USENET

ÔĽŅ
USENET

Usenet

Diagramme de quelques serveurs et clients Usenet. Les points bleus, verts et rouges sur les serveurs représentent les groupes qu'ils transportent. Les flèches entre les serveurs indiquent qu'ils partagent leurs articles à partir des groupes. Les flèches entre les ordinateurs et les serveurs indiquent que l'utilisateur est abonné à un certain groupe, et ainsi envoie et reçoit des articles vers et depuis ce serveur.

Usenet (√©galement connu sous le nom Netnews) est un syst√®me en r√©seau de forums de discussions, invent√© en 1979 et bas√© sur le protocole NNTP. Il a rapidement √©t√© rendu utilisable via Internet o√Ļ il reste au d√©but du XXIe si√®cle en usage.

Certains le trouvent moins simple d'emploi que les forums Web (apparus dans les années 1990) mais il a pour principaux avantages de permettre une lecture plus rapide (car moins personnalisée et perturbée visuellement) et de faciliter la réplication des articles sur les serveurs du monde entier.

Usenet est accessible notamment via la rubrique Groups de Google.

Habituellement, l'usage (lecture ou √©criture) a lieu via un logiciel dit ¬ę lecteur de nouvelles ¬Ľ (newsreader en anglais).

Sommaire

Fonctionnement général

Usenet est un ensemble de protocoles servant √† g√©n√©rer, stocker et r√©cup√©rer des ¬ę articles ¬Ľ (des messages qui sont proches, dans leur structure, des courriels), et permet l'√©change de ces articles entre les membres d'une communaut√© qui peut √™tre r√©partie sur une zone potentiellement tr√®s √©tendue. Usenet est organis√© autour du principe de groupes de discussion ou groupes de nouvelles (en anglais newsgroups), qui rassemblent chacun des articles (contributions) sur un sujet pr√©cis. Les sujets des groupes de discussion sont organis√©s selon une hi√©rarchie. Une fois connect√©s √† un serveur informatique fournissant un service Usenet, les utilisateurs peuvent choisir les groupes mis √† disposition par ce serveur auxquels ils d√©sirent ¬ę s'abonner ¬Ľ. Pour chaque groupe auquel il est abonn√©, l'utilisateur peut alors voir tous les nouveaux articles mis √† disposition sur ce groupe et tous les articles re√ßus par le serveur depuis un certain temps. Les anciens articles sont automatiquement effac√©s du serveur ; selon les serveurs, ce d√©lai peut varier entre un mois et quelques jours. Toutefois, il existe des serveurs d'archivage, tels que Google Groups ou Gmane[1], qui permettent de consulter les anciens articles de certains groupes de discussion, pr√©sent√©s de la m√™me fa√ßon que les archives de Liste de discussion.

Lorsqu'un utilisateur envoie un article sur un serveur Usenet, celui-ci le propage √† tous les autres serveurs avec qui il a conclu des accords d'√©change d'articles (feeding, litt√©ralement, ¬ę alimentation ¬Ľ), et ainsi de suite. Chaque serveur conserve une copie de cet article, et peut ensuite le mettre √† disposition des utilisateurs ayant acc√®s √† ce serveur.

Les utilisateurs emploient généralement un logiciel client appelé lecteur de nouvelles (parfois aussi appelé client de news, en référence au modèle client-serveur) pour lire et composer des articles Usenet. La plupart des clients de messagerie intègrent un module de lecture des articles Usenet plus ou moins complet.

Les débuts d'Usenet

Usenet a √©t√© cr√©√© en 1979 par un groupe d'√©tudiants de Caroline du Nord : Tom Truscott, Jim Ellis, Denis Rockwell et Steve Daniel, de Dake, et Steve Bellovin, de Chapel Hill (UNC). Il est donc n√© apr√®s le courriel (1972) et apr√®s TCP/IP (1974), mais avant le DNS (1983) et bien avant le World Wide Web (1989). Le nom Usenet √©tait une abr√©viation de UNIX User Network ; on le consid√®re aujourd'hui comme un nom propre.

Usenet, √† l'origine ind√©pendant, a rapidement √©t√© connect√© √† ARPAnet, le futur Internet. En pratique, aujourd'hui, la totalit√© du trafic Usenet passe par Internet. Mais certains utilisateurs se plaisent √† rappeler que ¬ę Usenet n'est pas Internet ¬Ľ et pourrait exister sans.

En 1986, le protocole UUCP, utilisé à l'origine pour le transport des news, a été remplacé par NNTP, conçu spécialement. Dans les deux ans qui ont suivi, le Great Renaming, réorganisation des groupes pour faire face à la croissance et à l'internationalisation du réseau, a donné à Usenet sa structure d'ensemble actuelle.

Organisation

Depuis cette √©poque, les groupes sont rang√©s selon divers crit√®res dans une arborescence. Le nom d'un groupe est form√© de plusieurs composantes, s√©par√©es par des points ; et chaque composante correspond √† un niveau d'arborescence. Il se lit de gauche √† droite : par exemple, fr.education.superieur est un groupe francophone, consacr√© √† l'√©ducation, et plus particuli√®rement √† l'enseignement sup√©rieur. L'ensemble des groupes situ√©s dans une m√™me branche de l'arborescence, c'est-√†-dire qui ont des premi√®res composantes identiques, s'appelle une hi√©rarchie. On utilise souvent le symbole * pour d√©signer des caract√®res quelconques : ainsi, on √©crit comp.* pour d√©signer l'ensemble des groupes de la hi√©rarchie comp.

Chaque serveur peut choisir de diffuser ou non pour ses utilisateurs, et de propager ou non à ses voisins, le contenu de chaque groupe. Le plus souvent, l'administrateur ne choisit pas les groupes un par un, mais sélectionne des hiérarchies entières.

Le cŇďur d'Usenet est le Big Eight ou Big8, form√© des huit principales hi√©rarchies internationales : comp (ordinateurs), misc (divers), news (fonctionnement des newsgroups), rec (loisirs), sci (sciences), soc (soci√©t√©) et talk (d√©bats), cr√©√©es lors du Great Renaming, et humanities (lettres, sciences humaines), ajout√©e par la suite. Le Big8, √† l'exception parfois de la hi√©rarchie talk, est largement propag√©. On y discute principalement mais pas uniquement en anglais.

Il existe deux autres hi√©rarchies internationales importantes, o√Ļ les r√®gles ‚ÄĒ assez strictes ‚ÄĒ de fonctionnement du Big8 sont assouplies. Sur biz.*, la publicit√© est autoris√©e. Sur alt.*, n'importe qui peut cr√©er un groupe, et sur alt.binaries.* il est permis de publier des pi√®ces jointes.

Il y a ensuite un certain nombre de hi√©rarchies ¬ę nationales ¬Ľ Certaines, comme la principale hi√©rarchie francophone Usenet-fr, correspondent en r√©alit√© √† une langue et non pas √† un pays. Les plus importantes sont presque aussi bien propag√©es que le Big8.

Enfin, on trouve un grand nombre de hi√©rarchies mineures, √† la propagation assez al√©atoire. Il peut s'agir de r√©seaux de discussion complets et ind√©pendants, d'espaces de discussion mis en place par des entreprises... De nombreux serveurs offrent une hi√©rarchie locale ¬ę priv√©e ¬Ľ qui est parfois propag√©e √† l'ext√©rieur. La hi√©rarchie microsoft.public.* en est un exemple connu.

L'avenir d'Usenet ?

Le nombre de contributions et d'auteurs est en baisse depuis 2003[2]. Usenet semble souffrir de la concurrence du Web : (forums Web, blogs et wikis). De plus, Usenet est souvent accus√© de v√©hiculer un contenu r√©put√© ill√©gal et pornographique[3].

Fonctionnement technique

Articles

Pour lire les news, l'utilisateur utilise un logiciel spécialisé, le lecteur de nouvelles ou newsreader. Celui-ci se connecte à un serveur de nouvelles. Le dialogue avec le serveur utilise le protocole NNTP, décrit dans la RFC 977, et se déroule en général sur le port 119. Une fois connecté, le logiciel peut récupérer la liste des groupes disponibles, la liste des articles d'un groupe (en fait, leurs en-têtes), ou le contenu d'un article donné. Il peut aussi poster des articles, en les envoyant au serveur.

Le format des articles, décrit dans la RFC 1036, ressemble beaucoup à celui des courriers électroniques. Un article commence par des en-têtes de la forme

 Champ: valeur

Il y a un grand nombre d'en-t√™tes standardis√©s, pour indiquer l'exp√©diteur, la date, le sujet, les groupes o√Ļ publier l'article... Les lecteurs de news les remplissent automatiquement. Il est possible d'ajouter ses propres en-t√™tes ; le nom du champ doit alors commencer par X-, par exemple X-No-Archive. Suivent une ligne vierge puis le corps de l'article proprement dit.

Le tout doit √™tre en texte brut. Le seul codage du texte brut lisible sur tout Usenet est ASCII. Selon les groupes, il est possible, en l'indiquant dans les en-t√™tes, d'envoyer des messages cod√©s ISO-8859 sur 8 bits, et en particulier dans les jeux de caract√®res adapt√©s aux langues d'Europe de l'Ouest : ISO 8859-1 (latin1) et ISO 8859-15 (latin9). Enfin, dans quelques rares groupes, on peut utiliser Unicode, en g√©n√©ral cod√© en UTF-8.

Chaque article porte un identifiant unique, le Message-Id. C'est la fa√ßon principale d'y faire r√©f√©rence. Un article n'appartient pas √† un groupe particulier. Il est simplement post√© sur le r√©seau, et visible dans les groupes o√Ļ il est post√© d'apr√®s ses en-t√™tes. Cela permet de poster un m√™me article dans plusieurs groupes en ne transportant qu'un seul exemplaire. (Il est bien vu de ne pas abuser de ce proc√©d√©, appel√© crosspost.)

Le serveur doit ensuite propager l'article.

Serveurs et propagation

Les premières versions de Usenet utilisaient les logiciels B-News, puis C-News comme logiciels serveurs. Dans les années 1990, INN fut développé pour tirer avantage de l'architecture d'Internet, qui favorisait un fonctionnement autre que la méthode stocker-faire suivre d'UUCP. Le développement d'INN continue à ce jour, et d'autres serveurs Usenet sont également apparus entre-temps.

Pour mettre en place un serveur de news, il faut tout d'abord se procurer un feed, c'est-à-dire une connexion à un autre serveur (suffisamment important) qui pourra transmettre au nouveau serveur le trafic du reste d'Usenet. Les serveurs voisins se contactent régulièrement pour propager les articles. Schématiquement, ils comparent leurs listes d'articles, et chacun envoie à l'autre ce qu'il est le seul à avoir. Naturellement, les serveurs de news ne conservent et ne propagent que les articles suffisamment récents.

Pour ce qui est des changements dans la structure des groupes elle-m√™me, des articles sp√©ciaux, appel√©s messages de contr√īle, indiquent √† chaque serveur les modifications de l'arborescence. Libre √† chaque administrateur d'ignorer certains groupes. N'importe qui peut envoyer un message de contr√īle, mais les serveurs sont configur√©s pour n'accepter, pour telle hi√©rarchie, que les messages sign√©s par telle cl√© priv√©e de cryptographie asym√©trique. Les messages de contr√īle ¬ę pirates ¬Ľ sont donc ignor√©s ‚ÄĒ √† moins que l'administrateur du serveur n'en d√©cide autrement.

Le classement des plus gros serveurs de newsgroup est tenu par le site top1000.org[4].

Adresses et accès aux ressources

Reste un dernier point, celui de l'identification d'un serveur, d'un groupe ou d'un message. Comme √† peu pr√®s tout ce qui est accessible par Internet, ces ressources peuvent √™tre d√©sign√©es par des ¬ę adresses ¬Ľ textuelles, les Universal Resource Identifiers ou URI.

Les adresses concernant Usenet ne sont pas complètement standardisées. La RFC 1738 en définit trois sortes, mais on en trouve d'autres encore (voir la RFC 2396 et les Internet Draft draft-gilmain-news-url-02 et draft-stockwell-hnews-url-00).

La syntaxe

 news:<nom de groupe>

(par exemple news:fr.sci.maths), permet d'accéder à un groupe donné. Les logiciels qui l'utilisent demandent à l'utilisateur d'indiquer par ailleurs sur quel serveur le rechercher. Le nom de groupe spécial * correspond à la liste des groupes disponibles. Sur le même principe,

 news:<Message-Id>

d√©signe un article pr√©cis, toujours sur un serveur quelconque. Il n'y a pas d'ambigu√Įt√© car un Message-Id contient toujours le caract√®re @ ; un nom de groupe jamais.

Enfin,

  nntp://<h√īte>:<port>/<nom de groupe>/<num√©ro d'article> 

identifie un article précis, dans un groupe précis, sur un serveur donné. On peut omettre les dernières composantes pour désigner un groupe ou un serveur, et le port par défaut est 119.

Certains sites web permettent de lire les forums usenet largement distribu√©s et d'y poster ; ces sites offrent en g√©n√©ral √©galement une fonction d'archive (voir ci-apr√®s).

Archive des discussions

L'ensemble des articles postés sur Usenet n'a pas toujours été archivé. Cependant, de 1995 à 2001, la société Deja.com (devenue DejaNews.com en 1997) effectua un tel travail d'archivage et mit à la disposition des internautes une plate-forme de recherche puis d'envoi d'articles. En décembre 2001, le moteur de recherche Google racheta DejaNews.com et sa base d'articles, puis ajouta une archive d'articles remontant jusqu'aux débuts de Usenet.[5] Ces archives sont incomplètes, mais néanmoins très fournies. Il est notamment possible d'y retrouver des messages historiques[6], comme l'annonce du World Wide Web faite par Tim Berners-Lee dans news:alt.hypertext[7] et l'annonce de Linux faite par Linus Torvalds dans news:comp.os.minix[8].

Transport de fichiers binaires

Exemple visuel des nombreuses complexes étapes nécessaires pour préparer des données binaires destinées à être envoyées à un newsgroup. Ces étapes doivent êtres faites à nouveau à l'envers pour télécharger ces données depuis le newsgroup.

Historiquement, Usenet a été développé pour distribuer du texte brut utilisant le jeu de caractères 7 bits ASCII. À l'aide de programmes qui codent des données 8 bits comme des suites de caractères ASCII 7 bits, il est possible de transférer par Usenet des fichiers binaires quelconques. En raison de leur taille et de leur légalité parfois douteuse, les articles contenant des fichiers binaires ne sont acceptés que sur des groupes spécifiques, ce qui permet aux administrateurs de serveurs d'accepter ou refuser facilement de les distribuer.

La plus ancienne de ces m√©thodes de codage est uuencode, initialement d√©velopp√©e pour UUCP. √Ä la fin des ann√©es 1980, beaucoup de serveurs limitaient la longueur des articles √† 60 000 caract√®res ; et de telles limites existent toujours, m√™me si elles sont g√©n√©ralement plus √©lev√©es. Pour cette raison, les donn√©es d'un fichier sont r√©parties en diff√©rents articles et doivent √™tre r√©assembl√©es par le lecteur de nouvelles.

Ceci est une liste des 30 plus grands newsgroups sur Giganews au 3 Mars 2008. C'est un exemple des capacités de rétention (stockage) massives d'un serveur commercial.

Il arrive que certaines parties d'un fichier ne soient plus t√©l√©chargeables (en effet les serveurs ne gardent les messages binaires que quelques jours) ou bien que certaines parties soient erron√©es. Pour pallier ce probl√®me, on rencontre souvent des fichiers PAR qui sont des donn√©es suppl√©mentaires √† t√©l√©charger et permettent de reconstruire les parties manquantes. En r√®gle g√©n√©rale les fichiers PAR font 10 % de la taille totale du fichier √† t√©l√©charger.

Avec les extensions du format des articles (Base64, ¬ę Quoted-Printable ¬Ľ, MIME) sont apparues de nouvelles possibilit√©s pour le transport de contenus binaires. En pratique, MIME est de plus en plus utilis√© dans les messages, mais gu√®re pour transmettre des pi√®ces jointes binaires. Par ailleurs, certains syst√®mes d'exploitation qui associent aux fichiers des informations auxiliaires (m√©tadonn√©es) n√©cessitent des formats sp√©ciaux. Mac OS utilise par exemple Binhex et des types MIME sp√©cifiques.

Pour mieux utiliser les capacités du réseau Usenet et augmenter la vitesse de transfert, la procédure de codage yEnc a été mise au point en 2001. Elle utilise moins d'espace que les codages usuels en supposant que la plupart des caractères 8 bits peuvent être transmis correctement.

Logiciels

Explications

Les fichiers binaires d√©pos√©s sur les newsgroups √©tant d√©coup√©s en plusieurs parties (multi-parties), il faut les r√©assembler une fois tous les t√©l√©chargements termin√©s. Des logiciels sont apparus afin de faciliter et d'acc√©l√©rer le t√©l√©chargement mais aussi de l'interrompre pour le reprendre plus tard. Beaucoup d'autres options sont disponibles et varient selon les programmes, comme par exemple :

  • la prise en charge du syst√®me NZB
  • la v√©rification de l'int√©grit√© et la r√©paration √©ventuelle des fichiers gr√Ęce au syst√®me Parchive
  • l'extraction d'archives simples ou en plusieurs volumes fr√©quemment utilis√©es pour le d√©p√īt de gros fichiers

Moteurs de recherche

Le téléchargement de fichiers binaires est grandement simplifié par l'existence de moteurs de recherche spécialisés, tels que newzleech ou binsearch. Ces moteurs permettent de trouver un fichier NZB à partir de mots clés. Ce fichier est ensuite utilisé par le logiciel de téléchargement de fichiers binaires.

Offres commerciales ou incluses avec l'abonnement Internet

En France, seul le F.A.I Free offre un acc√®s aux newsgroups binaires (bien qu'un certain nombre de groupes aux noms √©vocateurs comme binaries.mp3 aient √©t√© ferm√©s). Leur int√©r√™t est souvent simple : diminuer les co√Ľts li√©s √† la bande passante en proposant un serveur √† l'int√©rieur de leur r√©seau. Cet acc√®s gratuit souffre cependant assez souvent de limitations, tels que une faible dur√©e de r√©tention (souvent quelques jours ou semaines), ou une censure de certains newsgroups (parfois suite √† des d√©cisions de justice[9]), accus√©s de favoriser le t√©l√©chargement ill√©gal.

Parallèlement, il existe un certain nombre d'offres Usenet payantes, beaucoup fournissant l'avantage d'une longue rétention (plus de 300 jours pour les meilleurs) et d'une connexion cryptée en SSL pour préserver l'anonymat. Ces offres sont souvent appréciées par ceux qui téléchargent des fichiers binaires en raison d'une absence de censure.

En r√®gle g√©n√©rale, les offres sont commercialis√©s suivant les mod√®les suivants :

  • tarification au volume uniquement : l'utilisateur ach√®te un certain volume de donn√©es et peut l'utiliser quand il veut ;
  • tarification mensuelle forfaitaire, avec ou sans limite de vitesse ;
  • une tarification hybride : l'utilisateur paye au mois en ayant un quota maximum mensuel de t√©l√©chargement (au-del√† le t√©l√©chargement est soit bloqu√©, soit √† vitesse r√©duite).

Le prix des abonnements sert en partie à financer les infrastructures. En effet il s'agit bien d'un modèle client/serveur et non de P2P.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Catégorie Usenet de l’annuaire dmoz

Ce document provient de ¬ę Usenet ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article USENET de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Usenet II ‚ÄĒ was a proposed alternative to the classic Usenet hierarchy, started in 1998. Unlike the original Usenet, it was peered only between sound sites and employs a system of rules to keep out spam.The newsgroup hierarchy revived the old naming system… ‚Ķ   Wikipedia

  • Usenet-fr ‚ÄĒ est la principale hi√©rarchie Usenet de groupes de discussion francophones. Elle contient tous les groupes pr√©fix√©s par fr. . Elle a √©t√© cr√©√©e en 1993 par Christophe Wolfhugel. Documents externes Les principaux documents sur Usenet, en fran√ßais… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Usenet ‚ÄĒ tinklas statusas T sritis informatika apibrńóŇĺtis Visuotinis ‚ÜĎnaujienŇ≥ grupiŇ≥ tinklas, duomenŇ≥ mainams naudojant naujienŇ≥ persiuntimo tinklu ‚ÜĎ NNTP protokolńÖ. atitikmenys: angl. Usenet ryŇ°iai: dar ŇĺiŇęrńók ‚Äď naujienŇ≥ grupńó dar ŇĺiŇęrńók ‚Äď NNTP… ‚Ķ   Enciklopedinis kompiuterijos Ňĺodynas

  • Usenet ‚ÄĒ (o Netnews), derivado de Usenix Network (UNIX Users Network) es un servicio al que se puede acceder desde Internet usando el protocolo NNTP sobre TCP, aunque tambi√©n es posible acceder desde otros sistemas, como por ejemplo los BBS. Los usuarios… ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Usenet ‚ÄĒ a very large organization of ‚ÜĎnewsgroups and news ‚ÜĎservers on the Internet ‚Ķ   Dictionary of contemporary English

  • Usenet ‚ÄĒ A diagram of Usenet servers and clients. The blue, green, and red dots on the servers represent the groups they carry. Arrows between servers indicate newsgroup group exchanges (feeds). Arrows between clients and servers indicate that a user is… ‚Ķ   Wikipedia

  • Usenet ‚ÄĒ Diskussionen werden im Newsreader als B√§ume dargestellt. Hier eine Newsgroup in dem Programm Mozilla Thunderbird. Das Usenet (/ňąjuňźzn…õt/, urspr. Unix User Network ‚Äď engl. ‚ÄěNetzwerk f√ľr die Benutzer von Unix‚Äú) ist ein weltweites, elektronisches… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • USENET ‚ÄĒ Das Usenet (/ňąjuňźzn…õt/, urspr. Unix User Network ‚Äď engl. ‚ÄěNetzwerk f√ľr die Benutzer von Unix‚Äú) ist ein weltweites, elektronisches Netzwerk, das Diskussionsforen (so genannte ‚ÄěNewsgroups‚Äú) aller Art bereitstellt und an dem grunds√§tzlich jeder… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Usenet ‚ÄĒ Diagramme de quelques serveurs et clients Usenet. Les points bleus, verts et rouges sur les serveurs repr√©sentent les groupes qu ils transportent. Les fl√®ches entre les serveurs indiquent qu ils partagent leurs articles √† partir des groupes. Les… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Usenet ‚ÄĒ Conexiones entre usuarios y servidores en un sistema Usenet. Usenet es el acr√≥nimo de Users Network (Red de usuarios), consistente en un sistema global de discusi√≥n en Internet, que evoluciona de las redes UUCP. Fue creado por Tom Truscott y Jim… ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.