École centrale de Lille

École centrale de Lille
LogoECLille.svg
Nom original 1854-1871: École des arts industriels et des mines
1872-1991: Institut industriel du Nord
Informations
Fondation 1854 - 1872
Type École d'ingénieurs
Établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel
Localisation
Coordonnées 50° 36′ 22″ N 3° 08′ 14″ E / 50.60600556, 3.1371550° 36′ 22″ Nord
       3° 08′ 14″ Est
/ 50.60600556, 3.13715
  
Ville Lille
Pays Drapeau de France France
Campus Cité Scientifique Villeneuve d'Ascq
Direction
Directeur Prof. Etienne Craye
Chiffres clés
Étudiants 1500
Niveau Bac+5 à Bac+8 (École doctorale)
Divers
Affiliation Groupe Centrale
PRES Université Lille Nord de France
TIME, IMCC, CGE, CDEFI
Site web www.ec-lille.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École centrale de Lille

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
École centrale de Lille
Façade de l'École centrale de Lille
Tour de l'École centrale de Lille
Centrale Lille - Rez
École centrale de Lille : Bâtiment historique (1875-1968) de l’Institut industriel du Nord
École centrale de Lille : Tour IDN - Institut industriel du Nord entre 1968 et 1991
Entrée du campus de Centrale Lille

L’École centrale de Lille aussi appelée Centrale Lille (EC-Lille) est une grande école d'ingénieurs généraliste française, établie en 1872 sous la dénomination institut industriel du Nord (IDN), héritière de l'école des arts industriels et des mines de Lille fondée en 1854. Elle est membre du groupe Centrale.

L’École centrale de Lille est située sur le campus de l’université des sciences et technologies de Lille, à Villeneuve-d’Ascq. Elle est l’une des écoles d’ingénieurs françaises assurant une formation du plus haut niveau scientifique, technique et entrepreneurial.

L’École assure les formations suivantes :

  • diplôme d'ingénieur Centrale Lille (Master)
  • neuf Masters recherche
  • doctorat dans six spécialités des sciences pour l'ingénieur
  • quatre Mastères spécialisés (MS)
  • diplômes de spécialités et doubles diplômes ingénieur et Masters scientifiques, architecture, gestion, finance, entrepreneuriat.

En incluant toutes les formations ainsi que les doctorants, l’école centrale de Lille compte en 2011 près de 1500 étudiants.

Sommaire

Lille Metro Logo.svg
Proche de la station de métro : Quatre Cantons.

Histoire et traditions

L’école centrale de Lille est plus que centenaire, avec une étape fondatrice en 1854 et une réforme de l'enseignement en 1872.

Article détaillé : La fondation de l'École en 1854.

L’origine de l'École centrale de Lille remonte à 1854 avec la fondation, sous le patronage de Frédéric Kuhlmann et de Louis Pasteur, de l'École des arts industriels et des mines, rue du Lombard dans le centre de Lille à proximité de la gare. Elle devint École impériale des arts industriels et des mines en 1862. L'essor de l'École et de la formation des ingénieurs subit une impulsion déterminante par la création de l’Institut industriel du Nord (IDN) dans les mêmes locaux en 1872.

C'est en 1875 que furent inaugurés des nouveaux bâtiments construits spécifiquement pour répondre aux besoins d'expansion de l'École au 17 rue Jeanne d'Arc à Lille dans le voisinage de la faculté des sciences et qui furent utilisés jusqu'en 1968. L'École et ses laboratoires de recherches s'installent en 1968 dans des locaux modernes[1] avenue Paul-Langevin dans le campus de l'université des sciences et technologies de Lille.

L'École rejoint le Concours Centrale-Supélec en 1972. Elle participe à la formation de l'intergroupe des Écoles centrales en 1991 et prend alors le nom d'École centrale de Lille[2]. L’École centrale de Lille est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel.

Par tradition (et d'après la section de Génie des origines de l'École), les première, deuxième et troisième années du programme Centralien de l'École s'appellent respectivement G1, G2 et G3.

Formations

Formation des ingénieurs Centrale Lille

  • Ingénieur diplômé de l'École centrale de Lille (grade 300 ECTS)

L'École centrale de Lille forme des ingénieurs généralistes de haut niveau au cours d'un cursus d'au moins trois ans, auquel peuvent être associés des masters doubles diplômes, éventuellement poursuivis par une thèse de doctorat.

Recrutement

Le recrutement des élèves-ingénieurs se fait principalement sur concours après les classes préparatoires aux grandes écoles (crédits > 120 ECTS). La voie d’accès principale est le Concours Centrale-Supélec, à l'issue des filières de classes préparatoires MP, PC, PSI, PT, TSI, ATS, mais une petite partie des étudiants est recrutée après des licences scientifiques (crédits 180 ECTS)[3] ou dans le cadre d'un programme de mobilité internationale tel que TIME (Top Industrial Managers for Europe).

L'admission à la formation d'ingénieur de l'École centrale de Lille s'effectue selon les modalités suivantes :

Programme centralien

La formation centralienne permet à chaque élève-ingénieur d'acquérir des bases méthodologiques et des connaissances dans de multiples disciplines scientifiques et techniques, appuyées sur une pratique dans un large éventail de domaines d'applications professionnelles ; elle intègre des compétences transversales en gestion-finance, sciences humaines et communications interculturelles, développant une approche globale de la complexité des projets.

Le Programme Centralien (crédits 180 ECTS) comporte deux ans de 'tronc commun', assurant un socle de formation scientifique technique et managériale, associé à des enseignements électifs[7], suivi d'au moins un an d'approfondissement caractérisé par le choix d'un génie disciplinaire et d'une filière professionnalisante[8] :

  • Filières métiers : Conception de produits et systèmes innovants ; Aménagement-Construction-Environnement ; Supply Chain Management ; e-commerce / e-business / e-santé ; Gestion-Audit-Conseil ; Entrepreneuriat ; Recherche
  • Génies (tronc commun et options d'approfondissement):
    • Management des organisations : Génie industriel, Gestion du cycle de vie de produits et systèmes de l'éco-conception au recyclage, Ingénierie de véhicules et infrastructures, Intégration de systèmes, Services et systèmes socio-économiques, Ingénierie financière, modélisation d’entreprise, Systèmes de transport et logistiques, ingénierie hospitalière et logistique pour la santé.
    • Mécanique avancée : Ingénierie mécanique, mécatronique ; Énergétique et machines ; Mécanique des fluides, aérodynamique, turbomachines, applications automobiles, ferroviaires, aéronautiques, énergétiques ; Mécanique des structures et des matériaux, science des matériaux et métallurgie.
    • Génie Civil : Bâtiment et travaux publics, organisation de la construction, géotechnique, sols et structures, matériaux et ouvrages, génie urbain, gestion de l’eau et des effluents, habitat intelligent et ville durable.
    • Matière-Energie-Vivant : Génie des procédés et de l'environnement, catalyse, biotechnologies, bio-raffinerie, valorisation de la biomasse et carburants, éco-matériaux, procédés industriels et leurs interactions avec l'environnement, traitement des pollutions.
    • Ondes, Nano-électronique et Télécommunications : Physique, matériaux actifs et intelligents, nanosciences, micro-électronique, micro-systèmes et nanotechnologies, acoustique, imagerie ondulatoire ultrasonore et électromagnétique, hyperfréquences, systèmes de communications, radiofréquences, photonique et optoélectronique.
    • Energie électrique et développement durable : Électronique, électrotechnique, automatique, contrôle et conception de systèmes électriques et électroniques, systèmes de conversion de l'énergie, production, distribution et stockage d'énergie, transports terrestres, véhicules électriques, chaînes de traction, systèmes hybrides, gestion d'énergie embarquée, commande et optimisation de réseaux électriques, intégration des énergies renouvelables dans les réseaux électriques, amélioration de l'efficacité énergétique
    • Information et systèmes décisionnels : Analyse de données, ingénierie de la décision, sûreté de fonctionnement, finance et risque, traitement du signal et de l'information, compression du contenu multimédia, machine learning, modélisation et commande robuste de systèmes complexes, systèmes non-linéaires et incertains, logiciel embarqué, automates et méthodes formelles, conception de systèmes automatisés, capteurs et actionneurs, réseaux de terrain, systèmes embarqués, machines autonomes et robotique.
    • Génie des systèmes de production : conception et conduite des systèmes de production, industrialisation, productique, méthodes-qualité et maintenance en production manufacturière automatisée, gestion de production.
    • Génie des systèmes d'information : Génie logiciel, sécurité et résilience des réseaux, communication et multimédia, informatique de gestion, e-commerce et mobilité.

L'approfondissement s'effectue généralement en une année à l'École, éventuellement associé à un Master (grade 300 ETCS), mais peut aussi s'incarner en deux ans d'échanges internationaux double-diplômants (grade 360 ETCS). La variété des combinaisons possibles (91 sans compter les possibilités à l'international) est caractéristique de la formation généraliste proposée, associant un socle de formation homogène et un parcours personnalisé.

À Centrale Lille, un accent particulier est mis sur l'innovation, le management de projet et l'entrepreneuriat, à travers l'activité-projet qui dure deux ans et conduit une équipe d'élèves à négocier, définir et réaliser un projet innovant pour un partenaire (entreprise, ONG, association, service public, laboratoire de recherche…)[9]. Il faut ajouter à cela trois stages (découverte de l'entreprise, mission technique, responsabilité ingénieur), qui sont l'occasion d'obtenir une première expérience professionnelle en entreprise, en France ou à l'étranger. Une année professionnalisante en entreprise est aussi possible comme année césure durant la scolarité à Centrale Lille (césure effectuée par 30 élèves en 2005-06, majoritairement une année de césure à l'international).

Masters recherche

  • Masters recherche (M2 : crédits 60 ECTS - 1 an)

L'École centrale de Lille propose huit spécialités de master recherche (M2) dans le domaine des sciences pour l'ingénieur [10] sur une durée d'un an, associés à ses laboratoires de recherche:

Outre les masters recherche (M2) associés aux laboratoires de recherche de Centrale Lille, d'autres masters scientifiques du PRES Université Lille Nord de France sont intégrables à la filère recherche de troisième année centralienne, notamment :

Ces masters recherche (M2) peuvent être suivis par les élèves-ingénieurs centraliens, en double diplôme associé à la filière recherche et aux génies disciplinaires de l'École. Ils constituent aussi des spécialités de deuxième année de master (M2) suivies par des étudiants de masters scientifiques (M1+M2) de l'Université Lille Nord de France.

  • Master anglophone (M1+M2 : crédits 120 ECTS - 2 ans)

L'École centrale de Lille propose un master anglophone en mécanique des fluides : "international Master on turbulence"[11], associée au Laboratoire de mécanique de Lille (LML), héritier des recherches lilloises en modélisation des turbulences initiées notamment par Boussinesq (1872), Kampé de Fériet (1919) et Martinot Lagarde (1946).

Les masters peuvent être le prélude d'une formation par la recherche menant à une thèse de doctorat dans le domaine des sciences pour l'ingénieur.

Doctorat

  • Doctorat de l'École centrale de Lille dans six spécialités[12](3 ans), associé à des bourses d'excellence Eiffel[13].

L'École centrale de Lille est membre fondateur de l'École doctorale des sciences pour l'ingénieur (ED-072 SPI) Lille Nord de France[14], comprenant 920 doctorants et 250 thèses soutenues annuellement[15]. Elle est aussi membre de l'École doctorale des sciences pour l'ingénieur (ED-287 SPI) pour le génie des systèmes industriels[16].

L'École centrale de Lille est habilitée par l'État à délivrer en propre le doctorat dans plusieurs spécialités des sciences pour l'ingénieur: doctorat en mécanique ; doctorat en génie civil ; doctorat en génie électrique ; doctorat en automatique, génie informatique, traitement du signal et image ; doctorat en micro et nanotechnologies, acoustique et télécommunications ; doctorat en génie des systèmes industriels.

Mastères spécialisés

  • Mastères (MS) spécialisés (crédits 75 ECTS - 1 an)

La formation de Mastère spécialisé s'adresse à des ingénieurs diplômés et à des professionnels titulaires d'un Master ou équivalent, souhaitant se spécialiser dans l'un des domaines proposés.

L'École centrale de Lille propose les formations de Mastère spécialisé suivantes[17] sur une durée d'un an  : mastère spécialisé productique et informatique avancée ; mastère spécialisé technologies des systèmes hybrides de production d'électricité et de chaleur ; mastère spécialisé systèmes de transports ferroviaires et guidés ; mastère spécialisé en création d'entreprise et entrepreneuriat.

Diplômes de spécialités et doubles-diplômes

L’école centrale de Lille a tissé un réseau de coopérations académiques et de recherches, régionales et transnationales.

L'École centrale de Lille a fondé en 1992, à Lens, l’Institut de Génie Informatique et Industriel (IG2I), qui forme des ingénieurs aux technologies de l’information et de la communication (diplôme de spécialité en génie informatique et industriel) et constitue une formation longue alternative aux Master en génie informatique, systèmes, machines autonomes et réseaux de terrain et Master en modélisation et management des organisations proposés sur une durée d'un an par Centrale Lille.

L'École centrale de Lille a ouvert en 2003 un département dénommé Institut technologique européen d'entrepreneuriat et de management (Iteem) fondé en partenariat avec l'École supérieure de commerce de Lille (Skema Business School) : il forme des ingénieurs managers entrepreneurs (diplôme de spécialité en génie industriel et entrepreneurial) et constitue une formation longue alternative à l'année de Mastère Spécialisé en création d'entreprise et entrepreneuriat[18] proposé par Centrale Lille.

L'École centrale de Lille coopère sur les plans académique et recherche au sein du Groupe Centrale avec l'École centrale de Lyon, l'École centrale de Marseille, l'École centrale de Nantes, l'École centrale de Paris, l'École centrale de Pékin. Initiée en 1985 avec l'École centrale de Paris, la mobilité des élèves-ingénieurs entre Écoles centrales permet en particulier d'accéder à leurs spécialités durant l'année d'approfondissement (2+1 an).

L'École centrale de Lille a passé des accords de doubles diplômes avec des écoles et instituts technologiques partenaires dans le monde et en France dès le XIXe siècle, facilitant l'individualisation des parcours de formation des élèves-ingénieurs. Cela concerne :

Mobilité internationale

Une formation internationale francophone et anglophone, germanique, hispanique, lusophone, italienne, russophone, arabophone, chinoise et japonaise est mise en œuvre[19] par Centrale Lille avec ses partenaires internationaux.

L'École centrale de Lille accueille 20% d'élèves en mobilité internationale chaque année, notamment dans le cadre du programme TIME (Top Industrial Managers for Europe), ou pour suivre un master recherche et un doctorat dans un laboratoire de l'École. Plus de 15 pays sont représentés sur le campus Centrale Lille[20]. Actuellement ces élèves viennent des meilleures universités chinoises (Tsinghua, Jiaotong notamment) et brésiliennes (Universidade de São Paulo), mais aussi d'un grand nombre de pays (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Russie, Corée du Sud, Japon...). D'autres étudiants participent au programme IMCC-USA. En outre, des étudiants notamment issus de pays de la Francophonie intègrent l'École centrale de Lille via le Concours Centrale-Supélec ou pour une mobilité de doctorat en co-tutelle internationale.

En parallèle de l'accueil d'étudiants internationaux, « un nombre équivalent de jeunes centraliens de Lille part effectuer une partie de leurs études à l'étranger. »[20]. Plus du quart des élèves-ingénieurs effectue leur troisième année d'étude à l'international (2+1 ans), par exemple dans une des universités suivantes : Technische Universität München (Allemagne), Brunel University Uxbridge London (Grande-Bretagne), Cranfield University (Grande-Bretagne), Manchester University (Grande-Bretagne), Universidad Politécnica de Madrid (Espagne), Universidad de Zaragoza (Espagne), École polytechnique de Turin (Italie), Institut royal de technologie de Stockholm (Suède), University of Texas at Austin (États-Unis). En outre, des élèves-ingénieurs peuvent acquérir une expérience professionnelle internationale au travers d'une année de césure entre la deuxième et la troisième année d'étude. Par ailleurs, des élèves-ingénieurs participent à partir de la troisième année au programme TIME, permettant d'effectuer deux années d'échanges dans une université partenaire après deux ans passés à Centrale Lille (2+2 ans) et obtenir un double-diplôme de master : en 2005-06, le nombre d'élèves-ingénieurs concernés est de : États-Unis 6, Brésil 2, Chine 6, Grande-Bretagne 15, Espagne 6, Italie 6, Autriche 2, Suède 6, Danemark 7, Belgique (ingénieur-architecte) 3, Japon 3, Allemagne 1, Norvège 2.

Ce qui fait que par le biais de promotions incluant 20% d'élèves étrangers[21], de stages professionnels ou d'année de césure à l'international en entreprise, de dernière année d'étude dans une université étrangère et de filières double diplôme internationales impliquant 25% des élèves français[22], tout élève-ingénieur doit avoir une expérience significative[23] à l'international pour être diplômé : tous les Centraliens de Lille ont l'opportunité d'une acculturation et d'une maîtrise des réalités mondiales.

L'École centrale de Lille est aussi participante à des mobilités internationales dans le cadre Erasmus Mundus External Cooperation Window pour des étudiants en masters, doctorats et post-doctorats et des enseignants-chercheurs.

Pôle de recherche & innovation

Boussinesq.jpg
Propagation d'ondes et effets non-linéaires - Modèlisation par Approximation de Boussinesq
Joseph Boussinesq: Professeur à l'École centrale de Lille de 1872 à 1886

L'École centrale de Lille est active dans l'École doctorale des sciences pour l'Ingénieur[24] de l'université Lille Nord de France. Elle est habilitée à délivrer le Doctorat dans 6 spécialités[12] ; elle héberge et contribue à l'activité de nombreux laboratoires, dont 4 sont des Unités Mixtes de Recherche (UMR) CNRS qui ont obtenu le label d'excellence Carnot[25].

Thèmes de recherche: ingénierie des systèmes informatiques et réseaux, réseaux de capteurs sans fil, e-commerce et mobilité, informatique ubiquitaire, modélisation Bond Graph et réseau de Petri, mathématique et ingénierie de la décision, systèmes non linéaires et à retards, commande et estimations non-asymptotiques, automatique continue et systèmes à événements discrets, sûreté de fonctionnement des systèmes dynamiques, vision artificielle et processeurs d'images, plateforme train de véhicules légers, robotique mobile

Thèmes de recherche: mécanique des fluides, écoulements tournants et turbulents, hydrodynamique et aérodynamique automobile, ferroviaire et aéronautique, turbo-machines, mécanique des solides et des sols, milieux poreux, lixiviation de sédiments, contrôle et durabilité des ouvrages en béton, calculs de structures, mécanique de la rupture et matériaux, fiabilité mécanique, micro-mécanismes de déformation, d'endommagement et de fatigue, assemblage, fonderie, emboutissage, couplages thermo-hydromécaniques et chimiques, systèmes de freinage contact-surfaces, réduction des bruits de freinage et de roulement

Thèmes de recherche: électronique de puissance, convertisseurs et stockage d'énergie, électronique pour pile à combustible et éolienne, modélisation et commande, optimisation en électronique de puissance, conception et modélisation d’actionneurs électriques, de moteurs et d’alternateurs, modélisation énergétique et gestion d'énergie des véhicules hybrides et électriques, commande de systèmes de traction électrique et gestion de l’énergie électrique embarquée, modélisation de réseaux électriques et smart grid, modélisation électromagnétique, gestion de l'énergie électrique, outils et méthodes numériques,

Micro-Nanotechnologies : Micro-système micro-actionneur magnéto-électro-mécanique (MEMS)

Thèmes de recherche: microélectronique, nanoélectronique et optoélectronique, photonique, matériaux et nanostructures, métamatériaux, structures à bande interdite électromagnétique, physique des nanostructures et des composants quantiques, microtechnologies et microsystèmes, microfluidique, circuits et systèmes de télécommunications, acoustique

Thème de recherche : Systèmes de détection et imagerie ultrasonores, acoustique non-linéaire des solides, retournement temporel - conjugaison de phase magnéto-acoustique, étude des propriétés acoustiques de matériaux magnétiques ; développement d’applications en imagerie médicale, contrôle non-destructif et prospection géophysique ; actionneurs magnéto-statiques pour micro-valves de contrôle d'écoulements aéroliques, micro-systèmes magnéto-mécaniques de contrôle actif de décollement et de couche limite

Thèmes de recherche: génie industriel, méthodes pour l’ingénierie des systèmes et des projets, modélisation des organisations et des systèmes complexes, management des organisations, ingénierie de la connaissance, sociologie de l'innovation et de l'entrepreneuriat, économie et sciences de l'entreprise.

Thèmes de recherche: génie des procédés, catalyse hétérogène, chimie du solide, synthèse organo-métallique et catalyse, traitement par voie catalytique de la pollution, échangeurs de chaleur, production et stockage d'hydrogène, procédé Fischer-Tropsch de synthèse d'hydrocarbures, réactions de valorisation des alcanes légers et des composés issus de la biomasse, bio-raffinerie, électronique organique et plastiques végétaux, éco-matériaux et matériaux bio-sourcés issus de ressources renouvelables

Nouvel élément chimique Thallium isolé et identifié par spectrométrie en 1861-1862 par Claude Auguste Lamy, professeur à l'École centrale de Lille
  • Pôle fonderie : équipe de recherche[31] et plateforme technologique en sciences des matériaux et procédés métallurgiques

Thèmes de recherche : fusion induction, élaboration et caractérisation de métaux sous vide, coulée sous vide d'aciers inoxydables, nouveaux alliages pour utilisation extrême (haute température – froid – corrosion), matériaux à matrice composite, réactivité des solides avec les métaux liquides, galvanisation, séparation et désassemblage métallurgique, recyclage et valorisation des métaux

Thèmes de recherche : atelier flexible de production manufacturière automatisée, ordonnancement des processus de l'usine numérique, commande numérique, téléopération et commande haptique, recherche interdisciplinaire en prothèses, biocapteurs et micro-actionneurs médicaux[32], environnement chirurgical numérique[33], ingénierie hospitalière et logistique pour la santé[34]

Thèmes de recherche sur les transports terrestres : ingénierie pour la conception intégrée des véhicules et d’infrastructures intelligentes[35], systèmes de transports innovants, ferroviaires et guidés, sécurité et intermodalité des transports de passagers et de fret[41], exploitation et régulation des systèmes de transports urbains.

Thèmes de recherche en logistique : soutien logistique intégré des grands systèmes, supply chain management, logistique pour l'industrie du commerce, optimisation des systèmes logistiques.

La recherche à Centrale Lille est associée au Collège doctoral européen Université Lille Nord de France[42] [43].

Elle bénéficie de synergies avec les laboratoires de recherche dans le voisinage de l'École centrale de Lille :

L'École centrale de Lille possède une structure de recherches industrielles appliquées, d'innovation et d'incubation d'entreprises. Elle est associée à la SATT Lille Nord de France Valo (Société accélératrice du transfert technologique).

Vie étudiante

La vie étudiante centralillienne est riche d'associations et d'évènements qui l'animent à l'École ou à la Résidence, et cela tout au long de l'année. Leopedia[44] est l'encyclopédie de la vie associative de Centrale Lille.

Événements

  • le WEI et le Gala [45]
  • Le Forum Rencontre [46], où Centrale Lille accueille une centaine d'entreprises
  • Les Montgolfiades Centrale Lille [47], meeting aérostatique avec l'envol d'une vingtaine de montgolfières
  • Lille aux Echecs [48], compétition publique de jeux de société et simultanée d'échecs avec un grand maître international

Les lieux clés de la vie étudiante

La résidence Vinci

Avec près de 600 logements, la résidence Léonard de Vinci (la Rez) située, elle aussi, sur la Cité Scientifique accueille la quasi-totalité des étudiants de l'École. En effet, sa proximité avec l'École et les services qu'elle procure, font que les premières années viennent s'y installer, et qu'ils y restent généralement jusqu'à la fin de leur scolarité. Pourtant, son excentricité par rapport au centre de Lille accessible par métro en 15 minutes, fait que, généralement en dernières années d'étude, certains élèves-ingénieurs et thésards préfèrent expérimenter la vie urbaine, seuls ou en collocation. La résidence possède sa propre chaîne de télévision le CLAP, qui diffuse régulièrement des émissions et reportages inédits.

Le Foy'

Cœur de la Rez, le Foyer (Foy') est le lieu où se déroulent la plupart des évènements de la Rez. Et les jours moins chargés, la Foy's Team se charge de tenir des créneaux d'ouverture de celui-ci pour que les étudiants puissent venir se détendre autour d'une partie de billard, un baby foot ou des jeux de société.

Le Couloir des Assoces

Situé à l'École, il est bordé d'un côté par la Cafet' et de l'autre par les locaux des associations étudiantes (certaines assoces ont un local à la Rez et non à l'École). C'est le lieu le plus vivant de l'École, où tout le monde se retrouve aux pauses et où sont affichés tous les évènements à venir.

Vie sportive et culturelle

  • Une trentaine d'associations et clubs, dont 14 clubs sportifs
  • Le F'ti[49] et Léopedia
  • La Fanfare Ze Big Bandhoulle [50]
  • Les Mots dits, troupe de théâtre
  • Le Rézoléo [51], commission informatique des élèves-ingénieurs

Personnalités connues associées à l'École centrale de Lille

Notoriété des anciens élèves

Parmi la douzaine de milliers d'entrepreneurs et acteurs industriels référencés dans l'annuaire de l'Association des Centraliens de Lille[52], notons les personnalités suivantes (année de promotion entre parenthèses):

Professeurs célèbres de l'École centrale de Lille

Notes, sources et références

  1. Les Centraliens de Lille sont des ingénieurs généralistes, héritiers de la notion d'honnête homme inventée au XVIIe siècle et qui suppose une représentation unifiée des savoirs pluridisciplinaires applicables dans les multiples secteurs d'activités. Cette approche s'illustre dans l'affirmation de Blaise Pascal selon laquelle « il est bien plus beau de savoir quelque chose de tout que de savoir tout d'une chose. Cette universalité est la plus belle ».
    Plan 3D de l'École centrale de Lille aujourd'hui sur http://sketchup.google.fr/3dwarehouse/.
  2. École centrale de Lille - L'histoire de l'École sur http://www.ec-lille.fr/.
  3. a et b CASTing - Concours d'admission sur titre ingénieur, titulaires licence L3 ou master M1 sur http://www.ec-lille.fr/.
  4. Top Industrial Managers for Europe : : site web TIME sur http://www.time-association.org/. ; Partenariats TIME : Doubles diplômes dans toute l'Europe. Notons en particuliers les partenariats doubles-diplômes de l'Euro-région Lille-Flandres-Belgique ; Faculté polytechnique de Mons - double diplôme Master Ingénieur civil - Architecte Double diplôme Master Ingénieur civil - architecte sur http://www.fpms.ac.be/. ; Université libre de Bruxelles Université Libre de Bruxelles sur http://www.ulb.ac.be/. - ULB → Centrale Lille. -Centrale Lille → ULB. ;
  5. Top Industrial Managers for Europe : TIME Overseas sur http://www.ec-lille.fr/.
  6. L'EDHEC et l'Ecole Centrale de Lille créent un double diplôme. sur http://www.edhec-grande-ecole.com/.
  7. La formation d'ingénieur Centrale Lille - les deux premières années
  8. La formation d'ingénieur Centrale Lille - la troisième année
  9. Questions de pédagogie dans l'enseignement supérieur : nouveaux contextes, nouvelles compétences : Troisième Colloque organisé à Lille, du 1er au 3 juin 2005 par l'École centrale de Lille, Villeneuve d'Ascq, Centrale Lille, 2005, 430 p. (notice BNF no FRBNF40003372w) 
  10. Masters recherche Centrale Lille sur http://www.ec-lille.fr/.
  11. international Master on turbulence sur imp-turbulence.ec-lille.fr.
  12. a et b Spécialités de doctorat Centrale Lille sur http://www.ec-lille.fr/.
  13. Bourses d'excellence Eiffel sur http://www.egide.asso.fr/.
  14. École doctorale numéro 72 : sciences pour l'ingénieur (SPI) Lille Nord de France: laboratoires LAGIS, LML, L2EP, IEMN
  15. École centrale de Lille: Graduate School of Engineering - École doctorale des sciences pour l'ingénieur (ED-072) Lille Nord de France
  16. École doctorale numéro 287 : sciences pour l'ingénieur (SPI) ; Établissements co-accrédités : École centrale de Paris (support) et École centrale de Lille - laboratoire LM2O
  17. Mastères (MS) spécialisés Centrale Lille sur http://www.ec-lille.fr/.
  18. Mastère Spécialisé en création d'entreprise et entrepreneuriat sur http://www.mastere-creation-entreprise.com/.
  19. Hélène Catsiapis, Langues et vidéo : l'enseignement des langues vivantes assisté par vidéo, Villeneuve d'Ascq, GERFIDN, 1991, 154 p. (notice BNF no FRBNF35479830h) 
  20. a et b Mobilité internationale Centrale Lille
  21. La proportion totale d'élèves étrangers présents à l'École centrale de Lille est en fait bien supérieure à 20% si l'on inclut les élèves francophones qui intègrent l'École via le concours Centrale-Supélec et dont le cursus est assimilé à celui des élèves français. Par contraste, les élèves issus d'échanges avec des université étrangères (TIME, IMCC) bénéficient d'un soutien linguistique pour apprendre le français en formation accélérée. En outre, de nombreux doctorants et chercheurs invités issus de coopérations de recherches internationales sont présents dans les laboratoires de l'École centrale de Lille.
  22. 25% des Centraliens de Lille sont double-diplômés.
  23. La médiane d'expérience internationale des Centraliens de Lille est de sept mois, avec un maximum de deux ans à l'étranger.
  24. École doctorale Sciences pour l'Ingénieur sur http://edspi.univ-lille1.fr/.
  25. Laboratoires de recherche Centrale Lille
  26. INRIA Lille - Institut national de recherche en informatique et en automatique sur http://www.inria.fr/.
  27. Génie électrique Futurelec Lille sur http://www.univ-lille1.fr/.
  28. pôle de recherche technologique MEDEE (Maîtrise énergétique des entraînements électriques)
  29. IEMN : Institut d'électronique de microélectronique et de nanotechnologie sur http://www.instituts-carnot.eu/.
  30. Unité de Catalyse et de Chimie du Solide (Lille).
  31. Équipe de recherche Centrale Lille en sciences des matériaux et procédés pour fonderie, plateforme technique d'élaboration des métaux » (UMR CNRS 8107) sur http://www.ec-lille.fr/.
  32. Biocapteurs et micro-actionneurs pour le diagnostic et les traitements de la médecine personnalisée, simulateurs biomécaniques d'organes, e-santé en association avec le pôle de compétitivité Nutrition Santé Longévité (NSL) de Lille
  33. A Lille, la recherche s'expose sur 200 m² sur le plateau INRIA – EuraTechnologies
  34. Recherche interdisciplinaire en logistique pour la santé: Laboratoire LAGIS et Institut lillois d'ingénierie de la santé (ILIS) - Faculté d'ingénierie et management de la santéUniversité Lille 2 - Faculté d'ingénierie et management de la santé
  35. a et b Équipe de recherche Centrale Lille en Logistique, transports innovants et ferroviaires sur http://www.ec-lille.fr/.
  36. Centre d'essais ferroviaire du Nord-Pas-de-Calais
  37. INRETS Lille : Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité sur http://www.inrets.fr/.
  38. Railenium : Institut Européen de Recherche Technologique pour l’infrastructure ferroviaire sur www.rff.fr
  39. Pôle de compétitivité i-Trans sur http://www.i-trans.org/.
  40. GRRT - Groupement régional pour la recherche dans les transports sur http://www.grrt.fr/.
  41. CISIT cluster - International Campus on Safety and Intermodality in Transportation, Campus International sur la Sécurité et l'Intermodalité des Transports sur http://www.cisit.org/.
  42. Collège doctoral européen sur http://cde.univ-lille1.fr/.
  43. Serveur de thèses sur http://tel.archives-ouvertes.fr/.
  44. Leopedia sur http://leopedia.ec-lille.fr/.
  45. Le Gala sur http://gala.ec-lille.fr/.
  46. Forum Rencontre sur http://www.forum-rencontre.fr/.
  47. Les Montgolfiades Centrale Lille sur http://montgolfiades.ec-lille.fr/.
  48. Lille aux Echecs sur http://lae.ec-lille.fr/.
  49. Le F'ti est le journal des élèves-ingénieurs, successeur des journaux des élèves publiés depuis 1894, tels que (L'Élève-ingénieur. Journal hebdomadaire des élèves de l'Institut industriel du Nord de la France (IDN), Lille, Institut industriel du Nord de la France, 1894-1900 (notice BNF no FRBNF32766138h) [lire en ligne]  et Fourre tout, Lille, Institut industriel du Nord, 1970-1995 (notice BNF no FRBNF343672060) 
  50. Fanfare sur http://fanfare.ec-lille.fr/.
  51. Site du Rézoléo sur http://rezoleo.ec-lille.fr/. ; Rézoléo sur Léopedia sur http://leopedia.ec-lille.fr/.
  52. Association des Centraliens de Lille sur http://www.centraliens-lille.org/. ; les ingénieurs des promotions entre 1860 et 2002 sont identifiés dans les annuaires disponibles pour recherches à la Bibliothèque nationale de France, cote 4-J0-13860 (notice BNF no FRBNF326959874) et cote 8-JO-32182 (notice BNF no FRBNF370134053) i.e. (ISSN 1147-8047, 1147-8055 et 1147-8039) (ISSN 1267-7116, 1287-809X et 1296-2562)
  53. Odette Hardy-Hémery, Trith-Saint-Léger du premier âge industriel à nos jours, Villeneuve d'Ascq, Presses Univ. Septentrion, 2002 (ISBN 2-85939-768-X et 9782859397685) [lire en ligne] 
  54. Assemblée nationale (France), « Jules Sirot »
  55. Ludovic Breton, Étude stratigraphique du terrain houiller d'Auchy-au-Bois : théorie sur le prolongement au sud de la zone houillère du Pas-de-Calais, et comparaison des terrains houillers d'Auchy-au-Bois et du Boulonnais, Lille, impr. de Danel, 1887, 1 vol.(65 p.-XVII p. de pl.);in-8 [lire en ligne]
    (notice BNF no FRBNF30159489f)
     
  56. Pierre Duffaut et Patrick Margron, Le Tunnel sous la Manche: géologie et géotechnique : actes des journées d'études organisées par l'Ecole nationale des ponts et chaussées, Paris, 31 mai-1er juin 1989, Paris, Presses de l'Ecole nationale des ponts et chaussées, 1989 (ISBN 2-85978-137-4 et 9782859781378) [lire en ligne]  ; Bertrand Lemoine, Le tunnel sous la Manche, Le Moniteur, 1994 (ISBN 2-281-19080-3 et 9782281190809) [lire en ligne]  ; Lyne Cohen-Solal et Bernard Sasso, Histoire du tunnel sous la Manche: chronique d'une passion franco-anglaise, Lieu Commun, 1994 (ISBN 2-86705-188-6 et 978-2867051883) 
  57. Désiré Mallet (1862) sur http://sippaf.ish-lyon.cnrs.fr/. Consulté le http://www.communes.com/nord-pas-de-calais/nord/croix_59170/cartes-postales-anciennes,7.html.
  58. Étienne Batteur, Statistique des accidents survenus pendant une période de 8 années, 1884-1892, dans l'industrie de l'arrondissement de Lille (Nord)
    (notice BNF no FRBNF31773192n)
     
  59. Congrès international des accidents du travail et des assurances sociales. Comité permanent, vol. 13, 1902 
  60. Cartes postales anciennes de Croix, La plus haute Cheminée de France sur http://www.communes.com/nord-pas-de-calais/nord/croix_59170.
  61. Goblet, Alfred (1845-1923) sur http://sippaf.ish-lyon.cnrs.fr/.
  62. Qui êtes-vous?: Annuaire des comtemporains; notices biographiques, C. Delagrave, 1924 [lire en ligne] 
  63. Andrée Corvol, Les sources de l'histoire de l'environnement, Paris, L'Harmattan, coll. « Direction des archives de France, Institut d'histoire moderne et contemporaine (CNRS) », 2003 (ISBN 2-7475-3792-7 et 9782747537926) [présentation en ligne] 
  64. Annuaire des anciens élèves de l'Institut industriel du Nord, 1860-1892, publié en 1892
  65. Hubert Bonin, Histoire de la Société générale: Tome 1, 1864-1890 La naissance d'une banque moderne, Librairie Droz, 2006 (ISBN 2-600-01038-6 et 9782600010382), p. 364-365 
  66. Procédés Huglo sur http://v3.espacenet.com/.
  67. Dominique Barjot, Les entrepreneurs français de travaux publics et l'équipement en infrastructure de base de l'Europe méditerranéenne (fin des années 1890 - 1914), 2000 (ISBN 2-85399-452-X et 9782853994521) [présentation en ligne] 
  68. Charles Roger (1908) - Biographie sur http://sippaf.ish-lyon.cnrs.fr/.
  69. Nécrologie de Jean Faure (1891) sur http://sippaf.ish-lyon.cnrs.fr/.
  70. Qui êtes-vous?: Annuaire des contemporains; notices biographiques, Volume 3, 1924.
  71. (fr)The World's First Air Racing Pilots - Part 3: Cockburn, Curtiss, Latham and Lefebvre sur www.ipmsairrace.org/. Consulté le 29 septembre 2011.
  72. Marie-Christine Damagnez et Michel Damagnez, Eugène Lefebvre, Premier Pilote Victime de l'Aviation, Editions Delattre, 2006, 144 p. (ISBN 2-915907-22-6) 
  73. Henri Godfroid, ancien directeur-fondateur des laboratoires Citroën, directeur technique de l'Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle Henri Godfroid, Métallurgie pour mécaniciens : Propriétés générales des alliages, leur traitement thermique, Paris, La Chapelle-Montligeon, Impr. de Montligeon, coll. « Société de publications mécaniques », 1950 (réimpr. 1959), In-8° (240 x 160), 378 p., fig., pl. 2 000 fr. [D. L. 4455]
    (notice BNF no FRBNF32174558x) (notice BNF no FRBNF321745598)
      Henri Godfroid, Les Métaux en poudre comprimée dits "frittés" : conférence prononcée, le 19 mars 1946 à la Société des ingénieurs de l'automobile, Paris, Lang, Blanchong et Cie, 1946, In-4° (270 x 210), 12 p., fig.
    (notice BNF no FRBNF32174560g)
     
  74. Paul Béard, ingénieur conseil en organisation, PDG de la SAFAL, directeur gérant de la Manufacture lilloise de chaîne.Paul Béard, Particularités de l'organisation dans l'industrie textile, vol. École d'organisation scientifique du travail. Leçon n° 58, Paris, 1942
    (notice BNF no FRBNF31780219b)
     
  75. Olivier Dard, Paul Béard, in Jean Coutrot de l'ingénieur au prophète, vol. 683, Presses Univ. Franche-Comté, coll. « Annales littéraires de l'Université de Franche-Comté », 1999 (ISBN 2-913322-06-9 et 9782913322066) [présentation en ligne] 
  76. Biographie de Jean Hélion sur http://www.guggenheimcollection.org/.
  77. Maurice Piettre et André Mannschott, Introduction aux diverses techniques de conservation des denrées périssables: technique frigorifique, Eyrolles, 1934 [présentation en ligne] 
  78. André Fauquet (préf. André Martinot Lagarde), Sur l'application de la théorie des lignes portantes à des ailes munies de spoilers, Paris, Service de documentation et d'information technique de l'aéronautique, coll. « Publications scientifiques et techniques du Ministère de l'air / 289 »
    (notice BNF no FRBNF320944028)
     
  79. Bernard Wouts sur http://www.executives.com.fr/.
  80. Principaux responsables du groupe Prisma Presse sur http://www.prisma-presse.com/.
  81. Pierre Borne sur http://p.borne.ec-lille.fr/.
  82. Direction financière de Total sur http://www.cfo-news.com/.
  83. Claude Graff sur http://www.schneider-electric.com/.
  84. Olivier Jacquesson sur http://www.sanofi-aventis.com/.
  85. Jacques Leost sur http://journeesdupetrole.aftp.net/.
  86. Un remaniement pas si «technique» sur http://www.liberation.fr.
  87. Assemblée nationale (France), « Marc-Philippe Daubresse »
  88. Philippe Bonnave sur http://www.bouygues-construction.com/.
  89. Luc Valaize, DG du Groupe TIRU, élu Président du SVDU sur http://www.tiru.fr.
  90. Geneviève Dauphin-Tanguy sur http://lagis.ec-lille.fr/.
  91. Patrick Cocquet sur http://www.csti.pm.gouv.fr/.
  92. Jean-Pierre Richard sur http://syner.ec-lille.fr/.
  93. Hubert Sagnières sur http://www.lefigaro.fr/.
  94. Rapport annuel 2010 Groupe Malakoff Médéric sur http://www.malakoffmederic.com/.
  95. Benoît Louvet sur http://www.tf1finance.fr/.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article École centrale de Lille de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ecole Centrale de Lille — École centrale de Lille 50° 36′ 22″ N 3° 08′ 14″ E / 50.60600556, 3.13715 …   Wikipédia en Français

  • École centrale de Lille — Université Lille Nord de France Tipo Escuela de ingeniería pública Fundación 1854 1872 Localización Dirección Lille …   Wikipedia Español

  • École centrale de Lille — Infobox University name = Ecole Centrale de Lille image size= 150px established = 1872 type = Public, Graduate engineering students=1300 city = Lille country = France coor = coord|50|36|23|N|3|8|11|E|region:FR type:edu affiliations=Centrale… …   Wikipedia

  • Ecole Centrale de Lille — Vorlage:Infobox Hochschule/Mitarbeiter fehltVorlage:Infobox Hochschule/Professoren fehlt École Centrale de Lille Gründung 1872 Trägerschaft …   Deutsch Wikipedia

  • École centrale de Lille — Vorlage:Infobox Hochschule/Mitarbeiter fehltVorlage:Infobox Hochschule/Professoren fehlt École Centrale de Lille Gründung 1872 Trägerschaft …   Deutsch Wikipedia

  • École Centrale de Lille — Vorlage:Infobox Hochschule/Mitarbeiter fehltVorlage:Infobox Hochschule/Professoren fehlt École Centrale de Lille Gründung 1872 …   Deutsch Wikipedia

  • École centrale de Lille — Координаты: 50°36′21.62″ с. ш. 3°08′13.74″ в. д …   Википедия

  • École centrale de Lille/Partenaires — École centrale de Lille 50° 36′ 22″ N 3° 08′ 14″ E / 50.60600556, 3.13715 …   Wikipédia en Français

  • Лильская высшая инженерная школа (Ecole Centrale de Lille) — Координаты: 50°36′21.62″ с. ш. 3°08′13.74″ в. д …   Википедия

  • École centrale de Marseille — École centrale Marseille Nom original 1891 1972: École d ingénieurs de Marseille 1972 2003: École supérieure d ingénieurs de Marseille 1909 1989: École supérieure de chimie de Marseille 1989 2003: École nationale supérieure de synthès …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.