Bob Denard

ÔĽŅ
Bob Denard
Bob Denard
Nom de naissance Robert Denard
Surnom Bob Denard
Naissance 7 avril 1929
Grayan-et-l'H√īpital
D√©c√®s 13 octobre 2007
Nationalit√© Drapeau : France Fran√ßaise
Pays de résidence France, Comores
Dipl√īme Brevet d'armes de la marine nationale 1947
Profession Marin fusilier-commando, Mercenaire
Activité principale Mercenariat
Autres activités Conseiller politique pour plusieurs présidents africains
Formation Marine nationale, Mécano moteur, Fusilier commando


Bob Denard, n√© Robert Denard le 7 avril 1929 √† Grayan-et-l'H√īpital et mort √† Paris le 13 octobre 2007[1], √©tait un mercenaire fran√ßais.

Ce mercenaire est certainement le plus influent et le plus connu de tous ceux ayant opéré en Afrique depuis les indépendances des pays colonisés de ce continent.

Sommaire

Biographie

Un mercenaire anticommuniste

Robert Denard est fils d'un militaire des troupes coloniales[2]. A 16 ans, en 1945, il s'engage dans la marine et rejoint l'√©cole des apprentis m√©caniciens de Saint-Mandrier[3]. Brevet√© matelot m√©canicien, il part ensuite comme volontaire pour l'Indochine en tant que matelot seconde classe. Les modalit√©s de son passage de la sp√©cialit√© de m√©canicien √† celle de fusilier marin restent inconnues. Devenu quartier-ma√ģtre dans les fusiliers marins en Indochine, il quitte l'arm√©e en 1952 apr√®s une altercation dans un bar[4] et accepte une place de conducteur d'engins et de m√©canicien au Maroc. Il entre ensuite dans la police de ce pays toujours sous protectorat fran√ßais. En 1954, il a √©t√© reconnu coupable de complot pour assassiner le Pr√©sident du Conseil Pierre Mend√®s France et condamn√© √† 14 mois de prison[5].

√Ä partir des ann√©es 1960, anti-communiste convaincu [r√©f. n√©cessaire], il intervient dans les tumultueux conflits post-coloniaux. Il participe √† des op√©rations militaires impliquant des mercenaires en Rhod√©sie (actuel Zimbabwe) en 1977, au Y√©men, en Iran, au Nigeria, au B√©nin, au Gabon (o√Ļ il est instructeur de la garde pr√©sidentielle), en Angola en 1975, au Cabinda en 1976, au Za√Įre et aux Comores, l'un des pays les plus instables de la plan√®te.

De 1960 √† 1963, il sera l'un des chefs des ¬ę affreux ¬Ľ de l'√Čtat du Katanga soutenant Mo√Įse Tshomb√© qui vient de d√©clarer l'ind√©pendance du Katanga, une ancienne province du Congo Belge, le 11 juillet 1960. Il s'est notamment distingu√© en faisant d√©filer tous ses officiers, qu'ils soient noirs ou blancs, dans une stricte √©galit√© (jusque l√†, les blancs passaient en premier). Le 21 janvier 1963 lors de la chute de Kolwezi et de la d√©faite des mercenaires, ces derniers se r√©fugient en Angola avec l'accord du r√©gime portugais. Ils seront rapatri√©s en France o√Ļ ils seront accueillis par les gendarmes.

Puis, il part d‚Äôao√Ľt 1963 √† la fin 1964 pour le Y√©men pour le compte du MI6[6] avec 17 mercenaires, dont le c√©l√®bre Roger Faulques, ancien officier parachutiste de la L√©gion √©trang√®re, dans la 1re arm√©e royaliste, financ√©e par l'Arabie saoudite, contre les r√©publicains soutenus par 40 000 soldats √©gyptiens envoy√©s par Nasser.

L'ensemble des mercenaires est plac√© sous le contr√īle du colonel britannique David Smiley, ancien officier du Special Operations Executive durant la seconde guerre mondiale. Dans son livre Arabian Assignment[7], David Smiley rapporte que les mercenaires fran√ßais et belges alternaient entre les th√©√Ętres y√©m√©nites et congolais, car au Congo ils avaient femmes et alcool √† volont√© mais √©taient rarement pay√©s, tandis qu‚Äôau Y√©men ils √©taient r√©mun√©r√©s mais priv√©s de femmes et d‚Äôalcool.

Bob Denard revient fin 1964 dans l'ex-Congo belge, √† la t√™te du 1er choc qu'il met sur pied le 22 f√©vrier 1965[8]. En recrutant des mercenaires issus des troupes parachutistes et de la L√©gion √©trang√®re ainsi que des Katangais, il forme cette petite troupe qui prend le surnom de ¬ę Bataillon L√©opard. ¬Ľ Celle-ci contribue √† la victoire sur les rebelles communistes men√©s par Gbenie, Soumialot et Mulele. En intervenant sur un territoire vaste comme la moiti√© de la France et en relevant de nombreux morts et bless√©s dans ses rangs, elle permettra √† la population de r√©int√©grer leur villes et villages.

Toutefois, Jean Schramme[9], ancien colon, instructeur et commandant du ¬ę Bataillon L√©opard ¬Ľ, o√Ļ il atteindra le grade de colonel r√©fute cette version. Dans son ouvrage autobiographique, il d√©crit Bob Denard comme un l√Ęche et un irresponsable qui n'aurait jamais fait partie du commando L√©opard, incapable d'assumer ses d√©cisions, entra√ģnant le bataillon √† sa perte, et le Congo vers le d√©sordre.

Denard intervient de nouveau pour le MI6[6] en Angola en 1975 avec l'UNITA de Jonas Savimbi.

L'homme fort des Comores

Denard intervient une premi√®re fois dans la R√©publique f√©d√©rale islamique des Comores qui avait, unilat√©ralement, proclam√© son ind√©pendance le 6 juillet 1975. Il intervient en septembre 1975 pour consolider le coup d'√Čtat d'Ali Soilih, arr√™te le pr√©sident Ahmed Abdallah qui venait de proclamer l'ind√©pendance, et le remplace par Ali Soilih.

En janvier 1977, il √©choue dans une tentative de coup d'√Čtat destin√©e √† renverser le r√©gime de la R√©publique populaire du B√©nin. Il est ensuite pressenti[6] en 1977 pour d√©stabiliser le r√©gime de James Mancham aux Seychelles. En 1978, il retourne aux Comores avec 43 hommes pour renverser le r√©gime r√©volutionnaire de Soilih et replace alors Ahmed Abdallah au pouvoir. Ali Soilih meurt dans des circonstances non √©lucid√©es le 29 mai 1978.

Bob Denard s'occupe d√®s lors d'organiser une garde pr√©sidentielle forte de 600 comoriens[10] encadr√©s par une poign√©e d'officiers europ√©ens[11] qui entrent en concurrence avec les forces arm√©es comoriennes. Il se marie sur place, se convertit √† l'islam sous le nom de Sa√Įd Mustapha Mahdjoub, s'occupe de d√©veloppement (construction de routes, ferme de 600 ha √† Sangali, etc). Son autorit√© est alors incontest√©e. La RFI des Comores devient le centre d'un r√©seau parall√®le qui permet √† l'Afrique du Sud, sous embargo international, de se fournir en armes. Elle sert √©galement de base logistique √† l'Afrique du Sud pour ses op√©rations militaires contre les pays africains qui lui sont hostiles : le Mozambique et l'Angola.

En 1989, Ahmed Abdallah signe un d√©cret donnant l'ordre √† la Garde pr√©sidentielle, dirig√©e par Denard, de d√©sarmer les forces arm√©es pour cause de coup d'√Čtat probable[r√©f. n√©cessaire]. Quelques instants apr√®s la signature du d√©cret, un officier des forces arm√©es serait entr√© dans le bureau du pr√©sident Abdallah et l'aurait abattu, blessant √©galement Bob Denard.

Dans la nuit du 27 au 28 septembre 1995, Denard renverse Said Mohamed Djohar avec une trentaine d'hommes d√©barqu√©s de Zodiacs sur les c√ītes comoriennes. Il ouvre aux journalistes le vieil a√©roport de Moroni et son camp retranch√© de Kangani pour √©viter l'intervention de 600 hommes des forces fran√ßaises (GIGN, commandos Marine de Djibouti, 2e RPIMa). Cern√©, il n√©gocie une amnistie pour les insurg√©s avant sa reddition[12].

De retour en m√©tropole, il se retire dans le M√©doc, o√Ļ il r√™ve de construire, sur le terrain familial de la commune de Grayan-et-l'H√īpital, un mus√©e de la d√©colonisation. Dans les derni√®res ann√©es de sa vie, Bob Denard habitait √† Ch√®nevi√®res sur Marne (94 Val de Marne).

Il doit cependant faire face à de nombreuses procédures judiciaires ainsi qu'à des ennuis d'argent et de santé.

Plusieurs journalistes ont essay√© de le rencontrer quelques ann√©es avant sa mort, pour lui demander des informations sur sa vie extraordinaire, afin d'en faire un livre. Au d√©but il refusa de les voir estimant √™tre capable de r√©diger ses m√©moires seul, dans lesquels il promettait de nombreuses r√©v√©lations. Mais il f√Ľt progressivement gagn√© par la maladie d'Alzheimer qui rendit confuse sa m√©moire sur les √©v√®nements pass√©s.

Il meurt le 13 octobre 2007 dans le d√©nuement le plus total, d'un arr√™t cardiaque, emportant avec lui une partie de ses secrets.

Ennuis judiciaires

Inculp√© pour assassinat √† l'encontre de Ahmed Abdallah avec son lieutenant, Dominique Malacrino, les deux hommes sont relax√©s. En effet, quelques jours avant le proc√®s, la famille d'Ahmed Abdallah s'√©tait r√©tract√©e en abandonnant les poursuites, et avait fait savoir qu'elle ne d√©sirait pas que ce proc√®s aboutisse √† un non-lieu. Le pr√©sident des Comores Mohamed Taki, initiateur du coup d‚Äô√Čtat contre le pr√©sident Abdallah[13], son ancien alli√© politique, fit toutefois savoir qu'il refusait que Bob Denard rentre au pays. Le 6 novembre 1998, ce dernier mourut dans d'√©tranges circonstances. La famille cria √† l'empoisonnement et demanda une autopsie. Rapidement, l'affaire fut √©touff√©e et l'autopsie oubli√©e. Mohamed Taki est officiellement d√©c√©d√© de mort naturelle.

En 2001, Guido Papalia, procureur de la ville de V√©rone, au Nord-Est de l'Italie, poursuivit Bob Denard pour avoir tent√© de recruter des mercenaires dans les milieux de l'extr√™me droite italienne afin de renverser le colonel Azali Assoumani qui s'opposait aussi √† son retour. Bob Denard a √©t√© jug√© √† partir du 21 f√©vrier 2006. Un avocat, ma√ģtre Elie Hatem, lui a √©t√© commis d'office. Cette instruction dura dix ans. De mauvaises affaires, comme l'achat d'un garage Citro√ęn √† Lesparre dans les ann√©es 1980, et le co√Ľt des proc√©dures, entra√ģnent des difficult√©s. Son nouvel avocat affirma m√™me que les probl√®mes d'argent du vieux ¬ę corsaire de la R√©publique ¬Ľ, comme il s'√©tait autoproclam√©, pouvaient compromettre sa strat√©gie de d√©fense : ¬ę J'ai √©t√© commis d'office dans ce dossier, et M. Denard b√©n√©ficie de l'aide juridictionnelle ¬Ľ, confie Elie Hatem, qui ne cache pas une r√©elle proximit√©, affective et id√©ologique, avec l'ancien mercenaire[14]. Bob Denard n'aurait v√©cu ¬ę que sur 250 euros par mois ¬Ľ : retraite due √† ses √©tats de service pendant la guerre d'Indochine. Il pouvait ne pas assister √† son proc√®s, souffrant de la maladie d'Alzheimer.

Notes et références

  1. ‚ÜĎ D√©c√®s de l'ancien mercenaire Bob Denard, AFP, 14 octobre 2007. Consult√© le 28/10/2008
  2. ‚ÜĎ Article paru dans l'Humanit√© en 1999
  3. ‚ÜĎ anciens col bleus et pompons rouges, rubrique E.A.M.F
  4. ‚ÜĎ Fran√ßois B√©guin, ¬ę Bob Denard a toujours agi pour le compte de l'√Čtat fran√ßais ¬Ľ, LeMonde.fr, 15 octobre 2007. Consult√© le 28/10/2008
  5. ‚ÜĎ Bob Denard est mort, BBCAfrique.com, 15 octobre 2007. Consult√© le 28/10/2008
  6. ‚ÜĎ a, b et c (en) Stephen Dorril, MI6: Inside the Covert World of Her Majesty's Secret Intelligence Service, Free Press, 21 mai 2002, 928 p. (ISBN 978-0743217781) 
  7. ‚ÜĎ David Smiley, Arabian Assignment, 1975, Cooper Edition, p.156.
  8. ‚ÜĎ Pierre Lunel, Bob Denard, le roi de fortune, √Čditions N¬į1, 1991 (ISBN 978-286391456 et 4978-2863914564) 
  9. ‚ÜĎ Jean Schramme, Le bataillon L√©opard, Edition J'ai lu, l'aventure aujourd'hui n¬į A255, 1969
  10. ‚ÜĎ en majorit√© des ¬ę Zanatany ¬Ľ r√©fugi√©s rescap√©s des troubles sociaux de 1976 √† Majunga, sur l'√ģle de Madagascar
  11. ‚ÜĎ l√©gionnaires reconvertis en mercenaires √† cause de leur vari√©t√© d'origines (sud-africaine, isra√©lienne,...) strictement disciplin√©s et discrets dans la population
  12. ‚ÜĎ Jean-Philippe Ceppi, Une semaine apr√®s le coup d'√Čtat du mercenaire Bob Denard dans l'archipel, l'intervention des forces fran√ßaises aux Comores chasse les putschistes, Lib√©ration, 5 octobre 1995
  13. ‚ÜĎ Taki versus Abdallah; http://www.comores-online.com/mwezinet/histoire/taki2.htm
  14. ‚ÜĎ Quotidien de la R√©union

Sources

  • Katia Denard, Si on te demande dis que tu ne sais pas, Anne Carriere, 2011 (ISBN 2843374553) 
  • Bob Denard et Georges Fleury, Corsaire de la R√©publique, Robert Laffont, 1998, 437 p. (ISBN 2876452154) 
  • Les Mercenaires 1960-1980 Historia Num√©ro Sp√©cial 406 bis (1980).
  • Pierre Lunel Bob Denard, le roi de fortune - Edition n¬į1 ‚Äď 1991. En ce qui concerne le Y√©men, la part belle est donn√©e aux Fran√ßais tandis que le r√īle essentiel des Britanniques - et du MI6 - qui sont les organisateurs et les ma√ģtres d‚ÄôŇďuvre sur le terrain de cette intervention, est occult√©. Ainsi le colonel du SAS ¬ę Johnny ¬Ľ Cooper appara√ģt-il comme un simple ¬ę radio anglais ¬Ľ et le colonel David Smiley n‚Äôest-il cit√© qu‚Äôune seule fois (page 244). Nombreuses photographies.
  • Colonel David Smiley, Au cŇďur de l‚Äôaction clandestine. Des Commandos au MI6, L‚ÄôEsprit du Livre Editions, 2008. Traduction de (en) Irregular Regular, Michael Russell, Norwich, 1994 (ISBN 0 85955 202 0). L'auteur commandait les mercenaires, pour le compte du MI6, au Y√©men, de 1964 √† 1967.
  • (en) Colonel David Smiley Arabian Assignment, en collaboration avec Peter Kemp, Cooper, Londres, 1975 (ISBN: 0850521815), Ecrit par un officier qui participa, sur le terrain, aux interventions britanniques, pour le compte du MI6, √† Oman (1958-1961) et au Y√©men (1963-67).
  • (en)Stephen Dorril MI6: Inside the Covert World of Her Majesty's Secret Intelligence Service - The Free Press - New York - 2000 (ISBN 0-7432-0379-8). Toutes le op√©rations du MI6 sont d√©taill√©es. Le chapitre 19 est consacr√© √† l'Albanie (projet Valuable), le chapitre 30 traite d'Oman et Mascate et le chapitre 31 du Y√©men. Index en ligne
  • (en) N√©crologie dans le Dayly Telegraph du colonel Jim Johnson (1924-2008, OBE), officier du SAS qui recruta les mercenaires fran√ßais pour l'op√©ration du Y√©men
  • Colonel Jean Schramme : Le bataillon L√©opard, Edition J'ai lu, l'aventure aujourd'hui. C. Robert Laffont, 1969.

Ouvrage autobiographique

Annexes

Liens internes

Liens externes

  • (fr) comores95.info un site sur le dernier proc√®s Denard
  • (fr) orbspatrianostra.com Site officiel de l'association des membres du Groupe des Experts Volontaires du Colonel Bob Denard.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bob Denard de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bob Denard ‚ÄĒ (* 7. April 1929 in Bordeaux als Gilbert Bourgeaud; ‚Ć 13. Oktober 2007 bei Bordeaux) war ein franz√∂sisch komorischer S√∂ldnerf√ľhrer. Er selbst nannte sich ‚ÄěColonel Denard‚Äú und war auch als ‚ÄěSaid Mustapha Mahdjoub‚Äú bekannt. Leben Denard diente im… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Bob Denard ‚ÄĒ Bob Denard, de verdadero nombre Gilbert Bourgeaud, (Burdeos, Francia, 7 de abril de 1929 Burdeos, Francia, 13 de octubre de 2007) fue un mercenario franc√©s implicado en numerosas operaciones armadas y golpes de Estado en √Āfrica. Y fue detenido… ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Bob Denard ‚ÄĒ Infobox Person name = Bob Denard image size = 126 caption = Bob Denard in Kandani, Comoro Islands (Reuters) birth date = birth date|1929|4|7 birth place = Bordeaux, France death date = death date and age|2007|10|13|1929|4|7 death place = Grayan… ‚Ķ   Wikipedia

  • Denard ‚ÄĒ Bob Denard (* 7. April 1929 in Bordeaux als Gilbert Bourgeaud; ‚Ć 13. Oktober 2007 bei Bordeaux) war ein franz√∂sisch komorischer S√∂ldnerf√ľhrer. Er selbst nannte sich ‚ÄěColonel Denard‚Äú und war auch als ‚ÄěSaid Mustapha Mahdjoub‚Äú bekannt. Leben Denard… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Denard, Robert ‚ÄĒ ‚Ė™ 1994 ¬†¬†¬†¬†¬†¬† Cry Havoc, and let slip the dogs of war. Shakespeare s line seemed particularly appropriate on April 5, 1993, as Bob Denard, one of the world s most notorious mercenary soldiers, walked free from a Paris courtroom. For the French… ‚Ķ   Universalium

  • Denard Span ‚ÄĒ Span in September 2008 Minnesota Twins No. 2 Outfielder ‚Ķ   Wikipedia

  • Denard, Bob ‚ÄĒ ‚Ė™ 2008 Gilbert Bourgeaud¬† ¬†¬†¬†¬†¬†¬†French mercenary born April 7, 1929, Bordeaux, France died Oct. 13, 2007, Paris, France participated in approximately 20 coups (or attempted coups) and civil wars across postcolonial Africa in Angola, Benin, Congo ‚Ķ   Universalium

  • Robert Denard ‚ÄĒ Bob Denard Bob Denard (ou Said Mustapha Mahdjoub), n√© Robert Denard le 7 avril 1929 √† Grayan et l H√īpital et mort √† Paris le 13 octobre 2007[1], √©tait un mercenaire fran√ßais. Ce mercenaire est s√Ľrement le plus influent et le… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Mister Bob ‚ÄĒ est un t√©l√©film fran√ßais r√©alis√© par Thomas Vincent et diffus√© pour la premi√®re fois le 3 octobre 2011 sur Canal+. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Gilbert Bourgeaud ‚ÄĒ Bob Denard Bob Denard (ou Said Mustapha Mahdjoub), n√© Robert Denard le 7 avril 1929 √† Grayan et l H√īpital et mort √† Paris le 13 octobre 2007[1], √©tait un mercenaire fran√ßais. Ce mercenaire est s√Ľrement le plus influent et le… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.