Barbe la Grande martyre

ï»ż
Barbe la Grande martyre

Barbe la Grande martyre

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Barbe.
Sainte Barbe

Sainte Barbe (Barbara en grec et latin) est une sainte de l’Église catholique et de l’Église orthodoxe, fĂȘtĂ©e le 4 dĂ©cembre.

Sommaire

Hagiographie

Sainte Barbe aurait vĂ©cu au milieu du IIIe siĂšcle Ă  NicomĂ©die en Asie Mineure (aujourd’hui Izmit en Turquie) sur la mer de Marmara. D’autres sources la font naĂźtre Ă  HĂ©liopolis (aujourd'hui Baalbek au Liban) oĂč elle aurait vĂ©cu sous l’empereur Maximien.

Son pĂšre Dioscore aurait Ă©tĂ© un riche Ă©dile paĂŻen descendant de satrapes perses. Pour protĂ©ger sa virginitĂ© ou la protĂ©ger du prosĂ©lytisme chrĂ©tien, il l’enferma dans une tour Ă  deux fenĂȘtres. Mais un prĂȘtre chrĂ©tien, dĂ©guisĂ© en mĂ©decin, s’introduisit dans la tour et la baptisa.

Au retour d’un voyage de son pĂšre, Barbe lui apprit qu’elle avait percĂ© une troisiĂšme fenĂȘtre dans le mur de la tour pour reprĂ©senter la Sainte TrinitĂ© et qu’elle Ă©tait chrĂ©tienne. Furieux, le pĂšre mit le feu Ă  la tour.

Barbe rĂ©ussit Ă  s’enfuir, mais un berger dĂ©couvrit sa cachette et avertit son pĂšre. Ce dernier la traĂźna devant le gouverneur romain de la province, qui la condamna au supplice. Comme la fille refusait d’abjurer sa foi, le gouverneur ordonna au pĂšre de trancher lui-mĂȘme la tĂȘte de sa fille.

Dioscore la dĂ©capita et fut aussitĂŽt chĂątiĂ© par le Ciel : il mourut frappĂ© par la foudre. Quand les chrĂ©tiens vinrent demander le corps de sa fille, ne voulant pas utiliser son prĂ©nom perse et ne pouvant pas se dĂ©voiler en utilisant son prĂ©nom de baptĂȘme chrĂ©tien, ils ne purent en parler que comme « la jeune femme barbare Â», d'oĂč le nom de sainte Barbara qui lui fut donnĂ©.

Attributs

Sainte Barbe est gĂ©nĂ©ralement reprĂ©sentĂ©e avec un ou plusieurs des attributs suivants : une tour Ă  trois fenĂȘtres, un Ă©clair, un livre, une couronne ou une palme de martyre et une Ă©pĂ©e.

À l’entrĂ©e d’une mine de sel, Ă  Wieliczka (Pologne)

Patronage

Les catholiques prient donc sainte Barbe pour se protéger de la foudre, mais elle est aussi la patronne des architectes, des géologues, des pompiers, des mineurs (et par extension actuellement, des ingénieurs des Mines), des artilleurs, des sapeurs, des canonniers, des artificiers, des ingénieurs de combat, des métallurgistes et autres corporations liées au feu, dont les pétroliers militaires.

En particulier, le fort patronage que lui vouaient les mineurs de fond s’est progressivement transmis aux ouvriers et ingĂ©nieurs des travaux souterrains (tunnels, cavernes, etc.) avec la disparition progressive de l’industrie miniĂšre occidentale. De nos jours, une sainte Barbe trĂŽne toujours Ă  l’entrĂ©e des tunnels en construction pour protĂ©ger les ouvriers-mineurs des accidents de chantier.

Les empereurs byzantins vĂ©nĂ©raient particuliĂšrement ses reliques qu’ils firent transfĂ©rer au VIe siĂšcle Ă  Constantinople. Une partie fut emmenĂ©e en Italie par les VĂ©nitiens, et une autre au XIe par la fille d’Alexis ComnĂšne Ă  Kiev, oĂč elles se trouvent toujours Ă  la cathĂ©drale Saint-Wladimir de Kiev.

Chapelles et lieux de culte

Sainte Barbe, d'aprĂšs le manuscrit messin Les Heures de Toul, vers 1437-1452.
  • La chapelle Sainte-Barbe des Mines, Ă  Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire). D'abord Ă©glise de mineurs (charbon), elle est est devenue chapelle puis lieu d'animations culturelles depuis sa restauration par l'association du mĂȘme nom.
  • Une chapelle sur la commune du FaouĂ«t en Morbihan : construite en ex-voto Ă  flanc de colline, elle a la particularitĂ© d’ĂȘtre plus large que longue.
  • L’église Sainte-Barbe de KutnĂĄ Hora (actuelle RĂ©publique tchĂšque), ville miniĂšre de premiĂšre importance au Moyen Âge est dĂ©diĂ©e Ă  la patronne des mineurs.
  • La chapelle des mineurs de Faymoreau (vendĂ©e), c'est une chapelle dĂ©diĂ© au mineur oĂč il y a Ă©tĂ© installĂ© 19 vitraux d'art contemporain qui relatent l'histoire des mines (1827-1958).

Traditions liées au culte de sainte Barbe

Tradition stéphanoise

DĂ©file de la statue de la Sainte-Barbe Ă  Saint-Étienne

Le 4 décembre, la Sainte-Barbe, patronne des mineurs, défile dans les rues jusqu'aux différents puits de mines, ce défilé est généralement accompagné d'un spectacle. Le maire donnait traditionnellement un jour de congé à cette occasion.

Tradition savoyarde

Chaque premier samedi de dĂ©cembre, Ă  Bozel, Savoie la chapelle Sainte-Barbe est exceptionnellement ouverte, et une messe y est cĂ©lĂ©brĂ©e le matin. Puis s’ensuit une dĂ©gustation de soupe traditionnelle (haricots et lard), prĂ©parĂ©e dans la nuit dans un immense chaudron par les habitants et partagĂ©e entre toutes les personnes prĂ©sentes.

Tradition provençale

Le 4 dĂ©cembre, en Provence, chacun doit semer du blĂ© et des lentilles sur du coton imbibĂ© d’eau dans une coupelle. Une bonne pousse est signe d’abondance et de prospĂ©ritĂ©.

Tradition alsacienne

Le 4 dĂ©cembre en Alsace, on coupait des branches d’arbres fruitiers (en particulier le cerisier) qui Ă©taient placĂ©es dans un vase rempli d’eau. À partir de lĂ  il fallait quotidiennement couper un petit bout du pied de la tige et renouveler l’eau. Si on observe bien ces recommandations, les branches fleurissent vers NoĂ«l et une belle floraison est signe d’abondance.

Tradition libanaise

Le 4 dĂ©cembre, au Liban, les gens se dĂ©guisent et font du porte Ă  porte. Ils commĂ©morent la fuite de Barbara de la tour oĂč elle fut emprisonnĂ©e. Cette fuite n’aurait Ă©tĂ© guĂšre rĂ©ussie sans l’aide de ses amies qui lui donnĂšrent l’idĂ©e de se dĂ©guiser. La tradition veut aussi qu'elle se nourrissait de blĂ© lors de sa fuite. En mĂ©moire Ă  Sainte Barbe, ce soir lĂ , les libanais prĂ©parent un bouilli sucrĂ© fait de graines de blĂ© parfumĂ© Ă  l'anis. Offrant aux visiteurs qui cognent Ă  leur porte cette dĂ©licieuse collation, garnie d'une multitudes de graines, tel que; amande, pistache, pignon, noix... La fĂȘte de sainte Barbe intervient exactement Ă  3 semaines du jour de NoĂ«l le 25 dĂ©cembre.

Bretagne

La forme bretonne est Barba, prénom de la conteuse Barba Tassel, informatrice de Fañch an Uhel.

Cuba, Brésil

Dans la tradition afro-cubaine et afro-brésilienne la sainte est assimilée au dieu yoruba Xango (à prononcer Chango) dont elle était la premiÚre épouse et à qui elle doit ses pouvoirs sur le tonnerre.

Dans la tradition afro-brĂ©silienne, sainte Barbe est assimilĂ©e Ă  l'Oricha (ancĂȘtre divinisĂ©) Yorouba (peuple Nigeria) "Oya" connue Ă©galement sous le nom de "Yansan", qui fut l'une des Ă©pouses de Chango, 4e roi d'Oyo. Elle est la patronne du fleuve Niger en Afrique et gouverne les orages et la foudre dans la tradition du candomblĂ© brĂ©silien.

Le syncrétisme entre sainte Barbe et Yansan est au centre de la piÚce de théùtre de l'écrivain brésilien Dias Gomes intitulée "O Pagador de promessas" et qui a été adaptée au cinéma par Anselmo Duarte. Ce film a obtenu la palme d'or au festival de Cannes de 1962, sous le titre français de "La parole donnée".

Marine

Dans la marine ancienne, la sainte-barbe Ă©tait le nom de la soute Ă  munitions ou rĂ©serve de poudre Ă  canon. Le nom de "sainte-barbe" donnĂ© aux soutes Ă  munitions viendrait d’un glissement phonĂ©tique. À l’époque de l’epidum romain, entourĂ© d’une palissade, les produits dangereux Ă©taient stockĂ©s dans une enceinte extĂ©rieure dĂ©nommĂ©e naturellement "cincta barbara", enceinte barbare. Selon un gĂ©nĂ©ral français, le gĂ©nĂ©ral Chapel, par dĂ©formation de prononciation, cette locution serait devenue "sancta barbara", sainte barbe.

Sapeurs-Pompiers

Au sein des sapeurs-pompiers, la fĂȘte de la Sainte-Barbe est souvent associĂ©e Ă  un dĂ©filĂ© et Ă  un repas ou un bal. C'est pour eux le moyen de faire la fĂȘte et de remercier cette sainte qui protĂšge tous les sapeurs-pompiers. En son honneur, dans toutes les villes et les villages de France, des dĂ©filĂ©s sont organisĂ©s.

Autre

Le jour de la Sainte-Barbe, les enfants peuvent sortir avec des Ɠufs, de la farine ou de la mousse à raser et se les lancer dessus.

ATTENTION: Ceci est Ă  vĂ©rifier. En effet cette tradition dans le Nord se fait le 6 dĂ©cembre, jour de la Saint-Nicolas, fĂȘte des enfants et par extension des garçons.

À Paris la Sainte-Barbe donnait lieu Ă  de grandes batailles d'Ɠufs et farine entre lycĂ©es. Les dĂ©gradations Ă©tant de plus en plus consĂ©quentes, la tolĂ©rance s'est rĂ©duite et la tradition se perd dĂ©sormais.

Toponymie

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail du christianisme Portail du christianisme
Ce document provient de « Barbe la Grande martyre ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Barbe la Grande martyre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Barbe la grande martyre — Pour les articles homonymes, voir Sainte Barbe et Barbe (homonymie). Sainte Barbe par Robert Campin (1438) Barbe la g 
   WikipĂ©dia en Français

  • Barbe de NicomĂ©die — Barbe la Grande martyre Pour les articles homonymes, voir Sainte Barbe. Sainte Barbe Sainte Barbe (Barbara en grec et latin) est une sainte de l’É 
   WikipĂ©dia en Français

  • Sainte Barbe — Cette page d’homonymie rĂ©pertorie les diffĂ©rents sujets et articles partageant un mĂȘme nom. Pour les articles homonymes, voir Barbe (homonymie) et Sainte Barbe. Sommaire 
   WikipĂ©dia en Français

  • Fosse Sainte Barbe — Saint Waast Le puits Saint Waast au premier plan, et en arriĂšre plan, le puits Sainte Barbe. Puits Sainte Barbe 
   WikipĂ©dia en Français

  • Sainte barbara — Barbe la Grande martyre Pour les articles homonymes, voir Sainte Barbe. Sainte Barbe Sainte Barbe (Barbara en grec et latin) est une sainte de l’É 
   WikipĂ©dia en Français

  • MĂ©galomartyr — Barbe la grande martyre MĂ©galomartyr vient du grec megas, megali, « grand, grande Â» et martus marturos « tĂ©moin Â». Le nom commun mĂ©galomartyr qui signifie donc « grand martyr Â» est un titre que l usage et la… 
   WikipĂ©dia en Français

  • CathĂ©drale Sainte-Élisabeth de KoĆĄice — Pour les articles homonymes, voir Église Sainte Élisabeth et Sainte Élisabeth. CathĂ©drale Sainte Élisabeth de KoĆĄice 
   WikipĂ©dia en Français

  • Calendrier français des fleuristes 2011 — Le calendrier français dit des fleuristes est repris par le calendrier de la Poste (autrefois calendrier des postes) et par la plupart des agendas et des calendriers Ă©ditĂ©s en France. Sommaire 1 Un calendrier simplifiĂ© 2 Les informations donnĂ©es… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Pays messin — Pour les articles homonymes, voir messin. Le pays messin Ă©tait, depuis le Moyen Âge[prĂ©cision nĂ©cessaire], une entitĂ© territoriale formĂ©e par les villages aux alentours de Metz au Moyen Âge relevant du temporel de l Ă©vĂȘchĂ©. Sommaire 
   WikipĂ©dia en Français

  • ChĂąteau de Santa Barbara (Alicante) — ChĂąteau de Santa Barbara Vue nocturne Nom local Castillo de Santa BĂĄrbara PĂ©riode ou style Forteresse DĂ©but construction IXe siĂšcle 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.