Calavera

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calaveras.
Une calavera en sucre.

Les calaveras, dans leurs différentes formes, sont des symboles forts du Jour des morts et de la culture populaire mexicaine.

Sommaire

Étymologie

Calavera signifie « crâne » en espagnol.


Histoire et définitions émergentes

Une offrande et un don traditionnel « sculpté » depuis l'époque précolombienne

La calavera est une décoration utilisée durant le Jour des Morts, fête précolombienne de la même période de l'année que Halloween et la Toussaint. Elle représente un crâne anthropomorphique, ressemblant à celui d'un être humain, même si sa taille peut être variée et tendre à la miniature (ou être gigantesque). Elle est moulée ou sculptée à partir d'une base sucrée le plus souvent. Il peut s'agir :

Des gravures subversives

Manuel Manilla : Squelette de Guadalajara
La Calavera Garbancera dite "Catrina"

Les calaveras, ce sont aussi ces personnages populaires de lithographie ou d'eau-forte éclos sous les pointes de Manuel Manilla au début du XXe siècle, auteur du célèbre Cavalera Zapata. Souvent mal attribuées, mais dans tous les cas ré-appropriés et popularisés par son élève José Guadalupe Posada, ces caricatures « calavérisent » toute la société mexicaine, en forme de squelettes. Toutes et tous y passent : Don Quichotte, Emiliano Zapata et les sans-terre, les fêtards, les dandys indigènes qui singent les européens (Catrina), les bourgeois, les religieux, sans oublier l'armée et les puissants, avec ou sans-culottes courtes.

Ces lectures subversives de la société contemporaine mexicaine verront le jour dans diverses publications satiriques censément périodiques, poussées chacune à leur tour dans la clandestinité suite à des autodafés : le Memento mori ne plaît pas à tout le monde... Ces gravures étaient accompagnées d'oraisons funèbres, de faux faire-part de décès de gens bien vivants... et aux dents longues ![réf. nécessaire]

C'est l'artiste et historien d'art Jean Charlot qui fait connaître les calaveras peu après la révolution mexicaine.

Une tradition verbale satyrique

Aujourd'hui, on appelle calaveras literarias ou encore « poème moribond »,un poème humoristique, potentiellement ironique ou satirique, écrit aux alentours du Jour des Morts. Il évoque le décès et laisse deviner le nom d'une personne connue du public, couramment un homme politique, un artiste, un ami ou un membre de la famille encore vivant. Il s'agit d'une tradition orale et écrite.

Aller-retour

Par métonymie, « calavera » désigne également une figurine à la tête de squelette mise en scène avec humour et ritualisée lors de la même fête, sur des autels rituels.

Rites et mises en scène

Chaque famille mexicaine, chaque individu a sa propre manière de faire des calaveras, et chacune a par conséquent ses propres rites, ses propres façon de les mettre en scène. Plusieurs pratiques sont toutefois d'usage courant :

  • en famille, s'échanger des calaveras à l'effigie ou portant le nom de l'autre
  • des calaveras sont mises en scène dans des petits autels au foyer
  • une calavera à l'effigie du défunt peut être déposée en offrande sur sa tombe pour le nourrir

Symboliques

Des crânes en sucre

Articles connexes : crâne humain et tête de mort.

Une représentation de crâne humain renvoie bien sûr celui-ci à sa propre mort. D'ailleurs, la calavera peut être l'attribut d'une personne identifiée et porter explicitement son nom sur son front. En même temps, la sculpture sucrée, énergétique qui la compose renvoie directement à la nourriture et à la vie.

Les couleurs vives ne sont presque jamais associées à la mort sacrée sérieusement par la culture dominante d'Europe occidentale, pour laquelle ces couleurs sont associées au profane, à la jeunesse, au rire, à la vie. Ainsi les calaveras peuvent paraître décalées, étranges, exotiques et fascinantes aux yeux de certains occidentaux. Elles remettent en cause l'opposition binaire vie/mort, Éros/Thanatos. En France, rire de la mort se formule « rire noir », couleur qui n'apparaît jamais sur les calaveras.

Celles-ci ne sont pas des « copies » de crânes humains au sens strict. D'une part leur échelle ne respecte pas forcément la taille réelle, et il est très fréquents qu'elles soient rapetissées au-delà de tout réalisme. Serait-ce une façon de minimiser la mort, de prendre du recul sur elle ?

D'autre part, la plupart du temps la calavera est stylisée et ne reprend pas tous les détails anatomiques d'un crâne. Ces stylisations dépendent bien sûr des codes de représentations des individus la façonnant, mais aussi de leur manière personnelle de la concevoir. Parfois il s'agit d'une sphère à laquelle est assemblée un menton carré ou rectangulaire, souriant, voir grimaçant. D'autre fois il ne s'agit que d'une sphère, une « boulette » et dans ce cas c'est le dessin l'ornant qui figurera ses trous et aspérités. D'autre fois encore la calavera peut ressembler à une tête recouverte d'un masque.

Le sourire d'une calavera est un faciès, un rictus représentant généralement en Europe un jour sympathique, et évoque l'humour, tout comme la grimace renvoie au jeu, à la comédie et à la farce.

Le fait que la calavera soit masquée peut donner lieu à des interprétations ambigües, en insufflant l'idée que la mort est un personnage, un rôle dans une pièce. Soit la calavera est la représentation d'un mort précis, d'une personne ou d'un type, rappelé de ses vanités par le fait que son existence n'est que temporaire, soit la calavera personnifie LA mort elle-même, vivante et en marche...

Des calaveras mises en scène

Articles connexes : mise en scène et anthropologie.

La calavera au sens strict (crâne seulement) est destinée à reposer sur une surface plane et à ne présenter que sa face, ou éventuellement, le derrière de son crâne. Si elle porte le nom du défunt que sa famille veille ce Jour des Morts, elle est destinée à le nourrir. C'est une offrande à un mort, et il y en a d'autres ce jour-là. L'offrande prend son sens pour l'individu qui la fait si elle considère que le défunt erre ce jour-là sur terre, et a les mêmes préoccupations matérielles que les vivants. Pour ceux et celles qui n'ont pas cette croyance, l'offrande, le don à un mort garde toutefois son sens de deuil et de travail de mémoire. Faire une calavera à un mort, c'est (se) consacrer du temps pour façonner un objet à son image, ou au moins qui porte son nom (pour les défunts éloignés). C'est à la fois se le remémorer et constater la part d'oubli qui habite ses propres souvenirs du défunt. Que ceux-ci soient bons ou mauvais, fustigés ou honorés, la conception de la calavera-offrande peut aider à prendre du recul et à faire son deuil des proches.

Que peut bien vouloir signifier le fait d'offrir et de recevoir une calavera à sa propre effigie ?

Mais les calaveras, par métonymie, ne sont pas que des crânes, mais peuvent aussi être des squelettes, des personnages entiers. La calavera « complète » comptera de nombreux autres attributs et prend place dans des mises en scène de divers types.

Fabrications

Les calaveras peuvent être en pâte à sucre, s'apparentant alors à des bonbons, mais peuvent également être faites en chocolat. Leur usage est malgré tout davantage décoratif, symbolique, qu'alimentaire.

Les décorations des calaveras sont le plus souvent des glaçages faits à partir de sucre glace et de colorants alimentaires, mais aussi des papiers ou des petits objets collés.

Il y a autant de recettes de calaveras que de familles en fabriquant. Toutefois, l'aspect dérivé commercial de la fête traditionnelle fait que la pâte et des moules sont parfois produits industriellement.

La pâte à sucre est généralement composée :

  • d'une matière de base : du sucre (en poudre et/ou cristallisé)
  • d'un liant stabilisé : des blancs d'œufs stabilisés avec de la crème de tartre et du sel, ou de la poudre de meringue (dans laquelle le blanc d'œuf est déjà stabilisé)
  • d'un anti-cristallisant : crème de tartre et/ou jus de citron et/ou sirop de glucose
  • d'un colorant (facultatif) : alimentaire, la plupart du temps en poudre car la pâte est très sensible à l'humidité

La pâte obtenue s'apparente à du sable humide. Elle peut se travailler de plusieurs façon pour prendre sa forme de calavera :

  • sculptée, farinée puis mise à sécher au frais
  • moulée, tassée et cuite au four

Articles connexes

Références

Les écrits mexicains de S.M.Eisenstein

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Calavera de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Calavera — Saltar a navegación, búsqueda Calavera puede referirse a: la calavera, el conjunto de huesos que forman la cabeza; la mariposa calavera; la calavera o mica, placa de plástico que cubre los focos de un automóvil; la calavera, un dulce mexicano;… …   Wikipedia Español

  • calavera — sustantivo femenino 1. Esqueleto de la cabeza despojado de la carne y la piel: Mirad su noble calavera. 2. (macho y hembra) Acherontia atropos. Mariposa de alas estrechas y cuerpo grueso con unas manchas grises que forman un dibujo parecido a una …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • calavera — esqueleto de la cabeza imagen anatómica [véase http://www.iqb.es/diccio/c/ca.htm#calavera] Diccionario ilustrado de Términos Médicos.. Alvaro Galiano. 2010 …   Diccionario médico

  • calavera — (Del lat. calvarĭa, cráneo). 1. f. Conjunto de los huesos de la cabeza mientras permanecen unidos, pero despojados de la carne y de la piel. 2. Mariposa de la familia de los Esfíngidos, de cuerpo grueso y peludo, con un dibujo en el tórax que… …   Diccionario de la lengua española

  • Calavera — (Del lat. calvaria, cráneo < calvus, calvo.) ► sustantivo femenino 1 ANATOMÍA Parte del esqueleto que corresponde a la cabeza. SINÓNIMO cráneo 2 ZOOLOGÍA Mariposa de cuerpo grueso y alas estrechas que tiene en el dorso un dibujo parecido a un… …   Enciclopedia Universal

  • Calavera — The word calavera, Spanish for skull , can refer to a number of cultural phenomena associated with the Mexican celebration of the Day of the Dead.* calaveras de azúcar ( sugar skulls ) are used to adorn altars and can be eaten. [Citation first =… …   Wikipedia

  • calavera — {{#}}{{LM C06594}}{{〓}} {{SynC06744}} {{[}}calavera{{]}} ‹ca·la·ve·ra› {{《}}▍ s.m.{{》}} {{<}}1{{>}} Hombre con poco sentido común o vicioso y juerguista: • Es un calavera y se gastará en poco tiempo el dinero que heredó.{{○}} {{《}}▍ s.f.{{》}}… …   Diccionario de uso del español actual con sinónimos y antónimos

  • calavera — s. hombre mujeriego y atolondrado. ❙ «De joven era un calavera, un vivalavirgen juerguista...» Jaume Ribera, La sangre de mi hermano, 1988, RAE CREA. ❙ «...audaz y temerario, sino un calavera más bien apocado...» ABC Cultural, 24.5.96. ❙ ▄▀ «Ella …   Diccionario del Argot "El Sohez"

  • calavera — s f I. 1 Cabeza, en sus huesos 2 Esqueleto del cuerpo humano 3 Figura de la muerte: Cuando venga la calavera a buscarme no voy a achicopalarme 4 Dulce de azúcar, hecho en fecha cercana al día de muertos, que representa los huesos de la cabeza.… …   Español en México

  • calavera — f. Huesos del cráneo sin músculos ni piel. Mariposa de cuerpo grueso, alas estrechas y vuelo pesado. En el tórax tiene unas manchas que forman el dibujo de una calavera. fig. Persona de poco juicio …   Diccionario Castellano


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.