Bernard Hinault


Bernard Hinault
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hinault.
Bernard Hinault Icône cycliste
Bernard hinault.jpg
Bernard Hinault lors du Tour de France 2005.
Informations
Nom Hinault
Prénom Bernard
Surnom le Blaireau
Date de naissance 14 novembre 1954 (1954-11-14) (57 ans)
Pays Drapeau de France France
Équipe pro
1975
1978
1984
Gitane
Renault-Gitane
La Vie Claire
Principales victoires
10 grands tours

Jersey yellow.svg 5 Tours de France 1978, 1979, 1981, 1982 et 1985
Jersey pink.svg 3 Tours d'Italie 1980, 1982 et 1985
Jersey yellow.svg 2 Tours d'Espagne 1978 et 1983
10 maillots distinctifs sur un grand tour
Jersey green.svg Vainqueur par points Tour de France 1979
Jersey polkadot.svg Meilleur grimpeur du Tour de France 1986
Jersey red number.svg Prix de la combativité du Tour de France 1981, 1984 et 1986
Jersey combined.svg Classement du combiné sur le Tour de France 1981 et 1982
Jersey yellow number.svg Classement par équipe du Tour de France 1979, 1985 et 1986
41 étapes remportées dans les grands tours
Tour de France (28 étapes)
Tour d'Italie (6 étapes)
Tour d'Espagne (7 étapes)
2 championnats
MaillotMundial.PNGChampion du monde 1980
MaillotFra.PNG Champion de France sur route 1978
9 classiques majeures
Paris-Roubaix 1981
Liège-Bastogne-Liège 1977 et 1980
Tour de Lombardie 1979 et 1984
Amstel Gold Race 1981
Gand-Wevelgem 1977
Flèche Wallonne 1979 et 1983
Courses par étapes dont :
Critérium du Dauphiné 1977,1979 et 1981
Tour de Luxembourg 1982

Bernard Hinault (né le 14 novembre 1954 à Yffiniac, Côtes-d'Armor), est un ancien coureur cycliste français. Il est le troisième coureur à avoir remporté à cinq reprises le Tour de France, après Jacques Anquetil et Eddy Merckx. En huit participations, il y gagne 28 étapes. Il compte également à son palmarès, un titre de champion du monde, trois Tours d'Italie et deux Tours d'Espagne. Surnommé « le Blaireau », il a dominé le sport cycliste entre 1978 et 1986, remportant 216 victoires dont 144 hors critériums. Depuis sa cinquième victoire en 1985, aucun coureur français n'a remporté le Tour de France.

Ayant débuté dans la vie active comme apprenti-ajusteur, Bernard Hinault épouse Martine à 20 ans. Il a deux fils (Mickael et Alexandre) et est le parrain de Christopher Anquetil, fils de Jacques Anquetil[1].

Sommaire

Biographie

Un débutant prometteur

Le plus beau palmarès de l'histoire du cyclisme (derrière Eddy Merckx) prend sa première licence à l'Amicale Cyclotourisme Briochine (ACB) de Saint-Brieuc. Le 19 septembre 1971, Bernard Hinault remporte sa première course à Planguenoual, près de chez lui dans les Côtes-d'Armor.

En 1972, il se fait connaître des suiveurs par un succès important chez les juniors, au « Premier Pas Dunlop ». La même année, il est champion de Bretagne dans cette catégorie et remporte son premier titre national à Arras, en attaquant à 80 km de l'arrivée.

En 1973, il effectue son service national dans les chars à Sissonne au 21e régiment d'infanterie de marine (RIMA). Dès son retour en 1974, il est Champion de France amateur de poursuite et remporte une étape de la Route de France, où il attaque à 100 km du but et parvient à conserver une seconde sur la ligne d'arrivée.

Il devient coureur professionnel sur route en fin d'année sous la direction de Jean Stablinski, ancien lieutenant de Jacques Anquetil (un modèle pour Hinault). En tant qu'amateur il remporte 36 victoires, de 1971 à 1974.

L'avènement (1975-1977)

La première saison d'Hinault en 1975 est marquée par une victoire au Circuit de la Sarthe, un titre de champion de France de poursuite (il récidivera en 1976), une 7e place dans Paris-Nice, ou encore ses provocantes attaques, au nez et à la barbe d'Eddy Merckx, dans un critérium d'après-Tour.

Mais, très rapidement, ses relations se tendent avec Jean Stablinski, qui lui propose un programme de courses trop important pour son jeune âge. Séparé de ce dernier, il court ensuite dans l'équipe Renault-Gitane dirigée par un jeune coureur cycliste retraité des pelotons Cyrille Guimard (héros malheureux du Tour 72). Le duo, sans qu'il en ait conscience dans l'immédiat (même si Guimard a remarqué le potentiel de Hinault), va remporter la plupart des courses prestigieuses du calendrier international jusqu'en 1983.

Après de beaux succès en France en 1976, notamment Paris-Camembert, Bernard Hinault gagne Gand-Wevelgem et Liège-Bastogne-Liège en 1977 devant les Belges et un Eddy Merckx vieillissant, puis, il remporte le Dauphiné libéré devant Bernard Thévenet, malgré une chute dans le ravin du col de Porte lors de l'étape menant à la Bastille. Il gagne également le premier de ses cinq Grand prix des Nations devant Joop Zoetemelk en fin de saison. Il ne fait pas le Tour de France cette année-là, Guimard le préservant pour l'avenir.

L'ère Hinault (1978-1983)

En 1978, il remporte le Tour d'Espagne et grimpe les cols du Tour de France avec son maillot de champion de France sur route conquis à Sarrebourg. Il s'empare de son premier maillot jaune en fin de Tour lors de l'étape contre la montre Metz-Nancy où il repousse Zoetemelk (alors premier au général depuis l'exclusion de Michel Pollentier) à 4'10". Comme Jacques Anquetil, Felice Gimondi et Eddy Merckx avant lui, Hinault gagne le Tour de France lors de sa première participation. Il n'a que 23 ans. Bernard Hinault est, avec Anquetil (en 1963), l'un des rares coureurs à avoir remporté la Vuelta et le Tour de France la même année.

Jusqu'en 1982, à l'exception de Joop Zoetemelk, il ne rencontre que peu d'opposition dans la Grande Boucle. En plus du classement général, il remporte 7 étapes du Tour de France et le maillot vert en 1979, ou encore 5 étapes en 1981, reléguant son second Lucien Van Impe à près d'un quart d'heure. L'année suivante, son quatrième succès sur le Tour est conclu par une victoire au sprint sur les Champs Élysées. En 1980, alors qu'il se dirige vers une 3e victoire d'affilée, une tendinite au genou le contraint à l'abandon à Pau.

Cette même année, il gagne son premier Tour d'Italie, notamment grâce à une échappée dans le col du Stelvio avec son coéquipier Jean-René Bernaudeau. Enfin, un mois après son retrait de la Grande Boucle sur blessure, il prend une éclatante revanche en devenant champion du monde devant son public à Sallanches. Il distance, lors du dernier tour de circuit, l'Italien Gianbattista Baronchelli dans la côte de Domancy.

Dans les classiques, Bernard Hinault est l'auteur de quelques exploits. En 1980, il remporte Liège-Bastogne-Liège sous la neige avec près de 10 minutes d'avance sur Hennie Kuiper. Il gagne deux fois la Flèche Wallonne en 1979 (en devançant Giuseppe Saronni au sprint) puis en 1983. Il est vainqueur du Tour de Lombardie en 1979, après une échappée de 60 km sous la pluie en compagnie de l'Italien Silvano Contini. Il remporte aussi l'Amstel Gold Race en 1981 et enfin Paris-Roubaix la même année dans un sprint à six, et ce, malgré plusieurs chutes sur le parcours, dont une provoquée par un chien dans le secteur de Gruson. À l'arrivée, il déclara : « On ne m'enlèvera pas de l'idée que cette course, c'est une belle cochonnerie. »

En 1982, outre le Grand prix des Nations, il remporte son deuxième Tour d'Italie et quatre étapes dont celle montagneuse du Monte Campione. Dans le Tour de France, il repousse son dauphin Joop Zoetemelk à 6'21" au général et est lauréat de trois contre-la-montre et de l'étape au sprint des Champs Elysées. Il devient ainsi, dix-huit ans après Jacques Anquetil, le second Français à réaliser le doublé Giro-Tour. Enfin, il remporte in extremis une seconde Vuelta en 1983, en accomplissant un exploit lors de l'étape montagneuse d'Avila. Il relègue l'Espagnol Julián Gorospe leader de l'épreuve à ce moment-là, à plus de 20 minutes.

Ses derniers grands succès (1984-1986)

Souffrant du genou, il déclare forfait pour le Tour de France 1983. Il est opéré avec succès durant l'été, et quitte à la fin de saison l'équipe de Cyrille Guimard, alors que les relations entre les deux hommes étaient au plus bas. Il rejoint la nouvelle formation La Vie Claire, dirigée par Bernard Tapie qui veut utiliser son nom pour vendre ses produits sur les marchés d'Amérique du Nord, et en particulier la pédale Look. Son retour à la compétition, en ce début d'année 1984, est marqué par un podium à Paris-Nice et une victoire aux 4 Jours de Dunkerque. Mais dans le Tour (qu'il termine à la seconde place), il est largement dominé par Laurent Fignon notamment dans l'étape de l'Alpe d'Huez où il est distancé par ce dernier dès le début de l'ascension. En septembre-octobre, ayant retrouvé une grande partie de son potentiel, il remporte coup sur coup le Grand Prix des Nations, le Tour de Lombardie en solitaire après avoir distancé Adrie van der Poel dans le San Fermo et le Trophée Baracchi avec Francesco Moser.

En 1985, il réalise pour la seconde fois le doublé Giro-Tour. Il domine Francesco Moser dans le Tour d'Italie puis son coéquipier Américain Greg Lemond dans le Tour de France et ce, en dépit d'une chute sévère lors de l'arrivée d'étape à Saint-Étienne où il se fracture le nez et ce qui le handicape ensuite durant le franchissement des Pyrénées. Malgré la « promesse » faite à Lemond en fin de Tour de l'aider à remporter l'épreuve l'année suivante, Bernard Hinault se présente au départ de la Grande Boucle 1986, pour tenter de battre le record de victoires qu'il détient avec Jacques Anquetil et Eddy Merckx. Mais, après une longue échappée vers Pau avec Pedro Delgado qui lui donne plusieurs minutes d'avance au général sur ses principaux adversaires, il craque dans deux arrivées en altitude : le lendemain à Superbagnières après un numéro en solitaire dans le col du Tourmalet, puis dans l'étape alpestre menant au col du Granon où il perd le maillot jaune. Malgré une victoire de prestige à l'Alpe d'Huez où il arrive main dans la main avec son coéquipier Greg Lemond, il termine second à Paris, avec le maillot à pois, derrière l'Américain.

Il gagne en fin de saison la Coors Classic aux États-Unis devant Lemond et remporte sa dernière course à Angers le 19 septembre 1986. Il prend sa retraite sportive le dimanche 9 novembre 1986, lors d'un cyclo-cross organisé à Quessoy tout près d'Yffiniac.

Bernard Hinault a reçu la Légion d'honneur des mains de François Mitterrand le 21 janvier 1986. Il était déjà lauréat du Prix Henri Deutsch de la Meurthe de l'Académie des sports en 1979, récompensant un fait sportif pouvant entraîner un progrès matériel, scientifique ou moral pour l’humanité.

Un champion au caractère bien trempé

Bernard Hinault est également connu par "ses coups de sang". Ainsi durant sa carrière, il se distingue des autres coureurs par son anticonformisme. En 1977, à la grande colère de Cyrille Guimard, il se fait remarquer en ne participant pas au Tour des Flandres alors qu'il est inscrit au départ de cette course. Dans le Tour 1978, il met pieds à terre avec Freddy Maertens, Pollentier et les autres coureurs à l'arrivée d'une étape à Valence d'Agen pour protester contre la fatigue des transferts et les courtes nuits des coureurs. En 1981, malgré sa victoire à Paris-Roubaix, il dit que cette course - pourtant mythique - « est une belle cochonnerie ». Enfin, à Paris-Nice en 1984, alors qu'il est dans un groupe d'échappés, il est stoppé net par des grévistes. Bousculé violemment, il se fait justice lui-même en tapant du poing l'un des manifestants.

Hinault face au dopage

Bernard Hinault n'a jamais été contrôlé positif. Cependant en 1982, au Critérium de Callac, il prit position pour un mouvement de protestation contre les contrôles antidopage[2].

En 2009, il déclare « On n'est pas les moutons noirs du sport[3]. » En 2011 : « Pourquoi on met des contrôles aussi sévères dans notre sport et pas dans les autres ? (...) Le public il s'en fout éperdument[4]. » Interrogé sur le fait que Laurent Fignon révéla avoir eu recours au dopage[5], Hinault rétorque « C'est pas parce que lui l'a fait que les autres l'ont fait[6]. »

Retraite sportive

Bernard Hinault au village départ de l'étape Monteux - Sorgues du Dauphiné Libéré 2010

Dès le début de sa carrière, Bernard Hinault avait déjà pensé à sa reconversion dans l'agriculture. Son métier de coureur cycliste derrière lui, il exerce la profession d'éleveur à Calorguen dans les Côtes-d'Armor, jusqu'au début des années 2000, non sans difficultés, car comme beaucoup d'éleveurs, il fut touché par les conséquences médiatiques de l'épidémie de la vache folle[7].[réf. insuffisante]

Cependant, Bernard Hinault ne s'est pas coupé totalement du monde cycliste. En 1988, il succède à Jacques Anquetil au poste de sélectionneur de l'équipe de France professionnelle. Il conserve cette fonction jusqu'au Championnat du Monde de 1993. Il exerce également des responsabilités dans la société organisatrice du Tour de France.

Enfin, n'ayant plus guère touché son vélo depuis 1986, Bernard Hinault pratique à nouveau son sport favori, seul ou avec des amis, lors de longues sorties dans sa Bretagne natale. Depuis qu'il a pris sa retraite d'agriculteur, il a renoué de façon plus soutenue avec le vélo en participant à des cyclosportives, dont celle qui porte son nom, organisée au mois de juin dans les Côtes-d'Armor. Il est également partenaire de l'enseigne "Vélo Hinault" commercialisant les vélos à son nom[8].

Équipes successives

Son premier directeur sportif professionnel est l'ancien coureur Jean Stablinski, chez Sonolor-Gitane, auquel succède un autre ancien coureur, Cyrille Guimard, chez Gitane-Campagnolo. Bernard Hinault rejoint ensuite Paul Koechli dans l'équipe La Vie Claire.

Palmarès

  • Amateur
    • 1971-1974 : 36 victoires

Résultats sur les Grands Tours

Tour de France

  • 1978 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général, et de 3 étapes.3 jours en jaune.
  • 1979 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général, Jersey green.svg du classement par points, Jersey yellow number.svg du classement par équipe et de 7 étapes.17 jours en jaune
  • 1980 : Abandon (13e étape) et vainqueur de 2 étapes et du prologue. 4 jours en jaune.
  • 1981 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général, de 4 étapes et du prologue.Jersey red number.svg Prix de la combativité.Jersey combined.svg Classement du combiné .20 jours en jaune
  • 1982 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général de 3 étapes et du prologue.Jersey combined.svg Classement du combiné.12 jours en jaune
  • 1984 : 2e du classement général et vainqueur du prologue.Jersey red number.svg Prix de la combativité .1 jour en jaune.
  • 1985 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général, Jersey yellow number.svg du classement par équipe, de 1 étape et du prologue.16 jours en jaune
  • 1986 : 2e du classement général et vainqueur de 3 étapes. Jersey polkadot.svg Vainqueur du maillot à pois.Jersey red number.svg Prix de la combativité , Jersey yellow number.svgdu classement par équipe. 5 jours en jaune.

Tour d'Italie

  • 1980 : Jersey pink.svg Vainqueur du classement général et de 1 étape.5 jours en rose.
  • 1982 : Jersey pink.svg Vainqueur du classement général et de 4 étapes (plus 1 contre la montre par équipes).15 jours en rose.
  • 1985 : Jersey pink.svg Vainqueur du classement général et de 1 étape.11 jours en rose.

Tour d'Espagne

  • 1978 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général et de 5 étapes.12 jours en jaune.
  • 1983 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général et de 2 étapes.4 jours en jaune.

Championnats

Grandes classiques

Autres courses

Récompenses

  • Super-Prestige Pernod: 1979, 1980, 1981, 1982 (2e: 1978, 1984; 3e: 1977)
  • Challenge d'Or International: 1981, 1982
  • Mendrisio d'Or : 1979, 1980
  • Timone d'Or: 1980
  • Superchallenge "El Ciclista": 1986
  • Challenge "El Ciclista Internacional": 1985
  • Challenge "El Mundo Deportivo": 1980
  • Trophée AIJC: 1985
  • Champion des champions français L'Équipe: 1978, 1979, 1980, 1981
  • Prestige Pernod: 1976 à 1982, et 1984 (2e: 1983, 1985)
  • Challenge Sédis: 1978, 1979, 1980, 1981, 1982
  • Challenge d'Or national: 1981, 1982
  • Prix Deutsch de la Meurthe: 1980
  • Promotion Pernod (-25 ans): 1975

Bibliographie

  • Bernard Hinault, Le Peloton des souvenirs, éditions Robert Laffont, 1988, (ISBN 9782221055441).
  • Jean-Paul Ollivier, Bernard Hinault, éditions Glénat, 1998, (ISBN 9782723426404).
  • Bernard Hinault, Hinault par Hinault, éditions Jacob-Duvernet, 2005, (ISBN 9782847240924).
  • L'equipe Légendes Hors-Série N° 5 : 1978-1986 Quand Le 'blaireau" Montrait Les Dents. Spécial Bernard Hinault 01/07/2008

Références

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :





Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bernard Hinault de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bernard Hinault — Hinault bei einer Siegerehrung der Tour 2004 Bernard Hinault (* 14. November 1954 in Yffiniac in der Bretagne) ist ein ehemaliger französischer Radrennfahrer. Zwischen 1978 und 1985 konnte der von der französischen Bevölkerung aufgrund seiner… …   Deutsch Wikipedia

  • Bernard Hinault — Saltar a navegación, búsqueda Bernard Hinault Información pers …   Wikipedia Español

  • Bernard Hinault — (Yffinac, Francia, 1954) es el ciclista francés que cuenta hasta ahora el mejor palmarés de todos los tiempos. Dominó el panorama internacional entre el final de los ´70 y la primera mitad de los ´80, ganando 216 carreras. A causa de su carácter… …   Enciclopedia Universal

  • Bernard Hinault — Infobox Cyclist ridername = Bernard Hinault image caption = Hinault (right) at the 2005 Tour de France fullname = Bernard Hinault nickname = Le Patron, Le Blaireau dateofbirth = birth date and age|1954|11|14 country = FRA currentteam = Retired… …   Wikipedia

  • Bernard Hinault — noun French racing cyclist who won the Tour de France five times (born in 1954) • Syn: ↑Hinault • Instance Hypernyms: ↑cyclist, ↑bicyclist, ↑bicycler, ↑wheeler …   Useful english dictionary

  • Bernard Thevenet — Bernard Thévenet Pour les articles homonymes, voir Thévenet. Bernard Thévenet (« Nanar »), né le 10 janvier 1948 à Saint Julien de Civry (au lieu dit Le Guidon), est un ancien coureur cycliste français. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Bernard Tapie — au salon des entrepreneurs en février 2010. Parlementaire français Date de naissance 26 janvier 1943 …   Wikipédia en Français

  • HINAULT (B.) — HINAULT BERNARD (1954 ) Originaire d’Yffiniac (Côtes d’Armor), Bernard Hinault impose, durant dix ans, sa farouche volonté et sa forte personnalité au peloton cycliste. Dès 1978, pour sa première participation, il remporte le Tour de France. Il… …   Encyclopédie Universelle

  • Bernard Tapie — (born January 26, 1943 in Paris) is a French businessman, politician and occasional actor, singer, and TV host. He was Ministre de la Ville (Minister of City Affairs) in the government of Pierre Bérégovoy, until his resignation in May 1992… …   Wikipedia

  • Bernard Tapie — im Jahr 2010 Bernard Tapie (* 26. Januar 1943 in Paris) ist ein französischer Geschäftsmann, Politiker und Schauspieler. Inhaltsverzeichnis 1 Unternehmer …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.