Monuments et lieux touristiques de Chaumont

Cet article présente les monuments et lieux touristiques et historiques de la ville de Chaumont, préfecture du département de la Haute-Marne.

Article principal : Chaumont (Haute-Marne).

Sommaire

Monuments historiques et touristiques

Les Tanneries

Les Tanneries font référence à l'endroit où les lavandières tannaient des peaux de bêtes ou simplement lavaient leur linge. C'était un travail difficile parce que le lavoir se situe en bas de la côte des tanneries ce qui suppose un voyage long et pénible de la part des lavandières (de nombreuses femmes travaillaient en ayant plus de 75 ans). Ce lavoir d'En Buez résulte de cette activité ; il fut construit au XIXe siècle et est constitué de quatre lavoirs parallèles. Buer en vieux français voulait dire « faire la lessive ».

Donjon des comtes de Champagne

Le Donjon des Comtes de Champagne (XIe ‑ XIIe siècle).

L'ancien château (XIIe siècle) domine la vallée de la Suize et de la Marne, pour des raisons stratégiques. Il est l'effigie de la puissance des comtes de Champagne. Il est composé de 12 tours et de trois portes. Le donjon a été construit à la même époque.

Dernier témoignage du château des Comtes de Champagne, il fut construit sur un éperon rocheux qui domine la vallée de la Suize, et est considéré comme le "berceau de la ville". La tour médiévale haute de 19 m a conservé son aspect d'origine avec ses murailles à bossage épaisses de 2,60 m (au pied)et de 1,50 m (au sommet). À l'origine élément du système défensif du château, il sera par la suite transformé en prison(vers 1830). Ses murs intérieurs conservent encore de nombreux témoignages de cette époque sous forme de graffitis gravés dans la pierre par les prisonniers. Au pied du donjon, les salles basses de l'ancien château abritent le musée d'art et d'histoire de la ville. Le donjon est aussi dénommé tour Hautefeuille.

Tour d'Arse

Tour d'Arse (XIIIe siècle)

.

La tour d'Arse (XIIIe siècle) appartient à la ceinture des remparts, et se situe au sud-ouest de la cité. Elle servait notamment d'arsenal pour la défense militaire de la ville. Alors que la défense était de moins en moins à l'esprit des habitants, cette tour est devenue une boulangerie. Elle conserve de nombreuses structures en bois.

Cour Le Noble

Style (XVIe siècle) : son propriétaire fait acquisition de son terrain vers la fin du XVe siècle. Son escalier est relativement contemporain.

Hôtel de ville

L'hôtel de ville date du (XVIIIe siècle). Il a fini d'être édifié en 1790 après la Révolution française. Son architecte était François-Nicolas Lancret.

Viaduc du chemin de fer

Article détaillé : Viaduc de Chaumont.
Le viaduc.

Il a été conçu par l'ingénieur E. Decomble et construit en seize mois seulement (août 1855-novembre 1856) pour le passage commun des voies ferrées Paris-Bâle et Blesme-Gray. Ainsi le franchissement d'une petite vallée donna lieu curieusement au plus important ouvrage d'art de ce genre construit en France à cette époque. Le triple rang d'arches, le jeu discret des piles fortes et faibles, traversées de galeries, l'appareillage des pierres, contribuent à l'effet produit combiné de puissante solidité et de légèreté[1]. La mise en service du viaduc a été un moteur économique important pour le chef-lieu.

Le Lavoir de Buez

Le lieu dit « en buez » est situé au pied de la ville dans le faubourg des tanneries ; faubourg qui tire son nom de l’activité qui y était pratiquée. Bien desservi en eau, contrairement à la ville située sur son promontoire, le faubourg des tanneries accueillera dès le XVIe siècle un lavoir. Lavoir qui avec le temps se dégradera, notamment sous l’effet des crues régulières de la Suize. Les préoccupations de salubrité publique pour vaincre les épidémies, apparaissant à partir des années 1820, la ville de Chaumont sera conduite à confier, en 1826, la reconstruire ce lavoir au sieur Godard entrepreneur de maçonnerie qui mènera à bien les travaux dont la réception interviendra en 1832.

Fortement rehaussé par rapport au cours de la Suize afin d’en éviter les crues, ce vaste ensemble de près de 400 m2 est mis en eau grâce au captage de petits ruisseaux débouchant dans le vallon boisé avoisinant. L’eau ainsi captée est réceptionnée dans un profond bassin de stockage muni de vannes permettant la distribution de l’eau dans les bassins de lavage. Au nombre de trois, ces grands bassins rectangulaires profonds d’environ cinquante centimètres pouvaient accueillir 120 lavandières. Entièrement réalisé en pierre de taille ce lavoir, couvert à l’origine, possède également un bassin de basses eaux. D’une capacité de 90 lavandières, ce bassin aux formes arrondies est situé perpendiculairement au reste de l’ensemble.

Outre ses belles banquettes de pierre destinées au repos le lavoir de Buez offrait des commodités fort appréciables à savoir des latrines dont les trois arcades de fond rappellent l’entrée. Au début du XXe siècle, les femmes à la pellotte (surnom des lavandières lié à l’usage des pellottes ou battoirs) délaissant peu à peu le lavoir de Buez, au profit du nouveau lavoir de la rue Jean Jaurès couplé aux bains douches municipaux, celui-ci serra découvert et tombera peu à peu en désuétude.

Ermitage de Saint Roch

L'ermitage de Saint Roch, fondé au XVIe siècle, sert aujourd'hui de centre aéré.

Siège de la Banque de France

Le siège de la Banque de France a été érigé en 1867. Il est prévu qu'il héberge, à compter de 2012, le Centre international du graphisme[réf. nécessaire].

Square Philippe Lebon

Le square Philippe Lebon comportait un bronze à la gloire de l'inventeur méconnu du gaz d'éclairage. Cette œuvre avait été réalisée par Péchiné en 1887. La statue a été fondue sous le régime de Vichy et a été remplacée par une copie en pierre ; sur le socle, un petit bronze qui a échappé à la fonte représente une allégorie de l'éclairage. La terrasse du square et le podium circulaire de l'ancienne Tour Charton (XVIe siècle) sont le lieu privilégié pour contempler l'éperon fortifié du donjon ainsi que la basilique Saint Jean.

Place Emile Goguenheim

La place Emile Goguenheim, près de la gare, contient en son centre le mémorial Aux enfants de la Haute-Marne morts pour la Patrie, réalisé en 1898 par Tony-Noël, monument aux morts de la guerre de 1870. C'est l'œuvre la plus importante de ce genre à Chaumont et la mieux située ; elle contribue à l'aspect monumental de la place.

In memoriam

Face au pavillon d'octroi, près du pont de Langres, se trouve le mémorial In memoriam : souvenir des 453 chaumontais morts pour la France (1914-1918). Malgré les figures en haut-relief, ce monument manque d'ampleur et ne peut, sur ce point, soutenir la comparaison avec le monument de la place Goguenheim. Il convient de noter, nénamoins, que les cérémonies de souvenirs qui ont lieu les 8 mai et 11 novembre se font à ce mémorial, compte tenu de sa localisation et de la superficie de son terre-plein.

Monuments religieux

Basilique Saint Jean Baptiste

La basilique Saint Jean Baptiste date du (XIIIe ‑ XIVe siècle). Cette basilique est construite au cœur de Chaumont au XIIIe siècle et son architecture de l’époque est conservée (façade et nef). Elle sera agrandie dès la Renaissance (transept et abside, dans un style gothique flamboyant). Jean-Baptiste Bouchardon réalisa plusieurs sculptures à l’intérieur.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La Chapelle des Jésuites

collège des Jésuites (1888).

La Chapelle des Jésuites (XVIIe siècle) est remarquable par ses dimensions et témoigne de l'importance que pouvait avoir le collège des Jésuites en France. Elle a été érigée entre 1629 et 1640. Elle reflète l'architecture jésuitique de son siècle, sa plus grande richesse n'est pas son architecture mais sa décoration intérieure comme le haut-relief que réalisa Jean-Baptiste Bouchardon. À l'extérieur de cette chapelle, se trouve une fontaine qui rend hommage à Edme Bouchardon.

Musées

Musée de la Crèche

Musée de la Crèche, issu d'un leg, rassemble une collection de crèches dont une série de crèches monumentales du XVIIIe siècle évoquant la vie de la société napolitaine. Collection à laquelle s'ajoutent d'autres crèches de diverses origine qui peuvent être en terre cuite, cire, coquillages et verre filé de Nevers.

Maison du Livre et de l'Affiche

Les Silos (1935).

La Maison du Livre et de l'Affiche Les Silos est un centre culturel (médiathèque, centre des arts graphiques). Construits en 1935, les Silos étaient une coopérative agricole dans le style architectural années 1930. En 1994 ils sont réhabilités par l'atelier d'architecture Canal, de Patrick Rubin. Les Silos abrite les bureaux du Festival international de l'affiche et des arts graphiques de Chaumont et du Pôle graphisme.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Denis Lamarre, Mémoire en images : Chaumont, éd. Alan Sutton, 2000. ISBN 2-84253-445-X, cf. pages 23 à 27.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Monuments et lieux touristiques de Chaumont de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chaumont (Haute-Marne) — Pour les articles homonymes, voir Chaumont. 48° 06′ 42″ N 5° 08′ 20″ E …   Wikipédia en Français

  • Chaumont-en-Bassigny — Chaumont (Haute Marne) Pour les articles homonymes, voir Chaumont. Chaumont La vieille ville de Chaumont …   Wikipédia en Français

  • Chaumont-en-Champagne — Chaumont (Haute Marne) Pour les articles homonymes, voir Chaumont. Chaumont La vieille ville de Chaumont …   Wikipédia en Français

  • Chaumont en champagne — Chaumont (Haute Marne) Pour les articles homonymes, voir Chaumont. Chaumont La vieille ville de Chaumont …   Wikipédia en Français

  • Brottes — Chaumont (Haute Marne) Pour les articles homonymes, voir Chaumont. Chaumont La vieille ville de Chaumont …   Wikipédia en Français

  • Buxereuilles — Chaumont (Haute Marne) Pour les articles homonymes, voir Chaumont. Chaumont La vieille ville de Chaumont …   Wikipédia en Français

  • Reclancourt — Chaumont (Haute Marne) Pour les articles homonymes, voir Chaumont. Chaumont La vieille ville de Chaumont …   Wikipédia en Français

  • Troyes —  Pour les articles homophones, voir 3 (nombre), Troie (homonymie) et Troy. 48° 17′ 51″ N 4° …   Wikipédia en Français

  • Paris — Cet article concerne la capitale de la France. Pour les autres significations, voir Paris (homonymie). 48° 51′ 24″ N 2° 21′ …   Wikipédia en Français

  • Dijon — 47° 19′ 18″ N 5° 02′ 29″ E / 47.32167, 5.04139 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.