William Butler Yeats

ÔĽŅ
William Butler Yeats
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yeats.
William Butler Yeats
Portrait de William Butler Yeats par son père John Butler Yeats, 1900.
Portrait de William Butler Yeats par son père John Butler Yeats, 1900.

Activités Poète, dramaturge.
Naissance 13 juin 1865
Sandymount
D√©c√®s 28 janvier 1939 (√† 73 ans)
Roquebrune-Cap-Martin
Mouvement Symbolisme
Distinctions Prix Nobel de littérature (1923)

Fils du peintre John Butler Yeats, William Butler Yeats, (prononcer /ňąje…™ts/), est un po√®te et dramaturge irlandais, n√© le 13 juin 1865 √† Sandymount (Comt√© de Dublin) et mort le 28 janvier 1939 √† Roquebrune-Cap-Martin, en France. Yeats est l'un des instigateurs du renouveau de la litt√©rature irlandaise et co-fondateur, avec Lady Gregory, de l'Abbey Theatre. Il re√ßut le prix Nobel de litt√©rature en 1923.

Ses premi√®res Ňďuvres aspiraient √† une richesse romantique, ce que retrace son recueil publi√© en 1893 Cr√©puscule celtique, mais la quarantaine venant, inspir√© par sa relation avec les po√®tes modernistes comme Ezra Pound et en lien avec son implication dans le nationalisme irlandais, il √©volua vers un style moderne sans concession. Yeats fut aussi un s√©nateur de l'√Čtat libre d'Irlande (Seanad √Čireann) pendant deux mandats.

Sommaire

Biographie

Jeunesse

Quand Yeats avait deux ans, sa famille déménagea d'abord de Sandymount au Comté de Sligo, puis à Londres pour permettre à son père John de poursuivre sa carrière d'artiste. Les enfants Yeats furent éduqués à la maison. Leur mère, nostalgique de Sligo, leur racontait des histoires et des contes de leur comté d'origine.

En 1877, il entre à la Godolphin School pour quatre ans et n'y brille pas particulièrement. C'est là que s'éveille son nationalisme irlandais. Pour des raisons financières, la famille retourne à Dublin vers la fin des années 1880, d'abord dans le centre de la ville puis dans la banlieue de Howth.

En octobre 1881, Yeats intègre la Erasmus Smith High School de Dublin. L'atelier de son père est situé non loin et il passe une grande partie de son temps à fréquenter de nombreux artistes et écrivains de la ville. Il reste dans cette école jusqu'en décembre 1883.

C'est pendant cette p√©riode qu'il commence √† √©crire des po√®mes et en 1885, ses premiers po√®mes, ainsi qu'un essai titr√© La po√©sie de Sir Samuel Ferguson, sont publi√©s dans la Dublin University Review. De 1884 √† 1886, il √©tudie √† la Metropolitan School of Art (actuellement le National College of Art and Design (en)).

Le jeune poète

Déjà avant d'écrire de la poésie, Yeats associait celle-ci à des idées religieuses.

La poésie de Yeats à cette période est largement imprégnée de mythes et de folklore irlandais mais aussi de la diction des vers pré-raphaélites. C'est Percy Bysshe Shelley qui exerce alors sur lui la plus grande influence et cela demeurera ainsi tout au long de sa vie.

Fortement influenc√© par le th√©√Ętre N√ī, Yeats traduit cette influence dans son style litt√©raire, contrairement √† Brecht chez qui cette influence est principalement th√©√Ętrale.

Maud Gonne

En 1889, Yeats rencontre Maud Gonne, une jeune héritière de vingt-trois ans qui commençait alors à se consacrer au mouvement nationaliste irlandais. Maud Gonne, admiratrice du poème The Isle of Statues, avait cherché à rencontrer son auteur. Yeats développera alors une passion immodérée pour sa beauté et ses manières franches, influence qui aura un effet déterminant et durable sur sa poésie et sa vie à venir[1].

En 1891, Yeats propose une vie commune à Maud Gonne, mais elle refuse. Il rencontre Olivia Shakespear en 1894 et a une longue aventure avec elle jusqu'en 1897. Elle le quitte à cause de son obsession pour Maud Gonne. Il propose à nouveau à cette dernière une vie commune, par trois fois en 1899, 1900 et 1901. Elle épouse finalement en 1903 le nationaliste catholique John MacBride. Cette même année Yeats séjourne quelque temps en Amérique.

Le Renouveau de la littérature irlandaise et l'Abbey Theatre

De m√™me en 1896, il est pr√©sent√© √† Lady Gregory par leur ami commun Edward Martyn (en). Lady Gregory encourage le nationalisme de Yeats et le persuade de continuer √† √©crire des pi√®ces de th√©√Ętre. Bien qu'influenc√© par le Symbolisme fran√ßais, Yeats se concentre sur des textes d'inspiration irlandaise ; ce penchant est renforc√© par l'√©mergence d'une nouvelle g√©n√©ration d'auteurs irlandais.

Il rencontra Helena Blavatsky √† Londres, et fut membre de la Soci√©t√© Th√©osophique, et Grand Ma√ģtre de 1901 √† 1903 de l'Hermetic Golden Dawn, la plus grande organisation initiatique du XIXe s.

Avec Lady Gregory, Martyn et d'autres √©crivains parmi lesquels J M Synge, Se√°n O'Casey, et Padraic Colum (en), Yeats fonde le mouvement litt√©raire connu sous le nom de Irish Literary Revival.

Ce groupe acquiert une propri√©t√© √† Dublin o√Ļ ils ouvrent l'Abbey Theatre le 27 d√©cembre 1904. L'actrice-administratrice Florence Farr, amie de Yeats aide au d√©veloppement de ce th√©√Ętre. La pi√®ce de Yeats Cathleen Ni Houlihan et celle de Lady Gregory, Spreading the News, sont donn√©es lors de la soir√©e d'ouverture. Yeats continue √† s'occuper de ce th√©√Ętre jusqu'√† sa mort, √† la fois comme membre du comit√© de direction et comme dramaturge.

Contemporain de Wilde, il oscille longtemps entre le Londres d√©cadent de la fin du XIXe si√®cle et l'Irlande en pleine √©bullition ind√©pendantiste. Ses premi√®res po√©sies se caract√©risent par un usage marqu√© de symboles repris de traditions diverses (irlandaise, kabbale, catholicisme, grecque et romaine). Plus tard, il se concentre davantage sur le r√©el.

William Butler Yeats re√ßoit le Prix Nobel de litt√©rature en 1923. Le Comit√© Nobel qualifie alors son Ňďuvre de ¬ę po√©sie toujours inspir√©e, dont la forme hautement artistique exprime l'esprit d'une nation enti√®re. ¬Ľ

William Butler Yeats, 1933. Photographe inconnu. Bibliothèque du Congrès Américaine.

Ňíuvre

Les influences que subit Yeats sont multiples : D'abord impr√©gn√© du symbolisme de Maeterlinck son √©criture, d'un nationalisme patriotique aigu (Cathleen Ni Houlihan ; 1902), tant√īt fantaisiste (La Terre du D√©sir et du Coeur; 1894), tant√īt dramatique, est ensuite alt√©r√©e par Ax√ęl, la c√©l√®bre pi√®ce de Villiers de L'Isle-Adam, pi√®ce qui fera √©merger dans l'esprit de Yeats, d'une part, d'un point de vue spirituel ce qu'il qualifiera de "War of Orther", lutte de l'esprit et de la mati√®re, et d'autre part, d'un point de vue esth√©tique, l'expressivit√© fondamentale et puissante du symbolisme, esth√©tique qu'il exprimera notamment √† travers sa pi√®ce Les Ombres sur la Mer (1894-1897). Tout en restant essentiellement nationaliste, sa th√©matique perd de son patriotisme laissant place √† un renouvellement de sa technique √† travers l'expressivit√© rituelle du th√©√Ętre dont Yeats avait toujours √©t√© convaincu, rituel qu'il trouve au Japon, dans le th√©√Ętre traditionnel N√ī. C'est sous cette influence qu'il √©crit le cycle de Curchulain.

Bibliographie

  • 1889 : Errances d'Oisin
  • 1935 : Meru
  • La comtesse Catherine, 1892, (The Countess Cathleen)
  • Cr√©puscule celtique, 1893
  • Le pays du d√©sir du cŇďur, 1894, (The Land of Heart's Desire)
  • Po√®mes, 1895
  • Le vent dans les roseaux, 1899
  • Des ombres sur les eaux, 1900, (The Shadowy Waters)
  • Catherine √† Houlihan, 1902
  • Deirdre, 1907
  • Le Heaume vert, 1910
  • Le sablier, 1914
  • Enfance et jeunesse resong√©es, 1915 (essai autobiographique)
  • Les Cygnes sauvages √† Coole, 1917
  • Au puits de l‚Äô√©pervier, 1917
  • Quatre Pi√®ces pour danseurs, 1921, (Four Plays for Dancers)
  • Le Fr√©missement du voile, 1922 (essai autobiographique)
  • Une vision, 1925
  • Autobiographie, 1927
  • La tour, 1928
  • L'Escalier en spirale, 1933
  • Pleine lune en mars, 1935
  • Dramatis personae, 1936
  • Derniers Po√®mes, 1939
  • William Blake and his illustrations to the Divine Comedy (William Blake et ses illustrations pour la Divine Com√©die), The Savoy, juillet, ao√Ľt et septembre 1896

Référence au poète dans la culture

Son poème The Second Coming a été mis en musique et en images par Gestalt OrchestrA.

La chanson Yeat's Grave[2] du groupe irlandais The Cranberries évoque le poète et sa vie.

En 2010 et 2011, le groupe The Waterboys adapte plusieurs poèmes de Yeats et les présente dans un spectacle intitulé "An appointment with Mr Yeats" présenté en Irlande et en Angleterre. L'album sort le 19 septembre 2011.

Dans le film Equilibrium de Kurt Wimmer, Partridge (joué par Sean Bean) recite les derniers vers de "He Wishes For The Cloths Of Heaven":

dans la version fran√ßaise :

¬ę Mais je suis pauvre, je n'ai plus que mes r√™ves
J'ai déroulé mes rêves sous tes pieds
Marche doucement, parce que tu marches sur mes r√™ves. ¬Ľ

Dans le film Memphis Belle, le sergent Danny Daly, jou√© par Eric Stoltz, r√©cite un po√®me de W.B. Yeats qui a pour r√©f√©rence un aviateur. L‚Äôaviateur en question est Robert Gregory (en), tu√© par erreur en 1917 en Italie par un pilote alli√©, et c√©l√©br√© dans quatre po√®mes de l'√©crivain.

Un aviateur irlandais pr√©voit sa mort (en)

(Traduit de l’anglais par René Fréchet.)

"L’adaptation cinématographique, compte tenu du scénario, ne fait plus référence à l’Irlande"

Je le sais, que mon destin m’attend
L√†-haut quelque part dans les nuages ;
Je ne hais pas qui je combats,
Je n'aime pas qui je prot√®ge ;
Mon pays a pour nom Kiltartan Cross,
Mes compatriotes, ses pauvres.
Quelle issue probable leur ferait tort
Ou les rendrait heureux ?
Devoir ni loi ne m’obligeraient,
Pas plus la foule que l‚ÄôEtat ;
L'appel d’une joie solitaire
M'a projet√© dans ce tumulte ;
J'ai tout bien pes√©, fait un bilan ;
L‚Äôavenir : un vain souffle ;
Le pass√© : rien de plus,
Devant cette vie, cette mort.

Je sais que je vais vers mon destin
Quelque part parmi les nuages alentours ;
Ceux que je combats je ne les hais point,
Ceux que je d√©fends n‚Äôont pas mon amour ;
Ni loi ni devoir ne me font combattre,
Ni hommes publics ni foules en d√©lire ;
Le ciel d‚Äôo√Ļ je les vois se d√©battre,
Loin de tout ce tumulte m‚Äôattire ;
J‚Äôai bien r√©fl√©chi, mis tout en pens√©e ;
Les ann√©es √† venir semblent me donner tort ;
Je n’ai pas eu raison de mes années passées
Et j’ai pour compenser cette vie, cette mort.

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Uddin Khan, Jalal. Yeats and Maud Gonne: (Auto)biographical and Artistic Intersection. Alif: Journal of Comparative Poetics, 2002.
  2. ‚ÜĎ Paroles de la chanson Yeat's Grave

Sources et liens

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes


Pr√©c√©d√© de :
Jacinto Benavente
Prix Nobel de littérature
1923
Suivi de :
WŇāadysŇāaw StanisŇāaw Reymont



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article William Butler Yeats de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • William Butler Yeats ‚ÄĒ (pronEng|ňąje…™ts; 13 June 1865 ‚Äď 28 January 1939) was an Irish poet and dramatist and one of the foremost figures of 20th century literature. A pillar of both the Irish and English literary establishments, in his later years Yeats served as an… ‚Ķ   Wikipedia

  • William Butler Yeats ‚ÄĒ 1908 William Butler Yeats 1933 Wil ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • William Butler Yeats ‚ÄĒ fotografiado en 1911 por George Charles Beresford. William Butler Yeats (Dubl√≠n, 13 de junio de 1865 Roquebrune Cap Martin, Francia, 28 de enero de 1939), poeta y ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • William Butler Yeats ‚ÄĒ (n. Dubl√≠n, 13 de junio de 1865 ‚Ć Roquebrune Cap Martin, Francia, 28 de enero de 1939). Poeta y dramaturgo irland√©s. Hijo del pintor John Butler Yeats, y miembro de una familia angloirlandesa de protestante, William Butler Yeats estudi√≥ arte en ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • William Butler Yeats ‚ÄĒ ‚ě° Yeats * * * ‚Ķ   Universalium

  • William Butler Yeats ‚ÄĒ noun Irish poet and dramatist (1865 1939) ‚ÄĘ Syn: ‚ÜĎYeats, ‚ÜĎW. B. Yeats ‚ÄĘ Derivationally related forms: ‚ÜĎYeatsian (for: ‚ÜĎYeats) ‚ÄĘ Instance Hypernyms: ‚ÜĎpoet, ‚ÜĎ ‚Ķ   Useful english dictionary

  • William Butler Yeats ‚ÄĒ F√łdt 1865. D√łd 1939. Irsk forfatter som deltog i den irske frihedsbev√¶gelse. Fik nobelprisen i 1923 ‚Ķ   Danske encyklop√¶di

  • Literaturnobelpreis 1923: William Butler Yeats ‚ÄĒ ¬† Der irische Schriftsteller erhielt den Nobelpreis, weil seine inspirierten Werke in vollendeter k√ľnstlerischer Form dem Geist seines Volkes Ausdruck verliehen. ¬† ¬†Biografie ¬† William Butler Yeats, * Dublin 13. 6. 1865, ‚úĚ Roquebrune Cap Martin… ‚Ķ   Universal-Lexikon

  • List of works by William Butler Yeats ‚ÄĒ This is a list of all works by William Butler Yeats.* 1886 mdash; Mosada * 1888 mdash; Fairy and Folk Tales of the Irish Peasantry * 1889 mdash; The Wanderings of Oisin and Other Poems * 1891 mdash; Representative Irish Tales * 1891 mdash; John… ‚Ķ   Wikipedia

  • William Butler ‚ÄĒ may refer to:* William Butler (1759‚Äď1821), American Revolutionary War soldier, 1790s militia general, U.S. Representative from South Carolina * William Butler (1790‚Äď1850), U.S. Representative from South Carolina, like his father * William Butler… ‚Ķ   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.