√Čvang√©liaire de Reims

ÔĽŅ
√Čvang√©liaire de Reims
La Trinité.

L‚Äô√Čvang√©liaire de Reims est un √©vang√©liaire vieux-slave[1] du XIe si√®cle souvent appel√© ¬ę Texte du Sacre ¬Ľ en raison d‚Äôune l√©gende qui voulait voir en lui le livre saint sur lequel les Rois de France auraient, le jour de leur sacre, pr√™t√© serment. Cette l√©gende est fausse[1], mais a trouv√© son origine dans l‚Äôextr√™me faste avec lequel le cardinal Charles de Lorraine l‚Äôoffrit au Chapitre de la cath√©drale de Reims, apr√®s l'avoir rev√™tu d'une reliure pr√©cieuse abritant des reliques. Ce livre est l'un des plus anciens textes connus de la langue russe et il pourrait avoir √©t√© √©crit par saint Procope, qui mourut vers 1030. D√©j√† Pierre le Grand et Nicolas II, voyageant en France, se l'√©taient fait pr√©senter. ¬Ľ

La première partie du livre est écrite en alphabet cyrillique, la deuxième l’étant en glagolitique.

Sommaire

Description et histoire

La reliure √©tait rehauss√©e d'or, de pierres pr√©cieuses et de reliques, un fragment de la vraie Croix. Une notice dans les Archives de l'Archev√™ch√© de Reims pr√©cise : ¬ę Item, un livre dans lequel sont √©crits des √Čvangiles en langue grecque et syriaque (en marge du texte : selon d'autres en sclavonique) du don de seigneur cardinal de Lorraine fait la veille de P√Ęques, 1554. Icelui couvert d'argent dor√© d'un c√īt√© avec plusieurs pierres et cinq cristaux sous lesquels sont plusieurs reliques savoir la Vraie Croix, et des reliques de Saint Pierre et Saint Philippe, Ap√ītres, de Saint Silvestre Pape et de Saint Cyrille, de sainte Marthe et de Sainte Marguerite de l'Espagne, et de la ceinture de Notre-Seigneur, aux quatre coins sont les figures d'argent, √©maill√© de l'aigle, de l'homme et ce dit livre provient du Tr√©sor de Constantinople, et on le tient venir de Saint J√©r√īme et p√®se six marcs et six onces. ¬Ľ Selon Christophe Dolbeau[2], pierres pr√©cieuses, reliques et fragment de la Vraie Croix disparurent sans doute de la couverture du livre durant la R√©volution fran√ßaise. Dans son √©tat actuel, la reliure est en maroquin rose et date du XVe si√®cle.

L‚Äôexplicit, √©crit en Boh√™me, pr√©cise : ¬ę L'an du Seigneur 1395. Ces √©vangiles et √©p√ģtres sont √©crits en langue slavonne. Ils doivent √™tre chant√©s pendant l'ann√©e, pendant que l'abb√© officie pontificalement. Quant √† l'autre partie elle est suivant le rite ruth√©nique, elle a √©t√© √©crite de la propre main de saint Procope, abb√© et ce texte ruth√©nique fut offert par Charles quatre, empereur des Romains, aux slavons de ce monast√®re ci, en l'honneur de saint J√©r√īme, et de saint Procope, Dieu, veuillez lui donner le repos √©ternel[3]. ¬Ľ

La partie cyrillique, comporte en tout seize[3] feuillets √©crits recto verso. On a cru longtemps le texte r√©alis√© de la main de Saint Procope comme le mentionne l‚Äôexplicit, ce serait donc le plus ancien texte en vieux slave. De l‚Äôopinion de Corvinus Jastrzobski[3], ¬ę les t√™tes de chapitres et les majuscules initiales sont orn√©es d‚Äôune mani√®re peu √©l√©gante mais soign√©e. Ces ornements portent, en g√©n√©ral, le caract√®re de l‚Äôart byzantin des IXe et Xe si√®cles. ¬Ľ Ces feuillets, en tant qu‚Äôouvrage liturgique, sont incomplets. Ils commencent par les derniers mots du vingt-sixi√®me verset du chapitre VIII de l‚Äô√Čvangile selon Matthieu[3], contiennent des le√ßons du Nouveau Testament, suivant le rite gr√©co-catholique et d√©taillent les f√™tes pour certains jours de l'ann√©e, du 27 octobre au premier mars.

La partie glagolitique compl√®te la partie cyrillique[4] comprend 31 feuillets. Elle fut √©crite en 1395[4], sur commande de l‚Äôempereur du Saint-Empire et roi de Boh√™me, Charles IV[4], au clo√ģtre d'Emma√ľs[3], fond√© en 1347, o√Ļ priaient et travaillaient des moines b√©n√©dictins croates sp√©cialistes de l‚Äôalphabet glagolitique. Au clo√ģtre d'Emma√ľs, Charles IV, prince allemand par son p√®re et tch√®que par sa m√®re, tente une Ňďuvre Ňďcum√©nique au cŇďur de l'Europe, √† la fronti√®re entre les mondes slave et germain, catholique et orthodoxe. Il d√©cide de r√©tablir la liturgie en vieux slave cr√©√©e par Cyrille et M√©thode et de fonder un centre spirituel pour √©duquer et prof√©rer la foi catholique dans le monde slave en utilisant la langue d'√©glise qu'est le vieux slave. C‚Äôest dans ce contexte qu‚Äôil convient de situer la r√©daction en glagolitique de l‚Äô√Čvang√©liaire de Reims afin de compl√©ter un texte cyrillique d‚Äôimportance capitale aux yeux des croyants de l‚Äô√©poque qui l‚Äôattribuent √† saint Procope.

La partie glagolitique de l‚Äô√Čvang√©liaire comporte six belles enluminures en plus des lettres orn√©es : Sainte Anne avec la Vierge Marie dans ses bras, la Vierge Marie avec l‚Äôenfant J√©sus dans ses bras, la Nativit√©, saint J√©r√īme avec un lion, saint Pierre avec ses clefs, un √©v√™que et la sainte Trinit√©. Elles sont repr√©sentatives de la facture des enluminures tch√®ques au XVe si√®cle[3].

Le XVe si√®cle est marqu√©, en Boh√™me, par le premier schisme protestant qui entraine les guerres hussites. On peut imaginer que le monast√®re d'Emma√ľs, en tant que centre Ňďcum√©nique slavon perd alors de son importance. Toujours est-il qu‚Äôen 1451[4], le manuscrit est transf√©r√© √† Constantinople. Au milieu du XVIe si√®cle, probablement par l'interm√©diaire d‚Äôun certain Pal√©ocappas[3], peintre de Constantinople qui a fourni au cardinal Charles de Lorraine, plus d‚Äôun livre ou autre objet rare et pr√©cieux, l‚Äô√Čvang√©liaire est acquis et passe en France. Il est offert √† la biblioth√®que du chapitre de la cath√©drale de Reims √† la veille de P√Ęques, en 1554[3].

Le fait que l‚Äô√Čvang√©liaire e√Ľt servi lors du sacre des rois de France est une l√©gende infond√©e ou inv√©rifiable[3].

Les tsars Pierre Le Grand et Nicolas II[5] lors de leur visite en France vinrent voir l'√Čvang√©liaire de Reims. Au XIXe si√®cle, il y eu un renouveau d'int√©r√™t pour l'√Čvang√©liaire de Reims. V√°clav Hanka (cs) et le P√®re Ivan Martynov r√™vent chacun de le r√©√©diter. Le P√®re Martynov avec des caract√®res latins, avec des signes diacritiques tch√®ques, mais la r√©√©dition de Hanka (Prague, 1846) effectu√©e aux frais de Nicolas II, ne se vendit qu'√† sept exemplaires en Russie et le projet du P√®re Martynov ne se r√©alisa pas, car il mourut avant de pouvoir l'accomplir[6].

Notes et références

  1. ‚ÜĎ a et b Bulletin des biblioth√®ques de France, Chronique des biblioth√®ques, 1967 - Paris, t. 12, n¬į 9-10
  2. ‚ÜĎ Christophe Dolbeau, France - Croatie, Aper√ßu des relations entre le XIe et le XIXe si√®cle, Lyon 1994, ISBN 2-9503244-4-4 C. Dolbeau, p.26-27
  3. ‚ÜĎ a, b, c, d, e, f, g, h et i Corvinus Jastrzobski, Notice sur le texte du Sacre ; in Achille Fran√ßois et Jouffroy d'Abbans, Dictionnaire des inventions et d√©couvertes anciennes et modernes, page 384-396.
  4. ‚ÜĎ a, b, c et d Louis Paris, Jean-Baptiste Silvestre, √Čvang√©liaire slave, dit Texte du sacre, de la biblioth√®que de Reims, Biblioth√®que de l'√Čcole des chartes, 1854. pp. 192-194
  5. ‚ÜĎ Nicolas Ross, Saint-Alexandre-sur-Seine : l'√©glise russe de Paris et ses fid√®les, p.19-20
  6. ‚ÜĎ Louis L√©ger, La Renaissance tch√®que au XIXe si√®cle, sur Gallica pp. 39-40, 65-70, 78-80. et in Le Monde Slave, Louis L√©ger, Introduction au fac-simil√©, Hachette, Paris. 1902.

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Bibliographie

  • Louis Paris, √Čvang√©liaire slave dit Texte du Sacre de la Biblioth√®que de Reims, Librairies Didron et Techener, Paris, 1852.
  • Abb√© Charles Cerf, L‚Äô√Čvang√©liaire slave, manuscrit du texte du sacre, conserv√© √† la biblioth√®que de la ville de Reims, Acad√©mie de Reims.
  • Henri Jadart, Le dossier de l'√©vang√©liaire slave √† la biblioth√®que de Reims, Imp. de Paul Jacquin, Besan√ßon, 1902.
  • Corvinus Jastrzobski, Notice sur le texte du Sacre ; in Achille Fran√ßois et Jouffroy d'Abbans, Dictionnaire des inventions et d√©couvertes anciennes et modernes, page 384-396.
  • Vladimir Hawryluk, √Čvang√©liaire slave de Reims dit "Texte du Sacre", √©ditions Beaurepaire, 2009.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis √† la licence CC-BY-SA. Source : Article √Čvang√©liaire de Reims de Wikip√©dia en fran√ßais (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • √©vang√©liaire ‚ÄĒ [ ev…ĎŐÉ íelj…õr ] n. m. ‚ÄĘ 1721; euvangeliaire 1362; lat. eccl√©s. evangeliarium ‚ô¶ Livre contenant les passages des √Čvangiles lus ou chant√©s √† la messe pour chaque jour de l ann√©e liturgique. ‚áí missel. ‚óŹ √©vang√©liaire nom masculin (latin m√©di√©val… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • √Čvang√©liaire glagolitique ‚ÄĒ Texte du Sacre La Trinit√© Le Texte du sacre est un manuscrit, un √©vang√©liaire d origine slave qui fut acquis par l archev√™que de Reims, Charles de Lorraine, au milieu du XVIe ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Čvang√©liaire slave ‚ÄĒ Texte du Sacre La Trinit√© Le Texte du sacre est un manuscrit, un √©vang√©liaire d origine slave qui fut acquis par l archev√™que de Reims, Charles de Lorraine, au milieu du XVIe ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Čvang√©liaire slavon ‚ÄĒ Texte du Sacre La Trinit√© Le Texte du sacre est un manuscrit, un √©vang√©liaire d origine slave qui fut acquis par l archev√™que de Reims, Charles de Lorraine, au milieu du XVIe ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Čvang√©liaire ‚ÄĒ L‚Äô√©vang√©liaire est un livre liturgique chr√©tien contenant les passages des √Čvangiles lus les dimanches et aux f√™tes des saints, suivant le calendrier liturgique. Un des trois livres de la Messe avec le Missel et le Lectionnaire : Port√© en… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Čvang√©liaire de Liuthar ‚ÄĒ Repr√©sentation de l empereur Otton III (folio 16r.) dans une mandorle. Cette image est comment√©e par Ernst Kantorowicz dans Les Deux Corps du roi. Essai sur la th√©ologie politique au Moyen √āge (chap. III, ¬ß2). Voir la description compl√®te sur… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Reims ‚ÄĒ 49¬į 15‚Ä≤ 46‚Ä≥ N 4¬į 02‚Ä≤ 05‚Ä≥ E / 49.26278, 4.03472 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Čvang√©liaire d'Otton III ‚ÄĒ L √©vang√©liaire d Otton III (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 4453) est un manuscrit enlumin√© de la fin du Xe si√®cle ou du d√©but du XIe si√®cle. Il contient la version de la vulgate des quatre √©vangiles et divers commentaires,… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Čvang√©liaire d'Ebbon ‚ÄĒ Marc dans l √Čvang√©liaire d Ebbon (Figurine au trait en couleur) L √Čvang√©liaire d Ebbon est un manuscrit enlumin√© du IXe si√®cle (entre 816 et 823) qui contient les quatre √©vangiles. Commandit√© par Ebbon, archev√™que de Reims, le manuscrit est… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Čvang√©liaire de Lorsch ‚ÄĒ L √Čvang√©liaire de Lorsch (biblioth√®que apostolique vaticane, Pal. lat. 50, et Alba Iulia, Biblioteca Documenta Batthyaneum, s.n.), √©galement connu comme Codex Aureus Laurensius (en raison de sa localisation √† Lorsch et de ses lettres dor√©es), est ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.