Shen Zhou

ÔĽŅ
Shen Zhou
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas √™tre confondu avec Zhou Chen.
Portrait de Shen Zhou à ses 80 ans

Shen Zhou ou Chen Tcheou ou Shńďn Chou, surnom : Qinan, noms de pinceau :Shitian, Baishi Wong et Yutian Wong. N√© en 1427, originaire de Suzhou province du Jiangsu, mort en 1509. XVe si√®cle. Chinois. Peintre de paysages, animaux, fleurs.


Sous l'empereur Xuanzong, en particulier, qui lui m√™me est un po√®te actif et talentueux, les peintres de paysage, les compositions d'oiseaux et de fleurs, la po√®sie et la calligraphie connaissent un √Ęge d'or, sous le haut patronage de la cour. Vers le milieu de cette dynastie, avec l'√©mergence de peintres lettr√©s tels que Shen Zhou et Wen Zhengming (1470-1559), elle commence √† prosp√©rer, √† mesure que le pouvoir s'affaiblissait[1].

Dans cette m√™me √©poque, la peinture professionnelle connait un bel essor. Zhou Chen, en plus de cr√©er lui m√™me nombres d'Ňďuvres nouvelles, enseigne la peinture √† Tang Yin et Qiu Ying, qui acqui√®rent une grande c√©l√©brit√© et sont reconnus, avec Shen Zhou et Wen Zhengming, comme les Quatre Grands Artistes de Wu. Shen Zhou est n√© dans une famille de lettr√©s et re√ßoit un bonne √©ducation. Ses professeurs, Chen Kuan, Liu Jue et Zhao Tonglu, tous d'illustres lettr√©s et tr√®s vers√©s dans la peinture[2].

Son père, Shen Cheng (1407-1477) et son oncle Shen Zhen (né en 1400) sont eux aussi peintres et lettrés. Le code familial transmis par son grand-père Shen Cheng (1376-1463) le préserve peut-être de suivre les brisées des autres intellectuels et de rechercher un poste gouvernemental. Bien que recommandé par les fonctionnaires locaux, Shen Zhou décline gracieusement l'offre d'entrer au service du gouvernement. Il se tient à l'écart des affaires mondaines et passe son temps à voyager, à écrire et à peindre[3].

Shen Zhou jouit d'un prestige consid√©rable dans la r√©gion de Suzhou, son nom est connu m√™me √† la capitale. A commencer par ses professeurs son p√®re et son oncle, Shen Zhou est influenc√© pes les peintres lettr√©s, en particulier les Quatre Grands Ma√ģtres de la peinture Yuan (Huang Gongwang, Ni Zan, Wang Meng et Wu Zhen). Avant la quarantaine, il se livre √† une √©tude d√©taill√©e des quatre ma√ģtres, et imite leur travail au pinceau jusqu'√† s'y sentir √† l'aise[4].

C'est Shen Zhou qui le premier, reprend √† son compte le travail au pinceau et le model√© des formes des Quatre Grands Ma√ģtres de la peinture Yuan, aussi bien que de Mi Fu et de son fils Mi Youren, de Dong Yuan et Juran, en s'en servant pour exprimer ses sentiments personnels. De quarante √† soixante ans, Shen Zhou continue de s'inspirer des peintres des g√©n√©rations pr√©c√©dentes, tout en transformant leurs techniques √† l'int√©rieur de son propre style[5].

Alors que shen Zhou abordait la cinquantaine, sa peinture de paysage atteint sa maturit√©, au style caract√©ris√© par des traits rapides, audacieux, et des compositions simples et claires. Shen Zhou est aussi un peintre d'oiseaux-et-fleurs qui occupe une place √©minente dans le d√©veloppement des peintures lettr√©es de ce genre. Les fleurs sont peintes dans des couleurs claires, certaines avec des lignes de contour, d'autres sans. Il aime peindre les fleurs et les oiseaux en figures isol√©es plut√īt qu'en groupe, pour garder √† ses tableaux leur clart√© et leur simplicit√©, leur unicit√©, donnant la pr√©√©minence au pinceau et √† l'encre. L'influence de Shen Zhou sur les g√©n√©rations suivantes est r√©ellement profonde[3].

√Ä la fin du XVe si√®cle et au d√©but du XVIe si√®cle, appara√ģt dans la r√©gion du Wumen (Wumen (Śćąťó®) - Porte du Midi), autour de la ville de Suzhou, un groupe de peintres insufflent un sang nouveau √† la peinture lettr√©e. On les appelle naturellement l'√©cole de Wu et si Shen Zhou n'en est pas √† proprement parler le fondateur, il en est la personnalit√© dominante et exerce, √† ce titre, une forte influence sur la jeune g√©n√©ration. Il demeure pendant plus d'un si√®cle le guide de l'avant-garde picturale de son √©poque, cristallisant par sa personnalit√© et par son Ňďuvre un ensemble de tendances h√©rit√©es des Yuan et d√©j√† diffus√©ment sensibles chez les premiers artistes Ming[6].

Peinture sur éventail de Shen Zhou

Sommaire

Biographie

N√© dans une famille illustre de Suzhou, Shen Zhou vit des revenus familiaux; cette prosp√©rit√© remonte √† son arri√®re-grand-p√®re, lui-m√™me amateur d'art et ami de Wang Meng. Son grand-p√®re, po√®te et peintre amateur, son p√®re et son oncle vivent tous deux en lettr√©s retir√©s, s'adonnant √† la po√©sie et √† la peinture dans un studio en bambou. On retrouve la m√™me tradition lettr√©e du c√īt√© de sa m√®re et il n'est donc pas surprenant qu'il b√©n√©ficie d'une √©ducation classique raffin√©e et soit, tr√®s jeune, en contact avec toute l'√©lite intellectuelle de Suzhou, consid√©r√©e alors comme la m√©tropole des lettres et des arts[7].

Naturellement doué pour l'art et doté d'un esprit brillant, il néglige une brillante carrière publique, prétextant toujours qu'il doit s'occuper de sa mère veuve. Cette dernière meurt en 1506 quand Shen a quatre-vingt ans. Fuyant les honneurs officiels, il ne suit pas pour autant l'isolement farouche des grands Yuan et de certains individualistes Qing qui lui succèdent, mais, avec la volonté de préserver sa pureté et son indépendance, opte simplement pour le recueillement paisible de l'humaniste qui entend se consacrer essentiellement à son propre accomplissement spirituel par la lecture, l'étude et la pratique de la poésie et de la peinture[8].

Il vit dans un monde qui reconna√ģt ses talents et il cultive sa vie durant, un cercle d'amis dans le domaine artistique et litt√©raire mais aussi, du milieu officiel. Ses vertus, sa pi√©t√© filiale, sa sociabilit√©, sa modestie et son am√©nit√© envers ses semblables, sa g√©n√©rosit√© envers les plus humbles, sont reconnus par tous ses biographes. Shen Zhou repr√©sente, l'exemple parfait du gentil-homme lettr√©, d'un bon esprit et d'un noble cŇďur tout en restant simple dans sa vie comme dans sa peinture dont la touche ferme, franche et sereine porte la marque de la pond√©ration dans la vigueur et le refus de la facilit√©[9].

Sa formation de peintre lente et tardive sous la tutelle de son p√®re et de son oncle, consacr√©e √† l'√©tude des Anciens qui exercent sur lui une influence d√©cisive, prodigieusement cultiv√©, Shen Zhou peut paraphraser tous les mod√®les et dispose d'une surprenante vari√©t√© de Styles. Il n'est pas un √©clectique et il ne s'agit pas de copies; ses compositions inspir√©es de mod√®les anciens sont des cr√©ations originales, transpositions libres de son propre g√©nie cr√©ateur, gr√Ęce √† la connaissance des Anciens, de la vitalit√© de son temp√©rament se servant de la nature[10].

Autant de variations intellectuelles sur un th√®me, variations enrichies par l'analyse port√©e sur le mod√®le, par la clart√©, la rigueur, la po√©sie du r√©el, l'amour humain de la nature, propre √† leur auteur. Le rouleau en hauteur, Se promenant avec un b√Ęton, dans le style de Ni Zan, est un exemple √©loquent de la libert√© prise par Shen Zhou pour exprimer une vision personnelle √† travers des formes emprunt√©es et √† faire de l'imitation, un tremplin pour la cr√©ation. Les contours et la texture assez g√©n√©reuse de Ni font place √† de longues lignes sinueuses anim√©es d'une tension subtile et la composition le c√®de √† quelque chose de neuf: un th√®me tr√®s serr√©, monumental et empreint de dynamisme par l'instabilit√© qui lui est conf√©r√©[11].

La carrière picturale de Shen, longue et très prolifique (il subsisterait actuellement plus de trois cents de ses peintures, parmi lesquelles toutefois beaucoup de faux) peut se diviser en trois périodes:

  • Les Ňďuvres anciennes, ex√©cut√©es avant 1471, (puisque l'on ne sait rien de celles ant√©rieures √† 1464, avant qu'il est atteint l'√Ęge de trente-sept ans), tendent √† √™tre petites, d√©taill√©es et d'une touche d√©licate encore proche des ma√ģtres du XIVe si√®cle et d√©but XVe si√®cle et des peintres comme Du Qiong (peintre) (1396-1474), mais elles sont loin d'√™tre les travaux d'un d√©butant et l'on y trouve d√©j√† les techniques que Shen d√©veloppe ult√©rieurement, telles les t√Ęches noire dans la v√©g√©tation, sorte d'√©cho reliant le proche au lointain, par del√† l'eau ou la brume ou encore l'assise solide des pics et des monts au moyen d'un pinceau ferme et de la constante r√©p√©tition de traits horizontaux et verticaux. En g√©n√©ral il pr√©f√®re le papier √† la soie, car c'est un support plus sensible au travail du pinceau qui ne conna√ģt aucune r√©sipiscence[12].
Dans un rouleau vertical de 1467, Vue du mont Lu, on passe √† un grand format tandis qu'√©merge une nouvelle mani√®re. C'est √† la mani√®re de Wang Meng, son vieux ma√ģtre et ami √Ęg√© √† qui il souhaite exprimer ses vŇďux d'une longue long√©vit√© √† l'√©gal des montagnes; il lui emprunte la turbulence des √©boulements rocheux jusqu'au sommet de la peinture, qui animent les montagnes d'une vie organique propre et les transforment en une masse mouvante2[13].
Mais √† l'encontre de Wang, Shen s'appuie sur une large assise et √©rige, sous l'agitation apparente, une construction stable qui sous-entend, par ailleurs, une appr√©ciation plus r√©elle de la distance et une plus grande profondeur. En outre, la tonalit√© est automnale et l'interpr√©tation de la nature plus objective que chez Wang, Shen, dans cette Ňďuvre, renoue avec l'antique conception mystique de la montagne et avec le paysage monumental des Anciens, mais non sans le charger d'un symbole neuf √† travers l'expressionnisme lyrique et subjectif de Wang Meng[12].
  • Viennent ensuite les Ňďuvres de la maturit√©, des ann√©es 1470 √† 1490; elles se pr√™tent √† des formats plus grands et sont interpr√©t√©es d'un pinceau plus libre, plus vigoureux, voire violent, qui indique un contr√īle parfait de l'encre dans la juxtaposition et la diff√©renciation de ses valeurs tonales diverses. Pour les sc√®nes de la vie courante, il s'exprime dans une s√©rie de feuilles d'album peignant la r√©gion du Jiangnan o√Ļ il demeure; ce sont des √©vocations d'un moment d'intimit√© d'une √©tonnante fra√ģcheur, proche de l'impressionnisme[14].
On songe √† Wu Zen par l'ex√©cution tr√®s abr√©g√©e, la fluidit√©, la na√Źvet√©, mais avec ici une interpr√©tation plus humaine, plus r√©elle et des accents d'encre plus marqu√©s. L'album de la Nelson Gallery of Art de Kansas City est une de ses grandes r√©ussites dans ce genre; ce sont cinq feuilles mont√©es en rouleau horizontal, qui sont autant de variations int√©rieures autour du style personnel de l'artiste et autour des joies de la retraite au milieu des bambous, dans un paysage harmonieux, parfaitement humain dont les effets atmosph√©riques et lumineux nous livrent la qualit√© et la teneur[14].
Dans les Ňďuvres plus grandes comme la C√©l√©bration de la f√™te de la mi-automne, qui peut se situer vers 1486, on retrouve les m√™mes recherches d'atmosph√®re. Le disque p√Ęle de la lune est ici le centre et la raison d'√™tre du rouleau; sa lumi√®re diffuse et diaphane est rendue par un encre argent√©e tandis que les objets apparents comme la hutte, les rochers, se d√©tachent par une subtile adjonction de couleurs l√©g√®res. Caract√©ristiques aussi de l'art de sa maturit√© sont les lignes sombres qui soulignent l'architecture, les traits vigoureux des textures et des contours, mais si fondus les uns aux autres qu'ils donnent un moelleux et une profondeur que les imitateurs de Shen ne parviendront jamais √† obtenir[15].
  • Les Ňďuvres des derni√®res ann√©es sont d'ailleurs empreintes d'une exceptionnelle douceur et donnent libre cours √† ses pens√©es et √† ses souvenirs avec une grande aisance. L'accord spontan√© des valeurs, la luminosit√©, l'√©motion √©merveill√©e mais toujours contenue, sont typiques de cette √©poque o√Ļ Shen parvient √† l'intemporel dans l'acceptation du monde li√© au temps, √† la fois spectacle changeant et potentiel d'√©ternit√©. Il y a chez lui ouverture au monde ext√©rieur, g√©n√©rosit√© spirituelle devant la nature et non plus seulement introspection subtile[14].
Son influence sur la post√©rit√© est consid√©rable, mais chez la plupart de ses disciples la culture classique tourne facilement l'√©clectisme, dont les Ňďuvres raffin√©es sont le plus souvent d√©nu√©es de cette s√®ve franche et de ce souffle qui font la grandeur unique de Shen Zhou. Sa mesure, sa clart√©, sa rationalit√© ne sont plus que timidit√© et froideur de la r√®gle. Certains comme When Zhenming (1470-1559) et Tang Yin (1770-1523), ouvrent de nouveaux chemins, √† partir du message de Shen, tandis qu'avec les individualistes disparaissent la vision sereine et la conception cosmique du paysage dont il est l'un des derniers repr√©sentants[15].

Musées

Reading in Autumn Scenery
    • Deux hommes dans un pavillon contemplant la pluie et le vent sur la rivi√®re, rouleau en longueur sign√©, Ňďuvre d'√©cole.
  • Boston (Mus. of Fine Arts):
    • C√©l√©bration de la f√™te de la mi-automne, encre et couleur sur papier, rouleau en longueur, plusieurs inscriptions de l'artiste dont deux po√®mes.
    • Album de huit paysages et po√®mes, encre et couleurs sur papier, tachet√© d'or, huit feuilles sign√©es.
    • Vue du mont Tongguan √† l'automne, Ňďuvre dat√©e 1499, encre sur papier, rouleau en longueur, cinq inscriptions.
  • Chicago (Art Inst.):
    • Retour du lac de pierre, Ňďuvre dat√©e 1466, rouleau en longueur, po√®me du peintre.
Lofty Mount Lu
  • Cologne (Mus. f√ľr Ostasiatische Kunst):
    • Paysage dans le style de Juran), encre sur papier dor√©, √©ventail sign√©.
  • D√©troit (Inst.of Art):
    • Grenade et sigua, rouleau en hauteur, encre et couleurs l√©g√®res sur papier, po√®me de Wang Ao (1450-1514), deux cachets du peintre.
  • Honolulu: (Acad. of Art):
    • Oiseau, bambou et banane dans la neige, inscription du peintre.
  • Indianapolis (Art Inst.):
    • Catalpa.
  • Kansas City (Nelson Gal. of Art):
    • P√™cheur solitaire sur une rivi√®re d'hiver, dat√©e 1484, encre sur papier, rouleau en hauteur, po√®me du peintre sign√©, cachet du peintre.
    • Paysages et po√®mes, encre et couleur sur papier, cinq feuilles d'album mont√©es en rouleau en longueur et sign√©es, deux colophons dont un de Wen Zhengming.
    • Roses tr√©mi√®res, dat√© 1475.
    • Adieu √† un ami, couleurs l√©g√®res sur papier, petit rouleau en longueur, po√®me du peintre.
  • KyŇćto (Nat. Mus.) :
    • La cueillette des ch√Ętaignes d'eau, dat√© 1466, encre et couleurs sur papier
  • Londres (Brittish Mus.):
    • Le h√Ęvre de Tao Yuan, inscription de Wen Zhengming.
  • Michigan City (University Mus. of Art):
    • Pins et hibiscus, dat√© 1489.
  • Nankin :
    • Les trois cypr√®s de Yushan, encre sur papier, rouleau en longueur, attribution.
  • New York: Metropolitan Museum of Art:
    • Homme dans une barque, √©ventail sign√©.
  • Paris Mus. Guimet:
    • Homme dans une barque entre des rives rocheuses, d'apr√®s Wu Zen, po√®me du peintre et inscription de Dong Qichang.
  • P√©kin (Mus. du Palais) :
    • Homme dans un bois √† l'automne, po√®me du peintre.
    • Temple dans les montagnes, sign√© et dat√©e 1500, encre et couleurs, peint pour Yang Yijing
Walking with a staff
  • Shanghai:
    • Paysage, dat√© 1494, encre et couleurs l√©g√®res sur papier, d'apr√®s Huang Gongwang, rouleau en hauteur, colophon du peintre.
  • Stockholm (Nat. Mus.) :
    • Rivi√®re √† l'automne, Ňďuvre dat√©e 1500, colophon de Chen Shun.
    • Paysage d'hiver, po√®mes du peintre et d'amis √† lui, attribution.
    • Deux corbeaux, po√®me du peintre.
    • Pavillon au bord de l'eau, sign√©, po√®me, attribution.
  • Taipei (Nat. Palace Mus.):
    • Vu du Mont Lu, Ňďuvre dat√©e 1467, encre et couleurs l√©g√®res sur papier, rouleau en hauteur.
    • Se promenant avec un b√Ęton, encre sur papier, rouleau en hauteur, inscription de l'artiste.
    • √Čtudes de paysages avec figures, dis feuilles d'album avec po√®mes dont le dernier est dat√© 1482.
    • Ermitage de lettr√© au pied de hautes montagnes, inscription du peintre dat√©e 1492.
    • Fleurs, l√©gumes, oiseaux, poissons et animaux divers, Ňďuvres sign√©es et dat√©es 1494, encre sur papier, album de seize feuilles.
    • Orange et chrysanth√®mes, Ňďuvre dat√©e 1502.
    • Un Crabe, po√®me du peintre sign√©.
    • Paysage pour Liu Jue.
    • Oiseau sur une branche, po√®me du peintre sign√©.
    • Huit vues de Sanwu, feuille d'album, cachets du peintre.
    • Vieux pins.
    • Pavillons bas √† l'ombre des arbres feuillus, encre et couleurs l√©g√®res sur papier, feuille d'album sign√©e.
    • Vue de Suzhou, couleurs sur papier, sign√©.
    • Magnolia et √©pidendrons poussant pr√®s d'un rocher, inscriptions de Zhu Yunming et Wu Kuan.
    • Changpu hautes herbes poussant pr√®s d'une pierre.
    • Pigeon sauvage sur une branche morte, sign√©, po√®me du peintre.
    • Chat et √Ęne, deux feuilles d'album avec inscriptions de Qing Qianlong.
  • TŇćkyŇć : (Nat. Mus.):
    • Promenade avec une canne, encre sur papier.
  • Washington D.C (Freer Gallery of Art):
    • Village de p√™cheur pr√®s de la rivi√®re, encre et couleurs l√©g√®res sur papier, rouleau en longueur, po√®me du peintre.
    • Homme assis dans son studio pr√®s de la rivi√®re, encre et couleurs l√©g√®res sur papier, rouleau en longueur d√©di√© √† un ami en 1491, trois po√®mes de Qianlong et colophon du peintre.
    • Paysage de montagne avec pavillons et ruisseaux , sign√© et dat√© 1491, dans le style de Wang Meng.

Notes et références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • M.Pirazzoli-T'sersttevens: Cours de l'√Čcole du Louvre, Paris, 1970-1971.
  • Dictionnaire B√©n√©zit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 12, √©ditions Gr√ľnd, janvier 1999, 13440 p. (ISBN 978-2-7000-3037-2), p. 745-746-747 
  • Yang Xin, Richard M. Barnhart, Nie Chongzheng, James Cahill, Lang Shaojun, Wu Hung (trad. Nadine Perront), Trois mille ans de peinture chinoise, Arles, √Čditions Philippe Picquier, 1997, 402 p. (ISBN 978-2-87730-341-5), p. 198, 217, 219, 224, 233, 236, 307; influence de:215, 226, 227, 253, 271, 303, 317, 330; influence sur: 4, 157, 177, 229, 242, 244 
  • J. Cahill, La Peinture chinoise, Gen√®ve, 1960.
  • Nicole Vandier-Nicolas, Peinture chinoise et tradition lettr√©e, Paris, √Čditions du Seuil, 1983, 259 p. (ISBN 978-2-02-006440-8), p. 173, 201, 204, 206, 208, 211, 216, 222, photos: 86, 162, 163, 181 

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Shen Zhou de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • SHEN ZHOU ‚ÄĒ ‚Äď surnom de courtoisie: Qinan; surnom de fantaisie: Shitian ‚Äď domine ce courant majeur de la peinture Ming que les critiques devaient appeler par la suite l‚Äô¬ę √©cole de Wu ¬Ľ, Wu √©tant l‚Äôancien nom de la pr√©fecture de Suzhou. Shen Zhou n‚Äôest pas √†… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Shen Zhou ‚ÄĒ (zh cp|c=ś≤ąŚĎ®|p=Shńõn ZhŇću, 1427‚Äď1509), courtesy name Qinan (ŚźĮŚćó), was a Chinese painter in Ming Dynasty.LifeShen Zhou was born into a wealthy family in Xiangcheng, near the thriving city of Suzhou, in the Jiangsu province, China. His genealogy… ‚Ķ   Wikipedia

  • Shen Zhou ‚ÄĒ ¬† [ É…õn d í…ĒuŐĮ], Shen Chou, chinesischer Dichter, Maler und Kalligraph, * Suzhou 1427, ‚úĚ ebenda 1509; entstammte einer Literatenfamilie und f√ľhrte ein unabh√§ngiges Gelehrtendasein. Shen Zhou gilt als ein Hauptmeister des Kreises der Literatenmaler… ‚Ķ   Universal-Lexikon

  • Shen Zhou ‚ÄĒ Retrato de Shen Zhou. Shen Zhou o Shen Cheu. ( SŇęzhŇću 1427 SŇęzhŇću 1509 ) pintor chino fundador de la llamada escuela Wu. Shen Zhou nacido en la ciudad de Wuxian ( actual SŇęzhŇću), provincia de Jiangsu durante la dinast√≠a Ming, se interes√≥… ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Shen Zhou ‚ÄĒ ‚Ė™ Chinese painter Wade Giles romanization ¬†Shen Chou, ¬†courtesy name (zi) ¬†Qinan, ¬†literary name (hao)¬† Shitian¬† born 1427, Suzhou, Jiangsu province, China died 1509 ¬†Chinese artist who was a leading member of a group of scholar artists later… ‚Ķ   Universalium

  • Shen Zhou International Hotel ‚ÄĒ (–ü–Ķ–ļ–ł–Ĺ,–ö–ł—ā–į–Ļ) –ö–į—ā–Ķ–≥–ĺ—Ä–ł—Ź –ĺ—ā–Ķ–Ľ—Ź: 4 –∑–≤–Ķ–∑–ī–ĺ—á–Ĺ—č–Ļ –ĺ—ā–Ķ–Ľ—Ć –ź–ī—Ä–Ķ—Ā: No. 31 South ‚Ķ   –ö–į—ā–į–Ľ–ĺ–≥ –ĺ—ā–Ķ–Ľ–Ķ–Ļ

  • Shen Zhou Hotel Jilin (Jilin) ‚ÄĒ Shen Zhou Hotel Jilin country: China, city: Jilin (Central) Shen Zhou Hotel Jilin Location The hotel is located on the pretty Song Hua River bank. It has the advantage of location and trasport facilities. There is only 2 km to the railway station ‚Ķ   International hotels

  • Shen Gua ‚ÄĒ Shen Kuo Pour les articles homonymes, voir Shen (homonymie). Shen Kuo ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Shen Kua ‚ÄĒ Shen Kuo Pour les articles homonymes, voir Shen (homonymie). Shen Kuo ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Shen Chou ‚ÄĒ ¬† [ É…õn d í…ĒuŐĮ], chinesischer Maler, Shen Zhou ‚Ķ   Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.