Vermont

ÔĽŅ
Vermont
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vermont (homonymie).

44¬į 00‚Ä≤ N 72¬į 42‚Ä≤ W / 44, -72.7

Vermont
Le drapeau du Vermont
Drapeau
Le sceau du Vermont
Sceau
Carte avec le Vermont en rouge.
Carte avec le Vermont en rouge.
Surnom
The Green Mountain State
En fran√ßais : ¬ę L'√Čtat des montagnes vertes ¬Ľ
Devise
Freedom and Unity
¬ę La libert√© et l'unit√© ¬Ľ
Administration
Pays Drapeau des √Čtats-Unis √Čtats-Unis
Capitale Montpelier
Gouverneur Peter Shumlin (D)
Adh√©sion √† l'Union 4 mars 1791 (14e √©tat)
Géographie
Superficie 24 923 km2 (45e)
‚Äď Terre 23 976 km2
‚Äď Eau (%) 947 km2 (3.8 %)
Altitude  
‚Äď Maximale 1 340 m, Mont Mansfield
‚Äď Moyenne 300 m
‚Äď Minimale 29 m
Latitude 42¬į44' N √† 45¬į00'43" N
143 km
Longitude 71¬į28' W to 73¬į26' W
256 km
Démographie
Population (2010[1]) 625 741 hab.  (49e)
Densit√© 26,1 hab./km¬≤
Ville la plus peuplée Burlington
Langue(s) officielles De jure : Aucune
De facto : Anglais
Politique
Sénateurs Patrick Leahy (D)
Bernie Sanders (I)
Nombre de représentants 1
Autres informations
ISO 3166-2 US-VT
Fuseau horaire ‚ąí5
Site officiel www.vermont.gov

Le Vermont est un √Čtat du nord-est des √Čtats-Unis. Il est bord√© au nord par la province canadienne du Qu√©bec, √† l'est par le New Hampshire, au sud par le Massachusetts et √† l'ouest par l'√Čtat de New York. C'est le seul √Čtat enclav√© de la Nouvelle-Angleterre, c'est-√†-dire qu'il ne s'ouvre pas sur l'oc√©an Atlantique. Il se singularise par l'homog√©n√©it√© de sa population et par son taux d'urbanisation tr√®s faible des ¬ę  montagnes vertes  ¬Ľ.

Sommaire

Histoire

√Ä l'arriv√©e des premiers Europ√©ens, les Am√©rindiens Iroquois qui vivaient dans l'actuel √Čtat de New York et les algonquins de Nouvelle-Angleterre √©taient en lutte pour la possession de la r√©gion qui fut explor√©e, pour la premi√®re fois, par le Fran√ßais Samuel de Champlain, en 1609. Les Fran√ßais s'implant√®rent dans le nord de la r√©gion, autour du lac Champlain. En 1666, ils √©difi√®rent le fort Sainte-Anne, sur l'√ģle La Motte du lac Champlain. Ils y avaient plusieurs seigneuries de chaque c√īt√© du lac Champlain.

Quant aux Britanniques, ils s'établirent dans le Sud. En 1724, Brattleboro (ou fort Dummer) devint la première colonie du Vermont. Deux autres colonies britanniques, le New Hampshire et celle de New York, revendiquèrent la juridiction du Vermont. Leur rivalité s'intensifia après l'élimination des Français lors du traité de Paris de 1763. La colonisation s'accéléra avec l'afflux de colons venus du Connecticut, du Rhode Island et du Massachusetts. En 1770, la colonie de New York se mit à entreprendre des procédures d'expulsion à l'encontre des concessions accordées par la colonie du New Hampshire.

Vers le milieu du XVIIIe si√®cle, la densit√© de population √©tant devenue importante sur la c√īte atlantique, les colons britanniques vont vers l‚Äôint√©rieur, ce qui entra√ģne un conflit entre la colonie de New York et le New Hampshire, car les fronti√®res ne sont pas d√©limit√©es entre ces deux colonies britanniques. Benning Wentworth, gouverneur du New Hampshire, malgr√© les protestations de son vis-√†-vis new-yorkais, Georges Clinton, fait cadastrer le territoire qui est aujourd‚Äôhui le Vermont (jusque sur la rive ouest du lac Champlain) et cr√©e des townships qu‚Äôil donne en concession √† ses favoris et sur lesquels des colons vont s‚Äô√©tablir. C‚Äôest ce qu‚Äôon appelle les ¬ę Hampshire Grants ¬Ľ ou tout simplement ¬ę the Grants ¬Ľ.

En 1764, le Parlement britannique d√©clare que la fronti√®re entre New York et New Hampshire est la rive ouest du Connecticut. Cette d√©cision a pour effet que de nombreux colons des terres situ√©es sur les ¬ę grants ¬Ľ, se retrouvent dans la colonie de New York o√Ļ leurs concessions n‚Äôont pas √©t√© reconnues. En 1765, les arpenteurs new-yorkais envahissent la r√©gion et font un nouveau cadastre, exigeant que les colons venus du New Hampshire paient des droits pour l√©galiser leur propri√©t√© sur les terres qu‚Äôils occupent.

En 1767, les colons adressent une p√©tition au roi pour √™tre exempt√©s des droits en question. Le roi d√©cr√®te que New York doit cesser d‚Äô√©mettre de nouveaux titres et ne pas harceler les colons. En 1769, New York d√©fie le roi et envoie de nouveaux arpenteurs. Les colons se r√©voltent : en 1770, une soixantaine d‚Äôentre eux prennent leurs fusils et chassent les arpenteurs de la ferme d‚Äôun certain James Breakenbridge. La cause doit √™tre entendue en Cour Supr√™me de New York √† Albany et les colons √©lisent un comit√© de d√©fense appel√© ¬ę the Bennington Nine ¬Ľ pr√©sid√© par Ethan Allen, 32 ans, ex-forgeron et chasseur.

La Cour de New York refuse de reconna√ģtre la validit√© des documents √©mis par le New Hampshire attestant les titres de propri√©t√© des colons (la cour est pr√©sid√©e par Robert Livingston qui poss√®de des titres new-yorkais...) Les colons n‚Äôont aucune chance devant un tribunal aussi biais√© et, par cons√©quent, perdent leur cause. Allen se rend √† Bennington (principal village des ¬ę Grants ¬Ľ) et organise environ 200 hommes en une milice ¬ęThe Green Mountain Boys¬Ľ. Les New-yorkais les appellent ¬ę The Bennington Mob ¬Ľ.

En 1771, les arpenteurs new-yorkais sont de retour et se font repousser sans m√©nagement par les ¬ę Green Mountain Boys ¬Ľ. Lorsque des colons britanniques envoy√©s par les sp√©culateurs new-yorkais tentent de s‚Äô√©tablir sur des terres d√©j√† prises, ils sont √©galement repouss√©s.

Le gouverneur de New York d√©clare Ethan Allen et ses hommes ¬ę Hors-la-loi ¬Ľ et offre une prime pour leur capture. Ethan Allen r√©plique en offrant une prime pour la capture des officiels new-yorkais. En une s√©rie d‚Äôescarmouches des colons de New York ou du New Jersey sont expuls√©s par les Green Mountain Boys. En 1775, un colon est tu√© par un sh√©rif new-yorkais. En m√™me temps, c‚Äôest la bataille de Lexington et le d√©but de la guerre d‚ÄôInd√©pendance des √Čtats-Unis. L‚Äôagitation r√©volutionnaire qui a gagn√© les treize colonies depuis la fin de la Guerre de Sept Ans affecte aussi les colons de l‚Äôarri√®re-pays.

Les colons des Grants considèrent toutefois que leur ennemi, c’est New York. Favorables quand même à la cause du Congrès, ils s’emparent, en mai 1775, de Fort Ticonderoga, place britannique, ce qui expulse en fait les forces loyalistes de leur territoire. Ainsi ils évitent que les forces du Congrès interviennent.

En 1777, une Convention se tient √† Westminster et organise un gouvernement, tout en proclamant l‚Äôind√©pendance de la r√©publique du ¬ę New Connecticut ¬Ľ. Une nouvelle convention en juillet baptise le nouvel √Čtat Vermont.

Il devint République indépendante de 1777 à 1791. Vermont prit son nom de son paysage: beaucoup des montagnes couvertes aux arbres à feuilles persistantes. En 1778 ont lieu les premières élections.

Thomas Chittenden est √©lu pr√©sident. En fait, les fr√®res Allen (Ethan, Ira, Heman) contr√īlent le gouvernement. Un autre fr√®re Allen, Levi, est un Loyaliste (Nom donn√© aux Am√©ricains partisans de la Couronne britannique durant la Guerre d'ind√©pendance).

L‚Äô√Čtat de New York refuse de reconna√ģtre le Vermont. La nouvelle r√©publique tente de louvoyer mais doit subir quelques incursions d‚ÄôIndiens alli√©s aux Britanniques et quelques r√©bellions de colons new-yorkais ¬ę pro-am√©ricains ¬Ľ. En 1779, le Vermont expulse des colons du New Hampshire. Ceux-ci cr√©ent un gouvernement parall√®le. La m√™me ann√©e, les Britanniques font des offres de paix au Vermont, tentant de le d√©tacher de toute alliance avec les √Čtats-Unis. Chittenden √©crit au Congr√®s que le Vermont √©tait ¬ę at liberty to accept terms of cessation of hostilities with Great Britain without the approbation of any other man or body of men. ¬Ľ En fait, c‚Äôest Ethan Allen et son fr√®re Ira qui n√©gocient avec les Britanniques qui lui promettent le statut de ¬ę province s√©par√©e ¬Ľ et le libre-√©change garanti avec la Province de Qu√©bec (nom donn√© √† l'ancienne Nouvelle-France jusqu'en 1791), ainsi que sa propre arm√©e et la reconnaissance des titres de propri√©t√©s des colons en √©change d'un appui √† la cause britannique. Allen ne veut pas s‚Äôengager. Parall√®lement, Chittenden offre une alliance plus √©troite du Connecticut, de New York et du Vermont contre une invasion britannique! Ce, en √©change d‚Äôun abandon par New York de ses pr√©tentions sur le territoire vermontois.

En 1781, les Britanniques tentent de reprendre Ticonderoga, une escarmouche a lieu avec les Green Mountain Boys et un sergent britannique est tu√©. Cela fait avorter les n√©gociations... Les Vermontois penchent du c√īt√© am√©ricain.

Finalement, le Traité de Paris, en 1783, considère le Vermont comme faisant partie du territoire américain que les Britanniques doivent évacuer.

Un mouvement se dessine en faveur de l‚Äôadh√©sion aux √Čtats-Unis malgr√© l'opposition du clan Allen. En 1789, une commission mixte ¬ę New-York/Vermont ¬Ľ r√®gle la question des fronti√®res (Le Vermont paie 30 000 $ et New York abandonne ses revendications). En 1791, le Vermont entre dans l‚ÄôUnion. Il est le premier √Čtat √† s'ajouter aux 13 √Čtats fondateurs. Il devint alors le 14e √Čtat de l'Union.

Géographie

Carte du Vermont

En 2010, il comptait 625 741 habitants, ce qui en fait le deuxi√®me √Čtat le moins peupl√© des √Čtats-Unis. La capitale de l'√Čtat est Montpelier, et la plus grande ville est Burlington. Seules sept villes d√©passent les 10 000 habitants. Le Vermont fait partie de la Nouvelle-Angleterre et s'√©tend sur 24 902 km¬≤ : il est relativement petit compar√© aux autres √Čtats (45e rang national en termes de superficie).

La rive occidentale du fleuve Connecticut marque la limite du Vermont avec le New Hampshire. Le lac Champlain, la principale √©tendue d'eau de l'√Čtat et la sixi√®me des √Čtats-Unis, s√©pare le Vermont de l'√Čtat de New York. Du nord au sud, l'√Čtat s'√©tend sur 256 km pour 143 km d'est en ouest. Au nord-ouest du lac se trouve la vall√©e fertile du lac Champlain. Le centre g√©ographique du Vermont se trouve √† Washington, √† 5 km √† l'est de Roxbury.

Le Vermont comporte de nombreux reliefs montagneux verdoyants dont la v√©g√©tation est compos√©e de feuillus et de conif√®res. L'√Čtat est par ailleurs couvert √† 77 % par des for√™ts.

Article connexe : Montagnes Vertes.

Le Mont Mansfield est le point culminant du Vermont.

Dix plus hauts sommets :

Montagne √Čl√©vation (m√®tres) Localisation (Towns)
Mont Mansfield 1 339 Underhill
Killington Peak 1 291 Killington
Mont Ellen 1 244 Warren
Camel's Hump 1 244 Duxbury
Mont Abraham 1 221 Lincoln
Lincoln Peak 1 212 Warren
Pico Peak 1 206 Killington
Stratton Mountain 1 201 Stratton
Bear Head 1 201 Enosburg Falls
Little Killington 1 201 Mendon

L'√Čtat du Vermont compte plus de cinquante parcs d'√Čtat[2]. L‚Äô√Čtat f√©d√©ral pour sa part, administre la For√™t nationale de Green Mountain qui est une zone prot√©g√©e.

Climat

Paysage hivernal au Vermont

Le Vermont connait un climat de type continental avec un été chaud et humide et un hiver froid, voire très froid dans les Montagnes vertes. Ce climat est comparable à celui de villes comme Minsk, Stockholm ou Fargo.

À l'automne, les montagnes Vertes se couvrent de coloris rouge, orange, et or.

Les printemps sont pluvieux, les d√©buts d'√©t√© sont souvent agr√©ables mais le mois d'ao√Ľt est souvent tr√®s chaud. Les automnes sont tr√®s color√©s gr√Ęce aux √©rables.

Les hivers sont particuli√®rement rigoureux. Le nord et le nord-est de l'√Čtat, r√©gion appel√©e ¬ę Northwest Kingdom ¬Ľ, sont r√©put√©s pour leurs hivers exceptionnellement froids (6 ¬įC de moins en moyenne que le sud de l'√Čtat). L'enneigement varie en fonction de l'altitude ; il est d'environ 150 √† 250 cm dans les vall√©es et peut atteindre plus de 850 cm √† 1000 cm en montagne[3]. Cela permet la pratique du ski dans plusieurs stations (Stowe et Jay Peak par exemple).

Les records de temp√©ratures sont :

Relevé météorologique de Burlington
mois jan. f√©v. mar. avr. mai jui. jui. ao√Ľ. sep. oct. nov. d√©c. ann√©e
Temp√©rature minimale moyenne (¬įC) -13,6 -12,8 -5,6 1,2 7,4 12,6 15,4 14,4 9,3 3,7 -1,3 -9,2 1,8
Temp√©rature maximale moyenne (¬įC) -3,8 -2,5 4,1 12,0 19,6 24,3 27,3 25,5 20,6 13,9 6,7 -0,9 12,2
Précipitations (mm) 46,2 41,4 56,6 70,1 79,2 88,1 92,7 103,1 83,8 73,2 79,5 61,5 875,4
dont neige (cm) 48,3 38,4 33,0 12,2 0,8 0 0 0 0 0,8 18,8 54,1 206,4
Source : World Climate[4]


Le gouvernement local et le découpage administratif

L'√Čtat du Vermont est divis√© en 14 comt√©s (counties). Ces comt√©s contiennent au total 255 subdivisions, dont 237 towns, 9 cities, 5 zones non incorpor√©es et 4 gores. Chaque comt√© dispose de son si√®ge, appel√© shire town dans le Vermont. Comme dans le reste de la Nouvelle-Angleterre, ces comt√©s fonctionnent surtout comme des districts judiciaires, et les attributions qu'ils poss√®dent dans les autres √©tats sont majoritairement accord√©es aux towns et aux cities. Tous les services g√©r√©s par les comt√©s sont directement financ√©s par l'√Čtat du Vermont.

Les towns

La New England town est l'unité basique de gouvernement local dans le Vermont, comme dans les autres états de la Nouvelle-Angleterre. Elle ressemble en partie aux civil townships présents dans d'autres états, mais est une zone incorporée, disposant d'attributions que l'on trouve, ailleurs, dans les municipalités de type city. Le Vermont compte 237 towns. La town est dirigée par un board of selectmen ou Town Council en ce qui concerne l’exécutif (mais seulement en tant que corps administratif ne pouvant s'opposer aux décisions du town meeting), et un town meeting pour le législatif.

Certaines towns du Vermont ne sont plus (elles sont alors disincorporated) ou n'ont pas √©t√© incorpor√©es (elles sont alors unorganized), apr√®s d√©cision de la L√©gislature, en raison d'un nombre insuffisant d'habitants ; leurs affaires sont g√©r√©es par un superviseur d√©sign√© par l'√©tat. Ce sont les towns d'Averill, Ferdinand, Glastenbury (anciennement incorpor√©e), Lewis, et Somerset (anciennement incorpor√©e).

Carte sur la densité de la population

Liste des towns les plus peupl√©es :

Town Population en 2010
Essex 19 587 hab.
Colchester 17 067 hab.
Bennington 15 764 hab.
Brattleboro 12 064 hab.
Milton 10 352 hab.
Hartford 9 952 hab.
Springfield 9 373 hab.
Williston 8 698 hab.
Middlebury 8 496 hab.
Barre 7 924 hab.

Les cities

Les cities du Vermont sont d'anciens villages qui se sont d√©solidaris√©s de leurs towns pour acqu√©rir leur autonomie. Elles diff√®rent des towns par leur forme de gouvernement : un maire g√®re l'ex√©cutif, et un conseil municipal (parfois appel√© board of aldermen) le l√©gislatif.

Vue aérienne de Burlington
Rue principale de la capitale Montpelier

Liste des principales cities :

City Population en 2010
Burlington 42 417 hab.
South Burlington 17 904 hab.
Rutland 16 495 hab.
Barre 9 052 hab.
Montpelier 7 855 hab.
Winooski 7 267 hab.
St. Albans 6 918 hab.

Les villages

Les villages sont des localit√©s situ√©es √† l'int√©rieur d'une town incorpor√©e ; ils peuvent √™tre, ou ne pas √™tre, incorpor√©s. Dans le cas o√Ļ il est incorpor√©, le village est une municipalit√©, subordonn√©e √† la town dont elle d√©pend, fournissant certains services (eau potable, police et pompiers, ramassage des d√©chets, √©clairage des rues, entretien des cimeti√®res, surveillance des normes des b√Ętiments), les autres relevant des autorit√©s de la town. Les villages incorpor√©s du Vermont sont administrativement similaires aux villages de l'√Čtat de New York ; c'est le seul √©tat de Nouvelle-Angleterre √† avoir des villages incorpor√©s. En 2005, le Vermont comptait 37 villages incorpor√©s ; il y en avait plus du double autrefois : c'est d√Ľ au fait que la plupart des villages ont, dans la seconde moiti√© du XXe si√®cle, c√©d√© leurs attributions √† leurs towns respectives, ne conservant qu'une existence nominale.

Le terme de ¬ę village ¬Ľ est parfois utilis√© dans l'√©tat pour d√©crire un hameau ou un quartier distinct dans une town ou une city ; ce peut √™tre un centre-ville du m√™me nom que l'entit√© dans laquelle il se situe (comme dans la quasi totalit√© des towns), d'un nom connexe, ou √† part. La town of Brownington, par exemple, comprend les ¬ę villages ¬Ľ nomm√©s Evansville, Brownington, et Brownington Center. Toutefois ces ¬ę villages ¬Ľ ne sont pas des municipalit√©s incorpor√©es, m√™me si la town peut les reconna√ģtre (par exemple avec des panneaux indicateurs).

Un village du Vermont a la possibilit√© de devenir une city : dans ce cas, il est distingu√© de la town qui le comprenait et devient une municipalit√© clairement s√©par√©e. La plupart des cities du Vermont sont d'anciens villages plut√īt que d'anciennes towns, d'o√Ļ le fait qu'elles sont bien plus petites qu'une town en termes de superficie. Cette situation explique l'existence de cities et de towns adjacentes partageant le m√™me nom ; dans tous les cas, la city √©tait √† l'origine la localit√©-centre de la town, avant de s'incorporer.

Les gores

Un gore, dans le nord de la Nouvelle-Angleterre, est une zone non incorpor√©e, situ√©e dans un comt√©, qui ne fait pas partie d'une town ; s'il est habit√©, il peut disposer d'attributions administratives limit√©es. Le Vermont compte 4 gores ; parmi eux, un seul est habit√© (12 habitants).

Politique

Le Vermont est un des √Čtats consid√©r√©s comme les plus progressistes des √Čtats-Unis. Le Vermont fut l'un des quatre √Čtats am√©ricains constitu√©s en tant que nation ind√©pendante. Apr√®s avoir aboli l'esclavage d√®s 1777[5],[6], il fut le premier √Čtat, durant la R√©volution am√©ricaine, √† instaurer le suffrage universel masculin blanc, sans condition de revenu, alors que les 13 √Čtats constitu√©s adoptaient le suffrage censitaire[7].

Le Vermont fut aussi le seul √Čtat √† voter √† l'√©lection pr√©sidentielle pour un candidat du parti anti-ma√ßonnique (en 1832) et l'un des deux seuls √Čtats √† n'avoir jamais vot√© pour Franklin Roosevelt. Le Vermont fut successivement un bastion whig (premi√®re partie du XIXe si√®cle) puis r√©publicain (1860-1992) avant de devenir d√©mocrate √† la fin des ann√©es 1990.

√Člections pr√©sidentielles

Résultats des élections présidentielles
Année républicain démocrate
2008 30.45% 98,974 67.46% 219,262
2004 38.80% 121,180 58.94% 184,067
2000 40.70% 119,775 50.62% 149,022
1996 31.09% 80,352 53.35% 137,894
1992 30.42% 88,122 46.11% 133,592
1988 51.10% 124,331 47.58% 115,775
1984 57.9% 135,865 40.8% 95,730
1980 44.4% 94,628 38.4% 81,952
1976 54.3% 102,085 43.1% 81,004
1972 62.9% 117,149 36.6% 68,174
1968 52.8% 85,142 43.5% 70,255
1964 30.4% 54,942 66.3% 108,127
1960 58.7% 98,131 41.4% 69,186
1956 72.2% 110,390 27.8% 42,549
1952 71.5% 109,717 28.2% 43,355

Le Vermont a longtemps √©t√© un √©tat fid√®le aux r√©publicains apr√®s avoir √©t√© un bastion des Whigs lib√©raux du XIXe si√®cle. Le Parti d√©mocrate y √©tait notamment per√ßu comme un parti r√©actionnaire, adepte d'abord de l'esclavage puis de la s√©gr√©gation.

Dès l'élection présidentielle de 1824, le Vermont se range sous la bannière de John Quincy Adams, s'oppose aux démocrates de Andrew Jackson (1828) qu'il relègue même en 3ème position (1832) et devient un bastion du parti Whig soutenant successivement les candidatures de William Henry Harrison (1836 et 1840), de Henry Clay (1844), de Zachary Taylor (1848) et de Winfield Scott (1852).

En 1856, les √©lecteurs du Vermont accordent 77% de leurs suffrages √† John Charles Fr√©mont, premier candidat du tout jeune parti r√©publicain. De 1856 √† 1960, les √©lecteurs de l'√Čtat voteront syst√©matiquement pour les candidats r√©publicains, y compris lors de l'√©lection pr√©sidentielle de 1912 o√Ļ le pr√©sident William Taft (37,13%) est concurrenc√© par un r√©publicain dissident, le populaire et progressiste Theodore Roosevelt (35,22%). Lors de l'√©lection pr√©sidentielle de 1936, le Vermont est le seul √Čtat, avec le Maine voisin, o√Ļ les √©lecteurs portent la majorit√© de leurs suffrages sur le candidat r√©publicain, Alf Landon (56,39%), qui se pr√©sentait contre Franklin Delano Roosevelt[8]. Il demeure avec le Maine le seul √©tat √† n'avoir jamais accord√© ses grands √©lecteurs √† Franklin Roosevelt.

Ce n'est qu'en 1964 que les √©lecteurs de l'√Čtat votent pour la premi√®re fois pour un candidat issu du parti d√©mocrate, en l'occurrence Lyndon Johnson contre le r√©publicain Barry Goldwater. Cette alternance reste cependant isol√©e car d√®s 1968, le r√©publicain Richard Nixon supplante le d√©mocrate Hubert Humphrey (52,75% contre 23,50%) avant d'√™tre pl√©biscit√© 4 ans plus tard.
En 1988, George H. W. Bush est le dernier républicain à remporter les suffrages des électeurs du Vermont.
En 1992, mettant un terme à une série de victoires républicaines quasi-ininterrompue de 136 ans, Bill Clinton devient le deuxième démocrate à remporter le Vermont. Avec 46,11% des voix, il devance le président Bush (30,42%) et un candidat conservateur, Ross Perot (22,78%).

En 2000, 2004 et 2008, les √©lecteurs de l'√Čtat ont pl√©biscit√© les d√©mocrates Al Gore, John Kerry et Barack Obama, qui re√ßurent respectivement 50,6%, 58,9 % et 67%[9] du vote populaire dans cet √Čtat. Le Vermont fut le seul Etat am√©ricain o√Ļ ne se rendit pas le pr√©sident George W. Bush durant son mandat. Il fut d'ailleurs le premier candidat r√©publicain √† entrer √† la Maison-Blanche sans avoir remport√© le Vermont.

Le Vermont est l'√Čtat de naissance des pr√©sidents Calvin Coolidge et Chester A. Arthur.

Politique locale

Le Parti r√©publicain a longtemps domin√© la vie politique interne du Vermont de 1854, ann√©e de la fondation du parti jusqu'aux ann√©es 1970. L'√Čtat √©tait jusque l√† essentiellement rural et les villes peu importantes ou n√©glig√©es. L'urbanisation et l'immigration en provenance d'autres √Čtats am√©ricains, entam√©es dans les ann√©es 60, modifi√®rent profond√©ment le profil politique des √©lecteurs de l'√Čtat. Les nouveaux r√©sidents en provenance de New York ou de Boston propag√®rent des id√©es plus lib√©rales ou progressistes. Parall√®lement, en vertu d'une d√©cision de la cour supr√™me, les circonscriptions √©lectorales furent r√©√©quilibr√©es au profit des zones urbaines alors sous-repr√©sent√©es politiquement[10]. En cons√©quence, le minuscule parti d√©mocrate du Vermont commen√ßa √† se d√©velopper et √† engranger des succ√®s √©lectoraux, surtout apr√®s la victoire de Johnson dans l'√Čtat √† l'√©lection pr√©sidentielle de 1964. Parall√®lement, un Parti progressiste du Vermont, situ√© tr√®s √† gauche de l'√©chiquier politique mais comparable aux partis sociaux-d√©mocrates scandinaves, √©mergea et obtint des repr√©sentants au parlement local √† partir des ann√©es 1980 (sur un total de 150, 4 √©lus en 2002, 6 en 2004 et 2006).

Le Vermont est le premier √Čtat am√©ricain √† avoir l√©galiser les unions civiles homosexuelles par voie l√©gislative[11] √† la suite d'une d√©cision de la Cour supr√™me du Vermont qui, en 1999, avait enjoint √† l'√Čtat du Vermont d'accorder le droit au mariage ou des droits √©quivalents aux couples homosexuels. La l√©gislature du Vermont autorisa des unions civiles garantissant aux homosexuels presque tous les droits et les privil√®ges accord√©s aux couples traditionnels dans le cadre du mariage. Le 7 avril 2009, il devint le quatri√®me √Čtat am√©ricain √† l√©galiser le mariage des couples homosexuels[12], en d√©pit du veto du gouverneur de l'√Čtat, Jim Douglas.

Le Vermont est √©galement un des √Čtats des √Čtats-Unis √† ne pas avoir la peine de mort.

Le 26 mai 2011, le gouverneur Peter Shumlin signe un projet de loi visant √† √©tablir une couverture d'assurance-maladie universelle pour tous les r√©sidents du Vermont[13]. Le Vermont devient ainsi le premier √Čtat am√©ricain √† jeter les bases d'un r√©gime universel des soins de sant√©[14].

Administration locale

Les habitants du Vermont élisent tous les deux ans un gouverneur et un lieutenant-gouverneur.

L'actuel gouverneur du Vermont est le d√©mocrate Peter Shumlin. Il a succ√©d√© en janvier 2011 au r√©publicain Jim Douglas, gouverneur de l'√Čtat √©lu en 2002 et r√©√©lu √† 4 reprises en d√©pit de l'impopularit√© dans l'√Čtat du pr√©sident George W. Bush, pr√©sident des √Čtats-Unis durant la plus grande partie de cette p√©riode. Depuis janvier 2011, le lieutenant-gouverneur de l'√Čtat est le r√©publicain Phillip Scott (√©lu en novembre 2010). Trois des quatre autres principaux postes √©lus de l'Ex√©cutif sont d√©tenus par des d√©mocrates.

La législature du Vermont est composée d'une assemblée générale divisée en deux chambres parlementaires: une chambre des représentants et un sénat.

Tous les mandats des √©lus locaux du Vermont sont d'une dur√©e de deux ans. La d√©mocratie participative y est tr√®s d√©velopp√©e : les Town Meeting Day (assembl√©e g√©n√©rale des citoyens du Vermont) permettent de d√©battre des questions politiques.

Initiatives indépendantistes ou promouvant le rattachement au Canada

Une centaine de s√©cessionnistes am√©ricains propos√®rent en 2004 l'ind√©pendance du Vermont et son association au Qu√©bec, en y associant si possible les quatre provinces maritimes : Terre-Neuve et Labrador, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-√Čcosse et √éle-du-Prince-√Čdouard[15].

Il existe √©galement un mouvement proposant l'ind√©pendance du Vermont ou son rattachement au Canada pour en devenir la onzi√®me province[16]. Un ouvrage de Thomas Naylor, professeur d'√©conomie √† la retraite de l'Universit√© de Duke et consultant pour le compte de la Russie au moment de l‚Äô√©clatement de l'URSS[11], intitul√© Green Mountain Manifesto, et sous-titr√© Why and How Tiny Vermont Might Help Save America From Itself by Seceding from the Union a r√©cemment √©t√© publi√© en soutien √† l'av√®nement de la Deuxi√®me R√©publique du Vermont (la premi√®re datant de 1777-1791). Il y √©crit notamment ceci : ¬ę My own favorite fantasy would be for Vermont to join Maine, New Hampshire and the four Atlantic provinces of Canada to create a new nation I would call New Acadia [17]. ¬Ľ (Mon r√™ve serait que le Vermont se joigne au Maine, au New Hampshire et aux quatre provinces maritimes du Canada afin de former une nation nouvelle que je proposerais d'appeler "Nouvelle Acadie"). Le mouvement s√©paratiste qu'il dirige s'appelle Second Vermont Republic[18], il a √©t√© accus√© d'√™tre li√© √† des organisations racistes (en) n√©o-conf√©d√©r√©es, comme la League of the South[19]. Selon Naylor, 8 % des citoyens du Vermont souhaitent que leur √Čtat quitte l'Union[11].

Représentation fédérale

Au niveau national, lors de la législature 2011-2013, le Vermont est représenté par le sénateur démocrate Patrick Leahy et le sénateur indépendant Bernard Sanders, ancien maire de Burlington qui se revendique comme socialiste. À la Chambre des Représentants, le Vermont est représenté par un démocrate depuis janvier 2007.

Environnement

Le Vermont a toujours eu une politique fortement marquée dans les domaines de la protection de l'environnement, les services sociaux et l'urbanisation.

Le Vermont est √† la pointe des √Čtats am√©ricains en mati√®re de protection de l'environnement. L'√Čtat a cr√©√© r√©cemment l' Efficiency Vermont, (EVT), un organisme charg√© de promouvoir les r√©ductions de consommation d'√©lectricit√© chez les particuliers comme dans les entreprises. Il applique strictement la norme Energy Star. Une agence des ressources naturelles (Agency of Natural Resources) se pr√©occupe aussi de la qualit√© de vie dans le Vermont. De nombreux b√Ętiments et maisons ont re√ßu le label Energy Star dans cette r√©gion.

√Čconomie

L'√©conomie du Vermont repose sur l'agriculture et sur les industries agro-alimentaires. L'agriculture contribue √† 2,6 milliards de dollars √† l'√©conomie locale[20]. 12 pour cent environ, directement et indirectement √† l'√©conomie de l'√Čtat[20].La ferme laiti√®re moyenne au Vermont produit 1,3 millions de livres de lait annuellement en 2008[21]. Ce lait est transform√©e en divers produits: beurre, fromage, cr√®me glac√©e et chocolat. Une quantit√© importante de ces produits sont livr√©s sur le march√© de Boston.

Le Vermont est √©galement le principal producteur de sirop d'√©rable des √Čtats-Unis. Environ 2000 producteurs de produits de l'√©rable sont √©tablis en 2010[22].

Le plus grand employeur du Vermont est IBM employant 6800 travailleurs en 2007. IBM fournit 25 pour cent de tous les emplois manufacturiers dans le Vermont et est responsable de 1 milliard de dollars de l'√©conomie annuelle de l'√Čtat[23].Il y a aussi l'entreprise de soins de sant√© Fletcher Allen[24] et l'Universit√© du Vermont (employant respectivement 4086 et 3137 personnes ). Mentionnons aussi General Electric qui d√©veloppe des logiciels pour l'industrie des soins de sant√© sur l'ancien si√®ge social de IDX Systems √† Burlington[25].

Tourisme

Le tourisme est une industrie importante. En 2005, il y aurait eu 13,4 millions de voyageurs dans l‚Äô√Čtat du Vermont et les d√©penses de ses voyageurs serait approximativement de 1,57 milliards de dollars[26].

La vocation touristique du Vermont est assurée par les paysages et les activités de plein air sur le Lac Champlain et dans les montagnes. Celles-ci attirent de nombreux citadins de la mégalopole voisine, le BosWash.

Les tout d√©buts du tourisme au Vermont √©taient les premiers h√ītels de vill√©giature qui se sont d√©velopp√©es autour de sources min√©rales. Ces h√ītels promettaient la gu√©rison d'une vari√©t√© de maladies dans une atmosph√®re de d√©tente et de relaxation. D√®s 1781, Clarendon Ressorts ouvre ses eaux m√©dicinales au public, et au cours des d√©cennies suivantes un nombre important d'h√ītels de vill√©giature sont √©tablis autour de grandes ¬ęsources-miracle¬Ľ. L'arriv√©e du chemin de fer stimule l'essor des h√ītels de village. Vers la m√™me √©poque, les premiers sentiers sont construits dans les Montagnes Vertes, menant √† des ¬ęmaisons sommet" construites pour accueillir les visiteurs en qu√™te d'air frais et vues imprenables (la plus c√©l√®bre √©tant l'H√ītel Mont-Mansfield de 1863 √† 1957 ).

Le Green Mountain Club est cr√©√© en 1910 pour d√©velopper un r√©seau de sentiers le long de la cr√™te principale des Montagnes vertes. Pendant les ann√©es de la D√©pression, le Civilian Conservation Corps construit des abris rustiques et ouvre des sentiers. Dans les ann√©es 1950, la popularit√© croissante du camping, va commencer √† √©clipser les h√ītels de vill√©giature. L'arriv√©e de l'automobile contribue au tourisme de masse o√Ļ les vacanciers, ne d√©pendent plus de la voie ferr√©e et peuvent s'aventurer dans l'arri√®re-pays du Vermont √† la recherche de terrains de camping isol√©s. Les cabines (petits motels typiquement am√©ricains) sont construites en nombre croissant dans de nombreux villages. Selon le recensement de 2000, pr√®s de 15 pour cent de toutes les unit√©s de logement dans le Vermont √©taient vacants et class√© "pour une utilisation saisonni√®re, r√©cr√©ative ou occasionnelle"[27]. Ceci serait le deuxi√®me pourcentage plus √©lev√© des √©tats-Unis, apr√®s l'√Čtat du Maine.

L'enneigement peut atteindre plus de 850 à 1000 cm dans les centres de ski

Dans plusieurs villages du Vermont, des maisons de vacances appartenant √† des r√©sidents de Boston et de New York constituent le gros des habitations. Selon une estimation, √† partir de 2009, 84 pour cent de toutes les maisons de Ludlow, √©taient d√©tenues par des non-r√©sidents du Vermont[28].Fait inusit√©, Montpelier est la seule capitale d'un √Čtat am√©ricain √† ne pas avoir de restaurant McDonald's[11].


Aujourd'hui √† chaque hiver, des milliers de touristes fr√©quentent les nombreuses stations de ski du vermont comme Burke Mountain Ski Area, Bolton Valley, Stowe, Smugglers Notch, Killington Ski Resort, Mad River Glen, Sugarbush, Stratton, Jay Peak, Okemo, Suicide Six, Mount Snow et Bromley . Ces centres de ski ont re√ßus 4,125,082 visites durant l'hivers 2009‚Äď2010[29]

Culture et langues

La Biblioth√®que Carnegie Fletcher √† Burlington conserve ‚Äč‚Äčle Registre national des lieux patrimoniaux.

Au cours du XVIIIe et du d√©but du XIXe si√®cle, la population du Vermont √©tait relativement homog√®ne d'origine am√©ricaine et d'expression de langue anglaise. Cette situation a commenc√© √† changer dans le milieu du XIXe si√®cle avec l'arriv√©e du chemin de fer. Le Vermont a alors connu un boom industriel qui a entra√ģn√© un afflux important de nouveaux arrivants de l'ext√©rieur des √Čtats-Unis. Les plus grands groupes de nouveaux immigrants incluaient des canadiens fran√ßais, des anglais, des irlandais, des allemands et des italiens. La plupart de ces groupes ont eu tendance √† s'installer √† proximit√© de leurs compatriotes. Une grande partie de la diversit√© ethnique qui avait color√©s plusieurs petites villes du Vermont a maintenant disparu et les descendants des premiers immigrants ont √©t√© progressivement assimil√©s dans la culture am√©ricaine de langue anglaise.

Il existe encore une importante communaut√© franco-am√©ricaine r√©sident au Vermont en raison de la proximit√© imm√©diate du Qu√©bec, au nord du 45e parall√®le. Selon le Bureau du recensement des √Čtats-Unis, 23,9 % de la population du Vermont d√©clare une origine ethnique fran√ßaise ou franco-am√©ricaine[30].

Les principaux groupes d'ascendance au Vermont sont:[31]

La langue fran√ßaise a commenc√© √† dispara√ģtre au Vermont √† compter des ann√©es 1960[32]. Au recensement de 2000, 2,54 % de la population de 5 ans et plus d√©clarait parler fran√ßais √† la maison[33].


To foreigners, a Yankee is an American.
To Americans, a Yankee is a Northerner.
To Northerners, a Yankee is an Easterner.
To Easterners, a Yankee is a New Englander.
To New Englanders, a Yankee is a Vermonter.
And in Vermont, a Yankee is somebody who eats pies for breakfast.
Pour les étrangers, un Yankee est un Américain.
Pour les Américains, un Yankee est un Nordiste.
Pour les Nordistes, un Yankee est quelqu'un de la c√īte Est.
Pour ceux de la c√īte Est, un Yankee est un habitant de la Nouvelle-Angleterre.
Pour ceux de la Nouvelle-Angleterre, un Yankee est un habitant du Vermont.
Et dans le Vermont, un Yankee est quelqu'un qui mange des tartes au petit-déjeuner.

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Resident Population Data: Population Change, United States Census Bureau, 23 d√©cembre 2010. Consult√© le 8 septembre 2010
  2. ‚ÜĎ Liste des parcs d'√Čtat dans les Montagnes vertes
  3. ‚ÜĎ Dapn√© Cameron, Les pires crues en un si√®cle, la meilleure saison de ski √† Jay Peak
  4. ‚ÜĎ (en) [http://www.climate-charts.com/Locations/u/US72617004310811.php Burlington, VT, Vermont, USA: Climate, Global Warming, and Daylight Charts and Data], World Climate. Consult√© le 21-11-2009
  5. ‚ÜĎ Christian Delacampagne, Histoire de l'esclavage. De l'Antiquit√© √† nos jours, Paris, Le livre de poche, 2002 (ISBN 2-253-90593-3) , p.200
  6. ‚ÜĎ Jacques Binoche, Histoire des √Čtats-Unis, p.103 ; Nicole Bacharan, Faut-il avoir peur de l‚ÄôAm√©rique ?, Paris, √©ditions du Seuil, 2005, (ISBN 978-2-02-079950-8), p. 117
  7. ‚ÜĎ √Člise Marienstras, Naomi Wulf, R√©voltes et r√©volutions en Am√©rique, Atlande, 2005, (ISBN 978-2-35030-015-3), p. 72
  8. ‚ÜĎ Bernard Vincent (dir.), Histoire des √Čtats-Unis, Paris, Champs Flammarion, 1997, (ISBN 978-2-08-081376-3), p.197
  9. ‚ÜĎ Atlas des √©lections pr√©sidentielles am√©ricaines
  10. ‚ÜĎ The World, Rise of the Democratic Party
  11. ‚ÜĎ a, b, c et d Leonard Doyle, ¬ę √Čtats-Unis : Le Vermont veut faire s√©cession ¬Ľ, The Independent, cit√© dans Courrier international n¬į886 du 25-10-2007, [lire en ligne]
  12. ‚ÜĎ ¬ę Le mariage homosexuel gagne du terrain aux √Čtats-Unis ¬Ľ, dans Le Monde du 10-04-2009, [lire en ligne]
  13. ‚ÜĎ (en) Breaking: Vermont gouv. Peter Shumlin makes history by singning into law single payer health care
  14. ‚ÜĎ (en) Vermont Single-Payer Health Care Law Signed By Governor
  15. ‚ÜĎ ¬ę Un Vermont ind√©pendant associ√© au Qu√©bec ? ¬Ľ, Le Bulletin des communes, 10 novembre 2004 [lire en ligne].
  16. ‚ÜĎ liens vers des sites soutenant ce mouvement
  17. ‚ÜĎ Excerpts from "The Green Mountain Manifesto", Associated Press, 2 juin 2007
  18. ‚ÜĎ site de The Second Vermont Republic
  19. ‚ÜĎ Vermont Secession ‚ÄĒ website discussing possible ties between SVR and white supremacist groups; Second Vermont Republic/Vermont Commons Tied to White Supremacists, Vermont Guardian, 9 f√©vrier 2007 ; Is Second Vermont Republic Affiliated with Racists?, Seven Days, 28 f√©vrier 2007
  20. ‚ÜĎ a et b University of Vermont, Vermont's Agriculture: Generating Wealth from the Land.
  21. ‚ÜĎ Paul Lefebvre, journal the Chronicle, Average Vermont dairy farmer expected to lose $92,000, 11 f√©vrier 2009 .
  22. ‚ÜĎ Bethany Dunbar, journal the Chronicle, "Maple season starts early with record sap run", 17 mars 2010
  23. ‚ÜĎ The Burlington Free Press, IBM:Enriching economy for 50 years, 28 f√©vrier 2007
  24. ‚ÜĎ Site web du Fletcher Allen Health Care: http://www.fahc.org/
  25. ‚ÜĎ GE a achet√© IDX Systems en 2006
  26. ‚ÜĎ Bethany M. Dunbar, journal The Chronicle, I can remember Barton when it was a booming town, 1ier d√©cembre 2008
  27. ‚ÜĎ US Census Bureau, Vacant Housing Units Vermont 2000
  28. ‚ÜĎ Ken Picard, Journal Seven Day, Cottage Industry
  29. ‚ÜĎ Burlington Free Press,"Vt. ski area visits rise 1.4%", 10 juin 2010
  30. ‚ÜĎ American FactFinder, United States Census Bureau, ¬ę 2006‚Äď2008 American Community Survey 3-Year Estimates ¬Ľ sur Factfinder.census.gov, 2010. Consult√© le 2010-07-31
  31. ‚ÜĎ American FactFinder, United States Census Bureau 2006‚Äď2008 American Community Survey 3-Year Estimates
  32. ‚ÜĎ Caroline Montpetit, ¬ę Le fran√ßais se meurt au Vermont ¬Ľ, dans Le Devoir, 23 juillet 2011 [texte int√©gral (page consult√©e le 23 juillet 2011)] 
  33. ‚ÜĎ Language Map Data Center sur Mla.org, 17 juillet 2007. Consult√© le 2010-07-31

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Vermont de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Vermont ‚ÄĒ (Details) (Details) ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Vermont ‚ÄĒ ‚ÄĘ One of the New England states Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Vermont ¬†¬†¬†¬†Vermont ¬†¬†¬†¬†‚Ć ‚Ķ   Catholic encyclopedia

  • VERMONT ‚ÄĒ VERMONT, New England state, estimated population (2004), 621,394; estimated Jewish population, 5,500. Vermont was the 14th State of the Union, admitted in 1791. Although there were no known Jews living in Vermont until after George Washington s… ‚Ķ   Encyclopedia of Judaism

  • Vermont ‚ÄĒ (spr. Werm√∂nnt, genannt nach den Verts Monts, dem Hauptgebirgszug des Staates), 1) (State of V. offizielle Abk√ľrzung: Vt. seltener Verm.), einer der Vereinigten Staaten von Nordamerika, u. zwar der nordwestlichste der sechs sogenannten Neu… ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • Vermont ‚ÄĒ es uno de los estados que conforman los Estados Unidos de Am√©rica, situados en la zona conocida como Nueva Inglaterra. Es el √ļnico de dicha regi√≥n que no delimita con el Oceano Atl√°ntico, estando rodeado por el estado de Massachusetts al sur, New ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Vermont ‚ÄĒ Vermont, IL U.S. village in Illinois Population (2000): 792 Housing Units (2000): 342 Land area (2000): 1.262839 sq. miles (3.270739 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 1.262839 sq. miles (3.270739… ‚Ķ   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Vermont, IL ‚ÄĒ U.S. village in Illinois Population (2000): 792 Housing Units (2000): 342 Land area (2000): 1.262839 sq. miles (3.270739 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 1.262839 sq. miles (3.270739 sq. km) FIPS… ‚Ķ   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Vermont ‚ÄĒ ist ein guter Staat der Abkunft. Vermont geh√∂rt zu den Neuenglandstaaten, die man als die Staatenmutter bezeichnet, und es ist einer der reinsten derselben. Man nimmt n√§mlich an, dass von Neuengland aus und durch die Neuengl√§nder die Bildung… ‚Ķ   Deutsches Sprichw√∂rter-Lexikon

  • Vermont ‚ÄĒ √©tat du N. E. des √ą. U. (Nouvelle Angleterre); 24 887 km¬≤; 563 000 hab.; cap. Montpelier. Barr√© du N. au S. par les Green Mountains (1 338 m), qui dominent √† l O. une plaine basse (lac Champlain), l √©tat est agricole. D abord colonis√© par les… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Vermont ‚ÄĒ (spr. werm√≥nnt, abgek√ľrzt Verm. oder Vt.), einer der Vereinigten Staaten von Nordamerika, der Neuenglandgruppe zurechnend (s. Karte ¬ĽVereinigte Staaten¬ę, √∂stliches Blatt), gegen N. von Kanada, gegen O. von New Hampshire, gegen S. von… ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Vermont ‚ÄĒ (spr. w√∂rm√≥nnt), einer der Neuenglandstaaten der Ver. Staaten von Amerika, 24.767 qkm, (1900) 343.641 E., von den Green Mountains durchzogen, vom Connecticut und dem Champlainsee bew√§ssert; Viehzucht bedeutender als Ackerbau, Industrie in… ‚Ķ   Kleines Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.