Benveniste (famille)

La famille Benveniste (hébreu : בנבניסטי) est une vieille famille juive riche et savante, originaire de Narbonne, mais dont les nombreuses branches se retrouvent au Moyen Âge à travers l'Espagne et la Provence, ainsi qu'en Orient. Au XIXe siècle, on en retrouvait également en Bulgarie, en Serbie et à Vienne.

Sommaire

Membres connus de la famille Benveniste

XIIe siècle

  • Joseph ben Benveniste de Montpellier est probablement le fondateur de la lignée. Petit-fils de Zerahia Gerondi, il est aussi le grand-père de Pïnhas et Aaron Halevi
  • Salomon Benveniste l'Ancien, éminent érudit de Narbonne au milieu du XIIe siècle
  • Isaac (Zag) Benveniste, fils de Joseph, chef communautaire important de la communauté d'Aragon.
  • Sheshet Benveniste, qui est peut-être le fils du précédent. Chef communautaire de Narbonne, il s'illustre dans le camp des partisans de Maïmonide en répondant cavalièrement à la lettre du Remah.

XIIIe siècle

  • Isaac Benveniste, neveu de Pinhas et Aaron Halevi ; il est peut-être l'auteur d'un traité rituel, intitulé Likkoutei HaDinim (« Collection de Lois »), contenant 118 décisions brièvement rédigées, existant encore en manuscrit.

XIVe siècle

  • Samuel Benveniste (ou ben Benveniste), médecin de cour qui vit à Tarragone en 1322 et exerce à Aragon en 1356, en même temps que Maestro Leon Medico, Maestro Mose Medico et Maestro Yuçef Avendagot (celui-ci étant identique à Yosseph haRofe ibn Abu Ayyub), au service de Don Manuel, le frère du roi Pierre d'Aragon. Il aurait traduit en hébreu, sous le titre de Menahem Meshiv Nafshi, le De Consolatione Philosophæ de Boèce, un ouvrage fort lu par les érudits chrétiens au Moyen Âge, mais rien n'est connu du devenir de ce manuscrit. Il a aussi traduit en hébreu le traité sur l'asthme de Maïmonide sur base d'un exemplaire latin.
    Il s'agit peut-être de celui que Profiat Duran qualifie d'« excellent grammairien », et dont il se serait inspiré pour composer son Maasse Efod. L'ouvrage de Samuel, vraisemblablement critique vis-à-vis du Mikhlol de David Kimhi, est cependant inconnu.

XVe siècle

  • Abraham Benveniste (XVe siècle), fils d'Isaac Benveniste, rabbin de la cour et homme d'État espagnol au service de Juan II.
  • Vidal Benveniste est peut-être un frère du précédent ; il a vécu en Aragon au début du XVe siècle. Il est l'auteur du poème Melitzat 'Efer veDinah, une allégorie sur le plaisir composée comme divertissement pour la fête de Pourim. Ce poème a été publié avec des midrashim à Constantinople en 1516 et à Rimini en 1525).
  • Un autre Vidal Benveniste a vécu à Saragosse au XVe siècle. Il est élu par les notables des communautés d'Aragon comme orateur en chef lors de la dispute de Tortosa qui s'est tenue en 1414, du fait de sa bonne connaissance du latin et de sa réputation de sage. La réfutation aux arguments en faveur de la messianité de Jésus de Nazareth, intitulée Kodesh HaKodashim, existe encore en manuscrit. Il n'est pas identique à Don Ferrer de Gerona ni Vidal ben Labi de la Caballeria, ainsi que l'ont cru certains.
  • Joseph Benveniste, fils d'Abraham Benveniste ; il a vécu en Castille vers 1450 et aurait été, aux dires d'Abraham Zacuto, un philanthrope et mécène de nombreux scientifiques juifs.
  • Vidal ben Joseph Benveniste, fils aîné du précédent. Il est, comme son père, un promoteur des scientifiques juifs.
  • Abraham Benveniste l'Ancien (né en 1433), frère du précédent. Appelé l'Ancien pour le distinguer de son petit-fils qui est comme lui un érudit espagnol de renom, il est né à Soria ; Joseph Albo a fait un discours à l'occasion de sa circoncision. Il étudie la Torah avec son frère aîné Vidal et soutient plusieurs savants juifs par ses dons.
  • Juda ben Joseph Benveniste, frère des précédents. Il immigre avec Samuel Franco et d'autres exilés espagnols à Salonique où il joue un rôle éminent dans la fondation de la communauté séfarade. Il parvient à conserver une importante partie de son patrimoine financier, ce qui lui permet de constituer une importante collection de livres. Plusieurs copistes professionnels copient continuellement la Michna, le Talmud et d'autres travaux à sa maison qui devient le centre d'érudition pour les exilés. De nombreux savants, dont Jacob ibn Habib, en feront bon usage.

XVIe siècle

  • David Benveniste, rabbin à Salonique en 1550, est mentionné comme un éminent savant par ses contemporains

XVIIe siècle

  • Immanuel Benveniste (d. en 1660), imprimeur et éditeur à Amsterdam de 1640 à 1660. Il a publié plusieurs livres de prières, des ouvrages plus volumineux comme l’Aroukh, le Choulhan Aroukh, le Sh'ne Louhot HaBrit, et une édition complète du Talmud. Il doit vendre cette dernière, faute d'acheteurs, peu après la publication. Il forme également des imprimeurs célèbres, parmi lesquels Juda Gumpel, Samuel Levi et Ouri Phœbus Levi. En un certain sens, la célébrité des presses hébraïques à Amstredam doivent beaucoup à l'influence de Benveniste. Plusieurs des livres qu'il a édités sont connus par les marges de ses pages de titre ou par son sigle, figurant une étoile, un lion et un château.
  • Meïr ben Samuel Benveniste le Correcteur, érudit vivant à Salonique où il achève, en 1559, son livre Ot Emet (La Lettre de Vérité), contenant des corrections au texte du Sifra, du Sifre, de la Mekhilta, du Midrash Rabba etc. Il a également composé un livre de prières selon le rite séfarade cinq ans plus tard.
  • Juda Benveniste, rabbin de Salonique, disciple d'Asher ha-Kohen ben Ardot et contemporain de David Conforte (c. 1618-c. 1685).
  • Hayyim ben Israël Benveniste (1603 - 1703), autorité rabbinique turque, adhérent puis opposant à Sabbataï Tzvi
  • Yehoshoua ben Israël Benveniste, frère du précédent, et disciple comme lui de Joseph di Trani. Rabbin et médecin à Constantinople, en 1660, il est l'auteur de plusieurs ouvrages rabbiniques.
  • Moshe ben Nissim Benveniste, contemporain des précédents avec lesquels il était en correspondance. Petit-fils d'Abraham ben Hananya, il est rabbin à Constantinople, où il vit en 1671.
    Il a publié Penei Moshe (« Face de Moïse »), un recueil de responsa sur les codes rituels en trois parties (Constantinople, 1671-1719). Son livre Rav Leshonot (« Nombreuses Langues ») a été perdu.
  • Israël ben Eliezer Benveniste (d. en 1677), parent des précédents ; il est l'auteur de Bet Israël (« Maison d'Israël »), une collection de sermons et oraisons funèbres, édités par son fils.

XXe siècle

Source

Cet article comprend du texte provenant de la Jewish Encyclopedia de 1901–1906, article « BENVENISTE » par Richard Gottheil, Meyer Kayserling & Isaac Broydé, une publication tombée dans le domaine public.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Benveniste (famille) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Benveniste — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le patronyme Benveniste a été porté par plusieurs personnalités (par ordre alphabétique) : Claire Blanche Benveniste est une linguiste française… …   Wikipédia en Français

  • FAMILLE — L’ÉTYMOLOGIE et les avatars sémantiques du mot «famille» témoignent eux mêmes de la variabilité historique de l’institution qu’il peut désigner. Là où il apparaît, à Rome, il ne correspond pas à ce que nous appelons aujourd’hui de ce nom, c’est à …   Encyclopédie Universelle

  • Claire Blanche-Benveniste — Claire Blanche Benveniste, née le 15 janvier 1935 à Lyon et morte le 29 avril 2010 à Aix en Provence, est une universitaire française spécialiste de linguistique. Professeur émérite à l Université de Provence (département de… …   Wikipédia en Français

  • Benisti — Fréquent chez les juifs originaires d Afrique du Nord, c est une contraction de Benveniste, Benvenist, qui semblent au départ des noms catalans et qui signifient (sois le) bienvenu . Le nom Benvenist, porté par des juifs, apparaît à Barcelone en… …   Noms de famille

  • Binisti — Rencontré également sous la forme Benisti, c est une déformation de Benveniste, nom d origine espagnole ou catalane (= sois le bienvenu !) porté par des juifs à Barcelone dès le XIe siècle (Nasert Benvenist, 1079). Passé ensuite en Afrique du… …   Noms de famille

  • Histoire des Juifs à Salonique — Famille juive de Salonique en 1917. Évolution de la population de …   Wikipédia en Français

  • Étymologie de religion — Article principal : Religion. La littérature latine de l Antiquité a transmis deux étymologies de religion : relegere signifiant « relire » et religare signifiant « relier ». L étymologie relegere (relire) se trouve… …   Wikipédia en Français

  • Histoire des Juifs en Espagne — Les Juifs d Espagne ont constitué l une des plus importantes et des plus prospères communautés juives de la Diaspora, sous la domination successive de royaumes musulmans et chrétiens. Depuis leur conversion forcée suite au décret de l Alhambra,… …   Wikipédia en Français

  • INDO-EUROPÉEN — La plupart des langues européennes (à l’exception du basque, du hongrois, du lapon, du finnois, de l’estonien et de quelques autres parlers locaux de la fédération de Russie), d’une part, et plusieurs langues de l’Asie, d’autre part, présentent… …   Encyclopédie Universelle

  • Theophile Obenga — Théophile Obenga Théophile Obenga Théophile Mwené Ndzalé Obenga, né à Mbaya, (République du Congo), le 2 février 1936, est égyptologue, linguiste et historien. Avec Cheikh Anta Diop, il défend une vision de l histoire africaine recentrée sur les… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.