Richard Belcredi

ÔĽŅ
Richard Belcredi
Richard Belcredi
Belcredi.png
Le comte Richard Belcredi.

Mandats
11e ministre-président d'Autriche
27 juillet 1865 ‚Äď 7 f√©vrier 1867
(&&&&&&&&&&&&05601 an, 6 mois et 10 jours)
Monarque François-Joseph Ier
Prédécesseur Alexandre de Mensdorff-Pouilly
Successeur Friedrich Ferdinand von Beust
Biographie
Date de naissance 12 f√©vrier 1823
Lieu de naissance Flag of the Habsburg Monarchy.svg Ingrowitz (Autriche)
Date de d√©c√®s 2 d√©cembre 1902 (√† 79 ans)
Lieu de décès Drapeau de l'Autriche-Hongrie Gmunden (Autriche-Hongrie)
Nationalité autrichienne
Dipl√īm√© de Universit√© de Prague et de Vienne
Profession Fonctionnaire
Religion Catholicisme

Wappen Kaisertum √Ėsterreich 1815 (Klein).png
Ministres-présidents d'Autriche

Le comte Richard Belcredi (n√© le 12 f√©vrier 1823 √† Ingrowitz, Moravie; ‚Ć 2 d√©cembre 1902 √† Gmunden, Haute-Autriche) est un juriste et homme d‚Äô√Čtat autrichien. Partisan d'une solution f√©d√©rale pour la monarchie autrichienne apr√®s la d√©faite de 1866, il fut en butte √† l'obstination des parlementaires hongrois et dut d√©missionner en 1867.

Sommaire

Biographie

Belcredi √©tudia le droit √† Prague et √† Vienne, entra dans l'administration imp√©riale en 1854 comme chef du district de Zna√Įm, fut √©lu en 1860 au conseil r√©gional de Moravie avant d'√™tre port√© au Reichstag par l'assembl√©e locale. En 1862 il √©tait promu administrateur de la R√©gion de Moravie-Sil√©sie, puis finalement en 1864 conseiller priv√© de la Couronne et administrateur g√©n√©ral de Boh√™me.

Le ¬ę minist√®re des trois comtes ¬Ľ

En 1865, l'empereur Fran√ßois-Joseph, d√©√ßu des Lib√©raux emmen√©s par le ministre-pr√©sident Anton von Schmerling et inquiet des turbulences que leur r√©formes avaient entra√ģn√©es (cf. Histoire de l'Autriche), se tourna en la personne du comte Richard Belcredi vers un conservateur d√©clar√© : il le nomma ministre d'√Čtat et ministre-pr√©sident d'Autriche.

Richard Belcredi regarda la rumeur de sa nomination √† la t√™te du pays en tant que ministre-pr√©sident d'Autriche comme un sacrifice personnel, qu'il n'accepta que par le sens du devoir du haut fonctionnaire qu'il √©tait. C'est ainsi qu'il √©crivit √† sa femme : L‚Äôempereur me r√©clame et il a dit qu'en cette triste et dangereuse p√©riode, il ne trouvait qu'en moi seul l‚Äôhomme d'honneur sur lequel il pouvait se reposer. Je voudrais me montrer digne de la situation et n'√™tre pas seulement son dernier espoir[1].

Belcredi pr√©senta son programme politique le 15 juin 1865 et entra en fonction le 29 juillet 1865. Le nouveau ministre-pr√©sident, dont on d√©signa le cabinet minist√©riel comme le ¬ę minist√®re des trois comtes ¬Ľ (Dreigrafenministerium, bien qu'en r√©alit√© il compt√Ęt m√™me quatre comtes, √† savoir Belcredi lui-m√™me, Mensdorff aux Affaires √Čtrang√®res, Johann Larisch von Moennich (1821‚Äď1884) aux Finances, et Esterhazy comme ministre sans portefeuille et repr√©sentant de Hongrie), d√©clara que la question hongroise constituait ¬ę le probl√®me crucial pour l‚ÄôEmpire d'Autriche ¬Ľ (das eigentliche Crux des √∂sterreichischen Reichsproblems) et lui assigna une priorit√© absolue. La passation des ¬ę accords de f√©vrier ¬Ľ lui parut un pr√©alable n√©cessaire aux n√©gociations en vue d'une constitution pour l'empire, car sans ces concessions, les pays de langue hongroise ne l'accepteraient pas (c'est pourquoi les historiens surnomment ce gouvernement le ¬ę minist√®re transigeant ¬Ľ , Sistierungsministerium). Par la loi du 20 septembre 1865, la loi fondamentale sur la repr√©sentation gouvernementale, par laquelle en 1861 le Reichsrat √©tait devenu une instance √©lue, fut suspendue.

Compromis avec la Hongrie

En 1866, suite √† la signature du Trait√© de Prague (1866), l'Autriche devait se retirer de la Conf√©d√©ration allemande (cf. Guerre austro-prussienne), et apr√®s accord sur la Hongrie, devait renoncer √† toute prise de position sur la question allemande. Belcredi et le comte Mensdorff, jusqu'alors ministre des Affaires Etrang√®res, prirent la t√™te des chr√©tiens conservateurs f√©d√©ralistes : ils s'oppos√®rent au projet de compromis avec la Hongrie, parce qu'il aurait facilit√© l‚Äôaccession au pouvoir des lib√©raux rh√©nans. C'est pourquoi l'empereur choisit un nouveau ministre des Affaires Etrang√®res en la personne du comte Friedrich Ferdinand von Beust.

Belcredi s'opposa √† de nouvelles limitations des pr√©rogatives communes de la Couronne et s'effor√ßa d√©sormais de trouver un terrain d'entente avec les minorit√©s slaves sur une solution f√©d√©rale au probl√®me des nationalit√©s. Pour beaucoup, Belcredi apparut d√©sormais comme ¬ę trop peu allemand ¬Ľ. Il projetait de r√©organiser l'Autriche-Hongrie en cinq r√©gions historiques (1. Autriche germanophone, 2. Boh√™me-Moravie et Sil√©sie, 3. Hongrie, 4. Pologne-Ruth√©nie, 5. Illyrie, c'est-√†-dire les Slaves du Sud) dot√©es chacune d'un parlement. Un parlement f√©d√©ral aurait repris les comp√©tences du Reichsrat. Ce projet √©choua devant l'opposition acharn√©e de la Hongrie, qui ne voulait pas d√©mordre de sa position sur la parit√© entre les deux royaumes (Autriche et Hongrie) au sein de la monarchie. C'est finalement cette question de la parit√©, contre laquelle le comte Belcredi avait √† l'origine accepter d'entrer en politique, qui mit un terme √† sa carri√®re de ministre-pr√©sident.

Entre Belcredi et von Beust il n'y avait plus de dialogue possible, comme le montra clairement la d√©claration pr√©liminaire du conseil des ministres du 1er f√©vrier 1867. Von Beust √©tait d'avis qu'il √©tait impossible de satisfaire les attentes de tous. Il √©tait par cons√©quent du devoir du gouvernement ¬ę de s'appuyer sur ceux qui jouissent de la plus grande vitalit√© (Lebenskraft), √† savoir les √©l√©ments allemand et hongrois ¬Ľ. Belcredi constata que la d√©cision √©tait d√©sormais faite et r√©digea le jour m√™me sa lettre de d√©mission. Le 7 f√©vrier 1867, il √©tait d√©mis de ses fonctions et remplac√© en tant que ministre-pr√©sident d'Autriche par von Beust. La constitution bic√©phale r√©dig√©e par von Beust avec les repr√©sentants hongrois fut pr√©sent√©e au Reichstag, convoqu√© une derni√®re fois, comme une quasi-n√©cessit√© ; les parlementaires saisirent pourtant l'occasion de soumettre au chef du gouvernement une contre-proposition (projet de loi des d√©put√©s du 21 d√©cembre 1867), la loi constitutionnelle de d√©cembre 1867.

R√©trospectivement, le compromis voulu par von Beust appara√ģt comme une solution pragmatique √† courte vue, aux cons√©quences fatales, car c'est avec cet accord que s'amorce le divorce entre les nations slaves et la monarchie des Habsbourg, qui se poursuivra jusqu‚Äô√† la chute de l'Autriche-Hongrie en 1918. Belcredi au contraire avait √† cŇďur la repr√©sentation des minorit√©s au sein de la monarchie. La vigueur avec laquelle il combattit l‚Äô¬ę ardeur nationaliste ¬Ľ se refl√®te dans une d√©claration en conseil des ministres, o√Ļ il prend parti pour un enseignement en allemand et en tch√®que dans les √©coles primaires et les coll√®ges de Boh√™me car, dit-il, ¬ę on ne peut rem√©dier aux tendances nationalistes extr√©mistes que par des mesures concr√®tes[2]. ¬Ľ

En 1881, Richard Belcredi se retira de la carri√®re politique ; il fut nomm√© pair √† vie (donc membre perp√©tuel de la Haute Chambre, le Reichsrat d'Autriche) et exer√ßa jusqu'en 1895 les fonctions de pr√©sident du tribunal administratif imp√©rial et royal d'Autriche-Hongrie.

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Texte original : Der Kaiser ist auf mich versessen und sagte, dass er in dieser traurigen, gefahrvollen Zeit in mir allein den ehrlichen Mann sehe, auf den er sich unbedingt verlassen k√∂nne. Ich m√∂ge seine Lage w√ľrdigen und nicht seine einzige Hoffnung zur√ľckweisen
  2. ‚ÜĎ Texte original : National extreme Richtungen k√∂nnen nur durch praktische Erfahrungen geheilt werden.

Sources

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalit√© issu de l‚Äôarticle de Wikip√©dia en allemand intitul√© ¬ę Richard Belcredi ¬Ľ (voir la liste des auteurs)
  • √Ėsterreichisches Biographisches Lexikon, vol. 1, Vienne, Verlag der √Ėsterreichischen Akademie der Wissenschaften, 1957, ¬ę Belcredi Richard Graf ¬Ľ, p. 66 
  • Karl Otmar Freiherr von Aretin, Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 2, Berlin, Duncker & Humblot, 1955, ¬ę Belcredi, Richard Graf von ¬Ľ, p. 26-28 
  • Ludwig Graf Belcredi, Fragmente aus dem Nachlasse des ehemaligen Staatsministers Grafen Richard Belcredi, in: Die Kultur. Vierteljahresschrift f√ľr Wissenschaft, Literatur und Kunst 7 (1906)
  • Ministre d'Etat contre son gr√© (√©d.: Correspondence parlementaire, Vienne, 2001)



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Richard Belcredi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Richard Belcredi ‚ÄĒ Richard Graf Belcredi Richard Graf Belcredi (* 12. Februar 1823 in Ingrowitz, M√§hren; ‚Ć 2. Dezember 1902 in Gmunden, Ober√∂sterreich) war ein √∂sterreichischer Beamter und Politiker. Inhaltsverzeichnis ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Count Richard Belcredi ‚ÄĒ Count Richard Belcredi, 1864 5th Chairman of the Ministers Conference of the Austrian Empire In office 27 July 186 ‚Ķ   Wikipedia

  • Richard Graf Belcredi ‚ÄĒ (* 12. Februar 1823 in Ingrowitz, M√§hren; ‚Ć 2. Dezember 1902 in Gmunden, Ober√∂sterreich) war ein √∂sterreichischer Beamter und Politiker. Inhaltsverzeichnis ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Richard von Belcredi ‚ÄĒ Richard Graf Belcredi Richard Graf Belcredi (* 12. Februar 1823 in Ingrowitz, M√§hren; ‚Ć 2. Dezember 1902 in Gmunden, Ober√∂sterreich) war ein √∂sterreichischer Beamter und Politiker. Inhaltsverzeichnis ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Belcredi ‚ÄĒ ist der Familienname folgender Personen: Carl Michael Belcredi (* 1939), √∂sterreichischer Journalist und Reporter Ekbert Graf Belcredi (1816 1894),√∂sterreichischer Politiker Richard Belcredi (1823‚Äď1902), √∂sterreichischer Beamter und Politiker ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Belcredi ‚ÄĒ Belcredi, die katholische Familie B. ist eine alte lombardische Familie, welche bis zur Mitte des 16. Jahrh. zu denen geh√∂rte, deren Mitglieder in Pavia zu allen Ehrenstufen u. W√ľrden in der dortigen Regierung gelangen konnten; sie ist seit 1769… ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • Belcrńďdi ‚ÄĒ Belcrńďdi, Richard, Graf, √∂sterreich. Staatsmann, geb. 12. Febr. 1823 aus einem m√§hrischen Adelsgeschlecht italienischer Herkunft, gest. 2. Dez. 1902 in Gmunden, studierte in Prag und Wien, ward 1854 Kreishauptmann in Znaim, 1860 in den b√∂hmischen ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Belcredi ‚ÄĒ Belcrńďdi, Richard, Graf von, √∂sterr. Staatsmann geb. 12. Febr. 1823 zu Ingrowitz (M√§hren), Haupt der klerikal feudalen Partei im b√∂hm. Landtage und im Reichsrate, 27. Juli 1865 bis 7. Febr. 1867 Ministerpr√§sident, sistierte Sept. 1865 die… ‚Ķ   Kleines Konversations-Lexikon

  • Belcredi ‚ÄĒ Belcredi, ¬† Richard Graf, √∂sterreichischer Staatsmann, * Ingrowitz (heute Jimramov, S√ľdm√§hrisches Gebiet) 12. 2. 1823, ‚úĚ Gmunden (Ober√∂sterreich) 2. 12. 1902; suchte als Vorsitzender der Regierung ( Dreigrafenkabinett; 27. 5. 1865 bis 3. 2. 1867… ‚Ķ   Universal-Lexikon

  • Belcredi, Richard, Count ‚ÄĒ ‚Ė™ prime minister of Austria born February 12, 1823, Ingrowitz, near Svitavy [Zwittau], Moravia died December 2, 1902, Gmunden, Austria ¬†¬†¬†¬†¬†¬†statesman of the Austrian Empire who worked for a federal constitution under the Habsburg monarchy,… ‚Ķ   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.