Trope (philosophie)

Les tropes sont des propriétés particulières qui, en métaphysique analytique, sont considérées comme les constituants des objets du monde. Ils (le terme est masculin) s'opposent directement aux universaux qui sont censés être des propriétés (ou des relations) que plusieurs choses peuvent partager, comme le rouge de ce coquelicot et le rouge de la cape de Dracula. Pour les partisans des tropes, il est incompréhensible qu'une même propriété (le rouge) soit présente à plusieurs lieux différents tout en restant unifiée et identique à elle-même : mieux vaut parler de propriétés différentes (ce rouge de ce coquelicot ; ce rouge de cette cape) et irréductiblement individuelles, qui ne font jamais que se ressembler qualitativement et ne renvoient pas à l'existence d'une propriété universelle. Les tropes évitent ainsi ce problème d'une propriété commune, mais la théorie est caractérisée par une faiblesse classique qui concerne la manière dont elles sont connectées ensemble pour constituer une entité. Le lien classique est censé être celui d'une relation dite de comprésence, mais il se heurte à certains problèmes, le plus classique ayant été anticipé par Russell dans ses Problèmes de philosophie, qui montre que la connexion ouvre sur une régression à l'infini, ou implique à nouveau un universel. Des ré-aménagements sont tentés[1], et la théorie fait l'objet d'un fort intérêt et est en développement.


Sommaire

Histoire

Le terme "trope" s'est imposé dans la littérature, mais les entités qu'il est supposé désigner ont été qualifiées par divers noms dans l'histoire de la philosophie. Par exemple, on parlait d'accidents individuels dans la scolastique médiévale[2], à partir de la qualification d'Aristote. Ces entités sont aussi présentes dans la littérature empiriste sans être nommées comme telles : ainsi Locke, partisan d'une forme de nominalisme, considère que le monde est peuplé de particuliers et de propriétés particulières, et ses "modes" correspondent au concept de trope. La littérature plus contemporaine a elle-même utilisé plusieurs termes. P. F. Strawson parlait de "qualités particulières". Simons, Smith et Mulligan[3] nomment "moments" ce type d'entités, en reprenant un terme de Husserl, et les qualifient comme des particuliers dépendants. Le terme "particuliers abstraits" a été utilisé par K. Campbell[4], et s'il demeure en usage, c'est bien "trope" qui s'est le plus largement imposé à partir de l'article de D.C. Williams, Les éléments de l'être[5], du débat qu'il a suscité et des développements en cours.

Notes et références

  1. P. Simons, "Des particuliers dans leurs habits particuliers : trois théories tropistes de la substance", in Textes clés de métaphysique contemporaine, E. Garcia et F. Nef (eds), Vrin, 2007
  2. Alain de Libera, "Des accidents aux tropes", in Revue de Métaphysique et de Morale, 2002/4
  3. Smith, Simons & Mulligan, "Truthmakers", in Philosophy and phenomenological research,44 (1984), 287–321
  4. K. Campbell,"The Metaphysics of Abstract Particulars", Midwest Studies in Philosophy 6: 477-488 ; Abstract Particulars, Oxford: Blackwell, 1990
  5. D.C. Williams, "Les éléments de l'être", in Textes clés de métaphysique contemporaine, E. Garcia et F. Nef (eds), Vrin, 2007


Lectures

  • Frédéric Nef, Les propriétés des choses. Expérience et logique, Vrin, 2006
  • Jean-Maurice Monnoyer (ed), La structure du monde, Vrin, 2004
  • David M. Armstrong, Les Universaux. Une introduction partisane. Ithaque, 2010.

Liens


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Trope (philosophie) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Trope — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le trope est : En rhétorique, une figure de style : voir Trope (rhétorique) pour ce sens En musique occidentale, un procédé qui fut utilisé dans …   Wikipédia en Français

  • Trope (rhetorique) — Trope (rhétorique) Un trope (substantif masculin), du grec τρόπος : tropos ( tour ), ou un métasémème dans le vocabulaire du Groupe µ, est une figure de style ou figure de rhétorique, de signification destinée à embellir un texte ou à le… …   Wikipédia en Français

  • Trope (rhétorique) — Un trope (substantif masculin), du grec τρόπος : tropos ( tour ), est une figure de style ou figure de rhétorique, de signification destinée à embellir un texte ou à le rendre plus vivant qui consiste à employer un mot ou une expression dans …   Wikipédia en Français

  • trope — (tro p ) s. m. Terme de rhétorique. Expression employée dans un sens figuré. Cent voiles pour dire cent vaisseaux, est un trope. •   Il ne faut pas croire que les tropes n aient été inventés que par nécessité, à cause du défaut et de la disette… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Trope (Rhetorik) — Der Tropus (auch die Trope, Plural Tropen oder nach dem gr. Tropoi) ist in der Rhetorik ein Überbegriff für eine Gruppe rhetorischer Figuren (sprachlicher Stilmittel). Er leitet sich ab von gr. τροπή (Wendung) und bezeichnet die Ersetzung eines… …   Deutsch Wikipedia

  • Metasememe — Trope (rhétorique) Un trope (substantif masculin), du grec τρόπος : tropos ( tour ), ou un métasémème dans le vocabulaire du Groupe µ, est une figure de style ou figure de rhétorique, de signification destinée à embellir un texte ou à le… …   Wikipédia en Français

  • SCEPTICISME — Le terme de scepticisme a fini par désigner aujourd’hui, dans la langue commune, une attitude négative de la pensée. Le sceptique passe volontiers non pas seulement pour un esprit hésitant ou timoré, ne se prononçant sur rien, mais pour celui qui …   Encyclopédie Universelle

  • Métaphore — La Métamorphose du roi Louis Philippe en poire, de Charles Philipon (circa 1831) De l analogie à la substitution La métaphore, du grec μεταφορά (metaphorá, au sens propre, transport), est une figure de style fondée sur l analogie et/ou la… …   Wikipédia en Français

  • Figure de style — Substitution opérée par la métaphore : « Ils viennent les chevaux de la Mer ! » Jean Tardieu (La Grande marée de printemps, recueil Margeries, 2009). Huile sur toile, (1893) par Walter Crane. Une figure de style, du latin …   Wikipédia en Français

  • Metaphore — Métaphore La Métamorphose du roi Louis Philippe en poire, de Charles Philipon (circa 1831) De l analogie à la substitution La métaphore, du grec μεταφορά (metaphorá, au sens propre, transport), est une figure de style fondée sur l analogie et/ou… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.