Bataille De Bunker Hill

ÔĽŅ
Bataille De Bunker Hill

Bataille de Bunker Hill

Bataille de Bunker Hill
Battle of bunker hill by percy moran.jpg
La Bataille de Bunker Hill, par Percy Norman
Informations générales
Date 17 juin 1775
Lieu Charlestown, Massachusetts
Issue Victoire britannique
Belligérants
US 13 Star Flag.svg √Čtats-Unis D'Am√©rique Union flag 1606 (Kings Colors).svg Britannique
Commandants
Israel Putnam,
William Prescott,
Joseph Warren †,
Seth Pomeroy
William Howe,
Robert Pigot,
Henry Clinton,
Samuel Graves
Forces en présence
1 500 hommes 2 600 hommes
Pertes
140 tués
271 blessés
30 prisonniers
245 tués
828 blessés
Guerre d'ind√©pendance des √Čtats-Unis d'Am√©rique

La bataille de Bunker Hill eut lieu √† Boston, le 17 juin 1775, pendant la Guerre d'ind√©pendance des √Čtats-Unis. Elle est consid√©r√©e comme une des batailles les plus sanglantes de la guerre. Le g√©n√©ral Isra√ęl Putnam dirigeait les troupes r√©volutionnaires, et le g√©n√©ral major William Howe commandait les forces britanniques.

Il est d√©battu entre les historiens si le g√©n√©ral Isra√ęl Putnam ou le colonel William Prescott, son second, ordonna aux troupes : ¬ę - Ne tirez pas avant de voir le blanc de leurs yeux! ¬Ľ. Bien que cette bataille soit connue sous le nom de ¬ę Bunker Hill ¬Ľ, la majorit√© des combats se situa sur Breed Hill, √† proximit√©. √Ä leur troisi√®me assaut, les forces britanniques s'empar√®rent des fortifications de Breed et Bunker Hill.

La bataille fut une victoire √† la Pyrrhus pour les Britanniques qui perdirent plus de 1 000 hommes. L'objectif imm√©diat de Howe fut atteint, mais l'attaque d√©montra la capacit√© des Am√©ricains √† soutenir une bataille rang√©e et ne changea pas le statut du si√®ge. Apr√®s la bataille, le g√©n√©ral Henry Clinton remarqua dans son journal que ¬ę quelques victoires semblables auraient s√Ľrement mis fin au dominion britannique en Am√©rique ¬Ľ.

Sommaire

Contexte

Historique

En 1775, les autorités britanniques prennent la décision de tenir un blocus au niveau du port de Boston, suite à l'épisode de la Boston Tea Party.

La bataille de Bunker Hill, Howard Pyle, 1897

Depuis mai 1775, la province de Massachusetts Bay √©tait plac√©e sous loi martiale. Apr√®s que le conflit ouvert eut d√©but√© le 19 avril 1775 √† la bataille de Lexington et Concord, les forces de Gage avaient √©t√© assi√©g√©es dans Boston par 8 000 √† 12 000 miliciens, principalement dirig√©s par le g√©n√©ral Artemas Ward. Pour pouvoir r√©tablir l'ordre en Am√©rique, George III et le gouvernement britannique d√©cident d'envoyer √† Boston le g√©n√©ral William Howe.

En mai, la garnison britannique fut renforc√©e par l'arriv√©e d'approximativement 4 500 soldats et du major-g√©n√©ral Howe. L'amiral Samuel Graves commandait la flotte dans le port. Beaucoup des troupes britanniques furent perdues. Sous l'angle de l'occupation du terrain, les Britanniques gagn√®rent, mais du point de vue des pertes, l'arm√©e continentale remporta la victoire. Seulement pr√®s de 450 continentaux furent perdus.

George Washington apprend la nouvelle et envoie imm√©diatement un corps d'infanterie de miliciens de pr√®s de 1 300 hommes √† Boston. Howe r√©unit l'arm√©e de Boston, soit 2 980 hommes, et marche contre les colons : les deux arm√©es se rencontrent au lieu dit Bunker Hill.

Plan de la région de Boston (1775)

Géographique

La p√©ninsule de Charlestown √©tait √©troite au nord-ouest et s'√©tendait sur pr√®s d'un mile (1 600 m√®tres) vers le sud-ouest vers le port de Boston. Au plus pr√®s, moins de 1 000 pieds (300 m√®tres) la s√©paraient de la p√©ninsule de Boston. Bunker Hill est une √©l√©vation de terrain au nord de la p√©ninsule et Breed's Hill est pr√®s de Boston, alors que la ville de Charlestown s'√©tend dans la plaine au sud.

La bataille

Dans la nuit du 16 juin, le colonel am√©ricain William Prescott emmena 1 500 hommes sur la p√©ninsule. Dans un premier temps, Putnam, Prescott et leur officier du g√©nie, le capitaine Richard Gridley, √©taient en d√©saccord sur l'endroit o√Ļ devaient √™tre √©tablies leurs d√©fenses. Breed's Hill √©tait consid√©r√©e comme plus d√©fendable et ils d√©cid√®rent d'y construire leur redoute principale. Prescott et ses hommes, utilisant le plan de Gridley, commenc√®rent √† creuser une fortification de 50 m de long et 80 pieds de large avec des foss√©s et des remparts de terre. Ils √©tendirent les foss√©s et la lev√©e de terre vers la rivi√®re Charles sur leur droite et commenc√®rent √† renforcer une palissade √† leur gauche.

À l'aurore, vers quatre heures du matin, une sentinelle à bord du HMS Lively repéra les nouvelles fortifications. Celui-ci ouvrit le feu, arrêtant provisoirement les travaux des Américains. L'amiral Graves, sur son vaisseau amiral HMS Somerset, fut réveillé, agacé par ces tirs qu'il n'avait pas ordonnés. Il les fit stopper, puis revint sur sa décision après être monté sur le pont et avoir vu les travaux. Il ordonna aux 128 canons dans le port de tirer sur les positions américaines, mais les bordées s'avérèrent inefficaces, les canons ne pouvant être pointés suffisamment haut pour atteindre les fortifications.

Plan historique de Bunker Hill avec des notes militaires

De l'autre c√īt√© de l'√©troite √©tendue d'eau, √† Boston, se tenait le g√©n√©ral Gage, son √©tat-major et le loyaliste Abijah Willard. En regardant √† la longue-vue, Willard reconnut son beau-fr√®re, le colonel Prescott. ¬ę - Combattra-t-il ? ¬Ľ demanda Gage. ¬ę - Je ne peux pas dire pour ses hommes, r√©pondit Willard, mais Prescott vous combattra jusqu'aux portes de l'enfer. ¬Ľ

Prescott se conforma à ces mots, mais ses hommes n'étaient pas aussi résolus. Quand un jeune soldat fut tué par un coup de canon, Prescott donna l'ordre de l'enterrer rapidement et discrètement, mais un large groupe de soldats lui donna, à la place, des funérailles solennelles, certains désertant peu après.

Cela prit presque six heures d'organiser une force d'infanterie, de la r√©unir et de l'inspecter. Le g√©n√©ral Howe devait conduire l'assaut principal, tourner le flanc gauche des Am√©ricains et les prendre √† revers. Le g√©n√©ral de brigade Robert Pigot, sur le flanc gauche britannique conduirait un assaut direct sur la redoute. Le major Pitcairn conduirait l'aile ou la r√©serve. Le transport des forces de Howe sur le coin nord-ouest de la p√©ninsule demanda plusieurs voyages en barges. Par un jour chaud, avec des uniformes en laine et le paquetage complet de campagne pesant pr√®s de 60 livres (27 kg), les Anglais furent finalement pr√™ts vers deux heures de l'apr√®s-midi.

Les Am√©ricains, voyant ces pr√©paratifs, avaient √©galement appel√© des renforts. Les seules troupes qui atteignirent les positions avanc√©es √©taient le premier et le troisi√®me r√©giments du New Hampshire, de deux cents hommes chacun, command√©s par John Stark et James Reed. Les hommes de Stark prirent position le long de la barricade au nord de la position am√©ricaine. Quand la mar√©e basse ouvrit un espace le long de la Mystic River, ils prolong√®rent rapidement la barricade au nord par un court mur de pierres se finissant au bord de l'eau sur une petite plage. Gridley et Stark plac√®rent un rep√®re √† pr√®s de 30 m (100 pieds) en face de la barricade et interdirent de tirer avant que les soldats britanniques ne le d√©passent. Malgr√© cela, le deuxi√®me classe John Simpson d√©sob√©it et tira d√®s qu'il eut une cible, d√©marrant ainsi la bataille.

La première attaque de Bunker Hill (Les surfaces colorées sont des collines)
La seconde attaque
La troisième et dernière attaque

Le général Howe détacha à la fois l'infanterie légère et les grenadiers de tous les régiments disponibles. Howe disposa son infanterie légère le long de l'étroite plage, à l'extrémité du flanc droit américain. Ils s'alignèrent sur une colonne de quatre de front et plusieurs centaines de profondeur, menés par des officiers en jaquettes écarlates. En face du centre des lignes britanniques, pour défendre la barricade entre la plage et la redoute se tenaient les hommes de Reed et le reste du régiment du New Hampshire de Stark. Howe rassembla contre eux toutes les compagnies de grenadiers en première ligne, soutenus par les compagnies de ligne des 5e et 52e régiments. L'attaque contre la redoute elle-même était dirigée par le général de brigade Robert Pigot, commandant les compagnies de ligne des 38e et 43e, ainsi que l'infanterie de marine.

Prescott avait perdu r√©guli√®rement des hommes. Peu furent tu√©s par les bombardements, mais il assigna dix volontaires pour porter les bless√©s √† l'arri√®re. D'autres profit√®rent de la confusion pour se joindre au retrait. Deux g√©n√©raux rejoignirent les forces de Prescott, mais tous deux refus√®rent des postes de commandement et combattirent en simple soldats. Le premier √©tait Joseph Warren, le pr√©sident du conseil et chef effectif du gouvernement r√©volutionnaire du Massachusetts (sa nomination comme major g√©n√©ral n'√©tait pas encore effective). Le second √©tait Seth Pomeroy. Au d√©but de la bataille, 1 400 d√©fenseurs affrontaient 2 600 soldats des troupes r√©guli√®res.

Les premiers assauts contre la barricade et la redoute rencontrèrent un feu concentré à courte distance et furent repoussés avec de fortes pertes pour les Britanniques. La réserve, rassemblée juste au nord de la ville (de Charlestown), subit également des pertes du fait des coups de feu tirés de la ville. Les hommes de Howe se reformèrent sur le champ de bataille et lancèrent un second assaut infructueux contre le mur.

√Ä ce moment, les Am√©ricains avaient abandonn√© toute discipline de feu. Au cours des batailles traditionnelles du XVIIIe si√®cle, les compagnies de soldats tiraient, rechargeaient, et se d√©pla√ßaient sur ordre, comme ils y avaient √©t√© entra√ģn√©s (voir la section tactiques de guerre dans mousquets). Apr√®s leur premi√®re vol√©e, les Am√©ricains se battirent individuellement, chaque homme tirant aussi rapidement qu'il le pouvait. Les Anglais se retir√®rent quasiment sur leurs positions de d√©part sur la p√©ninsule pour se regrouper. La marine, en plus de l'artillerie de Copp's Hill sur la p√©ninsule de Boston, tira √† boulets rouges sur Charlestown. Approximativement 400 b√Ętiments ainsi que les docks furent compl√®tement br√Ľl√©s, mais les tireurs se retir√®rent sans pertes.

Le troisi√®me assaut anglais emporta la redoute. Les r√©serves anglaises √©taient comprises dans les assaillants, et les deux flancs se rabattaient sur la redoute. Les d√©fenseurs √©taient √† court de munitions, r√©duisant la bataille √† un combat √† l'arme blanche, mais la plupart des mousquets am√©ricains n'avaient pas de ba√Įonnettes.

Les conséquences

L'armée britannique s'empare d'une des rares batteries de canons des Américains et semble réduire les efforts de George Washington.

Les Anglais restaient ma√ģtres du champ de bataille, mais √† un prix tr√®s √©lev√© : 1 054 furent touch√©s (228 morts et 826 bless√©s[1]), et une quantit√© disproportionn√©e des pertes √©taient des officiers. Les pertes am√©ricaines n'√©taient que de 371, dont 100 morts (y compris Joseph Warreb), 271 bless√©s et 30 captur√©s[1] (dont 20 mourront plus tard prisonniers de guerre). La plupart des pertes am√©ricaines intervint pendant la retraite. Le major Andrew McClary fut le plus haut grad√© √† mourir dans la bataille. Il fut comm√©mor√© par le changement de nom de Fort William et Mary en Fort McClary.

Les morts et blessés britanniques comprenaient la plupart de leurs officiers. De l'état-major entier de campagne de Howe, ce dernier fut le seul à ne pas être touché. Le major Pitcairn était mort, le colonel James Abercrombie mortellement blessé. Le retrait américain et l'avance britannique balayèrent toute la péninsule, y compris Bunker Hill et Breed's Hill. Sous les ordres de Putnam, les Américains se remirent rapidement en position sur le continent. Couplé à l'extrême fatigue des troupes de Howe, il y avait peu de chances d'avancer sur Cambridge et de briser le siège.

L'attitude des Britanniques changea significativement, √† la fois √† titre individuel et au niveau gouvernemental. Thomas Gage fut bient√īt rappel√© et remplac√© peu de temps apr√®s par le g√©n√©ral Howe. Le rapport de Gage au cabinet r√©p√©ta ses avertissements pr√©c√©dents : qu'¬ę une grande arm√©e serait n√©cessaire pendant longtemps pour r√©duire ces gens ¬Ľ.

Le fameux ordre ¬ę - Ne tirez que quand vous verrez le blanc de leurs yeux ! ¬Ľ fut popularis√© par les r√©cits sur Bunker Hill. De toute fa√ßon, son origine est incertaine, diff√©rents auteurs l'attribuant √† Putnam, Stark, Prescott ou Gridley.

Une autre incertitude concerne le r√īle des Afro-Am√©ricains. Il y en avait certainement quelques-uns impliqu√©s dans la bataille, mais leur nombre exact est inconnu. L'un de ceux-ci √©tait Salem Poor, qui fut cit√© pour bravoure et dont les actions √† la redoute sauv√®rent la vie de Prescott, bien que les rapports lui imputant la mort de Pitcairn soient tr√®s peu cr√©dibles. D'autres Afro-Am√©ricains √©taient pr√©sents : Peter Salem, Prince Whipple et Brazillri Lew. Le mul√Ętre Phillip Abbot, d'Andover, fut tu√© dans la bataille.

Parmi les volontaires coloniaux pr√©sents √† la bataille se trouv√®rent James Otis, Henry Dearborn, John Brooks, William Eustis, Daniel Shays, William Barton et Isra√ęl Potter. Parmi les officiers britanniques figuraient le g√©n√©ral Henry Clinton, le g√©n√©ral John Burgoyne, et le lieutenant Lord Francis Rawdon-Hastings (compagnie de grenadier, 5e r√©giment d'infanterie).

Howe sera très vite chargé d'une nouvelle mission afin de reprendre Philadelphie tombée aux mains de colons en 1778.

Pertes en officiers britanniques

Les officiers britanniques suivants furent blessés ou tués dans la bataille de Bunker Hill. Cette liste est incomplète mais montre le taux élevé de pertes parmi les officiers britanniques.

  • Lieutenant-colonel James Abercrombie - 22e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Enseigne Balaquire - 5e d'infanterie - bless√© √† Bunker Hill
  • Lieutenant Bard - 35e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Lieutenant Bruere - 14e d'infanterie (service volontaire) - tu√© √† Bunker Hill
  • Capitaine Campbell - infanterie de marine- tu√© √† Bunker Hill
  • Enseigne Charleton ‚Äď 5e d'infanterie - bless√© √† Bunker Hill
  • Lieutenant Croker ‚Äď 5e d'infanterie - bless√© √† Bunker Hill
  • Lieutenant Dalrymple - 63e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Capitaine Davidson - 52e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Capitaine Patrick Downs - 5e d'infanterie - mortellement bless√© √† Bunker Hill, mort le soir m√™me.
  • Lieutenant Dutton - 38e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Capitaine Ellis - infanterie de marine - tu√© √† Bunker Hill
  • Lieutenant Finnie - infanterie de marine - tu√© √† Bunker Hill
  • Lieutenant Gardner - infanterie de marine - tu√© √† Bunker Hill
  • Lieutenant Gold - 47e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Capitaine George Harris - 5e d'infanterie - bless√© √† Bunker Hill (touch√© √† la t√™te, il en gu√©rit, devint g√©n√©ral et le premier baron Harris par anoblissement)
  • Lieutenant Higgins - 52e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Lieutenant Hilliard - 47e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Capitaine Hudson - 65e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Capitaine John Jackson - 5e d'infanterie - bless√© √† Bunker Hill
  • Capitaine Mackenzie - 43e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Lieutenant M‚ÄôClintockx - 5e d'infanterie - bless√© √† Bunker Hill
  • Capitaine Francis Marsden - 5e d'infanterie - bless√© √† Bunker Hill, il surv√©cut 5 ans puis mourut √† Burntwood Hall le 12 f√©vrier 1780, probablement des blessures re√ßues √† la bataille. Il a son monument dans la cath√©drale de Wakefield, West Yorkshire
  • Major John Pitcairn - infanterie de marine - mortellement bless√© √† Bunker Hill, mourut le soir m√™me
  • Lieutenant Shea - infanterie de marine - tu√© √† Bunker Hill
  • Capitaine Sherwin - 67e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill - Aide de camp du G√©n√©ral Howe
  • Capitaine Smith - 52e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill
  • Major Williams - 52e d'infanterie - tu√© √† Bunker Hill

Le monument de Bunker Hill

Monument de la bataille de Bunker Hill, vue prise vers 1890.

Le monument de Bunker Hill sur les lieux de la bataille est un ob√©lisque de 67,3 m de haut. Il y a √©galement une statue de Prescott dans la fameuse pose le montrant calmant ses ¬ę fermiers ¬Ľ. Le ¬ę Bunker Hill Day ¬Ľ comm√©morant la bataille est un jour f√©ri√© l√©gal dans le comt√© de Suffolk (Massachusetts). Les institutions de l'√Čtat du Massachusetts (telle que les √©coles et universit√©s publiques) ch√īment √©galement ce jour-l√†.

Sources, références

  1. ‚ÜĎ a‚ÄČ et b‚ÄČ Bernard Cottret, La R√©volution am√©ricaine : La qu√™te du bonheur 1763-1787, Paris, Perrin, 2003, (ISBN 2262018219), p.173
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalit√© issu d‚Äôune traduction de l‚Äôarticle de Wikip√©dia en anglais intitul√© ¬ę Battle of Bunker Hill ¬Ľ.

Articles liés

  • Ob√©lisque : √† propos du monument √©lev√© √† Boston en comm√©moration de la bataille de Bunker Hill.

Bibliographie

Commons-logo.svg

  • (en) Peter Doyle, Bunker Hill, Providence Foundation, 1998 (ISBN 1-887456-08-2) 
  • (en) John R. Elting, The Battle of Bunker's Hill, Phillip Freneau Pres, Monmouth, New Jersey, 1975, 56 p. (ISBN 0-912480-11-4) 
  • (en) Howard Fast, Bunker Hill, ibooks inc., New York, 2001 (ISBN 0-7434-2384-4) 
  • (en) Richard Ketchum, Decisive Day : The Battle of Bunker Hill, Owl Books, 1999 (ISBN 0-385-41897-3 et ISBN 0-8050-6099-5) 
  • (en) E.D. Hirsch, Jr., Joseph F. Kett et James Trefil, The New Dictionary of Cultural Literacy, Third Edition, Houghton Mifflin Company, 2002 



Batailles de la guerre d'indépendance américaine The death of general warren at the battle of bunker hill.jpg

Lexington et Concord (avril 1775) ‚ÄĘ Boston (avril 1775 / mars 1776) ‚ÄĘ Bunker Hill (juin 1775) ‚ÄĘ invasion du Canada (1775) ‚ÄĘ Brooklyn (ao√Ľt 1776) ‚ÄĘ Trenton (d√©cembre 1776) ‚ÄĘ Princeton (janvier 1777) ‚ÄĘ bataille de Bennington (ao√Ľt 1777) ‚ÄĘ Brandywine (septembre 1777) ‚ÄĘ campagne de Saratoga (1777) ‚ÄĘ bataille de Saratoga (septembre 1777) ‚ÄĘ Germantown (oct. 1777) ‚ÄĘ Monmouth (juin 1778) ‚ÄĘ Savannah (sept.-oct. 1779) ‚ÄĘ Eutaw Springs (septembre 1781) ‚ÄĘ cap Henry (mars 1781) ‚ÄĘ Pensacola (mai 1781) ‚ÄĘ baie de Chesapeake (1781) ‚ÄĘ Yorktown (1781) ‚ÄĘ campagne de 1782 ‚ÄĘ baie d'Hudson (1782) ‚ÄĘ Saint-Kitts (1782) ‚ÄĘ Les Saintes (avril 1782) ‚ÄĘ


  • Portail de l‚Äôhistoire militaire Portail de l‚Äôhistoire militaire
  • Portail du XVIIIe si√®cle Portail du XVIIIe si√®cle
  • Portail des √Čtats-Unis Portail des √Čtats-Unis

Ce document provient de ¬ę Bataille de Bunker Hill ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille De Bunker Hill de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille de bunker hill ‚ÄĒ La Bataille de Bunker Hill, par Percy Norman Informations g√©n√©rales Date 17 juin 1775 Lieu ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Bataille de Bunker Hill ‚ÄĒ 42¬į22‚Ä≤34.9‚Ä≥N 71¬į3‚Ä≤38.8‚Ä≥O / 42.376361, 71.060778 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Bunker Hill ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Bunker Hill peut faire r√©f√©rence √† : Toponyme une colline de Charlestown (Massachusetts), pr√®s de laquelle s est d√©roul√©e la bataille de Bunker Hill… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Bunker Hill (Los Angeles) ‚ÄĒ 34¬į 03‚Ä≤ 07‚Ä≥ N 118¬į 15‚Ä≤ 01‚Ä≥ W / 34.05204, 118.25034 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Bataille de B√Ęton-Rouge ‚ÄĒ D√©tail d une carte de 1776 montrant la Floride occidentale britannique Informations g√©n√©rales Date 20 21 septembre 1779 Lieu B√Ęton R ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Bataille de Porto Praya ‚ÄĒ Combat de la baie de la Praya dans l √ģle de San Iago au Cap Vert, le 16 avril 1781, par Pierre Julien Gilbert (1783 1860) Informations g√©n√©rales Date 16 avril 1781 Lieu Praia, √éles du Cap Vert Issue ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Bataille de Moore's Creek Bridge ‚ÄĒ 34¬į 27‚Ä≤ 27‚Ä≥ N 78¬į 06‚Ä≤ 35‚Ä≥ W / 34.45745, 78.10961 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Bataille de Bennington ‚ÄĒ 42¬į 56‚Ä≤ 19‚Ä≥ N 73¬į 18‚Ä≤ 16‚Ä≥ W / 42.9386, 73.3044 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Bataille de Eutaw Springs ‚ÄĒ 33¬į 24‚Ä≤ 26‚Ä≥ N 80¬į 17‚Ä≤ 56‚Ä≥ W / 33.40728, 80.29875 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Bataille de l'√ģle Valcour ‚ÄĒ 44¬į36‚Ä≤37.84‚Ä≥N 73¬į25‚Ä≤49.39‚Ä≥O / 44.6105111, 73.4303861 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.