YAHOO!


YAHOO!

Yahoo!

Page d'aide sur les redirections « Yahoo » redirige ici. Pour les autres significations, voir Yahoo (homonymie).
Logo de Yahoo!

Logo de Yahoo!
Dates clés 1er mars 1995 : création à Santa Clara

29 juillet 2009 : Microsoft et Yahoo! ont décidé de former une alliance dans certains domaines liés à Internet.

Forme juridique Appel public à l'épargne (société anonyme)
Action NASDAQ : YHOO
Slogan(s) « Do you Yahoo ? »
Siège social Sunnyvale, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité(s) Services Internet
Effectif 13 800 (22 avril 2008)
Site Web www.yahoo.com
Chiffre d'affaires 6,426 milliards USD (2006)
Résultat net 1,82 milliards USD (2008)

Yahoo! Inc. est une société américaine de services sur Internet opérant notamment un portail Web. À l'origine, Yahoo! était uniquement un annuaire Web. En 2009, Yahoo! offre de nombreux autres services gratuits et payants, dont un moteur de recherche, des boîtes à courrier électronique, de la messagerie instantanée, de l'hébergement web et des portails (nouvelles, finances, etc).

Yahoo! a été créé par David Filo et Jerry Yang à l'université Stanford, en janvier 1994, puis l'entreprise a été fondée en mars 1995. Son siège social est situé à Sunnyvale en Californie.

Selon Alexa Internet, Yahoo! était le site Web le plus visité en 2004. Le réseau des sites Yahoo! a servi plus de trois milliards de pages par jour en octobre 2004.

Sommaire

Histoire

Jerry Yang (à gauche) et David Filo (à droite), fondateurs de Yahoo!

À l'origine, Yahoo! est un annuaire Web, le « Guide de Jerry pour le World Wide Web ». L'acronyme Yet Another Hierarchical Officious Oracle est souvent cité comme signification, mais ses créateurs Jerry Yang et David Filo, qui devaient choisir un nom de projet commençant par un « Y » pour s'inscrire dans la nomenclature des projets informatiques de l'Université Stanford, affirment avoir choisi le nom à cause des « Yahoos », créatures des Voyages de Gulliver de Jonathan Swift.

En 1995, Ziff Davis Inc., depuis racheté par CNET, lance le magazine Yahoo! Internet Life, originellement sous le nom ZD Internet Life. Le magazine était destiné à accompagner et compléter le site web.

Yahoo! réalise son offre publique d'entrée en bourse le 12 avril 1996, vendant 2,6 millions d'actions à 13 dollars l'unité. Sa capitalisation est de 43 milliards de dollars américains en début mars 2005. La filiale française Yahoo! France, dont Ziff Davis France est au départ actionnaire minoritaire, est lancée en septembre 1996, et devient en moins d'un mois la première destination du Web hexagonal en termes de trafic, dépassant son concurrent direct, l'annuaire francophone Nomade.

La popularité de Yahoo! augmentant, de nouveaux services sont offerts transformant petit à petit l'annuaire Web en portail d'où l'utilisateur peut s'adonner à toutes les activités associées avec l'Internet. On y trouve le service Yahoo! Mail (comportant un carnet d'adresse, un calendrier et un bloc-notes), un client de messagerie instantanée, l'hébergement de listes de diffusion, des jeux en ligne, des weblogs avec Yahoo! 360° et des chats, mais aussi des portails d'information variés (économie, actualités, sports, etc.). Beaucoup de ces services reposent, au moins en partie, sur des services indépendants que Yahoo! a acquis au fil du temps - tel que l'hébergeur GeoCities, eGroups ou Rocketmail. Beaucoup de ces acquisitions sont controversées et peu populaires auprès de certains utilisateurs, Yahoo! modifiant les termes du service. La société prétend par exemple posséder des droits intellectuels sur le contenu des serveurs, ce que les anciennes sociétés ne faisaient pas.

La société s'étend entre 1996 et 2009 à de nombreux territoires en Europe, Asie et Amérique du Sud. La concurrence de certaines jeunes pousses locales reste rude pour Yahoo! dans certains pays, et Yahoo! se retirera peu à peu des marchés scandinaves, et ne s'impose à Taïwan que grâce à l'acquisition du portail local Kimo. Yahoo! en Español, au départ visant l'ensemble de l'Amérique latine (Yahoo! Mexico et Yahoo! Argentina seront lancés par la suite), se recentre au début des années 2000 sur l'audience hispanisante américaine, notamment à travers des partenariats avec Univision.

À la fin 2002, Yahoo! commença discrétement à améliorer ses services de recherche en acquérant des technologies concurrentes. En décembre 2002, la société acquiert Inktomi et, en juillet 2003, Overture Services, Inc., et par ce biais les moteurs de recherche tels qu'AltaVista et AlltheWeb. Le 18 février 2004, Yahoo! abandonne les résultats fournis par Google et revient à sa propre technologie de recherche (Yahoo! Search technology, YST) qui inclut (depuis mars 2005) les vidéos. Le 25 mars 2004, Yahoo! acquiert le moteur de comparaison de prix Kelkoo.

En octobre 2005, Yahoo! et Microsoft décident de rendre interopérables leurs logiciels de communication instantanée, Yahoo! Messenger et MSN Messenger. Il s'agit d'une stratégie qui aurait été invraisemblable encore deux ans auparavant.

En décembre 2005, Yahoo! lance Yahoo! Answers (en français Yahoo! Questions/Réponses), un site collaboratif permettant aux utilisateurs de poser des questions à la communauté qui y répond directement.

Le 18 juin 2007, Jerry Yang reprend le poste de CEO, après que Terry Semel eut démissionné de ce rôle.

Le 1er février 2008, Microsoft annonce son intention de racheter Yahoo pour 44 milliards de dollars.

Le 11 février 2008 le conseil d'administration de Yahoo! refuse la proposition de 44 milliards de dollars, la jugeant insuffisante dans l'intérêt de l'entreprise et de ses actionnaires.

Novembre 2008, Yahoo! se sépare du comparateur de prix Kelkoo racheté par le groupe Jamplant.

Le 14 janvier 2009 Carol Bartz devient le nouveau CEO de Yahoo! et met en place un large plan de réorganisation au sein de la société.

Le 29 juillet 2009, après deux ans de tractations, Microsoft et Yahoo! ont décidé de former une alliance dans certains domaines liés à Internet[1],[2],[3]. Pendant les deux premières années selon le CEO de Microsoft Steve Balmer, Microsoft perdra environ 300 millions USD puis obtiendra des bénéfices[4].

Identité visuelle

Le premier logo de Yahoo (« Yet Another Hierarchical Officious Oracle! » - « Encore un divin classement officieux ! ») à la création du moteur de recherche en 1995 est rouge avec un effet d'ombrage. Même si la version officielle est le violet.

Le logo n'a pas profondément changé depuis sa création, la même police de caractère « Yahoo the Font » est utilisée, seul les effets utilisés, notamment d'ombrage, évoluent.

La version rouge est utilisée jusqu'en juin 2009 sur la page principale du moteur de recherche. La version en violet est quant à elle utilisée de façon officielle par la compagnie, lors de commandites ou différents partenariats (notamment lors de sorties de films). Cette version violette a commencé à apparaître en lieu et place du logo rouge ponctuellement durant le premier semestre 2009, puis a remplacé la version rouge en mai 2009 sur le portail Yahoo.com.

Une version raccourcis du logo existe abrégé « Y ! ».

Identité sonore

Sur yahoo.com, cliquer sur le point d'exclamation du logo fait entendre un "chant" yahooOoo !

Données financières

en millions de dollars, source : OpesC[5]
Années 2003 2004 2005 2006
Chiffre d'affaires 1 625 3 574 5 258 6 426
EBITDA 453 1 000 1 505 1 066
Résultat net 238 840 1 896 751
Employés 5 500 7 600 9 800 11 400

Moteur de recherche Web Yahoo!

L'interface (la page principale http://fr.search.yahoo.com/ et les pages d'affichage des résultats) est fortement inspirée de celle de Google[réf. souhaitée]. En revanche, depuis septembre 2005, Yahoo a lancé plusieurs produits et fonctionnalités supplémentaires le distinguant de ses concurrents. Ces ajouts introduisent la notion de Social Search ou recherche communautaire dont le principe est le suivant : les moteurs de recherche ayant été pris d'assaut par des webmasters aux vocations mercantiles, Yahoo! décide de donner aux internautes la capacité de sélectionner et d'annoter les pages et sites Web qui leur paraissent être vraiment intéressants (y compris dans certains cas des sites marchands). Ce faisant, avec des outils comme Mon Web ou Yahoo! Favoris, non seulement les internautes peuvent facilement retrouver ces pages qui leur ont plu, mais ils peuvent également les partager avec les autres internautes utilisant Mon Web. Enfin, le moteur lui-même devient plus pertinent, puisque sur le magma des contenus du Web vient s'intercaler un prisme humain.

Fonctionnalités spécifiques

  • Recherche multilingue : traduction automatique de la requête en plusieurs langues étrangères, et traduction automatique des pages en langue étrangère trouvées.
  • Mon Web : outil de stockage de favoris, (l'utilisateur stocke sur le réseau Yahoo! une image conforme de la page au moment où il la voit) et de partage de ces favoris avec des communautés. Possibilité d'annotation et de tagging permettant de filtrer ensuite tous ces résultats.
  • Favoris : comme Mon Web, mais pour un usage strictement personnel : l'accent porte plus sur les fonctionnalités d'organisation de favoris (tags, dossiers, vignettes) que sur le partage avec les communautés.
  • Yahoo! Video : moteur de recherche de vidéos permettant d'accéder à l'ensemble de toutes les vidéos référencées, qu'elles soient hébergées chez Yahoo! (Music par exemple) ou chez les grands et petits fournisseurs de vidéos. L'upload de vidéos personnelles est possible, ainsi que le partage de vidéos trouvées par le biais de ce service.
  • Flickr (US) : service de partage de photographie racheté par Yahoo!. Flickr a pour vocation le partage de photos numériques entre internautes, qui peuvent se créer des diaporamas de photos classées par étiquettes (ou tags) (exemple : "San Francisco").
  • Del.icio.us (US) : service 100 % communautaire fondé sur le partage de pages Web. Racheté par Yahoo!; il fédère une importante communauté technophile.

Controverses

Chine

Par respect de la législation en vigueur et de ses accords avec l'État chinois, Yahoo! exclut des résultats de son moteur de recherche en Chine[6] certains sites considérés illégaux par les autorités chinoises. L'entreprise a signé le "Public Pledge on Self-Discipline for the China Internet Industry", qui indique qu'elle accepte de suivre les règlementations chinoises en vigueur. Les recherches considérées comme sensibles, par exemple "indépendance de Taïwan" ou "Tian'anmen" offrent ainsi des résultats limités et approuvés par les autorités.

En avril 2007, le journaliste Shi Tao, qui travaillait pour le Dangdai Shang Bao, a été condamné par les autorités chinoises à 10 ans de réclusion criminelle pour "divulgation illégale de secrets d’État à l’étranger". Reporters Sans Frontières indique qu'il a été arrêté avec l'aide de Yahoo! Holdings, qui a livré aux autorités chinoises des informations à partir de son adresse IP : il s'agit d'informations qui leur permettait d'identifier son adresse mail et le contenu du message contenant des informations qualifiées par le gouvernement chinois de "secrets d'État". Yahoo! a répondu à l'injonction de la sécurité d'État chinoise qui indiquait la nature de l'enquête et ce qu'elle reprochait à Chi Tao[7]. Yahoo! a reconnu les faits et doit dédommager la famille du journaliste. L'entreprise a été qualifiée de « collaborateur zélé de la censure » et « auxiliaire de la police chinoise »[8].

Taille de l'index

En 2005, Yahoo! et Google se sont affrontés sur la taille de leurs index respectifs[9],[10],[11]. Il est difficile d'évaluer la taille réelle pour plusieurs raisons. Alors qu'aux débuts des moteurs de recherche, la taille de l'index était un argument important (la capacité de tout pouvoir indexer le plus vite possible), certaines personnes pensent que ce qui compte désormais est la pertinence (il serait peu utile d'afficher trois millions de résultats quand l'internaute souhaite qu'on lui présente directement les résultats répondant à sa demande).

Évaluation du moteur

D'après le chercheur Jean Véronis (« Étude comparative de six moteurs de recherche » février 2006), Yahoo! et Google sont les deux meilleurs moteurs (parmi six des principaux moteurs francophones). Il est d'ailleurs utilisé par une ONG GoodSearch qui reverse une part de ses revenus financé par les pages commerciales à des œuvres de charités ou écoles.

Apparitions dans la culture populaire

  • Dans le film américain de 2003 Bruce tout-puissant, le personnage éponyme de Bruce Nolan se voit offrir l'omnipotence de la part de Dieu. Dans une scène, il répond aux prières envoyées par les humains en utilisant un webmail dénommé Yahweh!. Ce service fictif se rapproche de Yahoo par son identité sonore, par son logo, et par son nom jouant sur la paronymie avec celui de l'original (il s'agit en fait de la transcription en anglais de YHWH, le nom de Dieu dans la Bible hébraïque).
  • Dans le film français de 2007 Ne le dis à personne, le webmail de Yahoo! est utilisé à plusieurs reprises par le personnage de Margot Beck pour reprendre contact avec son mari Alexandre qui la croyait morte. Cette intégration au scénario est le résultat d'un contrat de placement de produit, en échange duquel Yahoo! a assuré la promotion du film[12].
  • Dans le drama coréen Full House, l'un des personnages principaux, Yoo Min Hyuk (incarné par Kim Sung Soo) est le CEO d'un chaebol du nom de Yah!, le logo étant quasiment identique.

Le groupe Yahoo!

Siège de Yahoo! à Sunnyvale en Californie.

Depuis 1997, Yahoo! a acquis et intégré de nombreuses sociétés de taille diverse. Les services de certaines de ces sociétés ont été intégrés au portail Yahoo!.

Notes et références

  1. AFP, « Entre Microsoft et Yahoo! - Un mariage compliqué », dans Le Devoir, 30 juillet 2009 [texte intégral (page consultée le 30 juillet 2009)] 
  2. AFP, « Microsoft-Yahoo!: un an et demi de discussions avant une alliance », dans Le Devoir, 30 juillet 2009 [texte intégral (page consultée le 30 juillet 2009)] 
  3. (en) Juan Carlos Perez, « Microsoft, Yahoo deal was a long time in the making », dans Computerworld, 29 juillet 2009 [texte intégral (page consultée le 29 juillet 2009)] 
  4. (en) Mary Jo Foley, « Yahoo costs: The slide Microsoft didn't want you to see », dans ZDNet News & Blogs, 30 juillet 2009 [texte intégral (page consultée le 31 juillet 2009)] 
  5. OpesC - Données financières
  6. Les frontières chinoises de l’Internet - Hérodote, second trimestre 2007
  7. Yahoo! paye le prix de ses liens avec la cyberpolice chinoise – article sur Rue89
  8. Cf. les rapports de RSF sur la question, notamment : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=14888)
  9. aixtal.blogspot.com/2005/08/yahoo-19-milliards-de-pages.html
  10. ysearchblog.com
  11. google.com
  12. Stéphane Berthoux, Quand les marques s'invitent dans les films, dans Stratégies n°1441, 25 janvier 2007, p. 34.

Liens externes


  • Portail des entreprises Portail des entreprises
  • Portail de l’informatique Portail de l’informatique
Ce document provient de « Yahoo! ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article YAHOO! de Wikipédia en français (auteurs)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.