Giovanni Raboni

Giovanni Raboni (Milan, 22 janvier 1932 - Parme, 16 septembre 2004) est un poète, écrivain et journaliste italien.

Sommaire

Biographie

Giovanni Raboni né à Milan est le second fils de Giuseppe, commis à la commune de Milan et de Matilde Sommariva.

En octobre 1942, après les premiers bombardements de Milan, la famille déménage à Sant'Ambrogio Olona, près de Varese où Raboni a terminé son école primaire. Son père appreciant les classiques français et russes lui fit lire Marcel Proust, Charles Dickens et Dostoïevski et quand son cousin Giandomenico Guarino, bien informé sur la littérature contemporaine et la poésie a trouvé refuge à Sant'Ambrogio après l'armistice du 8  septembre 1943, Raboni découvre les œuvres de Guido Piovene, Dino Buzzati, Ungaretti, Quasimodo, Cardarelli et Montale duquel il dit:

« Je sais que je dois beaucoup à Montale, je me rends compte à sa relecture que même si je ne l'aimais pas autant que Eliot et Sereni qu'il m'a beaucoup touché [...] en particulier son expression des limites, du fait que nous ne pouvons pas trop exiger de la poésie du XXe siècle d'être une source de vérité. »

— [1]

Après avoir terminé ses études de droit, il a été avocat pendant quelques années, mais à la fin des années 1950 il se sentit plus attiré par la littérature et la poésie.

À Milan il a rencontré Vittorio Sereni, Antonio Porta, Giovanni Testori, Giorgio Strehler et a commencé à travailler pour des périodiques et des journaux. D'abord dans la rédaction de «  Aut aut » , un magazine édité par Enzo Paci , puis pour Piergiorgio Bellocchio (« Quaderni Piacentini »), Roberto Longhi (« Paragone ») et enfin pour le Corriere della Sera pour lequel il a travaillé plusieurs années.

Raboni est devenu et appréciée à la fois comme critique littéraire et traducteur d'œuvres classiques. Il a traduit en italien quelques œuvres de Gustave Flaubert et Guillaume Apollinaire ainsi que « Les Fleurs du mal » de Charles Baudelaire pour la maison d'édition Einaudi, Jean Racine et Proust (« À la recherche du temps perdu ») pour l'éditeur Mondadori dans la collection « I Meridiani ».

En 1961, il a publié deux recueils de poèmes courts, « Il Catalogo è questo » et « L'insalubrità dell'aria », suivi par « Le case della Vetra » en 1966, « Cadenza d'inganno » en 1975, «  Nel grave sogno » en 1982 et en 1988, une anthologie « A tanto caro sangue » .

En 1970, il a commencé à éditer la série de poésies « I Quaderni della Fenice » pour la maison d'édition Guanda. Milan (en particulier le souvenir de la vieille ville, avant la récente modernisation) se trouve au cœur de ses questions.

En juin 1971, Giovanni Raboni a été l'un des 800 intellectuels qui ont signé, dans le magazine L'Espresso, un manifeste contre Luigi Calabresi, un policier faussement soupçonné d'avoir tué l'anarchiste Giuseppe Pinelli. En octobre, il était parmi ceux qui ont signé une auto-dénonciation, pour exprimer leur solidarité avec des journalistes du journal Lotta Continua, pour la défense de leurs fortes positions anti-gouvernementales[2],[3].

Parmi ses essais de critique littéraire citons Poesia degli anni Sessanta (« poésie des années 1960 »), publié en 1968, « Quaderno prosa » en 1981 et un recueil de ses proses « La fossa di Cherubino »(1980).

Giovanni Raboni était intéressé par le théâtre. Il faisait partie du comité de direction du Piccolo Teatro di Milano et a écrit plusieurs pièces de théâtre dont « Alcesti ou la recita dell'esilio o et rappresentazione della Croce » (2000).

Son activité en tant que poète continua avec « Canzonette mortali » (1987), « Versi guerrieri e amorosi » (1990), « Ogni terzo pensiero »(1993), avec lequel il a remporté le prix Viareggio pour la poésie[4], « Quare tristis » (1998), et « Barlumi di Storia » (2002).

Giovanni Raboni est mort à Parme le 16 septembre 2004 victime d'une crise cardiaque.

Son épouse, la poètesse Patrizia Valduga a écrit la préface de son dernier recueil de poésie « Ultimi versi », publié à titre posthume en 2006.

Œuvres

Poésie

  • Il catalogo è questo: quindici poesie, Lampugnani Nigri, notes de Carlo Bertocchi, Milan, 1961.
  • L'insalubrità dell'aria, All'insegna del pesce d'oro, Vanni Scheiwiller, Milan, 1963.
  • Le case della Vetra, Mondadori, Milan, 1966.
  • Gesta romanorum: 20 poesie, Lampugnani Nigri, Milan, 1967.
  • Economia della paura, All'insegna del pesce d'oro, Vanni Scheiwiller, Milan, 1971
  • Cadenza d'inganno, Mondadori, Milan, 1975.
  • II più freddo anno di grazia, San Marco dei Giustiniani, Gênes, 1978
  • Nel grave sogno, Mondadori, Milan, 1982.
  • Raboni, Manzoni, Il ventaglio, Milan, 1985.
  • Canzonette mortali, éditeur Crocetti, Milan, 1987.
  • A tanto caro sangue: Poesie 1953-1987, Mondadori, Milan, 1988.
  • Transeuropa, Mondadori, Milan, 1988.
  • Versi guerrieri e amorosi, Einaudi, Turin, 1990.
  • Un gatto più un gatto, illustrations de Nicoletta Costa, Mondadori, 1991.
  • Ogni terzo pensiero, Mondadori, Milan, 1993. Prix Viareggio
  • Devozioni perverse, Rizzoli, Milan, 1994.
  • Nel libro della mente, avec 7 gravures de Attilio Steffanoni, All'insegna del pesce d'oro, Vanni Scheiwiller, 1997.
  • Quare tristis, Mondadori, Milan, 1998.
  • Rappresentazione della croce, Garzanti, 2000.
  • Tutte le poesie (1951-1998), Garzanti, Milan, 2000.
  • Alcesti o la recita dell'esilio, Garzanti, 2002.
  • Barlumi di storia, Mondadori, 2002.
  • Ultimi versi, préface de Patrizia Valduga, posthume, Garzanti, 2006.

Essais

  • Poesia degli anni sessanta, Editori Riuniti, Rome, 1976.
  • Poesia italiana contemporanea, Sansoni, Florence, 1980.
  • Quaderno in prosa, Lampugnani Nigri, Milan, 1981.
  • Baj. Idraulica avec Gillo Dorfles, Skira, Edizioni d'arte, Milan, 2003.
  • La poesia che si fa. Critica e storia del Novecento poetico italiano 1959-2004, Garzanti, Milan, 2005

Prose

  • La fossa di Cherubino, Guanda, Milan, 1980.

Liens externes

Notes et références

  1. G. Fantato e L. Cannillo, in La biblioteca delle voci, Joket, Novi Ligure, 2006
  2. I falsi profeti del Sessantotto de Michele Brambilla
  3. Caso Calabresi de Antonio Socci
  4. Archive historique du Corriere della Sera, 25 juin 1994

Sources


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Giovanni Raboni de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Giovanni Raboni — Infobox Writer name = Giovanni Raboni awards = awd|Viareggio Prize for poetry|1994 awd|Aristeion Prize for translation|1998 awd|Bagutta Prize|1998 awd|Moravia Prize|2002 awd|Librex Montale Prize|2003 birthdate = birth date|1932|1|22|mf=y… …   Wikipedia

  • Raboni, Giovanni — (Milano 1932 ) poeta e traduttore ; tra i fondatori di “Questo e altro”; critico letterario e teatrale; drammaturgo. collab./opere: “Il Caffè”, “Paragone”, “La Fiera letteraria”, “Aut Aut”, “Poesia e critica”, “Letteratura”, “Il Bimestre”,… …   Dizionario biografico elementare del Novecento letterario italiano

  • Alessandra Vignoli — (née le 29 juin 1943 à Bologne, en Italie) est une poétesse italienne. Sommaire 1 Biographie 1.1 Les études classiques 1.2 Témoignages …   Wikipédia en Français

  • Vittorio Sereni — (né le 27 juillet 1913 à Luino et mort le 10 février 1983 à Milan) est un écrivain et poète italien du XXe siècle. Sommaire 1 Biographie 2 Honneurs et récompenses …   Wikipédia en Français

  • Sandro Penna — (né le 12 juin 1906 à Pérouse, mort le 21 janvier 1977 à Rome) est un poète italien. Sommaire 1 Biographie 2 Sa poésie 3 Musique …   Wikipédia en Français

  • Giorgio Caproni — (né le 7 janvier 1912 à Livourne mort le 22 janvier 1990 à Rome) est un écrivain et poète italien. Sommaire 1 Biographie 2 Œuvres …   Wikipédia en Français

  • Antonio Porta (escritor) — Saltar a navegación, búsqueda Antonio Porta (escritor) Nombre Antonio Porta (escritor) Nacimiento 9 de noviembre de 1935 Vicenza (Véneto, Italia …   Wikipedia Español

  • Antonio Porta (Schriftsteller) — Leo Paolazzi (* 9. November 1935 in Vicenza, Venetien; † 12. April 1989 in Rom, Latium) wurde unter dem Pseudonym Antonio Porta als italienischer Schriftsteller und Dichter bekannt. Er gehört zu den Mitgründern der literarischen Bewegung Gruppo… …   Deutsch Wikipedia

  • Italian literature — Introduction       the body of written works produced in the Italian language that had its beginnings in the 13th century. Until that time nearly all literary work composed in the Middle Ages was written in Latin. Moreover, it was predominantly… …   Universalium

  • ITALIE - Langue et littérature — Traiter de l’esthétique d’une langue, c’est se faire chasseur d’ombres. La linguistique moderne a assez démontré qu’une langue en soi n’est ni belle ni laide, que les considérations par lesquelles on justifie tel ou tel choix sont inspirées par… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.