Adrien Conus

Adrien Conus, né le 23 avril 1900 à Moscou, décédé le 1er septembre 1947 à Bangui, est un officier français.

Sommaire

Biographie

Né à Moscou en 1900, il gagne la France avec ses parents lors de la Révolution russe de 1917. Ingénieur, il est diplômé de l'École centrale de Paris. Lors de son service militaire, il participe aux combats du Maroc de 1924 à 1926. Ingénieur des travaux publics à Bangui, il est mobilisé comme sergent-chef de réserve en septembre 1939. En août 1940, il participe au ralliement de l'Oubangui-Chari et s'engage dans les Forces françaises libres. Promu sous-lieutenant en 1941, il rejoint le corps franc du 2e bataillon de marche de l'AEF (BM2) du colonel Robert de Roux, créé le 1er novembre 1940 à Bangui, où il est sous les ordres de Pierre-Louis Bourgoin.

Au début de janvier 1941, il quitte Bangui avec le BM2 pour le camp de Qastina, en Palestine, et prend part, en juin suivant, à la campagne de Syrie, où il mène des opérations remarquées avec son corps franc à Abou, Atriss-Kaden et Nébec.

En mai 1942, ses qualités d'ingénieurs lui permettent d'améliorer les patrouilles motorisés en montant sur les Bren Carrier britanniques un canon de 25 mm français. Elles ont infligé de lourdes pertes aux véhicules allemands dans la guerre du désert. Il participe notamment aux combats d'El Michellé et d'El Tellin. Lors de la bataille de Bir-Hakeim, il brise grâce ses Bren Carrier tous les assauts blindés germano-italiens dans son secteur. Lors de la sortie du 11 juin, son véhicule est détruit par un anti-char, et lui-même est blessé à l'épaule par une balle. Puis il passe à l’Experimental Work Shop du Middle East, où il met au point le canon « Conus Gun », un 75 mm français monté sur le châssis d'un camion, qui équipe deux pelotons de la bataille d'El Alamein à la campagne de Tunisie

En avril 1943, il rejoint le 1er régiment de marche de spahis marocains, au sein duquel il prend part à la campagne de Tunisie. Toutefois, un éclat d'obus le blesse au pied.

Parti en octobre 1943 pour Londres, où il passe une brève convalescence, il rejoint les parachutistes SAS du colonel Bourgoin. Au début de juin 1944, sous le pseudonyme de « Volume », il est parachuté dans l'Ain puis rejoint le maquis du Vercors, où il sert sous les ordres du colonel François Huet. Volontaire pour une mission de liaison avec le maquis de l'Oisans, il est capturé avec plusieurs camarades le 23 juillet, torturé et conduit à Saint-Guillaume (Isère), mais il parvient à échapper à son peloton d'exécution en se jetant dans un ravin et en se cachant dans un trou recouvert de feuilles. Il parvient à rallier le maquis de l'Oisans, où il fait son rapport, puis retourne vers le Vercors, où il participe aux combats du maquis du Dauphinois.

Nommé chef de bataillon en septembre 1944, il prend part à la campagne d'Allemagne au sein du commando A220 du colonel Duclos, qui intervient derrière les lignes ennemies.

Après la capitulation Allemande, il rejoint l'Indochine, où il met en place le commando Conus, une unité parachutiste. Sa santé déclinant en mars 1946, il quitte l'Indochine au début de juillet et rentre en France. Nommé lieutenant-colonel, il part en mai 1947 pour l'Afrique, où il est nommé inspecteur des chasses pour l'Afrique équatoriale française. Malade, il décède à l'hôpital de Bangui le 1er septembre 1947.


Décorations

Bibliographie

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Adrien Conus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Liste Des Agents Du SOE — Cet article présente la liste alphabétique d agents marquants du Special Operations Executive, avec quelques indications sommaires sur leur identité, sur le rôle qu ils y ont tenu et sur leur parcours. Pour accéder à des photographies d agents,… …   Wikipédia en Français

  • Liste des agents du SOE — Cet article présente la liste alphabétique d agents marquants du Special Operations Executive, avec quelques indications sommaires sur leur identité, sur le rôle qu ils y ont tenu et sur leur parcours. Pour accéder à des photographies d agents,… …   Wikipédia en Français

  • Compagnon de la Libération — ist der Titel von Personen, Ortschaften und militärischen Einrichtungen, die sich um die Befreiung Frankreichs während des Zweiten Weltkriegs verdient gemacht hatten und denen der durch Charles de Gaulle gestiftete Ordre de la Libération… …   Deutsch Wikipedia

  • List of Companions of the Liberation — Ordre de la Libération commemorative plaque in the Musée de l armée This is a List of the Companions of the Liberation, which consist of people, communities and military units that have been awarded the Ordre de la Libération. Contents …   Wikipedia

  • Liste Des Compagnons De La Libération — Voir aussi les articles Compagnons de la Libération, Ordre de la Libération et la Catégorie:Compagnon de la Libération. Sommaire : Haut A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Réseaux De La Section F Du SOE — Le tableau suivant présente les Réseaux de la section F du Special Operations Executive (SOE) (tableau partiel à compléter[1]). En formant ou en homologuant un réseau, la section F lui attribue un nom de code. C est généralement un nom de métier… …   Wikipédia en Français

  • Liste des Compagnons de la Libération — Croix de la Libération Pl …   Wikipédia en Français

  • Liste des réseaux de la section F du SOE — Le tableau suivant présente les Réseaux de la section F du Special Operations Executive (SOE) (tableau partiel à compléter). Sommaire 1 Présentation du tableau 2 Tableau 3 Missions interalliées 3.1 …   Wikipédia en Français

  • Liste de magiciens — Cette liste présente les noms des magiciens, mentalistes, prestidigitateurs, illusionnistes et autres professionnels des tours de magie, selon un classement par date de naissance. Sommaire 1 Nés dans la première moitié du XVIIIe siècle 2 Nés …   Wikipédia en Français

  • Brass Band Fribourg — Le Brass Band Fribourg est un orchestre suisse fondé en 1970 par Louis Graz et quelques musiciens de la Broye fribourgeoise et vaudoise à Estavayer le Lac. Il avait alors pour nom Ensemble Broyard d Instruments de Cuivre (E.B.I.C.). Après avoir… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.