Beziers

ÔĽŅ
Beziers

Béziers

Page d'aide sur l'homonymie Pour l‚Äôarticle homophone, voir B√©zier.

43¬į 36‚Ä≤ 43‚Ä≥ N 3¬į 52‚Ä≤ 38‚Ä≥ E / 43.6119, 3.8772

Béziers

L'orb, le pont vieux et la cathédrale St Nazaire
L'orb, le pont vieux et la cathédrale St Nazaire

Armoiries
Administration
Pays France
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
(sous-préfecture)
Arrondissement Arrondissement de Béziers
(chef-lieu)
Canton chef-lieu de 4 cantons
Code Insee abr. 34032
Code postal 34500
Maire
Mandat en cours
Raymond Couderc
2008-2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération Béziers Méditerranée
Site internet www.ville-beziers.fr
Démographie
Population 74 028 hab. (2006)
Densité 775 hab./km²
Gentilé Biterrois, Biterroises
Géographie
Coordonn√©es 43¬į 20‚Ä≤ 51‚Ä≥ Nord
       3¬į 13‚Ä≤ 08‚Ä≥ Est
/ 43.347615, 3.218991
Altitudes mini. 4 m ‚ÄĒ maxi. 120 m
Superficie 95,48 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Béziers est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Languedoc-Roussillon. Par sa population, Béziers est la seconde ville du département de l'Hérault et la quatrième de la région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Biterrois et Biterroises.

logo de la ville

Sommaire

Géographie

Toponymie

B√©ziers est une ville du pays d'oc dont l'√©criture occitane classique est Besi√®rs ([beňązj…õs]) et qui a √©t√© francis√©e en ¬ę B√©ziers ¬Ľ.

Géographie physique

La ville est située dans la plaine héraultaise, dominant l'Orb et le canal du Midi dans un site pittoresque.

Dernier contrefort du Massif central dans la plaine du Bas-Languedoc, B√©ziers est situ√©e √† 20 km de la mer M√©diterran√©e et √† 50 km des montagnes moyennement √©lev√©es du Haut Languedoc telles que le massif abrupt du Caroux (1 090 m√®tres d'altitude), l'Espinouse (1 124 m) et les monts de Lacaune dans le Tarn (1 267 m).

B√©n√©ficiant d'une superficie communale importante (9 548 hectares), B√©ziers est la commune la plus √©tendue du d√©partement de l'H√©rault. Moins de la moiti√© de la superficie communale est urbanis√©e, le reste du territoire est compos√© d'espaces verts, de zones naturelles prot√©g√©es et de zones agricoles (environ 2 000 hectares) principalement plant√©es en vignes.

Topographie urbaine

Du point de vue de l'am√©nagement urbain, B√©ziers se d√©veloppe sur un plateau surplombant √† l'est l'Orb, du fait du caract√®re inondable de la rive ouest de l'Orb, le ¬ę Faubourg ¬Ľ situ√© dans la plaine alluviale.

√Ä la bordure orientale de la vieille ville, les grandes all√©es Paul-Riquet forment une vaste esplanade √† l'emplacement des anciens foss√©s puis du jeu de Mail. Au nord, elles d√©bouchent sur le th√©√Ętre (XIXe si√®cle) ; au sud, sur le parc dit Plateau des Po√®tes (am√©nag√© en 1867). Les autres attractions majeures sont li√©es √† l'Orb : d'abord les neuf √©cluses de Fonserannes sur le canal du Midi et le pont-canal, plus tardif. Le domaine de Ra√Įssac, pr√®s de l'Orb au nord-ouest de la ville, a une belle collection de fa√Įences et c√©ramiques et se trouve √† la t√™te d'un domaine viticole de 108 ha.

Les quartiers bourgeois du XIXe si√®cle se sont d√©velopp√©s √† l'est des all√©es, o√Ļ sont les principaux magasins et, au-del√†, h√īpitaux, ar√®nes et piscine, lyc√©es, cave coop√©rative, casernes (actuel site universitaire Du Guesclin) et pompiers. L'expansion vers le nord a √©t√© plus tardive, tandis qu'au sud la gare et l'Orb formaient barri√®re. La croissance r√©cente a occup√© de vastes espaces au sud-est, au-del√† de la voie ferr√©e B√©ziers -Neussargues et jusqu'√† l'autoroute A 9, sur pr√®s de 4 km : grands ensembles de La Dev√®ze, vaste zone industrielle (Capiscol), hypermarch√©s avec centres commerciaux (Montimaran, Gayonne), parc des expositions, march√© de gros, nouveau stade de la M√©diterran√©e.

La construction est rest√©e mod√©r√©e sur la rive occidentale, bien que le "Faubourg" y ait accueilli quelques ateliers et une distillerie, des jardins, une Plaine de jeux. C√īt√© sud-ouest, la RN113 est accompagn√©e d'ateliers et entrep√īts jusqu'√† Colombiers, dont la zone d'activit√©s de Fontvieille.

B√©ziers est aussi un ¬ę nŇďud ¬Ľ de voies de communication : au-del√† des voies fluviales (Orb et canal du Midi), B√©ziers est situ√©e au carrefour des routes RD612 (de Saint-Pons-de-Thomi√®res, en provenance d'Albi et de Castres, vers Agde), RD613 (de Narbonne √† P√©zenas) mais aussi le CD11 (vers Capestang et Carcassonne) et le CD909 (vers B√©darieux) ainsi que des autoroutes A9 (vall√©e du Rh√īne-Espagne) et A75 (l'autoroute du Massif Central).

Histoire

Les arènes antiques de Béziers
La cathédrale Saint Nazaire
Le pont-canal de Béziers sur l'Orb

B√©ziers est une tr√®s vieille ville : 2700 ans d'histoire, qui commence avec l'installation d'une tribu sur les berges de l'Orb √† l'√®re n√©olithique, sur le site actuel du Bosquet.

Durant l'√Ęge du fer (VIIIe‚ÄČ‚ÄĎ‚ÄČIIe si√®cle avant J.-C.), B√©ziers constitue l'un des principaux oppida de la Celtique m√©diterran√©enne[1].

Antiquité

Les Romains chassent les Celtib√®res d√®s le Ier si√®cle av. J.-C. pour s'y installer et y cr√©er une colonie, la Civitas urbs baeterrensis. Situ√©e √† quelques kilom√®tres de la mer M√©diterran√©e sur le fleuve Orb, travers√©e par la Via Domitia qui relie l'Italie √† l'Espagne, Baeterrae, nom antique de B√©ziers, prosp√®re jusqu'au IIIe si√®cle av. J.-C. o√Ļ l'ins√©curit√© ambiante am√®ne la cit√© √† construire des murailles.

Moyen √āge

Les invasions barbares touchent de plein fouet B√©ziers, au centre d'une Narbonnaise tr√®s disput√©e : d'abord aux mains des Wisigoths au VIe si√®cle, elle est bient√īt conquise par les musulmans au d√©but du VIIIe si√®cle si√®cle, puis par les Francs qui, men√©s par Charles Martel la ruinent en 737.
Si√®ge d'un √©v√™ch√© puis bient√īt, gr√Ęce √† Charlemagne, d'un comt√©, B√©ziers continue √† se fortifier, notamment au d√©but du XIIe si√®cle, au moment de la grande guerre m√©ridionale entre la maison d'Aragon et la maison de Toulouse, et son enceinte, englobant les bourgs de Capnau, Saint-Aphrodise et Saint-Jacques, prend sa forme d√©finitive.

En 1209, le vicomte de B√©ziers, Raimond-Roger Trencavel, ne peut r√©sister aux assauts des crois√©s du Nord, men√©s par Simon IV de Montfort et venus ch√Ętier les seigneurs soutenant les h√©r√©tiques ¬ę Albigeois ¬Ľ : une partie des habitants de B√©ziers est pass√©s par les armes au cours d'un des plus grands massacres du Moyen √āge (d'apr√®s une source tr√®s douteuse, le l√©gat du pape Innocent III, l'abb√© Arnault, aurait proclam√© : ¬ę Tuez-les tous, Dieu reconna√ģtra les siens ¬Ľ. Voir article Arnaud Amaury.)

Il exista aussi un massacre bien moins connu des habitants masculins par les troupes catalanes et aragonaises du roi d'Aragon et comte de Barcelone Alfons/Alfonso II, allié au vicomte de Béziers Roger II Trencavel. Le vicomte de Béziers Roger II Trencavel, pour venger l'assassinat de son père le vicomte Raimon Trencavel par les habitants de Béziers en 1167 dans la cathédrale de la ville, s'allia avec Alfons/Alfonso II, roi d'Aragon et comte de Barcelone et ils assiégèrent ensemble la ville (1168). Les Biterrois, après une fière résistance, réussirent à obtenir leur pardon sous certaines conditions. Mais l'année suivante (1169), sous prétexte de lutter contre le comte de Toulouse, Roger II Trencavel et le roi Alfons/Alfonso II firent héberger des troupes catalanes et aragonaises chez les habitants de la ville. A un moment défini à l'avance, ces soldats passèrent au fil de l'épée (ou pendirent) tous les hommes présents dans la ville.

La cathédrale de Béziers est reconstruite, Béziers intégrée au domaine royal en 1247.
La ville est alors aux mains de trois pouvoirs : l'√©v√™ch√©, qui conna√ģt son apog√©e au XVIe et au XVIIe si√®cle quand il est occup√© par la famille des Bonsi, alli√©e aux M√©dicis, le consulat, cr√©√© √† la fin du XIIe si√®cle, et enfin le roi, repr√©sent√© par un viguier pour les affaires judiciaires, puis par un subd√©l√©gu√© de l'intendant √† partir du XVIIe si√®cle.

Béziers n'est pas inquiétée pendant la guerre de Cent Ans.

Renaissance

Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagn√© de la Cour et des Grands du royaume : son fr√®re le duc d‚ÄôAnjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine[2].

Du XVIIe si√®cle √† la R√©volution

Statue de Paul Riquet sur les allées

Elle sert de base arri√®re pendant toutes les guerres de l'√©poque moderne : surtout contre les Habsbourg. Elle n‚Äôest r√©ellement en danger qu'en 1710 quand les Britanniques, au cours de la guerre de succession d'Espagne (1701-1714), d√©barquent √† S√®te et poussent jusqu'√† quelques kilom√®tres de B√©ziers avant d'√™tre repouss√©s par le duc de Roquelaure. B√©ziers est par ailleurs au cŇďur de la r√©volte de Montmorency en 1632 : c'est l√† que se retrouvent Gaston d'Orl√©ans et le gouverneur de la province au d√©but de la r√©bellion, c'est l√† aussi que le roi, par l'√©dit de B√©ziers, en octobre 1632, supprime les privil√®ges de la province, r√©tablis en 1649.

Au cours du XVIIIe si√®cle, B√©ziers prosp√®re, notamment gr√Ęce √† la culture de la vigne qui lui permet d'√™tre un important centre de n√©goce d'alcool.

Au moment de la Révolution, la ville ne prend pas part au mouvement des fédéralistes. De 1790 à 1800, Béziers est le chef-lieu du district de Béziers.

En 1851, B√©ziers est une des seules villes √† se r√©volter contre le coup d‚Äô√Čtat du prince-pr√©sident Louis-Napol√©on Bonaparte.

√Ä la fin du XIXe si√®cle et au d√©but du XXe si√®cle, B√©ziers conna√ģt son √Ęge d'or, compromis par la crise de m√©vente du vin qui survient au d√©but du XXe si√®cle. La r√©gion, touch√©e plus tard que les autres par le phyllox√©ra, n'a pas eu trop √† en souffrir car l'on sait d√©j√† comment y rem√©dier. Au cours du XIXe, la population passe de 15 000 √† 50 000 habitants, la ville s'√©tend, des ar√®nes sont construites, de grandes art√®res sont perc√©es, de nombreux immeubles de style haussmannien √©lev√©s partout dans la ville, les all√©es Paul-Riquet dot√©es de luxueuses fa√ßades, d'un riche th√©√Ętre, sont ferm√©es au sud par un √©tonnant parc √† l'anglaise r√©alis√© par les fr√®res Bullher paysagistes (le plateau des Po√®tes) aux essences peu communes sous des latitudes m√©diterran√©ennes. De nombreux ch√Ęteaux sont construits par les vignerons dans les environs, t√©moins d'une grande prosp√©rit√© r√©volue.

XXe si√®cle

En 1907, Béziers est l'épicentre de la révolte des vignerons, et des soldats mutins s'y installent avant d'être envoyés à Gafsa, en Tunisie.

Le quartier (ZUP) de La Devèze construit à la fin des années 60 et abritant environ 10 000 habitants, la barre Capendeguy, que l'on voit au premier plan, a été dynamitée le 27 janvier 2008

Le 5 juillet 1944, la ville est bombardée par la 15th USAAF et des appareils de la mission Shuttle, avant d’être libérée par la 1re DFL (division française libre)[3].

Apr√®s la Seconde Guerre mondiale sonne l'heure du d√©clin pour B√©ziers. D'abord la chute des prix du vin, puis la crise des industries classiques. Transform√©e par la construction de grands ensembles d'HLM (La Dev√®ze) apr√®s l'arriv√©e des rapatri√©s d'Alg√©rie, B√©ziers est alors tristement c√©l√®bre pour son taux de ch√īmage. √Ä partir du recensement de 1975, la population d√©cline et passe de 80 000 √† 70 000 habitants.

Pour autant, B√©ziers a b√©n√©fici√© depuis les ann√©es 1960 de l'essor touristique du golfe du Lion. Les Biterrois peuvent poursuivre leurs √©tudes √† B√©ziers depuis la cr√©ation de l'IUT en 1992 et du centre universitaire en 1996. La ville conna√ģt actuellement une nouvelle phase de d√©veloppement associ√© √† un nouvel essor d√©mographique qui profite √† l'ensemble de l'agglom√©ration de B√©ziers, gr√Ęce notamment √† l'arriv√©e de l'A75 (Clermont-Ferrand - B√©ziers) et une r√©percussion par ricochet de l'effervescence montpellieraine. En 2008 l'artiste plasticien Guillaume Bottazzi peint sur les Muriers Blancs une Ňďuvre contemporaine de 3 000 m2 environ TV FR3[2]. La r√©habilitation du centre historique et les grands projets d'am√©nagements urbanistiques sont les signes d'un nouveau d√©part. Depuis 2005, la municipalit√©, dans le cadre de l'ANRU, a lanc√© un grand chantier de restructuration du quartier populaire de la Dev√®ze. Le 27 janvier 2008, la "barre Capendeguy", barre HLM de 500 logements construite en 1972, a √©t√© dynamit√©e.

Administration

Les maires de Béziers

La mairie de Béziers
Liste des maires successifs depuis 1953
Période Identité Parti Qualité
Depuis 1995 Raymond Couderc UDF puis DL puis UMP Professeur d'université
1989-1995 Alain Barrau PS Economiste
1983-1989 Georges Fontès PS puis RPR Directeur de la CPAM et URSSAF
1977-1983 Paul Balmigère PCF Ouvrier agricole
1967-1977 Pierre Brousse UDF-RAD Chargé de mission
1953-1967 √Čmile Clapar√®de RAD Commer√ßant

Les cantons

Le découpage des cantons dans Béziers

B√©ziers est chef-lieu de quatre cantons :

Les cantons de Béziers
Canton de Béziers-1 Canton de Béziers-2
Canton de Béziers-3 Canton de Béziers-4
Autres cantons de l'Hérault


Justice

Béziers est le siège d'un tribunal d'instance et d'un tribunal de grande instance.

  • 2009 : construction d'un Centre P√©nitentiaire de 810 places.
  • 2012: construction d'une Cit√© Judiciaire au quartier Wilson Libert√© L'Hours √† "Rive Gauche"

Démographie

√Čvolution d√©mographique
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
12 501 14 535 14 565 16 140 16 679 16 233 18 874 19 596 19 333
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
23 557 24 270 27 722 31 468 38 227 42 915 42 785 45 475 48 012
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
52 310 52 268 51 042 56 008 65 754 71 527 73 305 64 561 64 929
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
73 528 80 481 84 029 76 647 70 996 69 153 74 028 [4] - -

Nombre retenu √† partir de 1962 : population sans doubles comptes


Sources:[5],[6]

√Čvolution d√©mographique du XXe si√®cle √† nos jours

La d√©mographie de B√©ziers est de nouveau en plein essor gr√Ęce notamment, √† l'arriv√©e du TGV, de l'A75 en 2006, et bient√īt le prolongement du TGV √† Montpellier fera que la ville devrais gagner encore pr√®s de 10.000 habitant d'ici 2015 soit une stabilisation autour des 85.000-90.000 habitants.[r√©f. n√©cessaire]

√Čducation

Enseignement primaire

Près de 4 000 enfants sont inscrits dans les écoles primaires de la ville. (27 écoles maternelles dont 6 privées, 28 écoles élémentaires dont 6 privées)

Enseignement secondaire

Béziers compte 8 collèges dont 3 privés et 5 lycées dont 2 privés.

Enseignement supérieur

L'antenne de l’université Paul-Valéry (centre Duguesclin)

Le CIRDOC, Centre d'√©tudes occitanes, est le plus important centre de recherches sur l'Occitanie du Sud de la France. Avec l‚ÄôIUT de B√©ziers (universit√© Montpellier 2) et plusieurs STS/BTS (lyc√©es Jean-Moulin et La Trinit√© et Henri-IV), et le d√©veloppement du site universitaire Du Guesclin (universit√© Paul-Val√©ry, Montpellier-3), B√©ziers compte aujourd'hui plus de 1 500 √©tudiants mais ne b√©n√©ficie pas encore de toutes les infrastructures d'une ville √©tudiante : restaurant universitaire priv√©, pas de cit√© universitaire, absence de nombreux services universitaires de vie √©tudiante (SCUIO, SCAC, etc.), absence palli√©e en partie par les activit√©s du service jeunesse de l'agora.

SUP'EXUP - √Čcoles priv√©es sup√©rieures d'immobilier et de commerce[7] : Immobilier (√©cole de la FNAIM) Commerce (commerce international, management, ressources humaines)s'implante au centre de B√©ziers en 2009.

√Čconomie

Béziers est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de Béziers - Saint-Pons.

Dans une situation g√©ographique privil√©gi√©e - 10 km des plages de sable fin de la M√©diterran√©e, 30 km du Haut Languedoc et les massifs montagneux du Caroux et de l'Espinouse ‚Äď B√©ziers est une ville d‚Äôun peu plus de 70 000 habitants. Install√©e au cŇďur d‚Äôune r√©gion √©minemment touristique, elle trouve sa propre place dans ce domaine. B√©ziers se tourne vers l‚Äôavenir √† sa mani√®re : en d√©veloppant tr√®s fortement la diversification du tissu √©conomique et les infrastructures d‚Äôacc√®s, A 75, TGV vers l‚ÄôEspagne, et l‚Äôagrandissement de l‚Äôa√©roport‚Ķ. Il semble que l'ouverture de la ligne r√©guli√®re Ryanair B√©ziers/Bristol, depuis le 31 mars dernier, porte tr√®s vite ses fruits. Le chiffre est on ne peut plus clair : + 131% de touristes britanniques sur le territoire biterrois en avril 2008, par rapport √† la m√™me p√©riode de 2007. D'o√Ļ le calcul de Ryanair et l'enthousiasme de la r√©gion biterroise, √† l'annonce de l'ouverture, du 19 juillet √† fin ao√Ľt 2008 d'une nouvelle ligne test entre Londres/Stansted et B√©ziers. Les visiteurs britanniques de l'Office de Tourisme sont encore majoritairement originaires du bassin londonien, mais Gallois et habitants de la r√©gion de Bristol font une entr√©e en force.

Transports

Une possible gare TGV pourrait être en construction à Béziers Est...

Célèbres natifs de Béziers

Voir : Cat√©gorie:Naissance √† B√©ziers.

Personnalités liées à la commune

Monuments et lieux touristiques

L'église de la Madeleine
  • La cath√©drale Saint-Nazaire : situ√©e sur les hauteurs de la ville, elle occupe un site des plus pittoresques, visible de loin lorsqu'on arrive √† B√©ziers par la route de Narbonne. Exemple remarquable du gothique ¬ę m√©ridional ¬Ľ du XIVe si√®cle, vo√Ľtes s'√©levant √† plus de 30m, rose ouest d'un diam√®tre remarquable de 10 m√®tres , exceptionnel travail de ferronnerie des grilles de protection ext√©rieures des vitraux (XIVe); ma√ģtre autel imposant surmont√© d'une gloire et magnifique buffet d'orgues (XVIIe et XVIIIe si√®cles). Clo√ģtre attenant et charmant jardin des √©v√™ques surplombant le faubourg. √Ä voir aussi de nombreuses fa√ßades des XVIe au XVIIIe si√®cles et h√ītels particuliers dans le centre historique.
  • Le plateau des po√®tes XIXe 1867 : ce vaste parc √† l'anglaise am√©nag√© par les fr√®res Bullher paysagistes, contenant de nombreuses statues de po√®tes et la monumentale "statue-cascade" du Titan par Injalbert, relie la gare aux all√©es Paul Riquet o√Ļ se trouve la grande statue en bronze du g√©nial cr√©ateur du canal du Midi (Pierre-Paul Riquet) par le sculpteur David d'Angers. David d'Angers qui a √©galement r√©alis√© les bas reliefs qui ornent la fa√ßade n√©o-classique du th√©√Ętre municipal √† l'italienne en haut des ces m√™mes all√©es( 1844).
  • Les ar√®nes : B√©ziers compte deux ar√®nes : l'une datant de l'√©poque romaine,dont les structures et soubassements sont r√©habilit√©es apr√®s de longs travaux, situ√©e dans le quartier Saint-Jacques (voir Ar√®nes romaines de B√©ziers), et l'autre construite √† la fin du XIXe si√®cle sur le mod√®le des ar√®nes espagnoles par Fernand Castelbon de Beauxhostes m√©c√®ne f√©ru de th√©√Ętre et d'art lyrique (voir Les Ar√®nes de B√©ziers) . Des artistes de passage dans la ville y produisent des concerts et des corridas sont organis√©es pendant les festivit√©s de la F√©ria d'ao√Ľt.
  • Le mus√©e des Beaux-Arts, situ√© dans les h√ītels particuliers Fabr√©gat et Fayet et fond√© en 1859, il re√ßoit en 1934 la donation de la veuve de Jean-Antoine Injalbert, sculpteur connu pour son Ňďuvre monumentale ( nombreuses r√©alisations en ville et dans toute la r√©gion ), ainsi que des dessins et la collection d'art de Jean Moulin en 1975. Il expose √©galement des toiles de Hans Holbein, Sebastien Bourdon, G√©ricault, Vincent van Gogh, Cha√Įm Soutine, Henri Goetz‚Ķ
  • Le mus√©e Saint-Jacques, install√© dans une ancienne caserne, pr√©sente des collections sur la vie biterroise.
  • Le pont Vieux sur l'Orb (Moyen √āge).

Autres sites et monuments :

  • Le canal du Midi XVIIe :
  • Le pont-canal
  • Les √©cluses de Fonserannes
  • Le jardin de la Plantade.
  • Le moulin de Cordier, ou moulin de Bagnols.
  • L'√©glise Saint-Jacques.
  • L'√©glise Saint-Aphrodise.
  • L'√©glise de la Madeleine.
  • L'√©glise Saint-Jude.
  • L'√©glise de l'Immacul√©e Conception.
  • Le quartier du Capnau.
  • L'√ģle de Tabarka, sur l'Orb .
  • Le th√©√Ętre municipal (XIXe)
  • L'ancien th√©√Ętre Art nouveau des Vari√©t√©s.
  • Les grandes halles (fin XIXe).
  • Le Domaine de Bayssan (sortie Ouest)
  • La Chapelle du Jardin Notre-Dame (XVIIIe)
  • La Chapelle des P√©nitents Bleus (XVIIIe)

Sport

Rugby

La ville de Béziers fut pendant de nombreuses années la capitale française du rugby. En effet, l'ASBH remporta 11 titres de champion de France entre 1961 et 1984 et joua 15 finales. Les joueurs aux couleurs "Rouge et Bleu" faisaient trembler les équipes du rugby français de cette fameuse époque.

En 1968, sous la houlette de Raoul Barri√®re. L‚Äô√©quipe d√©croche le titre de Champions de France Juniors. √Ä partir de cette ossature, Raoul Barri√®re, le ¬ę sorcier de Saucli√®res ¬Ľ, construit l'√©quipe qui rentre dans la l√©gende comme ¬ę les invincibles ¬Ľ et qui collectionne les Brennus en 1971, 1972, 1974, 1975, (finaliste en 1976), 1977 et 1978, avec Richard Astre comme capitaine et des joueurs mythiques comme Jean-Louis Martin, Alain Paco, Armand Vaquerin, Alain Est√®ve, Georges Senal, Olivier Sa√Įsset, Jack Cantoni, Henri Cabrol et une longue liste d'internationaux.

Le départ de Barrière et d'Astre, suite a un crise du club, n'empêche pas le succès dans la course au titre en 1980, 1981, 1983 et 1984.

Béziers détient aussi 4 Challenge du Manoir (1964, 1972, 1975 et 1977) et une Coupe de France (1986).

La fin de l'h√©g√©monie co√Įncide avec le tragique d√©c√®s du capitaine Pierre Lacans en 1985. Depuis, et avec le passage oblig√© du rugby au professionnalisme, le club conna√ģt des succ√®s divers, naviguant entre le Top 14 et la Pro D2, avec le passage entre autres de joueurs fran√ßais de renoms comme les Richard Dourthe, Pierre Mignoni, Thibaut Privat, S√©bastien Bruno, ou bien Richard Castel, et m√™me d'√©trangers comme l'international australien Warwick Waugh, le fabuleux flanker n√©o-z√©landais Angus Gardiner, sans parler du buteur argentin Diego Giannantonio. Actuellement, le club √©volue au stade de la M√©diterran√©e. Malgr√© cette perte de domination, l'ASBH a pu b√©n√©ficier pendant plusieurs ann√©es d'un excellent centre de formation, produisant de tr√®s bons joueurs de qualit√© tel que Yannick Nyanga ou Dimitri Szarzewski, voire plus r√©cemment Damien Vidal excellent buteur faisant les beaux jours au RC Toulon.

La ville de Béziers compte également un club de rugby à XIII, Béziers XIII.

Autres sports

Mais B√©ziers est aussi pr√©sent dans d'autres sports, comme par exemple le volley-ball, avec l'√©quipe f√©minine du Gaz√©lec B√©ziers Volley-Ball qui joue pour la saison 2008-2009 en Nationale 1 (2√®me division). Mais le club a longtemps jou√© les premiers r√īles en championnat √©lite, avant de conna√ģtre la descente en 2008.

On peut également citer le club de football créé en 2007 (par le rapprochement avec l'équipe de Saint Chinian, du FCB et des cheminots), l'AS Béziers, qui évolue en Division d'honneur (6e division) pour la saison 2008-2009.

√Čgalement le tennis avec Richard Gasquet, originaire de S√©rignan.

Le Baseball avec le Baseball Club Biterrois, surnommé "les Pirates", qui évolue pour la saison 2008 en Nationale 1A équivalent de la deuxième division.

Le Catch avec l'Association Biterroise de Catch, seule association de catch du Sud de la France.

La Capoeira avec la création de l'Association Capoeira Béziers en Juin 2009.

Galerie

Jumelages

Notes et sources

  1. ‚ÜĎ r√©f√©rence,Dominique Garcia, La Celtique m√©diterran√©enne. Habitats et soci√©t√©s en Languedoc et en Provence. VIIIe-IIe si√®cles av. J.-C., √©ditions Errance, Paris, 2004, (ISBN 2877722864)
  2. ‚ÜĎ Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Club France Loisirs, 1980, (ISBN 2-7242-0785-8 ), p 255
  3. ‚ÜĎ St√©phane Simonnet, Atlas de la Lib√©ration de la France, √©d. Autrement, Paris, 1994, r√©imp. 2004 (ISBN 2-7467-0495-1), p 32
  4. ‚ÜĎ [1]
  5. ‚ÜĎ Evolution de la population d'une commune avant le recensement de 1962 (r√©sultats publi√©s au journal officiel ou conserv√©s aux archives d√©partementales
  6. ‚ÜĎ INSEE: √Čvolution de la population d'une commune depuis le recensement de 1962 : population sans double comptes et nombre de r√©sidences principales
  7. ‚ÜĎ Supexup publie tous ses r√©sultats aux examens : voir supexup.fr et sites "rectorat de Montpellier" et "f√©d√©ration europ√©enne des √©coles".

Voir aussi

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du Languedoc-Roussillon Portail du Languedoc-Roussillon
  • Portail de l‚ÄôH√©rault Portail de l‚ÄôH√©rault
  • Portail de l‚ÄôOccitanie Portail de l‚ÄôOccitanie
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de ¬ę B%C3%A9ziers ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Beziers de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Beziers ‚ÄĒ B√©ziers ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • B√©ziers ‚ÄĒ B√©ziers ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • B√©ziers ‚ÄĒ Saltar a navegaci√≥n, b√ļsqueda B√©ziers Besi√®rs Escudo ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • B√ČZIERS ‚ÄĒ (Heb. ◊Ď◊ď◊®◊©; based on the Latin form), city in the department of H√©rault, France. Natives of the city were known as ◊ô◊©◊®◊ď◊Ď normally transliterated as Bedersi. An estate near B√©ziers belonging to Jews (Guardia Judaica) is mentioned in a document of… ‚Ķ   Encyclopedia of Judaism

  • B√ČZIERS ‚ÄĒ Le noyau primitif de peuplement, sur les bords de l‚ÄôOrb, devient plus tard, sur la hauteur voisine, un oppidum o√Ļ les Gaulois se r√©fugiaient en cas de guerre. √Ä l‚Äô√©poque romaine est fond√©e la Colonia Julia Septimana Biterrae , sur l‚Äôacropole de… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • B√©ziers ‚ÄĒ ¬† [be zje], Stadt im D√©partement H√©rault, in der K√ľstenebene des s√ľdwestlichen Languedoc am Canal du Midi, S√ľdfrankreich, 70 900 Einwohner; arch√§ologisches, Kunst und Weinmuseum; Weinbau und handel; Traktorenbau, Herstellung von D√ľngemitteln. 2… ‚Ķ   Universal-Lexikon

  • B√©ziers ‚ÄĒ (spr. bńďsjńď), Arrondissementshauptstadt im franz. Depart. H√©rault, auf einem H√ľgel √ľber dem Orb und am Canal du Midi, Knotenpunkt der S√ľdbahn und der Lyoner Bahn. Der Canal du Midi ist, nachdem er mittels der Schleuse von Fonseranne eine… ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Beziers ‚ÄĒ (spr. Besi√§hr), 1) Bezirk im franz√∂sischen Departement H√©rault, 50 QM., 135,000 Ew.; 2) Hauptstadt am Einflu√ü der Orbe in den Kanal du Midi u. durch Eisenbahn mit Toulouse u. Montpellier verbunden, in einer sehr fruchtbaren Gegend, mit Tribunal,… ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • B√©ziers ‚ÄĒ (spr. besń≠eh), Stadt im franz. Dep. H√©rault, am Orb, (1901) 52.310 E.; Weinbau, Handel ‚Ķ   Kleines Konversations-Lexikon

  • Beziers ‚ÄĒ (Besieh, Beterrae, franz√∂s. Stadt im Departement des Herault, in sch√∂ner fruchtbarer Gegend am Einflu√ü der Orbe in den Canal du Midi, 20000 E., sch√∂ne Kathedrale, lebhafter Gewerbsflei√ü und Handel. Als Besitzung des Grafen von Toulouse wurde B.… ‚Ķ   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.