix de guerre recto.jpgavec deux citations à l'ordre de l'armée, une citation à l'ordre du corps d'armée.

Il a le droit au port de la fourragĂšre aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

Devise

Sa devise: Armor Fonce A Mort!

Liens

http://thv62ri.site.voila.fr/

Commons-logo.svg

Notes et références

  1. ↑ DĂ©cision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et Ă©tendards des corps de troupe de l'armĂ©e de terre, du service de santĂ© des armĂ©es et du service des essences des armĂ©es, Bulletin officiel des armĂ©es, n°27, 9 novembre 2007
  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la PremiĂšre Guerre mondiale Portail de la PremiĂšre Guerre mondiale
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
Ce document provient de « 62e r%C3%A9giment d%27infanterie de ligne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 62e regiment d'infanterie de ligne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 62e rĂ©giment d'infanterie de ligne — 62e RĂ©giment d Infanterie Insigne rĂ©gimentaire du 62e R.I PĂ©riode 1667 Pays 
   WikipĂ©dia en Français

  • 62e rĂ©giment d'infanterie — de ligne 62e RĂ©giment d Infanterie Insigne rĂ©gimentaire du 62e R.I PĂ©riode 1667 Pays 
   WikipĂ©dia en Français

  • 62e rĂ©giment d’infanterie — 62e rĂ©giment d infanterie de ligne 62e RĂ©giment d Infanterie Insigne rĂ©gimentaire du 62e R.I PĂ©riode 1667 Pays 
   WikipĂ©dia en Français

  • 66e rĂ©giment d'infanterie de ligne — 66e RĂ©giment d Infanterie Insigne du 66e rĂ©giment en 1939 40. Original en mĂ©tal argentĂ© prĂ©sentant le rouge brique des premiers tirages. Fabrication Jannot 
   WikipĂ©dia en Français

  • 99e regiment d'infanterie de ligne — 99e rĂ©giment d infanterie de ligne 99e rĂ©giment d’infanterie Insigne rĂ©gimentaire du 99e R.I Insigne rĂ©gimentaire du 99 
   WikipĂ©dia en Français

  • 99e rĂ©giment d'infanterie de ligne — 99e rĂ©giment d’infanterie Insigne rĂ©gimentaire du 99e RI In 
   WikipĂ©dia en Français

  • 126e regiment d'infanterie de ligne — 126e rĂ©giment d infanterie de ligne 126e RĂ©giment d infanterie Les insignes rĂ©gimentaire du 126e R.I 
   WikipĂ©dia en Français

  • 126e rĂ©giment d'infanterie de ligne — 126e RĂ©giment d infanterie Les insignes rĂ©gimentaire du 126e R.I. PĂ©riode 1793 Pays 
   WikipĂ©dia en Français

  • 51e RĂ©giment d’Infanterie de ligne — 51e rĂ©giment d infanterie de ligne Le 51e RĂ©giment d’Infanterie de ligne est une unitĂ© de l’armĂ©e de terre française, crĂ©Ă©e sous le nom de rĂ©giment de la Sarre sous le rĂšgne de Louis XIV. Il a notamment participĂ© Ă  la dĂ©fense de la Nouvelle… 
   WikipĂ©dia en Français

  • 51e regiment d'infanterie de ligne — 51e rĂ©giment d infanterie de ligne Le 51e RĂ©giment d’Infanterie de ligne est une unitĂ© de l’armĂ©e de terre française, crĂ©Ă©e sous le nom de rĂ©giment de la Sarre sous le rĂšgne de Louis XIV. Il a notamment participĂ© Ă  la dĂ©fense de la Nouvelle… 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.