Bas-clergé

ï»ż
Bas-clergé

PrĂȘtre catholique

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PrĂȘtre.


Un prĂȘtre catholique (du grec ancien πρΔσÎČÏÏ„Î”ÏÎżÏ‚, presbyteros, « ancien Â» par le latin presbyter) est un homme chargĂ© du service liturgique au sein de l'Église catholique romaine.

Le prĂȘtre fait l'objet d'une vocation particuliĂšre que les croyants identifient Ă  un appel de Dieu. Le discernement de l'appel Ă  la prĂȘtrise et la formation du prĂȘtre se fait au sĂ©minaire. Si ce que les catholiques reconnaissent comme l'appel de Dieu est confirmĂ© par le sĂ©minariste et par l'Église, le sĂ©minariste est ordonnĂ© diacre puis prĂȘtre.

Dans l'Église catholique de rite latin, les prĂȘtres doivent prendre l'engagement de vivre dans le cĂ©libat.

Sommaire

Statistiques

D'aprĂšs les chiffres de l'agence de la congrĂ©gation pour l'Ă©vangĂ©lisation des peuples[1], le nombre de prĂȘtres s'Ă©levait Ă  406.411 en 2005, en lĂ©gĂšre augmentation pour la troisiĂšme annĂ©e consĂ©cutive mais en baisse de 3,5 pourcent depuis 1978[2] tandis que le nombre de fidĂšles augmentait de 45% dans le mĂȘme temps[3]. Si leur nombre a progressĂ© entre 2000 et 2006, c’est que le clergĂ© augmente en Afrique et en Asie, tandis qu’il diminue sensiblement en AmĂ©rique et fortement en Europe.

Toujours en 2005, les prĂȘtres catholiques se rĂ©partissent en 269 762 prĂȘtres diocĂ©sains, en hausse, et 136 649 prĂȘtres religieux dont le nombre prĂ©sente une tendance constante Ă  la baisse depuis 1978 avec une baisse mondiale de plus de 12 pourcent, Ă  l’exception de l’Asie[4].

En 2004, le nombre de sĂ©minaristes s'Ă©levait Ă  214 629, rĂ©partis en 113 044 grands sĂ©minaristes et 101 585 petits sĂ©minaristes[rĂ©f. nĂ©cessaire]

Si il n'existe aucune statistique prĂ©cise sur le nombre actuel de prĂȘtres qui se sont mariĂ©s aprĂšs avoir abandonnĂ© leur ministĂšre, la revue jĂ©suite italienne Civilta Cattolica[5] indique en 2007, sur base de chiffres diocĂ©sains, que de 1964 Ă  2004, 69 063 prĂȘtres ont quittĂ© leur ministĂšre et que, de 1970 Ă  2004, 11 213 d'entre eux l'ont repris, quelles que soient leurs motivations.

Les prĂȘtres mariĂ©s de rite non latin, tels les prĂȘtres de rite oriental ou les pasteurs anglicans et luthĂ©riens convertis au catholicisme, seraient, par ailleurs, plusieurs milliers[6].

Sacrements

Le prĂȘtre est le ministre de certains sacrements, c'est Ă  dire que lui seul peut les donner :

L'Église catholique considĂšre que le prĂȘtre agit In Persona Christi (dans la personne du Christ). Il reprĂ©sente donc JĂ©sus-Christ qui est le Souverain PrĂȘtre exerçant le Vrai sacerdoce.

En revanche, le prĂȘtre ne peut administrer ni la confirmation (sauf pour les Églises catholiques orientales, ou bien Ă  moins d'en avoir reçu mandat ponctuellement par son Ă©vĂȘque), ni l'ordination, qui sont du ressort d'un Ă©vĂȘque.

Pour ce qui est du mariage, l'Église latine considĂšre traditionnellement que ce sont les Ă©poux qui se confĂšrent mutuellement le sacrement[7] , le prĂȘtre n'Ă©tant que le tĂ©moin obligatoire, et ce seulement depuis le concile de Trente[rĂ©f. nĂ©cessaire].

Le prĂȘtre en charge d'une paroisse est appelĂ© curĂ©, recteur en Bretagne et dans certains autres cas) ou modĂ©rateur, alors que les prĂȘtres qui l'assistent sont nommĂ©s vicaires. Un prĂȘtre peut n'ĂȘtre attachĂ© Ă  aucune paroisse. Le presbytĂšre est le logement de fonction autrefois rĂ©servĂ© au(x) prĂȘtre(s) d'une paroisse. Il Ă©tait en gĂ©nĂ©ral Ă  proximitĂ© de l'Ă©glise.

Un religieux (frĂšre ou moine) peut Ă©galement recevoir le sacerdoce. Il faut avoir reçu le sacerdoce pour pouvoir devenir Ă©vĂȘque.

Formation

Tout d'abord, le sĂ©minaire assure la formation spirituelle, intellectuelle[rĂ©f. nĂ©cessaire] et humaine des candidats au sacerdoce. La formation des prĂȘtres s'organise en trois grandes Ă©tapes de formation appelĂ©es cycles. Le premier cycle effectuĂ© en deux annĂ©es comprend principalement une formation philosophique[rĂ©f. nĂ©cessaire] et biblique fondamentale. Les sĂ©minaristes demeurent toute la semaine dans l'enceinte du sĂ©minaire et rejoignent leur famille ou une paroisse d'insertion en fin de semaine. Le deuxiĂšme cycle effectuĂ© en trois ans associe une formation en thĂ©ologie fondamentale, thĂ©ologie pastorale, thĂ©ologie morale, et en Bible avec une insertion pastorale obligatoire en fin de semaine. Le troisiĂšme cycle est presque uniquement consacrĂ© Ă  l'insertion pastorale. Les candidats au presbytĂ©rat continuent de recevoir une formation en dĂ©but de semaire ou au cours d'une formation continue[rĂ©f. nĂ©cessaire].

Statut des prĂȘtres

En France

Il y a en France 13 713 prĂȘtres dont 1097 venus de l'Ă©tranger et il y a Ă  l'Ă©tranger 165 prĂȘtres français. En 2007, 101 prĂȘtres diocĂ©sains ont Ă©tĂ© ordonnĂ©s en France, 133 jeunes sont entrĂ©s en formation au ministĂšre de prĂȘtre diocĂ©sain, 756 sĂ©minaristes sont en formation[8]. Comme seuls environ 50% des sĂ©minaristes de premiĂšre annĂ©e finissent ordonnĂ©s, on peut Ă©valuer Ă  environ 66 le nombre de prĂȘtres diocĂ©sains ordonnĂ©s en 2014.

Le statut des prĂȘtres vis-Ă -vis de l'État dĂ©pend de chaque pays.

En France, les ministres du culte ont une certaine reconnaissance légale, indépendamment de la religion à laquelle ils appartiennent.

Depuis le Xe siĂšcle, le rĂ©gime normal des prĂȘtres de l'Église latine est le cĂ©libat. Il est admis, bien que peu courant, qu'un laĂŻc mariĂ© en sĂ©paration de corps et n'ayant pas d'enfant mineur puisse ĂȘtre ordonnĂ© prĂȘtre. Certains prĂȘtres catholiques, venant de la Communion anglicane, sont autorisĂ©s Ă  ĂȘtre mariĂ©s.

Les prĂȘtres diocĂ©sains de France sont rĂ©munĂ©rĂ©s par les dons des fidĂšles. Ils ne perçoivent pas un salaire pris directement sur les quĂȘtes dominicales ou lors des sacrements rĂ©alisĂ©s. On ne parle d'ailleurs pas de salaire mais d'indemnitĂ©s. Un prĂȘtre touche environ 950 €.

Il n'y a pas d'Ă©volution de salaire durant la vie d'un prĂȘtre, hormis celui du coĂ»t de la vie. Les prĂȘtres français, hors Ă©glises du concordat, perçoivent la mĂȘme indemnitĂ©, quelle que soit la fonction (prĂȘtre en paroisse, recteur de cathĂ©drale, curĂ©, vicaire...), seul l'Ă©vĂȘque perçoit une indemnitĂ© plus grande liĂ©e Ă  sa charge (dĂ©placements, frais divers...), environ 1500 €.

Dans les Églises orientales, les hommes mariĂ©s peuvent ĂȘtre validement ordonnĂ©s. En revanche, une fois ordonnĂ©s, les prĂȘtres ne peuvent plus se marier, et les Ă©vĂȘques ne sont choisis que parmi les cĂ©libataires voire les moines.

Sur l'ordination de femmes, voir ordination de femmes dans le christianisme.

Bibliographie

  • AndrĂ© Lemaire, Les MinistĂšres aux origines de l'Église : Naissance de la triple hiĂ©rarchie, Ă©vĂȘques, presbytes, diacres, Cerf, 1971
  • AndrĂ© Lemaire, Les MinistĂšres dans l'Église, Le Centurion, 1974

Dans les représentations culturelles

Littérature

Cinéma

Télévision

Notes et références

  1. ↑ Statistiques de l'Église, sur le site de l'agence Fides
  2. ↑ 407.262 en 2006, soit 0,21% de plus d'aprĂšs l’édition 2008 de l’Annuaire pontifical, cf Zenit.org
  3. ↑ Essentiellement du fait de l'augmentation de la population mondiale passĂ©e de 4,2 Ă  6,4 millards d'individus, Cf Agence de presse internationale catholique, 30/04/2006
  4. ↑ Enrico Nenna et Vittorio Formenti, Il Pontificato di S.S. Giovanni Paolo II in Cifre. Le Statistiche della Chiesa Cattolica 1978-2004
  5. ↑ Civilta Cattolica citĂ© par l'AFP, 19/04/2007
  6. ↑ Civilta Cattolica citĂ© par l'AFP, 19/04/2007, Repris par TopchrĂ©tien.com
  7. ↑ CatĂ©chisme de l'Eglise catholique, § 1623 : "Selon la tradition latine, ce sont les Ă©poux qui, comme ministres de la grĂące du Christ, se confĂšrent mutuellement le sacrement du Mariage en exprimant devant l’Église leur consentement. Dans la tradition des Églises orientales, les prĂȘtres ou Ă©vĂȘques qui officient sont les tĂ©moins du consentement mutuel Ă©changĂ© par les Ă©poux (cf. CCEO, can. 817), mais leur bĂ©nĂ©diction est nĂ©cessaire aussi Ă  la validitĂ© du sacrement (cf. CCEO, can. 828)." texte en ligne. CCEO = Code de droit canon des Églises Orientales, texte en ligne
  8. ↑ Service national des vocations[rĂ©f. nĂ©cessaire]

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Les degrés traditionnels du sacrement de l'ordre dans le christianisme
Les ordres mineurs Portier Lecteur Exorciste Acolyte
Les ordres majeurs Sous-diacre Diacre PrĂȘtre ÉvĂȘque


  • Portail du travail et des mĂ©tiers Portail du travail et des mĂ©tiers
  • Portail du catholicisme Portail du catholicisme
Ce document provient de « Pr%C3%AAtre catholique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bas-clergé de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bas clergĂ© — ● Bas clergĂ© avant la RĂ©volution, ensemble des prĂȘtres du ministĂšre, des petits bĂ©nĂ©ficiers, des professeurs 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • clergĂ© — [ klɛrʒe ] n. m. ‱ clergiĂ©Xe; lat. ecclĂ©s. clericatus → clerc ♩ Ensemble des ecclĂ©siastiques (d une Ă©glise, d un pays, d une ville). Les membres du clergĂ©. Le clergĂ© catholique. Le clergĂ© de France, du diocĂšse de Paris, de la paroisse. ClergĂ©… 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • Clerge — ClergĂ© Le clergĂ© est le terme qui dĂ©signe les diffĂ©rentes institutions d une religion. Il n y a donc pas un clergĂ© mais plusieurs clergĂ©s, en fonction des diffĂ©rentes religions, confessions ou mouvances religieuses. Le mot, en ancien français… 
   WikipĂ©dia en Français

  • ClergĂ© catholique — ClergĂ© Le clergĂ© est le terme qui dĂ©signe les diffĂ©rentes institutions d une religion. Il n y a donc pas un clergĂ© mais plusieurs clergĂ©s, en fonction des diffĂ©rentes religions, confessions ou mouvances religieuses. Le mot, en ancien français… 
   WikipĂ©dia en Français

  • ClergĂ© colonial — ClergĂ© Le clergĂ© est le terme qui dĂ©signe les diffĂ©rentes institutions d une religion. Il n y a donc pas un clergĂ© mais plusieurs clergĂ©s, en fonction des diffĂ©rentes religions, confessions ou mouvances religieuses. Le mot, en ancien français… 
   WikipĂ©dia en Français

  • ClergĂ© de Rome — ClergĂ© Le clergĂ© est le terme qui dĂ©signe les diffĂ©rentes institutions d une religion. Il n y a donc pas un clergĂ© mais plusieurs clergĂ©s, en fonction des diffĂ©rentes religions, confessions ou mouvances religieuses. Le mot, en ancien français… 
   WikipĂ©dia en Français

  • ClergĂ© diocĂ©sain — ClergĂ© Le clergĂ© est le terme qui dĂ©signe les diffĂ©rentes institutions d une religion. Il n y a donc pas un clergĂ© mais plusieurs clergĂ©s, en fonction des diffĂ©rentes religions, confessions ou mouvances religieuses. Le mot, en ancien français… 
   WikipĂ©dia en Français

  • ClergĂ© fĂ©minin — ClergĂ© Le clergĂ© est le terme qui dĂ©signe les diffĂ©rentes institutions d une religion. Il n y a donc pas un clergĂ© mais plusieurs clergĂ©s, en fonction des diffĂ©rentes religions, confessions ou mouvances religieuses. Le mot, en ancien français… 
   WikipĂ©dia en Français

  • ClergĂ© masculin — ClergĂ© Le clergĂ© est le terme qui dĂ©signe les diffĂ©rentes institutions d une religion. Il n y a donc pas un clergĂ© mais plusieurs clergĂ©s, en fonction des diffĂ©rentes religions, confessions ou mouvances religieuses. Le mot, en ancien français… 
   WikipĂ©dia en Français

  • ClergĂ© romain — ClergĂ© Le clergĂ© est le terme qui dĂ©signe les diffĂ©rentes institutions d une religion. Il n y a donc pas un clergĂ© mais plusieurs clergĂ©s, en fonction des diffĂ©rentes religions, confessions ou mouvances religieuses. Le mot, en ancien français… 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.